Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les "Casques blancs" prouvent eux-mêmes qu’ils peuvent bidonner leurs vidéos

Déjà sujette à de nombreuses controverses, l’organisation des Casques blancs est de nouveau sous le feu des critiques après avoir mis en scène une fausse vidéo de sauvetage en Syrie pour créer le buzz sur Internet : le « mannequin challenge ».

Une vidéo mettant en scène des membres de l’organisation syrienne des Casques Blancs prenant part à un « mannequin challenge » avec un prétendu blessé, a soulevé de nombreuses questions sur Internet concernant son authenticité.

Si les vidéos populaires du « mannequin challenge » ne mettent généralement en scène que des personnes restant figées tout au long de la vidéo, dans une posture généralement improbable, la séquence publiée par les Casques Blancs se termine différemment, avec la mise en scène d’un sauvetage.

Les efforts déployés par l’organisation, financée par l’Occident, pour rendre leur vidéo de simulacre de sauvetage la plus crédible possible (poussière sur le visage de la prétendue victime prise au piège dans les décombres, bruits d’explosions, sirène d’ambulance...) ont perturbé plus d’un utilisateur du réseau social Twitter, qui se sont indignés de l’exercice, jugé déplacé.

 

 

« Je ne comprends pas le but de participer à une mise en scène pour démontrer son authenticité », a estimé un internaute.

 

 

« Ils s’entraînent pour leurs autres vidéos ? », s’est demandé un autre utilisateur de Twitter, sous-entendant que les documents précédents présentés comme authentiques, ne le seraient finalement pas.

 

 

Alors que l’organisation était nominée pour le prix Nobel de la paix, certains ont soulignés ironiquement que désormais, elle pourrait peut être prétendre à l’obtention d’un Oscar pour sa mise en scène.

 

 

Après avoir finalement réalisé que l’opération de communication était en train de tourner au fiasco, les Casques blancs ont supprimé la vidéo. Néanmoins trop tard...

 

 

Plusieurs utilisateurs de Twitter ont profité de la polémique pour rappeler certains aspects controversés de cette organisation, comme l’engagement de ses sauveteurs dans l’action armée.

 

 

Malgré les sollicitations de RT pour obtenir une réaction du média anti-Assad RFS qui a publié la vidéo, aucune réponse ne nous a été accordée pour le moment.

 

 

Les Casques blancs, qui se présentent comme une organisation humanitaire œuvrant au sauvetage de civils dans les zones occupées par l’opposition à Bachar el-Assad en Syrie, bénéficient d’une très large couverture médiatique complaisante de la part des médias occidentaux, ainsi qu’un important appui diplomatique. Des représentants de cette organisation ont même été reçus par le président de la République François Hollande au Palais de l’Elysée.

Néanmoins, ces activistes font aussi l’objet de nombreuses critiques, de la part d’observateurs indépendants. D’après Vanessa Beeley, journaliste et chercheuse, les Casques blancs « sont entièrement compris dans les régions contrôlées par les terroristes. Ils fournissent des soins médicaux aux terroristes, ils acheminent les équipements par la Turquie dans les régions terroristes […]. Ils ont été filmés participant à l’exécution d’un civil à Alep. Ils diffusent des vidéos, sur leurs pages dans les réseaux sociaux, des exécutions de soldats et de civils arabes ».

La guerre est aussi médiatique, à lire chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents