Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Barroso, Juncker, l’Europe et Vichy

Le divorce entre l’élite politique et la population que l’on constate à chaque élection est un fait massif depuis ces dernières années. Il se révèle dans le taux d’abstention, qui a considérablement progressé et ce pour l’ensemble des élections depuis les années 1980.

Ce divorce alimente un procès en « populisme » contre des forces, de gauche comme de droite, qui conteste l’offre politique aujourd’hui rejeté par environ un tiers à la moitié des électeurs français. Pourtant, on peut penser que si tant le parti ex-gaulliste que le parti dit socialiste exprimait de véritables alternatives, ce taux d’abstention ne serait pas aussi élevé. Ce divorce trouve son fondement dans le délitement de la souveraineté nationale qui est ressenti par la population. Les Français ont le sentiment, de plus en plus justifié, que leur gouvernement, qu’il soit de l’UMP ou du PS, écoute bien plus ce qui se dit à Bruxelles que ce que veulent les électeurs.

Ce délitement marche de concert avec le délitement de la démocratie. Certes, des élections se tiennent régulièrement en France. Mais, ont elles encore un pouvoir de changer la politique, voire de changer l’élite dirigeante ? On peut en douter. Par ailleurs, les choix des électeurs ont été bafoués de manière ouverte et explicite lors du référendum sur le projet de traité constitutionnel de 2005. De là date la crise ouverte de la démocratie en France. Les suites de ce référendum constituent un événement marquant, l’équivalent d’un acte fondateur, qui nous a fait entrer dans une nouvelle époque. Cela en dit long sur la notion de la démocratie qui est professée par les principaux responsables européens, et en particulier de M. Jean-Claude Juncker (un multirécidiviste sur ce point qui avait déclaré à la suite de cette élection du 25 janvier « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens » [1]) ou M. Moscovici. Ajoutons que les récentes déclarations de M. Schäuble [2] vont parfaitement dans ce sens. On mesure que le mot « démocratie » n’est qu’un slogan sans contenu pour les dirigeants de l’Union européenne.

Il convient alors d’analyser ce discours anti-démocratique, et ses fondements économiques pour tenter de trouver une solution à la crise de la démocratie que l’on observe en France. Au-delà, ce divorce entre le peuple et les élites peut avoir comme solution la séparation radicale entre le peuple et une certaine élite. Après tout, Thomas Bottomore n’écrivait-il pas [3], il y a de cela près de cinquante ans, que l’histoire est un cimetière d’élites ?

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1168351
    le 22/04/2015 par LEPAGE
    Barroso, Juncker, l’Europe et Vichy

    Très intéressant ce point de vue . Il met Le doigt là où ça fait mal. ilpose la question fondamentale de la nature de l’UE ; Propice à la réflexion pour tous ;


  • #1168358
    le 22/04/2015 par La voix du nord
    Barroso, Juncker, l’Europe et Vichy

    La démocratie , c’est le paravent ( cache- misère ) qui leur sert pour édifier la dictature absolue du N.O.M , depuis 1945 ! Une fois que ce système politique fut érigé en norme mondialement , soutendu par leurs diverses courroies ( ONU...) , les états sont en otage , et ne fonctionnent que par les codes dictés par ce nouvel ordre ! Quant aux dégâts " collatéraux " , en fait dévastateurs pour les populations , cela ne les touche qu’en cas de rébellion ouverte ,où leur puissance militaire la fait taire ou marcher droit , sinon ...... !


  • #1168375

    Étant donnés leurs résultats, leurs comportements, leurs prétentions, leurs agissements, l’épithète ’élite’ ; accolée à ’politique’ est totalement inadéquat. On aurait plutôt affaire trop souvent à la lie. On est constamment en présence d’individus dont on a l’impression qu’ils déplacent des montagnes en permanence, alors qu’ils ne font, en fait, la plupart du temps, que dépenser et vivre sur la dette, l’impôt, la contrainte. Des alpinistes qui ne seraient formatés que pour descendre. Peu de gens méritent d’être qualifiés d’élite politique, certainement pas ceux qui sévissent en ce moment dans ce triste endroit, et encore moins ceux qui sont aux incrustés aux manettes dans l’Ici-Maintenant. Dans ces conditions on voit mal comment l’abîme qui séparent ces calamités de la population qui en est victime pourrait ne serait-ce que diminuer. On sait également que c’est le dernier des soucis de ces escrocs. On sait aussi quelle est la seule chose qui nous en pourrait débarrasser pour un temps, et comment. Ceci sans parler des névrosés/ées en col blancs et des ravages qu’ils/elles font...


  • #1168377

    On va faire simple ,il était impossible à la France de faire autrement que d’accepter la capitulation
    Il faut savoir que si la France avait subit ce qu’elle a fait subir à l’Allemagne après le traité de Versailles,il y aurait en France 2,3,4 voir 5 000 000 de résistants
    Il y aurait eu une imflation monstre ,ainsi que la famine
    Le Gouvernement de Vichy a existé suite à un accord DONNANT DONNANT

    Je pense donc que le gouvernement actuelle est du type Vichy en ce sens que c’est un supplétif de U.E ,ce qui lie les deux c’est le TRAITE DE LISBONNE (ACCORD DONNANT DONNANT)

    Donc le seul moyen pour arrivé a devenir souverain ,il faut cassé Cet Accord et l’accord transatlantique à venir

    LE pire dans tout cela c’est que la France en 40 n’avait pas le choix ,alors qu’elle avait le choix et elle l’a utilisé et pourtant le gouvernement de Sarko l’a refusé
    Il a non seulement signé cet accord mais en plus rédigé lui même cet accord avec Merkel

    Il est temps de réhabilité PÉTAIN ,et jeter en Pature ce Traître de Sarko

     

    • #1169245
      le 23/04/2015 par Jojo l’Afreux
      Barroso, Juncker, l’Europe et Vichy

      L’Hyper-inflation n’est pas directement la conséquence du traité de Versailles. Encore une fois, à Versailles la voix prédominante a été celle des Etats-Unis parce qu’ils étaient l’état le moins blessé par la guerre et surtout parce que tous les autres leur devaient du fric, si le traité n’avait pas été principalement rédigé par nos amis, les prises de guerre, les annexions de territoire comme les réparations aurait été plus importante. Toutefois la France et l’Angleterre connaissant le caractère Allemand ont tenu à ajouter une clause dans le traité pour se prémunir d’un refus de paiement : dans ce cas la France et l’Angleterre s’arroger le droit d’occuper la Ruhr et se payer sur la bête. Suite à l’arrêt des paiements (prévisible puisque les Allemands ne paient jamais leurs dettes), les States nous ont laissé entrer en Allemagne avec les Belges et occuper la région comme c’était convenu, les Allemands l’ont mal pris et ont décidé la grève générale (ce que les Américains avaient prévu voir encouragé) et c’est l’arrêt de la production industrielle Allemande qui a provoqué l’hyper-inflation des années 20. Ensuite, les Français ont suivi les politiques d’attaque spéculative post crise de 29 de la City et de Wall-Street et ils ont effectivement fait leur part dans la banqueroute des banques autrichiennes.
      Encore une fois malheur au vaincu, quand les Français ont déclaré la guerre à l’Allemagne en 1870 (pour maintenir les accords de Westphalie et empêcher l’unification de l’Allemagne parce que ça menaçait et notre sécurité nationale et notre économie) et qu’ils ont perdu, ils se sont retrouvés amputé de l’Alsace et de la Lorraine qui sont/étaient des régions extrêmement riches en métaux et que les Allemands ont littéralement pillés pour mettre en place leur industrie à faible cout. Ils ne sont pas encore en train de pleurer 100 ans après, pas plus qu’il ne parle du pillage du charbon belge suite à la défaite de 1815... et peut-être ils ont tort.

      Pour en revenir au présent, l’UE est comme elle est parce que les Américains (et les Anglais) voulaient qu’elle soit comme ça et qu’ils ont su se garantir le soutient des Allemands. Barrosso et Juncker (Mr. Plus-Pourri en VF) ne tiennent pas un discours différent des élites politiques Allemandes comme Merckel et Schäuble et le plus incroyable c’est que chez nous il y a plein de monde qui cautionne (le fameux "race d’aiglon, jamais vassal" est un faux adage, c’est bien l’esprit munichois qui est le plus courant)


    • #1169877
      le 24/04/2015 par raydgyss
      Barroso, Juncker, l’Europe et Vichy

      entièrement d’accord, je m’intéresse en ce moment à Pétain et je dois dire que ce qu’écrit Sapir me dérange un peu. Merci pour ces précisions qui ouvriront les yeux à beaucoup d’entre nous.


  • #1168379
    le 22/04/2015 par tobien
    Barroso, Juncker, l’Europe et Vichy

    "Nous rentrerons dans la carriére quand nos ainés n’y seront plus !!!"


  • #1168407
    le 22/04/2015 par Drago
    Barroso, Juncker, l’Europe et Vichy

    Il est plus qu’évident qu’on a voulu faire de l’Europe non pas une Union... mais une Fédération. De surcroit une Fédération complètement atypique et même contre-nature sans aucune affinité culturelle ni de populations. Mais comme, par définition, dans une Fédération il n’existe plus aucune souveraineté. Ce qui le prouve en tout point ici si on en doutait : pressions, menaces, sanctions... voire renversement. Et tenez-vous bien... cette Fédération n’a elle-même aucune souveraineté, ce qui dénote un système parfaitement pyramidale où avec très peu de moyens on dirige tout le monde seulement par obéissance. Il n’est point nécessaire d’armes ou d’armée. Un coup de téléphone suffit (et gratuit en plus parce que c’est compris dans le forfait illimité, bref ça coute rien)... et à l’autre bout de la ligne ça rampe et ça s’exécute... "Allo, ici Washington. Dites... y a des manifs de contestations chez vous... il faut absolument mater ça, hein ! Mais qu’est-ce vous foutez les gars ! Dites leur qu’ils sont en démocratie et que dans une démocratie ça ne se fait pas !.. que ce sont des terroristes, des extrémistes... ou des antisémites, tiens, c’est encore mieux".


  • #1168498

    Certes c’est important de souligner les concepts des idéologues de l’Union comme ce "projet sui generis". Mais était-ce nécessaire de mêler Vichy à cela ? La prochaine fois Sapir dira que l’UE c’est Jean-Marie Le Pen ?

     

    • #1169250
      le 23/04/2015 par Jojo l’Afreux
      Barroso, Juncker, l’Europe et Vichy

      Vous comprenez bien que Vichy c’est l’abdication de la souveraineté, l’abolition de la constitution et l’asservissement à une puissance étrangère au moins ?
      Mais effectivement d’une Pétain n’a pas pris la décision tout seul et de deux il était un peu contraint par la présence d’une armée d’occupation sur notre territoire qui avait complètement supplanté notre armée nationale, c’est à porter à sa décharge.
      Ceux qui refont la même chose aujourd’hui alors que la France est la première puissance militaire du continent et n’a à craindre que des Russes (qui ne sont pas hostiles) et des Américains (qui n’ont plus rien à faire sur le continent et seraient aisément dégageables en attaquant sous l’angle juridique), qui travaillent activement à briser l’outil de défense Français pour rendre la situation inchangeable, ceux la n’ont pas les excuses que Pétain avait, ils sont pires que lui.