Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Sahel : et si le développement provoquait la guerre ?

Les conflits du Sahel central ne sont pas une conséquence de la raréfaction des ressources alimentaires puisque, entre 1999 et 2016, la production céréalière y a été multipliée par trois. Parallèlement, le terrorisme a embrasé la région. Pourquoi ?

 

Si les ressources alimentaires ont été multipliées par trois, c’est parce que les surfaces cultivées ont augmenté de 25 %. Un résultat essentiellement obtenu par la mise en culture de pâturages. Donc aux dépens des pasteurs. Sur leurs anciens terrains de parcours, les Peul ont ainsi vu s’installer des colons allochtones dont, avant la colonisation, ils razziaient les ancêtres. Leur mode d’existence étant menacé, ils se sont tournés vers les jihadistes.

Plus généralement, si nous regardons les microphénomènes, et non plus les seuls macrophénomènes, nous constatons que ce n’est pas tant autour des anciens points d’eau qu’ont lieu les affrontements, mais autour des nouveaux puits creusés par les ONG et des surfaces d’irrigation subventionnées par l’Union européenne. Certains projets maraîchers portés par les « sauveurs de la planète » sont même de véritables facteurs de guerre. Ils quadrillent en effet des zones humides désormais interdites aux pasteurs et qui leur sont pourtant vitales.

La religion du « développement » bouleverse donc les subtils équilibres fonciers traditionnels. D’où la plupart des affrontements ethniques actuels au Macina, au Soum et au Liptako.

Comme je l’explique dans mon livre Les guerres du Sahel des origines à nos jours, en raison de l’ethno-mathématique électorale, les États sahéliens qui sont dirigés par les agriculteurs sédentaires favorisent les leurs aux dépens des pasteurs. Enrichis, les sédentaires investissent dans l’élevage, concurrençant ainsi directement les pasteurs. Cela est notamment le cas dans le Macina-Soum. D’où la confrontation entre Peul et Dogon.

Le résultat de cette double dépossession des pasteurs fait que les sédentaires enrichis et devenus possesseurs de bétail, engagent comme bergers de jeunes Peul prolétarisés. Dès-lors, il est facile aux jihadistes de proposer à ces derniers de sortir de leur humiliation par la loi des armes. Celle de leurs ancêtres quand ils étaient dominants.

Autre exemple, le Soum, où, comme je ne cesse de l’écrire depuis des années, l’introduction de la riziculture qui s’est faite aux dépens du pastoralisme est une des clés de compréhension de l’actuel jihadisme.

Cette nouveauté a en effet attiré dans la région de nouvelles populations. Les colons riziculteurs mossi ou fulsé-kurumba ont dans un premier temps évincé les pasteurs peul de leurs terrains de parcours. Puis au nom de l’ethno-mathématique, devenus localement plus nombreux que les Peul, ils ont combattu leur chefferie afin de changer les règles d’attribution des terres.

Ici également, le développement a donc ouvert une voie royale aux jihadistes…

Dernières analyses sur le Sahel :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Merci Mr Lugan.

    D’un Francais en Afrique qui avait vu depuis longtemps bien juste.
    Que la prise de conscience se fasse.


  • #2452809
    le 02/05/2020 par rose des sables
    Sahel : et si le développement provoquait la guerre ?

    Bonjour, pouvez vous nous expliquer qui sont les "djihadistes" réellement ?
    Sinon, le développement ne va pas sans guerres, l’histoire de France nous le prouve.
    PS : L’ingérence à papa doit cesser et se transformer en coopération.
    "Action de participer à une œuvre commune."


  • #2452901

    J’ai l’impression de réécouter le cours que j’ai suivi en Géographie de l’Afrique il y a quelques années, au point où jme demande si mon prof n’est pas un fin lecteur de Monsieur Lugan
    Ça me donne envie de replonger dans de la lecture

    Bien à vous


  • #2452940

    c’est la faute du riz si les djihadistes se promenent en 4×4 flambant neuf au nez et à la barbe des armées occidentales !!
    Celle-là fallait la sortir , comme en Syrie ou se déroule depuis 10 ans une petite révolte estudiantine !!

     

    • "c’est la faute du riz". Ça n’a pas un nom de sortir un morceau de phrase, que dis-je, un seul mot pour se retrouver lamentable. De même, les djihadistes, de Syrie ou d’ailleurs sont des militaires de métier, mercenaires salariés éventuellement croyants qui travaillent pour une ou l’autre des parties prenantes du N.O.M. comme le font la plupart des ONGs.


    • #2453170

      MR Lugan ne parle pas des moyens financiers mais du contexte des tensions par rapport au contrôle de l’alimentation qui motive des personnes a devenir djihadiste...


    • Ben... oui.
      Les éleveurs nomades sont floués par les agriculteurs sédentaires et donc pour se venger ils soutiennent ou rejoignent les djihadistes, ce qui apporte à ces derniers financements ("4×4 flambant neuf") et possibilités de se cacher dans la populations locales ("au nez et à la barbe des armées occidentales").
      C’est pourtant simple. Qu’est ce que tu ne comprends pas dans ce raisonnement ?

      Et pourquoi tu veux absolument établir un rapport entre le "djihadisme" du Sahel et celui de Syrie, alors que ce sont deux parties du monde totalement différentes économiquement, géographiquement, ethniquement, historiquement etc etc ?
      Tu devrais essayer de t’élever au-dessus des analyses de BFMTV qui plaquent le mot "djihadisme" à la situation du Sahel, celle de Syrie, celle d’Afghanistan et celle de Möllenbeck alors que ce sont quatre réalités totalement différentes qui mériteraient quasiment quatre concepts différents, de la même façon que fascisme, nazisme et stalinisme avaient été considérés comme étant trois concepts différents à l’époque, ce que BFMTV et toi n’auraient sûrement pas fait si ces trois idéologies étaient nées aujourd’hui (vous auriez inventé un concept unique de "méchantisme" ou un truc du genre, et insulté tout ceux qui auraient osé mettre en avant des petites nuances entre les trois).


  • La guerre est due à la surpopulation et à l’action de l’OTAN. Tous les pays sahéliens doublent leur population en moins de 20 ans et ils ne produisent que des matières brutes.

     

    • #2453452

      Il n’y a aucune surpopulation dans le Sahel et globalement l’Afrique n’est pas surpeuplée avec moins d’habitants que l’Inde sur une surface 10 fois supérieure. En Europe, en incluant la frigide et relativement peu peuplée Russie européenne il y a plus de 70 habitants au km² contre 35 en Afrique. La densité de l’Inde est de 400 habitants au km²...le Pakistan 235...l’Indonésie 140, la Corée du Sud 500...or curieusement ce qui obnubilent les gens c’est que dans l’immense et fertile Afrique il y ait 35 habitants au km²...inutile de dire que dans le contexte moderne l’Afrique n’atteindra jamais les densités humaines formidables qui ont été atteintes en Asie. La population va probablement, au pire, doubler et ensuite on passera dans la transition démographie.
      Précisons également que les densités humaines en Afrique sont parfaitement cohérente avec la capacité porteuse réelle de l’environnement. C’est à dire qu’il n’y a pas plus d’hommes que l’environnement n’est capable d’en nourrir et que le point d’overshoot est encore loin d’avoir été atteint...
      Le vrai problème derrière cette polémique ou plutôt obsession de l’oligarchie occidentale en ce qui concerne la sexualité des Africains c’est que plus il y a d’Africain moins il est aisé de se rendre dans cette énorme pays de cocagne pour se servir à tarifs préférentiels. Plus une population est dense plus sa gestion par des puissances étrangères en devient difficile. Prenons le cas de la Chine qui fut mise à genoux, piétinée, humilée... mais jamais véritablement colonisée par les puissances occidentales.


    • #2453872

      La surpopulation au sahel ?
      T en a d autre des énormités pareilles ! Il doit y avoir environ 2 habitants au km/2 comme densité de population. Le sahel est une zone semi désertique, quelle surpopulation ?


    • #2455804

      @Marc

      Vous avez raison, la surpopulation et cette natalité délirante du Sahel.... Je ne comprends ces gens qui ne comprennent pas ca : des pays comme le Mali ou le Niger, pays pauvres pour ne pas dire sous-développés, n’ont rien à exporter que des matières premières et des gosses. Et quand on connait un peu la géographie (c’est pas seulement lire une carte) oui il y a surpopulation dans ces contrées désertiques !

      C’est chez nous en Europe qu’on a encore de la marge. Mais il faut dire que nous avons le situation inverse : la dénatalité depuis plusieurs décennies.


  • #2453187

    Of course !
    "Afwicains restez dans vos huttes en torchis, nous les civilisés on s’occupe de vos ressources ! De toute façon vous n’en avez pas besoin ! Quelques bananes, une patate douce et une poignée de cacahuètes par jour il n’en faut pas plus pour vous rendre heureux vous gens si simples et proches des valeurs authentiques ! Ah qu’est-ce qu’on vous envie ! Oh ! Et by the way ! Arrêtez de faire des gosses ! Sinon on vous envoie Billou avec son vaccin magique !"


  • #2453235

    ’’Sahel : et si le développement provoquait la guerre ?’’...
    On sait ce qu’est le Sahel, on sait ce qu’est la guerre, jusque là tout va bien. BL est un analyste pertinent et efficace reconnu dans sa spécialité. On sait donc aussi ce qu’est BL. Il y a néanmoins un ’’mot bouteille’’ dans cette introduction qui demande un décodage détaillé, c’est ’’développement’’, surtout quand il est accolé avec ’’guerre’’ comme conséquence. C’est important de définir ce que contient la bouteille ; pourquoi c’est un poison, et qui le verse, qui en pâtit, qui est vraiment qui prospère in fine.


  • A goypride, vous dites n’importe quoi. On dirait un géographe d’une fac de province.
    Je ne perdrais même pas mon temps à démonter vos affirmations dénuées de tout argument même nul. Depuis quand le nombre d’habitants au km2 ou le PNB/h. ou l’IDH révèlent quoi que ce soit ?
    Vous avez déjà séjourné en Afrique parmi la population, pas au club merde de Dakar ou Casa ? Moi oui depuis 25 ans. Alors laissez s’exprimer ceux qui SAVENT mieux que vous. Ce sont toujours les tonneaux vides qui font le plus de bruit.

     

    • #2453762

      Bien d’accord avec vous Marc, d’ailleurs si l’Afrique n’est pas surpeuplée et a les ressources pour nourrir sa population, mais que font donc ces millions de sub-sahariens, qui veulent venir en Europe, ces terres des sales colons oppresseurs blancs, racistes !

      Franchement, on se le demande.......

      Raisonner en densité de population sans prendre en compte la géographie physique, la nature des sols et des climats, et les inombrables rivalités d’ordre religieux ou culturel, c’est un peu léger M Goypride.....vous devriez lire ou relire "Les Monades Urbaines" (titre original "The world inside") de Robert Silverberg !

      Sans oublier qu’il faut aussi un peu de place pour les écosystèmes.


  • #2453670

    L’ethno-mathématique électorale ne fonctionne que si le gouvernement applique scrupuleusement le code électoral consensuel. Or le respect des résultats issus des urnes n’est pas la chose la mieux partagée en Afrique, à raison d’ailleurs. Combien d’États Africains respecte le choix du peuple franchement ?

     

    • #2453890

      Bjr,

      Ces pays regroupent différents ethnies. Autrefois certaines ethnies dominent même s’ils sont moins nombreuses. Aujourd’hui, même si la démocratie est loin d’être de mise, elle permet aux ethnies majoritaires d’avoir un grand poids. Ainsi, l’issue d’un scrutin, même truqué, est toujours favorable à ces ethnies. Sinon ça se verrait que c’est truqué. Vous percevez la nuance ?

      Ceux qui tirent les ficelles sont obligés de choisir les caids du coin parmi ces majorités. Lugan, en faisant ce constat et n’allant pas au bout de raisonnement enfume sur la situation.

      Ce qu’il appelle développement est avant tout une ingérence. Si ces pays ont l’occasion de réfléchir en tout indépendance et d’échanger sur leurs expériences respectifs ils trouveraient des solutions.

      Or ce n’est pas le cas aujourd’hui, BL fait des contats sur des avortons et en fait des modèles à généraliser pour les naissances normales.

      BL enfument volontairement ou non. La plupart du temps, ses analyses sont décousus.


  • #2454005

    Petit est le nombre d’experts qui sont à la pointe de la pointe possédant les connaissances précises, profondes et réels de l’Afrique.
    Monsieur Lugan en est le plus grand
    Merci Bernard.
    Vivement la prochaine conférence.


  • #2454327

    Les tribus n’ont pas les moyens d’employer des armées. Les "djihadistes" sont formés et payés par les occidentaux et les pays arabes. La question serait plutôt de savoir ce qu’entrave vraiment ces djihadistes ? Les luttes tribales sont instrumentalisées de l’étranger.
    Avec ses forêts géantes, ses sous-sols riches et ses possibilités agricoles, l’Afrique est convoitée de toutes parts, c’est le futur grenier de l’humanité. Même notre président leur vient en aide, en pleine adresse aux français démunis, qu’il laisse crever.


Commentaires suivants