Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

70e anniversaire de la libération d’Auschwitz : Vladimir Poutine omet les chambres à gaz !

Pour les célébrations du 70e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, le président russe Vladimir Poutine s’est rendu ce 27 janvier au musée juif de Moscou. Il y fit un discours où brilla par son absence un point tout sauf de détail de la Seconde Guerre mondiale : les chambres à gaz !

Comment un homme aussi averti, et probablement bien renseigné, a-t-il pu oublier cet élément essentiel du massacre des juifs de cette période de guerre totale ? A-t-il lu les documents en cours de déclassification par le ministère de la Défense au sujet de la libération du camp d’Auschwitz ? Y aurait-il trouvé quelques informations négationnistes du plus mauvais effet ? Nous n’osons nous aventurer dans de telles conclusions qui tueraient une seconde fois les morts – en plus d’être illégales en France, bien sûr.

« Suivant les documents du jugement de Nuremberg, 6 millions de juifs furent tués en Europe durant l’Holocauste. Ces chiffres sont impossibles à évaluer/sonder. Ils ne sont pas morts à la guerre, mais furent simplement détruits – brûlés dans des fours ou tués [1]. »

Enfonçant le clou, le président russe se permet d’affirmer péremptoirement que le chiffre de 6 millions est impossible à évaluer/sonder (unfathomable [2]). Quel culot !

 

Révisionnisme positif

Heureusement, certains traducteurs se sont empressés, comme c’est souvent le cas sur le sujet douloureux de la Shoah, de modifier quelque peu la forme afin de la faire correspondre davantage à la réalité. C’est ainsi qu’une traduction propose, sans vergogne, cette version quelque peu modifiée mais plus réaliste (en gras nous soulignons les bienfaitrices modifications) :

« Selon les documents du procès de Nuremberg, six millions de juifs ont été tués en Europe durant la Shoah. L’horreur de ces chiffres est insondable. Ils ne sont pas morts au combat, mais ont été tout simplement exterminés, gazés puis brûlés dans les fours ou abattus [3]. »

Non, cette modification n’est pas du révisionnisme. En effet, elle colle davantage à la version officielle, que des historiens de renom nous ont léguée de façon définitive en 1979 avec une précision toute scientifique :

« Il ne faut pas se demander comment, techniquement, un tel meurtre de masse a été possible. Il a été possible techniquement puisqu’il a eu lieu [4]. »

 

Explications

Somme toute, Vladimir Poutine aura rejoint ici la grande pudeur du réalisateur de Shoah, Claude Lanzmann, qui, sur France Info ce 27 janvier, dans un élan de généreuse honnêteté, nous explique pourquoi, malgré l’immense quantité de matériel photographique ou filmique existant, vous ne verrez jamais de chambre à gaz :

« Il n’y aucune image de la mort des gens dans les chambres à gaz. Il n’y en a pas. Il n’y a pas une seule image de la mort de 3000 personnes dans les grandes chambres à gaz de Auschwitz Birkenau (...)
– Et vous n’avez pas utilisé non plus de récits de survivants ?
– Il n’y a pas de survivants des chambres à gaz. Il n’y en a pas. »

Notes

[1] Traduction E&R. Texte original : « According to the materials of the Nuremburg trials, six million Jews were killed in Europe during the Holocaust. These numbers are unfathomable. They did not die in battle, but were simply destroyed – burnt in furnaces or shot. »
(source : Le Kremlin)

[2] Pour plus de précision, la version anglaise du discours de Vladimir Poutine n’étant qu’une traduction du texte originel, nous invitons nos lecteurs russophones à nous transmettre la traduction exacte concernant le mot traduit ici en anglais par le terme équivoque « unfathomable ».

[3] Source : Le Saker francophone

[4] Source : Le Monde, 21 février 1979, p. 23.

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J’adore ce type et son à propos. Cela tombe bien j’étais en déficit de ce côté là.


  • Un petit pina colada pour Vladimir..........

    Lanzmann : la "radicalité" de la mort, oui, en général, la mort est assez radicale......


  • Sacré Vlad, toujours le mot (ou l’absence de mot cette fois) pour rire....
    Et avec un petit sourire en coin qui en dit long (Ben oui les mecs fallait m’inviter officiellement....)...
    Bon comme disait l’ami Robert (et pas ricorée) amenez moi le plus petit commencement de preuve !!!!!!!
    Mais là le petit père Lanzmann lui même a repondu qu’il n’y en avait pas....
    Bon ben moi je vais aller reprendre 2 fois des moules (pour les plus jeunes revoir le sketch de Desproge sur la mort de Tino Rossi...)


  • Est-ce qu’on comprend enfin pourquoi les termes "Shoah" et "antisémitisme" ne sont reconnu dans aucun pays slave ? Le Président Serbe ne s’excusera jamais sur ses propos jugés "antisémites". Il cherche encore le sens de ce mot dans le dictionnaire serbe.... mais ne le trouve pas.


  • «  On n’aime jamais tant la vérité que lorsque le mensonge fait loi.  »

    Jean Rostand ; Carnet d’un biologiste (1959)


  • Oui oui oui, j’ai lu le texte de son allocution il y a quelques jours, ça m’a immédiatement sauté aux yeux comme une bite au cul.

    Je me demandais quand une de nos sommités hexagonades allait relever ce point de détail du discours de Vladimir 1er, pour s’en offusquer avec des couinements caractéristiques.

    Comme je l’ai dit dans un post précédent sur un autre fil, ce sont les Russes qui libérèrent le camp d’Auschwitz-Birkenau et qui mirent la main sur tout ce qui s’y trouvait, et particulièrement sur les Toten Bücher, les registres des morts
    En plus, ce sont eux, enfin les Soviets, qui élaborèrent toute la propagande après guerre, ils sont les mieux placés pour savoir quelle est la part de la réalité, enfin la part de l’exactitude comme dirait le Pr Faurisson, et la part du reste

    Très amusant tout ça, ces crétins qui jouent avec la Russie savent pourtant très bien tout ce que je dis là, depuis des décennies ces faits sont connus des dirigeants de l’ouest, alors je me demande bien à quoi ils s’attendaient.
    Je pense aussi que l’intensification du bourrage de crâne shouillatique depuis le milieu des 90’s n’est pas innocent mais au contraire une sorte de tentative de prévenir les effets de possibles révélations auxquelles s’attendaient nos dirigeants en cas de confrontation avec la Russie, une sorte de vaccin en quelque sorte.

    Nous vivons une sale époque, vraiment une époque conforme aux temps du Ragnarök décrits dans la Völuspá, tout y est ou presque, mais ce qui est incroyable, c’est combien cette période reste fascinante.

     

  • Quelques officines puissantes risquent d’interpréter ces omissions et quelques piques lancées dans leur direction comme un crime de lèse-majesté.
    Poutine s’aventure dans ce qui relève du blasphème ultime, certes en faisant preuve de beaucoup d’esprit et de malice, mais les marchands de la "mémoire" ont la caractéristique distinctive de ne rien accepter d’autre que la soumission intégrale et inconditionnelle. Le président serbe peut en attester.

    La dernière chose que nous voulons ici, est que Poutine subisse le sort d’un Allende ou Chavez.


  • " Dans Shoah, les protagonistes qui parlent ne disent jamais " je" , ils ne racontent pas leur histoire personnelle. Ils disent "nous", ils sont les porte-parole des morts " .

    Le procédé est pour le moins problématique. Si l’intention des shoatologues est la précision scientifique, on s’attend au contraire à un récit à la première personne et circonstancié. L’utilisation du "nous" induit une abstraction qui ne va pas dans le sens de la crédibilité. Nous voulons des faits et des preuves.

     

    • Il n’y aura ni fait ni preuves dans ce qui est devenu une religion. Ici, on est dans l’indicible ou toute logique et ou les lois physiques s’effacent. Il est impossible de travailler plus d’une heure dans une atmosphère à plus de 40 ppm d’acide cyanhydrique sans mourrir ? Peu importe ! "Il ne faut pas se demander ...". La faible ventilation (équivalente à une VMC moderne d’appartement) ne peut pas désaérer la pièce en moins de plusieurs heures et le SK entre immédiatement (sofort) ? Peu importe ! "In ne faut pas ...". On a pas retrouvé les trous d’introduction du ZB sur le toit de la chambre à air ? (vous complèterez vous même) Les colonnes faites de fil de fer de 3mm de section n’auraient jamais résisté à la compression d’une foule de 1000 personnes (au moins) tassée dans 200 m2 ? ...


  • Claude Lanzmann disait qu’on ne peut pas pressentir le pire, alors qu’on ne fait que cela en s’imaginant les pires scenarios dans nos têtes et ce n’est qu’une fois confronté à la réalité qu’on se ravise.

     

  • Trop fort le Claude. Invité pour parler d’Auschwitz lui parle plus de son film que du camp.

    Pour les photographies dont il se réfère, je vous invite à les trouver sur le net et à comparer avec ce qu’il dit de ces photos... Des femmes pleines d’angoisses menées à coup de fouet...
    Pour Elie Wiesel, c’est des SS armés de mitraillettes tous les deux mètres.


  • Pour les recherches pour mon commentaire précédent, j’ai été sur le site du Crif, http://www.crif.org/

    On y voit en première page (rubrique Crif en action) un journaliste en pleine conférence de rédaction.
    Photo à garder pour illustrer un futur article "qui est C.Barbier"

     

    • Il s’est fait happer son echarpe par la machine du Crif ... peut être qu’il va se faire déchiquetter =)
      A force d’appeler à la censure, à force de denoncer le "complotisme",la pseudo "dérive" internet..et de cirer les godasses...ben voilà où il se retrouve le pèpère... les seuls qui ont été sensibles à son message,qui ont vu là un intêret.. c’est le Crif !

      Devenir un tapis (carpette) pour plaire à 4 personnes, en plus ils vont s’en servir à la première occasion, et le renvoyer à ses contradictions ! Tout penaud.. M’enfin.. C’est pas faute d’avoir prévenu.
      Peut être il aura le droit de leur servir les cafés... quel idiot ce "Christ-ophe"... il a rien compris.

      Christophe qui veut dire "Porte-Christ (grec)" ...


    • La femme de Christophe Barbier s’appelle Yamini Kumar-Cohen.


  • Le président russe à vraiment un grand carrisme , il sort vraiment du lot de tous ses dirigeants soumis au ’’système totalitaire ’’ idéologique de la pensée unique’’ actuel...


  • Israel Shamir : la Russie et l’Holocauste

    Sur son site "Entre la plume et l’enclume", Maria Poumier publie
    la traduction française qu’elle vient de faire d’un article capital
    de l’Israélien Israel Shamir, juif russe vivant en Israël :

    http://www.plumenclume.net/articles...

    L’article a paru le 19 janvier sur le site de l’Américain Paul Craig Roberts
    sous le titre : "Trolling Russia" et on en trouvera l’original ici :

    http://www.paulcraigroberts.org/201...

     

  • Petit Rappel qui devrait d’emblée faire comprendre aux plus recalcitrants des thèses révisionnistes que l’on a imposé ces 6 millions de morts à coups de propagande (pour réussir à valider cette "propagande" en 1945) :
    1- 25 mars 1906, le New York Times soupçonne le Tsar d’avoir tué 6 millions de juifs en Russie.
    2- le 2 avril 1919, The spartan Burg Herald parle d’une famine qui touche 6 millions de juifs.
    3- le 31 octobre 1919, the american hebrew parle d’un holocauste de 6 millions de juifs en Roumanie, Pologne et Ukraine.
    4- le 20 juillet 1921, le New York Times parle à nouveau de 6 millions de juifs qui seraient confrontés à une volonté d’extermination en Russie.

    5- le 9 janvier 1938, toujours le New York Times qui parle cette fois de 6 millions de juifs victimes d’antisémitisme.
    6- En 1945, il est attesté selon la thèse officielle que 6 millions de juifs sot morts dans les camps allemands (avec gazages pour beaucoup).
    7- et ca recommence le 21 février 1991 avec le Jewish Press qui annonce que les Irakiens auraient prépapré des chambres à gaz pour tous les juifs.
    8- et au printemps 1991, The Wisenthal Report confirme ce fait en affirmant que les allemands produisent du zyklon B en Irak...

    Les juifs ne mourraient-ils que par grappes de 6 millions ?

     

    • @ Montoya : 6 est un chiffre lié à la Kabbale, tradition ésotérique(la Gématrie), ancêtre de la numérologie ... Il est souvent associé à la notion de désastre pour le peuple d’ Israel : 600 000 personnes concernées par l’ Exode de Moïse (source Wikipédia), 666 pour le chiffre de l’ AntéChrist (etc) .... Voilà pourquoi ce chiffre a été rencontré à de multiples reprises dans la presse (il me semble 1889 pour le NYT)...Il peut bien entendu il y avoir des coincidences...


    • OTOOSAN :
      En effet, il est fait mention de ce nombre bien avant la première guerre (je n’ai pas été exhaustive de peur d’être trop longue mais il existe encore beaucoup d’autres mentions de ce nombre dans la presse, et, pour moi, c’est déjà le signe fort d’un noyautage de l’histoire par une propagande particulièrement pugnace. J’avais pour ma part déjà constaté sa mention dans le magazine mensuel "The Open Court" de Mai 1897 (n° 492) dans lequel il est fait état de la mort de 6 millions de Juifs.


    • cf aussi le genocide armenien ... pour le chiffre 6



  • « Il ne faut pas se demander comment, techniquement, un tel meurtre de masse a été possible. Il a été possible techniquement puisqu’il a eu lieu [4]. »




    Joli glissage de lapalissade aux ananas d’or(déjà hollywoodien)de Nuremberg !


  • « Il n’y a pas eu d’extermination systématique des Tziganes »
    admet l’historien Denis Pechanski.

    La France Des Camps - L’internement, 1938-1946
    Denis Peschanski (Editions Gallimard - 26/03/2002)

    http://www.priceminister.com/offer/...

    Dès lors, pourquoi interdit-on de s’interroger sur le cas des juifs ?


  • Aaah le Grand Tsar Vladimir IV (car il y eut 3 autres avant Poutine le Rusé) a une patience Byzantine pour ces talmuderies occidentales qui empoisonnent la politique du "Monde Libre" (en tout cas pas libre de Wall Street...)


  • Je ne sais pas pourquoi mais cet extrait d’interview de Claude Lanzmann m’évoque un proverbe attribué à Benjamin Franklin :

    « Ne croit que la moitié de ce que tu vois et rien de ce que tu écoutes. »

     

  • #1112424

    Vladimir Poutine qui aurait un problème de... mémoire ! Assez cocasse lorsque l’on sait que c’est lui le maître du jeu sur le grand échiquier planétaire actuel !
    Qu’on l’apprécie ou non, bien mal inspiré celui qui le prendrait pour un idiot...


  • Au sujet de l’équivalent en russe du terme anglais « unfathomable » judicieusement mis en évidence par la Rédaction E&R dans la note [2].

    Je ne suis pas russophone, cependant il est possible de voir le texte en russe sur http://kremlin.ru/news/47529, et dans ce texte en russe on trouve au 5ème paragraphe le passage correspondant à « These numbers are unfathomable. », c’est-à-dire « Трудно поверить в эти цифры. ».

    Cette phrase en russe, les traducteurs automatiques du web la traduisent par :
    1 - reverso.net - « Il est dur de croire à ces figures(chiffres). »
    2 - translate.reference.com - « It is difficult to believe that in these figures. » - « Il est difficile de croire que, dans ces chiffres. »
    3 - translate.google.com - « It’s hard to believe these figures. » - « Il est difficile de croire ces chiffres. »

    De plus, sur le site linguee.ru/русский-английский, « Трудно поверить » est généralement traduit par « hard to believe » ou « difficult to believe », ce qui corrobore la version proposée par google.

    Sur le site de la Présidence Russe, le terme « unfathomable » utilisé dans la version destinée à des lecteurs anglophones, éventuellement membres de l’OTAN, semble donc joliment diplomatique.
    D’une part le sens effectivement équivoque de ce terme noie bien le poisson dans l’insondable abysse de la sombre tragédie historique, et d’autre part il peut laisser planer la menaçante perspective du « touché-coulé » d’une partie de bataille navale hautement stratégique ; le « fathom » (comprendre la brasse) étant une unité de mesure de la profondeur des fonds marins.

    Beau joueur, Poutine chercherait-il à informer ses interlocuteurs qu’il a en main de quoi casser un jouet qui leur rapporte beaucoup depuis longtemps ?
    Mais un document d’archive pouvant sans doute encore être remplacé par un autre, leur laisserait-il le « choix » ?
    Ah… ! Ukraine de vie, quand tu nous tiens… !

    Un russophone peut-il donner son avis ?


  • D’un autre côté je ne sais pas si Poutine fait partie de ceux qui aurait intérêt à une révision de l’Histoire. Charger à mort les Allemands permettaient aussi d’exonérer (en quelque sorte) les Américains et les Russes des massacres qu’ils ont perpétrés.


  • Nous assistons à la mort d’un des plus grands mythe de l’Histoire après une agonie de quarante ans ; Messieurs ! Un peu de dignité ! De décence ! Ravalez votre ironie. Ces choses ne sont pas drôles. Charlie n’en a pas parlé..

    Mais ce qui est sûr, c’est que les russes (ex soviétiques) ont su dès le début et que les premières bombes atomiques qui s’ablateront sur la Russie une fois la guerre déclarée détruiront les archives du camp d’Auschwitz.


Afficher les commentaires suivants