Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les débuts de la présidence Macron

Emmanuel Macron a donc été élu avec une large majorité des votes exprimés le 7 mai. Avec 66 % des « votants » il atteint un score impressionnant, mais en trompe l’œil. L’importance du nombre des abstentions et des votes « blancs ou nuls » ramène son score à 43 % des inscrits. Ce niveau est à mettre en parallèle avec celui obtenu en 2002 par Jacques Chirac dans une élection présidentielle où, déjà, un candidat de Front national était au 2ème tour. Dans ce cas de figure très particulier, Jacques Chirac avait obtenu les suffrages de 62 % des inscrits. L’écart de 19 points qui s’est creusé en 15 ans, entre l’élection de Jacques Chirac et celle d’Emmanuel Macron est hautement significatif. Il montre qu’il y a eu plus un vote par défaut, les sondages, à prendre avec précaution, indiquent que seuls 43 % des personnes ayant choisi le vote Macron approuvent son programme.

 

Le succès d’Emmanuel Macron pourrait bien apparaître n’être qu’un trompe-l’œil. Le soutien de la presse quasi unanime, des grands médias qui se sont impliqués avec une rare indécence derrière ce candidat, n’a donc pas suffi pour qu’il retrouve un étiage correspondant à celui de Jacques Chirac. Les 19 points manquants en disent long sur la colère que ressentent les Français, une colère qui s’est largement exprimée durant cette campagne.

Lors des « festivités » organisées pour l’annonce des résultats, avec une mise en scène tellement étudiée et tellement dépourvue de spontanéité que même les journalistes des principales chaînes de télévision l’ont remarquée, on a assisté à la mise en place d’une double contradiction qui pourrait bien être celle de la présidence Macron.

La première fut de présenter l’élu comme un homme seul, dégagé de toute attache, ainsi que voulait le faire entendre sa marche solitaire vers la scène du Louvre, alors qu’en réalité sa candidature est une immense entreprise de recyclage de politiciens faillis ou à bout de souffle, du PS, du « centre », mais aussi de la droite. La seconde fut entre la tonalité ouvertement « européenne » de la mise en scène du Carrousel du Louvre, et le discours prononcé par Emmanuel Macron à la tribune, un discours ou la France fut largement présente. Il a même exprimée ce qu’il avait déjà dit devant des télévisions étrangères, mais qu’il avait tu en France, qu’il voulait « refonder l’Europe ». Mais, tout projet de changement des institutions de l’Union européenne, car – politiquement et institutionnellement – l’Europe n’existe pas, passe par la case d’un affrontement explicite avec l’Allemagne. Emmanuel Macron aura à choisir entre une préférence européenne et une préférence française. À vouloir combiner les deux et ne pas choisir, il se mettra dans la main de Berlin et montera à tous que sa prétendue volonté de « refonder l’Europe » n’était que le masque de la soumission, voulue ou subie.

La défaite de Marine le Pen est indiscutable. Elle l’est d’autant plus que dans les premiers jours de la campagne du second tour de la présidentielle une dynamique s’était mise en place qui montrait que les intentions de votes passaient, dans les sondages, de 38 % à 42 %. Cette dynamique a été cassée et ce très largement du fait de la campagne qu’elle a menée. Si elle est passée de 42 % à 34 % elle ne peut s’en prendre ici qu’à elle-même. Les ambiguïtés et les confusions de sa campagne ont eu pour effet un véritable sabordage de cette dernière dont on ne sait s’il fut le produit d’une incompétence et de choix erronés ou par dessein.

La campagne des législatives qui s’ouvre verra les quatre partis qui désormais dominent la politique française s’affronter. Celui d’Emmanuel Macron vise la majorité absolue des sièges. Mais, ceci ne semble pas être le vœu des Français, qui n’ont pas envoyé à travers les urnes un tel message. Compte tenu du mode de scrutin traditionnel en France, il importera plus que jamais que les partis clarifient leurs positions. Les partisans de Jean-Luc Mélenchon peuvent espérer faire de beaux scores. Mais ils affrontent des difficultés considérables du fait même du mode de scrutin. Il conviendra de prendre garde à ce que cette élection ne permette à des partis faillis de reprendre la main, ni n’aboutisse à ce que tous les pouvoirs soient donnés à Emmanuel Macron.

Jacques Sapir

Quel avenir pour la France ? Lire chez Kontre Kulture :

 

Jacques Sapir, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1724160
    le 10/05/2017 par Norbert
    Les débuts de la présidence Macron

    " La défaite de Marine le Pen est indiscutable " : compte tenu des montagnes de fric qui ont été déversées sur Macron pour soutenir sa candidature, le fait que Marine aie obtenu 1/3 des votes est un succès éclatant, d’autant plus qu’elle n’avait le soutien que de DEUX députés !... "Grâce" au trucage des élections . HONTE à ceux qui bavent sur Marine, elle s’est vaillamment battu jusqu’au bout, multipliant interviews et meetings, ce qui a dû l’épuiser physiquement, ce qui explique peut-être sa mauvaise prestation finale .

     

    • #1724424
      le 10/05/2017 par frenchcancan
      Les débuts de la présidence Macron

      En tout cas, elle était souriante et en forme pour danser le soir de sa défaite,
      pour quelqu’un d’épuisé physiquement...


    • #1724535
      le 10/05/2017 par paramesh
      Les débuts de la présidence Macron

      1/3 des votes n’est pas un succés de MLP mais du peuple qui a réussi a résister au rouleau compresseur de l’empire qui sur ce coup là avait mis le paquet.
      Tout simplement parce que beaucoup de gens ont voté contre Macron et contre le système.
      La différence entre les plus de 45% MLP Mélenchon NDA du premier tour et les 33% De MLP au deuxième tour montrent à l’évidence que MLP perd énormément de voix dans le vivier de la résistance à l’empire. Ce n’est pas le bon cheval, pas plus que le FN


    • #1724776
      le 10/05/2017 par VORONINE
      Les débuts de la présidence Macron

      Ce que les électeurs et les militants attendaient d’elle ,c’est qu’elle n’attende pas la dernière ligne droite pour se mettre au boulot, une fois la campagne commencée, c’était trop tard pour engranger. Le ralliement des marges des républicains, aurait du etre un souci constant depuis 2012, de meme que la mise au point claire et précise de la position sur l’UE, l’euro, l’OTAN, l’Immigration, les sanctions contre la Russie etc....Rien de solide n’a été fait, manque de travail .Ils auraient bien du se douter que l’adversaire allait etre plus pointu que mme.Sadoun .


  • #1724162
    le 10/05/2017 par vigile
    Les débuts de la présidence Macron

    " Compte tenu du mode de scrutin traditionnel en France " ?! Tu parles ! Il s’agit du scrutin majoritaire à deux tours, imposé par les sionistes en 1958 pour empêcher les patriotes d’être représentés à l’Assemblée ! Avec 1/3 des votants, Marine aurait 200 députés aux législatives si elles se faisaient à la Proportionnelle ! Or avec ce scrutin d’escrocs et de bandits elle n’en aura qu’une poignée : le front sionisto-macrono-"républicain" va se mettre en place, et il sera particulièrement "étanche" .

     

    • #1724478
      le 10/05/2017 par listener
      Les débuts de la présidence Macron

      Et ces cons technocrates sont tellement intoxiqués par ce système que même lorsqu’il leur devient défavorable (les désistements entre listes en juin vont être du sport), ils n’envisagent pas d’en changer ! Mitterrand était plus intelligent et en 1988 il en a changé, pour au moins "sauver les chefs" et nullement pour favoriser le Front National, comme le répètent les imbéciles.

      Et comme d’habitude, le ravi de la crèche, Mélenchon, qui parle de "VIème république" alors que pour changer de régime, il faut seulement changer le loi électorale. ! Pas besoin de "constituante". On a plus les moyens et on en a marre des bureaux de vote.

      Et comme d’habitude encore, on ressort le projet "d’instillation d’une dose de proportionnelle" alors que la Conseil Constitutionnel a eu déjà l’occasion de dire tout le mal qu’il pensait de cela, à savoir que tous les députés doivent être élus selon le même système. Sinon, on revient aux états généraux d’ancien régime.


  • #1724168
    le 10/05/2017 par Un ploemeurois
    Les débuts de la présidence Macron

    Marion Marechal Le Pen ne fait pas l’erreur de sa tante, en décidant de vivre sur le "terrain".

    MLP avait à sa disposition un tas d’économistes qui décrient la construction européenne, qui permettaient de déconstruire l’objet de casse social (Grèce, Italie, Espagne, Portugal, ...), des nations (coup d’état Merkel Schaüble après référendum grec), du rôle laminant de l’Euro sur les peuples. Et non, MLP préféra de vagues citations, se perdent dans ces dossiers à la vue de tous et de finir par monter dans les tours. Elle n’avait pas assez travaillé.

    Macron va devoir mettre en place le rouleau du libéralisme et continuer l’approfondissement européen à la sauce Merkel. Les français doivent résister par tous les moyens et renverser la vapeur. Le FN doit présenter un programme sérieux dans lequel les classes moyennes puissent adhérer tout en conservant sa reliation avec les classes populaires.


  • #1724188
    le 10/05/2017 par Memo
    Les débuts de la présidence Macron

    les législatives sont en proportionnelle. Si le FN (les patriotes) ne sait pas se rassembler à ce moment là, la France peut débarrasser et plier les nappe... Ce sera fini.

     

  • #1724206
    le 10/05/2017 par temet.nosce2
    Les débuts de la présidence Macron

    Même les racailles se sont fait lobotomisés par macron, regardez ce que cet énergumène a fait avec les bulletins de vote de Marine Lepen sans que le personnel ne disent quoi que ce soit .
    https://www.liveleak.com/view?i=c6b...

     

    • #1724324
      le 10/05/2017 par goyband
      Les débuts de la présidence Macron

      Petit rappel :

      Vote des musulmans au 1er tour :
      Mélenchon 37 %
      Macron 24 %
      Hamon 17 %
      Fillon 10 %
      Le Pen 5 %

      Vote des musulmans au 2ème tour :
      Macron 92%
      Le Pen 8%


    • #1724823
      le 10/05/2017 par Lolita123
      Les débuts de la présidence Macron

      @goyband

      Ah bon ? Tu as oublié abstentionnistes musulmans 60% minimum c’est le nombre à retenir je pense parce que ton raisonnement j’ai du mal. Les musulmans ne votent pas ou presque pas... Et c’est tout à leur honneur je pense. Et tu devrais faire la même chose. Avec le recul je me dis qu’il ne faudrait plus voter... T’imagines macron élu avec 50 % d’abstention... ça aurait eu de la gueule ça au moins !!!!!!


    • #1725001
      le 11/05/2017 par goyband
      Les débuts de la présidence Macron

      Lolita123, si je peux me permettre, ces chiffres sont bien évidemment les suffrages exprimés.
      Ce qui fait en volume, peu ou prou 2,3 millions de suffrages musulmans au second tour dont peu ou prou 2 millions sur Macron et le reste sur Marine.
      Bien sûr, l’abstention est prise en compte sur un corps électoral extrapolé à partir d’une base de 10 millions de musulmans en France, cette dernière étant peut être fausse car trop pessimiste, c’est une affaire entendue.

      Si on procède à une projection démographique raisonnée pour 2022, il est tout à fait possible d’envisager et sur les mêmes bases d’abstention, une représentation à hauteur de 10% (5-6% pour son poids électoral réel sur le second tour de 2017).

      Ce qui veut dire que l’adversaire de Macron partirait avec un handicap de 10% avant le second tour et si on refaisait le match de 2017, mais dans 5 ans.

      78% de Macron à Mélenchon et en passant par Hamon sur le premier tour.
      92% sur Macron au second tour.

      C’est la réalité du moment et je pense qu’elle ne fera que s’amplifier sous les 10 ans d’investiture progressiste (Hollande + Macron).
      Car pour conserver le pouvoir, le système a compris ce mécanisme qui lui est systématiquement favorable consubstantiel à l’impossibilité croissante pour un parti se réclamant de la nation, de l’emporter.


  • #1724228
    le 10/05/2017 par Eloise
    Les débuts de la présidence Macron

    Vous oubliez la fraude massive au 1er tour pour que Macron se retrouve face a MLP, la seule chance pour la mafia PS de se maintenir. Au final Macron ne represente que l’anti-France qu’avec 40%.


  • #1724307
    le 10/05/2017 par Jean Le Chevalier
    Les débuts de la présidence Macron

    Il est évident que l’élection dans un fauteuil de Macron s’est faite contre la personnalité de Marine et la diabolisation du Parti. Ce n’est aucunement un vote d’adhésion à un programme, car Macron n’en a pas. Le débat catastrophique de Marine a éloigné ceux qui s’apprêtaient à franchir le pas en faveur du FN.
    Les Légistatives seront un test important pour le FN qui verra si certains ont encore en travers de la gorge la prestation pitoyable de son leader lors de l’ultime débat.
    Malgré tout, le FN ne fera pas l’économie d’une refonte du parti, de ses objectifs et même de ses dirigeants. Il est temps de rénover pour de bon afin de rassembler les patriotes soucieux de l’avenir de la France, de son identité, de ses valeurs et de sa culture...


  • #1724338
    le 10/05/2017 par Domino
    Les débuts de la présidence Macron

    "seuls 43 % des personnes ayant choisi le vote Macron approuvent son programme."
    Même pas, environ la moitié ont voté contre le FN.


  • #1724358
    le 10/05/2017 par Bob Têtard
    Les débuts de la présidence Macron

    Valls bientôt viré du PS et retoqué par Macron est devenu SDF . Il serait élégant de la part de Dieudo de le recueillir, que ne lui installe-t-il un lit de camp au Théâtre de la Main d’Or, entre la buvette et la porte des chiottes ?

     

  • #1724457
    le 10/05/2017 par listener
    Les débuts de la présidence Macron

    Le gouvernement qui sera nommé demain servira de transition très temporaire et d’accessoire consensuel et mou pour gagner les législatives.

    Et ce n’est qu’après sa majorité obtenue les 11 et 18 juin (il y a peu de chance quoiqu’on dise qu’il n’en ait pas une, ne pas se faire d’illusions, voir l’état des vieux partis) que Macron nommera le vrai gouvernement et le vrai premier ministre. Et pour longtemps.

    Ainsi que le vrai programme dont il n’a quasiment rien dit jusque là pour ne pas fâcher les électeurs. Bravo l’artiste sorti de l’école des petits machiavels de la Vème république ! "Plaudite cives"

    Et alors, on ne rira plus.