Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Rodrigo Duterte, le président philippin qui veut "tuer plus" de dealers

Depuis sa prise de fonction en juin 2016, le président philippin Rodrigo Duterte multiplie les déclarations-chocs et clame haut et fort vouloir tuer « les fils de pute de trafiquants ». Portrait.

 

« Tuer plus »

Le président Rodrigo Duterte, qui a promis de débarrasser les Philippines des narcotrafiquants, persiste et signe, et va même plus loin dans sa guerre totale et sans limite contre la drogue. Jugeant la police « corrompue jusqu’à la moelle », il a annoncé jeudi 2 février son intention de recourir aux forces armées pour mener sa croisade et « tuer plus » de dealers.

Cette nouvelle sortie musclée de ce chef d’État controversé intervient deux jours après de graves accusations lancées par Amnesty International contre la police et le pouvoir philippins.

Exécutions extrajudiciaires, rapports mensongers, preuves fabriquées, recrutement de tueurs à gages, primes à l’assassinat, victimes dévalisées… Dans un rapport de près de 70 pages, l’ONG va jusqu’à évoquer un « possible crime contre l’humanité », de par l’ampleur des dérives constatées dans le cadre de cette politique jusqu’au-boutiste qui ne viserait que « les Philippins les plus pauvres ».

En sept mois, soit depuis l’entrée en fonction de Rodrigo Duterte, plus de 7 000 personnes, des toxicomanes ou des dealers, ont été la cible d’une « vague de meurtres extrajudiciaires généralisée, délibérée et systématique ». Selon Amnesty International, le moindre soupçon, une simple dénonciation, peuvent conduire à la mort, et ce sans procès et en toute impunité.

 

« Tirez, tirez pour tuer »

Une impunité et une méthode publiquement assumées et encouragées par Rodrigo Duterte en personne, au mépris de l’État de droit philippin. « Faites le vous-mêmes si vous trouvez un révolver, vous avez mon soutien », « oubliez les lois sur les droits de l’Homme ! » ou encore « tirez, tirez pour tuer », a coutume de lancer l’ancien procureur de 71 ans à ses partisans appelés à faire justice eux-mêmes.

 

 

Malgré les pressions exercées par de nombreuses organisations des droits de l’Homme locales et des gouvernements occidentaux, qui ont dénoncé ses méthodes expéditives, il est fort peu probable de le voir renoncer à ce discours, tant il est intrinsèquement lié à son ascension politique.

Rodrigo Duterte, qui se définit comme socialiste, est entré en politique au moment de la chute de l’autocrate Ferdinand Marcos en 1986 et a gravi les échelons du Partido Demokratiko Pilipino-Lakas ng Bayan (PDP-Laban) pour en devenir le dirigeant. Avant d’être élu à la présidence de l’archipel, en mai 2016, il a dirigé pendant 20 ans la mairie de Davao.

C’est là, dans cette ville du sud des Philippines, la troisième du pays, qu’il a construit sa réputation de dur. Clamant haut et fort que sa « spécialité » était de tuer « les fils de pute de trafiquants », il leur a livré une guerre sans merci. Il y jouit d’un statut digne d’une rockstar et les échoppes écoulent tee-shirts et vaisselle à son effigie.

 

 

 

Lire la suite de l’article sur france24.com

À ne pas manquer, l’analyse d’Alain Soral
sur la popularité de Rodrigo Duterte :

 

Le politiquement incorrect dans la boutique E&R et chez Kontre Kulture :

 

Rodrigo, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le président Duterte est un homme qui a un sens aigü de la dignité, or quand on est digne et dirigeant d’une nation on ne peut pas tolérer de voir sa nation et son peuple ressembler à un de ces chiottes publics crasseux fréquentés par les camés et certains homos. Vous voyez ce que je veux dire ? Je ne sais si cela existe encore en France mais quand j’étais plus jeune il y avait ces pissotières dégueulasses, sans éclairages où à la nuit tombée se regroupait une certaine faune nocturne...et bien les Philippines c’est à bien des égards un peu ça mais à l’échelle d’une nation entière. Au delà d’un certain niveau de putréfaction les méthodes conventionnelles ne fonctionnent plus, il faut sortir la scie médicale et amputer le membre gangrené...
    Il est facile quand on est un petit occidental lambda relativement à l’abri des ravages de la drogue d’être choqué ! La drogue là bas ce n’est pas se fumer un petit joint entre potos...où se sniffer de temps à autre quelques rails de coke tout en étant capable de rester propre sur soi et de fonctionner socialement et professionnellement à peu près normalement...là bas on est à un autre niveau de déchéance...


  • Celui qui veut dealer de la came aux Philippines ,est prévenu ,et sait à quoi s’en tenir .Après faudra pas venir pleurer .

     

  • Moi je suis pas choqué , en France on utilise quasiment les mêmes méthodes de "guerre totale" sans limite de moyen , pour des penseurs, des intellectuels et des humoristes ! On les tuent pas physiquement certes, mais le but recherché est le même, les faire disparaitre , les tuer socialement !

     

    • Ah bravo...ne pas faire la différence entre faire du tort à quelqu’un et le tuer, tout en faisant passer l’appel au meurtre de Duterte pour la même chose...Ça t’arrive de prendre un peu de recul ?
      Certains défendent ce mec mais s’ils vivaient là-bas, dans ces quartiers paranos où les gens s’arment et se regardent en chien de faïence, sans parler des milices et des balles perdues, là on verrait leurs gueules ! Ils se feraient rapatrier par Europe Assistance illico !


    • "en France on utilise quasiment les mêmes méthodes"

      Vous sous-estimez la France, cher ami ! Ce mépris ne vous mènera nulle part. La France est bien plus grande que ça. Elle participe à tous les théâtres de guerre en finançant, par exemple, des djihadistes en Syrie et Libye responsable des pires atrocités en total impunité puisque rebel modéré. Le sang que ce pays à, par procuration, fait couler dans le monde entier fait de Duarte un enfant choeur.


  • Les dealers, violeurs, pédophiles, djihadistes coupeurs de têtes sont devenus les sujets centraux des défenseurs des droits de l’homme et des ONG de Soros. Par contre quand on transforme les enfants en objets sexuels, les ventres des femmes en hôtels pour bébés de riches, l’euthanasie en mode de fin de vie, l’holocauste organisé des avortements, là, ça dérange pas beaucoup tout ce petit monde. Duterte fait le ménage à sa façon et les gens revivent...


  • Si l’on peut trouver, dans le politiquement incorrect, d’indéniables vertus, ici il s’agit de meurtres et d’appels aux meurtres par la population assumés et encouragés par le président philippin. Cette position est indéfendable et j’espère qu’elle n’est pas soutenue par E&R et les camarades, je souhaite pour ma part que la rédaction d’E&R s’exprime très clairement sur cela. R. Duterte n’est pas le H. Chavez philippin..

     

    • Tout a fait d’accord !!!


    • Merci kribe
      J’ajouterai que ces méthodes basées sur le meurtre peuvent dévier en simple règlement de compte de tout bord. Ce type a inventé une sorte de guerre civile sous contrôle. Honnêtement, le comparer à Chavez est d’un ridicule et un maque de respect au Commandanté, paix à son âme.


    • Mon grand va aux philippines, regarde des mômes de 4 ans avec la morve au nez qui se défonce, qui vivent pire que des chiens dans les rues de manille, va a makati ou sur le parking de l aeroport aquino la nuit et te retrouver avec un couteau sous la gorge ou un flingue sur le crane par un junkie qui ve te gratter 5 euros, prends l avion va voir par toi même a quel point ce fléau massacre ce pays... On parle pas de la racaille française virile a 10 contre 1, la bas c est l ultra violence de la part de ces gangs.


    • @Maddybreizh,
      Je ne suis jamais allé au Philippines, plusieurs membre de ma famille s y sont rendus comme touristes, il m’ont raconté. Ne prend pas ce ton du genre mon grand...ça fait un peu paternaliste et ça ne contre en rien mes arguments. Pourquoi ton héros n’instaure t’il pas la même loi contre la pédophilie ou la prostitution forcée ? T’as une idée ou faut te faire un dessin. Ce type est entrain de mettre un climat bien pire que celui instauré par les dealers ou les drogués eux mêmes, tu peux ne jamais avoir touché la moindre saloperie, tu te retrouves refroidi sans la moindre enquête. Quand des escrocs se canardent entre eux, je m’en tape, quand des policiers laissent des soi disant faiseurs d’ordre soumis à aucun serment canarder à tout va avec la corruption intrinsèque à ce pays tu t’attends à quoi ? Tu peux applaudir si tu veux mais est ce que c’est vraiment la sécurité du peuple qu’on recherche ou asseoir ses fesses vissées à vie sur le trône et assurer un joli pactole à ses héritiers, le temps tranchera...Ce type me rappelle le traitement réservé aux musulmans en Birmanie, du moment que c’est des musulmans, on s’en tape comme les drogués philippins, sous les yeux d’une prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi.


    • Qui compare ? Vous ? Autre temps, autres moeurs. Nous ne sommes pas philippins, nous ne saurions juger qu’au travers de notre bienpensance. Je ne cautionne pas parce que je ne juge pas. Je constate que la population est à 76% avec lui et vous venez, le nez pincé, critiquer. C’est bien français !


    • @Lolita
      Ma conscience me dit qu’un meurtre reste un meurtre, ici ou ailleurs, ou alors on ferme tout et l’on se la boucle sur tout, d’ici ou d’ailleurs.


  • Je me trouvais en décembre aux Philippines et ai eu l’occasion de sonder la population locale. Je n’ai pas entendu une seule personne critiquer la politique de leur président pour la simple raison que les 3 millions qui vivent de la drogue empêchent le pays de se développer.
    A l’inverse d’autres pays d’Asie les Philippines avec une géographie très fragmentée et défavorable ne peut accueillir des investisseurs étrangers qui vivront sous la coupe des mafieux.
    Celui qui trouve normal qu’un groupe d’étrangers dont je faisais partie doivent être protégé par 40 policiers dans des zones où règne la drogue ne comprend rien à la situation à laquelle doit faire face le gouvernement pour éradiquer le crime organisé.
    Ces trafiquants sont un véritable cancer : Ceux qui les soutiennent comme les fameux rebelles modérés doivent appréhender la réalité et ne pas vivre dans l’illusion. Les conditions de vie - et de survie - de 100 millions de Philippins ne doit en aucun cas être déterminées par le profit de criminels dont le nombre augmente en fonction du laisser-aller du gouvernement.


  • Duterte commence à tourner en rond je trouve. Vouloir éradiquer les trafiquants, c’est bien. Mais c’est vraiment le seul problème à régler dans son pays ?

     

    • Je dirais : Oui, c’est le problème principal, une vraie vérole. Le peuple l’a bien compris et adhére à la méthode forte. Éradiquer ce fléau et après on verra... C’est dur mais "démocratique".
      Nous-mêmes on y viendra sauf à pourrir dans notre cloaque.


  • Toujours est-il que Duterte est très apprécié dans son pays par les gens pauvres et détesté par les riches...et que au barillo(village) de mon épouse, encore infesté de "shabu" (métamphétaminehydrochloride ou crystal meth, une sorte de crack de synthèse)avant l’élection de Duterte, il est désormais impossible d’en trouver...consommateurs et dealers ont été se dénoncer à la police et n’ont pas été tués ni enfermés, simplement inscrit sur un registre, c’était la règle pour qui ne voulait de problème avec ses habitudes antérieures à l’arrivé du dernier président.

    Déjà avant Duterte, en province dans les petits villages, des dealers de shabu était assassinés après plusieurs ultimatums les invitant à cesser leur activité...la police ne faisant pas son travail, c’est une sorte d’armée de l’ombre qui s’en chargeait à la demande des villageois désespérés...

    Des flics, aussi, dont il était de notoriété publique qu’ils étaient corrompus ont été remplacés...

    Aux Philippines, le shabu, très addictif, faisait beaucoup de mal à l’intérieur des familles...les plus pauvres...ces dernières, les familles, ne sont pas mécontentes que le produit soit devenu impossible à trouver désormais !

    Et puis, Duterte s’en prend frontalement à la mafia chinoise qui règne dans son pays, au point d’en avoir demandé de l’aide au gouvernement chinois lors de sa dernière rencontre avec ces derniers.

    France24 préférait sans doute quand la drogue circulait quasiment librement aux Philippines car les "droidlôme" était sauf...et rien à foutre des gamins pauvres qui se défonçaient en aggravant la situation économique de leurs familles et ne dépassaient pas les 35 ans de moyenne d’âge...c’est une manière à eux d’aimer les pauvres !


  • J’aimerais bien savoir ce que pense Duterte des "rebelles" islamistes, la secte abusayaf, qui a fait des centaines de milliers de morts sur plusieurs décennies, et trés présente dans le sud et surtout Mindanao . . . ?
    La mort pour les dealers, mais la complaisance des gens qui tuent son peuple ???

     

  • il ne reste plus qu a trouver du boulot a tout le monde et les philippines deviendront une grande nation liberée

     

    • Enfin un message pertinent. Il n’y aura rien après malheureusement, il peut bien tuer les dealer mais l’économie mondiale ne laissera aucune place au Philippines. Il s’attaque aux conséquences sans s’attaquer aux causes, c’est un bien piètre paliatif. Un véritable sauveur aurait déjà proposé une solution économico sociale qui aurait rendu le traffique de drogue quaduc.
      Je n’ai malheureusement aucune foi en l’avenir des philippines et c’est bien triste.


    • @gallo : il suffit de voir dans nos pays "développés" la vitesse à laquelle se répand la drogue de nos jours. A un point tel qu’on préfère ouvrir des centres pour pouvoir se droguer plus facilement. Aux USA, c’est pire mais dans nos nos sociétés bien pensantes on préfère fermer les yeux tant que cette misère reste bien réduite dans qques quartiers. La bonne vieille méthode de la poussière sous le tapis. De plus, pensez-vous que le seul boulot de Duterte soit sa guerre contre la drogue ? Vous vous gavez des infos relayées par les merdias.