Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mathieu Gallet : ascension et disgrâce d’un Bel-Ami du XXIème siècle

Grèves, scandale sur ses dépenses, convocation au ministère de la Culture : en une semaine, Mathieu Gallet, qui avait pris la tête de Radio France en mai 2014, est lâché de toutes parts, à tel point que sa démission semble aujourd’hui inéluctable. Dans cette affaire, une question se pose : comment, à seulement 37 ans, avec un CV tout à fait ordinaire, Mathieu Gallet a-t-il pu se hisser comme PDG d’une entreprise publique de 4 300 salariés ?

Lors de sa nomination à la tête de Radio France, Le Monde (11 mai 2014) décrivait Mathieu Gallet comme un « cas intéressant d’ascension contemporaine » et précisait :

« Le soir, Mathieu Gallet mène une deuxième vie, le théâtre, les garçons, les sorties […] D’humeur toujours égale, impeccable d’élégance avec ses chemises brodées à ses initiales. »

Diplômé de Sciences-Po Bordeaux et d’un DEA « analyse économique des décisions politiques » obtenu à Paris I, Mathieu Gallet a commencé sa carrière comme secrétaire particulier du metteur en scène homosexuel américain Robert « Bob » Wilson, avant de rejoindre Studio Canal comme lobbyiste, puis le ministère de la Culture en 2007. C’est là qu’il est rapidement devenu le « chouchou » de Frédéric Mitterrand, qui, hypnotisé, décrira à peine implicitement son jeune conseiller dans La Récréation (Robert Laffont, 2013) :

« Tancrède [nom du personnage incarné par Alain Delon dans Le Guépard, NDLR] séduit tout le monde et je n’échappe pas à la règle. On s’épuiserait à dresser la liste des raisons qui expliquent ce succès ; mettons que ses qualité intellectuelles sont à la mesure de l’attirance qu’exerce son physique. [ …] Tancrède se prête à chacun et ne se donne à personne. »

 

En 2010, à seulement 33 ans, « Tancrède » est propulsé à la tête de l’INA par l’entremise de « Frédo » : « les compliments de Mitterrand ont laissé supposer qu’il était in love », expliquera Mathieu Gallet dans Le Monde. Après avoir dirigé l’INA, soit un millier de salariés et 120 millions d’euros de budget, Mathieu Gallet a succédé à Jean-Luc Hees à la tête de Radio France il y a dix mois : une ascension aussi fulgurante que symptomatique de notre époque…

Mais depuis deux semaines, la machine s’est enrayée. Tout a commencé à la fin du mois de janvier quand Radio France a adopté un budget 2015 déficitaire de 21,3 millions d’euros. Dans la foulée, lors d’un comité central d’entreprise extraordinaire, la direction annonce qu’elle travaille sur un plan de départs volontaires de deux cents à trois cents salariés, au grand dam des syndicats, qui, après une première journée de grève en février, puis une deuxième le 10 mars dernier, avaient déposé un préavis de grève pour le 19 mars.

La veille du début de la grève, des révélations du Canard enchaîné sur les frais de rénovation du bureau de Mathieu Gallet (105 000 euros contre 34 500 prévus initialement) mettent le feu aux poudres, bien que l’intéressé assure que le marché a été passé avant son arrivée. Par ailleurs Libération l’accuse d’avoir, à son arrivée à Radio France, voulu changer les sièges en cuir beige de la Citroën C6 de fonction, avant de finalement faire acquérir une Peugeot 508 neuve. Toujours le 19 mars, les ministères de la Culture et des Finances diligentent une enquête pour vérifier les dépenses de la présidence, de la direction et du comité directeur de Radio France avec un périmètre étendu aux frais de réception, voitures de fonction et frais de mission.

 

 

Le 25 mars, Le Canard enchaîné enfonce le clou : Mathieu Gallet s’est octroyé, sans appel d’offres, les services d’un expert en communication, Denis Pingaud, ancien d’Euro RSCG, rémunéré 90 000 euros par an afin de gérer l’image de Mathieu Gallet et de l’« accompagner stratégiquement », alors même que Radio France dispose déjà d’un gros contrat de communication. Le jour même, alors qu’il est convoqué chez Fleur Pellerin, Mathieu Gallet apprend que le CSA, présidé par Olivier Schrameck, lui demande à son tour des comptes. Au matin du 27 mars, Manuel Valls lui demande d’« assumer ses responsabilités »…

Si le dossier peut paraître accablant, l’ « affaire Mathieu Gallet » reste toutefois anecdotique, comparée aux scandales qui ont émaillé les carrières de puissants toujours en poste, Serge Dassault ou les Balkany, par exemple. Avec son physique pour seul réseau, ce Bel-Ami du XXIème siècle n’aura rien pu faire face aux tirs nourris de la grande presse, alliée aux fonctionnaires bobos de Radio France jaloux de leur prébende. En moins d’une semaine, tous auront eu la peau de « Tancrède ».

Sur les réseaux qui font la politique, chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bas oui beau gosse au regard charmeur et ténébreux un jour, cul noir un autre jour...


  • lol, il m’a fait penser à Patrick Bateman, le personnage d’American Psycho...

    Les "gestionnaires d’image" et autres "experts en communication" se sont plantés !
    Remboursez !


  • "DEA « analyse économique des décisions politiques » "
    J’applaudis. La fatuité et la vacuité à son summum.

     

    • #1151139

      @ Borntogrowl

      Si cela vous intéresse...

      le 02/01/2014 par Bertot

      L’analyse d’Olivier Delamarche sur l’état de l’économie au Japon, en Grèce et (...)

      Cher Monsieur,

      Je ne peux pas répondre à la place d’OD mais je réponds en tant qu’enseignant-chercheur en sociologie économique.

      Tant que les banques centrales continueront d’injecter massivement dans les systèmes financiers, la Bourse continuera de monter. Sans AUCUN lien avec l’économie réelle. A un moment donné, les banques centrales ne pourront plus rien injecter et les bourses s’écrouleront. Ce moment semble proche tant que les sommes injectées sont énormes et ne peuvent être durablement maintenues.

      La baisse du cours de l’or est sans doute due à un retrait relatif des investisseurs sur ce marché. Ces investisseurs préfèrent en effet aller profiter de la hausse en trompe l’oeil (cf le paragraphe précédent) des marchés boursiers.

      Cordialement.

      YB.

      le 02/01/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...

      L’analyse d’Olivier Delamarche sur l’état de l’économie au Japon, en Grèce et (...)

      @ Bertot

      "Chercheur en sociologie économique", impressionnant !
      Moi-même expert en tribologie entomologique appliquée (enculage de mouches, plus simple mais moins joli), je serai ravi de savoir quel est l’objet de votre discipline qui semble si prestigieuse.
      Consiste t-elle à étudier pourquoi un quidam est heureux d’avoir trois Francs dans sa poche et de faire part de sa joie à son entourage, ou bien s’agit-il de comprendre comment vendre une saloperie technologique parfaitement inutile au plus grand nombre par prétention au "bonheur" ?...


  • Un peu de respect pour Tancrède, le neveu du Guépard, qui ne se prostituait pas et flirtait avec Claudia Cardinal, une pièce de viande plus choisie que Frédéric Mitterrand.


  • il me rappelle le compagnon du dauphin d’Edouard-le-sec dans Braveheart..... celui-là même qui finit "jeté" du haut du donjon............


  • Ryssen a donné une liste des employés de France-Inter, à 99% tous juifs. Le PDG ne l’etant pas, il est viré avant de pouvoir en virer

     

    • Le fait est que j’écoute France Culture depuis deux-trois ans (oui, oui, ça se discute, tout ça), tout en résistant au lavage de cerveau - particulièrement fort en matinée (6h30-7h30) et en soirée ; c’est plus cool l’après-midi (émissions scientifiques).

      Je rêve d’une étude statistique hebdomadaire qui compte le nombre de fois où une liste de mots (dont "shoah" en premier lieu) est prononcée sur l’antenne. Ça se fait beaucoup, dans tous les domaines (histoire et politique, entre autres), ça s’appelle "l’analyse lexicale".
      Bref. Et on comparerait avec France Inter et France Info et des radios généralistes privées (bon, ces dernières vouées au divertissement, ce serait un peu biaisé comme résultat - mais n’empêche). On comparerait aussi avec les télés généralistes.

      Le ressenti de Camus était on ne peut plus juste : pourquoi on parlerait pas d’Azincourt (1415), cette année, pour changer un peu en terme de catastrophe ?

      Pour le coup, ça serait vraiment "hors-champs", comme dirait L’au(-t)re Adler.


  • Le communautarisme homosexuel qui vit du piston, du cul, de la trahison, de la manipulation, de l’appât du gain, de l’élitisme et de l’exclusion est particulièrement débectant.

    Un promoteur homosexuel qui exigeait que son contact dans la boîte qui le fournissait partage ses attirances, je l’ai déjà vu et ça voulait dire que je perdais mon poste... Heureusement, il est allé se faire foutre.

    C’est la discrimination dont on ne parle jamais : celle des communautarismes !

     

  • Ecran de fumée peut être pour cacher le coût du chantier de réhabilitation
    de la maison de la radio ? total fiasco et tres grosse somme d’argent.
    A quand une enquête ?


  • Souvent les agents du système qualifient les dissidents de racistes, d’antisémites et d’homophobes. Ne pas être blanc, être juif ou être gay est un fait. Ce n’est pas un défaut. Et ce n’est pas non plus une qualité. Cela n’a rien avoir avec la maturité du caractère. Dans le cas présent, on apprend donc que l’on peut être gay et prendre les gens pour des cons.


  • honteux d agir comme cela de la part des salariés de radio france malgé les erreurs du pdg...
    Ces personnels devraient savoir que s ils n étaient protéger par leur statut, ils seraient licenciés en grande partie. Avoir deux orchestres et deux maitrises de chant n est pas normal et grèvent le budget de l Etat...Que le pdg ne démissione pas car c est la mort du csa !


  • Moi je le trouve bien. Il a beaucoup de difficultés devant lui et Radio France doit se transformer. Laissons-le faire son travail.


  • Et si justement ce bellâtre qui joue le rôle de patron d’une maison de prostitué(e)s avait été placé à ce poste pour faire péter une baraque rénovée à grands frais (et ce n’est pas fini) dont les auditeurs (c’est-à-dire les contribuables payeurs de la taxe sur l’audiovisuel public), las d’entendre répéter la pensée unique sur tous les tons, à toutes les occasions et sur tous les canaux du groupe, à l’unisson des grandes radios privées, ces machines à avilir l’auditeur, (au point qu’on ne sait plus à quelle radio se vouer) sont chaque jour plus nombreux à faire la grève des ondes. Ce Mathieu Gallet est à l’image de ce qu’est ce milieu bobo communautariste souffrant d’un énorme complexe de supériorité. Mais il a commis ce qui est considéré comme une véritable trahison : il a fait rénover son bureau pour un budget égal à celui consacré à la rénovation de tout l’appartement du Secrétaire Général de la CGT ! C’est indigne d’un vrai patron de gauche qui se doit d’afficher son goût du luxe en toutes occasions pour se démarquer du populo. Le luxe et les paillettes sont les marques de la supériorité de ce milieu qu’il se doit de représenter dignement. La communauté radiophonique publique estime donc désormais qu’il n’est pas à sa place, le costume de Radio-France n’est pas fait pour lui. Un peu comme Valls et Hollande, entre autres. Sauf que lui il est bien habillé, trop bien même, au point que les hystériques qui peuplent ce milieu culturo-médiatique, rêvent tous de le déshabiller. Mais il est à peu près sûr qu’il ne sera pas le seul à se retrouver bientôt à poil. Plus le temps passe plus les chiffres du plan social augmentent. Et comme on n’entrevoit pas la fin de la grève, c’est dire que la liste des remerciés pourrait être longue et que l’inquiétude croissant parmi les dégénérés du micro, les luttes internes risquent d’être rudes. C’est en tout cas pas demain que les auditeurs pourront enfin en avoir pour leur argent. Si au moins ils pouvaient éviter d’être une nouvelle fois mis à contribution pour préserver le confort de cette maison de propagande coûteuse.

     

  • Qui a fabriqué cet individu ? une marionnette de plus, destinée à décérébrer, à rafler l’argent public et à le redistribuer à un petit réseau. Dans la réalité il est très différent de ce que les médias montrent de lui, et guère intéressant.
    Un cas inquiétant parmi beaucoup d’autres cet individu.


  • Tout va bien a décrété l’inspection générale des finances, ce jour.
    Félicitations, promotions, macarons.
    Et même des conseillers en communication pour "son image" qui ont coûté 795 000 euros lorsqu’il était à l’INA.Faudra juste dépenser davantage pour eux.
    Quant au CSA qui a nommé Mathieu Gallet à la maison de la Radio, il mérite une petite promotion-gratification.


Afficher les commentaires suivants