Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

De tout, un peu, beaucoup…

§. Monsieur Conservano me fait l’honneur d’apprécier le fond de mes idées, dit-il, tout en désapprouvant mon style. C’est fort aimable à lui, mais le style étant lié aux zidées par la chaîne d’or, qui sait s’il n’y a pas une erreur quant à l’appréciation de leur fond, une erreur de fond, une profonde mécompréhension ?

 

Et qui sait si les audaces stylistiques, les inventions syntaxiques ne sont pas là pour brouiller les pistes, en faisant des passages les plus chargés d’idées autre chose qu’une marche glorieuse vers la 17e chambre. Et qui sait si ces passages ne sembleront artificiels qu’à ceux qui ne les pénètrent pas.
Conservano conserverait-il son inclination pour le fond des dites zidées, et ne les rejetterait-il pas avec leur style, s’il les percevait ? That is the question.

§. La pluralité des femmes n’est que l’illusion chatoyante, comme le prisme dispersif qui multiplie l’éclat d’une gemme. Il y a La femme, comme il y a La nature, La vie !

§. La boutique romaine, la radio de toutes les droites, celles de Macron et de Zemmour, s’applique consciencieusement à relier GPA-j’ai pas de papa, et autres PMA à l’eugénisme national-socialiste d’une part, et au marxisme de l’autre. Cela est asséné constamment et répété en boucle.
Marx et Hitler le couple transgenre du « progressisme » qui anime les gens de l’État !

§. Or donc, nous avons les deux boutiques installées du crétinisme, qui ont pignon sur rue et fournissent intellectuellement la dissidence. Les deux boutiques sont bien sûr concurrentes, la concurrence stimule le commerce ! Toutes deux s’enrichissent l’une par rapport à l’autre dans une surenchère de facticité. Elles se désignent l’une l’autre, se concentrent l’une sur l’autre, en se montrant du doigt, ou plus exactement leurs cercles concentriques s’agrandissent l’un l’autre jusqu’à prendre toute la place.
Elles ne sont même pas quelque chose qu’on pourrait haïr, elles ne sont rien de réel, rien que les maisons concurrentes de la contestation débile du capitalisme sénile. C’est une évidence qui crève les yeux, comme les balles du LBD 40, aussi nous sommes peu à la voir.
L’abbé Tymon de Quimonte — Peu ? Vous ne vous comptez pas pour grand chose, tout en vous multipliant.

§. Qu’est ce qui permet la séparation radicale entre d’une part la fluorescence des gilets et d’autre part l’auréole de la bonne bourgeoisie qui déambule pour tous ? Si ce n’est que le Spectacle catholique, l’imposture de la droite marcono-maurassienne a ouvert sa représentation anti-GPA/PMA sous l’intitulé Contre le Progressisme ou/et contre le Marxisme ?
Aussitôt l’antifâchiste va se précipiter pour défendre progrès et libération de Femme, face à la Noire réaction.
La boucle est bouclée, la facticité en marche dans le cercle vicieux.

§. Une époque, un cycle, une Période comme on disait chez les marxistes, a, bien sûr, une cause, une généalogie, rien ne sort de rien, mais est aussi une singularité ; en un mot, il y a de l’émergence, de la nouveauté radicale, de l’inédit.
Ainsi l’auto mouvement du monde se passe d’une cause extérieure au monde.
L’abbé : — C’est la Nature créatrice, Natura naturans, la nature naturante, qui produit la Natura naturata, la nature naturelle. Thèse panthéiste, mon fils.

§. Julius Evola écrit : « Il faut admettre que l’historiographie de gauche a su se pencher sur les dimensions profondes de l’histoire au-delà des conflits et des bouleversements politiques épisodiques … elle a su découvrir le processus général et fondamental qui s’est réalisé au cours des derniers siècles, dans le sens d’une transition d’un type de civilisation à un autre … que la base de cette interprétation ait été à cet égard marqué par l’économisme et la lutte des classes n’enlève rien aux dimensions grandioses du tableau d’ensemble de cette historiographie ».
Son projet fondamental à cet égard sera de fonder une historiographie de Droite qui ait la même profondeur que l’historiographie marxiste.
Il n’hésite pas à dire lui-même : « Comparée à l’historiographie de gauche, celle propre à la tendance de la droite apparaît donc superficielle, épisodique, bi-dimensionnelle, parfois même frivole »
On ne saurait être plus précis, sauf à ajouter, moraliste et ridicule.

§. Ce monde n’est que pourriture, gouverné par la pourriture. Les attaques ad hominem ne sont pas seulement justifiées mais nécessaires. Ne pas voir ça c’est être un animal de basse cour, fait pour la ferme des animaux et le gouvernement des Porcs.
Il faut lire ceci calmement, c’est écrit sans véhémence, c’est un constat philosophique, pas une diatribe exacerbée.

§. Mes amis.
Où sont ils ?

§. La période qui s’ouvre après la victoire du pays des gangsters allié à la satrapie judéo-asiatique stalinienne sur l’impérialisme allemand, cette période, passée la récréation des Trente Glorieuses, est une réaction sur toute la ligne. Et une réaction qui va croissant, exponentielle !

§. Le voile d’Isis que nous écartons, ne recouvrait qu’un spectre. C’est le fantôme idéologique, théorique, philosophique, qui hante la politicaillerie, cette verroterie qui brille sous les lambris précieux et les lustres des anciens palais...

§. Si encore, on pouvait dire, comme dans la caverne de Platon, qu’il y a ceux, pauvres esclaves, qui n’aperçoivent que les apparences des choses, sans en connaître l’essence, et que nous, esprits éclairés, nous verrions la réalité ultime, non plus l’apparaître mais l’Être !
Mais il ne s’agit pas du tout de ça !
Il ne s’agit pas de Platon, mais de Hegel !
Ce ne sont pas les ombres sur le mur de la prison mondaine qui sont la fausseté même, ce sont les prisonniers eux-mêmes, qui sont devenus des fantoches.
Ce qui n’est pas rationnel, n’est pas réel. La réalité n’est pas forcément l’attribut d’un état de chose existant. Le système capitaliste décomposé, en tant qu’il est dénué de toute nécessité, est irrationnel, donc il n’est pas réel.
Nous sommes dans la béance d’un cycle historique qui creuse sa propre tombe, et qui attend son cadavre.

§. Se mettre en selle aujourd’hui pour courir sus au Progressisme, criant haro sur le droit-d’l’hommisme ! c’est chevaucher le vent et s’en prendre aux feuilles mortes !

§. La seule discussion qui vaudrait, serait celle assise sur les poutres de Notre-Dame, à partir d’elles, de ce départ de feu, elle seule produirait les flammes propres à incendier les esprits !
Le reste est bon pour les domestiques.

§. On a détruit l’immémoriale Tradition au nom du Progrès. Puis on a dénaturé le Progrès.
Les réformes sont des contre-réformes, l’antiracisme un racisme, le féminisme une pornographie...

§. Le moderne a conchié la Mystique au nom de la Raison, le postérieur post-moderne s’est assis sur la Raison.

§. L’Absurde est passé de l’état de principe de philosophie existentialiste à raison d’État.

§. Et d’autres choses encore...

Félix Niesche

Retrouvez Félix Niesche, sur E&R :

 
 






Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2331569
    Le 28 novembre à 18:07 par petithous
    De tout, un peu, beaucoup…

    J’ai les yeux qui se croisent ... j’ai mal à la tête !

     

    Répondre à ce message

    • #2331602
      Le 28 novembre à 18:45 par daniel albert
      De tout, un peu, beaucoup…

      normal, c’est du Felix Niesche, c’est pas du maître Gims...

       
    • #2331652
      Le 28 novembre à 19:37 par Odyle
      De tout, un peu, beaucoup…

      Escher était un incroyable dessinateur et peintre.

       
  • #2331590
    Le 28 novembre à 18:29 par Tcaliméro
    De tout, un peu, beaucoup…

    Ca fait plaisir de vous entendre (lire). J’attends la re-prise de vos émissions radios.
    Continuer à semer des zidées, p’tête bien qu’un piaf déglutira l’une d’elle et nous chiera une graine prête à croître.

     

    Répondre à ce message

  • #2331642
    Le 28 novembre à 19:29 par léon
    De tout, un peu, beaucoup…

    Un peu de style est toujours le bienvenu, mais :
    vu que nous sommes tous a peu près semblables, uniformisés pour le meilleur et le pour le pire...ce n’est plus la peine de prendre des pincettes, si on a quelquechose à dire, à signifier, allons y gaiement !

     

    Répondre à ce message

    • #2331724
      Le 28 novembre à 21:12 par Félix Niesche
      De tout, un peu, beaucoup…

      Ma remarque sur le style concernait Conversano, seulement. Pour le reste je crois y aller gaiement, et plutôt avec des tenailles rougies qu’avec des pincettes !

       
    • #2331900
      Le 29 novembre à 07:54 par Sedetiam
      De tout, un peu, beaucoup…

      Et qui sait si les audaces stylistiques, les inventions syntaxiques ne sont pas là pour brouiller les pistes, en faisant des passages les plus chargés d’idées autre chose qu’une marche glorieuse vers la 17e chambre.



      Là se trouve la clef de l’ésotérisme. Mais voici aussi pourquoi les pinces rouges ne peuvent apparaître qu’aux initiés, voire interroger le cherchant. Seulement, Félix, tous ne sont pas comme le chat ; curieux.

       
  • #2331660
    Le 28 novembre à 19:52 par Jacques
    De tout, un peu, beaucoup…

    Mais la gauche est-elle à droite si on se tourne à gauche vers le sud ?

     

    Répondre à ce message

    • #2331739
      Le 28 novembre à 21:27 par Perceval
      De tout, un peu, beaucoup…

      De toute façon c’est n’importe quoi ces histoires de gauche et droite, selon comment on est tourné ça change tout !

       
    • #2332045
      Le 29 novembre à 12:44 par Grosbill
      De tout, un peu, beaucoup…

      Jouez au Sudoku, pour être sûr de ne jamais perdre le nord quelle que soit la direction vers laquelle vous vous dirigez. Ça sert aussi à préserver ses neurones de l’Alzheimer.

       
    • #2333837
      Le 1er décembre à 21:28 par tatiebaba
      De tout, un peu, beaucoup…

      @ Perceval...C’est exactement ce que je dis à mon mari ...M’enfin !! tourne à droite , à droite , mais non pas là ...Là !!!

       
    • #2338574
      Le 8 décembre à 18:19 par yul
      De tout, un peu, beaucoup…

      @tatibaba
      Vous devriez employer la formule "A droite, à droite... Non, l’autre droite"...

       
  • #2331858
    Le 29 novembre à 02:56 par Spartacus vs Norman Bates LOL
    De tout, un peu, beaucoup…

    The question is :

    - Quand va-il enfin couper le cordon avec sa maman ?

     

    Répondre à ce message

  • #2331903
    Le 29 novembre à 08:04 par axinclan@neuf.fr
    De tout, un peu, beaucoup…

    Brillant, style merveilleux, fond en rapport. Mais l’amour ?
    Il peut presque tout.

     

    Répondre à ce message

  • #2332394
    Le 29 novembre à 19:54 par H
    De tout, un peu, beaucoup…
  • #2333515
    Le 1er décembre à 13:57 par tetar 1er
    De tout, un peu, beaucoup…

    le Spectacle catholique, l’imposture de la droite marcono-maurassienne a ouvert sa représentation anti-GPA/PMA sous l’intitulé Contre le Progressisme ou/et contre le Marxisme



    la droite macrono-maurassienne ? vous avez picolé avant d’écrire cette ânerie ?
    ou c’est le fait d’avoir découvert que les catho ne sont pas prêts de devenir marxistes qui vous a mis tout rouge, au point de vous faire vomir n’importe quoi pour vous soulager ??

    quant à la boutique romaine qui a "pignon sur rue"...

    oui ça doit être ça, vous avez picolé.

    Essayez de vous reprendre l’abbé, vos sermons du matin puent un peu trop la mauvaise après-soirée (le grand soir raté ?)... Il faut vous remettre, peut-être, pour commencer, en lâchant un peu votre boutique.

     

    Répondre à ce message