Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Raphaël, fils de l’employé immolé, obtient l’ouverture d’un procès contre France Télécom

« 19 suicides entre 2008 et 2009 », lance Bourdin à son invité, Raphaël. Raphaël se bat depuis des années pour obtenir un procès pour « mise en danger d’autrui et homicide involontaire ». Il n’a obtenu que la qualification de « harcèlement moral ».

 

Les faits

Rémy était cadre chez France Télécom. Le 26 avril 2011, il s’est immolé sur le parking d’un site de l’entreprise à Mérignac, en Gironde. À cette époque, il n’a pas été le seul à commettre ce geste. Raphaël, son fils, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi [8 juillet 2016]. Le parquet demande aujourd’hui un procès pour harcèlement moral. (source rmc.bfmtv.com)

 

Raphaël :

« Il y a des gens qui se sont assis autour d’une table et qui ont conçu deux plans, qui s’appellent Next et Act... Ils se sont dit qu’il fallait faire partir 22 000 personnes de l’entreprise, et peu importe les moyens. C’est-à-dire qu’ils savaient qu’ils allaient les pousser à bout. »

Bourdin :

« Je me souviens ce que déclarait Didier Lombard [PDG à l’époque, NDLR], c’était en octobre 2006, devant des cadres de France Télécom, voilà ce qu’il disait : “en 2007, je ferai les départs d’une façon ou d’une autre, par la fenêtre ou par la porte.” »

 


 

Didier Lombard avait qualifié de « mode » les suicides des employés

Le ministère public reproche à l’entreprise, devenue Orange, d’avoir mis en place dès 2007 une politique qui a eu pour effet de « déstabiliser » les employés. Sont visés l’ex-patron, Didier Lombard, et six autres dirigeants. 35 salariés s’étaient donné la mort en 2008 et 2009.

[...]

Devenue Orange, France Télécom a été la première entreprise du CAC 40 à avoir été mise en examen pour harcèlement moral. Son procès amènerait la justice à trancher la première affaire de harcèlement à grande échelle dans une entreprise de cette taille.

[...]

En tout, sept dirigeants doivent être renvoyés devant un tribunal correctionnel, selon le ministère public. Le juge d’instruction devrait se prononcer d’ici quelques semaines. Les dirigeants encourent jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende, selon l’article 222-33-2 du code pénal.

De son côté, le syndicat CFE-CGC d’Orange (ex-France Télécom) réclame jeudi le renvoi en correctionnelle de France Télécom et de son ex-patron, Didier Lombard, pour « homicide involontaire », jugeant la qualification de « harcèlement moral » retenue par le parquet de Paris très « réductrice », après la vague de suicides sans précédent intervenue en 2008 et 2009.

« Il est indispensable que les magistrats instructeurs en charge du dossier tirent toutes les conséquences des éléments figurant dans la procédure et décident de renvoyer les personnes physiques et morale mises en examen devant la juridiction correctionnelle des chefs combinés d’homicide involontaire, mise en danger de la vie d’autrui et harcèlement moral », déclare le syndicat dans un communiqué.

[...]

Face aux enquêteurs, France Télécom et certains cadres ont nié l’existence d’objectifs de réduction d’effectifs, évoquant de simples « indications », et présenté la restructuration comme une opération de sauvetage, sans lien avec la dégradation du climat social. Aux yeux du ministère public, les témoignages et documents internes passés au crible montrent au contraire que les objectifs de mobilités et de réduction des effectifs étaient devenus une fin en soi, quels que soient les moyens pour y parvenir : incitations répétées au départ, mobilités forcées, surcharge ou absence de travail, réorganisations tout azimuts...

« Les cadres étaient formés à décourager leurs équipes, leur bonus en dépendait. Chaque nouveau départ était la promesse d’une prime majorée en fin d’année », écrit Le Monde ce jeudi.

Lire l’article dans son intégralité sur lefigaro.fr

Le management libéral et ses conséquences, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J’ai déjà vu la vidéo... pourvu que la justice fasse son boulot... mais ce Bourdin, qui se dit journaliste... donne toujours l’impression de tomber des nues !!!!!! visiblement il ne se renseigne ni sur son invité, ni sur le sujet. Il doit passer plus de temps à se faire coiffer ce ..


  • Bourdin : « Ah bon ?! On embauche des conseillers en ressources humaines intéressés en part variable pour virer des salariés, aaaaah bon ? A mais je ne le savais pas ! »

    « Mon job, c’est d’aider les entreprises à virer les gens »
    http://www.lemonde.fr/m-perso/artic...

    Et pour les sous-traitants en prestation de service notamment ceux qui travaillent chez France Télécom ?
    Jean Claude Boudin : « Ah bon ?! Et pour les sous-traitants c’est pareil ! Aaaaah bon ? »
    Ce sont ceux-là mêmes qui gravissent les échelons dans l’entreprise.
    Bourdin, toi aussi, le has-been, tu finiras par te faire virer.


  • C’est clairement dégueulasse toute cette histoire et je compatis à la douleur des familles.
    Cependant, est-ce que ça n’aurait pas fait aussi scandale s’ils avaient fait un plan de licenciement ’à la loyale’ ?


  • La société France Telecom, devenue Orange, n’était elle pas obligée, suite à la privatisation, de diminuer ses effectifs et de mettre la pression sur ses salariés afin d’être ou de rester compétitive dans le cadre des marchés européen et international, notamment par rapport aux délocalisations qui avaient eu lieu en Irlande (faiblesse de l’impôt sur les sociétés) et au Maghreb (faiblesse des rémunérations) mais aussi par rapport à l’arrivée sur le marché de concurrents plus compétitifs comme Bouygues, SFR... ? Les actionnaires, afin d’augmenter leurs bénéfices, n’avaient ils pas intérêt à diminuer la masse salariale et à la rendre plus productive ? Rappelons que les entreprises ont pour objectif principal de faire des bénéfices et n’ont pas à se soucier de la moralité mais seulement du respect des règles établies (encore que...). Or, il existe dans ce monde, qu’on voudrait sans frontières, des "paradis fiscaux" et des travailleurs pauvres dans le tiers monde or, cela incite les entreprises françaises qui le peuvent, pour des motifs de rentabilité économique et de concurrence, à délocaliser sièges sociaux, productions et services afin d’augmenter leurs marges. Or, un tribunal français n’est pas chargé de rédiger un livre noir du capitalisme.

     

    • C’est là la différence entre service public et entreprise privée.
      Le sujet est complexe.
      Les services publics, malgré les dérives dues aux 30 glorieuses (on crée des emplois pas forcément nécessaires...), avaient une qualité au travail et assuraient un service de qualité.

      Maintenant, Orange c’est vraiment désastreux comme gestion, du moins les expériences que j’ai eues. Le service client parle souvent très mal français, difficile de se faire comprendre.
      Pour le raccordement des habitations, ils sous-traitent tout et n’arrivent pas à gérer correctement les chantiers. Ce qui se passe souvent quand il y a trop d’intermédiaires et des commanditaires de bureau...
      Et en plus ce sont les plus chers. Normal, ils ne peuvent pas dégraisser autant qu’ils le souhaitent, ni casser tous les acquis sociaux d’un coup.

      C’est pour moi du sabotage industriel, réalisé en sous-marin, et au profit des opérateurs privés.

      Je pense que ce schéma s’applique dans les anciens services publics (EDF, RTE, ErDF, GDF, La poste, ...)


    • Oui, effectivement. Orange est l’arbre qui cache la forêt. Il se passera la même chose à la SNCF quand il y aura une ouverture à la concurrence.

      C’est cette saloperie d’ultra-libéralisme qui est à la source de tout cela. Il faut qu’on ait un vrai dirigeant nationaliste qui mette fin à tout cela : sortie de l’ue, suppression de la dette, une seule banque Française, un seul producteur et distributeur d’électricité (EDF), etc.. rétablissement des frontières, construction d’usines en France pour tous les secteurs de production, etc...

      Et il faut lourdement taxer les produits étrangers rentrant en France, ce qui fera que les produits Français seront moins chers et de bien meilleure qualité.

      Bref, si j’étais à la tête du pays, il y aurait du VRAI changement POUR LE PEUPLE (et pas du changement c’est maintenant...).


    • Le problême c’est que France télécom n’aurait jamais du être privatisé.

      La France avait il y a quelques décennies encore les meilleurs services publics en europe, voire dans le monde.

      France Télécom privatisé : Hausse des prix globaux des télécoms en France (40€ la ligne fixe ?)
      EDF/GDF en cours de privatisation : Hausse globale des prix de l’énergie, perte en qualité de service, au revoir les usagers, bonjour les clients (vous goûterez la nuance)
      Privatisation du service des eaux : Augmentation des prix, perte en tracabilité et qualité de service.
      Privatisation de la SNCF : Baisse de la qualité des services, Réseau délabré, lignes fermées, augmentation des prix.
      Privatisation de la poste : fermeture de bureaux de postes, baisse de la qualité du service, dévalorisation du postier, (Le postier va maintenant pouvoir se faire payer pour rendre service, ils ont même des formations pour installer des box internet.)

      Ce n’est pas à un tribunal de faire le livre noir du capitalisme, mais c’est au tribunal de juger l’entreprise pour la façon dont elle a traité ses employés, ce qui se passe dans ces entreprises est inadmissible, autant pour les employés que pour les Français. Si ceci est le résultat de leur privatisation alors le jugement doit également retomber sur ceux qui ont décidé de ces privatisations.

      De plus l’argument qui triendrait à dire que ces entreprises ont été privatisées pour absorber une partie de leur dettes, (Argument qui à servi pour vendre aux Français la suppression de leur services publics) cet argument est totalement fallacieux, parce qu’un service public est de nature, une dette dans les comptes de l’état, puisque ce sont les împots qui le financent.

      La vérité c’est que ces entreprises ont été privatisées sur ordre de Bruxelles qui y voyait un monopole indû, et qui, avec des acteurs du secteur privé qui voulaient une part du gâteau, a forcé la France à privatiser ses services publics.

      La vérité c’est qu’on nous à volé nos services publics et que l’on à applaudi pour saluer l’arrivée d’une pseudo concurrence qui à cette échelle ne peut que tirer les prix vers le haut et la qualité vers le bas.


    • France Telecom se trouvait (ainsi qu’Orange aujourd’hui) dans une situation schizophrénique l’obligeant à louer à perte à ses concurrents son réseau (cuivre et fibre optique), ses locaux, ses équipements.
      Ainsi ceux-ci ont pu récupérer avantageusement les clients FT (un opérateur concurrent connu fait 40% de marge sur le fixe), d’autant qu’une contrainte des autorités - Arcep et Autorité de la Concurrence - interdit à FT de baisser ses tarifs à hauteur de ceux des concurrents, tarifs qui seraient là considérés comme prédateurs...
      Devant la perte de chiffre d’affaires, la variable d’ajustement de la Direction FT fut de diminuer la masse salariale en virant 22000 personnes sans faire de détail.
      PS : les suicides à FT du fait du travail, qui sont beaucoup plus nombreux que les chiffres annoncés, concernent essentiellement des employés, cadres et techniciens fortement engagés dans leur travail et qui se sont retrouvés au fil du temps sans reconnaissance de la Direction (euphémisme), sans soutien de leur collègues, l’individualisation à outrance régnant dans la boite.


  • Bourdin sait bien faire l’ignorant quand il faut ,il aurait du faire du cinéma ,il aurait fait aussi mauvais acteur que journaliste.


  • Bonsoir,
    Aux types des bureaux qui veulent se suicider : Ne le faites pas et aller distribuer des grosses torgnoles à votre hiérarchie (Vous verrez, ça soulage). Faites la grève aussi et soyez solidaires de vos collègues (enfin ceux qui en valent la peine).
    Lorsqu’on montre les crocs, les mini-dictateurs des bureaux se calment, je vous le garantie. Au pire, vous serez viré. Cela m’est arrivé et je suis toujours vivant.

    La mini-violence c’est mal mais y a des fois .... .

     

  • Il n’y a pas que chez France Telecom que cette méthode existe, dans la grande distribution aussi, humiliation et mise au placard jusqu’au burn-out, même la médecine du travail est complice, j’en garde un souvenir très amer avec sept salariés poussés à la porte en l’espace de moins d’un an. Par contre ceux qui ont contribué à cette sale besogne ont été à leur tour congédié. Comme quoi il y a toujours un retour de manivelle !


  • Il faut dénoncer les vrais responsables et pas seulement les entreprises qui appliquent les "directives" !
    Le capitalisme international qui oblige les entreprises dont elles sont propriétaires (par le truchement de la Bourse) à "optimiser" leurs résultats... et l’Europe actuelle qui n’est que le bureau d’enregistrement des désidératas de ces suceurs de sang internationaux !!!
    Ces entreprises françaises historiques dont Orange fait partie (anciennement PTT, France Telecom) ont, pendant des dizaines d’années, participé à l’économie nationale pour le plus grand bien de ses salariés (c’est peu de le dire).
    Quand tout va bien, ces entreprises sont des "fleurons" de l’économie internationale et, quand ça va moins bien, de "vilaines" entreprises françaises... Attention de ne pas tomber dans le panneau !


  • Commentaire froid et cynique : depuis quand un homme qui abandonne femme et enfants pour une histoire de harcèlement ou de mutation professionnelle peut réclamer quoique ce soit ? Ces mecs n’ont pas entendu parler de guerre 39/45, de misère, de courage dans l’adversité ? Un pain dans le nez de son chef et une comparution devant les prud’hommes c’est quand même moins extrême et irréversible que de se cramer devant le siège de la boîte non ?

     

    • Effectivement c est très cynique . Certaines personnes ne peuvent, de par leur nature profonde , réagir comme Vous souhaiteriez, et sont même persuadées ( à tort) d êtres Elles même un peu coupable de cette situation, (parce qu on les laisse aussi le croire) de ce fait parfois Elles retournent cette violence contre Elles même . Ce sont souvent des gens très sensibles , victimes d injustices , gardons Nous de juger, essayons plutôt d en sauver quelques unes autours de Nous, la solidarité doit être de mise . Merci .


    • En effet, il faut éviter de juger car si en France nous sommes environ 60 millions de personnes, il y a 60 millions de personnes avec des émotions, sentiments et personnalités différents. Nous avons (devrions avoir) une justice pour juger et des français pour réfléchir à qui voter aux prochaines élections pour que les choses changent.


    • Mon père faisait partie des suicidés. Ce harcèlement te conduit à une dépression. La dépression te fait perdre la raison.
      Tout le monde n’est pas sujet à cela, mais c’est une maladie psychique.

      Ton commentaire revient à dire à un cancéreux en phase terminale qu’’il a encore le choix de la vie ou la mort.


    • @ RoRe

      Physiquement je suis une biscotte, taillé comme une bouteille de Pierrier ! Mais retourner la violence qu’on nous fait subir contre soi même est une connerie sans nom. J’ai 64 balais aujourd’hui, je me rapproche de la fin en promenant mon petit chien. Et pourtant l’an dernier (j’avais 63 ans) j’ai éclaté la tête d’un prof de philo gauchiste de 48 ans qui enseignait des conneries aux gamins. J’ai juste bondi de mon siège (on était à la terrasse de mon rade habituel). Maintenant c’est total respect, même les punks à chien me saluent ! Aussi je dis : tant que tu es en vie tu es en vie. Se tuer ? Il y a déjà bien assez d’ordures comme ça qui veulent ta peau.

      Cela étant dit tout ceux qui sont passés de l’autre côté du miroir méritent notre respect. Ce qui inclut ton père avec son geste malheureux.

      https://youtu.be/IX4viMndmCo


  • C’est peut-être un peu plus compliqué que ça. J’ai effectué une mission informatique chez France Télécom dans la Tour Maine Montparnasse en 1996 (MVS, TSO/ISPF, RDJ, SPITAB, DB2, COBOL). Ils devaient être dans les quatre vingt à travailler là. A cette époque on travaillait encore avec des terminaux stupides (3070). Et bien la plupart d’entre eux n’avaient même pas de terminal sur leur bureau. Ca lisait Libé, Le Canard Enchaîné, Charlie Hebdo, les Inrocks ou Télérama. Ca parlait des émissions de la veille à la télé. Techniquement c’était un troupeau de nuls. J’ai retrouvé la même chose dans toutes les grosses boîtes nationalisées où je suis intervenu entre 1980 et 2000 (ANPE, GIA IDF1, EDF, Gaz De France) . Tout était systématiquement soustraité à des SSII qui se goinfraient. J’étais pas à pleindre.

    Pour donner une idée de leur niveau technique je vais ici parler en technictien s’adressant à des techniciens. Pour mettre à jour en Batch un fichier KSDS VSAM (ici il s’agissait de l’outil SPITAB) il faut le fermer en TP (ici CICS). Il existe un code transaction pour ce faire. On tape le DSNAME du fichier et on tape "C" pour closed ou "O" pour open. Ces abrutis faisaient des vidéo-conférences avec l’explotation qui se trouvait je ne sais où pour convenir d’un jour et d’une heure où ils feraient carrément tomber CICS (CSMT shutdown) privant ainsi tous les utilisateurs de moyens de travailler. Juste pour faire passer leur petit programe qui ne mettait à jour que quelques postes dans une toute petite table. Quand je leur ai montré comment faire et que le tout prenait à peine une minute sans déranger personne ils se sont mis à me détester.

    Je ne voudrais surtout pas généraliser. C’est trop grave quand des gens en arrivent au suicide. Ce que je puis dire c’est que si, suite à leur privatisation, on a demandé à ces "informaticiens" maison de faire leur travail pour de bon ça a dû en secouer certains très sérieusement. Il y a des métiers où on peut pas faire semblant, je n’ai jamais vu un imposteur bluffer un compilateur.

    Ce témoignage ne va pas dans le sens de la défense des salariés face au CAC 40. J’ai prévenu : c’est peut-être un peu plus compliqué que ça. Je suis en train d’écrire un bouquin, pas un roman, un témoignage dont le titre est Les grandes entreprises embauchent des gens incompétents pour cacher ce qu’elles font vraiment. Et je le démontre. Faudra peut-être que je fasse lire le tapuscrit à un cabinet d’affaires avant de le soumettre.

     

    • C’est un avis éclairé d’une situation particulière, mettant en perspective certaines dérives, souvent communes aux grosses boîtes nationalisées.
      Merci pour ce témoignage.

      Etant sur le terrain, en première ligne chez un producteur historique, je vais aller un peu dans l’autre sens.
      Pour faire tourner nos usines, nous devons travailler d’astreinte (24h/24, à tour de rôle), maîtriser des domaines variés (électricité, mécanique, hydraulique, informatique, ect), endosser de grosses responsabilités, et faire avec les moyens du bord (la "crise" financière).

      Chez nous, les SI c’est une catastrophe.
      On a beau, donner notre avis, proposer des solutions, rien ne bouge.
      Le problème, entre autres, c’est que tout a été fait pour que les ouvriers et techniciens de terrain, ne puissent plus s’approprier l’outil de travail comme autrefois.

      Ce qui donne une situation où l’on a perdu beaucoup de compétences, sous-traité tout ce qu’on pouvait plus ou moins sous-traiter (bonjour les factures...), et que l’on a embauché des tas d’ingénieurs totalement déconnectés des réalités du terrain et réduit les effectifs dans les usines.

      Heureusement qu’au niveau communication tout est fait pour faire mousser l’entreprise, et que les "manageurs" sont plus où moins formés pour essayer de cacher la misère...


  • C’est très amusant de parler de France Telecom pour les suicices, alors que c’est bien à partir du changement de politique pour devenir "Orange" que les suicides ont commencé. Ils ont utilisé différentes techniques pour "dégraisser" dont le "fear driven management". Toujours la volonté de détruire ce qui était un fleuron de la Nation, pour ne pas noirçir la belle image d’Orange qui est totalement responsable. Repose en paix France Telecom, très grand nom respecté par les ingénieurs du monde entier. Encore une vente scandaleuse au secteur privé parce que ça ne générait pas d’argent... ("et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’alu...")


  • BFM (P.Drahi SFR) en défenseur de l’orphelin, surtout quand le méchant est Orange, un concurent, semi publique ! Mais bon pour le budget yacht, Bourdin est prêt à faire son numéro indésirable.


  • “Les dirigeants encourent jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende, selon l’article 222-33-2 du code pénal.” C’est tout ? C’est ce que coûte la vie pour la justice franchaige ?? Harcèlement ? Y a des lobbies au palais ou quoi ? Si le but final des victimes fut la mort, c’est pas du harcèlement, c’est une incitation au suicide 3ans et 45000e. Et il y a accumulation : non assistance à personne en danger 5ans et 75000e, et atteinte volontaire à la vie (C’est-à-dire qu’ils savaient qu’ils allaient les pousser à bout) : 10ans de réclusion criminelle 150000e. C’est comme ça que je vois les choses article 1-1-1 du code insurrectionnel.. Le fils est d’accord avec moi.
    Jusqu’à 2ans et 30000e (même pas certain que ça passe)... ça va être quelques mois avec sursis et un recours sur l’amende à payer. Et tout le monde oubliera l’affaire en peu de temps, parce que c’est une justice pour la piétaille voilà.


Commentaires suivants