Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Antifas : des flicaillons… même pas payés !

Pour que tout le monde sache où est le Mal, Canal+, soutenue par le CNC, produit un documentaire sur les violences de l’extrême droite, avec un scoop : les images de l’agression de Clément Méric. En fait de scoop, une caméra de surveillance qui montre des pieds. Cela n’empêche pas Thierry Vincent, l’enquêteur maison, vieux gaucho déguisé en clochard (enfin, on espère pour lui que c’est une couverture, histoire d’infiltrer l’extrême gauche ou de marquer sa désapprobation avec les jeunes patriotes bien habillés), de se livrer à un exercice de retournement de haut vol. Nous ne le blâmerons pas : il semble ne pas saisir qui tire les ficelles, puisqu’il fait lui-même partie des marionnettes. Avec de tels naïfs, la manipulation devient un jeu d’enfant. Bienvenue dans le monde des antifas, ces petits soldats inconscients des banques.

 

JPEG - 68.9 ko
Cool, les moins de 10 ans sont exemptés de propagande

 

Le présentateur de l’émission, Stéphane Haumant :

« Aujourd’hui le retour de l’extrême droite violente… Clément Méric… Ce militant d’extrême gauche a péri dans une rixe avec des skinheads en plein Paris… Mais au-delà de ce drame c’est toute la France qui est aujourd’hui le théâtre d’agressions à caractère politique et pour les policiers qui observent le phénomène, on n’avait pas vu une telle violence idéologique depuis les années 1970. »

Un documentaire très drôle, qui complète parfaitement celui de Christophe Nick sur la violence racaille qui n’existe pas. Car deux jours avant la première diffusion du doc de Canal, Infrarouge, le magazine de France 2, envoie son scoop à lui : non, il n’y a pas de lien entre immigration et violence. Ce qu’ont oublié ces petits bourgeois de gauche, c’est que ça, tout le monde le sait, même le FN et les identitaires honnêtes. C’est la misère qui est à l’origine de la violence, pas la couleur de peau – regardez la violence endémique américaine – et aujourd’hui, les pauvres, en France, c’est en bonne partie les immigrés. Certes, il y a les petits paysans, mais leur travail harassant et sous-payé absorbe leur violence potentielle ; ce sont les chômeurs qui ont le loisir de se révolter. La preuve : les immigrés qui bossent pour l’agriculture française l’été ne brûlent ni les champs ni les vergers.

On reformule donc la proposition : la violence visible vient principalement des immigrés car ce sont eux qui sont principalement touchés par la pauvreté et le désœuvrement. Il y a 150 ans, quand il n’y avait pas de rappeurs (euphémisme), la violence provenait du lumpenprolétariat des faubourgs pourris des grandes villes. Violence d’ouvriers Blancs, forcément. Elle a toujours existé, ce qui ne l’excuse pas, mais l’explique un peu.

 

 

N’oublions pas que c’est grâce à elle que l’homme a survécu à toutes les galères : climat brutal, prédateurs affamés… La violence, comme la chasse ou la pêche, est un reliquat du passé. Ce qui auparavant était nécessaire à la survie est devenu aujourd’hui un passe-temps, un hobby, disent les Américains, qui s’y connaissent. Il faut la voir ainsi dans nos contrées occidentales. Un revival sportif, qui maintient le mental et la musculature en mode veille. Au cas où l’humanité régresserait plus bas que le Moyen Âge… Alors forcément, ceux qui n’entretiennent pas leur violence ne comprennent pas. Ça fait désordre. Mais la violence n’est pas le désordre.

Christophe Nick :

« J’ai alors compilé des centaines de données, calculé les coefficients de corrélation entre plusieurs variables pour arriver à la conclusion claire et nette qu’il n’y avait pas de lien de causalité entre immigration et criminalité, ni entre chômage et criminalité ou entre jeunesse et criminalité. La délinquance résulte d’une somme de facteurs. […] Nous sommes allés trouver le journaliste John-Paul Lepers, qui ne croyait pas en notre hypothèse. Comme tout le monde, il partait avec son préjugé en tête. Et tant mieux, c’est ce qui fait que le film fonctionne. »

JPEG - 96.1 ko
Tintin en Palestine

 

LOL, John-Paul Lepers, le Tintin à mèche longue et pensée lente du Vrai Journal de Karl Zéro des années 2000, bardé des idéaux les plus éculés de l’antiracisme des années 90, ratatinés et par la gauche, et par le réel. Comme si Lepers pouvait avoir un préjugé identitaire sur la question. Lui qui se dirige (on sent une certaine crainte surmontée, quand même) avec de VRAIS Arabes, dans une VRAIE cité, à côté d’une VRAIE voiture (non-brûlée). Soudain… il ne se passe rien. Les Arabes ne jettent pas John-Paul aux pits enragés dans la cave du HLM. Vivement le prochain doc sur ces millions Français arabes qui ne partent pas faire le djihad en Syrie, ou sur ces milliers de juifs qui ne sont pas millionnaires ou escrocs à la taxe carbone.

Dernière tentative en date du PS – qui fait financer sa propagande débile par le service public – de revaloriser l’image des immigrés, parce que si les caisses sont vides, ses urnes aussi. Et qui dit urnes pleines, dit caisses pleines ! Après avoir ingurgité ce documentaire irréel, on n’a pas l’impression d’habiter la même planète. Les racailles sont sympas, et les patriotes plus dangereux qu’un ex-enfant soldat libérien sous crack atteint d’Ebola. Laissons-là Lepers et sa mèche révolutionnaire, fasciné comme tous les bourgeois par la fange. Après le mensonge sur la délinquance, qui du coup disparaît grâce à la démonstration gauchienne, on se demande même où elle est passée, on s’intéresse aux antifas de Canal, ces fiers porte-drapeau de la révolution.

Des antifas qui n’ont jamais semblé aussi près du pouvoir, non pas de la gauche socialiste, qu’ils exècrent, comme presque tout le monde, c’est même pour ça qu’on l’a mise là, mais de ceux qui donnent les vrais ordres. Pendant que Hollande et ses ministres se débattent avec la crise (que leurs maîtres ont provoquée), rôle ingrat de papier collant pour scotcher les mouches du mécontentement, les antifas, qui n’ont jamais eu de projet constructif, s’en prennent aux vrais révolutionnaires, qui leur ont piqué et la rue, et la révolution.

 

JPEG - 97.5 ko
Faut savoir !

 

Tragique : se battre pendant des années pour du vent – le Grand Soir – et lire sur un site vraiment dissident qu’on s’est fait berner par le Très Haut Cynisme, y a de quoi être en colère. Pour les éloigner de la dure vérité, on leur jette un projet d’aéroport à défoncer, une construction de barrage à ralentir, croquettes pour calmer la faim. L’éleveur malin de ces chiots malheureux entretient la rage en sous-nourrissant la meute.

Le propre des antifas – à part l’antifascisme il n’y a rien – c’est de ne pas avoir de programme, mais d’être un contre-programme de ce qu’ils appellent l’extrême droite, qui elle vise le pouvoir réel, et non les pantins que ce dernier agite pour faire diversion. La défense des valeurs (religion, patrie, travail, famille, discipline, respect), est la vraie résistance contre le projet de destruction des valeurs porté par la gauche libérale logique (de loges). Guerre idéologique fondamentale, et ultime. Dans ce combat, paradoxalement, les antifas sont du côté de la police, assujettie au ministère de l’Intérieur, propriété du lobby depuis 2004 et la prise de pouvoir de Nicolas Sarkozy. En plusieurs interventions, à son corps défendant, le documentaire va démontrer cette collusion.

 

 

Le militant de La Manif pour tous :

« La France appartient au peuple, et le gouvernement n’entend pas le peuple ! On est en dictature messieurs écoutez ça ! On vient récupérer notre pays ! »

La voix off :

« Et vous allez vous révolter, vous allez faire la révolution ? »

Cet intervieweur méprisant, à qui on a volé sa révolution, c’est Thierry Vincent. Ce journaliste qui n’a pas l’air d’avoir inventé l’eau tiède, a de manière surprenante accès à des informations policières de premier ordre.

Thierry, en voix off :

« Nous avons pu consulter la liste des appels téléphoniques de serge Ayoub le 5 juin 2013, le jour de la mort de Méric, plus précisément au moment de la bagarre mortelle survenue à 18h43. »

« J’ai récupéré d’autres éléments inédits, les photos des tatouages sur les corps des skinheads prises par la police juste après leur arrestation. »

« La France n’avait pas connu cela depuis 40 ans, comme nous le confirme ce policier qui surveille ces groupes au plus près. »

JPEG - 81 ko
La profession de journaliste se paupérise gravement

 

Tout journaliste un peu sérieux sait qu’il faut se méfier des intoxications venues de la DCRI. Pas Thierry, qui se substitue aux as du renseignement.

« Kevin Pioche n’était pas seul… Le numéro d’immatriculation du véhicule a été transmis à la police qui n’a pas donné suite, j’ai identifié le propriétaire du véhicule, et je décide de faire ce que la police n’a pas fait, aller lui parler. »

Et quand Thierry va voir l’identitaire qui a cassé la mâchoire d’un antifa :

« Nous nous sommes rendus à son domicile dans la campagne lyonnaise pour l’interroger sur sa version des faits. »

Thierry :

« Bonjour excusez-moi de vous déranger je m’appelle Thierry Vincent je travaille pour Canal+… Vous avez été condamné pour avoir frappé un antifasciste. »

Damien, l’Identitaire en question, qui a déjà purgé sa peine :

« Y a eu un échange de coups, de coups réciproques.

– Mais c’est quand même l’antifasciste qui est blessé.

– Si il sait pas se battre c’est son problème quelque part… Quand on agresse un militant identitaire il faut s’attendre à avoir une réponse en face. »

Quand des « fascistes » rétorquent que l’extrême gauche s’attaque à eux physiquement, pour connaître la vérité, qui Thierry va-t-il trouver ? 

« Selon ce policier spécialiste des violences politiques, les accusations des militants d’extrême droite sont infondées. »

Mais le meilleur reste la partie du doc sur les militants anonymes de Reflex, les militants fascistes, eux, étant filmés et nommés :

« J’ai pris rendez-vous avec le groupe Reflex, un groupe antifasciste d’extrême gauche qui figure parmi les meilleurs observateurs de la mouvance d’extrême droite en France depuis 28 ans. Leurs responsables sont inconnus de la police et de l’extrême droite qui cherche à les identifier depuis des années. Ils ne sont jamais exprimés devant les médias… Reflex c’est un peu le service de renseignement des antifas, dans l’ordinateur de Xavier, des centaines de fiches sur des organisations ou des militants d’extrême droite, des informations glanées en se rendant à leurs manifestations. »

Rebaptiser les rois de la fiche « meilleurs observateurs de la mouvance d’extrême droite », saluons la performance ! Des militants « d’extrême gauche » que personne n’arrive jamais à voir ni à attraper, et qui font « des photos » incognito, ça s’appelle une succursale des RG, cher Thierry. Qui ne se demande même pas qui finance cette entreprise de fichage collectif – un exercice totalement illégal selon cette pauvre CNIL – depuis 30 ans, soit l’émergence du FN dans les médias (11 % aux européennes en 1984) !

 

JPEG - 110.5 ko
Bienvenue chez les RG d’extrême gauche

 

Il y a donc proximité idéologique et fonctionnelle entre militants antifas et surveillance intérieure, soyons objectifs, de la résistance à la destruction des valeurs. Antifas n’existant que contre lesdits fascistes, qui ont, eux, un contenu idéologique, alors que les antifas ne sont que des auxiliaires de police en civil, même pas payés. C’est la piétaille du lobby trotskiste au pouvoir médiatique, les gardiens d’un ordre occulte, antirépublicain, très éloigné de la gauche, puisque émanant du pouvoir bancaire. Les antifas roquets des banques, on aura tout vu. D’ailleurs, le gauchiste vieillit mal, on le voit à travers les vieux militants roulés dans la farine, toujours en retard d’une guerre, et qui font pitié. Si on peut comprendre l’engagement antifasciste d’un jeune, qui ne maîtrise pas encore la rhétorique manipulatoire des médias, pour un vieux, c’est plus inquiétant. Non pas qu’il faille devenir conforme ou bourgeois, mais le fait de grandir sans valeurs, cette colonne vertébrale de l’homme, transparaît moralement et physiquement. Ceux qui prônent un « ni Dieu ni maître », les pauvres en transcendance, ont en général un dieu et un maître cachés, qui les manipulent en rigolant. La chair à bâton des loges et des lobbies ! Les antifas sont là pour transformer une revendication profonde basée sur des valeurs en menace sur les libertés. On les fait effectivement penser que la liberté s’obtient en détruisant les valeurs, présentées comme une censure du moi (alors qu’elles sont une exigence, une élévation), sinon ils ne feraient pas le sale travail pour leurs maîtres invisibles.

 

JPEG - 70.3 ko
Thierry Vincent, qui ne cache pas sa préférence antifa : « Après l’interview Serge Ayoub explose de colère, il a menacé de casser notre caméra, nous avons déposé une main courante auprès de la police. »

 

Les antifas sont en réalité des guêpes dressées, et lâchées sur les Français épris de droiture pour les faire tomber dans le piège de la réponse violente. Frapper une guêpe, on l’a vu, revient à fabriquer un fasciste. Un jeu de contrôle de nerfs. Avec ce harcèlement amplifié par les médias du même camp, les antifas espèrent déclencher une contre-violence, qui sera aussitôt versée dans le lourd dossier de l’extrême droite, connecté opportunément aux années 30. Montrer en permanence que l’extrême droite représente le camp de la violence, pour prouver par opposition (mais sans le dire) que le pouvoir de gauche libéral sioniste est bien démocratique. Antifas, des provocateurs même pas stipendiés par le pouvoir caché : le prestige symbolique hérité de la Résistance (les autres ayant hérité de Vichy et de la Shoah) suffit à les rémunérer, la pauvreté tenant lieu de pureté militante. Du moins, c’est ce que la dominance leur fait croire. Nous ne raillons pas l’engagement et le bénévolat, mais le détournement indigne de ce désir de justice, à l’origine de tant de sacrifices, qui devrait habiter tout homme. Le sacrifice de ces naïfs exposés fait le bonheur de cyniques planqués.

 

JPEG - 115 ko
Olivier Roudier, de la Ligue du Midi : « Nous on supporte plus maintenant d’être agressés en permanence, d’être stigmatisés. Il faut savoir, les antifas, leur fonds de commerce, c’est la chasse. Et Clément Méric était un chasseur, un chasseur d’identitaires, un chasseur de patriotes. Et ben parfois, la chasse, parfois y a des frais. C’est Méric qui a fait les frais. Personne n’a une pensée pour chaque jour les victimes autochtones, les de souche, qui meurent sous les coups de la racaille, ou sous les coups des antifas… »

 

Les antifas chassent, comme le dit Rodier, avec les fichiers de la police qui n’a même pas besoin de les infiltrer, puisque le job est le même : surveillance et dénonciation. Moyens informatiques et relais médiatiques (Canal+), et les larbins des banques sont miraculeusement changés en combattants de la liberté et de l’antinazisme. Sauf que de combattre les néonazis aujourd’hui, ou les nationalistes, fait des antifas, objectivement, les petits soldats du lobby. Et quand Thierry Vincent affirme que les militants d’extrême gauche ne s’en prennent qu’aux biens matériels, symboles du capitalisme (les banques !), mais jamais aux personnes, c’est encore plus drôle : ce sont les banquiers qui tirent les longues ficelles de ces petites marionnettes, à qui on laisse « le droit » de défoncer quelques vitrines bancaires, pour satisfaire leur faim de justice sociale. Si les antifas savaient pour qui ils travaillent, et bénévolement…

C’est donc le lobby antifasciste (c’est plus acceptable que sioniste) qui laisse ces activistes casser quelques vitrines pour avoir l’impression de faire la révolution, alors que ça ne coûte rien au lobby, et permet d’entretenir l’illusion ; la vraie révolution, elle, forcément nationale, fait autrement peur au principal lobby antifasciste. Elle suppose la fin de la mainmise de la communauté régnante sur les leviers du pays : finance, économie, politique, information. Par ordre d’importance.

 

JPEG - 57.5 ko
La voix off : « Aujourd’hui dans certaines villes de France comme Lyon, l’extrême droite radicale se sent assez forte pour essayer d’imposer sa loi. Dans l’ancienne capitale de la résistance à l’occupant nazi, elle tente d’établir son fief. »

 

Ben oui. Aujourd’hui, Lyon la catholique résiste à l’occupant sioniste, donc la tradition de la résistance à l’occupant est tout à fait respectée, et les antifas sont de fait les collabos, ceux qui dénoncent et travaillent avec la Kommandantur !

Les antifas, sur le principe des paléogauchistes de Charlie Hebdo, se battent contre les flics et les curés… sans se rendre compte qu’ils font le sale boulot de police politique pour les nouveaux curés : les rabbins du lobby !

Voir aussi, sur E&R :

Sur Thierry Vincent, voir aussi :

Comprendre la fonction objective des « antifas » avec Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1056497

    EXCELLENT !
    Avec E&R on apprend tous les jours, jusque là je connaissais le mot “flicaille” mais à présent je vais insérer le mot “flicaillon” dans mon vocabulaire, hahaha. Merci E&R !
    Puissent les antifas lire cet article et, Ô Dieu, qu’ils y comprennent enfin quelque chose ! C’est tout le mal qu’on leur souhaite !
    « L’éleveur malin de ces chiots malheureux entretient la rage en sous-nourrissant la meute. »
    « Le sacrifice de ces naïfs exposés fait le bonheur de cyniques planqués. »

    Et la conclusion est une pépite.
    Si après ça les “antifas” ne comprennent rien à rien et ne se remettent pas en question, on peut en déduire qu’ils sont eux-mêmes des “fascistes” qui s’ignorent ou pire, ils font le lit du nazisme qui n’a, hélas, jamais disparu après la mort d’Hitler.
    Vive la RECNAT !
    Et que Dieu bénisse la France !
    p.s : ils ne sont même pas payés.... pauvres “raicaillon” d’antifas !


  • #1056516
    le 11/12/2014 par coyoterevolte
    Antifas : des flicaillons… même pas payés !

    Pour ceux qui voudraient voir le doc :
    https://www.youtube.com/watch?v=d9n...

    journalope qui remue la merde et qui attise les tensions.
    A la fin du doc, même le dalai lama serait en mode haine-combat.
    Dans le documentaire canal+, les français de tous les bords passent pour des gros cons violents : cette vidéo est faite pour créer le choc des civilisations et faire monter les tensions. C’est ignoble.

    Soral et Dieudo, la France a besoin de vous.

    Egalité et réconciliation sinon rien.

     

    • #1056954

      Merci pour le lien.

      Je trouve absolument ignoble leurs procédés de petits.
      Utiliser les mensonges et les anathèmes face à Ayoub sur un sujet aussi sensible, c’est d’une bassesse sans pareille, pour en plus se permettre de le présenter comme un gros con agressif.

      Que les antifa étaient plus nombreux que les "skinheads", c’est un fait, d’autant plus que parmi les 4 jeunes agressés ( car rappelons que les antifa s’en sont pris à eux car Esteban participait à un collectif de défense des animaux, et dans le logiciel gauchiste, on peut pas être un "facho" et aimer les animaux, je vous jure que je n’exagère pas ), il y avait une femme.
      Ce n’est pas moi qui le dit, ce n’est pas Serge Ayoub, c’est le rapport de police rapporté par le point :

      http://www.lepoint.fr/societe/exclu...

      Mais si Canal + a accès aux appels de Serge Ayoub ( ils nous disent ça comme si c’était naturel ), on dirait que leur investigation ne les a pas mené au dit rapport de police contenant tous les éléments, un oubli surement.
      C’est vrai que les antifas de par leur pureté et la noblesse de leur combat ( contre les méchants fachos, c’est à dire ceux qui ne pensent pas comme eux ) sont tellement plus objectifs pour relater les faits, l’avantage avec eux, c’est que tout est très simple, il y a les gentils ( eux ) et les méchants.

      Quand on sait quel homme est Serge Ayoub, et qui plus est la qualité de ses analyses sur la situation du pays, c’est vraiment dégueulasse de voir comme ces rats musqués osent le dépeindre, et cerise sur le gâteau, ils se permettent de poser une main courante, l’art de la Chutzpah dans toute sa splendeur, on voit qu’ils ont apprit à la bonne école.


  • #1056727

    Sur la vidéo complète d’où est tiré l’image de la liste des fichiers du groupe Reflex, on voit un dossier nommé "Chouard" ? Même ce pauvre Étienne est fiché par ces crapules qui me semblent être fort proche des services.

    Le reportage est pathétique, d’ailleurs "Special Investigation" est pathétique comme émission. J’ai réellement fait un effort pour manger ces 52 minutes de manipulation. Mention spéciale pour l’impartialité du journaliste ... sic !

    Tout ce que je remarque c’est que les gauchistes ont vraiment des gueules "en coin de rue" comme on dit chez moi. Le responsable du squat avec son t-shirt sans tenue et sa gueule de junkie c’est quand même un spécimen.

    Limite j’ai plus d’estime pour les "gros bras" comme ils disent dans le reportage (pour induire une sorte de violence intrinsèque), même si je ne partages pas tout les délires de jeunesse avec les photos de type salut nazi et doigt d’honneur, symbolique signée.

    De toute façon les antifacistes n’ont rien à envier à ces groupes dit d’extrême droite vu qu’ils procèdent avec les mêmes symboles et la même violence. Malheureusement, rien ne peut être plus fort qu’un combattant pour une cause juste, ces bastringues de gauchistes sont des jouets de forces supérieures et des idiots utiles. Il n’y a pas plus de conscience politique chez un antifa que chez un poisson rouge.


  • #1056799

    J’ai moi aussi été voir le "reportage" sur youtube comme coyoterevolte https://www.youtube.com/watch?v=cQl...
    J’ai trouvé l’ensemble ("investigateur" + propos + traitement) scandaleux comme les autres commentateurs ici. On a pas vu ça depuis "70" !?? (répété 3 fois) Y c’est passé quoi en 70 ? 1968 vous voulez dire ? Ah mais faudrait alors dire que c’était les "jeunes ados" de gauche qui foutaient le bordel. Ah ? ça cadre pas avec le sujet ? hahaha.
    Et puis la façon de dire que la justice fait pas son boulot... par contre elle le fait vachement bien pour "condamner" les fachos (et que je te liste toutes les condamnations comme si c’était une preuve). On dirait un reportage de CF ! ... Cette façon d’accoler les français défendant leur pays avec des malades ultra violents. Dire qu’il y a des téléspectateurs pour croirent encore à ce genre de manip. Rassurez-moi et dites-moi qu’on est de plus en plus à avoir les yeux ouverts ?
    J’avais regardé l’interview ER de Ayoub alors que je ne savais pas qui c’était. Je retourne le voir.
    Tout cela est révoltant. Et pour finir : le jeune qui est mort, après avoir été blessé 3 semaines plus tôt, vous seriez pas resté chez vous ? au lieu d’aller dans un endroit où il était certain de rencontrer des adversaires... c’est malheureux qu’il soit mort, ne me méprenez pas. Mais avouez quand m^me qu’il a une jolie tête toute inocente, n’est-ce pas ?


  • #1056826
    le 12/12/2014 par SpiritusRector
    Antifas : des flicaillons… même pas payés !

    Excellent article.

    La vision de l’antifa sur la confrontation humaine est simple, elle se résume à Victime/Bourreau ou Complice/Justicier...

    C’est ce qui les rend si malléables. En somme, ils sont capables, comme tout le monde de comprendre la notion de manipulation, mais pas de l’intégrer à leur grille de lecture dès qu’il s’agit de leur "univers". Pour la simple raison qu’ils ont défini cet univers comme étant celui de la "Justice"...

    Je pense également qu’ils vivent dans la peur inconsciente de s’écarter du carcan idéologique dans lequel ils ont fini... La perte de repaires simples et le risque de représailles psychologiques et pysiques les maintient dans le rang... Evidemment, ils doivent être persuadés qu’il en va de même chez leur opposants... Les pauvres...


  • #1056839
    le 12/12/2014 par matrix le gaulois
    Antifas : des flicaillons… même pas payés !

    Billet fort intéressant, merci e&r, mais je me demande quand-même s’il ne retarde pas un peu (à moins que ce soit canal+ qui ait une ou deux décennies de retard, ce qui ne m’étonnerait pas non plus).

    À l’heure qu’il est, il semblerait que ce ne soit plus ni les antifa, ni les ratonneurs de la LDJ qui soient en odeur de sainteté auprès des sionards, mais bien les identitaires les plus violents et les plus irréfléchis (à l’Ukrainienne) que l’on flatte (le bouquin de Zemmour) pour en faire les nouveaux chiens de garde du système. Ne nous trompons pas : désormais, la gauche & l’extrême-gauche sont minoritaires en France (on ne mesure pas encore tous les dégâts faits par Hollande) les prochaines élections, ce pour pas mal d’années à venir, se feront entre droite et "extrême-droite" désormais.
    La majorité des français veulent (à tort ou à raison) de la "droite" au pouvoir : droite du travail (UMP, européisme, politiques d’austérité, liquidation des fonctionnaires) ou de la droite des valeurs (défense de la patrie, des valeurs, etc. ...) autrement, la gauche sociétale, plus personne, à part quelque bobos, n’en veut.
    Pour les années qui viennent, le combat va s’articuler dans ce sens. Il suffit de voir de toute façon les dernières manif antifa, à Lyon (mise à part à Nantes, en Bretagne, à Saint-Etienne ou à Paris, les antifa, les bobo sont toujours plus minoritaires, ils sont toujours moins présents, ce qui n’altère en rien leur violence). Pareil, pour les milices communautaires, aujourd’hui, la LDJ supplie la protection de MLP tellement ils se sentent minoritaires (l’affaire Dieudo n’aurait finalement par tourné en leur faveur).
    Je ne veux pas dire que ce reportage soit une bonne chose, non, il est scandaleux, partisan, stupide (il donne involontairement des preuves de collusion entre antifa et pouvoir) mais ce que je veux dire, c’est qu’on est plus dans les années 80/90, il ne faut pas se tromper. Je ne pense pas que ce reportage soit fait pour mobiliser, mais au contraire soit fait pour cacher les dégâts, d’une militance d’extrême-gauche violente et en pleine décomposition idéologique et physique et qui sera abandonnée par le pouvoir dès 2017, dès que Valls ne sera plus ministre.

    Inversement, regardez en Ukraine : le pouvoir, si prompt à criminaliser une quenelle, nous prouvé qu’il pouvait parfaitement s’associer avec de vrais fascistes, dignes successeurs des Wäffen SS. Les retournements que l’on voit au FN ne sont pas faits pour rendre optimistes.

     

    • En effet, il est intéressant de s’interroger dès à présent sur qui remplacera les antifas au poste de garde-chiourme de la république.


    • #1058054

      Je pense surtout qu’il nous faut sortir du clivage politique gauche-droite qui est totalement dépassé dans la mondialisation.
      L’article vous le dit, les "antifas" en France n’ont pas le moindre programme politique, la moindre vue sur leur avenir. Ce sont des jeunes désoeuvrés récupérés par le système qui leur fait croire qu’ils font la "révolution" contre le système. On trouve les mêmes désoeuvrés dans les banlieues parmi les descendants d’immigrés. L’étiquette sous laquelle on les rassemble varie selon le vécu du pays ou de leurs origines. Si demain, en France, ce sont les identitaires qui sont utiles au système, ce seront eux qui seront dans la rue à tout casser.
      En France, ils sont "d’extrême-gauche" pour combattre le supposé "fascisme" étiquetés extrême-droite depuis 40 ans par la propagande. En Ukraine, ils sont "d’extrême-droite" pour combattre la supposée domination "communisme" des Russes. En banlieue, ils sont islamistes pour s’opposer au chrétien occidental pilleur de l’Afrique.
      Pour l’électeur, la violence en moins, la tromperie est aussi de rigueur. Il croit voter pour une politique de gauche ou de droite, alors qu’il vote des deux côtés pour l’Union Européenne, pour la mondialisation et la dissolution de son pays.
      Les maîtres de ce monde, nous ne le connaissons pas ou très peu. Ils sont à la tête des puissants groupes financiers ou industriels. Il n’ont ni patrie, ni politique, ni religion. Ils savent que c’est l’argent qui donne le pouvoir. Avec l’argent, on peut tout acheter, les médias, les politiciens. Avec les médias, ils divisent les populations par la propagande, avec les politiciens ils ont les lois qu’ils veulent et les armées nationales à leur disposition.
      Leur but n’est pas autre que de faire le plus possible d’argent pour asseoir leur domination sur les autres et pendant ce temps, nous, nous combattons des chimères, nous nous divisons pour des partis politiques, pour des religions... tant pis pour nous !


  • #1056964

    "Pour les éloigner de la dure vérité, on leur jette un projet d’aéroport à défoncer, une construction de barrage à ralentir, croquettes pour calmer la faim."

    C’est de la pure calomnie. Les individus qui empêchent la réalisation de ces deux projets antidémocratiques (puisqu’ils n’ont pas été approuvés par référendum en Loire-Atlantique et dans le Tarn) ne sont pas des antifas, mais d’authentiques résistants à l’oligarchie (donc à la République).



  • se battre pendant des années pour du vent – le Grand Soir – et lire sur un site vraiment dissident qu’on s’est fait berner par le Très Haut Cynisme, y a de quoi être en colère. Pour les éloigner de la dure vérité, on leur jette un projet d’aéroport à défoncer, une construction de barrage à ralentir, croquettes pour calmer la faim. L’éleveur malin de ces chiots malheureux entretient la rage en sous-nourrissant la meute



    Ça me fait plaisir de lire ça, c’est souvent ce que j’essaie d’expliquer à certains "activistes" mais bon... Si seulement toute cette énergie pouvait être transposée sur les vraies problèmes de cette société mais, il est difficile de reformater un système d’exploitation gaucho-bobo (surtout lorsqu’ils envisagent le reformatage comme un endoctrinement fasciste...)


  • #1057081

    Pas de corrélation...
    Ouioui, il y a pas de surreprésentation extra-européenne dans les prisons...
    Et le soleil mouille...
    Enfin inutile de débattre avec des idiots proantifas de mauvaise foi.
    Autant rire de leur bêtise, ils le payeront un jour


  • #1057092

    Du grand journalisme ! Visages decouverts et noms des "droitards" (pour pouvoir les agresser ?), "gauchos" anonymes ( pour ne pas etre agresser), l autre m***e de Javelot qui a envoyé un gamin de 18 ans a la mort nous fait son cinema (les fachos, les fachos, les fachos), le journaleux qui fait expres de ne pas comprendre ce que dit Ayoub juste pour l enerver, enfin bref anal + dans toute sa splendeur. N importe quoi pourvu que ca mousse.


  • #1057256

    J’ai toujours pensé que l’antifa était par nature un être qui souhaitait pouvoir défouler sa violence sans risque. Couvert par le pouvoir. Sans réel objectif, sans défense d’idéal vrai qui lui coûte : simplement pouvoir se donner des justifications mentales d’apparence positive. L’antifa n’a pas de profondeur de réflexion, il est dans un brouillard mental, il veut juste défouler sa colère. Mais sans prendre de risque. En clair : l’antithèse du Chevalier.


  • #1057408

    l’antifa et sa vision hollywoodienne de la vie ...
    ils me font penser à des vrp "agressifs" reprenant les méthodes des hitlers jungens , la seule différence est qu’ils ont inversé le look ...
    ils manient les techniques communicatives de la sociétée du spectacle.
    le clou du spectacle est la proportion du nombre des arrestations par rapport à d’autres "happenings" , on sent là , les avantages d’un syndicalisme dévoyé .


  • #1057444

    En face de chez moi, commence le quartier bobo de la ville. On y trouve à tous les poteaux des autocollants antifas que je m’amuse à enlever. C’est aussi un quartier où des plaques "devoir de mémoire" sur la déportation fleurissent un peu partout. Bobos+antifas+shoa = tous ensembles !!


  • #1057811

    Alors les cocos et les soces d’Anal-Pute, un mot, une pensée, une prière (rêvons !) pour les cent millions de morts des communistes et les cinquante des nationaux-socialistes ?
    Ou bien on se contente de rappeler les vieilles rengaines (Saint-Bartélémy - 3000 morts, Pinochet - 3200 morts, Franco - 200000 morts (qui évitèrent sans doute un régime sanguinaire communiste qui aurait exterminé, fidèle à l’habitude de ces gens, des millions d’Espagnols).

    Non parce qu’au concours du plus sanguinaire et du plus massacreur, vous surpassez largement toutes les épidémies, toutes les guerres, tous les cataclysmes qu’a connus l’humanité.


  • #1058274

    Il serait intéressant de savoir quel est l’ origine du mouvement " Antifa ? " .
    Avec des questions simples comme :
    - " D’ou vient ce mouvement ou plus basiquement ce mot ANTIFA ? Qui l’a crée ? sachant qu’ il n’existait pas il y a seulement 10 ans.
    - Et surtout d’où sort " leur logo" rouge et noir ,qui l’a crée ? et comment ce visuel s’est il imposé comme unique emblème des mouvements "Antifa " de toute l’europe ( mouvement europeiste ?)
    Qui paye pour ses banderoles drapeaux et tous les autres supports de communication des ANTIFA ?
    Sans parler des slogans dont 1 talmudiste -" ni pardon ni oublie " et 1 espagnol "- no pasaran" ???
    Bref ça ne vient pas de la rue et n est pas qq chose de spontané , c’est donc forcément financé par quelqu un ou quelque chose ..
    Si il existe encore de vrais journalistes d’investigation , c’est plutôt sur ce genre d’enquête qu ils devraient se lancer.

     

    • #1059118
      le 14/12/2014 par Lucien Cerise
      Antifas : des flicaillons… même pas payés !

      La mouvance « antifa » apparaît d’abord sous le nom des « anti-Allemands », initiative de l’OTAN en Allemagne au début des années 1990, juste après la chute du mur de Berlin, pour fabriquer de manière synthétique une extrême-gauche allemande pro-américaine, pro-israélienne et surtout masochiste au plan identitaire puisque ce sont des Allemands qui revendiquent d’être anti-Allemands.
      Pages Wikipédia :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Anti-A...
      http://de.wikipedia.org/wiki/Antifa

      Les images de manifestations de la vidéo ci-dessous et les slogans sont très clairs.
      « Antifascist actions : Solidarity with Israel »
      http://www.youtube.com/watch?v=UKEf...
      « Deutschland abschaffen », « Supprimer l’Allemagne » ; « Für Israel, gegen old Europe », « Pour Israël, contre la vieille Europe » ; « Antiamerikanismus angreifen », « Attaquer l’antiaméricanisme » ; « Imagine there is no Deutschland », « Imagine qu’il n’y a pas d’Allemagne » ; « Deutschland verraten ! », « Trahir l’Allemagne ! » ; « Nieder mit dem Regime im Iran », « À bas le régime en Iran », « Antifa means solidarity with Israel », « Antifa signifie solidarité avec Israël ».

      Depuis quelques années, l’OTAN essaie de faire un copié-collé en France de ce qu’il a créé en Allemagne. Comme ça ne prenait pas, ils ont été obligés de sacrifier un gamin pour lancer un mythe fondateur, ce qui a donné l’affaire Méric. Je récapitule tout ça dans un article :
      « Clément Méric, victime d’un coup monté ? »
      http://www.egaliteetreconciliation....


    • #1071389
      le 30/12/2014 par Soldat du Christ....
      Antifas : des flicaillons… même pas payés !

      Ils ont vraiment du mal avec des recrus de plus en plus jeunes et une jeunesse qui lit de plus en plus et qui sait comprendre de mieux en mieux les pièges de cette merde anti-soi (pas de chance car beaucoup d’Antifas fuient ce mouvement d’ados en mal de revendications...)
      Pour adhérer à des logiciels d’amour du pays et anti-europeïste même s’ils restent communistes cela ne durera pas très longtemps vu l’arnaque du communisme...


  • #1058487

    ca me plait ce genre de doc sur canal plus , parceque c’est tellement exagéré que c’est contre productif pour les initiateurs de ce documentaire
    il faut laisser couler , ca va se retourner contre eux ,ca exaspère une grande partie de la population
    et ca fait pousser nos idées
    merci anal pute , ne changez rien


  • #1058634

    Une copine, pour me "dénazifier", m’a proposé de regarder le documentaire de Christophe Nick. J’ai passé une très bonne soirée à base de rires et de fou-rires. Tout seul, parce que elle, elle prend ça au sérieux. Faut dire que les "interviews" avec les maires et le sociologue de service sont impayables.
    J’ai évité le débat avec ma camarade. La propagande ne mérite pas un mot de trop. En revanche, je l’ai informé que j’appréciais Serge Ayoub.
    Puis je suis allé, au pas de l’oie, me coucher.


  • #1058902

    Je connais de vrais "antifas"... ils sont palestiniens !


  • #1059688

    Emission qui n’a qu’un seul intérêt : démontrer par A + B que les journaleux qui ont fait l’émission sont des menteurs et des manipulateurs.

    L’air de rien (mis à part les noms des vilains, mais qu’est ce que vous voulez, on ne se refait pas) toutes ces tanches se tirent une balle dans le pied... l’affirmation que l’immigration et l’insécurité n’ont rien à voir et que si l’ext.gauche casse et saccage c’est la faute à Le Pen ou aux fachos, c’est qu’ils n’ont rien compris et qu’ils restent dans leur zone habituelle germano-pratine.

    De plus en plus de gens s’en rendent compte et commencent à comprendre la manœuvre.

    Moi je dis, continuez... encore et encore... plus dure sera la chute.


  • #1068124

    « non, il n’y a pas de lien entre immigration et violence. Ce qu’ont oublié ces petits bourgeois de gauche, c’est que ça, tout le monde le sait, même le FN et les identitaires honnêtes. C’est la misère qui est à l’origine de la violence »
    PARDON ?!
    Je rêve. On dirait des propos sortis tout droit de la machine de propagande su Système. ._.
    Cacher la dimension interethnique de la violence qui sévit en France (appelée euphémiquement « la délinquance ») relève de la tartufferie manifeste ; pourquoi vous lancer dans cela ? Je ne comprends pas, il n’y a pas à cacher la réalité, la télévision s’en occupe déjà très bien.

    Et puis prendre les États-Unis à l’appui de ces affirmations, c’est vraiment de la chutzpah de haut vol quand on pense aux émeutes au caractère clairement racial qui s’y déroulent (cf. les violences suite à un acquittement quand le tué est noir ou assimilé et l’accusé est blanc ou assimilé, aujourd’hui comme hier)…


Afficher les commentaires suivants