Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Donald Trump choisit Mike Pence, "intransigeant contre l’avortement et le mariage gay", comme colistier

Donald Trump, qui devrait être investi candidat du Parti républicain à l’élection présidentielle américaine du 8 novembre, vient d’annoncer sur Twitter qu’il choisissait le gouverneur de l’Indiana Mike Pence comme colistier.

 

Cette annonce avait été un peu décalée en raison de l’« horrible attaque » qui a frappé Nice ce jeudi 14 juillet. Quelques heures plus tôt, le candidat républicain avait en effet renoncé à annoncer publiquement le nom de son colistier pour le poste de vice-président. « Je n’ai pas encore pris ma décision finale », expliquait-il sur Fox News, avant de se décrire comme le candidat de « l’ordre et de la loi ».

L’identité de l’heureux élu avait été dévoilée par la presse américaine il y a dejà quelques jours et confirmée par des assistants de la campagne Trump : Mike Pence, 57 ans, gouverneur conservateur de l’Indiana que poussaient les enfants du milliardaire, paraissait avoir triomphé de ses deux rivaux Chris Christie et Newt Gingrich, que Donald Trump avait placés également au sommet de sa liste. Leur caractère tumultueux étaient jugés comme un handicap, vu le profil déjà explosif du futur nominé républicain. « Vous ne voulez pas deux pirates sur le ticket », avait même plaisanté Newt Gingrich à son propre sujet, notant que Trump et lui avaient un profil trop similaire.

 

 

Pence, que beaucoup décrivent au contraire comme un homme calme et réfléchi, semblait en revanche capable d’apporter un peu de sérénité à l’attelage de la campagne républicaine. Il connaît très bien la machine du Congrès où il a passé 12 ans comme Représentant avant de devenir gouverneur, un CV fourni qui remplit les critères d’expérience politique que Donald Trump avait dit juger primordiaux chez son coéquipier, vu son propre statut d’outsider. C’est, de plus, un proche du président de la chambre des Représentants Paul Ryan, une amitié qui devrait faciliter la relation entre la Maison-Blanche et le Congrès, en cas de victoire. Pence est aussi un héraut de la droite conservatrice, connu pour ses positions intransigeantes contre l’avortement et le mariage gay.

[...]

Trump et Clinton au coude à coude

Le candidat républicain avait toujours affirmé qu’il ne tenterait pas de choisir son vice-président d’une manière mécanique, visant à compenser ses propres handicaps. Pas question de prendre nécessairement une femme, ou un Noir ou un Latino, sous prétexte que Donald Trump est un homme blanc.

[...]

Les critiques de la campagne affirment que si l’homme d’affaires s’en tient à l’un de ses trois favoris, ce sera le signe que le milliardaire est le candidat « des hommes blancs en colère ».

[...]

Selon un sondage publié jeudi, les candidats Hillary Clinton et Donald Trump sont désormais au coude à coude, avec 40% des intentions de vote, un résultat qui montre une récente dynamique positive pour l’homme d’affaires républicain, alors qu’Hillary pâtit franchement de son histoire d’emails et de la critique cinglante qu’en a fait le patron du FBI James Comey. La plupart des analystes continuent cependant de miser sur elle, persuadés que lors de l’élection générale, les faiblesses démographiques de Trump joueront un beaucoup plus grand rôle. Malgré le Brexit, l’argument de « l’impossibilité », continue de prévaloir.

Lire l’article dans son intégralité sur lefigaro.fr

Trump, la candidature originale qui peut créer la surprise, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Impeccable !

    Une fois que Trump sera président des Etats-Unis, une autoroute s’ouvrira entre Marine Le Pen et l’Elysée.

     

    • Bien sur !
      En attendant, l’impression est plutôt qu’une autoroute s’ouvre devant la mère Clinton, non ?


    • Le FN a trahi son fondateur et ses électeurs. (pour être adoubé par Tel-Aviv ?)

      Il n’a de "Front" et de "national" que les noms.

      Avec sa trahison, s’est évaporé la dernière chance de sauvetage de la V République

      La république est morte et son prochain président ne terminera pas son mandat à supposer qu’il le commence seulement.

      le processus de déconfiture de la V république a commencé lors du rejet du referendum de 2005

      Nous venons de passer du stade de la déconfiture à la préinsurrection.

      Pour être "pré" elle n’en est pas moins inévitable
      Et imminente.

      En politique,, il ne faut pas se tromper d epage.

      Cessez de vous en dormir sur vos illusions : en ce temps, c’est mortel.


  • Ce qu’il ne disent pas au Figaro c’est que Spence est aussi un fervent défenseur d’Israël et qu’il est contre le mouvement BDS. Il a d’ailleurs fait voter une loi contre BDS dans son état l’Indiana. Serait-il la carte joker pour un futur mandant de Trump... De toute façon je pense que le lobby juif aux US (AIPAC) doit jouer sur tous les tableaux comme ca pile je gagne face tu perds !! Je suis tombé sur cette nouvelle par hasard : http://www.timesofisrael.com/likely.... Lisez les trois premiers paragraphes, c’est carton plein.

     

  • Il est difficile de se faire une réelle sur Trump, en apparence tumultueux, comme le souligne si souvent les médias US. Je reprendrais en substance ce que disait Stéphanie Bignon dans un bistro libertés sur la capacité du système à s’adapter à son pire ennemi. Si ce dernier s’avère réellement dangereux pour l’oligarchie alors le système oligarchique trouvera le moyen de l’éliminer comme ils l’ont fait pour Lincoln et JFK. Je pense que cette analyse a le mérite de poser avec justesse "qui l’oligarchie redoute-t-elle" ?

     

  • Au moins des gens sains d’esprit avec Trump.


  • Trump mène une campagne stratégiquement intelligente. Il a pris soin dans un premier temps de ne pas droitiser son discours et de pas tomber dans une surenchère conservatrice (comme tous les autres candidats républicains) pour parler aux précaires et aux déclassés qui sont sensibles à un certain discours de gauche ; puis dans un second temps il récupère une partie de l’électorat de droite classique un peu effarouché par sa campagne en choisissant un chrétien conservateur comme colistier par ailleurs respecté au sein du parti ; enfin, il réussit le petit tour de force de ne pas s’aliéner les femmes sensibles à ses discours modérés sur l’avortement et la pillule. Encore un peu et il arrivera à faire voter les hispaniques pour lui...

    Marine, prends des notes...


  • C’est bizarre. Il paraît que ce Spence est un globaliste. Trump est-il obligé de faire un compromis ? Si Trump est vraiment un candidat hors système et qu’il est élu, l’Empire fera tout pour l’éliminer afin que Spence prenne son fauteuil. Comme Johnson s’est assis dans le fauteuil de Kennedy. Trump est capable de commettre une telle erreur. N’oublions pas qu’il est un orgueilleux et un prétentieux de première. Il n’y a qu’à voir les photos de son appartement new-yorkais pour s’en convaincre.


  • Le faite qu’il combat fermement l’avortement est très rassurant, du coup, cela me conforte dans l’idée qu’il n’est pas franc-mac, La plupart sont pour. En revanche, bien que j’espère qu’il sera élu, je doute tout de même qu’il le sera, l’empire veille. tapis dans les ténèbres.