Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Vers une escalade militaire entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ?

L’Arménie a menacé samedi l’Azerbaïdjan de représailles militaires après des heurts meurtriers dans la région séparatiste du Nagorny-Karabakh que se disputent ces deux ex-républiques soviétiques du Caucase, faisant craindre une escalade sans précédent en vingt ans de fragile cessez-le-feu.

Alors que les accrochages se multiplient ces derniers jours et impliquent des armes de plus en plus lourdes, le président arménien Serge Sarkissian a dénoncé des « violations grossières du cessez-le-feu » de la part de l’Azerbaïdjan, ajoutant que son pays avait « peur d’une guerre mais pas peur de combattre ».

« L’Arménie – et quand je parle de l’Arménie le Nagorny-Karabakh en fait partie intégrante – fait partie des territoires les plus militarisés au monde », a-t-il prévenu à la télévision.

« Pour répondre aux actions de l’ennemi, les forces armées arméniennes auront recours à des moyens proportionnés avec des frappes d’artillerie et de missiles visant les positions des forces azerbaïdjanaises, les mouvements de personnel militaire et d’équipements », a indiqué de son côté le ministère arménien de la Défense dans un communiqué.

L’Arménie et l’Azerbaïdjan, deux anciennes républiques soviétiques du Caucase du Sud, sont en conflit depuis la fin des années 1980 au sujet du Nagorny-Karabakh.

Rattachée à l’Azerbaïdjan à l’époque soviétique, cette région en majorité peuplée d’Arméniens a été le théâtre d’une guerre qui a fait 30 000 morts et des centaines de milliers de réfugiés entre 1988 et 1994.

Les accrochages s’y multiplient à nouveau depuis plusieurs mois, l’Azerbaïdjan et l’Arménie s’accusant mutuellement de déclencher des attaques qui ont fait plusieurs dizaines de morts l’année dernière.

Vendredi, les autorités de l’enclave ont affirmé que des bombardements de l’armée azerbaïdjanaise avaient tué quatre soldats arméniens. Jeudi, trois femmes avaient été tuées selon l’Arménie par des tirs de mortier des forces azerbaïdjanaises sur le territoire arménien.

Le ministère des Affaires étrangères azerbaïdjanais a accusé Erevan de « transformer délibérément les civils en cibles » en bombardant les forces azerbaïdjanaises à partir de lieux habités.

Dans un communiqué, les médiateurs internationaux réunis sous l’égide de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) ont « condamné l’usage de l’artillerie » et appelé les deux pays à accepter une enquête avec participation de l’OSCE concernant les violations du cessez-le-feu.

« Une escalade de violence n’est dans l’intérêt ni des Azerbaïdjanais, ni des Arméniens », ont-ils prévenu.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’Azerbaïdjan, un état racaille et terroriste, qui fait la pluie et le beau temps chez les politiques et industriels français, en commençant par le président de la ripoublique en personne ! Le spécialiste en démocraties Hollande, qui déroule le tapis rouge au dictateur scélérat au pouvoir à Bakou, alors qu’il s’étrangle à vouloir éliminer Bachar el Assad, même s’il est seul contre le reste du monde !
    Notez la rhétorique azerbaïdjanaise empruntée à un de ses principaux fournisseurs d’armes : l’Arménie utiliserait les civils comme des boucliers humains...
    Honte à l’Europe qui se soumet à de pareilles crapules sans foi ni loi !

     

    • On peut difficilement défendre Assad et dans le même temps attaquer le régime azéri qui, par bien des aspects, en est très similaire (régime autoritaire laïc, protégeant les minorités religieuses, favorisant le développement économique à la démocratie).


    • Propagande typique arménienne... Au moins les azéris nous emmerdent pas contrairement à vous avec votre mini-shoah mensongère et l’imposition de lois mémorielles.


    • @ aurelien362
      Les pires ennemis du Président Assad reconnaissent que c’est le Président le plus populaire de son pays qui puisse exister sur la surface de la terre. La CIA, l’Otan, la Turquie et le Qatar ont réalisé plusieurs études et sondages qui établissent son taux de popularité autour de 62/63% à plus de 70%, taux d’intention de vote en cas d’élection ce qui explique qu’ils continuent à être autant enragés pour le dégommer. Visiblement la propagande des média mainstream a fait beaucoup de dégâts....


    • L’Arménie n’a qu’à quitter la région Azerbaïdjanaise qu’elle occupe de force depuis 25 ans maintenant.
      Ils ont tué, violé, torturé des femmes et enfants innocents alors qu’ils n’avaient qu’à s’installer dans les villages abandonnés par les gens de peur d’être tués.

      Alors je trouve ça un peu culotté de la part d’Arménie d’accuser l’Azerbaïdjan de tirer sur les civils (3 personnes décédées apparemment)alors que c’est bien le même pays aussi qui a commis un génocide il y a 25 dans le petit village de Khodjaly en Azerbaïdjan, tuant près 630 personnes...

      Alors qu’il quittent le territoire Azerbaïdjanais et qu’il retourne chez eux au lieu de squatter le terrain de l’autre.

      Azerbaïdjan est un pays chaleureux et accueillant où les gens veulent la paix sans parasites alentours.


    • #1279885

      Bravo pour ce commentaire ! Tout y est !


    • Solmed, on peut défendre Assad qui est le président légitime de la Syrie, sans sombrer dans le grotesque et l’idolâtrie contre-productive. Qu’il soit soutenu par une bonne partie de la population, soit pour ses réussites, soit par défaut, oui, certainement. Qu’il soit le dirigeant le plus populaire du monde, il ne faut pas non plus délirer. Il affronte tout de même une rébellion certes instrumentalisée, certes manipulée, mais qui a tout de même trouvé beaucoup de relais dans le peuple.

      Rébellion que le président azéri n’affronte pas. Par ailleurs, ce dernier a été élu avec un score aussi haut qu’Assad et toutes les études lui donnent la même popularité.
      Que lui reprocher ? Sa dictature ? Si cela peut l’empêcher de sombrer dans le fanatisme tel que le pratique l’EI, il a raison, comme Assad, d’être ferme. Ses liens avec l’Occident ? Face à l’Arménie qui occupe 20% de son territoire et l’Iran qui voudrait y exporter l’islamisme chiite, il cherche les alliés qu’il peut, c’est de la realpolitik. Il a aussi soutenu la Serbie sur le Kosovo.

      Bref, il faut cesser d’être manichéen et voir la complexité des choses.


  • Le tout premier commentaire est bien marrant même s’il fait part de la vérité. Honte à l’Europe qui se soumet à de pareilles crapules : ça serait à croire qu’il n’y a pas de pareilles crapules dans les institutions européennes, on accorderait presque un crédit à ces institutions qui seraient dans l’esprit du commentaire censées représenter l’exemple, encore un fantasme, comme s’ils pouvaient ressentir de la honte.

    Ensuite, pour Aurélien, oui l’Azerbaïdjan est un état séculaire, héritage de l’époque soviétique où la religion n’avait pas autant d’importance qu’ailleurs, mais pas "laïc". Demandez aux Lezgis et aux Talyshs ce qu’ils en pensent. Je me demande pourquoi les Kurdes non-musulmans ont pour leur totalité opté pour l’Arménie et les Kurdes musulmans pour l’Azerbaidjan. Quant au parallèle établi entre la Syrie et l’Azerbaijan, je vais vous demander de quel ethnie provient une des plus grandes cohortes de terroristes combattant à l’EI ou au front Al-Nusra ? Vous avez la réponse. En Azerbaidjan, de nombreuses communautés fuient le pays à cause des pressions, c’est le cas des russes orthodoxes et des peuples iraniens précédemment nommés et c’est la faute à l’état contrairement en Syrie.

    Pour enchaîner concernant les altaïques ici présents, m’adressant en tant qu’arménien, je n’ai que faire de la pleurnicherie de quelques uns qui ne représentent qu’eux-mêmes. L’histoire a prouvé la lâcheté des altaïques, seulement nous avons répliqué et cela de front dans les années 90 en pulvérisant l’Azerbaidjan avec nos maigres moyens. L’exemple vient toujours des arméniens présents sur leurs terres et non de ceux qui tiennent des pencartes et réclament des lois en Occident alors qu’il devraient la boucler et faire preuve d’un peu de pudeur et de respect pour ces pays, cela je les hais, mais en matière de respect pour la France, parlons des vôtres qui ne respectent aucune coutûme de ce pays et qui ont des vues expansionnistes sur l’Europe et ce non par la guerre mais en profitant d’un système Anti-Chrétien et Anti-Blanc.

    Pour finir, le Karabagh, l’Artsakh, est une terre historiquement arménienne (Ancien Royaume d’Arménie), il suffit juste d’aller y faire un tour. Les Azéris n’existaient pas avant le 19ème siècle et l’Azerbaidjan en tant qu’état n’a fait son apparition qu’en.. 1918. Les Azéris ne sont qu’un mélange de tribus Tatares et autres tribus turques mêlés à certaines influences perses plus tard (d’où leur islam Chiite et un peu de culture commune).

     

    • Tu comprends bien que ces commentaires militant, visant à défendre le nationalisme arménien, et ayant de fait une vision tronquée, ne sont guère plus convaincants que ceux visant à défendre le nationalisme azéri. J’essaie de prendre de la distance, pour ma part, pas de prendre parti pour X ou Y.

      Force est de constater que les chrétiens et les juifs d’Azerbaïdjan sont une proportion plus nombreuse que les musulmans et juifs d’Arménie. Je n’accuse pas l’Arménie, du reste. Je dis juste que la fuite de certains ne signifie pas intolérance de l’Etat.
      Etat séculier, et pas laïc, en effet. Mais comme l’est la Syrie de Bachar. Et dans cette Syrie aussi beaucoup de chrétiens ont fui. Il n’empêche qu’elle le protège mieux que les autres régimes de la région.


  • Azerbaïdjan vient d’Atropatène, une ancienne province de Perse, à l’époque : Il n’y avait pas de turcs (Ou Azéris si vous préferez) sur ces terres contrairement à aujourd’hui. Les autochtones dans l’Azerbaidjan actuel : Azerbaidjan iranien et état d’Azerbaidjan sont bel et bien les peuples iraniens et au sens plus large, indo-européens. Et oui !