Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le nord du cercle Arctique n’est pas épargné par l’immigration extra-européenne

On pourrait penser que le nord du cercle Arctique est une région suffisamment éloignée des côtes africaines pour qu’il ne soit pas atteint par la vague migratoire qui déferle sur l’Europe. On aurait tendance à estimer que le climat et le manque de luminosité durant de longs mois de l’année soient assez dissuasifs à l’installation des migrants du sud. C’est un sentiment trompeur.

Il suffit de se promener dans les rues du centre ville de Kiruna, en Laponie suédoise, pour constater que la présence d’Africains, de femmes voilées, de mendiants roms est bien ancrée dans cette localité qui ne compte guère plus de 18 000 habitants. Qu’est-ce qui explique ce phénomène qui était pratiquement inexistant dans cette partie du nord de la Suède, il y a très peu de temps encore ?

La ville de Kiruna a bâti son essor autour de la mine, il y a un peu plus de cent ans, et elle s’apprête à mettre en oeuvre un projet pharaonique de déplacement de son centre-ville pour éviter un engloutissement, en raison de l’activité minière. La population était, jusqu’à très récemment, assez homogène, venue de différents coins du pays pour des opportunités de travail. Le visage de la ville a complètement changé, de manière accélérée, ces dernières années. Même si les Suédois de souche restent majoritaires, de nombreux Érythréens, Syriens et autres extra-européens habitent désormais la ville. La devanture du centre commercial est même squattée de manière quotidienne par un mendiant rom.

La principale raison de cet afflux vient de la politique libérale en matière d’immigration menée par le gouvernement suédois depuis le début des années 70. L’année 2015 a été une année record en ce qui concerne les demandes d’asile. Bien que la plupart des migrants cherchent à s’installer plus au sud, à Malmö en particulier, le gouvernement a dû se résoudre à répartir les migrants dans des régions plus reculées du pays car les infrastructures existantes sont saturées.

Il existe également des minorités agissantes qui prônent une immigration sans limite et qui influent sur la politique du pays. Il n’est pas rare de voir des autocollants « Refugees Welcome » un peu partout dans la ville ou bien des tags signés par les « antifas » qui décrètent que la ville est une ville sans néo-nazis, sans compter les logos pro-LGBT promus dans les magasins. Les prestations sociales très généreuses en Suède, dont les migrants bénéficient en grande partie, semblent les convaincre de rester dans cette région peu hospitalière en hiver.

La crise migratoire en Europe n’étant pas près de se résorber, il est à prévoir que la transformation ethno-culturelle de villes comme Kiruna continuent de manière effrénée si la politique migratoire ne change pas de façon radicale dans le royaume scandinave.

Revoir les explications d’Alain Soral sur le métissage forcé des populations européennes voulu par certaines élites :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je me demande si ces sauvages ( les Érythréens) auront le droit , au nom des différences culturelles, d’exciser leur filles à l’âge venu. Une chose est sûr c’est que par manque d’argent, ils ne pourront pas envoyer leurs filles, pendant les vacances, dans leur pays d’origine ou autres pays qui pratiquent ce rite barbare afin de ne pas encourir des poursuites judiciaires comme c’est le cas en Angleterre ou en Belgique.

     

  • Toute l’Europe est touchée, et on le sait depuis longtemps. Des sites (peu aimés sur E&R) font depuis longtemps le travail de revue de presse prouvant que l’immigration de populations parasites est partout.

    Et partout le même flot de propagande subventionnée, de tolérance, de métissage festif, d’accueil délirant, d’"enrichissement multiculturel".

    C’est ce constat transversal qui force à admettre qu’il s’agit d’une politique concertée, voulue, imposée. C’est un projet.

    Franc-maconnerie ? Sionisme ? Mondialisme ? Pouvoir bancaire ? Bilderberg ? CFR ? Etat profond américain ? Néo-cons ? etc. Ou tout cela à la fois. On a du mal à comprendre la force agissante sous-jacente, mais elle existe, c’est indéniable. Elle veut briser les cultures et les nations.

    Il faut maintenant passer à l’étape d’après. S’organiser, lutter ou crever.

     

    • Je nuancerais vos propos en disant que si je me promène dans les rues de Prague, de Varsovie ou de Bratislava, je vois très peu d’immigrés ou de non-blancs en réalité. C’est dû à diverses raisons : Etat fort communiste qui a laissé peu de place à l’idéologie droit-de-l’hommiste pendant 45 ans, refus massif des populations autochtones, aides sociales peu attractives, faible population de migrants de base qui n’attirent pas leurs congénères restés aux pays. Les pays doivent vraiment se calquer sur le modèle d’insoumission hongrois, c’est la seule solution pour éviter la submersion totale.


    • S’organiser oui, il suffit de reprendre les campagnes, fort nombreuses et désertifiées.
      Ce sont surtout les villes qui sont envahies.

      Et si la situation part en vrille sous la pression toujours plus forte...ou suite aux provocations des uns et des autres....il vaudra mieux être loin des villes.(surtout les grandes)


  • Suède : 10 millions d’habitants dont 16% d’allogènes, et pourtant le taux de fécondité n’est que de 1,88 enfant par femme . Les peuples malthusiens sont voués à disparaître, au profit des peuples prolifiques .


  • L’homme étant l’enfant du climat (merci Frédéric Delavier !), si les Erythréens devaient survivre dans la nature suédoise, ils succomberaient tous très vite : peu de capacité probablement à synthétiser les graisses animales et à les stocker de la même façon que les Européens, morphologie non adaptée pour conserver la chaleur dans des froids extrêmes (doigts, pieds gelés ? sinus & poumons non adaptés ?), incapacité de synthétiser la vitamine D avec un ensoleillement très faible voire inexistant pendant de longs mois, incapacité à digérer la caséine ?

    Bref, je suis pas spécialiste, mais je suppose que, à terme, même avec nos conditions de vie actuelles (espaces climatisés, lumière artificielle ?), il se peut que, sur la durée, les Erythréens en question développent certaines maladies et soient confrontés aux dures lois de la sélection naturelle.

    Il est évident également que si nous devions vivre de nouveau comme nos ancêtres, ces "lois" s’imposeraient également aux populations négroïdes non-adaptées pour vivre sous nos latitudes, et notamment pour affronter des grands froids.


  • J’ai moi même vécu à Hammerfest pendant 2 ans, extrême nord de la Norvège et j’y ai vu quelques somaliens, quelques irakiens et des Roms à l’entrée des boutiques...


  • La Suède est officiellement le "royaume du peuple Goth"....Les barbares du bas-empire au IV et Ve siècle....La roue a fini sa course et un nouveau peuple barbare viendra remplacer l’ancien trop abîmé pour continuer à exister !


  • Lors d’un voyage en Islande, j’avais eu la surprise de rencontrer une jeune femme noire qui ne savait parler que l’islandais et l’allemand.