Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Victoire et défaite des idées souverainistes

Une contradiction forte marque la période actuelle. Le premier tour de l’élection présidentielle a révélé la victoire culturelle des idées souverainistes. Le second tour a entériné leur défaite. Les causes de cette défaite sont multiples. Cette défaite est due à la persistance de mécanismes idéologiques de diabolisation à l’égard du Front national.

 

Mais, ces mécanismes ont aussi été réactivés par l’incapacité, notoire dans les retournements de la dernière semaine, d’articuler de manière claire un projet cohérent, et surtout par l’incapacité de porter ce projet de manière digne dans le débat télévisé. Cette défaite entérine tout autant les limites de la candidate, que ces limites soient idéologiques, politiques ou organisationnelles, que la division du courant souverainiste.

Rappelons les faits : les souverainistes ont explicitement réalisé plus de 47 % des voix au premier tour si l’on additionne les suffrages qui se sont portés sur l’ensemble des candidats défendant des positions ou des thèses souverainistes. On peut penser, de plus, qu’il existait une réserve d’électeurs souverainistes dans la partie de l’électorat de François Fillon. Un certain nombre de ses soutiens, y compris au sein des députés, ne faisaient pas mystère de leur adhésion aux thèses souverainistes. Il est donc clair qu’implicitement, le souverainisme a été majoritaire au premier tour. Il l’a été sans céder quoi que ce soit sur ses positions, et en particulier sur l’euro. Mais, il a été défait politiquement au second tour. L’opposition entre ces deux faits tout aussi indiscutables met en lumière à la fois la diversité des positions souverainistes et les difficultés de les réunir toutes ensembles.

 

L’unité impossible ?

Michel Wieviorka vient de publier un texte intéressant sur le site The Conversation ou il argumente que cet échec est dû à la coupure du mouvement souverainiste en deux parties irréconciliables [1]. De fait, cette analyse a l’apparence de l’évidence. Il y eut très peu de transferts de voix entre l’électorat de Jean-Luc Mélenchon et Marine le Pen. Mais, les causes de ce faible transfert sont elles structurelles, et c’est la thèse de Wieviorka qui pense qu’il existe une culture politique française rendant impossible la fusion des électorats, ou ne seraient-elles pas plus à chercher dans la conjoncture particulière de cette élection ?

Cette interrogation en rejoint une autre : le souverainisme est-il dual, comme le sous-entend Wieviorka, mais aussi d’autres analystes, et en particulier Alexandre Devecchio qui s’est exprimée ainsi dans l’émission que nous avons réalisé avec Jacques Nikonoff et lui sur Radio-Sputnik [2], ou bien la question est-elle plus complexe ? En fait, on peut tout autant douter de la binarité des courants souverainistes que l’on peut douter de leur incarnation politique parfaite dans des courants politiques précis. On comprend l’importance de ce sujet. Car, si Michel Wieviorka a raison, une alliance est impossible. Si, par contre, les mauvais report s’expliquent bien plus par le contexte idéologique dans lequel s’est déroulée cette élection, alors la conciliation entre les différents courants souverainistes apparaît bien plus possible. Surtout, peut-on penser une séparation radicale de ces courants ou, au contraire, n’ont-ils pas tous des aspects en communs ? Cela implique de revenir sur la différence entre les incarnations politiques et sur les courants souverainistes.

C’est cette analyse que l’on va ici développer. Je reprends ici une partie de la terminologie d’Alexandre Devecchio, en particulier celle concernant le souverainisme social et le souverainisme identitaire. Mais je suis le seul responsable de l’interprétation que je donne à ces termes.

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Notes

[1] Wieviorka M., « Deux populismes valent mieux qu’un ! », note publiée le 14 mai 2017, https://theconversation.com/deux-po...

[2] Voir, « Chroniques de Jacques Sapir » sur Radio-Sputnik avec Alexandre Devecchio et Jacques Nikonoff. On peut réécouter le débat ici :https://fr.sputniknews.com/radio_sa...

Jacques Sapir, sur E&R :

La seule ligne d’avenir est la réconciliation nationale,
avec Kontre Kulture :

 
 






Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1729281
    Le 17 mai à 10:35 par Jex Plik
    Victoire et défaite des idées souverainistes

    La victoire était proche, elle le sera encore plus dans 5 ans.
    Qu’importe si les mouvements souverainistes n’arrivent pas à s’unir : l’existence de 2 pôles souverainistes majeurs est le plus sûr moyen de baiser le système éliminatoire à 2 tours.
    Lepen a été en face de Macron : le candidat des Banques n’a eu qu’à agiter le chiffon rouge de l’antifascisme, des "zeurelèplussombres" pour rafler 2/3 des votes.
    S’il avait été en face de Mélenchon : la presse nous aurait ressorti le coup du bolchévique avec un couteau entre les dents, Macron aurait été faire un tour dans un mémorial en lien avec le goulag ou les crimes du communisme soviétique, etc.
    Et il aurait, là aussi, raflé la mise.

    Imaginez un second tour Lepen-Mélenchon.
    Les médias diaboliseraient lequel des deux sachant que ça ferait monter l’autre ?
    Je vous rappelle que 2 ou 3 % séparaient Lepen de Macron pour la première place et une tête d’épingle séparait Mélenchon de Fillon.

    Il n’est pas important que les 2 partis souverainistes majeurs soient antagonistes et irréconciliables.
    La grogne anti-euro est maintenant structurelle.
    Pendant les 5 prochaines années : les délocalisations et l’austérité vont continuer.
    Les parti europhiles vont continuer de descendre et les partis europhobes ne peuvent que continuer à augmenter.

    Mélenchon est immigrationniste, ok. Pour moi, la priorité des priorités, ça reste de nous sortir de l’ornière européiste qui compte bientôt détruire de l’intérieur les pays européens, les questions sociétales, même si elles ont leur importance, ça vient après. Quel que soit le candidat, immigrationniste ou pas, quiconque pouvant nous sortir de cette dictature doit être suivi.

     

    Répondre à ce message

    • #1729939
      Le 18 mai à 15:43 par Mort de rire
      Victoire et défaite des idées souverainistes

      Mélenchon est immigrationniste, ok. Pour moi, la priorité des priorités, ça reste de nous sortir de l’ornière européiste qui compte bientôt détruire de l’intérieur les pays européens, les questions sociétales, même si elles ont leur importance, ça vient après. Quel que soit le candidat, immigrationniste ou pas, quiconque pouvant nous sortir de cette dictature doit être suivi.



      D’accord donc un problème considéré comme secondaire pour le français moyen doit passer avant ce qu’il considère comme des problèmes cruciaux... Bonne chance pour faire dépasser les 0,5% à votre secte car à l’évidence il existe un gouffre béant entre vos priorités et celle du peuple.

       
  • #1729285
    Le 17 mai à 10:47 par goyband
    Victoire et défaite des idées souverainistes

    Michel Wieviorka, gauchiste de première, contributeur majeur à la réduction du débat ad hitlerium sur les mainstreams et chaque fois qu’il faut parler du FN.

    Quelle référence en effet !

    47% pour les souverainistes vs 24% pour Macron, c’est vrai, mais en vérité, c’est 43% pour Macron contre 28% à Marine, parce que Mélenchon est autant souverainiste que Ruquier est hétéro.
    Mélenchon représente les tabliers, donc la république, combat le communisme, mais s’en sert sur les présidentielles, sa fonction première étant d’empêcher le FN d’avoir le monopole sur la thématique de la souveraineté, donc d’en modérer l’ampleur sur un premier tour pour ensuite systématiquement appeler à voter contre et sur un second tour.
    On me rétorquera qu’il n’est pas propriétaire de ses voix, c’est vrai et on l’a vu sur le second tour, beaucoup d’abstentions, mais globalement, il a été suivi par les primo votants et les ouvriers déboussolés.
    D’ailleurs Mélenchon continue son tapinage pour le système en cherchant à voler le leadership souverainiste pour les législatives au FN, afin que ce dernier ait le moins d’élus possibles.

    Donc que le souverainisme soit majoritaire en France, oui, mais le système machiavélique l’utilise parfaitement pour le tuer sur un second tour, principalement par la trahison d’un Mélenchon consubstantielle à la rediabolisation du FN avec et comme slogan "le nationalisme, c’est la guerre !"

     

    Répondre à ce message

    • #1729493
      Le 17 mai à 18:16 par LDG
      Victoire et défaite des idées souverainistes

      En dépit des appareils, le souverainisme est majoritaire dans l’opinion. Ce qui est un exploit compte tenu du matraquage sans-frontièriste..

       
    • #1729507
      Le 17 mai à 18:48 par amicis
      Victoire et défaite des idées souverainistes

      Que Mélenchon soit un chien de garde de la ripoublique, c’est certain, il s’en gargarise lui-même.
      Mais que le FN soit la solution, voyons un peu... Le parti a été créé par l’Élysée en 1971*. Sous Mitterrand il fut financé et invité sur les chaînes télé pour servir d’épouvantail alors que l’Élysée dissolvait le pays dans la mondialisation. Et depuis 2010 le FN est dirigé par une poissonnière entourée de gens qui portent plainte contre Soral.

      Ne cherchez pas "le parti" anti-système. Le corps politique est atteint d’un cancer généralisé. On peut repérer un cœur, mais les métastases sont partout. Il ne se rétablira qu’avec tous ses organes en bon état.

      Logique : ce sont les merdias qui décident du temps de parole. Eux qui arrivent à nous leurrer et à faire passer les vessies pour des lanternes, pourquoi risqueraient-ils de faire venir dans leur pièce des acteurs qui ne jouent pas le scénario convenu ?

      * le but était de ramener dans le giron de la droite ceux qui avaient une dent contre De Gaulle, à savoir les pétainistes et les pieds-noirs. C’est pourquoi Jean-Marie Le Pen appelle à voter Giscard en 1974, pour faire barrage au communisme... c’est vers 88-90 qu’il se métamorphose.

       
    • #1729762
      Le 18 mai à 07:01 par goyband
      Victoire et défaite des idées souverainistes

      Amicis, oui enfin le FN ne saurait se résumer aux nostalgiques de Vichy et aux pieds noirs.

      Aujourd’hui et malgré la PME Le Pen, il rassemble différents courants, pour faire vite dans l’arc en ciel, des sociaux souverainistes aux libéraux identitaires.
      Vous avez également des monarchistes et des nationalistes pur jus qui votent FN.
      Ca ne veut pas dire que tout ce petit monde et même d’autres encore, ne voteraient pas pour un autre parti si ce n’était pas le FN.
      A partir de là, se pose la question de l’avenir, entendu que Macron force quasiment à une union des droites de par sa stratégie de la fracture.
      La ligne Buisson pourrait rassembler, l’attachement aux valeurs nationales traditionnelles et l’ordre social hiérarchisé est un dénominateur commun, sur un constat qui pourrait faire consensus, à savoir que l’évolution sociopolitique a éradiqué les structures monarchiques et confessionnelles de la société, laissant la porte grande ouverte aux détenteurs du capital, dans une liberté sans limite, le libéralisme économique conduisant au capitalisme sauvage.

      C’est un constat qui peut rassembler une partie de la droite non Macronienne et les souverainistes, reste à savoir qui peut l’incarner.

      J’ai ma petite idée, mais il est encore trop tôt pour l’évoquer.

       
  • #1729287
    Le 17 mai à 10:58 par dixi
    Victoire et défaite des idées souverainistes

    Cette défaite est due à la persistance de mécanismes idéologiques de diabolisation à l’égard du Front national.

    Tout est dit dans cette phrase .Une fois de plus certains électeurs n’ont pas lu et peser le programme du FN .Il suffit pour les mondialistes via les médias de matraquer le FN sur 1940 ,Hitler ,la Shoah,l’antisémitisme etc etc et tout ce qui va avec ,pour avoir l’approbation de la majorité des électeurs .Le but est de faire peur .et de rajouter l’euro ,pour faire encore plus peur .Alors qu’il n’y a eu aucun débat sérieux sur l’euro. Et malheureusement ça a marché encore une fois . Macron n’a pas était élu pour son programme,il n’y en a pas !
    C’est exactement la même chose que pour le crache teste d’une voiture ,ils ne débattent pas sur le résultat avant le crache teste ,mais l’autorisent sans en avoir débattu .Résultat ????

     

    Répondre à ce message

  • #1729296
    Le 17 mai à 11:10 par anonyme
    Victoire et défaite des idées souverainistes

    Une défaite face à un système de diabolisation bien rôdé comprenant fascistes racistes franc maçons et sionistes contre les patriotes Français c’est pour cela que la victoire aux élections est impossible ! On peut employer d’autres qualificatifs pour revenir à la même chose , menteurs voleurs escrocs assassins , et quand on est conscient de ceux que l’on a en face on ne lutte pas avec des bulletins de vote !

     

    Répondre à ce message

  • #1729306
    Le 17 mai à 11:32 par envolées_des_incultes
    Victoire et défaite des idées souverainistes

    Les échecs des souverainistes sont dus à la persistance de la diabolisation, non pas du FN, mais des porteurs d’idées souverainistes. Depuis des lustres, c’est une guerre culturelle, idéologique, médiatique perpétuelle à laquelle se livre les mondialistes, et toutes les loges, avec comme idées forces : métissage , tous frères, tous égaux, pas de frontières.
    .
    Et Sapir de reprendre en cœur, comme Soral, le droit de l’hommisme stupide qui, sous prétexte de rejeter le racisme et la xénophobie, accepte l’idée que le souverain soit dilué, oxydé par l’immigration.
    Au final, on a le message : "non au métissage, mais oui à la mixité" qui n’est qu’une. hypocrisie zemourienne puisque la mixité mène au métissage. C’est comme dire "non à l’islam" mais "oui à l’immigration musulmane". On nous prend pour des cons.
    .
    Ce courant d’idée qui dénigre la volonté des Français de ne pas être mélangé, en qualifiant cela de xénophobe, ou de raciste, se base sur une sorte de fraternité universelle qui ignore le réel, l’essence des êtres et leur rapport vital à leur patrie.
    .
    L’immigration n’est pas seulement un dissolvant du souverain, c’est une transformation des caractéristiques essentielles qui définissent un Français, un Camerounais, un Chinois, etc ...
    Le métissage qui en résulte annihile tout le travail naturel d’adaptation de l’organisme à son environnement. Le résultat, c’est une baisse générale de la durée de vie par changement brutal et inadapté des caractéristiques de l’organisme à son environnement.
    .
    Et c’est surtout cela qui est masqué, car c’est aussi et surtout cela qui est recherché avec les vagues d’immigration venues d’Afrique noire : un peuple indifférencié avec une durée de vie raccourci, pour le bonheur des élites, qui elles verront leur durée de vie augmenter car elles ne se métissent pas. Il sera d’autant plus facile de dominer un peuple dont la durée de vie des individus sera diminuée : les individus n’auront pas le temps de "murir", ni de prendre conscience du monde, ils formeront un peuple d’enfants, ce qui est déjà le cas, y compris chez des pseudo-intellectuels qui ignorent la biologie, mais donnent des leçons d’humanisme ... Cherchez l’erreur !
    .
    Sous prétexte de fraternité universelle, pour éviter la "xénophobie", des élites auto-proclamées tuent l’Homme, les idées de Patrie et de souverainisme, car c’est dans leurs intérêts bien compris. Voila les raisons radicales de l’échec du souverainisme : les intérêts des uns s’opposent à ceux des autres.

     

    Répondre à ce message

    • #1729338
      Le 17 mai à 12:47 par dixi
      Victoire et défaite des idées souverainistes

      J’approuve ,très bonne argumentation . Mais cette argumentation ne peut exister que dans un débat de fond .Mais on est dans la dictature du débat.On l’occulte ,mis à part quelques intervenants dans les radios ,télés.Mais toujours très tard et souvent balayé par les merdias aux ordres .Qui peut comprendre une telle argumentation ? les glands de la télé réalité ?? les téléspectateurs d’Anouna ou de ces "mon choix" ?? voila ou on en est .L’abrutissement ,ça commence par la .

       
    • #1729342
      Le 17 mai à 12:51 par Titus
      Victoire et défaite des idées souverainistes

      @dixi

      On ne met jamais d’espace avant la virgule et le point, toujours un espace après !

       
    • #1729587
      Le 17 mai à 20:30 par Eric
      Victoire et défaite des idées souverainistes

      " Et Sapir de reprendre en cœur, comme Soral, le droit de l’hommisme stupide qui, sous prétexte de rejeter le racisme et la xénophobie, accepte l’idée que le souverain soit dilué, oxydé par l’immigration. "
      Ah bon !!! Illustrez-nous ça, citations de l’un et de l’autre à l’appui. Je serais curieux de voir ça, sérieux ! :-) Je vois aussi de la stupidité mais pas au même endroit. Arrive un moment où il faut savoir se reposer.

       
    • #1729943
      Le 18 mai à 15:47 par envolées_des_incultes
      Victoire et défaite des idées souverainistes

      @ Eric
      " D’ailleurs, le grand historien Fernand Braudel a écrit sur ce sujet un fort beau livre, L’Identité de la France. Il montre comment l’identité s’est construite petit à petit. Il n’y a donc rien de scandaleux de se réclamer d’une identité de la France, et de ce point de vu la sensibilité souverainiste identitaire est parfaitement admissible.
      .
      Si l’on peut comprendre la réaction que le fonde, il convient aussi de constater qu’il peut dériver vers des thèses xénophobes, voire racistes, d’où la possible porosité avec les thèses de groupes définis comme « identitaires ». .../... " - De J.Sapir, dans l’article commenté
      .
      Peut dériver vers des thèses racistes ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Les termes racistes et xénophobes sont utilisés, c’est ainsi que je le comprends, comme des précautions d’usages. Mais ce faisant, il accrédite les thèses de l’ennemi en reprenant ces mots à son compte. C’est absurde. Ça revient à baisser son froc mi-cuisse et ça dessert le souverainisme.
      Soit ces précautions d’usage n’ont pas lieu d’être, et on ne le mets pas, soit on les défini.
      .
      Ces termes sont des armes de l’adversaire et je suis d’avis de ne pas les utiliser, sauf en les définissant à chaque fois, tjs ds le souci d’éclairer les esprits.
      .
      Qualifier quelqu’un de raciste ou de xénophobe, c’est comme dire de quelqu’un qu’il est parano alors qu’il est simplement méfiant, prudent, prévoyant.
      Il y a tjs quelqu’un qui aura intérêt à ce que l’on baisse la garde ; et celui-là nous qualifiera de parano, justement pour qu’on baisse notre garde et qu’on soit plus faible, car c’est son intérêt s’il veut dominer.
      .
      Pareil avec la xénophobie et le racisme : celui qui nous insulte de la sorte, c’est parce qu’il veut nous la mettre profond. Et qui lance ces accusations ? Ceux qui ont intérêts à dissoudre le souverain, l’humain, et à casser les solidarités, via le métissage.
      .
      Si revendiquer son identité et ne pas vouloir se métisser, c’est être raciste et xénophobe, alléluia, je suis raciste, xénophobe et en plus, j’emmerde le monde.
      .
      Je peux comprendre qu’un certain public réagisse mal à ces mots, mais ré-éduquer sur ces sujets permet de couper l’herbe sous le pied de l’ennemi. Or, ça n’est pas fait, c’est l’attitude extrême gauche de Poutou du NPA qui fait la loi dans les esprits. Soral et Sapir le démontre.
      .

       
    • #1730101
      Le 18 mai à 20:52 par Eric
      Victoire et défaite des idées souverainistes

      J’attends toujours les arguments concernant Soral. S’agissant de Sapir, il aurait été certainement plus judicieux de sa part, mais ce n’est que mon avis, d’utiliser un terme tel que « dangereux crétins » plutôt que « xénophobes », terme à la fois connoté et polysémique, mais cela n’ôte rien à l’absurdité de vos qualificatifs. S’agissant de Braudel, vous pouvez toujours reprendre et brandir le terme « d’identité », une fois que vous avez dit cela vous n’avez à peu près rien dit, et encore moins par rapport à votre commentaire initial. Pour le reste, vous partez dans tous les sens, la faute à des excès qui vous ont amené initialement à parler de « stupide droit de l’hommisme » , que vous n’avez toujours pas caractérisé et qui ne correspond en rien ni à la pensée de Monsieur Soral ni à celle de Monsieur Sapir.

       
    • #1730497
      Le 20 mai à 12:01 par envolées_des_incultes
      Victoire et défaite des idées souverainistes

      @ Eric
      Je vous invite à les trouver par vous même. Je n’ai pas pour habitude de faire le larbin, et encore moins pour des individus dont la seule argumentation consiste en l’insulte de ses opposants. Prenez note du fait que ma vocation n’est pas de parfaire votre instruction.

       
    • #1730721
      Le 20 mai à 17:11 par Eric
      Victoire et défaite des idées souverainistes

      " Je vous invite à les trouver par vous même. "
      Comme c’est étonnant ! Vous m’invitez donc à trouver par moi-même ... vos arguments ???!!! Ça a le mérite de l’originalité.
      " Je n’ai pas pour habitude de faire le larbin ... "
      Pas mal comme prétexte, et pas malhonnête du tout !
      " ... et encore moins pour des individus dont la seule argumentation consiste en l’insulte de ses opposants "
      Vous êtes trop venteux pour être un opposant, je ne peux donc me définir comme tel à votre égard. Et puis je vous laisse et état d’esprit conflictuel donc vous semblez vous repaitre et qu’illustrent vos excès.
      Quant aux insultes, il n’y en a pas sinon encore une fois dans vos exagérations pleurnichardes qui vous les font voir. Occupez-vous plutôt de prendre soin de votre côté d’éviter les adjectifs tel que " stupide " s’agissant de personnes infiniment plus intelligentes que vous (ici en l’occurrence messieurs Soral et Sapir). La première des intelligences est déjà de savoir reconnaître quelle est sa place dans la hiérarchie du même nom. Or là ça " frise " l’inconscience.
      " Prenez note du fait que ma vocation n’est pas de parfaire votre instruction. "
      Je prends bien note. Quel dommage ! Je n’ai vraiment pas de veine :-)
      Alors, qu’en est-il du " stupide droit de l’hommisme " ? :-) Je vous sens à la peine.

       
    • #1730914
      Le 20 mai à 22:55 par Eric
      Victoire et défaite des idées souverainistes

      " Je vous invite à les trouver par vous même. "
      Comme c’est étonnant ! Vous m’invitez donc à trouver par moi-même ... vos arguments ???!!! Ça a le mérite de l’originalité.
      " Je n’ai pas pour habitude de faire le larbin ... "
      Pas mal comme prétexte, et pas malhonnête du tout !
      " ... et encore moins pour des individus dont la seule argumentation consiste en l’insulte de ses opposants "
      Un opposant carrément, waouh ! , Je vous laisse cet état d’esprit conflictuel dont vous semblez vous repaitre et qu’illustrent vos excès.
      Quant aux " insultes ", occupez-vous plutôt de prendre soin de votre côté d’éviter les adjectifs tel que " stupide " s’agissant de personnes infiniment plus intelligentes que vous (ici en l’occurrence messieurs Soral et Sapir). La première des intelligences est déjà de savoir reconnaître quelle est sa place dans la hiérarchie du même nom. Or là ça " frise " l’inconscience.
      " Prenez note du fait que ma vocation n’est pas de parfaire votre instruction. "
      Je prends bien note. Quel dommage ! Je n’ai vraiment pas de veine :-)
      Alors, qu’en est-il du " stupide droit de l’hommisme " ? Je vous sens à la peine.

       
  • #1729307
    Le 17 mai à 11:38 par Tom
    Victoire et défaite des idées souverainistes

    Mélenchon et la France Insoumise souverainistes ? LA BLAGUE.
    Quand la moitié vote pour Macron et qu’une infime minorité vote pour Marine, je ne vois pas où sont les souverainistes dans ce mouvement.

     

    Répondre à ce message

  • #1729313
    Le 17 mai à 11:51 par zou
    Victoire et défaite des idées souverainistes

    Mais arrêtez de rêver. Nous sommes dans une dictature obtenue par triche éhontée au premier tour. Pour le deuxième, il n’ya en a pas eu besoin, je pense.
    Dans cinq ans, si l’apathie continue, ce sera bien pire qu’aujourd’hui.
    Un chef, voilà ce qu’il nous faut, qui corresponde au moment et aux aspirations des Français historiques de bonne volonté, et de quelques rares Français de coeur.
    Ces Français de sang ou de coeur constituent une minorité qui se doit d’être agissante et a vocation d’entraîner les autres, à terme, puisque ces autres sont des moutons et des chèvres (et le monde est ainsi fait).
    MLP n’est pas un chef, ne l’a jamais été, bien qu’elle ait ses qualités à elle, et qu’elle se soit beaucoup efforcée. Philippot non plus. il associe malheureusement pour la mouvance la LGBT à la sortie de l’euro, éléments inconciliables.
    Les lobbies n’ont rien à faire au FN.
    Gollnisch serait un chef correct. Mais toute élection future est vouée à la triche.
    Il faut compter sur autre chose que des votes toujours dévoyés. C’est si facile avec les ordinateurs.
    L’esprit, le courage, le combat, une personnalité radieuse de vrai meneur, qui ne cherche pas à plaire mais suit son idée et se trouve appuyé militairement, d’une façon ou d’une autre. Une vieille histoire.
    Les temps ne sont pas encore mûrs. Il faudra que souffrent ceux qui aujourd’hui ne souffrent pas trop encore, ou s’en mettent plein les fouilles.
    Enfin bon, bientôt.

     

    Répondre à ce message

  • #1729317
    Le 17 mai à 11:57 par Tacite
    Victoire et défaite des idées souverainistes

    Allons-y gaîment et ressassons la "défaite"... Le vote d’adhésion à Macron s’est exprimé au PREMIER tour. En dépit du feu roulant de la propagande (seulement comparable à ce qui se produisit en 2005 - j’ai gardé tous les journaux, les derniers que j’eusse achetés), le vote d’adhésion à MLP s’est exprimé au SECOND tour. Je vous laisse comparer les résultats. Nous sommes en train d’accepter l’interprétation imposée par les officines de pouvoir. Mentalement, nous collaborons et nous nous préparons à la vraie défaite : cinq députés FN au Palais Bourbon.

     

    Répondre à ce message

  • #1729328
    Le 17 mai à 12:32 par anonyme
    Victoire et défaite des idées souverainistes

    La petite bourgeoisie urbaine du tertiaire mélanchonnienne se sent déclassée et donc se "révolte" d’une certaine manière, mais ne nous y trompons pas, abreuvée de gauchisme de base dès les années lycée, elle se bouche le nez devant le mouvement social national plus rural, du secteur primaire ou secondaire, qui lui exprime l’urgence de la révolte sans équivoque...
    Il y a donc une fracture très importante entre les deux courants, les uns se sentant de par leur petit diplôme au dessus du monde ouvrier et / ou paysan et refusant d’y être associé sous peine de déchoir...
    La réunion des deux les obligerait à descendre du confortable piédestal de leur petit narcissisme idéologique pour rejoindre ceux qui sont vraiment le moteur de cette lutte nationale et sociale... et ça, c’est pas gagné... car la petite bourgeoisie ne rêve que d’une chose : faire partie de la grande...

     

    Répondre à ce message

  • #1729523
    Le 17 mai à 19:03 par Atos, Portos et Aramis
    Victoire et défaite des idées souverainistes

    Si on a eu 47% de souverainistes au 1er tout, on a aussi eu (au moins) 50% de mondialistes (24% de macron 20% de fillon et 6% de Hamon).

    Donc a première vue Sapir se trompe, les souverainistes ne sont pas majoritaires.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents