Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"À partir de Marx" : conférence de Francis Cousin à Nancy

21 juin 2014

Conférence de Francis Cousin donnée le 21 juin 2014 à Nancy sur le thème : « À partir de Marx – Pour une compréhension radicale de la crise du capital et pour l’abolition révolutionnaire de l’économie et de la politique. »

 

L’intervention de Francis Cousin :

 

Les questions du public :

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

106 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Conférence que j’attendais depuis un certain temps. MERCI à l’équipe d’E&R !

    Je laisserai un commentaire au besoin car l’apport de Francis Cousin à la réflexion sur les rapports de l’ETRE et l’Avoir sont capitaux .... c’est le cas de le dire !

    Revisiter Marx comme il le fait à la lumière de l’ETRE, belle avancée pour l’Esprit et les générations actuelles ! C’est du béton, relativement aux message évangélique, à la Gnose chrétienne et à l’ésotérisme de l’Islam.

     


    • C’est du béton




      C’est du monisme. Radicalement incompatible avec le monothéisme.


    • Relativement à la gnose "chrétienne", à la rigueur... relativement au christianisme, certainement pas.
      Toujours la même esbrouffe jargonante pour masquer les hiatus logiques.
      La critique de la matière en renonçant à prendre en compte l’apparition de la matière. Ce qui amène au fantasme de l’état de nature. Même état d’esprit (maniaco-depression), donc même absurdisme & même fantasmagorie que Rousseau.

      Le système à l’Etat pur : une critique radicale qui amène à l’incapacité de cette critique, par son nihilisme.
      Le gauchisme qui défend l’immigration est moins subtil que celui qui la critique en disant qu’on ne peut rien faire. Et tous est à l’avenant.
      Sa communauté initiale, c’est juste la gratuité dans la famille. Sa communauté de l’être, ce n’est jamais que le clan familial des sociétés primaires. Etendre le lien familial au-delà de la famille, bon courage. Malgé les efforts de Peillon ou Valaud-Belkacem... Toujours la même chose chez les messianistes, on vent une perfection fantasmagorique, ce qui tue le combat politique réel, dans le monde réel.


  • Francis Cousin est probablement l’un des plus grand connaisseur et penseur Francais de ,otre epoque sur l’œuvre de Marx


  • Marx, Freux et Herzl ne sont rien d’autre que la trilogie des chevaux de Troyes du Nouvel Ordre Mondial .
    Désolé mais je suis allergique à tout ce qui est issus de ces dégénérés, le socialo-communisme y compris.
    Parler de social uniquement par le prisme "Marx, socialisme, communisme" c’est comme offrir un brevet déposé sur le social au juif ultra bourgeois Karl Marx .

    Désolé mais quoi qu’on en dise, le socialo-communisme n’est pas une opinion politique, c’est l’apologie de crimes contre l’humanité.
    Le socialo-communisme est la forme politique la plus meurtrière de l’histoire de l’humanité .
    Personne ne réécrira les faits et rien que les faits.

    Les mouvements du nationalisme socialiste existent mais à mes yeux ils sont aussi paradoxaux que le "pauvre milliardaire" :
    Le socialo-communisme a été inventé par Marx dans le seul et unique but de dissoudre la bourgeoisie nationale au profit d’une bourgeoisie extranationale par le biais d’une lutte des classes inventée de toutes pièces.
    Rien de compatible avec la nation, à moins de faire un patchwork pour mutualiser sur une marque déposée juive "socialo-coco".

    Si Marx avait été honnête dans sa démarche, il aurait appliqué ses dogmes à sa famille ultra bourgeoise en tout premier lieu !
    Marx "petit père des pauvres" est aussi ridicule que "Liliane Bettencourt petite mère des pauvres" !

    Bien entendu j’ai écouté Soral disant que "seule la bourgeoisie a crée des concepts intellectuels, les gueux n’ont jamais rien crée".... J’en ai bien ri, d’ailleurs je continue encore d’en rire !
    Qui a dit que les ultra bourgeois laisseraient une tribune aux gueux, même Marx n’a jamais publié d’intellectuels pauvres.

    A défaut d’être un grand bourgeois intellectuel j’essaye au moins d’être "un pauvre ignorant" mais cohérent .
    Si on me demande de stigmatiser le nazisme avec 6 millions de morts supposés, on ne peut pas me demander de ne pas stigmatiser le socialo-communisme, son goulag et ses 150 millions de morts .
    D’autant que je me suis laissé dire que Staline & Hitler étaient tous deux socialistes .

    La seule et unique raison pour que le socialo-communisme n’ai pas été considéré comme un crime contre l’humanité est sa fonction originelle de destruction des états .
    Parce que dans les faits, aucune doctrine au monde n’a jamais été plus meurtrière de toute l’histoire de l’humanité !

     

  • Passionnant. Le fait d’avoir synthétisé sa pensée ne la rend que plus captivante. Et pour une fois, les questions du public sont d’un niveau cohérent avec celui de Francis Cousin.
    Sur bien des points, Francis Cousin croise le chemin de "Comprendre l’Empire". Une prochaine intervention sous forme de débat ou de questions/réponses dans le style match entre deux intellectuels serait bienvenu !


  • Conférence très intéressante mais j’ai toujours de la misère avec les solutions du genre ’’révolution internationale’’
    Il est évident que si tous les peuples du monde, en même temps, s’unifiaient contre le capital, ça règlerait le problème.

    Mais cette prise de conscience étant déjà pratiquement impossible à atteindre au sein d’un même peuple, je vois mal comment ça puisse se réaliser à un niveau planétaire.

    Sans vouloir être pessimiste, cette réflexion semble destinée à restée confinée dans des discussions philosophiques, et ne se matérialisera pas plus loin que dans quelques livres, livres qui ne seront probablement jamais lu par le citoyen moyen.

    Dans l’état du monde actuel, je ne pense pas qu’un retour aux source véritable soit collectivement possible sans un cataclysme épouvantable.

     

    • C’est justement ce qu’il explique….


    • @seber
      Vous avez raison, il développe d’ailleurs très bien cet aspect dans la période de questions que je n’avais pas encore visionnée.
      Ce monsieur est passionnant et je vais probablement acheter son livre.

      Cependant, je suis mitigé sur son avis sur les religions et les nations. Je n’idéalise pas non plus les peuples primitifs (indigène, amérindien, etc), bien que leur système de valeur était admirable sur certains points. Et ce courant de pensée prônant la fusion des nations humaines en une seule, sous prétexte qu’elles n’existent pas, me rend un peu perplexe.
      Mais bon, peut-être s’agit-il d’un manque de connaissance de ma part.

      Quoiqu’il en soit, merci à E&R d’avoir partagé cette conférence.


  • Absolument épatant ! Je connaissais déjà un peu le personnage et avais été séduit par ses idées sur le capital, mais là avec cette analyse de l’œuvre de Marx ... je suis sur le cul. Marx un génie précurseur, Francis Cousin un excellent pédagogue ! Merci beaucoup E&R.


  • Le point de vue "sacral" (spirituel et religieux quoiqu’il en dise !) à partir du matérialisme et du scientisme, niant de fait la transcendance !! des types gonflés j’en ai vu mais là c’est le pompon !!
    C’est absolument vicieux cette vision, très gauchiste en fait, je ne sais même pas si il est lui même au courant de sa dépravation mentale ... malgré le verni d’érudition et les diverses malhonnêtetés historiques ... le passage sur les chouans est très révélateur : rectification sur ces nombreuses élucubrations (il y en a trop !! néolithique hop ! Louis XVI hop !! là on a tout de même envie de rire !) Les chouans sont morts pour la vérité ! et ils en étaient conscients EUX ! Quand aux passages de l’évangile expliqués à travers le filtre de la matérialité, c’est simplement ridicule ! (1500 ans de théologiens ! et hop vl’a le Francis il va tout vous expliquer !!)
    A moins que Francis soit un leurre pour éloigner un peu plus encore les gens du dogme catholique ... un exosquelette de plus ...
    Comme le dit la célèbre encyclique, à partir du moment ou vous quittez le domaine de la révélation, l’intelligence est détruite : Voici donc l’un des plus bel exemple !

     

    • Ahhh...Une réaction saine ça fait plaiz...

      C’est exactement ce que je me disais. C’est une pensée habile, puissante et séduisante. C’est du Marxisme enrobé de panthéisme histoire de mettre la dragée aux religions et traditions les plus solides. Il horizontalise vraiment tout et contourne le cas Jésus avec intelligence. "Ne me touche pas car à présent je monte au père" quand jésus s’exprime de la sorte il fout en l’air toute sa théorie, mais quoi... un ascenseur ? Qui monte ? Où ça ?... A moins que ses apôtres aient été des agents de la marchandise marchandante qui marchandouille...Etc..

      A coté de lui Onfray fait figure d’éléphant dans un magasin de porcelaines.

      Pour le reste, c’est un excellent orateur et vulgarisateur de Marx, je l’écouterais des heures durant, il sort vraiment du lot.


    • je pense aussi la même chose. De toute façon je me méfie toujours quand quelqu’un ce met a parler religion sans être un prêtre ou un théologien. C’est aussi une critique que je ferai a Mr Soral quand il parle du Christ. J’ai fait une retraite spirituelle avec des enseignements théologiques avec un prêtre et j’ai découvert que c’est extrêmement riche et ce n’est pas des choses à prendre a la légère.
      Par exemple quand il dit que les juifs on tué Jésus c’est vrai mais c’était "prévu", sans sa il ne serait pas le Christ.


    • Alors la je suis pas d accord avec machin en raison du monolithe qu il veut nous affubler, mais que l église ait dénaturé la spiritualité est un fait, carottée par la matérialité même. En devenant une religion d état au départ on peut déclarer le Christianisme récupéré.

      Cela dit il ne faut non plus se focaliser su Jesus, il n est pas le seul martyr de sa foi, Ben Azzai et Akiva de même , car c est une lutte qui dépasse l histoire meme. Jésus a réussi a envoyer ses disciples pour avertir les nations, c est pour cela qu on le connais.

      Le "christianisme", le bien, cohabite avec son contraire depuis toujours.

      Mais la parole perdure malgré tout...


  • Extraordinaire... Merci à E.R . Merci Monsieur Cousin, merci Monsieur Soral.


  • Il faudrait voir plus de Cousin et moin de Finkie/BHL


  • Toujours un plaisir d’écouter de l’Intelligence.


  • Je ne connaissais pas. Quelle pertinence ! Cela va au-delà de la raison. ^^

    Vraiment enrichissant cela me fait penser à Michel Drac en terme de perception globale.

     

  • Les 5 dernières minutes sont exquises !


  • Un bon bain de culture et de sociologie historique profonde, rien de tel pour se coucher moins idiot. Merci pour cette conférence passionnante.


  • Prodigieux. Le monde était égalitaire et pacifique depuis la nuit des temps, et soudain, au néolithique, avec l’apparition de l’Histoire, les choses basculent (l’accident bête quoi). Le bon sauvage, nullement animé de méchantes pulsions, est perverti par la société capitaliste. L’envie, la jalousie, lui tombent subitement dessus, comme une chape de plomb. Les individus, très cons, doivent attendre l’arrivée de Marx pour comprendre qu’on les a abusé et que les identités, les religions, n’étaient que le fruit et l’instrument de l’aliénation. La glorieuse marche vers la lumière commence. La méchante parenthèse de l’Histoire peut se refermer. Enfin une analyse qui n’est ni manichéenne ni simpliste comme le sont les religions !

     

  • Ce monsieur est extrêmement intelligent et intéressant, incroyable !

    Cependant il me semble qu’il ne va pas au fond du problème. Il critique (a juste titre) les traditionalistes qui ont la nostalgie de la monarchie, de De Gaulle et autre, car ces étapes intermédiaires ont participé a la transition vers l’horreur actuelle.

    De la meme façon, ne peut-on pas dire que les communautés de l’être ne sont pas la solution non plus puisqu’elles meme ont évolué en sociétés de l’avoir ? Ces communautés de l’être portent donc forcement en elles les germes qui amènent au capital.


  • Le Marxisme est un matérialisme. Le matérialisme est un panthéisme.

    Si donc vous croyez en un Dieu distinct de vous et auquel vous avez à rendre des comptes, vous ne pouvez adhérer au Marxisme en aucune façon.
    Si au contraire vous y adhérez, alors vous adhérez de facto à l’idée que la surnature n’existe pas, que l’homme est fondamentalement bon car issu de la nature qui est divine, et que l’univers sensible existe nécessairement et éternellement (alors que l’expérience nous montre qu’il est contingent).

    Toute économie procède d’une politique, et toute politique d’une métaphysique !

     

  • Afin de ne pas être mal compris je le dis d’entrée de jeu cette conférence est passionnante. Malgré tout beaucoup de choses me chiffonnent là dedans. Par exemple sa description de ce que Marx entend par la communauté de l’être ne me semble pas crédible. En effet même dans les communautés de chasseurs cueilleurs il me semble logique de dire que des spécialisations existaient. On ne peut contrairement à ce qu’il déclare être "chasseur le matin pêcheur l’après midi et peintre le soir". Tout simplement parce que, surtout à l’époque, les femmes ne partaient pas chasser. On avait donc déjà une parcellisation sexuée des tâches. Certes certains domaine n’était l’apanage d’aucune caste en particulier (les guerriers notamment) et tous avaient des compétences bien plus étendues que nous n’en possédons actuellement. Mais il n’empêche que l’on voyait déjà poindre une structure sociale où certains produisaient un travail pour d’autres (les hommes chassaient et ramener leur proie pour les femmes, les vieux, et les enfants) qui le leurs rendaient par un autres travail (cueillette, entretien du feu, préparation des peaux ...). Je ne vois donc dans cette communauté de l’être que le démarrage de la société tout court.

    De plus même en partant du principe qu’il a raison sur ce point, une communauté de l’être va nécessairement effacer toute modernité, ce qui peut être bon je l’accorde. En effet pensez vous êtres capables de savoir comment vous soigner, construire une maison, maîtriser la mécanique, cultiver, tisser, réaliser des œuvres de travaux publique, vous battre etc... Non la modernité exige la spécialisation. Après on peut le vouloir mais ça c’est autre chose.

     

    • Les sociétés de l’avoir, si j’ai bien compris (lecture de son bouquin comprise), se caractérisent surtout par le fait de devoir produire des marchandises dans le seul et unique but de l’échange marchand.

      Dans une communauté de l’avoir, sans doute que les femmes s’occupent plus des gosses, et que les hommes sont plus à la chasse. Mais ni les hommes ni les femmes ne travaillent, ils subsistent juste à leurs besoins en produisant ce qu’il est nécessaire à la survie de la communauté. De ce fait, le "travail" d’une femme n’est pas réalisé en vue d’un échange avec le "travail" de l’homme, et l’inverse non plus. Les gens vivent naturellement, dans un rapport à la nature qu’il nous est sans doute difficile à imaginer tant nous sommes hors-sol depuis des générations.

      La seule chose que FC n’aborde pas, ou assez peu, c’est POURQUOI à un moment donné les échanges entre communautés ont finis par rebondir, pour "créer" les sociétés de l’avoir.
      A mon humble avis, la réponse tiens tout simplement de l’aspect démographique.
      Suite à un certain réchauffement climatique, et à l’évolution naturelle de l’homme, les humains sont devenus de plus en plus nombreux. De ce fait, les rencontres et les échanges ont été de plus en plus fréquents, amenant "l’avoir".
      C’est mon intuition du moins, peut-etre est-ce du à autre chose.


    • Tu as raison. Même dans les sociétés primitives de l’être il y a des spécialisations. Ceci est inévitable dans la mesure que chaque être humain étant différent il apparaît des dons et prédispositions particulières. Dans chaque communauté il y a celui qui a une connaissance profonde innée des plantes ou des animaux...tout naturellement il deviendra guérisseur ou chasseur...il y a celui qui a un don particulier pour le travail de la matière, cela sera le tailleur de pierre ou le constructeur de hutte...toutefois il est aussi vrai que l’hyper spécialisation n’existe pas dans les sociétés traditionnelles. Un mec qui ne sait faire qu’un truc et dépend des autres pour tout le reste cela n’existait pas. Le tailleur de silex était aussi capable de chasser, pêcher...il connaissait aussi suffisamment bien les plantes médicinales pour se soigner...mêmes nos paysans d’il y a seulement un siècle de cela étaient tous éleveurs, cultivateurs, apiculteur, forestiers, chasseurs, menuisier...


  • Ce cher Francis Cousin est sans doute l’être le plus exceptionnel que j’ai jamais entendu.
    Son bouquin peut paraitre lourdingue à lire, mais il est d’une subversion telle que même les dissidents que nous sommes ne peuvent pas imaginer avant de l’avoir lu.
    Incontournable, essentiel, fondamental


  • La critique des sciences qui au lieu d’ignorer (car ce n’est pas dans leur champ) dénient un savoir autre que rationnel est pertinente. Par contre Francis Cousin passe un peu vite sur l’usure. C’est un peu abstrait de dire que l’on ne peut rien faire et que tout va pêter tôt ou tard. Un monde sans usure serait quand même drôlement plus agréable pour tout le monde. Si l’avoir a mis des siècles à gagner sur l’être, le chemin inverse devrait être possible du moins en théorie.


  • objection sur la Russie et la Chine qui vont bien niquer le dollar pour le remplacer par l’or, si bien que les insurrections pour une société sans monnaie ni état n’auront aucun destin différent des autres tentatives : l’écroulement du dollar ne sera pas la fin du capitalisme,

    et perplexité aussi sur le mythe du bon sauvage primitif organisé en communauté ou tribu hippie du temps où la planète comptait 1 million d’habitants.

    Cousin semble vouloir faire de l’orgie insurrectionnelle un modèle de fonctionnement durable d’une société, par nostalgie de 1968 dont il tait les motifs des instigateurs, à un moment où les usa expérimentaient le lsd sur les français.

    Sa conception du sacral contre le sacré devrait faire bondir Pierre Hillard.

    Il évite aussi de dire d’où il vient, et d’où il parle.

    A son discours de communiste qui risque d’envoyer les gens au casse pipe, je préfère l’approche d’Etienne Chouart pour organiser l’après.

     

    • Vous faites erreur, Étienne Chouard (avec un d*), n’a pas compris Marx comme Francis Cousin l’a compris, peut-être parce qu’il croît que ce n’est pas le sujet principal, un peu comme vous visiblement. Mais réfléchissez un peu : si le système économique s’arrête, c’est-à-dire si les flux économiques s’arrêtent, et donc stoppent la machine capitaliste et ses échanges commerciaux : les zones dites civilisées ne vont pas le rester très longtemps !
      C’est très bien de réfléchir à l’organisation de la communauté (de l’être donc), comme le fait Étienne Chouard, mais le ventre vide, personne n’arrive à réfléchir ! Avant "d’organiser l’après" comme vous dites, il faut déjà que nous restions vivants ! Il s’agira de survivre, et ceux qui auront anticiper leur autonomie auront plus de chance de réfléchir aux solutions de Chouard pour "l’après" que la plupart des gens actuellement entassés dans les villes ! D’ailleurs c’est bien ce qu’à dit M. Soral dans sa dernière vidéo à propos de l’autonomie, si vous l’avez regardé !
      Bref, c’est une question de priorité : ce n’est pas le tirage au sort qui va vous nourrir le jour où les rayons seront définitivement vides, et que la faim commencera à se faire sentir pour vous ou votre famille ! Non ?


    • ne vous trompez pas, s’il y a chaos, ce ne sera pas par une défaillance de l’économie réelle car elle est réelle et ne disparaitra pas du jour au lendemain d’un coup de baguette magique mais d’une implosion du système monétaire et financier, qui n’est que virtuel et fondé sur la confiance (escroquerie) : d’un coup le circuit de la monnaie sera coupé. il suffit juste de rebrancher, de changer les règles du système monétaire et financier (un simple jeu d’écriture mais qui bouleversera la donne) par la constitution par exemple, (en tous les cas par des lois) et pour ce qui est de l’économie réelle, il n’y aura aucun changement, il sera alors temps de choisir son mode de société,
      détruire les maîtres de l’argent est aussi facile que ce qu’ils ont fait pour prendre le pouvoir légalement. c’est juste une question de volonté politique


  • Lorsque Jésus dit "Mon royaume n’est pas de ce monde", il ne fait nullement allusion aux communautés de l’être, contrairement à ce que prétend Francis Cousin, mais au royaume des cieux.

    La théologie catholique nous enseigne que le monde (contenant et contenu) a été construit par différentes catégories d’anges. Dieu leur a délégué sa puissance. Les membres des communautés de l’être en avaient peut-être conscience car les anges apparaissent parfois.


  • Extraordinaire !
    Cousin c’est du lourd ! La radicalité sans concession !
    Petites merdes que nous sommes, avachies, ramollies par le confort aliénant de la modernité avons parfois du mal à accepter le paradigme qu’il expose ! Remise en question de tout ! Ça dérange !
    Ce qu’il appelle décomposition c’est ce qui est aujourd’hui appelé progrès ! Plus le progrès avance plus la dégénérescence anthropologique de l’humain est profonde.

    Ce que Cousin appelle le savoir du "sape" en opposition à la science est ce qui a permis la construction de monument qui sont des impossibilités scientifiques : les pyramides d’Egypte, les édifices en Amérique du Sud...même en ayant recours à la pointe de la technologie actuelle et à tout l’outillage moderne on est incapable de reproduire la perfection de ces bâtisses.
    La pharmacopée traditionnelle (phytothérapie) est aussi une impossibilité scientifique et pourtant elle existe ! La connaissance précises des propriétés pharmacologiques des plantes sans avoir recours à la méthode expérimentale scientifique est scientifiquement impossible. Tout ceci dépasse tellement l’entendement de l’esprit aliéné à la modernité qu’il en vient à avoir recours à des histoires farfelues d’extra-terrestres qui seraient venus apporter aide et connaissance aux hommes...L’homme moderne est une pitoyable régression !

     

    • Je pense vos deux exemples mal choisis.
      Regardez la vidéo de fumenko : L’alchimie des pyramides. Celle ci me semble bien démontrer comment elles ont été bâties sans l’aide d’un raisonnement transcendant le nôtre mais au contraire ressemblant à nos techniques de construction.

      https://www.youtube.com/watch?v=Ziz...

      Quand à la pharmacopée elle n’est pas anti scientifique puisque dans la science (non pervertie par le capitalisme) l’expérience fait figure de loi. On teste une plante si elle montre des effets efficace alors elle est considérée comme efficace. Certes les entreprises pharmaceutiques et le bourrage de crâne médiatique ont imposé une autre vue, et le monde scientifique est désormais largement perverti, mais cela vient de la pourriture distillés par l’argent et l’idéoogie pas par les axiomes fondamentaux de la science.
      La médecine des plantes s’appuie sur la méthodologie scientifique : problématique (quelqu’un est malade),hypothèse (cette plante pourrait le soigner car j’ai vu un animal malade en manger et aller mieux) expérience (je lui fait prendre la plante), résultat (il guérit), conclusion (cette plante soigne la maladie).
      Ne confondez pas la science et l’idéologie actuelle qui s’appuie sur une fausse image de la science pour faire du fric.


  • Que c’est beau l’intelligence et la culture. Merci à E&R.


  • L’enjeu numéro un est donc de se réapproprier la terre nourricière (et donc la "petite Patrie fraternelle"), et de la partager.


  • Une conférence très intéressante, mais en même temps, je trouve que c’est ultra-dogmatique : tout est vu sous le prisme du marxisme (même Jésus).

    Aussi, j’aime pas ce truc d’aller chercher nos ancêtres les gaulois, les romains, les mecs de Lascaux ou les sioux. On a déjà beaucoup de mal à comprendre notre société actuelle, alors franchement, qu’est-ce qu’on en sait de comment vivaient les gens avant nous ? Il faut arrêter de fantasmer, d’idéaliser nos ancêtres, des les utiliser pour vendre son idéologie.


  • En réalité en Orient il y a toujours eu des "communaux". En Chine par exemple une terre non cultivée étaient traditionnellement communale. Les gens récoltaient du bois, des plantes médicinales, chassaient...il y avait aussi les vrais communaux cultivées en commun par la communauté villageoise. Ce n’est absolument pas spécifique à l’Europe. Selon moi le despotisme oriental est une fabrication idéologique fantasmée occidentale. L’immobilisme oriental est en réalité la conséquence d’un despotisme en fin de compte peu oppressif dans la vie quotidienne des petites gens et de ce fait neutralisait toute velléité révolutionnaire. La contestation radicale n’existait pas en Orient parce qu’elle avait peu de raison d’être ! Toutefois les révoltes paysannes chinoises ont été si violentes qu’elles ont mené à plusieurs reprises au cours de l’histoire à l’effondrement complet de dynasties impériales remplacées par de totalement nouveaux clans familiaux. Par exemple des dynasties chinoises ont eu pour fondateur des individus d’extraction paysanne ! (Dynastie des Han et des Ming) En comparaison la monarchie française a été beaucoup plus stable et beaucoup moins dérangée par ses révoltes paysannes que ne le furent les dynasties chinoises ! Toutes les révoltes paysannes françaises n’ont en fin de compte jamais permis de déboulonner la moindre dynastie royale, ce n’est que la révolte bourgeoise de 1789 qui y parvint ! Par ailleurs la révolution française fut-elle une révolution ? Il s’agissait plutôt d’une normalisation du pouvoir en évinçant une bonne fois pour toute la monarchie et l’Eglise dont le processus de décomposition avait débutée bien avant.
    La plupart des renversements des différentes monarchies chinoises ont été le résultat de révoltes populaires et/ou de rébellions internes d’une violence et étendue digne de la révolution française mais sans jamais entraîner un changement révolutionnaire de paradigme du pouvoir. Pourquoi ? Parce que les nouveaux maîtres même quand issus du petit peuple n’avaient pas idée de changer un système qui leur semblait marcher ! N’oublions pas que chaque dynastie ont connu des siècles de paix, de stabilité et de prospérité...les densités humaines hors du commun que l’on rencontre en Asie n’est pas seulement le fait de condition climatiques idéales mais c’est aussi la manifestation de sociétés harmonieuses, florissantes où les gens prospéraient, or quand tout va bien on ne se radicalise pas !


  • Il ressemble à Stephen King ! Sinon, "abolition de l’économie et de la politique"... hum hum. N’est-ce pas un peu ambitieux ? Est-ce souhaitable ! Allez, je me mate maintenant les 2h de conf, merci E&R !


  • Cette conférence ouvre plein de nouvelles perspectives.

    Mais Cousin n’est-il pas en contradiction profonde avec Soral ?

    Notamment sur la question nationale ?


  • J’ai l’impression que Cousin confond radicalité et soumission. Si il est exacte d’affirmer que la radicalité semble absente du monde orientale cela n’en fait pas pour autant des individus, peuples et civilisations soumis. Notons que la période coloniale occidentale a été en grande partie rendue possible en raison de l’extraordinaire avancée technologique de l’Occident sur le reste du monde ou en raison de la supériorité numérique sur les colonisés...ou en ayant profité de la décomposition de civilisation en fin de vie...et non pas purement en raison d’une absence de réactivité des colonisés face à l’envahisseur...

    Le facteur numéro de l’absence d’immigration de masse au Japon mais aussi dans toute l’Asie c’est parce que ce sont des peuples racialistes obsédés par l’harmonie sociale. Je vous garantie que là bas une politique d’immigration de masse telle que celle connu en Europe finirait en émeute populaire dans la plupart des pays asiatiques. D’ailleurs certains pays asiatique comme Taïwan ont une politique d’importation assez massive d’immigrés bon marchés en provenance de l’Asie du Sud est, mais ils travaillent sous des contrats à durée déterminées et logent dans des dortoirs. Il est inconcevable que le gouvernement taïwanais offrent une carte de résident permanent à ces 500 000 travailleurs étrangers et les autorisent à faire venir leurs femmes et gosses ! Il n’y a qu’en Occident où l’on peut mettre en pratique de telle politiques insensées sans que la population indigène ne bronche !

    A titre purement anecdotique je vis en Asie depuis près de 20 ans et mon ressenti est que dans le monde orientale les gens sont indiscutablement moins radicaux qu’en Occident toutefois je les trouve moins soumis au pouvoir ! Le politiquement correcte par exemple est beaucoup moins répandu en Asie qu’en Europe. En Chine par exemple personne ne respectent les règlements et normes casse-couille...il n’y a qu’en Occident où l’on voit les masses populaires se soumettre religieusement aux moindres normes, règlements, interdictions...qui leur sont imposés...vous ne pouvez pas imposer à des Chinois et faire respecter la moitié des normes que l’on impose aux Français !


  • très bonne conférence ! bravo et merci de partager votre savoir à la façon des chasseurs-cueilleurs :)


  • Un pastiche cette conférence.
    On commençait un peu à se sentir seul dans cette mouvance Dissidence/Résistance. Entre les traditionalistes, les cathos, les muslims, les juifs non-sionistes, les monarchistes/royalistes, les nationalistes etc etc etc.
    Voilà c est fait. Enfin un vrai marxien qui balaie du revers de la main tout ce folklore populo. Bravo monsieur Cousin.
    Un vrai Communiste parmi nous.
    Maintenant il faudrait des vrais anarchistes aussi.

    Sinon petit détail.
    Si on peut juste éviter les commentaires simplet du type :
    "Le communisme a tué 150 millions de personnes" ça peut un peu faire avancer le débat. Ou encore : "le communisme c est le mondialisme" et encore "Marx était juif" etc.
    Je signale au passage qu’on peut balancer le même baratin pour ceux qui ont tué au nom des fois, des sultans, de l’islam, du christianisme, du nationalisme.
    Ou balancer : l’islam c est le mondialisme. Ou le Vatican le capitalisme.

    Avant d’écrire faudrait écouter la conférence.

    Et lire Marx bon sang.
    Tout y est !

     

    • En fait on a pas envie de faire avancer le débat avec les communistes, apôtres de la laideur et de l’ennui, qui n’assume même les crimes de cette saloperie idéologique, c’est simplement une hérésie chrétienne de plus (partage, amour , bla bla ...)
      La charité exige que l’on détruise les derniers qui restent enfin qu’ils cessent de définitivement de polluer les âmes ...


    • On a pas envie de faire avancer le débat avec les communistes ?
      Je signale au passage que c’est au nom de l’Islam que des gens massacrent, tuent, torturent. Le fait qu’ils soient manipulés par des croyants ou non-croyants est une autre question.
      Au nom du christianisme on a foutu en l’air des cultures millénaires. Il me semble que le conquistadors n’étaient pas des communistes. Ni des Bisounours d’une association évangélique de quartier.
      Le judaïsme j’en parle même pas. Les mecs se proclament élu de Dieu.
      Bref, il doit y avoir débat d’idée en premier lieu. Ce que l’on fait, ce que l’on a fait et ce que l’on fera de ces idées c est une autre question.


  • Très intéressante conférence de Francis Cousin ! Des notions comme le "genos" et des philosophes comme les pré-socratiques Parménide d’Elée et Empédocle sont encore peu connues du grand public y compris dans la réinfosphère.

    Cependant il ne faut pas oublier à propos de Marx qu’il était, dans sa jeunesse, un adepte de Satan. L’a-t-il été encore par la suite ? Est-ce que cette foi en Satan a influencé ses oeuvres majeurs (Le Manifeste du parti communiste, Le Capital, Libéralisme et révolution, Critique de l’économie politique...) ? Est-il vrai qu’il a été "de mèche" avec les sphères mondialistes comme il l’est suggéré dans "L’interrogtoire de Rakovsky" (1937) ?
    Si oui, cela ternirait le monumental travail de Karl Marx malheureusement...


  • L’absence de radicalité en Orient ne vient-il pas du fait que jusqu’à récemment c’était des sociétés pré industrielles desquelles la servitude salariées n’étaient pas aussi répandu que dans l’Europe post révolution industrielle ? Par exemple jusqu’à récemment une société orientale typique étaient massivement composé de communautés paysannes, d’artisans et de petits commerçants en tout ou en partie propriétaires de leur moyens de production vivant leur vie chichement mais relativement librement. Par exemple un misérable chiffonnier en Inde, aussi crasseux soit il exerce librement son boulot. Il n’est pas salarié, il ne pointe pas à l’usine, n’a de compte à rendre à personne à part à sa femme et ses gosses, il est propriétaire de ses outils...N’est-ce pas la condition ouvrière qui a fait naître la radicalité européenne plus que la disparition des communaux ? D’ailleurs c’est au fur et mesure de la disparition du prolétariat ouvrier au profit de la tertiarisation de l’économie que la radicalité s’est émoussée ! Un chef de rayon à Carrefour ou un vendeur de forfait chez SFR n’est pas radical ! Aujourd’hui cette fameuse radicalité européenne ne subsiste que chez quelques intellectuels qui n’ont d’ailleurs jamais bossé dans une usine ! Ce n’est pas une minable pique ni un reproche que je voudrais envoyer à Cousin, c’est juste la réalité ! Dans le quotidien vous en rencontrez des masses des prolos qui se lancent dans des envolées lyriques sur la société de l’être, sur l’abolition de l’argent... ? 99.9% des gens sont des réformateurs, pas des radicaux.

     

    • Très intéressant Goy pride, je vis aussi en Asie depuis longtemps, en Chine pour être plus précis. Et je suis Francis Cousin depuis une bonne paire d’année, j’ai les mêmes questionnements que toi par rapport à ses remarques sur les peuples orientaux. Il serait intéressant que l’on puisse échanger de manière privée. Par contre je ne sais pas comment ça se passe avec la modération, ici étant ma première contribution dans les commentaires. En espérant pouvoir échanger nos contacts.


    • Le chiffonnier n’est pas à proprement parler salarié, mais il est esclave de la marchandise, tout comme le banquier.


    • Tout est d nouveau une question de vocabulaire. De la même façon que le capitalisme nous enferme dans son dictionnaire, l étude de Marx aussi.

      Non seulement le clochard, mais tout qui est vivant doit se substantiver, se couvrir, se trouver un toit ou pouvoir procréer en paix et en sécurité pour sa progéniture. Effectivement ce sera de la marchandise ou de la manne, on peut appeler de deux façons en fonction de la nécessité qu on en a. D ailleurs la marchandise est toujours méprisée quand on l a, mais quand on en a besoin on se dérange pour elle.

      A partir du moment ou les premiers gestes comptables ressortent de l interaction de deux groupes communautaires traitant sur un plan économique entre eux, avec le calculi, des boulier ou quoi, on peut presque dire que c est tout aussi naturel qu ancestral. Par extrapolation a la marge, alors c est la mondialisation qui a pour effet la marchandisation et non le contraire, une sorte de déterminisme dans lequel nous serions renfermes. Et cet effet est inarrêtable. Mais ce sont les valeurs sur laquelle cette mondialisation se construit, qui sont la chose plus importante. Annuler la monnaie, c est bien mais on fait comment, y a t il une proposition alternative viable, parce que si même en remontant aux cavernes il y avait du commerce... Alors le problème n est pas le commerce, mais le cadre moral dans lequel il s inscrit. Ces nécessités humaines tout a fait légitimes cela doit il nécessairement amener a la fabrication a la chaine d enfants jetables pour les plaisirs lubriques de quelques vieux croutons ayant détourné la nature bénévole du système ? Bien sur que non.

      Moi je vous propose de faire gaffe a ces visions monolithiques, si on suit sa logique on fonce dans le nihilisme. Je vois pleins de nihilistes et de personnes dont le discours au départ anodin, cache la semence d un désespoir qui se solde par l apathie, c est une des techniques de démoralisation des Services Secrets. La commune n a jamais existe puisque les premières interactions ont casse l aspect communautaire des relation a la faveur de relations d e change de biens et de services. C est d ailleurs comme cela que nous fonctionnons et il faut le faire sans fausse pudeur. Des relations commerciales peuvent se faire honnêtement ou pas, la est la question. Le mercantilisme de l argent roi, est simplement une perversion due a une conspiration malhonnête.

      Pour moi, et en l ayant bien écouté, j émet des réserves. Méfiez vous de Slavoy Sisek aussi.


  • #955528

    Merci beaucoup pour cette conférence,maintenant, j’ai une autre vision sur la pensée de Marx.
    Merci E&R (situé dans les régions françaises).


  • #955572

    Pensée de système, mais l’outil Marxiste est porté à un haut niveau et surtout honnête (on est loin de Krivine, Arthaud, Laguiller et de Besancenot), je pense qu’il est indispensable de lire Vere Gordon Childe ("naissance d’une civilisation" sur KK) pour compléter la réflexion surtout concernant la révolution néolithique.


  • Les deux faiblesses de la pensée de Cousin sont me semble-t-il de deux ordres :

    1/Une vision fantasmée du prétendu despotisme oriental et de la soumission atavique du "levantin" hérité en partie des orientalistes et philosophes francs-maçons de la période coloniale.
    Un immigré algérien des années 60 était soumis non pas par atavisme religieux, culturel...mais parce qu’il était illettré dans un pays étranger prestigieux et parce qu’il venait d’une région où un siècle auparavant la maçonnerie avait déployé toute l’étendue de sa barbarie afin de bien faire comprendre aux autochtones qui étaient les maîtres. Je n’ai jamais remarqué non plus une grande disposition à la révolte des immigrés portugais, polonais...il me semble que la plupart des immigrés arrivant en France jusqu’à la moitié du 20 ème siècle bossaient la tête baissée et fermaient leur gueule indépendamment de leur origine parce qu’en tant qu’étrangers ils étaient en position d’infériorité et parce que la France à cette époque inspirait le respect et intimidait...
    Cette construction idéologique occidentale du despotisme oriental est me semble-t-il la grande faiblesse de la pensée de Cousin. L’absence de pensée radicale en orient n’a rien à voir avec un despotisme particulièrement atroce qui aurait inhibé toute velléité de radicalisation émancipatrice. Sujet à creuser...

    2/L’erreur de croire que la spécialisation n’existait pas. L’égalité absolu est un fantasme ! Chaque individu a des caractéristiques biologiques, des prédispositions différentes et de cette réalité découle des tempéraments différents, des aspirations différentes, des talents différents. Donc si tout le monde maîtrisait l’essentiel à la survie ce n’était pas tout monde qui était doué pour la peinture, le travail de la pierre, la chasse, la guerre...dans tout groupe humain se dégage des individus ayant un talent particulier pour un domaine et deviendra une référence, un "Maître". Ceci est un fait indiscutable qui découle de la différence de tempéraments, d’aptitudes...entre les individus. De même qu’il est naïf de penser que dans les sociétés de l’être l’idée de compétition n’existait pas ! Les enfants aiment jouer à qui sera le plus fort, le plus rapide, le plus téméraire...même dans des environnements familiaux, culturels où on ne les incite pas à cela...et au même titre que chez beaucoup d’autres animaux dans la communauté humaine de l’être la compétition sexuelle existait !

     

    • D’ailleurs pour rebondir sur votre 2), Mr Cousin nous cite en exemple les sociétés Celtes et Amérindiennes. Mais ne trouvait-on pas dans ces communautés des druides et des shamans, ou est ce encore des représentations erronées de l’histoire officielle ?

      Parce que si c’était bien le cas alors on avait déjà dans ces communautés de l’être le germe de cette division par trois (j’ai oublié le nom qu’il lui donne) guerrier/producteur/prêtre. Excepté qu’au démarrage guerrier et producteur se confondaient encore.


    • votre réponse est emprunt du paradigme dans lequel vous n’arrivez pas à vous extraire, contrairement, à ce que vous explique avec beaucoup de talent, monsieur Cousin. prenez le temps de réécouter la conférence, lisez et relisez Marx et Hegel, puis relisez vous. votre approche aura probablement changée.


    • (Je suis d accord avec les deux objections principales, pas avec deuxième réponse a ces dernières)La je ne suis pas d accord je renvoie dos a dos ceux qui me renvoient a la Bible ou a Marx sans autre forme de procès, expliquez vous clairement et aisément et je vous écouterais. Ça veut dire quoi relisez Marx ? Vous l avez lu tout Marx vous, mis a part la suffisance ça reste gonfle. Prenez la peine d argumentez ou souffrez que l on vous confonde avec un idiot utile du système alternatif.


    • 1/ le fond doctrinale du capital est évolutif, il fut un temps ou il a eu besoin des nations : donc ces immigrés baissaient les yeux car ils savaient qu’il n’était pas chez eux (ancienne doctrine d’autodétermination des peuples), pour preuve qu’il avait "demandé" (en fait organisé mondialement) l’indépendance peu avant de sa patrie d’origine.
      Maintenant comme dit Drac le fond doctrinal est tout autre pour le capital devenu bien "mondialisé" : droit de l’hommisme et interventionnisme (d’ailleurs ça justice l’ingestion du capital des contestations radicales). Ca donne des gus qui se croient tout permis au nom des droits de l’Homme, au menu entre autre : l’immigration massive légitimée, la discrimination positive, la négation du souchien, mais aussi la Lybie bombée au nom de la démocratie contre la dictature...
      petite anomalie systémique : la nécessité d’un Etat hébreu dans un mondialisme :)

      Bienvenu au meilleur des monde pour le moment.


  • #955705

    souvent brillant, le Cousin, mais il m’énerve à vouloir à tout prix faire de Marx un épigone de Jésus. Je ne crois pas que ce soit le cas : le Christ parlait bel et bien d’un royaume des cieux" qui n’est pas de ce monde"...ensuite, il ne faut pas exagérer : les révoltes paysannes n’ont jamais fait trembler les monarchies européennes, loin s’en faut : en France comme en Allemagne, la répression, souvent impitoyable, sabrait dans le tas et tout rentrait dans l’ordre ; et d’ailleurs, les dites révoltes n’étaient le fruit que d’une réaction violente face au surfiscalisme imposé par le Pouvoir....quant à la passivité "endémique" des continents Africain et Asiatique, cela s’explique, sans doute, par une pression fiscale moindre ; il faut un minimum de raisons pour se révolter, et puis, n’en déplaise à monsieur Cousin, ces peuples-là n’ont pas lu Marx ( c’est une bonne chose d’ailleurs)...


  • J’ai adoré ! Sujet essentiel ! Merci !

     

  • A 7mn dans la deuxième partie il dit que l’Orient et l’Asie n’ont jamais fait de critique radical du pouvoir et de l’argent.

    Il semble qu’il ai oublié l’épopée Perse et l’histoire moderne de l’Iran... dommage. Je désespère de voir cette occidentalo-centrisme à tout les étages.

    Appart cela j’ai adoré la conf. Sujet essentiel !

     


    • l’Orient et l’Asie n’ont jamais fait de critique radical du pouvoir et de l’argent.



      L’Occident non plus. Pas plus que l’Iran.

      L’interdiction de l’usure est d’origine divine et le communisme est juif.


    • #958674

      @Vlad
      Tu te trompes, il en parle en partie dans les questions/réponses. De plus, il dit bien que tout système de hiérarchisation ou projet de civilisation est en soit un processus du capital qui vise à détruire davantage la société de l’être. Quant à l’Iran, c’est un système totalement capitaliste dans son fonctionnement, il n’a jamais été question d’y supprimer l’argent. Les inégalités entre riches et pauvres y sont les mêmes qu’ailleurs. La seule différence, c’est qu’ils se réclament d’un système plus traditionnel, mais déjà véhicule du capital, où ce dernier n’avait pas encore tout détruit. Mais dans les faits, la seule différence entre l’Iran et l’Europe, c’est qu’ils n’ont pas le mariage homo et le féminisme pour l’instant...encore que pour ce dernier ils n’en ont pas eu besoin pour intégrer massivement les femmes au salariat.


  • J’ai noter un grand point de désaccord entre ce que dit M Cousin et le cercle Proudhon.

    Monsieur Cousin dit l’homme pré néolithique, le barbare, est plus humain que le civilisé.
    Le cercle proudhon acquiesce que la civilisation est née dans la douleur mais que cette contrainte était nécessaire. Un mal pour un bien en quelque sorte.

    Finalement je suis divisé. En tout cas Monsieur Cousin est toujours très intéressant. Merci.

     

    • L’opposition vient certainement de la taille des communautés humaines, entre les petites tribus du paléolithique supérieur (400 individus au plus, généralement moins de 100) et celles du néolithique ou la mise en œuvre de l’élevage puis de l’agriculture aboutit à un regroupement autour d’un bourg, schéma que l’on conservera dans ses principes jusqu’à nos jours. Cette nouvelle organisation qu’on appelle "civilisation" est concomitante de l’apparition de la marchandise dénoncée par Marx, axe de la conférence. Le renversement produit pas Marx rétablit le sens des mots dénaturé par le renversement opéré par la société née de la marchandise... Il est vrai que cela ne facilite pas la compréhension si on n’a pas bien pris note du début...
      De la même façon, si cette évolution était en quelque sorte inéluctable, on peut la qualifier de mal inéluctable plutôt que nécessaire car tout démontre qu’on s’en serait bien passé ! Quant à savoir si on pourra la dépasser, vaste question comme disait l’Autre !
      Il n’y a donc pas de contradiction fondamentale.


  • Très pertinent ce Francis Cousin ! Je recommande très fortement "L’oligarchie et le sionisme Partie 2" pour les personnes souhaitant comprendre le système dans sa globalité et dans les détails ainsi que les actions à mettre en oeuvre dès maintenant pour s’en sortir... P.S : la première partie est disponible sur Youtube et cette deuxième partie s’inscrit bien entendu dans la continuité de la première. Merci l’équipe ! VIVE LA RESISTANCE !


  • conférence passionnante. Ce que F. Cousin nous dit sur la pensée du "tout" me paraît absolument essentiel : on est là confronté à une pensée radicale, celle du grand large, des grands espaces, pas à une petite pensée analytique à la petite semaine qui n’analyse qu’un petit pan de la réalité.

    Autrement il y a plusieurs "marqueurs" qui montrent que ce penseur est vraiment un tout bon (pour ne pas dire un géant) : excellent positionnement sur Dieudonné, les attentats étatiques (11 septembre, etc.), la question juive...

    Rien que sur ces points on peu les compter sur les doigts de la main les philosophes actuels qui voient un peu clair et qui ont un peu de courage. Ce sont des marqueurs qui permettent de démasquer très rapidement les escrocs (99.9% de la clique merdiatique et mierdasophique). Et F. Cousin n’en fait de toute évidence pas partie. Merci à lui pour sa synthèse exceptionnelle, sa lucidité et son courage.


  • Francis Cousin est excellent, captivant même, et il est clairement le tout meilleur sur la pensée de Marx.

    Mais on a quand même un petit problème, puisque si l’unité de la communauté primale et sacrale est l’alpha et l’oméga du bien être, hors toute perversion de l’avoir marchand, c’est quand même bien d’elle-même que provient la brisure, la cassure et la division (on sait désormais que cette brisure n’est pas venue de l’extérieur du monde Indo-Européen exclusivement composé de communautés de genos sacral).

    Or, Karl Marx nous dit que ces communautés et leur mode de fonctionnement produisent des conflictualités qui ne peuvent jamais atteindre un point tel par leurs contradictions que cela aurait amené à la transmutation dissolution du groupe.

    La dissolution par division a pourtant eu lieu, et provient bel et bien du cœur même des communautés dont il s’agit, c’est absolument indéniable.

    C’est pourquoi je reste plutôt Proudhonien que Marxien.

     

    • Exact, je pense aussi selon la thèse de Bernard Maris et de bien d’autres que le commerce extérieur et/ou la guerre entre les différentes communautés primales et sacrales de l’être ont précédé le commerce à l’intérieur de celles-ci, libérant soit des interdictions existantes ou bien surgissant par contact au milieu d’inexistants d’intention (puisque les différences factorielles de développement – ressources géographiques, etc.. ne sont pas nécessairement des divisions humainement intentionnelles).

      On peut d’ailleurs reprendre les pré-socratiques puisque Francis Cousin nous y invite en citant par exemple Héraclite : « Tout nait de la lutte et de la nécessité » (où se situe donc la belle et généreuse entraide ?), ou encore Empédocle et Parménide qui, s’ils établissent bel et bien l’unité de l’être n’en constatent pas moins corrélativement la réalité d’un monde des multiples illusions, des apparences et du non-être.

      En ce sens les matérialistes présocratiques sont à la fois les pères de l’athéisme matérialiste, mais également, et on l’oublie trop souvent, les pères de l’idéalisme puisque doutant nécessairement que l’unité puisse se maintenir, ils ne cessent d’en critiquer la déperdition et la dégénérescence de substances par devers les multiples expériences faussées et falsificatrices de nos propres consciences.

      Parménide est aussi le père de l’idéalisme puisqu’il professe que le monde de notre expérience, le devenir, les genèses et les destructions ne sont que des apparences. Il pense que l’expérience du devenir et du multiple est illusoire, elle n’est qu’opinion. Alors que la vérité, sa vérité, est l’Un, sa propre doctrine de l’un, est incréée et éternelle.

      Les filets sont dès lors tendus, et les pièges du dualisme ainsi posés, les multiples n’ont qu’à bien se tenir. Omettant ainsi, qu’à cette période les communautés de genos sacral, sont bel et bien multiples.


  • #957722
    le 07/09/2014 par Indépendances nationales
    "À partir de Marx" : conférence de Francis Cousin à Nancy

    Absolument passionnant, clair, pédagogique, lumineux, et j’en passe ! Avec (pour une fois, il faut le noter) des questions aussi intelligentes que les réponses !

    C’est d’autant plus méritoire pour les organisateurs, qu’ils devaient se douter qu’une telle conférence secouerait les monothéistes-traditionnalistes, qui (sans le savoir peut-être) sont déjà dans l’ère de l’avoir. Et simplement offusqués par son évolution logique après un stade qu’ils idéalisent parce qu’ils ne l’ont pas connu ("Quelle merveilleuse période que celle du servage !" nous dit Marion Sigaut, qui à l’époque, aurait été davantage derrière des fourneaux que devant un public...).

    Ce qui est peut-être un peu désespérant, c’est qu’une fois qu’on a compris, on est moins con, mais on se doute que le billet composté au néolithique était un aller simple, et qu’il n’y aura probablement jamais de retour général aux communautés d’avant l’aliénation par la Marchandise et ses sbires (la technologie, l’Etat et la religion).

    On peut (doit) toujours essayer de freiner le train, mais on sait qu’il ira quand même dans l’abime...

     

    • #958916

      Dites donc, vous, vous auriez la gentillesse de dire où vous avez entendu ou lu que j’ai dit ou écrit une connerie pareille ?
      Profitez-en pour donner votre nom, histoire d’assumer publiquement votre calomnie.
      Votre nom, votre profession, bref, votre identité, vous savez, comme font les courageux qui s’engagent et pas les petits cons anonymes derrière leur écran.
      Mais moi, je dis ça...


    • Y confond servage et esclavage... comme la plupart des gens d’ailleurs puisqu’on ne leur a jamais défini l’un et l’autre !
      Et cela se comprend bien puisqu’on en viendrait obligatoirement à la définition du salariat...
      Les schémas intellectuels à postériori sont passionnants, mais il faut savoir conserver quelque distance et ne jamais les épouser. Ainsi le Politique ne fait pas partie de l’aliénation "inéluctable" de la marchandise mais est une nécessité imposée par toute multitude, donc le fruit indirect du réchauffement post glaciaire du Würm qui engendra par étapes logiques l’accroissement numérique des populations humaines !
      Le train va là ou le mènent des hommes. Si on veut filer la métaphore ferroviaire, on peut aussi descendre en marche (ouille !) ou l’arrêter en gare, volontairement ou par faute d’énergie motrice... C’est la bassesse humaine qui rend la catastrophe inéluctable, et les jugements derniers des religions n’en sont eux aussi que des métaphores. On peut aussi en déduire qu’il faut mieux avoir un Jésus Christ aux commandes de la motrice que l’un des innombrables allumés dont nous sommes peut-être tous, à des degrés divers...
      Oh digressions !


    • #960249
      le 09/09/2014 par Indépendances nationales
      "À partir de Marx" : conférence de Francis Cousin à Nancy

      Je reconnais, chère Madame, que j’aurais dû ajouter "en substance". Mais si je me suis trompé sur votre message général, j’aurais attendu autre chose que de me faire traiter de "petit con" et aurais plutôt apprécié un lien vers un texte ou une déclaration orale où vous expliqueriez que si vous critiquez la révolution capitaliste bourgeoise, ce n’est pas pour autant que vous regrettez le féodalisme. Si un tel contenu existe, je reste intéressé.

      Au reste, mon intention n’était nullement de fustiger les nostalgiques de l’ancien régime (qui quoi que vous en pensiez vous-même, constituent sans doute le gros de votre public), dont je comprends très bien la démarche psychologique face à l’horreur contemporaine. L’idéalisation du passé et l’envie de retourner en arrière, si elles sont (comme le dit Francis Cousin) illusoires, sont très compréhensibles.

      Je voulais juste saluer le courage du groupe E&R Nancy d’avoir invité un conférencier critique de TOUTES les formes de "sociétés de l’avoir", c’est à dire de toutes les formes d’exploitation du travail, y compris le régime "traditionnel", c’est à dire féodal, fondé sur le servage (pour "Capitaine" : https://fr.wikipedia.org/wiki/Servage) et le monothéisme.

      Si ce couple servage-monothéisme a été remplacé petit à petit par le couple salariat-progressisme (religion du dieu Progrès), c’est bien sûr d’abord parce que la bourgeoisie manufacturière a objectivement peu à peu supplanté la noblesse propriétaire terrienne dans la création de richesses ; mais c’est aussi parce qu’une partie croissante du peuple a préféré vendre son travail sur un marché qu’être rivé à une terre.

      Aujourd’hui, le salariat-progressisme est à son tour contesté par un nombre croissant de personnes (parmi celles qui n’ont que leur travail à vendre). Mais vers quoi vont-elles se diriger majoritairement ? :
      - un retour vers des "sociétés de l’avoir" antérieures (servage-monothéisme ou esclavage-polythéisme) ?
      - un bond encore plus grand vers de nouvelles "communautés de l’être" ?
      - ou bien une nouvelle forme de domination de la Marchandise, qu’avec leur formidable capacité à digérer toute contestation, nous concocteraient les élites mondialisées pour après la "grande catastrophe" ?

      Qui vivra verra.


    • Ce qui "secoue les monothéistes-traditionnalistes" c’est qu’autant de monde acquiesce à cette communauté de l’être présentée comme une réalité historique alors qu’elle est un pur fantasme émanant d’un a priori hégélo-marxo-évolutionnisto-gnostique non-démontré.

      Et si ce postulat se révélait faux, alors toute la pensée de Francis Cousin le serait également.

      La vraie question est donc : Quelle est la bonne métaphysique ? Monothéiste ou gnostique ?


  • Comme dirait Valérie : "merci pour ce moment".


  • #957849

    lorsque Cousin évoque les stratégies de diversion, notamment Robespierre et Hébert, il me fait très plaisir : j’ai toujours vu Robespierre, St Just et les autres comme l’avant-garde de l’avant-garde, chargée d’anticiper les mouvements de révolte populaires, puis de les réprimer- après les avoir présentés comme laxistes, donc traîtres à la Révolution...


  • Voilà qu’on se met à réhabiliter Marx dans ce qu’il a de pire : Le cosmopolitisme.
    N’oublions pas que cet individu est enseigné dans les universités les plus prestigieuses, tout simplement parce qu’il a théorisé la stagnation des profits infinis du kapitalisme et par là il a donné quelques solutions à ce même capitalisme pour s’en tirer encore et toujours.
    De toute cette oeuvre je ne retiens que 3 bouquins : Le manifeste, la question juive et l’oeuvre commune avec Engels, bien plus intéressant. Pour le reste ce ne sont que des conseils aux banquiers et d’autres conseils aux "révolutionnaires" qui vont asservir le monde.

    N’oublions pas les basses manoeuvres de juif que Marx a accompli durant sont opposition avec Bakounine et les anarcho-syndicalistes pour le pouvoir à l’intérieur de la 1ère Internationale. Son oeuvre concrète, dans la réalité, aura été destructrice envers le mouvement ouvrier naissant. Il voulait déjà à son époque créer les bases d’une bureaucratie talmudique qui dirigerait le monde ouvrier.

    Toutes ces théories fumeuses de la Révolution déifiée, mystifiée, qui va nous emporter pour créer un nouveau monde, telles que Cousin les décrit, ne sont que du rabâchage gauchiste. J’ai comme cette sale impression de revenir 40 ans en arrière et écouter tous ces profs d’université prêcher la révolte. Leur poste étant garanti à vie, ils ont pu prendre leur retraite tranquilles. La révolution n’a pas eu lieu. Et tout d’abord : Pourquoi faire ?

    Apporter des solutions concrètes. Développer des réseaux. Créer des alternatives aux dégâts de l’école, de la santé et des idées pernicieuses, voilà un beau programme ici et maintenant... Où est-il Cousin ?

     

    • #958725

      Vue ton dernier paragraphe, tu ne te place pas du tout dans le même paradigme que lui. Quand tu demandes "Où est-il Cousin ?" il t’a déjà répondu sur tes solutions concrètes. Et je pense que la réalité va plus dans son sens que dans le tien. Tes réseaux et tes alternatives ne verront jamais le jour de quelles que manières que se soient. Car même si elles venaient à prendre de l’importance, elles seraient récupérées et digérées par le capitalisme.


  • Excellent essai de synthèse heideggero-marxienne. Comme quoi les avertissements de Heidegger contre "l’oubli de l’être" et "l’arraisonnement de la nature" -deux menaces létales pour l’humanité- sont marxo-compatibles, plus même : n’acquièrent leur intelligibilité absolue que grâce aux concepts marxo-hegeliens. Ce que montre -brillamment- F.C..
    Pressé de définir le communisme, Marx avait dit : "Le communisme est le mouvement réel qui abolit l’état de choses existant". En effet, comme dit F.C. : "Tout doit disparaître !".
    Et tout disparaîtra.


  • #958715

    C’est sans doute la meilleure conférence que j’ai pu voir. Ma vision des choses en sort enrichie.


  • bravo pour la lucidité Mr cousin, c’est une conférence de haut niveau
    juste une question :
    jésus était un oriental, comment expliquer son insurrection communeuse ? en voulant rétablir la communauté de l’étre .


  • #959207

    ne pas applaudir s’il vous plaît ! il y a du bon et c’est plaisant !


  • Excellent Francis Cousin (comme d’habitude) ! Espérons que les praticiens du Logos radical comme lui auront encore la parole quand E&R aura commis l’erreur de devenir un parti politique (si vraiment ça finissait par se faire)...


  • Excellent, comme d’habitude ! Très dense, et pas toujours facile à suivre - c’est de la qualité pure !

    Merci à E&R Lorraine pour la mise en ligne.


  • Pas trop compris en quoi la vassalité des sociétés marchandes permettrait à la puissance réelle du capital de perdurer en l’ état... N’ y a t-il pas une contradiction sémantique entre la domination réelle et donc concrète et cette vassalité différée dans le temps et donc virtuelle ????
    Bon je me visionne très vite la seconde partie j’aurais peut-être la réponse à ma question...


  • très intéressant ce Monsieur, grâce à lui, je ne confonds plus communisme et bolchévisme ni Marx et Marxisme, du coup je me suis commandé son livre !


  • Tres radical mais tres intéressant, le monde d’aujourd’hui serait la conséquence logique de la création de la monnaie et des états, c’est plutôt déprimant et dur a entendre pour moi qui suis patriote, mais ca se tient.
    J’aurais aimé poser cette question a Mr Cousin :
    Il doit penser que la contagion de la société de l’être serait globale.Admettons qu’après la crise 95% s’y convertisse, si il subsiste 5% de la population qui continue de vivre dans une nation capitaliste matériellement et donc militairement supérieure, tout ce dont il parle ne servira a rien. Je crois qu’il est utopique de penser qu’on puisse anéantir totalement l’esprit "marchand", il fait parti de nous, la communauté de l’être me semble incapable de l’empêcher de ressurgir.
    Tout ca me fait beaucoup penser au film elysium.


  • Bonjour,
    Francis Cousin est très fort et certaines de ses analyses sont très pertinentes surtout en ce qui concerne l’opposition radicale Etre/avoir.
    Par contre l’erreur fondamentale qu’il commet est de penser ou de croire que les "communautés de l’être" n’avaient pas de rapport direct avec la Transcendance. Si évidemment les hommes primordiaux au sens guénonien du terme n’avaient pas de religion et donc en quelque sorte une "gestion du sacré", c’est justement parce que la relation avec la Transcendance etait direct chez eux.
    L’autre erreur presque impardonnable cette fois-ci, c’est de penser que la jouissance "pure" au sens où Monsieur Cousin l’entend serait un retour aux origines. Vouloir jouir humainement amene inévitablement à un désir plus grand de jouissance et ceux qui seront le plus touchés par ce processus mental seront ceux qui mettront en place justement la société de l’avoir croyant que posséder plus les améneront forcément à encore plus de possibilités de jouissance.
    La pureté d’une jouissance humaine se trouve dans le détachement de cette jouissance et dans la compréhension symbolique profonde de l’acte amenant à cette jouissance ; caractéristiques que possédaient les hommes primordiaux et qui se sont perdus progressivement "provoquant" une dégénérescence de plus en plus grande ; C’est le meurtre d’Abel.
    Son analyse sur le Christ frise carrément la malhonnêteté ; "Notre Pere qui êtes AUX CIEUX"...."la chair n’est capable de rien" ..."Je ne suis pas venu abolir mais accomplir (La Loi)". Il faut arrêter de voir les Evangiles à travers le prisme de ses constructions mentales artificielles.
    F.Cousin connait René Guénon mais n’y a véritablement rien compris mais alors rien du tout.
    Sans vouloir le commander, il faudrait qu’il se tape l’oeuvre complète de ce dernier et de Frithjof Schuon aussi, au lieu de relire Le Capital 2* par an.
    A part ça l’homme est très appréciable mais selon moi sa conception de l’homme est très dangereuse.

     

    • #961917

      - c’est justement parce que la relation avec la Transcendance etait direct chez eux

      C’ était donc une immanence , non ? C’ est exactement ce dont il parle …


    • La transcendance distingue Dieu de l’univers.
      L’univers n’est pas divin mais créature, il est un être contingent qui doit son existence à l’Être qui est Dieu. (monothéisme)

      L’immanence confond Dieu et l’univers.
      L’univers est Dieu, il est le tout de l’Être (panthéisme, matérialisme, gnosticisme, "éternel retour", etc.)

      Bien entendu, dans la conception monothéiste, puisque l’univers a besoin du support permanent de Dieu pour exister, Dieu est de fait partout et, pourrait-on dire, immanent. Mais jamais il ne se confond avec sa créature.


  • FS insiste sur la radicalité du Christ et en déduit que le christianisme aurait de ce fait été la moins néfaste des religions nées dans les sociétés de l’avoir. Sauf à inclure l’islam dans un christianisme originel qui serait dés lors un terme générique, il oubli que cette radicalité de Jésus, les musulmans y souscrivent également. Avec l’avantage, s’agissant des formes modernes de ces mêmes religions, d’ avoir moins de ces intermédiaires aliénant entre l’homme et le Divin.
    Parler d’un Dieu autre s’agissant là encore de l’islam c’est le méconnaitre puisque nous recevons tous le souffle divin dans le ventre de nos mère à un stade précis de notre évolution.
    Ceci dit au-delà de cela on passe un bon moment à écouter cette conférence au contenu dense, proposé par un homme à l’expression très plaisante et très fluide. Chapeau !!


  • Je suis pas vieux et j’ai connu les foins et j’ai fais le bouvier en estive, que c’est reposant, les belles prairies fraîches, les beaux ruisseaux, le soleil tapant. Et quoi en échange, nuls zeuros, on aide l’oncle et en fin de journée on goute les meilleurs fromages et sauciflards.

    Bon c’était une région de France avec comme on dit une structure familiale communautaire.
    Mais le capital détruit rapidement, le lait exquis est mélangé avec le lait presque OGMisé en coopérative, l’UE offre des aides à l’endettement pour mettre les vaches en ""stabulation et moins dehors, on arrête pas le progrès.

    Oui il faudrait vraiment une convergence catastrophique pour faire vivre ce que les tous jeunes d’aujourd’hui n’ont pas idée, la civilisation serait anti humaine, leur montre Apple c’est des conneries.

    Faut se prendre une grande claque pour avoir le mauvais sang et y penser
    https://www.youtube.com/watch?v=cfX...


  • René Guénon (pérennialiste gnostique) comme les marxiens (communistes égalitaristes idylliques) n’ont qu’un seul but, l’édification du mythe de la tradition primordiale comme panacée de l’humanité... soit le New Age. On baigne dans le mondialisme luciférien.
    Le christianisme n’est pas seulement une religion, c’est LA religion révélée par Dieu lui-même. La vraie tradition se trouve dans la Révélation, ce qu’on appelle tradition primordiale n’est qu’une tradition purement humaine et donc purement satanique. Personne ne se sauvera sans reconnaître Notre Seigneur Jésus-Christ comme sauveur de l’humanité. Toute la supercherie mondialiste consiste à envoyer un maximum d’âmes en enfer, si ça ce n’est pas la plus haute injustice (vous les gauchistes qui n’avez que le mot injustice à la bouche)...
    Les pseudos intellectuels comme Francis Cousin ne sont que des faussaires et des suppôts de Satan, leur philosophie est fausse car elle ne philosophe jamais sur la mort et sur l’après, qui est la vraie vie. Ils concentrent tous leurs efforts à diriger vos pensées vers l’immanent, le "ici et maintenant", soit le paradis terrestre. Il faut nous détourner de Dieu par tous les moyens et ça Francis Cousin s’y attelle bien, en ce sens il est ce qu’il croit dénoncer, un pur moderniste à tendance satanique. Écoutez le, c’est le meilleur moyen de vous damner.
    On est loin du mystique monseigneur Delassus, ou du plus récent Louis-Hubert Remy.


  • Francis Cousin contredit Jean-Claude Michéa lorsqu’il dit de ne pas applaudir :pour Michéa les applaudissements relèvent de la logique du don :
    http://www.youtube.com/watch?v=R1L7...

     

    • Très bien vu. Michéa considère les applaudissements comme quelque chose de bien en soi, de sincère, sans remarquer que c’est issu d’une forme de pensée particulière qui dépend de ce qui n’est pas du domaine du don. Les spectateurs n’applaudissent pas gratuitement, et si on va plus loin, les spectateurs n’applaudissent pas lorsqu’ils applaudissent. Parce que leur conscience n’a pas de prise sur ce qu’il se passe réellement lorsqu’ils le font (valeur -> réification des rapports sociaux -> hyperréalité). Ce sont donc des applaudissements du point de vue de celui qui applaudit, mais en réalité c’est autre chose.


  • #980020

    Quelle affligeante orgie de sophisme ! Des propos d’une telle inanité me laissent pantois. Cet homme n’a-t-il jamais travaillé dans sa vie ? Sur quelle planète vit-il ? Pardonnez-moi mon language, mais ne s’est-il jamais "mangé un pain dans la gueule" ? Comment certains adhérents de ER ne peuvent-ils pas distinguer dans ce charabia libertaire l’hystérie meurtière d’une communauté de laquelle sont issues les trois-quarts des pseudo-références intellectuelles de ce monsieur ? Déjà, cela devrait donner à réfléchir. A partir de Marx... pour en finir avec lui.


Afficher les commentaires suivants