Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

20 ans après, Carine Russo, la mère de Mélissa, une des victimes de Marc Dutroux, parle

Le 17 août 1996, les corps sans vie de Julie et Mélissa, 8 ans, sont retrouvés dans la propriété d’un certain Marc Dutroux, ferrailleur inconnu du grand public (plus pour longtemps) mais très défavorablement connu des services de police, pour ses affaires de « mœurs ». Deux jours plus tôt, l’assassin restituait deux autres filles, cette fois vivantes, à la police. Mais deux semaines plus tard, deux nouveaux corps seront déterrés.
Le 17 août 2016, Carine Russo, mère de Mélissa, parle à la RTBF.

 

 

Carine Russo, la mère de Mélissa, est interrogée sur la RTBF par une journaliste belge, la sosie jeune de Mireille Dumas. Sans verser dans l’analogie morphopsychologique, ses questions sont malheureusement orientées vers la recherche de l’émotionnel, ce qui fait perdre de vue les contradictions brûlantes de l’affaire entière, relevées par les enquêteurs indépendants, et mises de côté par l’instruction officielle. Du tremblement de terre européen de 1996 (un choc équivalent à un 11 Septembre judiciaire), avec ses ramifications politiques – qui iront jusqu’à la Stasi est-allemande –, il ne reste rien.

 

 

Étrangement, Carine Russo croit encore dans les vertus du Système – c’est-à-dire qu’il peut s’améliorer – alors que ce dernier l’a écartée, elle et les parents des victimes, de toute information. À dessein ou pas, l’histoire le dira. Avec une journaliste qui respecte de fait la neutralisation d’un dossier toujours aussi explosif (des enlèvements d’enfants signalés à la police, des enquêteurs qui connaissaient la dangerosité de Dutroux, et des membres de l’élite belge mouillés dans des partouzes avec des mineures prostituées) et une mère qui remet pas en question le couple police-justice, qui a pourtant largement failli, pour ne pas dire plus, il reste une confrontation de deux ignorances, peut-être pas si involontaires que ça. Même quand tout le démontre, le public a du mal à admettre l’existence d’une oligarchie sans foi ni loi.

 

 

Carine Russo : « Le politique, je crois qu’il n’a pas très bien compris…  »
La journaliste : « Y a quand même eu la réforme des polices, la commission d’enquête parlementaire, la création d’un centre de recherche pour enfants disparus… »

L’enchaînement des « dysfonctionnements » (on entend la même chose aujourd’hui dans le cas des attentats franco-belges) ont mené à la mort de quatre jeunes filles, sans compter les meurtres collatéraux. La pourriture – ou la faiblesse – d’un système judiciaire sanctionnée par une série de cadavres. De cette affaire emblématique, il ne reste rien, seulement une « condamnation » par le Roi des erreurs de l’enquête et des magistrats qui se sont succédé lors de son instruction. Tout finira en « marche blanche », ce qu’un pouvoir corrompu peut tout à fait supporter. L’explosion de colère populaire, qui aurait été justifiée, a été désamorcée par les promesses des politiques. Sans aller trop loin dans la spéculation, il est clair que Dutroux était un truand doté d’une « autorisation », c’est-à-dire un informateur bénéficiant d’une carte blanche dans sa spécialité, le vol de voitures. Une spécialité qui en cachait une autre : le vol d’enfants et leur « location » à des personnalités.

 

 

Pourquoi des personnalités ? Parce qu’elles seules peuvent payer. Pas la peine d’aller chercher du complotisme populiste anti-élite. Le viol d’enfant est un sport de riche, et tous les riches ne sont pas des violeurs, heureusement. Mais un pédocriminel pauvre, à moins de faire disparaître ses victimes, ne reste pas longtemps impuni : il ne dispose pas des protections suffisantes. Celles dont Dutroux a bénéficié, au travers de ses visiteurs puissants. En ne balançant pas ses clients – Émile Louis est mort sans avoir parlé – Dutroux a sauvé sa peau, et son réseau. Car réseau il y avait, et il y a toujours, probablement : le vice ne s’arrête pas avec une décision de justice, aussi conforme au droit soit-elle. Sauf que les hauts pédophiles du royaume de Belgique ne choisissent plus d’enfants du cru (les premiers enlèvements de Dutroux portaient d’ailleurs sur des enfants roumains).

« Les déclarations du témoin X1 ont conduit à la réouverture de dossiers de meurtres non résolus par les parquets de Bruxelles, Gand et Anvers : les disparitions et meurtres de Carine Dellaert, disparue à l’âge de 16 ans en 1982, et dont le corps est retrouvé en 1985 dans une fosse septique, le rapport d’autopsie révélant la présence de crayon laminaire, utilisé pour provoquer des accouchements ou des avortements, de Katrien De Cuyper (1991), de Hanim Mazibas (1988) et de Christine Van Hees, jeune Bruxelloise dont le corps brûlé avait été découvert le 13 février 1984 dans l’ancienne champignonnière d’Auderghem ; la description écrite par Régina Louf des lieux a été confirmée par le fils de l’ancien propriétaire. » (Extrait du Wikipédia du témoin X1)

L’affaire Dutroux à travers le témoignage de Régina Louf, dans Passé sous silence, un documentaire diffusé le 10 octobre 2002 sur France 3 :

 

La fermeture en 1998 de toute instruction à partir des témoignages de Régina Louf, pourtant corroborés par les premiers enquêteurs (Patrick de Baets, Aimé Bille et Rudy Hoskens), et dont la vie est un calvaire de viols, de prostitution, et de tortures, a définitivement coupé Marc Dutroux du réseau qui constituait sa clientèle. Le procès, qui a lieu en juin 2004, sera celui d’un seul homme, et de ses trois complices, l’ignoble Michelle Martin, le louche Michel Nihoul (libéré en 2005 et définitivement blanchi en 2010 !), et le pauvre Michel Lelièvre.

La montagne de l’affaire Dutroux accouchera d’une souris qui arrange tout le monde en haut lieu. À coups de dé-saisissements opportuns, de pressions sur les témoins-victimes fragiles et de reprises en main de la communication politico-judiciaire, l’élite belge sauvera sa tête. Il lui aura fallu 20 ans pour envoyer dans une impasse la colère populaire, en lui vendant un conte pour enfants en guise de vérité, et étouffer un scandale qui aurait arrosé politiques, hommes d’affaires, policiers et magistrats. Aujourd’hui, le schéma se reproduit avec les attentats terroristes.

 

Élite et pédocriminalité
avec Kontre Kulture

Dutroux, Outreau, Toulouse, des affaires vite (et mal) refermées, voir sur E&R :

 






Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1546547

    Tant d’enfants martyrisés et a l’arrivée juste 3 condamnations ! Toute la symbolique du mepris ,cette histoire je la ressens comme un crachat de l’oligarchie a la figure du pauvre prolo .On peut se faire ton gosse et tu te la fermes ...

     

    Répondre à ce message


  • Étrangement, Carine Russo croit encore dans les vertus du Système



    Un tel degré de déni et de stupidité doit en réalité être une forme de mécanisme psychologique de protection de l’individu afin qu’il puisse rester socialement fonctionnel et ne sombre pas dans la folie. Beaucoup d’entre nous avons en réalité un profil psychologique particulier, nous sommes en fait suffisamment solides, certains diront cyniques, pour d’une part fonctionner à peu près normalement tout en ayant pleinement connaissance de la monstruosité et des desseins pervers de ceux qui dirigent ce monde. Certaines personnes ne peuvent tout simplement pas vivre normalement en constatant que nous sommes dans un monde pourri, alors ils se mettent des œillères psychologiques pour ne pas voir l’entièreté de la réalité dans toute l’étendue de sa laideur, même quand cette réalité se présente en pleine lumière devant leurs yeux.

     

    Répondre à ce message

  • Le documentaire 2, de Régina Louf est à voir. Une lecon de vie, qui donnerait confiance en la race humaine sur la fin. Pas grand-chose à dire en plus tant l´histoire se suffit à elle-même. Et qu´on se sent tout petit avec ses problèmes à la con.

    Si, la seule chose à commenter, est la loi de Robert Badinter, que j´ai participé à louer comme une grosse merde des années durant. Il est évident que celui qui touche à des enfants, mérite la mort comme douce sanction. Moi je pratiquerai la loi du talion. Et je pense que personne n´oserai me faire un procès en cas de passage à l´acte.

    Toucher à des enfants, il faut être fou.

     

    Répondre à ce message

  • C’est intéressant ce qu’elle dit vers 02:50 que ce ne sont que les paroles du prêtre qui l’ont soulagée et qui ont fait sens pour elle.

     

    Répondre à ce message

  • #1546708
    Le 1er septembre à 12:16 par Catholique & Français
    20 ans après, Carine Russo, la mère de Mélissa, une des victimes de Marc (...)

    Deux vidéos (surtout la seconde, effarante !!!) à mettre en parallèle avec la "bande dessinée" de monsieur Yves Saint-Laurent, "Lulu" ! Il semble que tout cela ne forme qu’un seul "monde"...

     

    Répondre à ce message

  • #1546728

    Lorsque on entend dysfonctionnements il faut comprendre complicités .

     

    Répondre à ce message

  • #1546747

    En ce bien sinistre "anniversaire", un petit rappel sur l’historique et l’actualité de l’affaire en cours AMIDLISA serait nécessaire.

     

    Répondre à ce message

  • Dans un monde où le commandement :
    "Vous me lècherez les bottes toute votre vie." est érigé en norme et ce dans tous les domaines (finance, travail, politique, religion… la liste n’est pas exhaustive !), il ne faut pas s’étonner que des affaires aussi "scabreuses" ne soient jamais résolues. On ne résout pas le problème avec ceux qui l’ont créé !

     

    Répondre à ce message

    • @Dupivovitch

      Je pense que cet article a été écrit par Metdepeningen qui fut un des premiers avec Huercano a parler de fantasmes quand les belges réalisaient qu’il y avait de plus en plus d’indices et de témoignages (X1,X2 etc ...) sur l’existence de réseaux pédophiles élitistes en Belgique.

      A posteriori on a découvert que Metdepeningen avait fréquenté le Dolo (boîte à partouzes) durant la même période que Nihoul. Le Dolo est cité de nombreuses fois dans l’affaire Dutroux. Même si Metdepeningen affirme qu’il n’est pas "copain comme cochon" avec Nihoul il faut remarquer qu’il a été un de ses premiers amis sur Facebook (sur 22 ) au moment ou Nihoul était encore radioactif en Belgique.

      Ceci étant dit l’article évoque la piste du mini mini-réseau qui aurait fait le maximum de spéculations et de fantasmes dans la population belge.

      Je pense donc qu’il fait du dommage contrôlé et qu’il donne un os à ronger aux belges puisque la piste du loup solitaire aidé par des marginaux et un "hommes d’affaires" Nihoul se trouvant au mauvais endroit a du mal à passer .
      Il se peut que Ferette ai joué un rôle dans l’enlèvement des fillettes mais seul un débile mental ou un journaliste comme Metdepenningen peut faire semblant de croire ou donner du crédit à une personne qui dit avoir fait fuir les fillettes dans la forêt.

      Ferrette c’est l’arbre qui cache la forêt ; à savoir le réseau pédophile immense élitiste (c’est mon avis et celui de nombreux témoins) .

      Quant à Georges Huercano l’autre journaliste qui pensait que les belges fantasmaient sur les réseaux c’est le journaliste qui écrit un livre sur l’affaire D’Outreau ; mais pour dire que les enfants sont des affabulateurs et se sont coordonnés de manière invraisemblable pour accuser des "innocents"...
      Cerise sur le gâteau Georges présentait une émission sur RTL avec comme chroniqueur l’avocat de Dutroux et surtout a écrit avec sa femme un livre sur Nihoul (avec son autorisation ...) !!!!

      Je demande à tous de lire un article sorti en plein mondial le 6 juillet 2010 (très peu de personnes l’ont lu ...) dans le Soir, justement le journal (Mainstream) de Marc Metdepenningen ...

      Ce qui est dit est horrible et incroyable et pourrait expliquer le fait qu’il y ait des protections.Néanmoins le Soir nous rassure car cela est faux ....

      http://archives.lesoir.be/le-dossie...

       
  • une affaire étouffée comme toutes les autres. Qui a les moyens de payer des millions pour ce trafic ? Surement pas des chômeurs .

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents