Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Marion Sigaut – La monarchie protectrice des travailleurs

Intervention de l’historienne Marion Sigaut lors du banquet Camelots du 18 juin 2017, mettant en évidence l’aspect protecteur de la monarchie pour ses travailleurs, à l’inverse de la Révolution, qui, elle, ne protégea que les marchands au détriment du peuple...

 

Pour approfondir le sujet, sur E&R :

Retrouvez Marion Sigaut chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1778137

    Très judicieux !!!

    En plein dans l’mille ...


  • On peut également citer le communisme, qui n’a eu pour fonction que de transformer un ouvrier, fier de son métier et de son savoir-faire.... en un prolétaire de merde.
    En fait une main d’œuvre zombifiée, interchangeable et dénuée de métiers et de savoir-faire.
    C’est curieux mais.... c’est justement ce dont a besoin aussi le Capital.

     

    • A Drago,

      Il serait intéressant de savoir ce que pensait Proudhon
      de l’organisation corporatiste .


    • Si on regarde les concepteurs du capitalisme et du communisme , on retrouve les mêmes , issus du peuple qui se dit " élu " . D’un côté comme de l’autre , il leur faut rendre les peuples soumis à leur diktat . Je ne m’avance pas en annonçant que P. Hillard dit à ce sujet qu’ils sont les deux côtés d’une même pièce .


    • A Sousx,

      Quand on a compris que communisme marxiste
      et capitalisme (communisme privatisé),sont deux
      systèmes symétriques d’exploitation et de standardisation
      des peuples au profit d’une même élite autoproclamée supérieure
      on a compris l’histoire du Monde depuis plus d’un siècle .
      Sinon on a rien compris,et la manipulation fonctionne .
      Gavé et drogué par la consommation de "malbouffe",de porno,
      de jeux, flatté et culpabilisé de manière grossière et démagogique
      ,le peuple se réveillera-t-il à temps ?


    • #1778707

      Merci de ne pas fais l’amalgame entre communisme et bolchévisme.
      Le communisme a été, tout comme l’impérialisme, puis le féodalisme, un mode de production. Il était alors local et concernait de petits groupes humains de chasseurs cueilleurs.
      Marx n’a jamais écrit sur le communisme à venir, tout comme le Christ n’a jamais fondé le Vatican.
      Le Capital, ouvrage majeur que toute personne sérieuse se devrait de lire, traite de la fin du capitalisme, notre mode de production actuel, par l’analyse de ses contradictions.
      Spéculer sur un paradigme non advenu est par définition une idéologie, ce que le vieux Karl détestait, c’est pourquoi il s’en est bien gardé.
      D’autres l’ont fait pour lui depuis, malheureusement...


  • Hiérarchie légale des métiers. — On trouve souvent, parmi les métiers, une hiérarchie légale, qui procède presque toujours d’une hiérarchie économique, car certains métiers mènent plus aisément à l’aisance et même à la fortune. C’est ainsi qu’une ordonnance municipale de Dijon, de janvier 1727, répartit les métiers en quatre classes.

    Première classe : les imprimeurs, libraires, chirurgiens, apothicaires, merciers, drapiers, orfèvres, quincailliers, cartiers, boutonniers.
    Deuxième classe : les métiers de l’alimentation (boulangers, bouchers, pâtissiers, charcutiers, cuisiniers, marchands de vin), les métiers de la sellerie et des peaux, les cordonniers, les tapissiers.
    Troisième classe : les métiers du métal et de l’ameublement.
    Quatrième classe : les ouvriers du bâtiment, les savetiers, les ouvriers travaillant à façon (drapiers, ouvriers agricoles, etc.).

    A Paris, au-dessus des autres communautés, se sont élevés les Six Corps (drapiers, épiciers, merciers, pelletiers, bonnetiers, orfèvres), qui exercent une prépondérance de plus en plus grande sur les autres métiers.

    Henri Sée
    Extraits de La France Économique et Sociale au XVIIIe siècle, 1925

    Ce devait à cette époque déjà entre "mon" métier IMPRIMEUR....et celui de mon père et de mon grand-père (savetier & ouvrier agricole).....d’une relative équité !

     

  • Grâce à l’Eglise...on a compté jusqu’à une cinquantaine de jours de fêtes religieuses chômées (en plus des dimanches, cela va de soi...)...nous avons été un très grand pays, par ses chefs politiques et ses élites religieuses. RIP...

     

  • C’est bien résumé, mais il faut nuancer : 1) comme le dit MS, les pratiques d’accaparement visant à faire monter artificiellement le prix du grain ont commencé bien avant la Révolution, et en sont une cause plutôt qu’une conséquence.
    2) Robespierre n’a cessé de se battre pour rendre illégales ces pratiques de spéculation et punir de mort les accapareurs (il voulait aussi mettre une limite légale à l’enrichissement personnel). Les accapareurs et autres bourgeois d’argent ont eu sa peau.

     

    • #1778382
      le 04/08/2017 par le Hitler du moyen-age
      Marion Sigaut – La monarchie protectrice des travailleurs

      Et BHL n’a de cesse de se battre pour les droits de l’homme ...
      L’inversion accusatoire ne date pas d’hier, l’accaparement du pain, était probablement lezeurléplussombre de l’époque.


  • Oui c’est vrai que les capitalistes ont fait encore bien pire que les milliers de morts de Versailles...


  • #1778269

    Merci à Marion Sigaut pour ce salutaire rappel : non, la Révolution ne fut pas le passage des ténèbres à la lumière.

    Seulement quelques points m’interrogent dans cette vidéo :

    Le premier concerne le terme « ouvrier ». Son usage et son acception moderne ne recouvrent pas ceux de l’ancien régime. Les ouvriers de l’époque constituaient une élite et il me semble que l’on ne peut pas utiliser le terme sans restituer le contexte. Un même mot mais deux réalités fort différentes.

    La formule « Avant la Révolution la police protège le peuple contre les faiseurs d’argent, après la Révolution la police protège les faiseurs d’argent contre le peuple » est séduisante, mais comme MS le rappelle cela ne vient pas ex-nihilo. Elle cite Turgot (et D’Allarde sous Louis XV, mais cela doit être une erreur) qui officie sous l’ancien régime. La royauté dans les pays occidentaux où elle s’est maintenue s’est accommodée du libéralisme. Le capitalisme a d’ailleurs connu son premier triomphe dans la monarchie de nos voisins d’outre Manche. Chez nous entre Bonaparte et 1870 nous n’avons connu qu’une courte deuxième république de 4 ans… dans l’intervalle, qu’ils soient rois ou empereurs, aucun n’a cru bon de revenir sur cet état de fait né de la Révolution.

    Enfin le syndicalisme a tout de même permis la sécurité sociale, les régimes retraites, etc.. Cela existait dans le corporatisme mais seulement pour une minorité. Le syndicalisme a réussi à protéger le peuple dans son ensemble. Une différence de taille et je doute que le corporatisme eût pu réussir une telle transformation.

     

    • A Patriote ,

      Incontestablement les syndicats ont contribué
      à améliorer la condition des salariés et même
      ont participé comme la CGT et le parti communiste
      en 1946 à la restauration industrielle du pays
      qui reprendra en 1958,jusqu’aux évènements
      de 1968 fomentés par l’alliance capitalo trotskiste .
      Notons que cette CGT et ce Parti communiste
      sont staliniens,et en rien marxiste et internationaliste !
      et qu’ils sont alors alliés du mouvement populaire
      catholique !


    • #1779197

      @Patriote syndiqué
      La totalité des membres d’une corporation bénéficiait de sa protection.
      Quelle erreur ai-je commise en citant D’Allarde ?


    • #1779522

      @Marion Sigaut

      Je pensai que vous faisiez référence au décret d’Allarde (qui date de la Révolution et non pas de Louis XV comme mentionné dans la vidéo) mais peut être faites vous référence à autre chose ?

      Quand je parle d’une minorité dans le corporatisme je fais référence au caractère minoritaire des corporations parmi les « actifs ». Cela ne me semble pas comparable avec les conquis du syndicalisme dont quasi toute la population active bénéficie aujourd’hui.

      Cela nécessiterait de longs développements ,qu’il est difficile de résumer ici en quelques mots, mais le compagnonnage a aussi au moyen âge constitué un moyen pour les travailleurs d’améliorer leurs conditions en s’opposant parfois aux corporations. D’aucuns voient même dans ce compagnonnage médiéval une racine majeure du syndicalisme.


    • #1779616

      @patriote syndiqué
      Mille excuses ! Vous avez raison j’ai dit D’Allarde pour Laverdy.
      Merci de m’avoir permis de rectifier.
      Pour les ouvriers ils étaient tous incorporés donc bénéficiaient tous de la protection. Il n’était pas possible d’exercer un métier sans passer par les corporations, on le leur a assez reproché. Lisez Steven Kaplan, il a fait le boulot.
      Pour les compagnons je ne sais rien. Il va falloir que je me penche sur le sujet.


    • #1779636

      @Marion Sigaut

      Merci, tout s’éclaire pour Louis XV.

      Pour les corporations, il me semble que le reproche principal du compagnonnage à leur égard était non pas le niveau de protection mais le mode de recrutement qui restait majoritairement endogène.


    • #1779658

      @patriote
      C’est ce mensonge que Kaplan dénoncé : 30 % des maîtres étaient fils de maîtres. Donc 70 % n’en étaient pas. C’est Gournay, je crois qui a fait circuler cette calomnie.


  • Corpo vaincra !


  • Sur la fraude fiscale et paradis, la casse du Droit du Travail, le verrou de Bercy, le coût de travail, les dividendes, Gérard Filoche

    https://www.youtube.com/watch?v=Zyo...

    Le Grand Monarque est à l’intérieur de chacun et pas qu’à l’extérieur. Il sera visible extérieurement, à savoir dans nos oeuvres lorsque l’intérieur sera nettoyé des scories de notre NOM qu’ils souillent !

    Si nos ancêtres ont pu créer des chefs-d’oeuvres au cours des siècles telles nos cathédrales, basiliques, églises, châteaux et monuments c’est qu’ils oeuvraient consciemment pour le Seigneur en chacun et savaient intuitivement, le Don au Soi (universel) qu’ils étaient unis intérieurement avec Lui (le Seigneur). Ouvrier, étym. d’oeuvre = oeuvrier !

    L’oeuvre est dans le Chemin de Vie ; En me consacrant (observez le Sacre), en me sacrifiant (en faisant le Sacré) dans mon existence, je deviens un christ Vivant ainsi je sors de la mort de l’âme pour naître à nouveau.

    Les PRINCIPAUTÉS DE L’OMBRE : C’est là où se loge (maçons) le véritable caractère du jeu et la globalité de l’Humanité en est aveugle. Les religions ont été utilisées afin de nous séparer de la Source faisant croire aux uns que « dieu » est externe et d’utiliser le programme du « sauveur » comme consolidation.

    L’argent est l’outil qu’ils utilisent afin de conserver les gens dans le strict royaume physique en les incitant à mettre en équation une « valeur » externe (argent-roi) sur tout alors que rien n’existerait sans les gens et leur créativité.

    La mort et le préjudice sont leurs moyens de réprimer notre véritable nature de laquelle émane toute la création. Les accessoires employés à cette fin sont les langues par l’altération dans la modulation de l’intention pure ; incluant de multiples significations des mêmes sons-modulations

    LA TRIPLE COURONNE est constituée de ROME, la VILLE DE LONDRE SOCIÉTÉ DE LA COURONNE (la City)et de WASHINGTON, D. C.. Ils sont la trinité impie du 3 en 1 et du 1 en 3 illustré par la Couronne papale : Religion afin de contrôler les croyances, la spiritualité et les esprits de l’humanité ; les Tribunaux et les Banques afin de contrôler l’argent / Bons du Trésor et la Police / Militaires mondialement afin de réprimer la rébellion et d’agir comme contracteurs sur la ligne de front en tant qu’extracteurs des âmes.

    C’est de notre âme dont ils se nourrissent plus elles sont jeunes, plus elles les intéressent .....

    L’Évangile selon Thomas


  • #1778588

    Et comme mode opératoire usurpant la majorité des gens assemblés et constitués pour gober ces fadaises, se référer entre autres à Augustin Cochin, "Les Sociétés de Pensée". Utile car la méthode continue.


  • Et voilà, c’est bien ce que je pensais, les lumières peuvent se vanter d’avoir mis tout en oeuvre pour salir, dérégler et installer le mal-vivre. De nos jours, si on ne dit pas mot à mot : "non ça c’est interdit", ben les gens ne se gênent plus pour truander, détruire, et ne pas respecter les règles sociétales, et même avec des soi-disant règlements, loi où arrêté, on se fait tout de même arnaquer, bien souvent malheureusement.

     

Commentaires suivants