Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Gérald Darmanin annonce la fin de l’emploi à vie dans la fonction publique

Qu’on ne s’y trompe pas : c’est le vrai fond de la politique Macron. Le reste n’est que poudre aux yeux.

 

Les services publics vont être désossés un à un, le grand capital y découpera les meilleurs morceaux, laissant le reste à un État en difficulté, sans moyens ni rentrées. Ce que Darmanin achève a déjà été initié à La Poste, à savoir la fin de l’embauche de fonctionnaires au profit de contrats dits privés.

 

 

Darmanin justifie la surtaxation des Français avec la pollution... Pour voir l’émission entière, cliquez ici.

Le ministre de l’Action publique était donc l’invité du Grand Rendez-Vous d’Europe 1 le 28 octobre 2018. À 8’16 il met cartes libérales sur table :

« Excusez-moi de vous dire que le président de la République et sa majorité parlementaire a été élu sur la promesse de transformer profondément le pays, pas pour regarder effectivement les choses se passer et ne mécontenter personne, parce que qui fait quelque chose parfois on mécontente. L’objectif c’est la prochaine génération, en effet, ce n’est pas la démagogie de l’instant. »

Le mécontentement des uns (une majorité de particuliers), c’est le contentement des autres (une minorité de grandes entreprises). Cependant, les baisses des charges concédées aux entreprises (baisse de l’impôt sur les sociétés, suppression de l’ISF) n’ont jamais produit une baisse du chômage. Ces pseudo-réformes de structure n’ont pas l’effet escompté par les libéraux macroniens. Les entreprises en ont profité et en profiteront toujours pour améliorer leur trésorerie, sans prendre le risque de l’embauche tant la conjoncture est fluctuante.

À 16’40 le sujet de la réforme de la fonction publique est abordé. Quand le journaliste Darmon lui demande s’il a toujours « l’ambition de réformer l’État », il faut comprendre affaiblir l’État, qui perd chaque jour du pouvoir sur le CAC 40 et les lobbies bien que là, on ne parle que d’économie. Quand Darmanin explique qu’il va porter une réforme de la fonction publique « extrêmement courageuse », c’est que le « sang » social va couler. Bien sûr, c’est une image.

Le ministre veut limiter les embauches de fonctionnaires au profit des contrats privés, qu’il veut carrément « généraliser ».Il annonce qu’il va « rémunérer les agents au mérite », soit la tarte à la crème de Sarkozy il y a 10 ans. En gros les nouveaux entrants dans la fonction publique auront des contrats de 5, 10 ou 15 ans, seuls pourront conserver leur statut de fonctionnaire – et les avantages qui vont avec – ceux qui travaillent dans les « fonctions les plus régaliennes ».

Il s’agit de dégraisser les effectifs de l’État de 50 000 fonctionnaires d’ici 2022, ce à quoi Macron s’est engagé (auprès de ses sponsors du grand patronat et de la Banque ?) et ce qui a été approuvé, sans en imaginer les conséquences, par 66% des électeurs en mai 2017. Aujourd’hui, 72% des Français estiment que leur pouvoir d’achat a diminué... Seuls 6% des sondés estiment que leur pouvoir d’achat a plutôt augmenté, selon un sondage IFOP pour le JDD.

« C’est la fin de l’emploi à vie », résume une journaliste. Un moment historique dans la politique sociale française d’après-guerre (l’esprit du CNR) et une « ligne rouge » à ne pas franchir pour les syndicats, qui ont déjà réagi par la voix de leurs représentants, mais qui n’ont plus beaucoup de pouvoir : la plupart des réformes ultralibérales macroniennes sont passées presque comme une lettre à la Poste. Une Poste dont les bureaux ferment à grande vitesse...

L’élite contre la France,
sur Kontre Kulture

 

La France ratissée par le libéralisme, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

67 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Préparez-vous à des grèves massives, camarades !

     

    • "Préparez-vous à des grèves massives, camarades !"

      Grèves qui, par ailleurs, ne serviront qu’à acter ce contre quoi elles se seront violemment prononcées (comme toujours).


    • Rien du tout !!!! Il y aura des grêves en carton pâte destinées à tromper les travailleurs.....
      Je rappelle qu’en mai 2017 tous les sundicats ont appelé à voter Macron...et ont traité de fascistes ceux qui préconisaient l’abstention....


    • 2022. Face à face Marion Maréchal / Macron. La CGT appelle à faire barrage à la haine...


    • Des défilés & des attentats. Pour une destruction nationale.


    • Pensez-vous : comme à chaque fois, l’accord secret est passé avec ceux qui sont en place, quels que soient les échelons et ce qui est voté ne concerne que les nouveaux arrivants et en cela, occulte un futur dont les présents n’ont que faire : il ne s’agit pas d’eux et même : au pire pensent-ils à leurs enfants qu’on les soudoient.
      Ainsi sont biaisées les grèves présentes et à venir, cependant que la maréchaussée - aux ordres des nantis - s’est, elle, entraînée et renforcée.


    • @Gamin

      Malheureusement ce sera vain, les manifestations sont des leurres juste pour amuser la galerie et faire croire au peuple qu’il peut encore résister et lui donner de l’espoir.

      Bref, les manifestations des travailleurs en Italie oui c’était efficace à l’époque, 3 millions de travailleurs en grève en même temps tout corps confondu, pas de manifestation de profs par ci, de tel groupe privé par là, le lendemain les éboueurs et puis après la poste et puis EDF et puis mes c....... Bref, vous aurez compris la chose.


    • Faites toutes les grèves que vous voulez, les dirigeants n’en ont rien à cirer.


    • "Faites toutes les grèves que vous voulez, les dirigeants n’en ont rien à cirer".

      Pas pour les grèves des militaires. Cela s’appelle un "golpe" ou un pronunciamento en Espagne.

      Pas pour les grèves des jeunes en pleine santé. Cela s’appelle une grève de petits couillons d’étudiants et le chef de l’Etat qui se réfugie à Baden Baden. .

      Pas pour les grèves de garçons de café, par laquelle a commencé la guerre d’Espagne.

      Pas pour la grève générale des plébéiens sur l’Aventin à Rome par laquelle a commencé une crise sociale.

      Courage, tovaritch !


  • Autrement dit c’est la fin du service public à la française, fiable et efficace. Tous les services publics vont suivre le même chemin que la poste avec une dégradation massive de la qualité des services rendus (disparitions de lettre, vols de colis...) Je me souviens de la grande époque des PTT ! Les petits vieux mettaient des billets de banques dans les lettres destinées à leurs petits enfants qui habitaient loin de chez eux...jamais une lettre ne disparaissait ! Un facteur aurait préférer la mort plutôt que de perdre ou voler une lettre, un colis...mais maintenant avec des pseudo-fonctionnaires traités comme des esclaves du privés, le tout couplé à une baisse du niveau de recrutement...l’éthique de la fonction publique est entrain de complètement disparaître.


  • Les veaux ne font peut être pas de rapprochement pour l’instant, mais ce darmanin c’est la même enflure que le traître à la France, sarkozy !
    Le nettoyage va s’imposer de lui même .


  • Quand un agent du service public risque sa vie (Policier, sapeur-pompier..) dans le cadre de ses fonctions au service de tous, et donc, sans critère de statut socio-économique de ceux qu’il sert, il me semble qu’il est en droit d’attendre de son employeur, l’état ou les collectivités territoriales en l’occurence, la garantie d’un emploi garanti à vie, c’est un minimum..

     

    • Je suis d’accord pour les secteurs que vous décrivez mais quid des mecs qui décorent les ronds-point ou qui travaillent dans les collectivités ?
      Quid des haut fonctionnaires et de leur parasitisme ?

      ll faut revoir les statuts spéciaux en fonction du risque et de la pénibilité.
      Aujourd’hui être cheminot n’a plus rien à voir avec ce qu’était la profession du temps où les trains fonctionnaient au charbon. L’espérance de vie n’est plus guère affectée par leur labeur.
      Donc pourquoi gardent-ils des avantages qui datent des premiers âges du rail ?
      Le Rail a évolué, leur statut et leur privilèges doivent s’adapter aux mutations technologiques.
      C’est une évidence, seuls les individus concernés refusent de le voir.
      Leurs privilèges devraient aller à d’autres professions comme les sapeurs-pompiers que vous évoquez.

      Le fonctionnariat en France manque de productivité. Je suis certain qu’avec des normes plus strictes en la matière on pourra conserver le principe du fonctionnariat, mais ce à moindre coût, avec moins de manpower et du personnel plus efficace.

      Ce que les français ne comprennent pas, c’est que nous en sommes à un point où il faut accepter la réforme en profondeur, ou la solution radicale de la privatisation généralisée dont rêve Macron & Co pour satisfaire l’avidité du grand capital... puisque la France est ruinée.


    • Okay, Berkovitz, ce sont de bons arguments mais est-ce que tu veux vraiment confier à Macron cette réforme ? Elle sera juste avec lui ?


    • Évidemment non. Puisque l’homme est un fonctionnaire parasite de la haute. Comment pourrait-il scier la branche sur laquelle il est assis ?

      Pour que le fonctionnariat parasitaire de la haute puisse exister il faut leur équivalent dans la France d’en bas.

      Et Macron n’opérera jamais ce qui parait être essentiel avant cette réforme de la fonction publique : le contrôle des trusts, l’imposition des grandes entreprises. Tout ce qui est decrit plus haut devrait être du peaufinage de notre système déjà bien réformé et non l’inverse.


  • "L’objectif c’est la prochaine génération, en effet, ce n’est pas la démagogie de l’instant."

    L’objectif, c’est la prochaine génération ? Ils ne pourront même plus avoir un emploi sûr même s’ils sont compétents pour tenir le poste qu’ils occupent. Pas étonnant, venant de la part de dégénérés dont la plupart ne sont même pas capables de faire des enfants. Leur devise est "après nous, la fin du monde".......
    A gerber !!!!!!


  • Tant mieux !!
    Je n’aurai plus à aller au bureau 456hgt ,couloir 32 ,étage 24 ,aile Nord - Ouest, pour faire enregistrer un diplôme , par un bonhomme arrogant , qui attend le client , seul dans son petit fauteuil ,des jours entiers à compter les mouches au plafond .Un mec qui tapote avec un doigt et se prend pour le flic de service . Je le ferai direct sur mon PC . L’heure a sonné pour tous ces administratifs gochtards , bureaucrates et fouilles merde Kafkaïens ,obscurs écrivaillons ,assis à vie dans leur ’statut ’ de rentrer chez eux et de mettre leurs charentaises .Je n’irai surement pas pleurer sur leur sort ,et ce ne sont pas mes ’camarades ’.

     

    • C’est le cas de beaucoup de fonctionnaires et même une grande partie d’eux, mais la question qu’il faut se poser c’est comment en sont-ils arrivés là ? Ne serait-ce pas justement la résultante du laissé pourrir décidé en haut lieu pour que personne ne regarde plus loin que cet aspect de la bureaucratie ? et surtout, qu’est ce qui vous fait croire qu’en étant employés du privés, il ne seront pas moins trouducs ?

      Il me semble que le népotisme est pandémique dans le privé, imaginez-vous dépendant d’un "fils de" qui n’estime avoir de compte à rendre à personne et qui est là juste parce que papa ou maman ou tonton tient le chéquier.

      Ce qu’il y a à craindre c’est justement que le grand capital tire profit de cette destruction programmée de l’état,en gardant tous les bons morceaux et en laissant la facture au peuple, trop con pour lever la tête et voir qui le manipule.

      Un fonctionnaire qui fait le dixième du travail pour lequel il est sur-payé ou un employé faisant dix fois le travail pour lequel il est sous-payé, voilà le choix qui se présente actuellement. Si l’état providence ne produit plus que de la laideur ingrate, alors mort à l’état providence.


    • Tu pourras appeler une « plateforme téléphonique » basée à Madagascar au lieu d’aller voir ton bonhomme. Je suis certain que tu apprécieras la qualité du service rendu.


    • @Good riddance
      Tu vois, camarade, on dirait que ton monde, c’est le Brazil de Terry Gilliam.
      Il se trouve que le fonctionnaire que je suis se tape des semaines de 45 à 50 heures depuis plus de 20 ans pour 2000 balles par mois. J’ai tellement de casquettes différentes que je pourrais ouvrir une boutique de couvre-chefs : gestionnaire financier, responsable logistique, référent sécurité, directeur des ressources humaines, formateur, manutentionnaire... j’en passe et des meilleures. Je me plains pas. Je suis syndiqué car je sais comment fonctionnent les mutations et les promotions. Mais je n’ai jamais fait un jour de grève. Mon seul arrêt maladie résulte d’une rupture du tendon d’Achille. Il m’arrive de travailler le week-end et pendant les congés. Je ne suis jamais payé pour mes heures sup et je ne les récupère jamais non plus.
      Des comme moi, j’en connais pas mal.
      Tes délires sur les bureaucrates datent de Fernand Raynaud. Et si cela peut rester vrai dans certains bureaux de certaines administrations, les choses ont néanmoins bien changé. Lors des diverses réunions de chantier que j’organise avec des entreprises du bâtiment, les responsables louent nos disponibilités, nos amplitudes horaires (7h00-19h00). Je ne suis pas une exception. Compte tenu du niveau des salaires dans la fonction publique, le bon fonctionnement ne repose que sur l’éthique personnelle et le goût du service public. Ce qu’on appelle la conscience professionnelle.
      Certaines domaines d’intervention ne nécessitent pas de personnels titulaires (maintenance et entretien par exemple) et donc il est certainement nécessaire de se pencher là-dessus. Mais l’emploi à vie répond au principe de continuité du service public. Je peux te garantir qu’usagers comme entreprises apprécient d’avoir un interlocuteur qui ne change pas tous les 4 matins. La contrepartie de la garantie de l’emploi, c’est un salaire merdique au regard des heures passées, des compétences et des qualifications mises en oeuvre.
      Faut-il vraiment que tu sois un extralucide hors pair pour avoir si bien identifié le fonctionnaire type.


    • @XavierB

      Vous dites : "le bon fonctionnement ne repose que sur l’éthique personnelle et le goût du service public. Ce qu’on appelle la conscience professionnelle."

      Une organisation qui se base sur cela pour bien fonctionner ne marche que si TOUT ses éléments ont de l’éthique et le goût du service public. Je doute que ce soit le cas, ni dans le public , ni dans le privé.

      Au bout d’un certain temps, les mauvais éléments pullulent et les bons éléments se découragent.

      Si on vous écoute, tous les élements de votre services sont de braves gens comme vous.

      Permettez-moi d’en douter. D’ailleurs , pourquoi des gens comme vous ne se trouvent-il pas à la direction ?

      C’est grâce aux fonctionnaires que le système Français perdure depuis 50 ans. Les fonctionnaires ont trop à perdre pour prendre des risques lors des élections.

      Tout me monde a des connaissances qui sont fonctionnaires : ils vivent dans un autre monde. C’est cela qui énerve les français. Ils vous donnent des leçons en plus !

      @goo dridance

      Ce n’est pas en augmentant la précarité des fonctionnaires qu’on résoudra le problème. La vengeance n’est pas constructive. Je conçoit que cela vous fasse plaisir. J’ai moi-même rêvé que l’on vire une centaine de milliers de fonctionnaire du pole "emploi" pour qu’ils goûtent un peu à leur merde.

      Le problème se trouve en haut de la pyramide.


  • " [...] qui fait quelque chose parfois on mécontente (sic)" : le problème étant qu’en satisfaisant moins d’un dixième de % de la population, qui en plus vit à l’étranger, on affame le reste. Vive la république !


  • Tant qu’il y’aura des voleurs, y’aura toujours des pauvres...


  • Quand on sait pour qui votent les fonctionnaires...bien fait pour leur gueule !

     

  • Que l’on réforme l’Administration, que l’on soumette les fonctionnaires à obligation de résultat, que l’on empêche chez eux la vérole syndicaliste (comme pour les militaires), bref qu’on leur serre la vis, c’est depuis longtemps nécessaire (même du temps où on était à l’aise). Là, c’est différent, on brade tout pour l’offrir au Privé (on bradera bientôt notre dissuasion nucléaire). Ce n’est pas de la réforme !
    Bref, question : Est-ce que je dis une connerie ou non ?


  • #2072439

    Fin de l’emploi "à vie" ? Moins de fonctionnaires ? Je vote pour sans hésiter. Mais pas dans les services publics, les administrations. Nuance.

     

    • Bon, contrairement au commentaire précédent, je suis d’accord, les gens confondent tout

      Il y a des services publics qui ne devrait jamais être privatisés : Les transports, l’énergie, l’eau, le courrier, services de secours, etc...

      Les primordiaux quoi, ceux qui sont sensibles et dont on ne peut se passer et qui sont cruciaux pour la vie du quotidien.


    • on ne sait pas ce que vous appelez "administrations" ? Vous pensez que si vous attendez longtemps au guichet c’est parce qu’il y a 3 fonctionnaires en pause derrière ? L’abus existe certe comme partout, mais si vous êtes jaloux d’eux ils recrutent près de chez vous, rien n’est encore perdu mon vieux. Le vrai problème c’est le management et les structures organisationnelles qui gaspillent les ressources. Aucune efficience lié à la mauvaise gestion informationelle, matérielle, économique, humaine... (seuls les agents les plus dociles avec leur hierarchie passent à l’avancement). Pis voyez comment les ministres donnent les appels d’offre à leurs amis patrons pour des résultats déplorables (cf logiciel Louvois qui aurait pu être développé en interne). En attendant moins de fonctionnaires c’est plus de contractuels (car le travail existera toujours), avec une baisse de qualité des prestations. Vous pensez vraiment avoir gagné au change avec les dernières privatisations ? Nationalisons d’abord les banques avant de discuter du reste !


  • Dès qu’on a affaire aux fonctionnaires,c’est les emmerdes..il faut sans doute une fonction publique liée aux résultats,c’est la moindre des choses ;augmenter là où il le faut,diminuer où ils sont pléthoriques,bref faire marcher le pays..

     

  • Il faut surtout redéfinir le périmètre de l’Etat. Ce dernier est évidemment le seul à assumer les fonctions régaliennes, il peut être le meilleur choix pour un certain nombre de services publics, notamment quand il faut assurer une continuité territoriale qui ne peut être rentable. Par contre on n’a pas besoin de hordes de fonctionnaires pour s’occuper de ce qu’on mange, de ce qu’on choisit comme voiture, pour pondre des textes abscons et censurer ce qu’on dit, pour assurer la com de politiciens incompétents ; et les jardinîers du Luxembourg n’ont pas besoin d’être fonctionnaires.
    Et que d’agences et de comités théodule inutiles, CESE, "hautes autorités" qui sont d’autant plus inutiles qu’elles sont hautes. Dans ce cas, ce n’est même pas le contrat qu’il faut, c’est la suppression de ces instances inutiles et coûteuses.
    Mais je crois que ce ne sont pas à ces parasites que M. Darmanin pense...

     

  • En contrepartie il faut que les niveaux démentiels de contraintes et de ponction fiscale diminuent. Si ça n’est pas le cas parce que ce ne serait pas l’objectif, la seule chose à laquelle on va assister, c’est une prise en charge par le privé avec la même tyrannie(voir pire), les monopoles et les rackets avec la complicité des ’’zélus’’ qui vont se goinfrer, comme c’est déjà le cas avec les délégations de missions. Mais faut-il s’attendre à autre chose dans un casino truqué.. ?


  • Vive la ripoublic et vive la France , vive les quenelles de Macron celui pour qui les abrutis ont votés et portés au pouvoir. Encore 3 ans et demi à bouffer de la merde pendant que les petits amis à Macron se remplissent les poches sur le dos des pauvres et les classes moyennes .


  • En ce qui concerne la Poste, je viens d’y aller pour envoyer une lettre, c’est le grand désespoir... Une seule employée pour la Banque Postale complètement stressée car elle n’avait plus d’argent pour assurer les retraits... Une pancarte indiquait que les clients de la Banque Postale devaient se rapprocher des automates et de la Banque en ligne mais des automates bancaires, il y en a peu et les montants des opérations sont limités puisqu’il n’y a plus d’argent, c’est probablement la première grosse banque qui va faire faillite, le crash financier se rapproche à grands pas...avec le chômage qui va avec...

     

  • la privatisation et l’appropriation des richesses est bien croissante , c’est sur ils disent vrai, la croissance est là .


  • L’empire romain avait connu cela : à la suite d’une obscure révolution de palais qui avaient jeté un empereur mauvais payeur dans la Tibre, le trône de l’empire du monde avait été mis à l’encan par les prétoriens. Il avait bien été acheté, c’est à dire privatisé, par un richissime citoyen qui était ainsi devenu l’empereur du monde grâce à son argent. Les soldes des prétoriens avaient pu être réglées. L’acheteur n’a pas fait de vieux os.

    Si l’on a recours aux emplois "contractuels" (c’est moderne, c’est chic, c’est assez populiste d’ailleurs), les postes de fonctionnaires seront vite mis aux enchères dans la petite sphère, ce qui va renflouer pour un temps les caisses de l’Etat mais comme on voit mal des licenciements coup de pieds au cul dans le microcosme, les fonctionnaires étant particulièrement hargneux et défensifs, l’état se dégonflera une fois de plus et finira par revenir aux emplois viagers, inamovibles et même aux emplois héréditaires.

    Le ronds de cuirs ont encore de beaux jours devant eux.


  • En république (Française) :

    - On a l’obligation légale d’avoir un compte bancaire dans une banque privé.
    - On a l’obligation légale d’avoir une assurance chez un assureur privé.
    - On a l’obligation légale d’avoir une complémentaire santé, dans une entreprise privé.
    - On a l’obligation légale de passer par un architecte privé pour avoir une autorisation administrative de construire sa maison.

    C’est du libéralisme sans liberté et on payent toujours des impôts pour des "services publics" qui n’existent plus. Le service public ayant été remplacé par le matraquage administratif. Double enculage donc. Le cas de la France est unique au monde. Mort à la république.

     

    • Amen !! J’aurais pas dit mieux !!


    • Faut payer les intérêts de la dette, mon bon monsieur, les marchés exigent, des réformes, le turbo (exploitation poussée à fond) jusqu’à y laisser nos fonds de culottes.
      Entre parenthèse pour la route...ceux qui pensent qu’il y a une crise se trompent, la crise c’est pour les peuples, sinon pour les apparatchiks et les autres en haut il n’y a aucune crise, puisque l’accumulation du capital bat chaque année les records.
      Qu’on exploite le prolétariat par le travail où l’impôt c’est toujours idem.
      Le salarié jetable, c’est progressiste, pour les réformistes, l’humain c’est une chose comme une autre (je reste courtois) voyons !


    • @Jalon
      Pardonnez mon enthousiasme, mais putain que ça fait du bien de lire des trucs comme ça !
      J’invite tous les yeux qui passent à retenir cette petite liste (non exhaustive ?) d’obligations légales reposant sur du privé, assez imparable en société auprès de nos congénères endormis...


    • Sauf que ce point est faux
      On a l’obligation légale de passer par un architecte privé pour avoir une autorisation administrative de construire sa maison.
      N"importe qui peut dessiner et déposer un Permis de Construire d’une maison de moins de 150m², c’est même mon boulot. Au delà de 150m² il faut effectivement un archi


    • - On a l’obligation légale d’avoir une complémentaire santé, dans une entreprise privé.

      Nul n’est tenu d’avoir une mutuelle complémentaire,et, dans l’absolu,il existe la CMU qui en est une sans être privée.


    • @ Pierre & @ Marsoin

      Vous pinaillez.

      Des permis de construire, moi aussi j’en ai fait, je connais la règle des 150 m2. Mais 90% des gens ne savent pas faire et sont obligé de lâcher plusieurs centaines d’Euros à un professionnel pour satisfaire madame "administration Française" qui n’aime que les plans fait sous AutoCad et les images faites par Photoshop, Illustrator et compagnie.

      La liberté en France, elle est sur le papier. J’ai testé les limites du système dans le monde réel pour voir. La CMU, le RSA, j’ai connu. Essayez donc de trouver un assureur en France quand vous vivez dans votre camping-car (bon courage). Essayer donc de trouver un employeur en lui disant, je n’ai pas de numéro de sécu, car ce n’est plus obligatoire (voir le combat de Claude Reichmann).

      - Un smicard = 1500 €/mois (de BAC-3 à BAC+3)
      - Patron PME = 5000 €/mois (source perso, PME industrielle 30 salariés)
      - Un politicien = 10000 €/mois (hors rétro-commissions et dessous de table)
      - Mme Parly = 40000 €/mois (SNCF fret)
      - Mme Biraben = 80000 €/mois (présentatrice TV)
      - Un footballeur = ...
      - Un grand patron = ...
      - Un banquier = ...

      Les franc-maçons "étatiques" sont de mèche avec les franc-maçons "patronaux" et nous on se fait traite à l’aller et au retour. Alors, oui, mort à la république.


  • Darmanin me paraît être le type même du pète-mou. Foutre des fonctionnaires à la porte comme dans le privé ? Tu parles ! De qui se moque-t-on ? On nous prend pour des brêles.

    Si les fonctionnaires ont des risques de licenciement "ad nutum", alors ils demanderont des traitements en rapport avec les risques de carrière. Ben tiens ! Et ils feront le chantage à l’état. Soit tu nous augmentes, soit tu n’auras plus personne pour agrafer tes rapports nuls et t’apporter des tasses de cafés.

    Soumettre les fonctionnaires au droit du travail tel que trafiqué par Macron ? Horreur !

    On peut conseiller à Macron de soustraire de cette réforme ses propres gardes du corps. Cela va chauffer. Déjà que les gardes républicains n’en peuvent plus.. Cela va être le dernier carré.


  • Il faut commencer par le haut !
    Ces politiciens qui s’agrippent même après leur retraites à des postes !!!


  • Et chez les énarques ?


  • Vu les réactions sur le forum il semblerait que la France soit divisée pour longtemps.

    Le problème d’une organisation publique est structurel : comment faire fonctionner sur le long terme (30 ans) un organisation quand vous ne pouvez pas remettre sur le droit chemin les mauvais éléments ? Des fonctionnaires qui travaillent il y en a plein, des branleurs aussi. Le problème c’est qu’on demande à ceux qui bossent de bosser pour les branleurs ! Au bout de quelques années ceux qui bossent se découragent et font comme les branleurs.

    Attention , c’est exactement pareil dans le privé !!! Mais quand le nombre de branleurs dépassent un seuil, la boite coule, alors que dans le public, c’est les impôts qui augmentent.

    Une solution possible serait de limiter le nombre d’années de fonctionnariat à 10 ans par exemple.

    Au bout de 10 ans fonctionnaire, hop dans le privé ! Je vous garanti qu’avec cela les fonctionnaires regarderaient les camionneurs, les livreurs .... d’un autre œil.


  • Extrait de 20 Minutes du 29/10/2018, p. 8 :
    Face à l’inquiétude croissante des Français pour leur pouvoir d’achat, les ministres Bruno Le Maire et Gérald Darmanin ont défendu dimanche une politique fiscale « courageuse », notamment en matière de taxation des carburants.
    Cela me remet en mémoire une déclaration de Raymond Barre, dont je ne sais plus s’il l’a faite en qualité de ministre ou de maire de Lyon, qui disait à peu près :
    « Nous dépensons courageusement l’argent des impôts. »
    Eh oui pour pouvoir dépenser courageusement l’argent des con-tribuables, il faut aller le chercher tout aussi courageusement, c’est logique. La prochaine fois, on ne nous parlera plus seulement de « courage », mais même « d’héroïsme »...


  • On en revient au même problème. ils ont voté pour qui ? Qu’ils se démmerdent, en marche !


  • Est ce que cela sera aussi valable pour Giscard qui touche 14400€/mois (brut faut pas déconner) depuis 37 ans pour un poste fantôme ?


  • Que l’on supprime la sécurité de l’emploi pour les fonctionnaires (pour les aligner sur l’insécurité générale), a priori pourquoi pas.

    MAIS cela entraîne plusieurs choses qu’il faudrait rappeler :

    1- Cela va encourager le pantouflage (que les hommes politiques ont déjà bien intégré) : se faire un nom dans la fonction publique et ensuite aller gagner beaucoup d’argent dans le privé. Cela ne ferait que prolonger la logique actuelle : le public est un investissement dont le privé récoltera les fruits (cf. les autoroutes) ;

    2- Qui voudra encore être fonctionnaire dans ces conditions ? Si on prend l’exemple des professeurs, dans l’actualité ces jours-ci : ils sont diplômés à bac + 5, passent un concours sélectif, sont méprisés par l’ensemble de la société, se font insulter voire braquer par leurs élèves-racailles (qu’ils ont l’interdiction de punir ou d’exclure), tout cela pour 1 400 € en début de carrière ! Qui d’entre nous accepterait cela ?

    3- Beaucoup réagissent comme attendu (par le gouvernement) : bien sûr il y a trop de fonctionnaires, bien sûr ils coûtent trop cher, mais nous sommes tous bien content de nous faire soigner sans être obligés d’hypothéquer notre maison (pour ceux qui en ont une !), d’envoyer nos enfants à l’école, d’avoir une armée qui a encore des valeurs plutôt que des entreprises de mercenaires, etc.

    4- Accessoirement, cela encouragera des stratégies de protection / vengeance : si je sais que je risque d’être viré, je constitue des dossiers ...

     

    • @link
      A propos du pantouflage il faudrait remarquer une chose, qu’il existe aucune différence entre l’Etat et le capital, ce n’est qu’une seule et même structure,, on ne compte plus le nombre de haut fonctionnaires qui deviennent dirigeants d’entreprises et vice versa, sans compter les multi-avantages et traitements mirobolants.
      Normal, la question à se poser c’est l’Etat de quoi et de qui ? Du capital évidemment.
      L’Etat, monstre froid, force aveugle au service des puissants et de fait il n’y a aucune raison, qu’on précarise d’un côté et pas de l’autre, logique formelle.
      Comme je lu dans un post, très justement, il n’y a pas de crise du capitalisme, l’accumulation, existe toujours, si la redistribution, tant à disparaître, , ce n’est qu’une forme nouvelle du capital, l"accumulation se fait sans redistribution, ce qui fini par provoquer des craquements dans la société, vu la paupérisation globale et l’inflation de règles et contraintes.


    • @Bernard :

      Je suis d’accord avec vous sur votre vision du capitalisme contemporain, sa propension à accumuler sans redistribuer (ce qui risque bien de gripper la machine, soit dit en passant).
      Le capitalisme "classique" (en gros, le XXe s) était soutenable parce qu’il reposait sur un contrat minimal : les prolétaires sont aliénés, mais ils y trouvent un intérêt minimal (des revenus et une vie modeste mais à peu près stable).
      Mais le néo-capitalisme, s’il renonce à toute redistribution, devra s’appuyer sur la force armée. En clair, c’est le retour annoncé de l’esclavage, ni plus ni moins.

      Concernant le pantouflage des hauts fonctionnaires, je suis là aussi d’accord avec vous, c’est pourquoi je soulignais que les hommes politiques en ont bien compris le principe depuis un moment. Mais si on reconnaît que c’est un problème, je ne vois pas pourquoi il faudrait généraliser ce fonctionnement à tous les fonctionnaires.

      Idéalement (et je sais bien que c’est naïf), un fonctionnaire est un "serviteur de l’État", comme le dit l’expression consacrée. C’est quelqu’un qui fait le choix de mettre ses compétences au service de la chose publique (la nation, la communauté, la devise républicaine, appelez cela comme vous voulez). Il accepte une rémunération modeste (je ne parle pas du cas particulier des hauts fonctionnaires) en échange d’une certaine protection. Cet échange est une forme de loyauté entre le fonctionnaire et l’État. Si cette loyauté est rompue, elle le sera des deux côtés (d’où mon point 4).


  • Bonjour à tous,

    vous dénoncez le gvt macron car il veut faire des contrats de 5, 10 voir 15 ans ...mais il y a trés longtemps que cela existe dans le ministére de la Défense et ma foi, cela ne gênait personne !

    Pour être fonctionnaire, il faut être bon le jour de l’examen et travailler pendant un an pour la titularisation. Après, tu ondules et surtout, tu rejoints un syndicat et ça roule, Mimile !

    Pour un militaire, faut bosser tout le temps et être parmi les meilleurs si tu veux durer. D’ailleurs, souvent on te dit : tu es jugé par tes subalternes, jalousé ( lire mise en concurrence) par tes égaux et noté par tes supérieurs. Dans ce systéme, si t’y crois pas, tu es vite dégagé, il faut en permanence se sortir les doigts du ...fondement. Avec rien, tu arrives à faire quelque chose.

    Je comprend que la fonction publique fasse de l’huile !

     

    • Bon rappel !

      On pourrait effectivement proposer aux fonctionnaires des contrats 5/10/15. L’idée c’est qu’ils ne restent pas dans le public tout le temps. Ils faut qu’il gouttent au privé, et réciproquement.

      Rien de tel que de prendre la place de quelqu’un pour mieux le comprendre.


  • Les fonctionnaires devraient faire barrage (je rigole).
    Bon, ils ont voté pour qui ces imbéciles ? Désormais seuls les syndicats peuvent les sauver (je rigole derechef, comme un cheminot quoi). Welcome le projet !


  • On connait tous un fonctionnaire. Parfois c’est un bon en ce sens qu’il croit vraiment à sa mission de service public, ses actes étant en accord avec ses convictions. Et puis il y a les autres, pour qui la fonction publique est un refuge avec ses règles, qu’il suffit de comprendre pour mieux les utiliser à des fins strictement personnelles.
    Je sais c’est un peu une caricature…
    Ci dessous un mot de départ d’un fonctionnaire comme on les aime :

    « A la fin de ce mois j’ouvrirai une nouvelle tranche de vie, après une carrière de serviteur de l’Etat et de la Santé des populations,
    J’ai beaucoup donné au cours des 20 dernières années sur deux sujets majeurs de santé publique…., et je tenais à vous faire partager le sentiment et l’espoir que la rigueur, l’honnêteté et la constance dans l’engagement finissent toujours par l’emporter quand la cause est juste.
    Si j’ai connu des moments difficiles, si je n’ai pas toujours été compris, si j’ai pu déranger parfois, j’ai toujours œuvré dans l’intérêt des populations et je le crois au final de l’Etat, aux prises avec ces phénomènes de pollution qui impactent toute une société.
    Merci à ceux qui m’ont soutenu, merci à ceux qui ont compris le sens de mon action sans pouvoir me soutenir en raison de leur position hiérarchique, et merci à ceux qui ont relayé efficacement mes propositions pour faire évoluer la gestion dans l’intérêt de la santé de nos concitoyens.
    Merci à la République qui permet encore à ses fonctionnaires d’exprimer publiquement des alertes et de satisfaire à leur devoir de vérité, lorsque de graves incohérences se manifestent et qu’ils ont échoué en interne à faire partager leur analyse . »


  • Rassurez vous les gars l’emploi à vie et héréditaire , dans les médias et le showbiz
    lui restera garanti... Souriez c’est vous qui payerez..


  • 1/ Une gde partie du secteur privé est dans une situation de monopole de fait : autoroute, parking, unique supermarché (ou entente à 2 ou 3) ; gestion des eaux, des déchets, unique clinique, etc etc.

    Quand on est ds le privé on fait tout pour éviter la concurrence.

    In fine ça ne coûte pas moins au client.

    2/ Perso je trouve que le niveau qualitatif de notre pays dégringole partout :
    - l’entrée des villes est enlaidie
    - le bâti en général est laid
    - le niveau éducatif : école / parent / tv est bas.

    3/ Oui au trop de fonctionnaire CAR ils ne produisent pas un service de qualité...

    La France multicul est un pays ruineux à gérer car les gens ne veulent pas vivre ensemble.
    Cela entraîne une perte de terre agricole par des besoin de se séparer, impossible de densifier. Cela entraîne de séparer les écoles. La Justice est débordée et rend mal la justice de peur de trop incarcérer des immigrés ou fils d’immigrés.
    La santé aussi coûte plus cher dans ce système, tout le monde est tendu.

    Ne pas remplacer 50 000 fonctionnaires c’est une goutte d’eau qui permettra de tenir encore, le temps de prendre un max de fric et de laisser la patate chaude aux prochains dirigeants. On sait que c’est intenable mais une forte majorité veut que ça dure ...


Commentaires suivants