Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Réponse à Zemmour

Éric Zemmour vient de publier dans Le Figaro Magazine du 12 mai son analyse de l’élection présidentielle [1]. Elle est simpliste, mais c’est son droit. Il me met en cause, sans toutefois tomber dans le saut, on dirait le baquet, d’un article du Monde – aux relents antisémites comme cela fut remarqué [2] – qui fut publié peu avant le premier tour.

 

Venons-en aux faits. Je suis accusé de « gérer le cerveau de Florian Philippot ». Diable ; Mme Bacqué m’accusait déjà de gérer celui de Vladimir Poutine [3]. Cela fait beaucoup pour un seul homme. Outre que ce n’est guère flatteur pour MM. Poutine et Philippot, qui se voient déniés toute autonomie intellectuelle, ce n’est simplement pas sérieux. On peut craindre que l’habitude des « talk show » auxquels il a beaucoup participé n’ait eu des effets délétères sur Éric Zemmour, comme celui de préférer la formule que l’on retiendra à la profondeur de l’analyse. D’autant que je me suis exprimé aussi sur la question de la laïcité, et sur celles des « signes religieux », que ce soit sur mon carnet ou dans mes livres [4]. Éric Zemmour préfère la formule à la substance, mais de plus il ne lit plus. Et c’est fort dommage. Cela fait des années que j’ai élargi mon analyse des problèmes de la souveraineté, des questions économiques – et donc de la question de l’euro – aux questions politiques et philosophiques. Sur le fond, la thèse que soutient Éric Zemmour n’est pas nouvelle : le choix d’un souverainisme dit « identitaire » contre un souverainisme social. Mais, ce choix enferme le souverainisme dans les marges de la politique française.

Le souverainisme est en effet clairement traversé non par deux, comme le signalait Alexandre Devecchio, mais par trois courants. Le premier est le souverainisme social. Il s’enracine dans le constat que tout progrès social implique que la communauté nationale soit souveraine, qu’il ne peut y avoir de progrès social sans une économie qui ne soit tournée vers le plus grand nombre et non vers l’accroissement de la richesse des plus riches. Il analyse le présent état de fait comme le produit des règles de la mondialisation et de la globalisation financière, dont la monnaie unique, l’euro, est le point d’articulation au sein de l’Union européenne. C’est pourquoi il s’attaque à cet état de fait et réclame « au nom du peuple », et plus exactement au nom des travailleurs qu’ils aient un emploi ou qu’ils en soient privés, le retour à une souveraineté monétaire s’inscrivant dans le retour global à une souveraineté politique.

Le deuxième courant est le souverainisme politique. Ses racines vont au plus profond de l’histoire de la France. Sa préoccupation est celle de l’État souverain, comme représentant du peuple (depuis 1789). Ce courant analyse la construction de l’Union européenne non pas comme un processus de délégation de la souveraineté mais comme un processus de cession de la souveraineté. Or, cette dernière ne peut exister. Il en déduit la nature profondément anti-démocratique du processus européen. Il note que cette nature s’est révélée dans le traitement réservé par les institutions de l’Union européenne et de la zone euro à la Grèce. Ce souverainisme politique, qui fut incarné par Philippe Seguin ou Marie-France Garaud, s’est exprimé avec force en Grande-Bretagne avec le référendum sur le « Brexit ». Ce souverainisme politique est logiquement l’allié du souverainisme social.

Le troisième courant incarne ce que l’on peut appeler un souverainisme identitaire. Partant d’une réaction spontanée face à la remise en cause de la culture, tant dans sa dimension « culturelle » au sens vulgaire, que dans ses dimensions politique et cultuelle, il est à la fois très vivace et très fort, mais aussi bien moins construits que les deux premiers courants. Il peut dériver vers des thèses xénophobes, voire racistes. Mais, il se pose aussi des questions qui sont les mêmes que celles du souverainisme politique.

Opposer ces courants et faire le choix de la thématique identitaire, cela revient à évacuer ce que le souverainisme contient de réellement critique vis-à-vis du système. Car, le souverainisme identitaire n’est nullement incompatible avec l’ordre des choses tel qu’il existe, avec l’Union européenne, avec le néo-libéralisme. Le souverainisme social et le souverainisme politique, eux, portent une critique radicale de ce même ordre des choses. Dès lors, on voit bien le jeu conservateur se révéler, tant idéologiquement que politiquement. Dans les grandes manœuvres qui s’annoncent pour le dépeçage du FN, certains rêvent de le voir revenir à la position de supplétif de la droite traditionnelle, ce qui est d’ailleurs exactement le rêve de Macron qui lui espère qu’un FN retourné à sa ligne identitaire stérilisera une partie des voix de la droite, lui laissant politiquement le champ libre pour mener à bien sa propre recomposition. C’est à ce rêve qu’Éric Zemmour vient d’apporter sa contribution, qu’il en ait conscience ou non.

Macron a besoin d’un FN qui (re)devienne sa propre caricature pour donner de la crédibilité au piège de la diabolisation dans lequel il a déjà enfermé une fois les français. Les européistes ne peuvent que souhaiter une telle évolution qui entraînerait la pérennisation de la coupure radicale entre les souverainistes. Car, ce que craignent par dessus tout, les soutiens de Macron représentant moins d’un quart des français (24 %), c’est que les souverainistes ne prennent conscience du fait qu’il sont la majorité. Les souverainistes, eux, ont rassemblé explicitement plus de 47 % des suffrages lors du premier tour de la présidentielle. Ils l’ont fait sur des positions claires et cohérentes. Et si Marine le Pen a fait une faute, c’est bien en abandonnant cette cohérence, que ce soit sur l’âge de la retraite ou sur l’euro, à la veille du second tour, et en cédant à une inutile agressivité lors du débat télévisé qui a compromis le long travail de dédiabolisation.

Jacques Sapir

Notes

[1] http://www.lefigaro.fr/vox/politiqu...

[2] https://twitter.com/MichelWieviorka...

[3] http://www.lemonde.fr/politique/art...

[4] Sapir J., Souveraineté, Démocratie, Laïcité, Paris, Editions Michalon, 2016 et Sapir J. et Bourdin B., Souveraineté, Nation, Religion, avec une préface de Bertrand Renouvin, Paris, Le Cerf, 2017.

Voir aussi, sur E&R :

Souverainisme et réconciliation nationale, chez Kontre Kulture :

 
 






Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1728849
    Le 16 mai à 14:55 par Francois Desvignes
    Réponse à Zemmour

    Sapir oublie le souverainisme le plus important qui englobe ceux qu’il cite !

    Le souverainisme français

    Pas républicain : français.
    Ni grec ni juif (au sans de St Paul) : catholique.

    Encore moins social identitaire sapirien zemmourien phipotien ou le peniste : christique.

    St Jeanne d’Arc l’a résumé en une phrase : "Dieu aime bien les Anglais chez eux"

    Nous aimons tout le monde : chez eux.
    Nous voulons que tout le monde soit et reste chez soi.

    Personne ne dine à notre table sans y avoir été invité par nous et jamais nous nous inviterions à la table d’autrui sans y avoir été conviés.
    Et nous choisissons seuls qui couche dans notre lit qui travaille sur notre établi.
    Enfin , libres, nous votons seuls nos lois.
    Nous ne concevons pas qu’il puisse en être autrement pour n’importe quel humain sur la surface de notre pauvre terre..

    Nous ne divisons pas le social le politique et l’identitaire puisqu’ils ne forment qu’Un.

    Nous n’avons, donc nous ne souhaitons à l’étranger qu’un seul Dieu donc qu’un seul maître : le Christ.
    Et aucun homme à sa place.
    Q’un seul chez soi ; chez lui.

    Il n’y a donc que deux souverainismes :

    - celui qui regarde devant lui et en haut vers son Dieu, le "vertical" : le catholique
    - celui qui regarde sur lui et derrière lui, " l’horizontal" : le laïc.

    Lequel dit vrai ?

    Celui qui peut se présenter en une phrase : "Dieu aime bien les anglais chez eux"

    Pour des raisons autant d’identité, sociales politiques que ... "de bonne cuisine" .

     

    Répondre à ce message

    • #1728979
      Le 16 mai à 18:39 par Telecaster
      Réponse à Zemmour

      Votre mise au point s’imposait.

       
  • #1728864
    Le 16 mai à 15:09 par oleodedieu
    Réponse à Zemmour

    Il faut argumenter autrement si l’on veut vaincre les "bobos" ( avec des guillemets car je distingue ceux qui le sont et ceux qui aimeraient le devenir) et faire comprendre les indécis que si l’on est contre l’immigration et la déportation c’est pour une question de combat vertical !! Pourquoi faire venir plus de travailleurs alors qu’il n’y a pas de travail déjà pour ceux qui sont présents sur le territoire ? Quand on vous traite de raciste, de"xenomachinbidules" faîtes comme moi : je n’ai pas dit que je ne voulais pas d’étrangers ! Je ne veux plus de pauvres venir augmenter le dumping social, par contre faîtes venir des patrons étrangers qui donnent du travail aux Français et aux Peuples de France et là ils seront les bienvenus ( s’ils​ respectent nos us et coutumes)

     

    Répondre à ce message

  • #1728869
    Le 16 mai à 15:15 par Paul82
    Réponse à Zemmour

    Brillante réponse de monsieur Sapir. Oui Zemmour (que j’aime bien pourtant) a été décevant sur ce point - ou de mauvaise foi ? En tout cas il faut arrêter d’opposer identité et souveraineté. L’une ne va pas sans l’autre. Faut vraiment être un teubé pour ne pas comprendre....

     

    Répondre à ce message

  • #1728921
    Le 16 mai à 16:41 par Anti-sceptique
    Réponse à Zemmour

    Jacques Sapir maîtrisant la dialectique n’a pas de mal à révéler la faiblesse et la manipulation du discours de Zemmour, mais Zemmour ne joue pas sur ce plan pour convaincre le plus grand nombre et la rhétorique lui suffit. Seul compte le résultat, Macron et les oligarques l’on bien compris.

     

    Répondre à ce message

  • #1728933
    Le 16 mai à 17:03 par le Loup
    Réponse à Zemmour

    Pouce bleu !

     

    Répondre à ce message

  • #1728989
    Le 16 mai à 18:51 par Atos, Portos et Aramis
    Réponse à Zemmour

    Le problème ici c’est que Zemmour fait carton plein aux heures de grandes écoutes sur les grands médias nationaux. On lui déroule le tapie rouge partout ou il va pour qu’il déverse sa soupe. Soupe dégustée par une foule d’identitaires en manque de testostérone.

    Sapir ? Un nom qui raisonne creux comme un cris désespéré sortant d’une grotte pour les oreilles de la masse...

     

    Répondre à ce message

  • #1729003
    Le 16 mai à 19:11 par Athena
    Réponse à Zemmour

    Brillant Jacques Sapir...qui aura eu raison avant les autres, en effet, le Système a intérêt à contenir le FN dans un rôle de repoussoir et donc à sa caricature de parti idenditaire, c’est nier le fait que la société a changé, que il s’avere que JM Le Pen apparaît lui aussi comme avoir eu raison et visionnaire, que les mensonges se dévoilent peu à peu, et que sous une forme ou sous une autre, ses thèses seront un jour majoritaires si ce n’est déjà le cas et si la politique de Mr Macron aggrave encore la situation ce qui risque d’être le cas, je ne pense pas que les gens soient tellement attachés à l’euro, ils ont peur , le choix de la souverainete et de la l’émancipation fait peur, surtout pour ceux qui ont a perdre,on sait ce que l’on perd on sait pas ce qu’on trouve, peut être qu’ils n’auront pas le choix, les monnaies uniques ne durant jamais, historiquement, pas plus que ne durera l’union sovietique europeenne

     

    Répondre à ce message

  • #1729112
    Le 16 mai à 22:02 par nova
    Réponse à Zemmour

    Monsieur Sapir,

    Que quelqu’un vous attaque sur le fond c’est son droit que vous lui répondiez je vous en remercie.
    Monsieur Zemmour prêche l’abandon sous forme de violence par la fracture d’une France toujours divisée sur la question essentielle de sa souverainé et vous lui répondez simplement que l’union de ces opposants doit se faire quoi qu’il en coûte.

    Si je vous crois sincère je crois aussi en Monsieur Zemmour qui nous le savons à au coeur la FRANCE en lettres majuscules par la connaissance de son histoire mais pour l’Histoire celle d’aujourd’hui il se trompe et nous rejoindra.

     

    Répondre à ce message

  • #1729207
    Le 17 mai à 03:17 par hahaha
    Réponse à Zemmour

    Hahaha, quand certains commentateurs auront compris que Zemmour est un libéral-conservateur et que cet oxymore plongera ses plus virulents fans (fanatiques) vers le projet européo-mondialiste LREM, ils auront fait un grand pas !

    Il ne cherche qu’à rassembler les droitistes du FN avec les droitistes LR, en jouant sur la fibre "onéchénou" liée à ses frustrations de rapatrié...

     

    Répondre à ce message

  • #1730383
    Le 20 mai à 06:20 par envolées_des_incultes
    Réponse à Zemmour

    "Opposer ces courants et faire le choix de la thématique identitaire, cela revient à évacuer ce que le souverainisme contient de réellement critique vis-à-vis du système. Car, le souverainisme identitaire n’est nullement incompatible avec l’ordre des choses tel qu’il existe, avec l’Union européenne, avec le néo-libéralisme"
    .
    Nan. C’est faux. La souveraineté nationale appartient au peuple. Elle est indivisible et inaliénable., sauf si l’on dissout le peuple par l’immigration et le métissage ou qu’on l’abrutit à doses pharaoniques.
    L’identité est constitutive de la souveraineté. Il n’y a pas de souveraineté sans conscience d’une identité commune. Une terre, un peuple, une religion, une identité.
    .
    Le refus du métissage et de l’immigration gène terriblement le système car ce qu’il cherche à faire avec l’union européenne, c’est aussi notre destruction en tant que peuple constituant une nation. Le système veut l’ouverture de toutes frontières pour détruire les identités et liquéfier les flux de capitaux, quand le peuple conscient de son identité en danger, et de tout ce que cela implique, s’y oppose.
    Les preuves en sont la diabolisation du racisme et de la xénophobie, reprise par vous-même mais aussi par Mélenchon, la propagande de destruction massivement métissolatre. et l’obligation de l’immigration, alors même que le secteur économique n’exprime pas de besoin de main d’œuvre ( chômeurs à la tonne et kilos de jeunes pas chers ).
    .
    J.Sapir, vous racontez n’importe quoi ... En vous essayant à la pensée dans des domaines que vous ne maitrisez pas, vous allez perdre toute crédibilité.

     

    Répondre à ce message

    • #1730467
      Le 20 mai à 11:25 par Eric
      Réponse à Zemmour

      " J.Sapir, vous racontez n’importe quoi ... En vous essayant à la pensée dans des domaines que vous ne maitrisez pas, vous allez perdre toute crédibilité. "
      Au rayon de l’inversion accusatoire, cela ferait une belle tête de gondole :-) À se demander pour qui vous vous prenez. La prochaine fois, songez à vous équiper d’un bonnet et à vous assurer d’être équipé en matériel avant de vous essayer à l’altitude.

       
Afficher les commentaires précédents