Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Anatomie de l’Empire côté coulisses

Avant même d’ouvrir le volume et d’entamer la lecture de la première page, une considération s’impose au sujet de Comprendre l’Empire, le nouvel opus de notre ami Alain Soral : sa parution marque une étape nouvelle et particulièrement intéressante dans l’histoire du marché du livre. En effet, malgré un silence assourdissant de la part des grands médias et avec – à ma connaissance – une seule apparition à la télévision pour faire la promotion de l’ouvrage (cela se passait, sans surprise, chez Frédéric Taddei), les ventes n’en ont pas moins atteint des sommets impressionnants, surtout lorsqu’on sait qu’un nombre pléthorique d’exemplaires s’est vendu avant même la mise à disposition du livre en librairie. Ceux qui, à la tête de la presse littéraire et des émissions culturelles, connaissent l’existence de l’ouvrage, l’ont peut-être même lu et se sont bien gardés d’inviter Alain Soral ou de dire le moindre mot de son essai, se demandent bien quelle explication donner à ce phénomène. N’était-il pas évident, jusqu’ici, que le succès de n’importe quel produit était proportionné aux moyens engagés dans sa publicité et à sa visibilité dans les canaux officiels de transmission de l’information ? Pourquoi le public se mettrait-il, sur un coup de tête, à acheter l’œuvre d’un écrivain qui passe si rarement à la télé ?

Ce que ces messieurs n’ont pas vu venir, c’est la conjonction de différents facteurs relatifs à la personne et au travail de Soral et dont les plus significatifs me semblent être les suivants :

1) Soral n’est pas un obscur plumitif inconnu du public : il est publié depuis plus de vingt ans, a signé un grand nombre d’ouvrages et a débordé la sphère du livre pour s’essayer à d’autres expériences, sur un spectre allant du cinéma au militantisme politique.

2) Si Soral a le mérite d’amener dans son dernier livre des idées nouvelles, ces dernières sont toutefois partagées par un nombre croissant de personnes : l’ouvrage paraît au seuil d’une période charnière et synthétise, avec un léger coup d’avance, les diverses idées et réflexions qui constituent la prise de conscience de milliers d’individus parmi ses lecteurs.

3) Ceux qui font une confiance aveugle aux chroniqueurs littéraires du système et se contentent des bibliographies autorisées délivrées par les animateurs et tâcherons habituels sont de plus en plus rares ; la méfiance généralisée du public à l’égard des médias traditionnels le mène tout naturellement à se tourner vers internet et à découvrir, par le biais de cet “alter-marketing” cher à Dieudonné, d’autres auteurs et d’autres œuvres.

4) L’aventure associative d’Egalité & Réconciliation, jumelée aux talents de rassembleur de Soral et à sa popularité parmi la jeunesse, lui a assuré une place de choix dans la blogosphère, sur la base d’un mouvement de soutien et de sympathie fondé non pas sur l’argent ou le trafic d’influences (conditions de la promotion médiatique classique) mais sur la simple adhésion aux thèses du livre.

Le succès de Comprendre l’Empire, du point de vue strictement commercial, c’est donc d’abord la victoire de la popularité réelle sur la flatterie, la victoire d’une communication basée sur l’imagination et l’enthousiasme sur une communication basée sur les enjeux financiers et le copinage. En tant qu’amoureux des livres connaissant de l’intérieur les politiques de librairie, je ne peux que m’en réjouir. Alain Soral, comme Marc-Edouard Nabe, Paul-Eric Blanrue et quelques autres – Alain n’appréciera peut-être pas le parallèle mais j’assume mes amitiés contrastées – inaugure une nouvelle manière de promouvoir et de diffuser l’écrit, dans une optique où la liberté d’une écriture sans concession l’emporte sur les limites imposées au livre en milieu capitaliste.

Mais je ne me limiterai pas ici à chanter les vertus de l’objet-livre, ce serait faire offense à un ouvrage qui, justement, fustige un certain type de matérialisme. Venons-en donc au contenu. Dès l’introduction, Soral nous rappelle qu’il ne nous présente pas ici l’essai qui le raccommodera avec tous les ennemis qu’il a eu le loisir de se faire durant ces dernières années, ce serait même plutôt le contraire. Il porte en lui « une envie d’entrer dans la légende plus forte que celle d’entrer dans la carrière » (p.14) et c’est tout à son honneur. Je ne reprendrai pas le développement de l’auteur point par point, je préfère renvoyer au texte que faire des paraphrases ; je dirai seulement pour rassurer ceux qui craignent de se retrouver avec une énième compilation d’élucubrations conspirationnistes entre les mains qu’il ne s’agit pas du tout de cela. Pas de petits hommes verts, d’hyperboréens ou de reptiliens satanistes dans cet ouvrage : le petit livre noir de Soral n’est pas le petit livre jaune des Illuminati. On nous parle de certains complots, certes, mais ces derniers sont attestés par l’histoire et leur mode d’agir est toujours explicité par la dialectique la plus rigoureuse. Par le sérieux avec lequel il traite son sujet, Soral montre à ceux qui en douteraient encore qu’on peut parler de lobbys sans être paranoïaque, rappeler l’histoire de la franc-maçonnerie sans tomber dans l’anti-maçonnisme primaire, évoquer la question juive (notamment à travers la généalogie de la banque en Occident) sans faire preuve d’antisémitisme, et rendre justice à l’Ancien Régime sans l’idéaliser et sans diaboliser à outrance la République.

La République, parlons-en : l’adage « qui aime bien châtie bien » me semble particulièrement adapté pour définir le rapport qu’entretient Soral avec elle. Soral, rappelons-le, est tout de même l’homme qui a co-écrit le discours de Valmy prononcé par Jean-Marie Le Pen en 2007, un des principaux artisans de cette réconciliation qui devait – qui aurait dû ? – amener le Front national à renouer avec le projet républicain. Mais il y a République et République. Soral rend hommage, tout en fustigeant leur naïveté, aux pionniers de la Première République, ceux qu’il appelle les progressistes de gauche, soit Robespierre et Saint-Just, des hommes admirables par leur courage et leurs mobiles désintéressés mais victimes de plus malins qu’eux. En effet, les problèmes commencent lorsque ces progressistes de gauche (révolutionnaires sincères) se font instrumentaliser par les progressistes de droite (bourgeoisie capitaliste) pour liquider les réactionnaires de droite (tenants de l’Ancien Régime) avant de se faire liquider eux-mêmes, comme kamikazes utiles et cocus involontaires, les affairistes peu scrupuleux qui vont leur succéder dans le lit de Marianne tenant ici le rôle de l’amant dans le placard. De façon pour les nouveaux “républicains”-ploutocrates de pouvoir « enfin niquer tout le monde, spolier la noblesse et mettre les anciens serfs, futurs prolétaires, au boulot ! » (p.38)

L’Empire dont il est ensuite question, et dans lequel, à travers les siècles, certains éléments de la République auront leur rôle à jouer (avec Dominique Strauss-Kahn comme agent parmi d’autres) n’a rien à voir avec celui de Napoléon : celui qui nous intéresse ici est mondial, prétendument apolitique mais résolument sioniste et géopolitiquement américanocentré. C’est « l’Amérique du messianisme conquérant anglo-saxon puritain, appuyé cette fois sur le message sanguinaire et méprisant de l’Ancien Testament du Deutéronome. » (p.48) Ce message résulte d’une « vision incroyablement inégalitaire et violente, qui peut paraître délirante aux esprits humanistes helléno-chrétiens, mais pourtant conforme au messianisme judéo-protestant porté par les élites anglo-saxonnes et qui ont accouché historiquement de l’Amérique impériale comme du projet sioniste. » (p.212) De l’helléno-christianisme au judéo-protestantisme, n’y aurait-il pas là une piste pour distinguer ces deux entités qu’on confond souvent mais qu’il convient de différencier et même d’opposer – l’Europe et l’Occident ?

Dans ce livre comme dans les précédents, Soral donne parfois l’impression – impression assez jubilatoire – de philosopher avec un gant de boxe comme un certain Friedrich philosophait avec un marteau, mais au-delà de la rhétorique soralienne très franche et directe que nous connaissons bien, le raisonnement n’en est pas moins très subtil et se targue de la cohérence la plus solide. Cet amour des “idées claires et distinctes” se manifeste notamment dès qu’il est question du marxisme : l’auteur, qui sait ce qu’il doit à la méthode d’analyse matérialiste dialectique, en fait, à chaque fois que c’est possible, le meilleur usage, non sans une certaine prudence qui s’impose effectivement. Cette méthode est idéale lorsqu’il s’agit de retomber sur terre (pour ne plus marcher sur la tête, comme le disait Marx dans sa critique des Jeunes Hégéliens), de rappeler que le réel ne découle pas d’un quelconque providentialisme ou d’une improbable morale transcendante mais n’est que la résultante d’un rapport de forces. La méthode marxiste permet d’aller voir ce qui se cache derrière les idéaux affichés, de saisir le point où se jouent réellement les affrontements. Mais si Soral entend rappeler l’importance fondamentale dans l’histoire des facteurs purement matériels – la finance, la démographie, les rapports de production, etc. – il ne fait pas pourtant du matérialisme une fin en soi. De Marx il remonte à Hegel, c’est-à-dire à une Histoire mue également par l’Idée, une Histoire qui favorise, lorsque le temps est venu, l’éclosion des héros, des grands hommes, ceux-là même que le philosophe d’Iena magnifiait dans son chef-d’œuvre, La Raison dans l’Histoire. Par ailleurs, Soral ne s’interdit pas, sur un autre plan, une critique assez sévère de Marx et d’Engels, à qui il préfère désormais l’anarchiste Bakounine, le fédéraliste Proudhon ou le syndicaliste Sorel – trois personnages qu’il qualifie de « populistes » et de penseurs « plus réalistes que matérialistes, plus intuitifs que conceptuels. » (p.130) Il cite d’ailleurs à plusieurs reprises Les Illusions du Progrès de Sorel, et cette référence assumée me confirme dans une impression qui m’était venue peu à peu au cours de ma lecture : Comprendre l’Empire, dans un contexte historique tout à fait différent, n’est pas sans faire penser à certains textes de l’excellent Edouard Berth – je pense notamment aux Méfaits des Intellectuels et à certains chapitres de Guerre des Etats ou Guerre des Classes.

Soral profite de cet ouvrage pour rappeler quelques concepts de base, à travers des définitions qui sont familières à ses lecteurs de longue date mais sur lesquelles il n’est jamais inutile de revenir. Ainsi du peuple, dont tout le monde parle – « Si tous les pouvoirs se réclament du peuple, jamais de mémoire d’homme, aucun pouvoir ne lui échut. » (p.101) – et qu’on peut définir comme « le monde du travail et de la production, soit cette classe des laboratores assumant et assurant – selon la terminologie freudienne – le “principe de réalité” : paysans, commerçants, artisans, ouvriers, petits entrepreneurs, auxquels il faut agréger encore les petits fonctionnaires utiles et les artistes exprimant cette sensibilité. » (p.124) Ou du multiculturalisme, qu’il faudrait plutôt appeler « idéologie raciale du mondialisme » (p.230), qui « n’est pas l’apport réciproque du meilleur de deux civilisations pour donner le jazz musette de Django Reinhardt, mais la destruction de toutes les cultures enracinées par leur mixage forcé, débouchant sur le melting pot, Babel et l’ilotisme », soit « un métissage qui n’est rien d’autre que le colonialisme du mondialisme que nous subissons tous, souchiens comme indigènes. » (p.230) Ou encore de l’anticléricalisme « devenant, après la définitive trahison du Tiers-Etat prolétaire par le Tiers-Etat bourgeois (le Versaillais Thiers matant dans le sang la Commune de Paris), le nouveau combat d’une bourgeoisie de gauche qui, ayant trahi le peuple du travail, a besoin d’un combat progressiste de substitution, mais ne portant pas atteinte au pouvoir de l’argent. » (p.69)

Si j’avais un regret à formuler, ce serait au sujet des contraintes de brièveté que Soral s’est lui-même imposé, en accord avec son éditeur, pour obtenir un livre suffisamment bref pour rester accessible à un prix abordable. Il a fait là un choix raisonnable, c’est vrai, il a compris que les nouvelles idées n’avaient de sens comme pistes pour l’avenir que si elles se répandaient le plus largement possible, et il est conscient qu’une grande partie de son lectorat actuel est constitué de jeunes et de gens à faible pouvoir d’achat. Mon regret ne porte donc pas sur ce choix mais plutôt sur l’impression que j’ai que, sur les dizaines de milliers de lecteurs de Comprendre l’Empire, il en existe sans doute quelques centaines qui auraient été intéressés, quitte à débourser une somme plus importante, d’acquérir une version “collector” de l’ouvrage, celle qui, telle que prévue par l’auteur à l’origine, aurait compté non pas 240 pages mais près de 700. La matière traitée est d’une telle densité qu’un développement plus long aurait sans doute amené encore plus d’éclairage sur la question. Mais qui sait ? Peut-être cette suggestion va-t-elle faire apparaître un Comprendre l’Empire extended cut sur les rayons de Kontre-Kulture, la nouvelle boutique en ligne de référence pour tout lecteur d’Alain Soral, de Michel Drac et autres auteurs contemporains réellement subversifs.

En attendant, la version final cut trône dans toutes nos bibliothèques et a ouvert un grand débat sur la question de l’Empire et des moyens d’y résister. Je gage qu’on n’a pas fini d’entendre parler de ce livre et qu’il fera des petits, posant la première pierre d’un mouvement de pensée stimulant qui rencontre aujourd’hui un vaste écho et qui ne va pas s’arrêter en si bon chemin !

David L’Epée, avril 2011

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #8248
    le 07/04/2011 par Montag
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    Pour ceux qui habitent en région parisienne, n’hésitez pas à vous rendre à la Fnac du Forum des Halles où les vendeurs ont placé le livre bien en évidence dans la catégorie "Les Médias en parlent". Une jolie petite quenelle à nos présentateurs TV qui vont chercher leurs ordres dans le bureau du philosophe milliardaire.

    Je fais partie de cette catégorie de lecteur qui aurait souhaité une version "collector" plus volumineuse. Cette version est en effet trop courte, certains passages n’étant d’ailleurs que des copier-coller des Blocs-notes rédigés par Alain Soral pour Flash (L’Histoire de la Propagande et la Généalogie de la Banque).
    La version actuelle respecte l’objectif qu’Alain s’était fixé, à savoir fournir à ses lecteurs un livre de moins de 100 francs, mais le contenu n’apprend rien de nouveau à l’habitué des revues de presse d’E&R, c’est dommage...

     

    • #8252
      le 07/04/2011 par anonyme
      Anatomie de l’Empire côté coulisses

      Je te suis totalement. J’espère que Soral sortira la version 700 pages. Les fidèles n’attendent que ça sachant qu’on savait une très grosse partie de ce qui est dit dans le livre.


    • #8318
      le 08/04/2011 par franck
      Anatomie de l’Empire côté coulisses

      Je pense que c’est plutôt certains Blocs-notes qui sont des copier-coller de l’ébauche du livre...

      Je suis d’accord en ce qui concerne la nécessité d’une version collector. En effet si je comprends tout à fait certaines contraintes matérielles et économiques ainsi que la nécessité de faire quelque chose à vocation pédagogique accessible même à ceux n’ayant pas forcément l’habitude de lire, toutefois le sujet mériterait un traitement plus académique.

      Il semblerait que le problème est que le retour sur investissement pour l’impression d’un bouquin ne puisse s’obtenir en deçà d’un certain nombre de ventes. Ainsi peut être que pour un pavé de 700 pages il faudrait vendre au moins 10000 exemplaires afin de pouvoir rentrer dans ses frais tout en vendant un "produit" à un tarif qui reste dans les limites du raisonnable.
      Peut être pourrions nous faire un sondage pour voir combien de personnes seraient prêtes à acheter un version collector, faute d’être fiable cela donnerait un ordre de grandeur de futurs acheteurs potentiels.


    • #8328
      le 08/04/2011 par anonyme
      Anatomie de l’Empire côté coulisses

      Je suis tout a fait d’accord avec un livre à 700 pages ! Déjà que quand je lisait les abécédaires, je voulais qu’on qu’il développe plus, pour cette petit bombe encore mieux. Là on pourra dire qu’on maitrise bien le sujet si on lit un livre 700 pages. On aura beaucoup plus de connaissance.


  • #8256
    le 07/04/2011 par Christian
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    Oui je suis pour une version "collector" de 700 pages ! Que tous ceux qui sont d’accord avec nous viennent l’écrire dans ces commentaires !! NOUS VOU-LONS UNE VER-SION COL-LEC-TOR DE
    700 PA-GES !!!!

     

    • #8259
      le 07/04/2011 par anonyme
      Anatomie de l’Empire côté coulisses

      OUI OUI 700 pages ! plus d’explications ! plus de textes ! "comprendre l’empire" est déja un livre qui ouvre les consciences de ceux qui ne savaient pas et ne comprenaient pas le systême...continuons, il faut éduquer le peuple...700 p. ! 700 p. !
      Merci Soral ! 700p. !


  • #8258

    Alain Soral a fait ce travail herculéen de synthèse, qui permet à ces lecteurs, (qui sont pas tous des intellos passant leur vie dans les bouquins) de comprendre pourquoi et comment nous sommes dans une telle merde aujourd’hui. Je ne remercierai jamais assez l’auteur pour un tel éclairage, un tel déformatage, qui marque sans doute le début de quelque chose.
    L’Empire est à bout de souffle. Le traitement médiatique de plus en plus caricatural en atteste.
    Le succès d’Alain Soral, fier combattant des Idées, me rempli de joie.


  • #8264
    le 07/04/2011 par anonyme
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    Encore une fois, on comprend tout à fait la raison du format à moins de 15 euros, mais c’est vrai qu’une version longue serait la bienvenue... et pourquoi pas en auto-edition comme un certain "écrivain maudit" l’a fait l’an dernier sur son site... il y a KontreKulture.com maintenant non ?


  • #8270
    le 07/04/2011 par Halatak
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    1) Il a peut-être d’autres et meilleurs projets que de se replonger dans cette écriture-ci.
    2) Donc peut-être pas, mais après ce travail de synthèse énorme, a-t-il l’énergie de se consacrer au travail inverse, tout aussi énorme ?
    3)Soral est l’un des meilleurs pour ce qui est de trouver de nouvelles pistes de réflexion, de nouvelles manières de voir originales, cohérentes et percutantes, mais pour ce qui est de les développer et de les approfondir, je pense que a) Plusieurs cerveaux, à l’ère d’internet, seront bien plus efficaces b) Il a déjà donné, le reste peut (et devra) être fait par autrui.


  • #8285
    le 07/04/2011 par anonyme
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    Complètement d’accord, un bon collector de 700 pages, chiche, en souscription si il veut ! Au boulot Alain !


  • #8300
    le 07/04/2011 par complaisantboy
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    Et dire que tout ce que Soral a prédit se passe ; ils sont en train de parler de la sortie de l’euro et de la fin de la zone euro chez les économistes aux lunettes franc maçonnes !!!
    Soral est un penseur tel que je le définis : quelqu’un qui n’attend pas les faits pour analyser une situation : il anticipe avec raisonnement et logique. Je ne vois personne d’autre le faire car oui cela demande de prendre des risques. Donc Bravo Alain Soral et on attend d’autres livres de votre part. Au diable les medias de masse....vous êtes trop en avance je pense pour eux donc c’est bon signe... :)


  • #8301
    le 07/04/2011 par Dupont-Durand
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    Il faut saluer le courage, la lucidité et la détermination sans failles d’Alain Soral. Certes.

    Mais, rien qu’un petit rien, mais : bien des ainés d’Alain avaient en leur temps, levé le voile sur les arcanes de la politique internationale, sur la face cachée de l’histoire. Pour ne citer que quelques uns à qui, nos générations, en hommage à leurs travaux, doivent lire leurs ouvrages :
    -Henri Coston
    -Jacques Bordiot
    - Yann Moncomble
    - Léon de Poncins
    - Pierre Ménnevé
    - Jean Ousset
    - Pierre de Villemarest
    - Georges Virebeau

    Et j’en laisse...

    Sans oublier les incontournables contemporains que sont :
    - Emmanauel Ratier
    - Pierre Hillard
    - Epiphanîus

    T’es pas tout seul Alain !, t’as de merveilleux compagnons de lutte qui, de là- haut, doivent se dire que la relève est assurée grâce à toi, à Pierre, Emmanuel et les autres !

    Bien à toi Alain !


  • #8302
    le 07/04/2011 par anonyme
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    Allez Alain, la version 700 pages sera la bienvenue ! merci


  • #8311
    le 08/04/2011 par polytriique
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    Je souhaite moi aussi un Comprendre l’Empire de 700 pages, même si on peut pousser l’analyse soi-même avec internet, ce serait malgré tout fort intéréssant de connaître l’analyse intégrale de Soral, d’autant plus qu’il s’agit d’un sujet vaste et complèxe et que Soral a une capacité de synthèse remarquable...

    Vu les bonnes ventes de l’ouvrage j’imagine qu’une telle sortie est envisageable puisque le travail d’écriture est déjà fait et qu’un nombre non négligeable de lecteurs seraient intéréssé (ça pourrait se faire en mettant en place une pré-commande suivie d’un tirage limité), j’encourage donc Alain Soral à faire comme Francis Ford Coppola avec un 1er Apovalypse Now version courte pour le grand public et un 2ème version longue pour les initiés...


  • #8316
    le 08/04/2011 par marion
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    Je dirais meme que le traitement que subit "Comprendre l’empire" dans les médias, c ’est a dire "RIEN", prouve a lui seul la présence d’un "complot".
    Comment un livre qui se vend aussi bien, si haut dans les classements, ne bénéficie d’aucun article dans un media mainstream ?

    Meme en mal, aucun média n’en parle, niet, walou, zero !

    Je pense que ce livre les fait flipper quelque part.


  • #8326
    le 08/04/2011 par Ribouldingue
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    Comme beaucoup de lecteurs j’ai grandement apprécié l’ouvrage dans son sujet et par la manière dont il est traité, mais j’ai aussi été déçu par sa taille. Il est beaucoup trop court ! Les raisons ont été largement données et on les dit d’ordre économique.

    Je me pose toutefois une question à ce sujet : Est-ce la taille de l’ouvrage et la quantité de matériaux utilisés qui détermine son prix (hors droits d’auteurs, bénéfice éditeur et distributeur, etc) ou la longueur du texte imprimé ? Si ce n’est que la quantité de papier, je pense qu’il aurait été possible d’en imprimer plus avec une police de caractère de taille inférieure sans que cela gêne la lecture. Il y a tant de points à développer que cela n’aurait pas été un luxe. Si c’est la longueur du texte, alors il n’y avait effectivement pas d’autre choix que de publier le livre en l’état.

    Le succès de cette version condensée de "Comprendre l’Empire" appelle la publication de sa version complète que nous sommes certainement nombreux à demander. Je doute cependant que nous ne soyons jamais entendus...


  • #8333
    le 08/04/2011 par Benoit
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    Les 700 pages m’éclairerait surement sur la "trahison des lumières" oui !

    Si quelqu’un pouvait m’expliquer brièvement ce que ca représente même si j’ai une idée non concrète de la chose.

    Merci


  • #8336

    Une chose me gêne dans toutes ces demandes, même si, personnellement, je ne dirais pas non à une version augmentée : Alain Soral mâche déjà une bonne partie du travail. Il faudrait un peu se prendre par la main, tenter de comprendre et d’éclairer les pistes par soi-même plutôt que d’attendre que quelqu’un d’autre le fasse à votre place.
    Ce livre ouvre des perspectives dont chacun peut s’emparer pour élargir sa vision et en proposer en quelque sorte, une suite.
    Plus les axes de compréhensions et de combat se mutliplieront, plus la portée et l’efficacité de ce condensé auront de force.


  • #8338

    Moi, j’ai fait l’acquisition du bouquin hier !

    Effectivement, il est composé comme sociologie du dragueur.

    Sans les "minis" paragraphes que l’ont retrouvaient en dessous de chaque pages dans sociologie du dragueur. C’est aussi bien, c’est beaucoup plus clair est ça facilite grandement la lecture, ça permet d’avoir qu’une lecture au lieu de deux.


  • #8344
    le 08/04/2011 par anonyme
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    Dans un style moins élogieux, et moins réfléchi : Paul Ariès, qui manifestement n’a pas dû lire le même livre que moi !
    La réduction ’ad hitlerum’ que Soral dénonce y va de bon train !


  • #8361
    le 08/04/2011 par karimbaud
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    D’accord avec complaisantboy...jadis j’avais un prof de philo qui nous disait : « on vous demande de vous mouiller »...y en marre de ces faux-penseurs qui ne prennent aucun risque et qui nous débitent des banalités d’une vacuité effroyable à coups de circonvolutions linguistiques...il est grand temps de "ré-audiardiser" la vie, la pensée et les rapports entre les gens, on s’étiole (le cerveau aussi) et on crève à petit feu de ce politiquement-correct de merde !
    Concernant mister Soral, malheureusement les défricheurs éclairés/éclairants ne perçoivent que l’ingratitude et le mépris pour tout paiement de leur courage et de leur lucidité !...ce n’est que plus tard qu’ils ont raison....


  • #8629

    Je suis d’accord avec David L’Epée, Soral devrait faire un autre livre (qu’il pourrait intitulé "Connaître l’Empire") plus développé, plus complet, au format plus universitaire avec les références(afin d’être plus écouté d’une petite élite qui pourrait être que partiellement et temporairement dégénéré car trop inculte sur les choses importantes),et il pourrait même rajouter des QR codes à la J.B Daumont (pour prouver par l’image beaucoup de choses qu’il avance ou pourrait avancer).
    Même si ce livre serait un peu cher et ferait 1.000 pages c’est pas grave.
    Enfin c’est juste mon avis (et mon souhait).


  • #9070
    le 13/04/2011 par BALROG ou Spleen de Paris
    Anatomie de l’Empire côté coulisses

    En attendant une hypothétique suite, rien ne vous empêche de vous plonger dans les textes de chercheurs qui existent déjà, et dont s’est inspiré Alain :
    Notamment Anthony Sutton et son complot de la réserve fédérale, et pour ceux qui lisent à peu près l’anglais car c’est très bien écrit, nul besoin de dictionnaire ni de comprendre absolument tous les mots pour déchiffrer le sens :
    Wall Street and the Rise up of the Nazis, Wall Street and the bolshevik revolution,
    deux livres pouvant être lus sur internet.