Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Mistral : un compromis perdant pour la France

L’affaire des deux navires de la classe « Mistral », que la Russie avait commandé à la France, et que la France a refusé de livrer en raison du conflit en Ukraine, semble devoir connaître son épilogue.

Un communiqué du gouvernement russe, confirmé par une déclaration de M. Le Drian, le Ministre de la défense, annonce que les deux pays ont trouvé un accord : la France va rembourser à la Russie les sommes payées par cette dernière, soit environ 1,16 milliards d’euros. Cet accord est plutôt avantageux pour la France. La Russie était en droit d’exiger des pénalités de rupture de contrat pour un montant bien plus élevé. Pourtant, le gouvernement russe a décidé de ne pas poursuivre le gouvernement français et d’accepter un accord à l’amiable. Il y a là, incontestablement, un geste de bonne volonté de la part de Vladimir Poutine. La France s’en tire donc à bon compte. Mais, le coût, pour la France, de cette lamentable affaire risque d’être, en réalité, bien plus élevé [1].

Le coût pour la France

Le coût financier ne se limitera pas à la somme que la France va rembourser à la Russie. Ces deux navires, le Vladivostok et le Sébastopol ont été construits aux normes russes, qu’il s’agisse des équipements de communication ou des équipements électriques et techniques. Cela rend ces deux navires inutilisables par une marine occidentale. En fait, si la France veut les revendre à un autre pays, les deux seuls pays qui peuvent utiliser ces navires tels quels sont soit la Chine soit l‘Inde. Pour pouvoir les revendre à d’autres pays, il faudra refaire une partie de l’équipement et des moyens de communication, ce qui devrait entraîner une dépense supplémentaire de 400 à 500 millions d’euros. Or, il est plus que probable qu’aucun acheteur n’acceptera de payer ce surcoût, qui restera à la charge de la France. Quand bien même la France trouverait un acquéreur pour ces deux navires, et que cet acquéreur accepte de payer le prix que la Russie avait – elle – accepté, la perte pour les chantiers, et pour l’État, serait de 400 à 500 millions d’euros.

Il y a aussi un coût industriel. L’annulation de cette vente compromet toute une série d’autres contrats que pouvaient espérer l’industrie française. C’est aussi au coup dur pour les chantiers navals français. Quoi qu’en disent les russes, qui n’ont – bien évidemment – aucun intérêt à ébruiter cette affaire, des transferts de technologies importants ont été consentis par les industriels français, que ce soit dans le domaine des moteurs diésels, dans celui de la conception même des navires, ou – plus simplement – dans la réorganisation industrielle des chantiers russes. En effet, on oublie que ces derniers vont construire deux unités jumelles de celles dont la vente a été annulée. Ces deux unités seront construites dans les chantiers navals de Saint-Pétersbourg, et ces derniers pourraient construire, à partir de 2020, un développement de la classe « Mistral », qui sera à la fois plus gros et plus rapide. Le coût industriel ne se limitera pas à cela. Le plan de charge des chantiers navals français sera durablement affecté par cette annulation. Entre le transfert de savoir-faire, le développement d’une capacité de production concurrente, qui pourrait peser sur de futurs contrats car les coûts de production des chantiers navals russes sont inférieurs à ceux des chantiers navals français, et une perte en terme d’emploi, le coût industriel de cette annulation sera certainement élevé.

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1243676
    le 09/08/2015 par le gaulois nauséeux
    Mistral : un compromis perdant pour la France

    Ou comment des hommes,surtout les assoiffés et affamés du pouvoir, affichent une prestance qu’ils n’ont pas...
    C’est bien beau de glorifier l’énergie humaine française ainsi que son savoir faire à chaque campagne...si c’est pour mieux la gaspiller et pisser dessus après.
    France, championne du monde de la brasse ...coulée !
    Quelle honte ce gaspillage ,y compris d’argent !Mais c’est pas grave,car comment disait un nain "en off" :"l’intendance suivra"
    Faut y_il vraiment aller toucher le fond pour (re)trouver sa dignité ?Car je doute que la France tienne sur la durée avec son "aura" légendaire.
    Salutations

     

    • #1243757
      le 09/08/2015 par Victor Arnould
      Mistral : un compromis perdant pour la France

      Ton message est très juste. La gestuelle et les attitudes de Hollande et Valls sont ridicules. Ils se gonflent d’une prestance qu’ils n’ont pas naturellement. Poutine est toujours juste et crédible. Il a même une certaine grâce. Les 2 autres sont de piètres acteurs gonflés par le vide qui les habite. Ils en sont conscients. D’où leur hargne de besogneux incultes.


  • #1243695

    Vivement le vrai changement ... Honte à tous ces guignols qui nous déshonorent. Vous reconnaîtrez l’arbre aux fruits qu’il produit... Hollande, Valls, Taubira, Fabius, etc, Vos fruits sont amers ! Que Dieu dans sa bonté vous accorde la lucidité ... Je prie Dieu pour que mon pays retrouve la joie de vivre dans un monde honnête sincère et vrai, guidé par l’Amour. Pour moi, ceci est le vrai changement !