Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Israël : l’intégrisme religieux pèse de plus en plus sur la société

La nouvelle "guerre du shabbat"

La semaine du 29 août, les représentants des juifs haredim (« craignant Dieu », en hébreu) ont exigé l’annulation de travaux de chemin de fer pendant le shabbat. Cette nouvelle crise révèle le poids croissant des religieux en Israël.

 

Les médias israéliens les surnomment les « guerres du shabbat ». Ces crises ponctuelles opposent d’un côté les partis ultraorthodoxes juifs, Shass (séfarade) et Judaïsme unifié de la Torah (ash­ké­naze), et de l’autre les partisans d’une conception plus laïque de l’État hébreu.

La semaine du 29 août, les premiers ont eu gain de cause, alors qu’ils réclamaient depuis fin du mois la suspension de travaux de rénovation sur des lignes de chemin de fer, prévus plusieurs samedis de suite. Or le samedi (« shabbat » en hébreu) est le jour du repos juif  : du vendredi après-midi au samedi soir, la loi juive interdit toute forme de « melakha » (activité créatrice).

Craignant une atteinte au caractère juif de l’État d’Israël, les partis religieux ont sommé le premier ministre Netanyahou d’intervenir. Les travaux ont alors été repoussés de 24 heures, entraînant dimanche 4 septembre une vaste pagaille dans les transports.

« Cette crise n’est pas différente des précédentes, mais elle révèle l’inconfortable position du premier ministre et la fragilité de sa coalition », observe Shuki Friedman, qui dirige l’organisme chargé de faire appliquer la réglementation du shabbat par les municipalités, selon le niveau de pratique religieuse de leur population.

Lire la suite de l’article sur la-croix.com

Sur Israël et le judaïsme, lire chez Kontre Kulture :

Israël, un État laïc ? Voir sur E&R :

 






Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • "...la loi juive interdit toute forme de « melakha » (activité créatrice)" : bah, pas grave, il leur reste encore 6 jours de la semaine pour spolier les goys.

     

    Répondre à ce message

  • #1551769

    J’aime bien le concept de "jour du Seigneur" (ce qui correspond un peu au shabbat). Je pense qu’on devrait presque essayer de réduire les services publics (peut-être pas les services d’urgence, mais au-moins les transports et les activités publiques de loisir) : ça aiderait les gens à se souvenir qu’il n’y a pas que le travail dans la vie, et ça les "forcerait" à se recentrer sur leur communauté au moins un jour par semaine.
    Mes parents passaient tous les dimanche avec leur famille, alors que moi je ne rencontre la mienne qu’à Noël : je suis plus proche de mon épicier que de certains membres de ma famille.
    C’est le genre de trucs que les "laïcs" (abuseurs de mots) ne comprennent pas. Par exemple on ne va pas à l’Eglise pour adorer Dieu de façon obsessionnelle (ce qu’on peut d’ailleurs faire à la maison), mais pour rencontrer des gens de sa communauté (et y trouver un conjoint, un emploi ou une aide quelconque).

     

    Répondre à ce message

    • #1552059

      j’aime ce commentaire ... IL nous amène à réfléchir sur le sens de notre vie .

       
    • Nous avons certe perdu de cela avec la mondialisation et la laïcité, mais il n’y a la forcément besoin d’être chretien ou d’une quelconque religion pour être proche de sa famille. Les modes de vie y sont pour beaucoup. L’autonomie et l’entraide sociale au sein de communauté familiale existe depuis bien avant l’avènement de religions monothéistes.

       
    • #1552263

      Par exemple on ne va pas à l’Eglise pour adorer Dieu de façon obsessionnelle (ce qu’on peut d’ailleurs faire à la maison), mais pour rencontrer des gens de sa communauté (et y trouver un conjoint, un emploi ou une aide quelconque).



      Triste ! On ne va pas à l’Eglise pour adorer Dieu, ni pour rencontrer des gens de sa communauté, mais pour rencontrer Dieu et se trouver, de temps en temps, face à face avec son Créateur !

      Une Eglise n’est pas une foire mais un lieu saint où on repose son âme et où on forge sa spiritualité. De même, on ne s’assoit dans une Eglise, mais on reste debout devant Dieu !

      Il est vrai, dans ces temps de bassesse morale, chercher une épouse à l’Eglise n’est pas une idée bête ;

      N.B. " Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. " - Jésus ( Matthieu ch. 11/28 )

       
  • Et par contre chez nous une certaine élite communautaire pousse constamment au travail le dimanche.
    Et pour l’interdiction des examens et de l école le samedi.

     

    Répondre à ce message

  • #1551805

    La division ? Dieu reconnaitra les siens et le diable les autres .

     

    Répondre à ce message

  • et on en parlera pas sur France télévision,BFM,RMC,Europe1,France24 et bien d’autres et pour cause les indiens d’Amérique sont aux commandes de ces chaines.

     

    Répondre à ce message

  • #1551847

    Pour une fois je suis tout a fait d’accord avec ces juifs-là. Le repos hebdomadaire devrait être une chose sacrée et son fondement est profondément humain. Même en Israël la religion montre son incompatibilité avec les "affaires" et il n’est pas lointain le jour ou cette extrémisme là ne sera plus toléré dans ce pays.
    Le sionisme n’a rien à voir avec le judaïsme, religion qui pourtant - selon les commentateurs les plus impartiaux - se rapproche le plus de l’idéologie libérale. Le judaïsme loin d’être la religion du capitalisme en est au contraire le crépuscule c’est elle qui signe la fin du matérialisme puisque malgré son matérialisme le plus trivial et contrairement au christianisme ’trop spirituel" elle maintient l’exigence religieuse dans la matérialité la plus abjecte.
    Le judaisme est la matrice proclamé de toutes nos religions et il leur est indissolublement lié et c’est en parti aussi pour cela qu’il est réservé à une élite. Ainsi isolé l’universalité de son enseignement est stipendié . Il n’est pas trop audacieux de penser que le judaisme reste encore le modèle de résistance le plus accompli à la disparition du spirituel dans nos sociétés. Cette religion est par beaucoup d’aspects comique mais n’est-il pas comique aujourd’hui de vouloir penser à autrechose qu’a travailler ...pour les banquiers. Peut-être pourra-t-on un jour à l’encontre de la malédiction biblique concilier la sueur et la vie.

     

    Répondre à ce message

  • Israël est une théocratie, ce sont les rabbis qui commandent . Fanatisé par eux, Ygal Amir (25 ans) assassina Yitzhak Rabin en 1995 car ce dernier voulait faire la paix avec les Palestiniens . Depuis Israël est dirigé par ceux qui ont profité de l’assassinat et les partisans de la paix ont peur : le crime (politique) paie .

     

    Répondre à ce message

  • #1552291
    Le 8 septembre à 23:52 par jojo l’affreux
    Israël : l’intégrisme religieux pèse de plus en plus sur la société

    C’est dingue comme cette religion est proche de l’islam, où, rappelons le, on force les commerçant à fermer boutique pendant l’heure de la prière. Pas vrai ?

    Comment faire pour rendre visite à sa famille le dimanche si toutes les stations-services et autres autoroutes sont fermés et que les transports publiques ont été coupé ? Dans l’organisation sociétale qui est la notre, personne n’interdit à qui que ce soit de rendre visite à sa famille en dehors des fêtes pourtant...

     

    Répondre à ce message

  • de quoi se mêlent ces ultras ? il craignent Dieu ? très bien, c’est également mon cas ! mais qu’est ce que ça peut leur faire que des ouvriers travaillent lors du sabbat ? du moment qu’on ne les oblige pas eux à travailler durant le sabbat, ils n’ont rien à dire car personne ne les force à être en faute...

     

    Répondre à ce message