Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Alain Soral – D’où vient l’idée d’égalité ?

- « D’où vient l’idée d’égalité ? »

Alain Soral répond aux questions de Pierre de Brague
à propos de Comprendre l’Époque !
Un entretien de haute volée découpé en huit parties.

 

(Si vous rencontrez des problèmes avec la lecture de la vidéo Lbry, privilégiez les navigateurs Chrome et Firefox !)

 

 

Les trois premières parties, sur E&R !

À ne pas manquer, sur E&R :

 
 

Livres de Alain Soral (79)




Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

73 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Merci Monsieur Alain Soral, C’était une jouissance absolue. Vous avez tué tous les parasites qui squattaient l’espace des commentaires par leur bave d’ignorants ambulants. Là, il y a du Nivel. Respect. Je fais un don.


  • #2685632

    L’égalité est diabolique par essence puisqu’elle mène à l’atomisation de la société ; des êtres absolument égaux entre eux n’existent plus. L’individu , ou ce qu’il en reste, se satisfait alors de la conscience d’un poisson rouge dans son aquarium, un individu sorti de l’histoire dont les journées succèdent les une aux autres et dont l’aboutissement logique est le salaire universel et les soirées télé devant Netflix ; nous y sommes.

     

  • #2685635
    le 15/03/2021 par Gerbert d’Aurillac
    Alain Soral – D’où vient l’idée d’égalité ?

    Soral a raison de mettre en relation étroite l’idée d’égalité entre les hommes et celle de l’autre égalité, très différente, qu’il y a dans le traitement que font de la réalité les sciences modernes. L’abstraction égalise… Mais il ne faut sans doute pas voir dans la tournure d’esprit scientifique moderne le principe, l’origine, la source ou la matrice de l’idée d’égalité des hommes. Cette tournure d’esprit des « sciences dures » est simplement un renfort décisif qui vient à l’époque actuelle à l’idée d’égalité, parce que cette idée est en affinité avec les modes de raisonnement qui se sont progressivement imposés depuis quatre siècles, en toutes choses, à nos esprits européens. C’est ce qui explique l’actuel succès hégémonique de cette idée (succès souligné par Soral : on serait mal vu si l’on protestait contre l’égalité en tant que valeur) qui est dans la mentalité actuelle comme un poisson dans l’eau, qui lui est même en quelque sorte homogène. Mais ce n’est pas ce qui explique sa naissance ni sa durée. Cette idée d’égalité, et les aspirations ou sentiments qui l’accompagnent et probablement la précèdent, sont en effet beaucoup plus anciens que les manières modernes d’envisager le monde. D’ailleurs, bien avant l’esprit scientifique moderne, le christianisme avait déjà donné à ces idées, aspirations et sentiments un notable coup de main, d’où un certain nombre d’explosions égalitaristes, telles par exemple que celle présente dans le hussitisme et dans d’autres hérésies médiévales.


  • Articuler l’idée d’égalité politique avec celle d’équation mathématique est très fécond.
    Dans la grande Grèce classique, la géométrie primait sur le calcul ( le calculus des anglo-saxons, alias calcul différentiel et intégral) qui n’est au fond que de la comptabilité.
    En géométrie, c’est-à-dire dans les vraies mathématiques, la notion d’équation n’a aucune signification, le signe = est totalement dépourvu de sens.
    Ce n’est pas ici le lieu pour développer plus avant toutes ces idées faute de place, cela dit je félicite A.Soral pour son travail de recherche qui me semble promis à un grand avenir.

     

    • #2685774

      "la somme des angles d’un triangle est égale à deux droits."
      c’est dans les Éléments d’Euclide pourtant.


    • @Pasquale
      Votre remarque est certes pertinente mais la vérité issu de l’équation " la somme des angles d’un triangle est égale à deux angles droits" est purement tautologique, elle ne crée pas du savoir nouveau, on pourrait dire aussi bien que la somme des angles d’un carré est égale à quatre angles droits, ce que l’on pourrait écrire en mode équationnel de la façon suivante, en reprenant les deux énoncés ci-dessus :
      somme des angles d’un carré = 2 X somme des angles d’un triangle
      Reconnaissons qu’on n’est pas tellement plus avancé avec le 2ème terme de l’équation si on le compare au premier et vice versa.
      Tout ça pour dire quoi au fond ? simplement ceci : la science ne consiste pas à formuler des énoncés tautologiques, ce qui équivaudrait à faire du sur-place jusqu’à la fin des temps, ce qui serait passablement ennuyeux et décourageant, mais bien plutôt à rechercher les fondamentaux du réel physique qui s’inscrivent dans la temporalité, autrement dit dans l’histoire, c’est-à-dire dans la non-répétition de ce qui est déjà advenu.
      Encore merci pour votre remarque car elle m’a obligé à me creuser la tête pour y répondre.


    • Euh, cette propriété du triangle n’est certainement pas une tautologie... Ne pas confondre théorème et tautologie : la tautologie est le résultat d’un "effet de langage" (jugement analytique dirait Kant). Dans le cas du triangle, il n’y a aucun moyen de connaître la somme des angles en bricolant la langue : il y faut une démonstration géométrique (facile).


    • "la géométrie primait sur le calcul ( le calculus des anglo-saxons, alias calcul différentiel et intégral) qui n’est au fond que de la comptabilité."

      Oui enfin le calcul différentiel a été inventé par Newton et Leibniz (même si on en trouve rudiments chez Archimède) donc forcément les grecs ne le pratiquaient pas. Sa base est d’ailleurs plutôt géométrique : il s’agit de calcul de "tangentes" rendu possible par les coordonnées de Descartes.

      Le calcul comptable était appelé "logistikon", sans grand intérêt effectivement.

      Et il y a encore l’algèbre, inventée principalement par les Arabes (on en trouve des rudiments chez DIophante). A l’ouest : les grecs et les égyptiens étaient plutôt dans les figures — à l’est : les mésopotamiens, les arabes et les indiens étaient plutôt dans les chiffres.

      Ce n’est pas parce que le grec ne pose pas d’équation qu’il ne connaît pas l’égalité !!!
      Tout l’esprit grec est hanté par l’équilibre et l’égalité.
      Bon courage pour formuler le théorème de Pythagore — ou exprimer le concept de nombre d’or — sans cette idée.
      La sphère, grande idée grecque : tous les points à égale distance d’un centre.

      D’ailleurs, entre parenthèses : c’est des grecs que vient la "technique" kabbalistique de guématria : eux l’appelaient isopséphie (nombre de cailloux égal). Ils ont emprunté l’alphabet aux sémites, mais ils l’ont perfectionné en y ajoutant les voyelles et en "nombrant" les lettres.


  • #2685662

    L’idée " d’égalité " à tout va vient d’une technique qui consiste à détourner vôtre attention , pour mieux vous emmener en bateau ... et vous arnaquer la gueule ...

    Comme des pick-pockets à la foire du trône ... ( et pour faire simple )

     

  • #2685667

    La bonne question, c’est : dans quel but, l’égalité ?
    l’égalité induit l’uniformisation des caractères et des êtres, et l’infantilisation de tous. Ainsi au milieu d’une société d’êtres atomisés et sans conscience, une petite élite conservera la conscience d’elle-même et régnera sur des esclaves mène pas conscients de l’être...


  • Bonjour,
    Est-ce que quelqu’un saurait ce qu’est la « tradition intégrale » de Julius Evola qu’Alain Soral a évoquée dans la vidéo, s’il vous plaît ?

     

  • #2685687

    Oui, mais alors pourquoi le terme égalité dans le nom de l’association ’Egalité et Réconciliation’ ?

     

  • Afin de pouvoir les étudier les traditions philosophiques extrême-orientales distinguent rigoureusement les différents outils d’appréhension de la réalité dont disposent les êtres humains. Il y a les outils "matériels" : cognition (mental, intellect..), instinct (entretien du corps physique, réactivité, vitalité,..) et les outils " spirituels" : sensibilité, emotions, sentiments, intuition, empathie,creativité etc...
    Les plus complets et holistiques de ces outils étant selon ces traditions les outils sensibles et sensitifs puisque l’intellect et la cognition ne permettent de comprendre que le quantifiable, le maîtrisable mentalement donc le rationnel et donc finalement le matériel (limité aux perceptions de nos sens physiques). Dit autrement la réalité multidimensionnelle et spirituelle, ou réalité divine, ne serait vraiment accessible qu’avec le "cœur", ce que tous les sages de toutes les traditions ont toujours affirmé. Et donc pour en venir au sujet développé ici par AS et proposer une perspective, le déséquilibre et l’inversion généralisés des valeurs par l’egalitarisme forcené viendraient finalement de la mise en avant, puis de la main-mise de l’outil intellectuel au détriment des autres. L’intellect (matériel donc materialiste par essence ) et son pendant l’outil mathématique ont progressivement évacué des sociétés le rapport naturel et salutaire à la transcendance. La peur de la mort résultant de l’identification unilatérale au corps terrestre matériel elle induit de fait la volonté et la necessité du contrôle. Or seul ce qui est rationnel (selon la définition généralement admise) est éventuellement contrôlable.. D’où, j’y reviens, la dictature moderne du materialisme. La vrai conscience en conséquence, ou encore la sagesse, toujours selon ces philosophies Orientales (Védas, Mahabarata, Upanishads..), serait dans l’équilibre de nos différents outils d’appréhension, chacun ayant comme dans la loi naturelle la même valeur absolue. Et la sagesse évidemment nous emmene bien plus loin que cette soi-disant mort qui terrifié tellement nos intellects que nous sommes apparemment préts à trahir notre nature profonde héritée du divin, donc à trahir Dieu. Eh bien retrouvons nos couilles et regardons la mort en face bordel, tous le reste en découlera !!

     

    • C’est exactement le commentaire que je voulais écrire. Pour la tradition orientale l’intellect est un "scalpel", avec ses avantages et ses inconvénients (notamment l’extrême discrimination et l’impossibilité d’atteindre la compréhension globale).

      Merci


    • #2686248

      De quoi parlez vous ? C’est tellement abstrait, votre truc, qu’on n’y comprend rien ; c’est totalement inopérant dans le réel. Les philosophies orientales sont destinées à un public oriental. L’Occidental ne peut trouver aucun charme à votre charabia...


    • @Système C’est pourtant très clair et écrit avec des mots simples. Si vous ne comprenez pas ce que vous lisez ce n’est pas un problème de culture occidentale ou orientale. Et je me demande comment vous pourriez comprendre les livres de Soral qui utilisent encore plus de mots compliqués pour vous.


    • #2686404

      Robert... ce n’est pas la matière qui mène le monde mais bel et bien les idées ! Un téléphone portable n’est qu’un outil au service de la communication ( téléphonie ) et de l’image ( réseaux sociaux). Les Occidentaux ne sont pas matérialistes puisqu’une belle voiture, de beaux vêtements, de l’argent...ne servent qu’à valoriser le Moi.

      Votre charabia oriental ne peut séduire qu’un public indien ou Asiatique, pas un Européen...


  • Le mode contemporain ne s’est pas axé sur une raison de descartes basée sur l’empirisme de la Certitude car justement le système dans son évolutive de gabegie, n’est que la casse des codes, codes qui eux même ne sont que axiomes des constatations évidentes.
    Apres est ce que un Loup de Wall Street ou toutes démonstrations du monde Occidental connu depuis l’advenance du 19 eme siècle dans la plus grande part dédiée à la pluri-diffusion ( cad sans la magnificence authentique fondamentale de Progrès à la suite continue scientifique) est elle raison d’égalité par le raisonnement scientifique ? Non, c’est de la merdouille de sciences indirectes avec le déshumanisme desharmonieux.


  • #2685759

    C’est à ça que l’on reconnait une Vérité : une fois révélée elle parait toute naturelle et s’impose comme une évidence.


  • #2685762

    Costaud le sujet... Il va y avoir des pertes... Autant comprendre l’Empire il n’y a pas 1/3 des français capables d’en saisir la portée, mais alors là comprendre l’époque si dans 10 ans 1/1000 ème des français en font quelque chose dans leur propre rapport au réel alors ça sera déjà une immense victoire "g.......e" pour l’âme des français qui seront parvenu à leur propre réapropriation de l’Esprit du monde.

     

    • #2686010

      Autant je suis d’accord sur « costaud le sujet » de l’actuelle parution (plus de philo), autant je trouve que vous prenez pour des cons les gens de base (mais vous êtes sans doute doté d’un solide intellect...). Je trouve que Comprendre l’Empire (lu, relu, annoté) s’adresse « à la multitude » et que même le plus con d’entre nous (dont votre serviteur) peut y trouver son compte. D’où son succès d’ailleurs « malgré le silence des offices ».
      Aujourd’hui seul un vaniteux freluquet pense encore encore que plus on est entouré de cons plus on brille (voir Castex, Véran...). Votre mépris a quelque chose d’en marche.


  • La seconde guerre mondiale était une guerre de visions du monde (Weltanschauungskrieg) qui a opposé la logique abstraite des Lumières et le vitalisme des contre-lumières (romantisme allemand entre autre). C’est la bourgeoisie des Lumières qui a gagné.
    En a resulté la technocratie froide, l’informatique, l’immigration de masse (homo economicus remplaçable) et maintenant l’intelligence artificielle.

     

  • #2685809
    le 15/03/2021 par Arcésilas de Cyrène
    Alain Soral – D’où vient l’idée d’égalité ?

    Alain Soral était déjà au dessus du lot en terme d’analyse mais il a encore franchi un cap.
    Jusqu’où va t il allé ? Je me le demande.
    Je regrette profondément sa suspension de VK qui était le seul lien me permettant de le contacter.
    Alain Soral est quelqu’un de très disponible qui répondait ou mentionnait comme vu chacun des mes messages personnels.
    Il me manque beaucoup.

     

  • Je ne sais pas où Soral veut en venir, et quelle est l’etendue de sa critique ou de son eventuel rejet de la notion "d’égalité".
    Il faudra lire le livre.

    Mais bon c’est un sujet difficile, on ne peut pas juger à l’emporte pièce :
    l’egalité oui ou non ?
    Et de quoi parle t’on ? De l’egalité réelle ? de l’idéal d’egalité ? des dérives de l’égalitarisme forcené ?

     

    • Je vais essayer (modestement) de répondre à votre question. L’égalité des Lumières, celle de la République signifie l’égalité devant la Loi avec la suppression des 3 ordres de l’Ancien Régime : clergé, noblesse, tiers état. Avec l’apparition du socialisme au XIXéme siècle, il s’agit de l’inégalité devant l’argent : les riches et les pauvres avec l’impôt comme effet redistributeur. Au XXème siècle, il s’agit de l’égalité des chances : croissance, ascenceur social, études, fonctionnaires etc. Au XXIème siècle, il s’agit de l’inégalité de discrimination entre groupes humains : hommes et femmes, diversité dans les quartiers, orientations sexuelles. L’inégalité est le propre de l’Homme dans le sens ou la recherche de l’égalité est le moteur d’un objectif inatteignable !


    • #2685977

      En faisant un petit effort, tu aurais déjà une bonne partie de la réponse à ta question :

      https://www.egaliteetreconciliation...

      Mais pour ça il faut chercher à savoir, pas demander que ça tombe tout cru !
      C’est ça aussi la misère de l’égalitarisme, la dictature du moindre effort...
      AS.


    • #2686068
      le 15/03/2021 par Aymard de Chartres
      Alain Soral – D’où vient l’idée d’égalité ?

      La numérologie kabbaliste est d’ordre symbolique et ne peut se comparer à la science mathématique nécessitant l’intelligence raisonnée de l’homme se situant en dehors de tout champ symbolique et extravagant.

      L’abstraction juridique du concept d’égalité n’a nul besoin de la mathématique pour exister si ce n’est l’usage déraisonnable de l’axiomatisation appliquée à la notion formaliste de l’égalité en tant que donnée prédicative issue d’un jeu à composante juridique.

      C’est un peu comme la lutte antiraciste dans le jeu découle d’un ensemble de règles où les acteurs du jugement et de la poursuite déterminent au cas par cas la géométrie qui va s’y appliquer.

      Les mathématiques sont les outils de l’intelligence qui offrent des possibilités infinies en termes de jeux de l’esprit.


  • #2685844

    L’égalité homme-femme, on sait d’où çà vient, on sait ce que cela donne, et on sait où çà nous conduit .
    Avec l’égalité hétéro-homo on franchit encore une étape supplémentaire.
    La recherche de l’égalité est un prétexte à légiférer sur tout et sur rien, toujours dans le sens de la restriction des libertés et du contrôle sociétal, et de la destruction de l’ordre naturel .
    Liberté-Egalité c’est la griffe satanique de la franc-maçonnerie sur le fronton de la république .
    La graine a mis du temps a germer et s’épanouir, et on voit aujourd’hui ce que cela donne en France ... un peuple s’en transcendance et veule.
    Et nous seront bientôt tous égaux dans la soumission à des "entités" occultes .

     

  • #2685858
    le 15/03/2021 par L’abbesse du Taud de Profy
    Alain Soral – D’où vient l’idée d’égalité ?

    L’égalité telle que définie aujourd’hui dans la constitution est juste une rhétorique pour les nigauds.
    Au premier jour on écrit : « Tout être humain doit être traité de la même façon par la loi”. Super ! Génial ! Merci Chouard… !
    Le lendemain, on fait une loi qui définit 2 sortes d’êtres humains : les conducteurs de véhicules à moteurs et les piétons et que les piétons n’ont pas le droit de marcher sur l’autoroute et vice versa.
    Le 3 jour : une nouvelle loi dit que les camionneurs et les caristes ne doivent pas rouler sur la file de gauche…et les automobilistes dans la file des taxis
    Le 4 eme jour : une loi dit que les automobilistes ne peuvent aller sur les emplacements handicapés
    Etc. de telle sorte que au 7 eme jour, à force de « divisé », on déballe la centième ramette de papier, pour écrire une loi stipulant que Dieudonné et le Pr Faurisson ne peuvent ni rouler sur l’autoroute, ni marcher sur le trottoir, ni se garer, ni s’asseoir ! .
    Moralité : le règne de la marchandise crée le divisé , le divisé crée l’inégalité et pour s’en défendre le Kapital crée le concept d’égalité


  • L’égalité est une notion mathématique
    qui appliquée au sport comme
    dans le sociétal donne un résultat nul.
    L’équité est une valeur plus subjective.


  • Francis Cousin a déjà parlé de tout cela dans son livre "Critique de la société de l’indistinction".

     

    • #2686195

      Je demande à lire les citations précises !
      AS.


    • #2686963

      Bonjour Mr Soral, vous allez bien ?

      Si je peux me permettre, malgré des points de divergences avec Mr Cousin, je considère votre logiciel comme procédant de la recherche de la Vérité, ce à quoi sous-tend aussi Mr Cousin et la raison qui fait que je me refuse de vous mettre en opposition avec Francis comme le font certains petits trolls à l’existence fade.

      Mr Cousin a effectivement parlé de l’égalitarisme de la bourgeoisie en s’appuyant sur le livre de la Question Juive de Karl Marx que j’ai lu grâce à votre maison d’édition ; certes pas avec vos mots mais le fond est le même. Égalité de la Quantité bourgeoise qu’a exprimé Mr Cousin en filigrane, idem pour la liberté et la fraternité. Le droit des lumières marchandes...

      Alors certes, j’apprécie énormément Mr Cousin et j’ai tendance à penser que la tri-fonctionnalité à pour nécessité d’être dépassée mais je suis un homme loyal et je reconnais tout l’énorme apport intellectuel que vous avez eu sur moi et sur nombreuses autres personnes et je vous soutiendrais de fait encore de nombreuses années malgré ce point d’achoppement.

      Vive E&R et longue vie à Vous !


  • ben la au moins j’ai compris...le precedant sur la logique que dalle...et avant pas trop non plus

    ca fait plaisir a 4 sur 8 de se sentir moins con aha

    merci Alain cet espoir donné a mon petit cerveau


  • #2686033
    le 15/03/2021 par Aymard de Chartres
    Alain Soral – D’où vient l’idée d’égalité ?

    Je vais sans doute aucun passer pour un imbécile ou une bécassine, mais je ne vois pas en quoi les mathématiques qui sont une science fondamentale pure et dure dont l’essence consiste à travers l’intelligence de l’esprit de dénouer des problèmes complexes en relation avec des objets réels ou abstraits dans les différentes disciplines du champ des mathématiques. Les grandes déclarations solennelles prônant l’égalité virtuelle en droit et non en fait ne sont en vérité que des trompe-l’œil ou des vues de l’esprit retorses se jouant de l’ignorance, de la naïveté, de la confiance ou de la bêtise des gens le plus souvent issus du bas monde (je le dis sans aucun mépris, quel qu’il soit) puisque l’égalitarisme théorique dont il s’agit est habilement rangé dans un sac de nœuds joliment décoré sous la forme d’un système de droits, instrument privilégié du pouvoir et de l’autorité publique, et qui tend à faire accroire à la poursuite de l’équité et de la justice sociale distributive.

    Les mathématiques sont en soi neutres et l’utilité qu’elles possèdent à l’égard de l’homme et de la quête de ce dernier tendant à la poursuite de l’exactitude, de la vérité en en définitive de l’absolu, ne reflète qu’un désir d’accomplissement personnel. L’économie politique ou sociale n’est point une science, hormis l’économétrie qui vise à mesurer des grandeurs via des outils spécifiques aux fonctions.

    Il ne faut pas incriminer les mathématiques qui relèvent de la pure science des connaissances formalistes et mesurables en ordre de grandeur et dont la dimension philosophique est probante et certaine.

    Un ancien taupin qui a croisé le chemin du professeur André Warusfel

     

    • #2686192

      Tu ne vois pas, oui.
      Mais en lisant humblement le livre, en suivant son plan et la progression de la démonstration, tu auras peut-être une petite chance... Courage !
      AS.


    • Je suis tout à fait d’accord avec le fait que les mathématiques sont à la base une discipline pure, un langage constitué de néologismes définissant des entités parfaitement abstraites/imaginaires et pouvant être totalement détachées de toute réalité mesurable. Il y a ainsi tout un tas de domaines mathématiques complètement détachés des réalités physiques/matérialistes humaines (par exemple de manière élémentaire un espace mathématique dans lequel deux droites parallèles finissent par se rejoindre).
      C’est l’utilisation d’une partie importante du langage mathématiques pour décrire le monde perçu/élaboré par l’homme qui en fait par assimilation/réduction une science de la quantité (on utilise alors des unités de mesure). Il est alors juste d’utiliser le qualificatif de mathématico-physique.
      Il me semble à moi aussi que les mathématiques vont en fait bien au-delà, et permettent d’imaginer/atteindre des abstractions magnifiques parfois totalement contre-intuitives et n’ayant aucun lien avec le règne de la quantité.


    • #2686250

      Ben non, les maths c’est très abstrait ! Les maths existent d’abord dans l’esprit humain avant d’être appliqués concrètement dans le monde réel..,


    • Aymard, le probleme des mathématiques est le meme que le reductionisme ou l’empirisme : ce qui commence par etre une epistomologie devient progessivement une ontologie.
      Par exemple : l’observation empirique est un moyen de comprendre le monde, mais n’est pas l’essence du monde... mais la science en a fait une ontologie, elle est devenu essence du monde ("n’existe que ce qui est observable", ce qui mene a la fin de Dieu, entre autres).

      Les mathématiques c’est pareil : c’est du logos mais ce n’est pas le cosmos... or, on en a fait une ontologie, et on est tombé dans la philosophie analytique de Wittgenstein, ou dans le scientisme de Dawkins et compagnie, la rigidité de la technocratie moderne et l’intelligence artificielle.
      L’essence du monde ne peut se reduire en des mathématiques, et les maths ne peuvent saisir la réalité organique du monde.


    • #2686467

      Ce n’est pas parce que l’éducation nationale ne sait pas enseigner les maths autrement que de manière déconnectée du réel qu’il faut le prendre pour argent comptant. Un peu d’histoire des mathématiques montre que dans 99% des cas les théories et théorèmes sont engendrés par la nécessité de résoudre des problèmes bien concrets. Prenons le fameux théorème des droites parallèles sécantes à l’infini, repris plusieurs fois sur ce site pour, soit disant, démontrer la propension des maths à s’abstraire du réel : il n’est valable qu’en géométrie projective ! Pas en géométrie plane, celle que tout un chacun s’imagine. Or la géométrie projective n’a été développée à l’origine que pour capturer la notion de perspective que nous expérimentons avec notre vision tous les jours ! Qui n’a jamais vu des rails de chemin de fer en ligne droite (donc décrivant initialement des droites parallèles) finir par se confondre en un point (donc se croiser) à l’horizon ?
      Quant à considérer que les mathématiques ne sont pas à même de capturer la dimension qualitative du monde : quid de l’algèbre de Boole qui est la fondation de l’électronique et dont l’ensemble de définition 0, 1 représente l’absence ou la présence de courant (notions pourtant qualitatives) entrant ou sortant d’un composant ?
      Ne serait-ce pas plutôt le traitement arithmétique (qui n’est qu’un sous-domaine des mathématiques) du monde, qui d’ailleurs naît de la valeur marchande (comptabilité liée à la gestion/l’échange du bétail, des récoltes ...), qui est à l’origine de cette nécessité d’égalité ? Les échanges se devant d’être égaux en valeur sinon une des deux parties se considère lésée. La valeur marchande s’étendant ensuite à tous les domaines de la société par un phénomène de contamination bien identifié par la pensée Marxiste.
      Au fond, j’en viens grosso modo à la même conclusion que vous, à savoir que l’égalitarisme contemporain provient d’un traitement technique de toutes les dimensions de la société/vie humaine et s’oppose donc à la vision traditionnelle qui la réfute.
      Mais la nature de cette technique me semble être déterminante, et incriminer l’ensemble des mathématiques être un raccourci audacieux.
      Peut-être que le livre donne plus de détails sur ce point ?


  • Tellement en écho avec ma dure journée... Me confronter sans cesse à cette vision égalitariste est une souffrance infinie. Les valeurs par les valeurs ! Vite ! Une merde ne fera jamais un chevalier.


  • #2686103
    le 15/03/2021 par Goetz von Berlichingen
    Alain Soral – D’où vient l’idée d’égalité ?

    Excellente analyse
    Cela donne envie d’acheter le livre


  • #2686118

    « D’où vient l’idée d’égalité ? » : A mon sens, c’est assez clair, non ? Il faut niveler les différences avec les hôtes. C’est pas ça ?


  • Je crois qu’il faudra revenir à l’équité comme le dise les religions depuis des millénaires,on fait que tourner en rond dans ce monde ,hélas !


  • " Les lois mathématiques sont égalitaires parce que universelles , il ne peut y avoir deux poids deux mesures dans le monde mathématique " . Si l ’instrument est universel comment s ’ensuit - il l ’égalité politique de ses utilisateurs ? quelqu ’un peut -il développer ?


  • #2686329

    Excellent et trés juste. Alain pose sur la table trés clairement cette aberration.


  • #2686402

    Pour traduire la pensée d’Alain en d’autres mots, la bourgeoisie et ses complices ont, sur la société humaine et son fonctionnement et pour leur propre intérêt personnel et égoïste, posé, appliqué et substitué un concept matériel à un qui était spirituel et parfaitement naturel. La vie humaine devant normalement avoir pour principal but l’émancipation spirituelle (ou réalisation spirituelle) et cela, tous les Écrits Révélés dans le monde le confirment, la société humaine elle-même tout entière devrait fonctionner sur ce même principe et être en conséquence globalement orientée vers cet aboutissement pour chacun. Une telle société est effectivement basée sur une inégalité de principe. Inégalité qui n’existe néanmoins que dans ce bas monde. Le monde spirituel (ou monde reél de Dieu) étant le monde où tout le monde a atteint la perfection spirituelle, il est par définition et par excellence le monde de l’égalité parfaite entre les êtres, dans la différence et la variété, cela va sans dire. Et néanmoins aussi dans la différence surtout quantitative entre Dieu et nous, différence qui, aprés analyse approfondie impossible à faire ici, ne présente aucun inconvénient pour ceux qui ne sont pas eux-mêmes Dieu. Une société théocratique et monarchiste étant spécifiquement conçue pour mener chacun à cette perfection spirituelle ou pour, du moins, les aider à cela, son inégalité de principe mène donc en fait, à terme, à l’égalité parfaite. Et il est donc logique et parfaitement vérifiable qu’au contraire, l’égalité de principe établie faussement par le pouvoir mercantile aboutisse à court, moyen et long termes sur une inégalité de fait de plus en plus criante et injuste. Le souci est que l’on est parvenus à attacher les gens beaucoup plus à une égalité de principe et donc théorique qu’à une égalité de fait, un jour. C’est le même processus trompeur qui est employé avec le concept de démocratie qui est décrit partout comme étant la prise de pouvoir du Peuple ( une simple idée) alors qu’en fait, elle l’en éloigne toujours plus. Faire donc avaler à tout le monde, et toujours plus, d’énormes couleuvres indigestes est par conséquent, en réalité, le principe fondamental de la démocratie.

     

    • #2686492

      Ceci étant, pour considérer l’égalité ou l’inégalité des gens, il convient aussi d’étudier cela dans sa totalité et dans le cadre des différences, elles-mêmes pas forcément synonymes en soi d’inégalité (en valeur). Peu importe par exemple que des U15 masculins aient ou pas battu un jour l’équipe du Brésil féminine de football. Si en boxe, un poids mouche a été 8 fois champion du monde, 3 fois champion d’Europe et 12 fois champion de France et un poids lourd une fois champion Drôme-Ardéche, quel est le plus grand boxeur des deux ? Pourtant si le poids mouche est confronté au poids lourd, il a toutes les chances de perdre, seulement à cause de la différence colossale sur le plan physique, ce qui en soi ne fait pas toute la valeur d’un boxeur, trés loin de là. Est-ce que cette défaite ultra probable de ce poids mouche face à son adversaire remet pour autant en question l’appréciation de valeur émise juste avant ? En conséquence, il convient de baser ses raisonnements sur un ensemble de critères le plus complet possible et pas de se fier à des apparences trompeuses et simplificatrices.


    • #2686646

      @ De Bonald



      Une société théocratique et monarchiste étant spécifiquement conçue pour mener chacun à cette perfection spirituelle ou pour, du moins, les aider à cela, son inégalité de principe mène donc en fait, à terme, à l’égalité parfaite.




      Non, les royautés archaïques sortent d’une égalité de fait et produisent de la différenciation, c’est-à-dire à la fois l’inégalité et la paix. L’égalité est le modèle archétypique de la violence : tous les violents originaires sont frères et mêmes frères jumeaux. La destruction et l’égalité sont coextensives : plus l’égalité grandit plus la violence menace et plus la violence se déchaîne, plus l’égalité grandit. Le moment de l’égalité parfaite, c’est Verdun.



      Et il est donc logique et parfaitement vérifiable qu’au contraire, l’égalité de principe établie faussement par le pouvoir mercantile aboutisse à court, moyen et long termes sur une inégalité de fait de plus en plus criante et injuste. Le souci est que l’on est parvenus à attacher les gens beaucoup plus à une égalité de principe et donc théorique qu’à une égalité de fait.




      C’est complètement faux, le pouvoir mercantile auquel les masses adhèrent hystériquement (voir les ruées de black friday) produit, avec l’adhésion des masses, une égalité de fait que l’on avait même jamais imaginée. La société de consommation a effacé toutes les différences de classe, et aujourd’hui de sexe et d’âge, elle a égalisé de fait, égalisé dans la vie la plus concrète.


    • #2686833

      De Maistre...... "les royautés archaïques sortent d’une égalité de fait et produisent de la différenciation, c’est-à-dire à la fois l’inégalité et la paix." Je ne te comprends pas.......Les monarchies sont au contraire issues ou reposent si tu préfères dés le départ sur une inégalité de principe, institutionnelle et aussi de fait. Si tu es né noble, tu n’es dés le départ pas considéré comme égal à un roturier, presque par décret nous dirons. Et cela entraîne automatiquement aussi une inégalité de fait car cela aura une application concrète. Pour cela et pour ton deuxième point, je t’invite à réécouter Alain qui dit comme moi. Peut-être ne m’as-tu pas bien compris ou m’as-tu lu trop rapidement. ?


    • #2686837

      De Maistre.....pour " le pouvoir mercantile ", je me suis certainement mal exprimé. Je voulais dire : le Pouvoir exercé par la classe mercantile à savoir la bourgeoisie et les banquiers etc.....


  • Merci Mr Soral,
    Qu’est ce que cela fait du bien de remettre
    les Choses à leur place respective.

    On sait, d’après les historiens sérieux, que les premiers hommes ont inventé le chiffre avant
    la lettre. Compter les têtes de bétail et les sacs de blé etait un besoin essentiel pour se remplir le ventre. Pour ce qui est de la tête il faudra attendre l’invention de l’écriture du côté de la Mésopotamie.

    N’assiste t’on pas aujourd’hui à une régression forcée par quelques matheux arrogants
    comme Bill G. où Laurent A. ?

    Je comprends mieux mon aversion pour les maths
    jadis à l’école, et j’encourage mes enfants à ne pas s’en laisser dégoûter par de tristes personnages,
    car on eut aussi retrouver le chiffre dans l’art,
    Il doit le servir et non l’inverse (comme dans la Pub)
    Quelle bande de fils de p... Quand même !


  • D’accord avec l’origine mathématique de l’égalité, mais son application politique n’est pas forcément délétère. D’ailleurs, en amont même du mathématique, il faudrait parler du logos (qui a rapport autant au Nombre qu’au Nom). C’est pourquoi le Christ s’adresse à tous les hommes, et que les "catholiques" (au sens étymologique) pensent que les hommes sont égaux devant Dieu. Au Moyen-Âge, des mystiques comme Eckhart (pas matheux pour un sou) nous disent que devant Dieu, l’homme et le moustique sont égaux. Voilà l’avis de la Tradition majuscule : tout est égalisé devant l’Incommensurable.

    Perso je pense que sur Terre, tous les hommes doivent être égaux devant la Justice. Les voyous en prison : elle ferait du bien cette égalité là, n’est-ce-pas ?

    Mais la Justice n’est pas toute la vie sociale. Le problème, à mon sens, vient de l’extension de l’égalité à d’autres domaines que le judiciaire, plutôt que de son "application" de la religion/mathématique au politique, qui est la bienvenue si elle ne déborde pas de son domaine.

    Quand les Révolutionnaires crient Liberté, Egalité, Fraternité, ils ne font qu’énoncer prophétiquement (mais sans le savoir) les valeurs qui devraient s’appliquer distinctement aux trois ordres classiques (prêtrise, noblesse d’épée et de robe, artisanat).


  • ER : traduisez cette video svp https://www.youtube.com/watch?v=PDB...

    Tucker Carlson (semi-dissident de fox) demontre que l’armee americaine a baisse’ les standards de recrutements au nom de l’egalite’ !

    Voila, on en arrive a la fin. Quand l’egalite amene a s’auto detruire et a avoir une force de defense plus faible.. une vraie fin de civilisation


  • #2686816

    L’égalitarisme est né en Occident et ne prospère guère en dehors de celui-ci, tout simplement car son origine se trouve dans le Nouveau Testament.

    Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus.
    Galates, III : 28

     

    • #2686970

      Tellement évident. Le fait que l’on ne soit que deux à le voir sur ce site démontre l’immensité de la manipulation judéochrétienne.


    • #2687887

      Notez surtout le mécanisme de l’égalité christique : c’est un mécanisme logique par néantisation ("ni.. ni..") : il est en fait beaucoup plus radical et toxique que son expression morale actuelle que dénonce AS. On est au coeur de la pensée de ce messie juif : il faut avoir une attitude négative par rapport au réel (qui lui existe positivement) : il faut tendre l’autre joue c’est à dire faire entrer tous les migrants.

      Cette négativité va prendre le contrôle moral du monde et atteindre son sommet avec Hegel qui va lui donner la profondeur métaphysique : la néantisation, via la promotion du contradictoire, qui est négation de la rationalité, comme essence du réel va finalement aboutir à la défaite de la pensée qui est l’essence de notre époque : c’est la victoire terminale de l’enseignement du messie juif.

      Notez aussi la transmission profonde de cette logique négative : cette phrase magnifique n’est pas du Christ mais de St Paul. Ca vient du fait que l’Esprit cherche en permanence l’unité logique du Monde et c’est ce que fournit le Christ et plus encore Son Père Hegel.

      La source profonde de ce néant est l’oppression des femmes qui régnait dans l’ethnie arabe des hébreux, qui est destruction de la selection sexuelle, source causale de toute les formes de vie sur cette planète (sauf virus et bactéries) et qui va créer la mentalité inversée/invertie, l’essence du judaïsme, que le messie juif va mettre en forme rhétorique puis Son Père en forme métaphysique.


    • #2692250

      Si tu détestes tellement l’égalité, pourquoi vas-tu et t’exprimes tu sur un site qui s’appelle égalité et réconciliation ?


  • C’est clair que le principe d’égalité est obsessionnel et partout.
    Tout un tas d’idéologies finissent absorbées dans la grande lutte égalitariste, comme le féminisme, l’antiracisme, la lutte contre la glotophobie, la xénophobie, la grossophobie, l’homophobie, la transphobie etc..
    Partout ça parle d’égalité des chances, de luttes contre les dicriminations faites aux femmes, aux immigrés etc..


  • Est ce que la marchandisation totale des rapports sociaux et l’équivalent abstrait inhérent à la marchandise n’est pas l’axiome qui surdétermine la nouvelle restructuration des lumières ?
    En d’autres termes, est ce que le monde d’avant, le monde des Dieux ne comportait pas déjà la dynamique de la valeur d’échange en mouvement qui aurait irrémédiablement abouti à l’égalité des encyclopédistes ?


  • Ou quand l’idéologie corrompt la pensée (Cousin mdr)

    L’Égalité est LA condition nécessaire au glissement du pouvoir théocratique et aristocratique vers la démocratisation des technologies (XIXe-XXe), et, par là-même, vers un pouvoir démocratique plus totalitaire, mais moins autoritaire... celui de l’illusion du choix individuel, qu’il s’agisse d’un président ou d’un camembert président ;)

    Bref, [→https://www.dailymotion.com/video/x1ijda]


  • « J’ai pas le temps d’écrire 20 fois le même livre. »
    Tu m’as tué Alain :)


  • #2687882

    Putain, c’est long. Vivement le 19.


  • Livre recu hier,dévoré en une nuit.
    Pas simple après un ouvrage aussi important que "comprendre l’Empire" d’écrire quelquechose qui ne soit pas une redite.C’est une réussite magistrale,brillante mise en perspective des mécanismes en action oeuvrant a l’escroquerie démocratique moderne,la fin du livre,sans rien dévoiler,est en lien direct,évident,avec "comprendre l’Empire".
    Vraiment du trés trés bon boulot,qui ne fera pas remonter la cote de popularité d’A.S parmi la communauté qu’on ne peut pas citer (en même temps,ce n’était surement pas le but)
    A mettre d’urgence entre toutes les mains. (et cerveaux)


  • Alain SORAL bonjour,
    votre livre comprendre l’époque est en cours de lecture.
    Le style, la netteté, et l’effort du vocabulaire simple pour pouvoir absorber une compréhension sont ultra pointus .
    vous avez évolué à grand pas et vous savez transmettre le savoir, la bonté, l’intelligence.
    pour ces raisons, je vous remercie infiniment d’exister.
    Cependant , une question tourne autour de la situation actuelle et de votre dernier livre.
    En pensant uniquement à notre environnement même en pleine conscience, une sensation d’entretenir ce lien satanique me dégoûte, me dérange, et me rend victime opposante.
    Comment se détourner de ce plan horrible pour qu’il se détruise de lui même ?
    L’ignorance est le pire des mépris.
    Toutefois, il me manque des cartes.
    Sophie.


Commentaires suivants