Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Nouvelle défaite pour les rebelles près de Damas

L’armée a repris dimanche une région cruciale qui lui échappait depuis 2012

L’armée syrienne a repris dimanche la région de Wadi Barada près de Damas qui lui échappait depuis 2012, une nouvelle défaite pour les rebelles qui subissent échec après échec dans cette guerre.

 

Après plus d’un mois de combats, le régime du président Bachar el-Assad s’est emparé de cette région cruciale pour l’approvisionnement en eau de la capitale et les insurgés ont commencé à quitter les lieux par centaines.

La capture de Wadi Barada, à 15 km au nord-ouest de la capitale privée d’eau potable depuis le 22 décembre, intervient plus d’un mois après la perte par les rebelles d’Alep (nord), deuxième ville de Syrie, leur plus importante défaite depuis le début de la guerre en 2011.

 

JPEG - 96.6 ko
« Nos forces armées (...) ont accompli leur mission en rétablissant la sécurité et la stabilité dans les localités de Wadi Barada », à 15 kilomètres au nord-ouest de la capitale privée d’eau potable, annonce un communiqué de l’armée

 

Seule la Goutha orientale résiste

Les insurgés n’ont plus désormais de véritables fiefs que dans la Ghouta orientale, une région à l’est de Damas, dans la province d’Idleb au Nord-Ouest, et dans le Sud. Samedi, l’armée était entrée pour la première fois dans la station de pompage d’Aïn al-Fijé, vitale pour l’alimentation en eau de Damas.

Le régime avait accusé les rebelles de sabotage ayant conduit aux pénuries d’eau. Les insurgés avaient rétorqué que les bombardements du régime avaient détruit les infrastructures. Bachar el-Assad avait exclu Wadi Barada de la trêve en cours depuis le 30 décembre entre régime et rebelles.

Un accord de cessez-le-feu avait été conclu il y a quelques semaines pour permettre aux équipes techniques de rétablir l’approvisionnement en eau potable pour les 5,5 millions d’habitants de Damas, mais il avait échoué et les combats avaient redoublé d’intensité jusqu’à vendredi.

Dimanche, les premiers travaux ont commencé dans la station, d’après le gouverneur de Damas, Ala Ibrahim. Il a affirmé que les « dégâts étaient importants », mais que le pompage d’eau devait reprendre « bientôt ». L’ONU avait dénoncé ces coupures d’eau comme un « crime de guerre ».

 

« Fin du rêve »

En vertu de l’accord, les rebelles ont le choix : déposer les armes ou se rendre dans la province d’Idleb, frontalière de la Turquie. [...] Dimanche, des centaines d’insurgés ont commencé à quitter Wadi Barada en bus vers Idleb.

C’est dans cette région que des milliers de rebelles se sont installés, après avoir été chassés de plusieurs de leurs bastions en Syrie par le régime et ses alliés russes et iraniens notamment.

Lire la suite de l’article sur tdg.ch

La guerre occidentale contre la Syrie, chez Kontre Kulture :

 

Le centre de gravité de la guerre syrienne se déplace vers Idleb, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pourquoi continuer a’ appeler "rebelles" ou "insurgés" des mercenaires venus de nombreux pays, enrôlés et armés par des puissances étrangères et qui n’ont qu’une vague conscience de ce qu’ils font ?

     

  • Visiblement ces Untermenschen sont traites avec des gants de soie au lieu de gants de fer.


  • #1654110
    le 30/01/2017 par Julien Aubert
    Nouvelle défaite pour les rebelles près de Damas

    Bravo à la glorieuse armée de la république syrienne (et non du "régime"), qu’elle balaie de son sol toute cette vermine.
    Les "rebelles" (autre nom pour "terroristes") n’ont qu’à demander asile à la très démocratique Arabie Saoudite.


  • #1654256

    Nos “rebelles modérés” qui n’auront pas lu la sagesse du Coran, n’apprendrons pas la grâce du Bolchoï je crains, ils n’ont plus le temps là !


  • #1654275

    « Le régime avait accusé les rebelles de sabotage ayant conduit aux pénuries d’eau. Les insurgés avaient rétorqué que les bombardements du régime avaient détruit les infrastructures. »

    Car leur devise : servir et protéger ! Comme à Palmyre... Les énormités de la racaille devant une magistrate. On en rit mais on éprouve également du dégoût devant tant de bassesses, de mensonges, de postures lâches et de défenses débiles où on se donne, sans aucune retenue, le meilleur rôle, le rôle du noble !


  • #1654397

    Pourquoi ne pas achever le travail en anéantissant tous les bus qui permettent aux racailles terroristes de s’enfuir hors de wadi barada ? pas de pitié pour ces crevures !