Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le scénario vietnamien ou le cauchemar d’Israël

L’évacuation dans la panique il y a 40 ans, le 29 avril 1975, des ressortissants américains et leurs affiliés à Saigon, capitale du Sud-Vietnam, pose une question lancinante : cet événement peut-il survenir en Israël, poste avancé des Américains au Proche-Orient, en milieu arabe hostile ? Les États-Unis, qui ont abandonné brutalement le Sud-Vietnam, lâcheront-ils Israël ? L’étreinte sioniste sur l’Oncle Sam peut-elle se desserrer ? Les Israéliens, qui pensent à tout, ont-ils élaboré un plan de fuite dans cette option ? Sans faire de géopolitique fiction, tous les services de renseignement du monde planchent sur des scénarios catastrophe selon l’adage : toujours se préparer au pire, mais attendre le meilleur. Car les raisons objectives de crédibiliser cette hypothèse existent bel et bien.

 

 

Fin avril 75, les États-Unis sifflent la fin de la récré vietnamienne : un coût humain inattendu (60 000 morts sur le terrain, plus 60 000 suicides de vétérans à venir sur le sol américain), une crise économique majeure (avec le choc pétrolier), les résistances de la société civile (la jeunesse fait bloc contre un nouvel engagement), ainsi qu’un changement politique (Nixon remplacé par Ford), expliquent que le Congrès n’a pas voté les 722 millions de dollars que lui réclamait Gerald Ford… hypocritement. Personne, et les généraux en premiers, n’ignore en effet que les accords de Paris (qui doivent comporter une clause de non-agression mutuelle du type « si vous touchez à un cheveu des Américains, on envoie nos B-52, mais faites ce que vous voulez des Sud-vietnamiens ») ne permettent plus une nouvelle entrée en guerre. Dix ans de conflit ayant saigné les deux pays. Ce qui n’empêchera pas les dirigeants du Nord-Vietnam de décider d’envahir le Cambodge de Pol Pot dans la foulée, plus pour des raisons géostratégiques qu’humanitaires.

 

JPEG - 64 ko
Bateau bondé de Sud-vietnamiens en fuite

 

En 1975 donc, l’occupation américaine prend fin. 150 000 ressortissants nationaux liés de manière directe à l’occupant, arrivent à fuir. Pour les autres, impliqués dans la collaboration, ce sera la balle dans la tête, le camp de travaux forcés, ou la rééducation communiste. Beaucoup fuiront plus tard, devenant les fameux boat people, que les médecins français du Comité de soutien aux réfugiés politiques du Vietnam représentés par Kouchner, avec l’appui des intellectuels (Sartre, Montand et Aron), feront connaître au monde entier le 10 novembre 1978. Un coup violent (et politiquement opportun) porté à l’image du régime communiste, qui a pourtant payé un incroyable prix du sang sur 30 ans pour libérer son pays de la présence étrangère, française puis américaine. Trois à quatre millions de morts en 10 ans de conflit, et 40 ans plus tard, encore 150 000 enfants nés handicapés à cause des conséquences de l’agent orange. Kouchner prenait déjà le parti des impérialistes américains.

 

JPEG - 99.5 ko
Le body count américain à l’encontre des Vietnamiens ressemble étrangement aux massacres des SS en Union soviétique 25 ans auparavant

 

Témoignage d’un vétéran :

« Le body count, c’est ce qui nous permettait de mesurer le succès de nos opérations. On nous avait mis dans la tête que si on abattait dix Vietnamiens pour chaque Américain tué, alors on gagnerait la guerre. Parce qu’ils finiraient par être à court de combattants. Donc on faisait des concours entre nous… car ceux qui tuaient le plus de Viets étaient considérés comme les meilleurs Marines. Après chaque opération, une fête était organisée en l’honneur de la compagnie qui avait tué le plus d’ennemis. C’était la preuve ultime que tu étais un bon Marine. »

Pas de devoir de mémoire de ce côté-là. Que fait le lobby des restaurateurs vietnamiens de l’avenue de la porte de Choisy ?

 

Israël/Vietnam : même combat ?

 

JPEG - 95 ko
Ces jeunes Palestiniens ont osé lancer des pierres sur ces soldats de la paix israéliens

 

Personne au début des années 70 n’imagine la fin de la présence américaine, sous une forme aussi brutale, et honteuse aux yeux du monde. Les troupes du Sud, tenues à bout de bras par les Américains, et dirigées par un régime forcément désavoué par sa proximité avec l’envahisseur, ne peuvent longtemps supporter la guerre d’usure imposée par le Nord. L’appui soviétique n’est pas prépondérant pour le Vietcong (les forces armées du Nord). Toujours, les Russes voudront voir les belligérants négocier, afin d’éviter une escalade vers un conflit plus direct avec les Américains, celui de l’Apocalypse nucléaire. Ce sont les Chinois qui profitent des hésitations russes : ils envoient plus de 300 000 soldats et spécialistes en rotation chez leur petit voisin du sud (mais au nord du Vietnam). Guerre géopolitique autant qu’idéologique, le conflit vietnamien cristallise les tensions des deux, puis des trois Grands à partir de 1972.

Ce poste avancé du capitalisme aux pieds de la Chine rouge ne pouvait que mal finir. En sera-t-il de même avec Israël, qui vit depuis près de 70 ans en conflit plus ou moins explosif avec ses voisins ? Quels sont les scénarios possibles ?

 

La guerre des ventres

 

Chacun connaît la phrase attribuée à Boumédiène, prédisant la victoire de l’Orient sur l’Occident grâce aux ventres des musulmanes. Les spécialistes du conflit israélo-arabe savent la course démographique effrénée que se livrent les deux communautés antagonistes, le suffrage universel pouvant un jour faire basculer le fragile équilibre des forces qui régentent l’État juif. Actuellement, les Arabes occupent 11 sièges sur les 120 de la Knesset, et la loi de la citoyenneté empêche tout conjoint palestinien d’un citoyen israélien de vivre en Israël, afin de garder l’avantage d’un rapport 80/20. Les familles de juifs orthodoxes essayent de faire sept à huit enfants dans les Territoires occupés, le mot d’ordre étant de « battre » les Arabes en fécondité.

 

JPEG - 119.9 ko
Famille nombreuse orthodoxe

 

Actuellement, le taux de fécondité arabe dépasse de 4 % celui des juifs (25 contre 21), avec un taux de mortalité plus faible chez les… musulmans ! Ce qui donne, mécaniquement, un taux d’accroissement naturel de la population arabe de 22 % contre 15 % pour les juifs. On parle bien sûr d’Israéliens, juifs et arabes. Les Arabes israéliens étant en majorité musulmans, une partie d’entre eux chrétiens, dans une proportion de 20 % par rapport aux 8 millions d’Israéliens. Tout ça pour dire que le danger, du point de vue des ultras israéliens, est à la fois intérieur et extérieur. Une guerre sur deux fronts, que les juifs ne peuvent gagner qu’en faisant le plein d’Alyah, de France principalement, second réservoir mondial derrière les États-Unis, le pays aux cinq millions de juifs pas très chauds pour rentrer en Eretz Israël. Pour cela, le régime militaire d’extrême droite est prêt à tout. Il l’a démontré, jetant de l’huile sur le feu des conflits interreligieux français, profitant du moindre fait divers, ou du moindre attentat terroriste. Tout fait ventre, pour Netanyahu.

Au vu de ces statistiques, le terme de « patrie du peuple juif » perd pas mal de son sens : il y a quasiment autant de juifs aux États-Unis qu’en Israël. Plus riches, mieux protégés, et globalement plus influents. La France et les États-Unis sont donc les deux pays les mieux placés pour recevoir de forts contingents de juifs, au cas où les choses dégénéreraient.

 

Les choses dégénèrent

 

JPEG - 108 ko
Forces spéciales iraniennes

 

La situation d’Israël au Proche-Orient (les Anglais disent Middle East, Moyen-Orient) a évolué en 67 ans, depuis le 14 mai 1948 : les guerres arabes, très localisées au départ, se sont régionalisées en 1967 et 1973, incluant quasiment toute la planète arabe : Égyptiens, Syriens, Jordaniens, pour le soutien militaire direct, Algériens (deux escadrons de bombardiers et de mirages) et Libyens pour l’appui financier (contribution d’un milliard de dollars de la Libye, de l’Arabie et du Koweït) ou en renseignement. Les guerres libanaises de 1982 et 2006 étant des guerres d’agression israéliennes. Depuis 20 ans, un conflit majeur est apparu, d’abord diffus, puis de plus en plus visible : celui avec l’Iran. La branche militaire du Hezbollah remplace petit à petit les militants du Hamas, moins préparés, moins armés, et les troupes iraniennes font leur apparition en Irak, de manière massive, et en Syrie, où elles seraient 15 000. Des sources font état de la présence de forces spéciales iraniennes dans le Golan, objet d’un conflit majeur entre Israël et la Syrie depuis la Guerre des Six Jours.

Malgré les accords de paix, plus ou moins fragiles, recouvrant des contentieux non résolus, et négociés par les Israéliens avec leurs voisins (Égypte, Jordanie et Syrie), mais surtout imposés par la puissance étasunienne, Israël vit entouré d’ennemis potentiels. Quand le danger égyptien disparaît – traité de paix de Camp David en 1978 entre Begin et Sadate… raïs qui aurait pu être le grand vainqueur de 1973 –, c’est le danger iranien qui prend le relais, avec la révolution de 1979 ! Et quand la pression des Frères musulmans sur le pouvoir de Moubarak culmine avec leur victoire électorale le 20 janvier 2012, avant la normalisation de l’américanophile al-Sissi, l’ambassade israélienne a déjà vu passer le vent du boulet.

 

JPEG - 91.9 ko
Malgré les accords de paix, les Israéliens ne sont pas très populaires au Caire
(10 septembre 2011)

 

Malgré l’intervention divine massive des États-Unis, qui surveillent le Golfe et la Méditerranée de leurs Ve (30 navires et 15 000 marins) et VIe Flottes (40 navires, 20 000 marins, 175 avions), prenant en sandwich les ennemis d’Israël, l’avenir de ce pays récent et anormalement constitué n’est toujours pas garanti. Ses dirigeants appliquent justement une politique de « guerre préventive » impitoyable, aussi bien à l’encontre de nations que de personnalités politiques. En laissant Israël construire sa bombe dans les années 60 (après la parenthèse Kennedy), grâce à des ingrédients nucléaires volés sur leur propre sol, les Américains savent très bien qu’ils contrôleront de fait la région. Le poste avancé des States en territoire apache, c’est Israël, et ça explique bien des compromissions à l’ONU et au Conseil de Sécurité. Quitte à se mettre à dos la moitié du monde, voire les trois quarts, les États-Unis ont toujours appuyé les agressions israéliennes et autres violations du droit international.

 

JPEG - 40.4 ko
Mieux que la NSA, l’USN

 

La défense d’Israël permet d’avoir la légitimité d’intervenir partout, de la Méditerranée au Golfe persique. Et théoriquement, tous les pays arabes sont des ennemis potentiels du petit protégé de l’Amérique. Si le puissant lobby juif américain pèse de tout son poids pour que l’Amérique continue à fermer les yeux sur les exactions israéliennes, il n’est pas sûr que ce seul lobbying suffise à faire pencher la balance en faveur d’Israël : la géopolitique et ses intérêts bien compris pèsent plus lourd que l’idéologie et les liens religieux entre juifs des deux pays, ou entre juifs et protestants. Israël a besoin du gendarme du monde, qui a besoin d’Israël, mais les plus beaux mariages, qu’ils soient d’amour ou d’intérêt, ont une fin.

 

 

Concrètement, c’est le lézardement du fédéralisme américain sur une base raciale (c’est-à-dire sociale) qui peut ébranler ce géant, et lui faire perdre son bâton de gendarme du monde. Les Israéliens ne pouvant se défendre seuls, le recours à l’arme nucléaire étant d’un coût humain et moral historiquement insoutenable. Ahmadinejad ne déclarait-il pas à Pujadas, en mars 2007, que la bombe atomique n’avait été d’aucun secours à Israël contre le Hezbollah au Liban l’année précédente ? En réalité, la menace d’utilisation de l’arme nucléaire israélienne s’exerce sur les États-Unis, indirectement, selon le chantage : si tu ne me soutiens pas, je fais tout péter autour.

Quand le rapport juifs israéliens/Arabes israéliens sera non plus de 75/25 mais de 60/40 (peur que les journaux sionistes tentent d’importer en France, c’est l’origine du concept de Grand Remplacement !), les choses changeront politiquement et militairement : comment terroriser les Arabes au dehors avec autant d’Arabes au-dedans ? Et on ne parle même pas d’un scénario à 50/50, cauchemar que les sionistes les plus durs osent à peine imaginer. Pourtant, en 2020, chiffres israéliens à l’appui – même en y décelant une part d’intox – il y aura autant d’Arabes dans la zone Israël + Territoires occupés (c’est-à-dire Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est) que de juifs ! Un apartheid intenable, comme tous les apartheids.

 

 

Si la protection américaine reflue, pour des raisons intérieures (sécession des États riches de l’Ouest et du Sud, Californie et Texas, séparatisme d’un groupe d’États de la côte Est, latinisation des anciens États… volés au Mexique), ou extérieures, le Congrès refusant de voter l’énième aide militaire à Israël (3 milliards de dollars en 2014), les États-Unis revenant à un rôle plus régional que mondial, Israël sera en grand danger. Ce qui ne veut pas dire que ses voisins attaqueront. Mais les décennies de guerres, agressions ou menaces contre l’Irak, l’Iran, la Syrie, l’Égypte, le Liban, sans compter la Palestine, joueront contre la tranquillité et la légitimité d’Israël. Tout dépend alors de la solidité des traités de paix établis avec les voisins. À l’heure actuelle, les Israéliens n’en prennent pas le chemin, même si le régime de fer du nouveau raïs a mis un terme à la menace venant du Sinaï. La dévastation de la Syrie, la dislocation de l’Irak et la guerre larvée à l’Iran sont des crimes à grande échelle, des destructions programmées de pays par des coalitions occidentales, menées par les Américains, au profit des Américains, mais aussi d’Israël.

 

Film catastrophe

 

JPEG - 32.1 ko
Plutôt mort que rouge, la devise du médecin américain Bernard Kouchner (au centre sur
la photo)

 

Une évacuation de pays ne se fait jamais en trois jours, tout est question de concrétisation de la menace : la panique s’est emparée du Sud-Vietnam en 1975 lorsque les villes de Hué et Da Nang (avec sa base américaine géante) sont tombées. L’armée locale n’avait plus les munitions et le matériel de remplacement pour faire face aux divisions du Nord. Les Américains ayant objectivement lâché la partie. Il se peut donc que le soutien à Israël devienne trop cher diplomatiquement, militairement, politiquement ou économiquement. Sans bons rapports avec ses voisins arabes, le pays de Netanyahu est condamné à long terme. L’Amérique ne sera pas toujours le gendarme du Proche-Orient. On assistera alors un Exodus à l’envers, des Alyah dans le « mauvais » sens, les juifs israéliens redevenant une diaspora. Après l’implosion vers la Terre promise, l’explosion vers les terres d’accueil. La France sera évidemment en première ligne. Est-ce pour cette raison, depuis une décennie, correspondant au durcissement du pouvoir d’extrême droite en Israël (ils peuvent donner des leçons à Le Pen, tiens), que les Français n’ont plus le droit de s’exprimer sur ce sujet en particulier, la liberté d’expression se réduisant dramatiquement en général ?

 

JPEG - 55.8 ko
François Hollande, président du CRIF

 

Scénario modélisé par Soral il y a 10 ans déjà, mais qui s’éloigne de plus en plus de la fiction. Comment vivre en harmonie durable dans un immeuble, si l’on agresse tous ses voisins, si on leur vole leurs pièces une par une, si on les menace en permanence de représailles, et si on appelle les gendarmes dès qu’un voisin ose manifester le moindre mécontentement ?

Si les hommes sont pressés, l’Histoire, elle, a le temps. Mais parfois, elle s’accélère. On appelle ça un événement.

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Excellente analyse. Je n’avais pas envisagé cette possibilité du reflux massif, mais elle est à prendre très au sérieux. En revanche, je pense qu’il faudrait la conjonction de nombreux facteurs pour que les Etats-Unis rompent leur alliance avec l’Etat juif, car les réseaux sionistes (AIPAC, ADL, Wall Street, etc) demeurent extrêmement puissants et ancrés dans les institutions américaines. Et d’autres pays semblent plus encore prêts à se sacrifier pour Israël, comme la France, qui a été en première ligne pour entraver la mise en place d’une industrie nucléaire civile en Iran, plus fortement encore que les Etats-Unis.

     

    • #1206942

      Ce n’est pas la France qui a entravé la mise en place d’une industrie nucléaire,c’est une poignée de traîtres à la France et au peuple français !!


    • #1206947

      Il y a des mouvements étranges aux états unis qui auraient paru impossibles il y a 5 ans.
      Suite à la venue de Netanyahou au congrès des journalistes très influents comme chris Matthew ont dit ouvertement leur dégout et ont hurlé ne pas croire leurs oreilles. Un chef d état étranger qui vient avec arrogance donner des ordres au parlement en contre-carrant les ordres du président. ..ça passe plus du tout...
      La guerre d irak de 2003 est désormais conspuée et la nouveauté C est que les gens disent ouvertement que C etait une guerre pour israel. Car aucune autre explication ne tient la route.
      Il semble que les mensonges ne passent plus et en réponse, comme en france, la propagande est doublée Et est grossière.
      Des gens comme bill maher qui ont toujours joué un rôle très fin et très malin de sionisme ganté
      n invitent plus que des sionistes purs et durs...
      Il semble que la coupe est pleine et un retour de bâton est inévitable.
      Quant au reflux de juifs vers la france le peuple français doit avoir son avis. Il faut arrêter de croire que l on ne peut rien faire.
      ils ont voulu vivre en terre promise. ils nous ont cassé les bonbons avec le cosmopolitisme et l egalite des droits de l homme...et bien qu ils partagent avec leurs frères musulmans. Nous on est des fachos et on ne veut plus de eux. on s est assez fait insulté.
      Il n’y a pas eu un reflux vers la france des sud africains après la fin de l’apartheid que je sache...


    • #1207215

      Oui je pense aussi qu’Israël et les Etats-Unis c’est une unité, les sionistes occupe d’ailleurs des postions clés partout dans le monde, ce qui n’a jamais été le cas pour les Vietnamiens. La guerre du Vietnam se range dans les nombreuses guerres faites au nom de la démocratie, le conflit Israélo-palestinien c’est autre chose, c’est la démonstration des sionistes qui nous montre notre impuissance envers eux, depuis 67 ans ils nous mènent par le bout du nez.


    • Un krach boursier pourrait mettre les américains en incapacité de payer leur écot aux israéliens. De plus, si les États-Unis sont intérieurement divisés, ils ne pourront pas se porter garant d’Israël. Les véritables dirigeants des États-Unis ne sont peut-être pas si attachés que ça à Israël, ça ne m’étonnerait pas qu’un jour ils laissent tomber ce petit pays.


  • #1206924

    Non, car Israel possède et n’hésitera pas à utiliser son arme nucléaire. Même sur des ennemis très proche.
    Les israéliens vont vite faire leur calcul : perdre 1 million de personne en un mois ou alors avoir 10000 cancers dans les 10 ans à venir ? Ils ne vont pas réfléchir longtemps !

    Le vrai cauchemar d’Israel, c’est ce qui est arrivé aux blancs d’Afrique du Sud en 1994. ( grand salut et soutien au peuple Boer, mille fois plus légitime en Afrique que les Israeliens en Palestine)

     

    • #1207030

      Correction, ils utiliseront leur arsenal nucléaire sur tous, alliés et ennemis, afin de "rebooter" tout le monde, et avoir une chance de reprendre le contrôle derrière.

      Voir "Samson option", comme Samson qui écroule le temple des philistins pour les tuer tous en dernier recours.

      "On n’a plus le soutien de la communauté internationale ? Et bien on fait péter toutes les grandes capitales a la bombe atomique, ça nous laisse le temps de reconstruire une civilisation selon nos règles"


  • #1206978

    Concernant la guerre du Vietnam c’ est aussi et surtout la volonté de Nixon et Kissinger de vouloir noué des relations diplomatiques avec la Chine, apres la reconnaissance de cette derniere par de Gaulle un an auparanavnt....


  • #1207015
    le 13/06/2015 par Capitaine Tran
    Le scénario vietnamien ou le cauchemar d’Israël

    Ne pas confondre Sud-Vietnamien et Sioniste.

    1/ Le Nordiste a choisi le nationalisme, le communisme et l’anti-impérialisme. Mais il a aussi collaboré avec l’ ennemi de toujours (Chine) et établi une dictature athée sur le modèle judéo-bolchevique. Le Sudiste a certes collaboré avec l’ Empire, mais était aussi du côté de l’humanisme et de la catholicité (héritage français).

    2/ La guerre du Vietnam a profité à qui ?
    Ni aux peuples US, Viet ou Russe.
    La conséquence principale fut la ruine des USA et le remplacement du Dollar-Or par le Dollar-Pétrole....pour le profit des Banques dirigées par le Lobby Chut. Une guerre pour rafler l’ Or de l’ Occident Chrétien (comme les 2 guerres mondiales).

    3/ La diplomatie US était dirigée par le juif Allemand Kissinger. Aujourd’hui, pas de vietnamien pour dicter la politique US au Moyen-Orient.

    Pour le reste, très bon article.
    Merci E&R

     

    • #1208019

      ah !
      A quand un procès pour avoir utilisé le mot Chut ?
      On va se faire qualifier d’antichut
      Comme la récupération de la quenelle : encore des ptits billets à gratter ?


  • #1207067

    Excellent article, qui clarifie là où ce qu’il nous reste de "journalisme" officiel embrouille.



    Les Israéliens, qui pensent à tout, ont-ils élaboré un plan de fuite dans cette option ?



    De toute évidence oui, et il se nomme : Ukraine. Un arrière-goût khazar peut-être ?

    Quant au choc pétrolier et à la guerre du Vietnam, il est très utile de lire l’analyse que leur consacre Engdahl dans "Pétrole, une guerre d’un siècle" : l’un comme l’autre doivent beaucoup au machiavélisme d’un Kissinger.


  • #1207260

    Vietnam 1970 : Pays peu stratégique et périphérique. Pays rural dans une jungle montagnarde. Donc un pays où le bombing carpet ne dérange pas le vietcong qui se cache derrière chaque feuille de palmier avec une arme blanche entre les dents...

    Israël 2015 : Pays hautement symbolique, totalement protégé par une diaspora médiatique internationale. Pays urbain et désertique, impossibilité à un mouvement de troupe (et même un simple mouvement collectif) d’échapper à la surveillance de celui qui tient le contrôle aérien.

    Pour avoir fait une simple recherche sur Wikipédia. Si on est bien à 50-50% en comptant le ghetto de Gaza et les territoires, on est déjà à 70/30% en "israël". Et ces 30% sont ceux qui ont 8 ans d’espérance de vie en moins, 40% de revenus en moins et 80% de taux de chômage en plus. Ne vous y trompez pas, on a la même proportion dans tous les pays développés. Chez nous, c’est pas aussi "racialiste", c’est certaines banlieues et certaines zones rurales, vendée charente creuse...

    Autre chose, arrêtons de suivre la propagande pro-atomiste —> emploi de la bombe= fin du monde.
    C’est juste un bon moyen de détruire un centre ville, et c’est beaucoup plus "propre" qu’un Tchernobyl et qu’un Fukushima. Contre la Lybie et l’Irak, elle n’a pas été employée -et pas par les beaux yeux des terroristes islamistes avec des ADM plein les poches- mais parce qu’elle ne sert à rien et qu’on peut s’en passer...

    Si j’avais à faire un pronostic logique, on est dans le parfait opposé de la politique des ghettos dans l’Europe de 1941. Les juifs sont cette fois ci du bon coté du grillage et ont toute latitude pour procéder à la phase de liquidation.
    Quelle sera cette phase, c’est la question...


  • Bonjour à tous.

    Si le parallèle est intéressant, il me semble pertinent aussi de parler de la situation des royaumes chrétiens d’Orient nés des croisades et de leur fin.
    Les fous du califats autoproclamé se prennent aujourd’hui sans doute pour des Saladin en devenir, bien qu’ils n’ont, et de loin, ni son courage ni sa piété.
    Néanmoins, si on suit ce parallèle, qui a l’avantage d’être sur des bases communes ( colonisation de la même terre pour des motifs religieux, en tout cas expliqués comme tels), on sait bien que Saladin a d’abord fédéré par la force les groupes musulmans avant de s’attaquer au cœur de son projet, la libération du proche-orient, et qu’il n’a pas hésité à marquer des pauses pour revenir affronter des dissidents musulmans, même à s’allier avec des roitelets chrétiens.
    Ainsi, même si l’on remarque que le califat d’aujourd’hui ne se tourne pas contre Israël, on pourrait penser que cela reste l’objectif final. L’hégémonie locale avant de s’attaquer à l’objectif final.
    Tout cela pour dire que je ne crois pas ces gens qui disent qu’ils ne s’attaqueront jamais à Israël parce que Israël paye les cartouche. Comment ne pourraient-ils pas l’attaquer lorsque l’on sait ce qui les motivent ?
    Et sur un autre point du parallèle, les châteaux forts d’Orient n’ont sauvé les cités chrétiennes que lorsque l’aide en chevaliers était soutenue... après, ce fut la fuite après de grands désastres. Il me semble qu’Israël est un peu dans le même cas. Son bastion, si puissant soit-il, n’est qu’un îlot entouré d’ennemis voué à une fin inévitable...

     

    • ""Les fous du califats autoproclamé se prennent aujourd’hui sans doute pour des Saladin en devenir, bien qu’ils n’ont, et de loin, ni son courage ni sa piété.""

      C’est exactement ce que les croisés disait de Saladin... C’est vrais que l’histoire a toujours eu tendance a recommencé


  • #1207280

    Sodome refait surface

    http://www.mondedemain.org/articles...

    C’est une attaque nucléaire pour la destruction d’Israel cette histoire !!!!
    C’est une histoire pour le futur proche !

     

    • #1216060

      C’est possible. A moins que l’état sioniste ne se tire une tête nucléaire dans les orteils ! Les musulmans n’oseront en aucun cas détruire El-Qods (Jerusalem) la cité des prophètes (paix sur eux tous) ni les autres villes de Palestine.


  • #1207319

    D’un point de vu purement ecclesiatique, je dirais qu’Israel etant selon tout vraisemblance, et selon les relgions du livre, le foyer de l’apparition materiel de l’antechrist, alors on peut imaginer que l’incarnation de Satan, qu’est l’antechrist, ne se laissera pas damer le pion de la sorte.
    Israel n’hesitera pas a provoquer un embrasement nucleaire, pour assurer sa survie, fussent il au prix d’un hiver nucleaire pour tout le monde, eux compris.
    Autrement dit : "nous preferrons voir le monde disparaitre plutot que de devoir, disparaitre en laissant le monde".
    Pour eux 5 millions de juifs, valent bien plus ques les 7 milliards d’habitants ....


  • #1207414

    Un Exodus à l’envers ! Elle est bien bonne ! Pourvu qu’ils filent sur New-York ,surtout pas ici ! Qu’ils voguent mais très très loin ! Bon vent ! Ouf.......


  • « Pas de devoir de mémoire de ce côté-là. Que fait le lobby des restaurateurs vietnamiens de l’avenue de la porte de Choisy ? »

    Vous devez mal connaitre le sujet car justement les restaurateurs dont vous parlez (comme la grande majorité de la diaspora vietnamienne) sont ceux qui combattant ou s’étant rangé du côté du sud (et donc des américains), ont fui les communistes avant qu’ils ne les descendent. Ce sont ceux qui défendent ardemment la chute des vietcongs et pronent l’instauration d’une République du Vietnam (ou d’une monarchie restaurée pour certains).

    Du coup, le départ des américains, c’est un peu leur Nakba. Ils ne feraient certainement pas du devoir de mémoire sur les vietcongs tués par les marines, au contraire, ils danseraient sur leurs corps.


  • #1207520

    Comment pouvez-vous dire, je cite : "Quand le rapport juifs israéliens/Arabes israéliens sera non plus de 75/25 mais de 60/40 (peur que les journaux sionistes tentent d’importer en France, c’est l’origine du concept de Grand Remplacement !)".

    Vous parlez d’un grand remplacement en train de se faire en Israel. Vous sous-entendez qu’il n’existe pas en France, tout en prétendant que ce serait un mythe que les médias tentent d’imposer.

    Il me semble que la critique d’Israël, l’idée de réconciliation nationale, ne devrait pas pour autant impliquer de s’aveugler sur les évolutions démographiques et ce qu’elles impliquent aussi chez nous. Est-on obligés d’être arabes pro-palestiniens (musulmans ?) pour être de bons patriotes Français ??

    PS : Il y a un labsus dans cet extrait : "juifs israéliens/Arabes israéliens", je vous laisse deviner.

     


    • Vous parlez d’un grand remplacement en train de se faire en Israel. Vous sous-entendez qu’il n’existe pas en France, tout en prétendant que ce serait un mythe que les médias tentent d’imposer.




      L’article ne dit pas exactement que le grand remplacement est un mythe, mais que les journaux sionistes tentent de faire peur avec ce concept. Il est possible de faire peur avec une réalité comme avec un fantasme. En l’occurrence, le remplacement de population est une réalité inhérente à la politique sioniste d’immigration massive, dans le but d’affaiblir la cohésion nationale et de dissoudre la nation française.
      La particularité de ceux qui emploient en général le concept de grand remplacement est de protéger les responsables de cette politique criminelle en évitant de les désigner, et de pointer du doigts les populations déplacées, comme si celles-ci étaient automotrices et avaient le pouvoir politique de lever les frontières ou de s’auto-donner logements, éducation, santé et aides sociales.


    • #1213082

      Le Grand Remplacement est une réalité, et ER ne souhaite pas en parler pour des raisons de ligne éditoriale, car ça ne fait pas plaisir à une partie de son lectorat, et aussi pour ne pas souffler sur des braises déjà incandescentes (ce que font aussi les médias en ne relayant pas les récentes émeutes dans le Nord). Ou alors il en parle "par la bande", par exemple en relayant Rochedy.

      En attendant, certes le Grand Remplacement est le résultat d’une politique (immigration de peuplement d’une part, démoralisation et empêchement de la natalité, notamment par le féminisme, d’autre part), mais il est aussi un problème majeur que devra affronter la France dans les décennies qui viennent. La France avec les européens de souche (les Blancs) en minorité, ce n’est plus la France, c’est tout à fait évident.

      Imaginez une seconde que vous allez en vacances au Japon, et que vous ne croisiez que des mexicains... imaginez le choc vécu par les touristes visitant Paris, lorsque leur premier contact avec la France est... le RER B.

      Dénoncer les initiateurs et les responsables, principalement une petite oligarchie bien connue par les lecteurs d’ER, ne doit pas empêcher de faire les douloureux constats qui s’imposent aujourd’hui. Sinon, on aura des tas de petits Breivik et de petits Roof, qui, trop désespérés par l’apathie générale, essayeront d’attirer l’attention par les pires et plus abjects moyens (meurtres d’innocents) sur ce problème de manière fort peu raisonnable et constructive, et même en réalité contre-productive, car incompréhensible pour la masse charliesque.

      On observe le même phénomène sur le plan personnel ou collectif : plus le déni est long et puissant, plus la prise de conscience est douloureuse et violente.

      Ce qui me chagrine, c’est que Soral est parfaitement conscient de tout cela (voir ses vidéos au sujet des identitaires, de Renaud Camus ou il botte à moitié en touche, ...). Je tiens à préciser que cette critique n’enlève rien à l’immense respect que j’ai par ailleurs pour sa personne, son courage, la très grande qualité de son oeuvre, sa capacité d’analyse et d’explication grâce à la culture qu’il a accumulé et à son vécu, sa ténacité dans le combat, ...

      Ce qui sera déterminant, ce sera son analyse (lors de la prochaine vidéo du mois) de la tuerie de Charleston : prendra-t-il en compte le fait que l’Eglise visée était une église raciale noire ? (lire l’article Breiz Atao d’aujourd’hui)


  • D’ou des arabes de la péninsule passifs,
    La terre brulée daesh à l’Est.
    Au nord des régimes diminués.
    Au sud le désert.

    Bon j’écoutais le récit rapporté de la guerre Benjaminite, le peuple le plus moral du monde avait exterminé une de ses propres tribus, la pécheresse de Benjamin. Mais après le massacre vint la question du remplacement de cette tribu presque disparue. Car il n’y avait plus que quelques hommes survivants, il eut des enlèvements de femmes arabes au voisinage pour recrée la tribu.

    La voila la méthode ! ou alors y la GPA à grande échelle si une génération peut attendre.


  • #1208397

    Si l’on s’en réfère aux hypothèses de Laurent Guyénot , de Pierre Hillard ou même de Jacob Cohen, qui sont des hypothèses solides et documentées, on a tout de même du mal à imaginer qu’un tel scénario puisse se produire, c’est à dire que les USA lâchent Israël.


  • #1209265

    Bonjour,
    oui, l’histoire prend le temps que les hommes n’ont pas.
    Souvenez-vous que tout XII ème siècle a vu Jérusalem chrétienne (1099-1187. Cf. Les croisades).
    De nombreux chrétiens d’Europe ont alors tout quitté pour s’établir dans ce royaume chrétien qu’ils imaginaient éternel. Les premiers établis ont du mourir heureux...Quant aux derniers, ils ont réalisé dans la douleur que s’établir sur une terre volée ne peut pas durer éternellement.

    L’histoire prend le temps que les hommes n’ont pas.


  • c’est exactement pour éviter cela que Israël fait des mains et des pieds pour déclencher la 3ème guerre mondiale entre l’OTAN et la Russie

     

  • Afficher les commentaires suivants