Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’Heure la plus sombre n°89 – Émission du 4 décembre 2017

Invités : Félix Niesche et Alain Soral

Pour ce 89ème numéro de L’Heure la plus sombre, Vincent Lapierre reçoit Félix Niesche à propos de la Révolution bolchévique avant que Xavier de Faits & Documents et Alain Soral procèdent à une revue d’actualité.

 

Au sommaire :

Introduction
0’55 : La Révolution russe est-elle un complot juif ?
7’50 : La figure de Lénine
13’00 : Lénine et Trotski financés par Wall Street ?
17’35 : Les causes intrinsèques de la Révolution russe
26’20 : Qui sont les bolchéviques ?
40’10 : Le marxisme est-il un prolongement de l’eschatologie juive ?
44’45 : La Révolution d’octobre, sujet actuel ?
46’50 : Les événements de juillet et août 1917
50’00 : L’opposition Staline/Trotski
52’27 : Arrivée d’Alain Soral
52’50 : Soral sur Staline
01h14’27 : Xavier arrive
01h14’38 : Quelques précisions sur les super-loges
01h23’07 : De la stratégie du choc des civilisations
01h29’18 : Vers le retour de l’antisémitisme de gauche
01h34’16 : #balancetonporccasher ou le retour de flammes du féminisme
01h36’13 : L’Israël terrestre et l’Israël spirituelle
01h38’14 : Fireball FC, « Simple Man », album French Melancholy, Kontre Kulture Musique

 

Écouter l’émission :

 

Lecteur alternatif :

 

 

 

Voir aussi :

Juin 2018
L’Heure la plus sombre n°95 – Émission du 11 juin 2018
Invités : Félix Niesche et Alain Soral
46
Mai 2018
L’Heure la plus sombre n°94 – Émission du 21 mai 2018
Invitée : Stéphanie Gibaud
17
Avril 2018
L’Heure la plus sombre n°93 – Émission du 12 avril 2018
Invité : Jean-Marie Le Pen
12
Avril 2018
L’Heure la plus sombre n°92 – Émission du 29 mars 2018
Invité : Romain Molina
35
Mars 2018
L’Heure la plus sombre n°91 – Émission du 7 mars 2018
Invité : Pierre Hillard
48
Février 2018
L’Heure la plus sombre n°90 – Émission du 29 janvier 2018
Invités : Pierre Jovanovic et Alain Soral
83
Octobre 2017
L’Heure la plus sombre n°88 – Émission du 23 octobre 2017
Invité : Jean-Noël
13
Octobre 2017
L’Heure la plus sombre n°87 – Émission du 9 octobre 2017
Invité : Francis Cousin
80
Août 2017
L’Heure la plus sombre n°86 – Émission du 20 juillet 2017
Invité : Alain Soral
111
Juillet 2017
Retour de Corée du Nord – Alain Soral en exclusivité sur ERFM
38
Juillet 2017
L’Heure la plus sombre n°85 – Émission du 3 juillet 2017
Invité : le Pr Henri Joyeux
39
Juillet 2017
L’Heure la plus sombre n°84 – Émission du 26 juin 2017
Invité : Jérôme Halzan
101
Juin 2017
L’Heure la plus sombre n°83 – Émission du 19 juin 2017
Invité : Jean-Michel Vernochet
12
Juin 2017
L’Heure la plus sombre n°82 – Émission du 12 juin 2017
Invités : Alain Soral et Pierre Jovanovic
48
Juin 2017
L’Heure la plus sombre n°81 – Émission du 5 juin 2017
Revue de presse (avec Faits & Documents)
11
Juin 2017
L’Heure la plus sombre n°80 – Émission du 29 mai 2017
Invités : Bluj’ et Mister Mayo
5
Mai 2017
L’Heure la plus sombre n°79 – Émission du 22 mai 2017
Invité : Damien Viguier
24
Mai 2017
L’Heure la plus sombre n°78 – Émission du 15 mai 2017
Invitée : Ayssar Midani
9
Mai 2017
L’Heure la plus sombre n°77 – Émission du 7 mai 2017
Émission spéciale : soirée électorale 2
37
Avril 2017
L’Heure la plus sombre n°76 – Émission du 24 avril 2017
Émission spéciale : soirée électorale
47
Avril 2017
L’Heure la plus sombre n°75 – Émission du 17 avril 2017
Invité : Stéphane Blet
21
Avril 2017
L’Heure la plus sombre n°74 – Émission du 10 avril 2017
Invités : Alain Soral et Youssef Hindi
53
Avril 2017
L’Heure la plus sombre n°73 – Émission du 3 avril 2017
Tour anniversaire E&R – Perpignan
6
Mars 2017
L’Heure la plus sombre n°72 – Émission du 27 mars 2017
Invitée : Marion Sigaut
Mars 2017
L’Heure la plus sombre n°71 – Émission du 20 mars 2017
Invité : Youssef Hindi
26

Retrouvez les intervenants de cette émission chez Kontre Kulture :

 

Se procurer chez Kontre Kulture Musique
le morceau entendu en fin d’émission :

 

Pour soutenir ERFM :

 






Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1855054
    Le 5 décembre 2017 à 22:23 par paconova
    L’Heure la plus sombre n°89 – Émission du 4 décembre 2017

    Très bonne émission, une des meilleures sûrement ! Toujours un plaisir d’écouter Alain Soral, grand intellectuel, on ne le soulignera jamais assez ! Le Tsar Nicolas II (surnomé Nicolas le pacifique avant 1917, puis Nicolas le sanguinaire par les soviets), n’était certainement pas un abruti ou un décadent... Pourtant aucun d’entre-eux n’a mis en exergue que Nicolas II a pourtant été à l’origine de la conférence de Lahaye en 1889 (avec l’approbation du pape Léon XIII). C’était un homme de paix à cette époque là... Les promoteurs de la Conférence ont mis l’accent sur le désarmement et la prévention de la guerre, créant à cette occasion la Cour permanente d’arbitrage de La Haye.
    (Parmi les différents traités adoptés par la Conférence figure la Convention concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre, avec la célèbre « clause de Martens).
    Une des mesures de la conférence fut de faire interdire l’usage des munitions à balle expansive (type balle dum-dum) ainsi que des baïonnettes à dents de scie."

    Rappelez-vous que l’épouse du Tsar était allemande, celle-ci avait pour parrain le futur roi Edouard VII, sa mère était anglaise (princesse Alix et sa grand mère fut la reine Victoria...). Les choses ne sont pas aussi simples, "Nicolas II était surnommé le père des peuples dans les campagnes russes ! Son ministre des finances,
    le compte Witte (ministre du père du tsar également, était franc-maçon et moins soucieux du sort des ouvriers russes) a aussi joué un rôle dans l’accélération du mécontentement des ouvriers). Bien sûr que le progrès technologique et industriel a accéléré les choses et Nicolas II a certainement était dépassé par celui-ci.
    De grâce monsieur Niesche, regardez Henri Guillemin sur "l’autre avant guerre", le Tsar a fait tout son possible pour refuser la guerre ! La fin du servage en Russie, c’est 1861, donc ne parlez surtout pas de féodalité en 1917 !!! Merci à Raymond Poincaré pour avoir été un des protagonistes de la guerre de 1914, il a réussi par des moyens fallacieux a entraîner la Russie dans la guerre...
    Et oui, wall-street et la finance ont obligatoirement financé la déstabilisation du régime tsariste en profitant de la guerre. N’oublions pas que tous les autres pays européens étaient eux aussi touchés par des mouvements sociaux préoccupants. Le capitalisme et la finance n’avaient que la guerre comme moyen de préserver leurs profits et d’étouffer dans l’œuf une révolution européenne d’une ampleur jamais connue...

     

    Répondre à ce message

  • #1855080
    Le 5 décembre 2017 à 22:58 par michel amm
    L’Heure la plus sombre n°89 – Émission du 4 décembre 2017

    Je crois que ce qui énerve Niesche c’est que certains pourraient penser que l’état du monde serait la faute des seules élites actuelles.

    Niesche doit sans doute être bien placé pour savoir que ses proches peuvent se montrer aussi méchants et fourbes que les élites qui dirigent le monde.

    Le responsable de l’état du monde c’est "l’Homme". Si les élites actuelles disparaissaient il y en aurait d’autres qui prendraient immédiatement leurs places.

    Cela étant dit, il faut bien chercher à comprendre qui tient les ficelles actuellement afin de pouvoir faire quelque chose (si cela est possible). Certaines des ficelles sont grosses, on peut les voir en Ukraine. D’autres existent mais sont invisibles pour le commun des mortels.

    Niesche ne semble pas prendre en compte le pouvoir des organisations qui perdurent sur plusieurs millénaires. Un groupe millénaire face à notre société actuelle est comme un adulte face à un bébé ou comme une multinationale face à une startup de garage.

    Le Vatican, même 2000 ans après, a encore un peu de pouvoir aujourd’hui. On peut donc facilement imaginer quel est le pouvoir actuel des familles qui étaient déjà banquiers d’affaire de l’époque, ceux qui finançaient les guerres des empereurs romains par exemple.

    Je ne vois pas pour quelles raisons des gens qui avaient le pouvoir à cette époque auraient fait moins bien qu’une petite bande de 12 barbus illuminés. On peut même supposer, si on ne croit pas au père noël, que cette petite bande travaillait pour eux.

     

    Répondre à ce message

  • #1856114
    Le 7 décembre 2017 à 11:11 par martin
    L’Heure la plus sombre n°89 – Émission du 4 décembre 2017

    Sur youtube :
    "The following content has been identified by the YouTube community as inappropriate or offensive to some audiences."
    Tu m’étonnes !
    Merci aux protagonistes pour ce contenu subversif.

     

    Répondre à ce message

  • #1856169
    Le 7 décembre 2017 à 12:18 par coyoterevolte
    L’Heure la plus sombre n°89 – Émission du 4 décembre 2017

    Différence entre lire un récit sur un moujik et relayer ce que disait, écrivait ou pensait le russe de base avant la révolution de 1917. Désolé M.Niezsche, mais je préfère la méthode Marion Sigaut qui retrouve et redonne la parole du peuple grâce aux archives judiciaires et autres. Sans ce 1er travail, un mec "normal" soulé par des centaines de discours (allant dans tous les sens) sur la révolution de 1917 n’a pour lui que le travail d’Anthony Sutton, comme base sérieuse sur le sujet puisque ça touche au pognon.
    Sans la parole du peuple (retrouvée par Marion Sigaut pour la révolution française), sans les trajectoires d’argent, sans références (autres que les textes écrits par des mecs au chaud), le gars intéressé par la révolution de 1917 comprend qu’on lui cache quelque chose. Et toutes les discussions sur le nombre de poils de cul qu’auraient eu les menscheviks, les bolcheviks et tous ceux qui avaient le temps de faire des équipes et d’arborer des drapeaux n’y changeront rien. La multitude des livres et des loghorées sur le sujet sert d’étouffoir : c’est la technique de la submersion des informations pour noyer la vérité. Dans ce contexte, le travail d’une Marion Sigaut russe fournissant la parole du peuple et ses conditions d’existence serait une bonne référence pour un petit gars qui n’a pas envie de perdre du temps. Nul doute que tous les super sachants de 1917 ont pléthore d’ouvrages (pas littéraires à la Victor Hugo, Tolstoî, Dostoievski etc... mais fondés sur des archives consultables) à citer sur le peuple, ses propos, ses idées, son niveau d’instruction vu par lui-même mais ils ne les donnent pas : curieux non ? Dans tous les cas, cela incite à la méfiance, on sent le tour de bonneto, le truc qui cloche, l’entourloupe, la version arrangée pas crédible, pas réelle. D’abord la parole au(x) peuple(s) russe(s) et ensuite, on verra bien qui était en phase avec lui, qui le défendait vraiment, qui l’a maltraité.

     

    Répondre à ce message

  • #1856191
    Le 7 décembre 2017 à 12:34 par Castanietzsche
    L’Heure la plus sombre n°89 – Émission du 4 décembre 2017

    Très belles analyses, certainement une de mes Heures les plus sombres préférées !

     

    Répondre à ce message

  • #1856202
    Le 7 décembre 2017 à 12:48 par Borntogrowl
    L’Heure la plus sombre n°89 – Émission du 4 décembre 2017

    Le problème de Félix est que comme la majorité des communistes, il s’arrête à une vision matérialiste de l’histoire. Qu’une révolution anti-capitaliste soit financée par des capitalistes n’est en rien choquant si on dépasse un point de vue terre-à-terre. Le grand capital n’est pas la finalité du démon même s’il reste sa plus grande arme. Un effort Félix, surtout que tu cites le Christ.

     

    Répondre à ce message

  • #1856332
    Le 7 décembre 2017 à 15:39 par neribu
    L’Heure la plus sombre n°89 – Émission du 4 décembre 2017

    Rappelons également que pendant que les poilus crevaient dans les tranchées au milieu des rats et des cadavres de leurs amis, à l’arrière, notamment à Paris le champagne coulait à flot... les refus de monter au front, les désertions n’étaient pas seulement dues à la lâcheté mais aussi par la rage des survivants ayant pu rentrer chez eux après une blessure et revenant au combat s’apercevaient que, ma foi à l’arrière, la vie se passait pas trop mal et que tout ce beau monde se foutait comme d’une guigne de l’atrocité des combats.

    C’est bien de le dire pour le Tsar et son entourage mais balayons aussi devant notre porte... il est vrai que les nôtres avaient un fusil et des guêtres, alors l’honneur est sauf n’est-ce pas ?

     

    Répondre à ce message

  • #1859118
    Le 11 décembre 2017 à 18:52 par Sander
    L’Heure la plus sombre n°89 – Émission du 4 décembre 2017

    Existe-t-il un ou des ouvrages de référence traitant de ce sujet de la façon dont M Niesche l’a exposé ?

     

    Répondre à ce message

  • #1863421
    Le 17 décembre 2017 à 22:39 par VaeVictis80
    L’Heure la plus sombre n°89 – Émission du 4 décembre 2017

    Felix Niesche oublie qu’on ne peut faire s’effondrer un système que si il y a des failles préexistentes. La révolution française en est un bel exemple...

     

    Répondre à ce message

  • #1864869
    Le 20 décembre 2017 à 09:10 par Alien
    L’Heure la plus sombre n°89 – Émission du 4 décembre 2017

    Félix est meilleur avec sa plume... qu’avec l’enclume de son discours.
    Ce discours me rapelle les heures les plus sombres de mon passé trotzkard, à entendre tous ces "permanents" de la LCR broder sur la révolutionnn qu’ils appellaient de leurs voeux, qu’ils atisaient par tous moyens dans les lycées où ils étaient profs, dans les facs qu’ils fréquentaient (c’était bon pour la drague), dans les hôpitaux où ils jouaient les brancardiers, etc. Des vrais prolos il n’y en avait qu’un (bibi), jusqu’à me rendre compte que j’étais entouré par des juifs en quasi exclusivité. Tant et si bien qu’on nous appelait "la bande à Lévy". C’est bizarre, non ?

    Nier le caractère juif de la révolution bolchévique est une entourloupe de trotskiste rompu à la diatribe politique. Nier le mépris de Trotsky pour la plèbe, de Lénine pour les institutions, est la dernière grossièreté qu’un esprit raffiné peut nous offrir.
    Vous gardez les mêmes convictions que je vous ai connues en 76 à l’école des cadres de Poissy. C’est dommage, car des Sigaut et des Soral on coulé depuis sur nos âmes. La votre est imperméable, donc...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents