Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Vous avez dit "apologie du terrorisme" ?

Note de la rédaction

Cet article a été publié initialement le 15 janvier 2015, quelques jours après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher.

Si l’apologie du terrorisme a été maintes fois pratiquée, sa condamnation suit l’adage de Jean de La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. »

En effet, depuis les attentats parisiens de la semaine dernière, pas moins de 54 procédures pénales ont été ouvertes pour « apologie d’actes de terrorisme » et hier c’est l’humoriste Dieudonné qui était placé en garde à vue pour avoir posté dimanche dernier sur sa page Facebook : « Je me sens Charlie Coulibaly. » Le billet avait pourtant été retiré au bout de quelques minutes.

Selon le Larousse, l’apologie est un discours ou écrit glorifiant un acte expressément réprimé par la loi pénale. Selon l’article 421-2-5 du code pénal, l’apologie d’actes de terrorisme se définit comme « le fait de provoquer directement à des actes de terrorisme ou de faire publiquement l’apologie de ces actes ». Voici quelques cas constituant manifestement – ou pouvant s’apparenter à – de l’apologie du terrorisme.

 

Laurent Fabius et le Front Al-Nosra

Le 12 décembre 2012, Laurent Fabius est en visite à Marrakech (Maroc). Alors que Washington vient de placer sur la liste des organisations terroristes le Front Al-Nosra, qui sévit en Syrie, le ministre des Affaires étrangères s’insurge. Il explique lors d’une conférence de presse que les hommes de ce groupe, affilié à Al-Qaïda, « font du bon boulot » (rapporté par Le Monde le 13 décembre 2012). Quelques mois auparavant, en déclarant « Monsieur Bachar Al-Assad ne mériterait pas d’être sur la Terre » (17 août 2012), Laurent Fabius avait donné un permis de tuer, un véritable blanc-seing aux organisations djihadistes qui terrorisent la population syrienne depuis 2011. Soutenus financièrement, via des fondations, par le Qatar, allié privilégié de la France, ces groupes terroristes ont depuis constitué l’État islamique à l’été 2014. Une apologie du terrorisme autrement plus grave qu’un billet sur Facebook…

 

 

Hollande, Yitzhak Shamir et Netanyahou

Le 30 juin 2012, suite au décès d’Yitzhak Shamir, le président de la République, François Hollande, signe ce communiqué :

« C’est avec émotion et tristesse que j’ai appris la disparition aujourd’hui de M. Yitzhak Shamir. Israël perd avec lui une forte personnalité qui s’est engagée, dès son plus jeune âge, dans la fondation de l’État d’Israël, auquel il était indéfectiblement attaché. »

En effet, Yitzhak Shamir fut engagé dès son plus jeune âge dans la lutte pour la fondation de l’État d’Israël. Mais ce que François Hollande ne dit pas, c’est que Shamir a agi dans la branche la plus violente du sionisme, sa branche clandestine et terroriste.

Né en Biélorussie en 1915, il rejoint en 1935 la Palestine, alors sous mandat britannique, et s’engage l’année suivante dans l’Irgoun. Le groupe est classé comme terroriste par le Royaume-Uni et l’Agence juive. Shamir participe alors à de nombreux attentats, qui font plusieurs centaines de victimes parmi les civils palestiniens pendant la grande révolte arabe (1936-1939). En 1940, l’Irgoun se divise et Shamir rejoint le Lehi, plus connu sous le nom de groupe Stern, du nom de son leader Avraham Stern, dont il devient le bras droit. Par opposition aux Anglais, le groupe Stern proposera, sans succès, une alliance à l’Allemagne nazie, qui sera transmise à Berlin le 11 janvier 1941 sous le titre de « Texte d’Ankara ». Leur tête est mise à prix par les Anglais, qui appellent « Stern gang », ce groupe d’une vingtaine de membres.

Shamir prend la direction de l’organisation terroriste en février 1942 et sera l’organisateur, entre autres, de l’assassinat du président général en Égypte, Lord Moyne, le 6 novembre 1944, et de l’assassinat du comte Folke Bernadotte, le médiateur spécial de l’ONU pour la Palestine, le 17 septembre 1948. On compte également au palmarès du groupe Stern le massacre de Deir Yassin d’avril 1948, où de nombreux civils palestiniens (entre 250 et 350) seront assassinés. Cette opération fut menée avec l’Irgoun, alors dirigé par Menahem Begin, qui assumera la responsabilité du massacre. Après la création de l’État d’Israël, le Lehi et l’Irgoun, associés au Bétar, composeront l’Herout, qui deviendra le Likoud en 1973. Menahem Begin et Yitzhak Shamir dirigeront successivement le parti et seront tous deux Premiers ministres d’Israël.

En 1993, Benyamin Netanyahou a succédé à Yitzhak Shamir à la tête du Likoud. La branche terroriste du sionisme, représentée à Paris par Meyer Habib, est aujourd’hui au pouvoir en Israël et l’apologie de ce terrorisme est un passage obligé pour quiconque souhaite réussir une carrière politique où journalistique au sein des élites françaises.

 

 

L’intelligentsia parisienne et Cesare Battisti

Le 26 juin 2004, le Tout-Paris est réuni pour une soirée de soutien à Cesare Battisti. Parmi les participants, on compte Bernard-Henri Lévy, Guy Bedos, Philippe Sollers, Fred Vargas, Bertrand Delanoë, la Ligue des droits de l’homme, etc.

La soirée est organisée pour faire pression sur l’Élysée afin que Jacques Chirac refuse l’extradition de Battisti, demandée par Silvio Berlusconi. En effet, Cesare Battisti, ressortissant transalpin, fut membre des Prolétaires armés pour le communisme (PAC), un groupe terroriste. Il a été jugé par contumace en 1988 par la cour de Milan et condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l’assassinat du surveillant de prison Antonio Santoro à Udine en 1978, de l’agent de police Andrea Campagna à Milan en 1979, pour complicité dans les assassinats le 16 février 1979 du boucher Lino Sabbadin à Santa Maria di Sala (Vénétie) et du bijoutier Pierluigi Torregiani à Milan. À propos des crimes lui ayant valu sa condamnation, il déclare dans Libération (27 avril 2001) :

« Politiquement, j’assume tout. »

Bernard-Henri Lévy préfacera le livre signé par le terroriste, Ma Cavale (2006), tout en reconnaissant dans Le Point (19 février 2009) ignorer « s’il a commis ou non les crimes qu’on lui impute ». Le 15 janvier 2011, l’écrivain italien Antonio Tabucchi résume dans Le Monde :

« Cesare Battisti, sanctifié par quelques intellectuels français, a été condamné en Italie à la perpétuité pour quatre homicides, dont deux qu’il a commis directement en abattant ses victimes d’un coup de revolver dans la nuque […] Il a débuté comme criminel de droit commun volant dans les supermarchés pour son bénéfice personnel, jusqu’au moment où, en prison, il eut l’idée de mettre son expérience au service d’un groupe terroriste, les PAC, Prolétaires armés pour le communisme. […] Il ne s’agissait plus d’attaques à main armée, mais de ce qui s’appelait désormais des “expropriations prolétariennes”. Et si quelqu’un était tué, tant pis. »

Le cas Battisti, ou quand toute l’intelligentsia parisienne soutient un Amedy Coulibaly italien…

 

Le journal Libération

Le 7 janvier dernier, le jour même de la tuerie de Charlie Hebdo, les (rares) lecteurs de Libération ont pu lire une double page où le quotidien s’indignait que le ministère de l’Intérieur ait retiré la nationalité française à Ahmed Sahnouni el-Yaacoubi, un Franco-marocain condamné à sept ans de prison pour terrorisme. L’article est particulièrement complaisant envers cet homme vraisemblablement lié à Al-Qaïda : les intertitres parlent de « mesure d’exception », de « triple peine » et de « principe républicain d’égalité dénaturé ». La parole est longuement donnée aux deux avocats du terroriste ainsi qu’à un certain Serge Slama, présenté comme « spécialiste du droit public et des droits des étrangers », qui explique très sérieusement que « la dénaturalisation est très connotée, elle rappelle le régime de Vichy, qui y a eu beaucoup recours ». Sans commentaire.

 

Voir aussi, sur E&R :

 
 






Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1091643
    Le 16 janvier 2015 à 11:39 par speed1050
    Vous avez dit "apologie du terrorisme" ?

    Tous ces articles sont une mine d’or pour les avocats de DIEUDO.
    Comment l’état fera pour le condamner sans apparaitre comme un peu fasciste.
    charlie hebdo qui en appel a Mohamed mehra ,tesson qui en appel a la ratonnade ,netanyahu qui veut combattre l’islam etc etc, mais au fond c’est ce que veut l’état ,mettre le chaos.

     

    Répondre à ce message

  • #1091718
    Le 16 janvier 2015 à 13:03 par beacat49
    Vous avez dit "apologie du terrorisme" ?

    Bonjour,
    Juste une réflexion :
    Netanyahou et Israel ne veulent pas d’un état palestinien. L’état français, largement sionisé, reconnait pourtant la Palestine comme état, C’est une surprise ? Pas forcément.
    Si l’on considère que l’on ne déclare la guerre qu’à un autre état, selon le droit international, il faut que la Palestine soit reconnue comme état (dans la majorité des media "libres et indépendants", on nous parle toujours de guerre ; les personnes de bonne foi répondent qu’il ne s’agit pas d’une guerre puisque le conflit oppose un état à une partie de sa population). Ainsi, il devient "légitime" ou du moins haituel, d’attaquer pour se défendre l’état indiqué et reconnu, du coup, par tous comme agresseur (deux ou trois roquettes du Hamas suffisent). Par le jeu des alliances, c’est la guerre généralisée ; chaque "pays" devra choisir son camp, comme en 1914 ou 1939.
    La grande mascarade de dimanche a juste servi à compter les personnes (pour la plupart sincères, c’est un comble) prêtes à suivre le mouvement au premier appel et faire culpabiliser les autres de ne pas "lutter" pour la liberté d’expression et la démocratie en acceptant toujours plus de répression. L’esclave réclame des chaines plus solides..
    Qu’en pensez-vous ?

     

    Répondre à ce message

  • #1092051
    Le 16 janvier 2015 à 18:11 par JM
    Vous avez dit "apologie du terrorisme" ?

    Hollande ignore, ou veut cacher, que Shamir commença sa carrière politique en tant que terroriste. Cela n’a rien à voir avec une apologie du terrorisme.

    Le reste de l’article est correct, et le commentaire de Fabius sur Al Nosra mériterait une très large publicité.

     

    Répondre à ce message

  • #1092770
    Le 17 janvier 2015 à 10:22 par laurent
    Vous avez dit "apologie du terrorisme" ?

    " Washington a qualifié d’"ironie tragique" et Israël a jugé "scandaleuse" la décision prise vendredi par la Cour pénale internationale (CPI) d’ouvrir un examen préliminaire, étape préalable à une enquête, sur des crimes de guerre présumés en Palestine.
    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé qu’il "rejetait" la décision de la CPI, la qualifiant de "scandaleuse". Selon lui, comme la Palestine n’est pas un Etat, la CPI n’a aucune juridiction sur elle, d’après les règles mêmes de cette cour.". la presse.

    Ce pauvre tribunal ne sait pas que Netaniahou a été reçu aux bras ouverts par Holland, Valls e Fabius. Quand on est reçu par ces Messieurs, on a le droit de commettre impunément n’importe quel crime à l’instar des djihadistes terroristes en Syrie qui eux aussi ont été reçu pareillement à l’Elysée.

     

    Répondre à ce message

  • #1092881
    Le 17 janvier 2015 à 12:20 par STEF de MARS
    Vous avez dit "apologie du terrorisme" ?

    Et le Dieu Fabius, dans son incommensurable bonté, leva souverainement son bras puissant pour désigner, de son doigt céleste et inflexible, les âmes rebelles qui ne méritaient pas de vivre en son royaume éternel, où tous les êtres de la création se soumettent avec humilité à sa grandeur infinie.
    Après avoir rendu avec solennité sa justice implacable, ce seigneur suprême s’en retourna parmi les anges, d’un pas noble et triomphant, majestueux, grandiose, tout auréolé de lumière, pour aller poser son cul sur la commode...

     

    Répondre à ce message

  • #1093120
    Le 17 janvier 2015 à 15:52 par STEF de MARS
    Vous avez dit "apologie du terrorisme" ?

    La brutalité de cette justice révèle toute son impuissance.
    Jusqu’au sommet de l’État, toutes les instances sont dépassées par les évènements, et tentent de dissimuler leur faiblesse et leur ignorance sous un autoritarisme ridicule, inapproprié et dangereux.
    Ce que les élites ne peuvent pas, ou ne veulent pas comprendre, c’est que tous ces morts, que ce soit Charlie, Coulibaly, Kouachi, et tous les autres, sont victimes de la même bêtise humaine, et plus particulièrement d’un système matérialiste qui, sous prétexte de laïcité, a non seulement dénigré impunément toute religion, mais a également détruit les valeurs morales qui lui étaient inhérentes, favorisant ainsi la liberté d’être mécréant, de faire l’apologie de la décadence, et d’exacerber jusqu’à la folie ceux qui se veulent croyants.
    Et l’on se retrouve dans un monde où tout semble permis, un monde sans repère, hormis celui du pouvoir, du sexe et de l’argent.
    Nos dirigeants, censés nous montrer l’exemple, censés être élus pour notre bien, ne sont désormais plus crédibles, tant il est flagrant que leur motivation première est de se servir eux-même au lieu de servir le peuple.
    Quel message adresse un Sarkozy quand sa première démarche, en tant que nouveau président de la République, est d’aller se pavaner un yacht, et d’aller festoyer au Fouquet’s ?
    Quel message adresse un Hollande quand il joue les adolescents qui flirtent en cachette ?
    Quel message adresse un Cahuzac quand il ment sans scrupule à toute la nation ?
    Quel message adresse un Valls quand il se dit attaché éternellement à un autre pays que la France, quand il sous-entend que le peuple gentil n’en est que l’arrière-garde, et quand il fait une affaire personnelle des extravagances d’un simple humoriste ?
    Quel message adresse une Taubira quand elle vide les prisons et marie les homosexuels ?
    Quel message adresse une Vallaud-Belkacem quand elle prône la théorie du genre jusque dans nos écoles ?
    Quels messages envoient toutes ces centaines d’élites corrompues qui s’enrichissent sur le dos d’une Union Européenne qui réduit inexorablement les peuples à l’esclavage, à la misère et au chaos ?
    Est-ce par la répression et la violence que ces dirigeants indignes obtiendront un respect qu’ils n’ont jamais suscité ?
    Non, certainement pas. Au contraire, ils ne font qu’attiser la haine qu’engendre leur insupportable mépris du peuple.
    Ils feignent de s’indigner devant une colère qui monte, alors qu’ils en sont les ferments empoisonnés.

     

    Répondre à ce message

  • #1093131
    Le 17 janvier 2015 à 16:03 par OnNePassePas
    Vous avez dit "apologie du terrorisme" ?

    Les pensées haineuses et mensongères périssent de leurs propres venins. Patience.

     

    Répondre à ce message

  • #1093353
    Le 17 janvier 2015 à 19:31 par Reno Chemot
    Vous avez dit "apologie du terrorisme" ?

    Fini le bon temps où Guy Bedos traitait Yitzhak Shamir de juif nazi...

     

    Répondre à ce message

  • #1318311
    Le 14 novembre 2015 à 20:42 par Lilou
    Vous avez dit "apologie du terrorisme" ?

    Il n’est pas normal que les citoyens français paient les conséquences du soutien de la France aux Organisations terroristes Daesh et Al Quaïda (le Front Al-Nosra).
    J’ai honte de mon président, de mon gouvernement et du ministre des affaires étrangère, le grand Sioniste Laurent FABIUS.
    C’est la magie qui se retourne contre le magicien.
    Une pensée pour témoigner de notre douleur, notre indignation et notre volonté de faire face devant cet acte barbare.
    Le même acte est par contre souvent encouragé et soutenu par les gouvernements Européens et Etat-Uniens en Syrie, en Irak, au Yémen et dernièrement au Liban.
    Vive la France sans les Sionistes.

     

    Répondre à ce message

  • #1318728
    Le 15 novembre 2015 à 08:47 par 57morpheus
    Vous avez dit "apologie du terrorisme" ?

    Nous sommes en très grand danger
    Français, afin de pourvoir se défendre, ils faut être armé.
    Je conseille à tout un chacun de passer son permis de chasse afin d’avoir le droit d’avoir une armme
    L’avenir n’est pas incertain, il est certainement noir pour les petites gens
    Car la saloperie, elle quitera le pays en Jet privé !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents