Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Comment devenir éternel

 

 

Apogée, de « apogalon », point éloigné de la terre. Les pieds ne touchent plus terre, l’homme s’élève et devient une étoile, qui s’accroche dans le ciel. Ne comprenant pas la mort, les humains ont toujours recherché le secret de l’éternité. Parfois, certains y arrivent. Mais le prix est terrible.

 

 

Mourir au faîte de sa gloire, pour qu’elle ne retombe jamais, et devenir une étoile : Bardot à 30 ans à l’époque du Mépris, ce diaporama de Godard ; Dutronc à 25 ans en 1968 après sa rafale de tubes et l’inoubliable Il est cinq heures, Paris s’éveille ; Jagger & Richards à 29 ans en 1972, pendant le poisseux Exile On Main Street, Mitterrand à 65 ans en 1981 en pleine vague rose, après le raz-de-marée socialiste aux législatives, quand les pauvres croyaient encore qu’ils pourraient battre les riches ; Staline à 67 ans en avril 1945, le jour de la prise de Berlin ; Brian Wilson à 23 ans après la dernière prise de Pet Sounds, plutôt que de survivre comme un légume ; Gainsbourg à 43 ans lors de la discrète sortie parisienne de Melody Nelson (entièrement écrit par son génial arrangeur Vannier) ; Pelé à 29 ans le lendemain de la finale grandiose Brésil/Italie en 1970, lorsqu’il ramène la troisième Coupe du Monde au Brésil en 12 ans, au lieu de pourchasser des mannequins et de se fourvoyer au New York Cosmos pour deux millions de dollars… Cela n’empêchera pas les généraux de la dictature brésilienne naissante d’utiliser cette victoire comme vitrine politique pour le monde entier. Comme quoi, il faut savoir s’arrêter à temps.

Il y a trois façons de mourir, quand on est célèbre. Deux mauvaises, et une bonne : trop tôt, trop tard, et juste quand il faut.

 

Jésus de Nazareth : mégastar universelle

 

 

L’exemple idéal du timing idéal, c’est Jésus de Nazareth. L’homme meurt comme il faut, où il faut, et quand il faut, dans une tragédie unique qui fondera l’espoir de tous les désespérés, bannis, pauvres et perdants. Une triple coïncidence qui expliquera par la suite sa transformation de simple vedette religieuse locale – les types qui se prenaient pour un Messie cent fois annoncé foisonnaient – en fils de Dieu, tout simplement. N’oublions pas que le statut divin exige de créer quelque chose de profondément nouveau sur terre. Il faut avoir un projet, le mener à bien, et partir comme un prince. Le génie du Christ, au-delà de son incroyable création – la parole de Dieu, il fallait oser – est de s’être imprégné de, puis incarné dans les textes sacrés, ces textes qui ont bercé son enfance et celle de ses contemporains, d’avoir donné corps aux Ecritures, d’être tout simplement devenu l’être supérieur qui s’y dessinait. Au point de programmer lui-même sa mort, empêchant pour cela sa petite bande de pas-encore-apôtres de le défendre lors de son arrestation. Rencontrant son destin avec courage pour en faire un big-bang de l’homme nouveau, qu’il appelle le Fils de l’Homme. Puissant.

 

Kurt Cobain : un coup de fusil pour le ciel

 

 

Autre timing impeccable, Kurt Cobain, mort à 27 ans d’un coup de fusil dans la dépression, quelque part dans sa tête. Promo parfaite d’un album posthume, aurait pu dire le cynique directeur marketing d’une major. Le 21 septembre 1993, In Utero sort et entre brutalement en tête des ventes, comme le plomb dans la tête du chanteur. Un concentré de saturnisme. Six mois plus tard, alors que le disque s’arrache à 13 millions d’exemplaires (13 chansons, 13 pépites, rien à jeter, « un son cru, sale et puissant »), les fans dansent sur les cris déchirants d’un rocker autocrucifié. Le petit Blanc né dans une friche industrielle de merde, sans avenir, ni présent, fait le tour de la terre. Rape me passe même en boucle chez Auchan, ensorcelant les oreilles des ménagères qui évoluent dans ce monde parfait des rayons en couleur. Magique : le désespoir des uns se change en joie pour les autres.

Postulat numéro 1 : il ne suffit pas de vouloir devenir un dieu, ou une étoile. Il faut une volonté d’acier et une passion, au sens chrétien, une passion dévorante, au sens où l’entendent les artistes.

Che Guevara, excellent timing, flingué par les sbires de la CIA, devenu le roi des ventes de tee-shirts et de posters ; Bob Marley, un cancer rasta après une tournée triomphale et un concert au Bourget (93) en 1980, qui laissera la banlieue amoureuse ; Bruce Lee, le petit Chinois qui rendit sa fierté à toute l’Asie, puis à tous les battus de la vie, disparu mystérieusement en plein Jeu de la mort, dans un moment de grâce ultime…

Avant de lister les « morts trop tard », ou qui mouront de toute façon trop tard pour la légende, même si on souhaite à tout le monde de vivre très longtemps (mais pas trop), petit retour sur les « morts trop tôt ». Les puristes crieront à la pure conjecture scientifico-foireuse. Attendez, avant de râler. Les stars en question toujours vivantes sont invitées à ne pas lire ce qui va suivre.

 

 

Malgré sa notoriété phénoménale – dès qu’on pense guitare, on pense Hendrix – le soliste a loupé quelque chose de plus grand encore. Il avait prévu d’entrer en studio avec Miles Davis, le sorcier qui a survolé les années 60 sur sa trompette. Jimi, qui était en fait à lui tout seul un homme-orchestre, nous a frustré de ces Jimiles sessions (le titre est de nous), qu’on aurait retrouvées en 6 ou 7 CD chez Blue Note. Une tuerie jazz-rock qui n’existera jamais que dans notre imagination. Mais il suffit de fusionner en esprit les deux directions prises par ces vrais musiciens au début des années 1970… D’ailleurs, Hendrix inspirera Davis sur Bitches Brew.

Dans la même veine, Ritchie Valens, de son vrai nom Ricardo Valenzuela, n’a que 17 ans quand il décide de mourir dans un accident d’avion. Jusque-là, c’est banal. Sauf que c’est lui qui écrit et chante La Bamba, tube mondial increvable, qui fait soudain surgir la culture latino-américaine au pays de l’Oncle Sam. Il serait devenu un Elvis latino, plus grand que Julio Iglesias. Aujourd’hui, les hispaniques (17 % de la population totale sans compter les 11 millions de clandestins, en majorité mexicains) ont dépassé les Noirs en tant que minorité, et deviennent de plus en plus visibles dans le sud-ouest américain, récupérant ainsi les territoires volés.

Postulat numéro 2 : pour devenir une légende, il faut non seulement déjà être une star, subir une tragédie, mais en plus que la tragédie survienne au bon moment. La mort, cette intervention divine, vient alors métamorphoser la carrière humaine en parcours béni des dieux, en la punaisant au firmament.

 

Bardot : star antistar

 

 

Malheureusement, la plupart ne réunissent pas ces trois conditions, préférant, par faiblesse pour la vie, tuer la légende de leur vivant… S’ensuit une vie pépère, déclinante, jusqu’à la banalité, cette mort douce. C’est le choix d’Arwen, qui choisit d’aimer Aragorn et mourir, plutôt que de vivre éternellement – mais sans amour – dans la féerique cité des Elfes. Le meilleur exemple, c’est Bardot. BB. La bombe sexuelle des fifties et première blonde interplanétaire. Si BB avait eu l’idée de disparaître à 28 ans, date du tournage du Mépris, sorti en 1963, elle aurait été plus grande que Marilyn. Plus grande morte que vivante. Mais Brigitte a consacré sa seconde vie aux animaux, et son étoile s’éteint progressivement, dans la tranquillité du sud de la France, ce sud que chantait Nino Ferrer. Ci vit BB, qui faillit être une légende. Ou comment redevenir humaine, au grand dam de ses fans déçus. D’ailleurs, à leur apogée, les stars sont poussées vers la mort : par la folie des abîmes, la vitesse qui brûle la vie, le suicide qui met un terme à tout ce bruit.

Et puis, comment monter plus haut ? Qu’y a-t-il après la gloire ?

Regardez, un boulet perdu à la fin de la journée, après la bataille, et Napoléon serait devenu lui-même le soleil d’Austerlitz. Jamais la France n’ira plus haut. Mettre une déculottée à toute l’Europe avec une maestria stratégique, ce goût très gaulois de la liberté qui contamine les monarchies atterrées, la France révolutionnaire qui inspire la Terreur au monde entier, le grognard qui devient la référence en matière de soldat, détrônant le légionnaire romain… Bref, après cela, l’Empereur ne pouvait que descendre. Et il est redescendu, jusqu’à se faire empoisonner doucement sur une île perdue au large de l’Afrique du Sud. Le Destin ne rigole pas, quand on loupe sa chance de devenir un dieu. Le roi du monde finit dépressif sur un timbre poste, loin des bruits du monde et de l’Histoire…

 

Fallait pas survivre

 

 

Changement de décor, de lieu, d’époque, et de domaine. Nous sommes en 1967, sur la côte californienne, paradis des surfeurs. Tout seul, malgré une famille pénible, des problèmes de gonzesses, l’alcool et le LSD, Brian, un des rares créateurs de musique populaire, découpe de fines lamelles de son cerveau pré-psychotique, et les dépose délicatement sur une galette, qu’il appellera bizarrement Pet sounds. Bruits d’animaux qu’entend le schizophrène ? Une qualité de son, d’originalité, d’arrangements, qui détone et prend à la gorge. On n’est pas habitués à ça, dans le monde des frimeurs binaires du rock. Qui pompent en douce des standards de jazz (voir le répertoire des Beatles), rythm and blues (les Stones), ou classiques (Deep Purple). Là, un bon gros plouc de Californien bêta, avec sa tête de pub pour pain de mie, tout seul, malgré les pains dans la gueule de son père, envoie un disque dans les étoiles. Qui ne redescendra jamais. Lui, si. Tout ce qu’il fera ensuite sera de la chute, des copeaux de Pet Sounds. La cervelle atomisée en pépites d’harmonies, Brian laissera une bonne partie de son esprit dans l’opération. Un cadeau du ciel pour le public, un message des dieux sous forme musicale, qui ne nous aura rien coûté. A lui, sa santé mentale. La grande victoire de Brian Wilson, c’est la tronche de John Lennon, avec ses bluettes pop, découvrant l’album parfait. Un coup de poignard qui sera à l’origine de Sergent Pepper, superbe, mais en dessous des compositions anxiogènes de Brian. Joyeux, mais terrestre, quoi. Ce jour-là, Brian est heureux, avec sa tête de sympathique couillon qui planque une sensibilité déchirante derrière un œil mouillé. Le bon moment pour le coup de grâce (divine) qui propulse au firmament. Oui, sauf que Brian a survécu… à sa création, et qu’il trimballe sa dégaine de grand légume dans des concerts de trop depuis 40 ans.

 

Jacques Dutronc : 1973

 

 

Le play-boy, qui a eu l’idée de plaquer l’esprit frondeur français sur les accords des Kinks, bénéficie depuis d’une incroyable cote d’amour, qui ne peut s’expliquer que par la faiblesse de la concurrence. C’est le syndrome Staline : pour devenir le meilleur, il suffit de savoir survivre à ses ennemis. Ou de les aider à partir. Jacques, qui n’est pas un tueur (sa main tremble trop), a cultivé son alcoolisme et ses jeux de mots, en ménageant son image à coups de sorties médiatiques savamment calculées. Hélas, la grande émission à lui consacrée le 31 mai 2003 sur France 2 sonne le glas de la légende : la présentatrice Isabelle Giordano, science-potarde devenue cireuse de pompes de service public, nous sert la philosophie fatiguée d’un riche décadent qui s’emmerde. Et surtout, qui n’a pas foutu grand-chose, à part quelques films, en 30 ans. Vachement rock, tout ça.

Pour Jacques, une noyade (forcément) mystérieuse au large des côtes corses en 1970 aurait été du meilleur effet. Au moment où Pompidou évoquait Les Cactus à l’Assemblée. On imagine la manchette de France-Soir : Jacques aurait-il été trop loin ? A-t-on assassiné le chanteur (trop) politique ? Mieux que la vie de bulot scotché à un bar, non ? En plus, en mourant en 1970, il n’aurait pas eu Thomas, né en 1973, et nous non plus. Deux bonnes raisons de disparaître !

 

François Mitterrand : le 21 juin 1983

 

 

La vague rose ne se résorbe pas, la rigueur n’a pas encore frappé sous les traits de Laurent Fabius, le plus jeune Premier ministre de France, perfusion de faux jeunisme imaginée par le président pour détourner nos yeux du démenti brutal et libéral qui s’annonce… Tonton, qui a déclenché un tsunami d’espoir en mai 1981, a fait passer des réformes populaires : cinquième semaine de congés payés, retraite à 60 ans, augmentations du SMIC, du minimum vieillesse et des allocs. Du lourd. Qui coûtera cher au budget de la nation : les socialistes, novices sur la gestion, et pas vraiment aidés par les grandes puissances économiques, lèveront bien un énorme emprunt sur le marché international, la fameuse affaire Caroline, mais les jeux sont faits. C’est là que Tonton aurait dû choisir de partir, victime d’un tireur isolé – payé par les forces obscures de la droite revancharde, le fameux Mur de l’Argent –, penché sur un vieux grimoire, dans son nid d’aigle de la rue de Bièvre, un soir de Fête de la Musique. Blum et Jaurès auraient pâli près de l’étoile mitterrandienne après un coup pareil. On se serait battu au cimetière de Jarnac ! Et le cercueil de Tonton à Paris ? Trois millions de personnes, venues des quatre coins du monde, enfoncé le retour de Khomeiny à Téhéran ! Tonton éternel, tout simplement, intouchable. Va passer président après ça ! Même Chirac aurait dû se prosterner.

 

Adolf Hitler : une balle dans la nuque le 12 juillet 1941

 

 

D’une brasserie munichoise des années 20 à la carte de l’Europe étalée devant son état-major en 1941, date de l’apogée du IIIe Reich, le petit peintre autrichien a réalisé son rêve : il a vengé l’Allemagne, neutralisé les Français, expulsé la majorité des juifs allemands, il contrôle le Vieux Continent et mord à pleines dents dans l’immense Union soviétique, se gavant d’un fruit au goût inconnu mais suave, enivrant comme une vodka Pils de la Bürgerbraukeller ! Un jus qui virera amer en février 1943, quand 90 000 zombies de la Wehrmacht défileront piteusement dans les rues de Stalingrad, sous les crachats de la populace, vers une destination inconnue, qu’on découvrira au retour des 6000 survivants : l’Est, les camps, la mort lente, mais surtout le travail forcé (Donbass). Nuit et brouillard version popof. Au total, 380 000 prisonniers allemands mourront en URSS entre 1941 et 1952 selon les Russes, un million selon les Allemands. Le prix du rêve.

 

 

Deux balles dans la nuque servies par des commandos britanniques (inspirés des partisans boers qui ont harcelé les forces anglaises la fin du XIXe siècle) au moment où le message de la prise de 450 000 soldats soviétiques dans la nasse de Kiev parvient au Nid d’Aigle (26 septembre 1941). L’orgasme fou de piéger et détruire quatre armées entières du Tsar honni Staline, par une tactique intrépide des blindés de Guderian et Von Kleist. La supériorité de la volonté de fer allemande sur l’inertie de l’ogre obèse rouge. Les Russes perdront 700 000 hommes, et devront reconstituer complètement ces armées anéanties. Mais une victoire à la Pyrrhus, puisque la prise de Kiev, mobilisant le meilleur des unités blindées, retardera d’autant la marche sur Moscou. On connaît la suite.

Hitler, à ce moment-là, ne s’en prend pas encore méthodiquement aux populations slaves et juives de l’Est. On n’en est pas à l’anéantissement des villages biélorusses, des shtetls de Pologne, ou des prisonniers de guerre soviétiques. Ce sera le début de la fin : la gloire militaire ternie par les massacres civils.

 

 

Notez bien qu’il y a des hommes d’importance moindre mais morts au bon moment, qui profitent ainsi d’une vie post mortem plus longue qu’ils ne le méritaient. C’est le cas de Jim Morrison, chanteur des Doors, ou de JFK, modeste baiseur de bimbos élevé au rang de président par son père, truand millionnaire et corrupteur. La mort, surgie plus tôt que prévu, les a artificiellement grandis. Ces chanceux goûtent désormais à une confortable postérité, une éternité limitée.

Il est donc possible de fabriquer une nouvelle mythologie à partir de ces hommes promus demi-dieux, voire dieux entiers générateurs de culte, en les effaçant à temps. Mais il est dur de partir le plus beau jour de sa vie : et si un autre plus beau jour arrivait ?

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1174916
    le 01/05/2015 par yann
    Comment devenir éternel

    Merci pour cet article interessant :-)


  • #1174924
    le 01/05/2015 par Gerard John Schaefer
    Comment devenir éternel

    Pet Sounds, à mes oreilles inaptes, c’est juste une mièvrerie pop...
    Nirvana, c’était plus que de la musique, mais cette vague grunge s’est échouée depuis longtemps... qui s’en réclame ?

    À la même époque, sur le même continent, Acid Bath, des génies, selon moi.
    C’est la pochette de l’album When The Kite String Pops ("lorsque la ficelle du cerf-volant pète") qui me les a fait connaître.
    C’est plus subtil que Nirvana.

    Musique, acteurs, politiques... vous ne parlez pas des peintres !
    Diego Velázquez, actuellement au Grand Palais, ainsi que Pierre Bonnard, au Musée d’Orsay.
    La Peinture est l’art du silence.

    Qu’est-ce que c’est Che Guevara, par rapport à Rembrandt, si tu veux...
    Ah ! oui... un T-shirt ! ou un poster au mur de Besancenot.

    Nicolas Poussin, les gars...
    Allez, t’es puni de Nirvana !

     

    • #1175314
      le 02/05/2015 par Pehobla
      Comment devenir éternel

      Ah, quand on parle de musique... Il faut se rappeler que Cobain, Morrison, Hendrix, Beach Boys, Beatles, indépendamment de leur mérite (ou pas), il s’agit avant-tout d’icônes populaires.

      Nirvana et les Ramones, ce sont des marques de T-shirt.

      Loveless de My Bloody Valentine (1991) est passé inaperçu dans la sphère populaire, à l’apogée du shoegazing, contre lequel le grunge ne fut qu’une resuçée Stonnienne. L’histoire du rock regorge de ces exemples, où les plus méritants (artistiquement) ne sont pas forcément les plus connus. Qui connaît Faust, Captain Beefheart, Can, Public Image, Tim Buckley, Soft Machine ? Qui sait que Lou Reed fut le chanteur du Velvet Underground ? Pas grand-monde, finalement, mais ce n’est pas dommage pour autant : le piège serait de tomber dans un élitisme nauséabond (pour le coup), parce que chacun a la possibilité de creuser sous les icônes pour chercher la substance... Tout comme chacun peut décider de ne pas le faire.

      L’article est assez frais et agréable à lire. Je citerai Armand Mattelart pour la question de la culture populaire : "[...] L’expansion des produits de l’industrie de l’entertainment amène automatiquement la liberté civile et politique. Tout se passe comme si le statut de consommateur était l’équivalent de celui de citoyen". ("La mondialisation de la communication").


    • #1176158
      le 03/05/2015 par Gerard John Schaefer
      Comment devenir éternel

      Pehobla,

      Des artistes que tu cites, ma médiathèque municipale du 93, a au moins un titre de leurs discographies respectives dans les bacs.
      Rappelons que Lou Reed, éventuellement du très inégal Velvet Underground, a commis en 2011 Lulu, ce truc avec Metallica, qui sont plutôt connus désormais pour remplir les stades.
      Est-ce qu’on est un bouseux parce qu’on écoute Lynyrd Skynyrd ? Certains de leurs titres tutoient les cieux.
      En écrivant le message auquel tu as répondu, j’écoutais les Eagles, de 2007.
      Or, ça ne "sonne" pas vraiment "2007", ça "sonne", Eagles, et pis c’est tout. Du classic rock, au mieux, du rock FM, pour les contradicteurs. Qu’est-ce qu’on s’en tape.

      Perso, j’écoute de la musique pour mon plaisir égoïste, pas pour me donner un genre, ou me positionner socialement.
      Tu me vois dans la rue, tu ne sais pas ce que j’écoute, même si tu te doutes quand même qu’il est peu probable que ce soit Sliimy...
      Pour revenir à ma médiathèque municipale, ils ont par contre très peu de films d’Horreur, même pas La Nuit des Morts-Vivants ou Evil Dead !
      Je crois qu’ils ont Poltergeist... c’est con, Tobe Hooper est surtout connu pour un autre titre, lol.

      La culture, c’est une façon de découvrir, comprendre, et accompagner le monde, en se bricolant le sien.

      Je me rends subitement compte que l’article E&R a "oublié" de citer et développer Guy DEBORD.
      Lui, il est éternel, au-delà de la niche de son époque, qu’il a su dépasser, par sa culture, justement, qui n’était pas celle d’un consommateur, mais bel et bien d’un jouisseur, pourtant, et jusqu’au-boutiste, s’il-vous-plaît.


  • #1175004
    le 01/05/2015 par spirit
    Comment devenir éternel

    Vous avez oublié Claude François,mort exactement au bon moment,en mars 78 à l’ultime apogée de la pop française dite de varièté quand,au même moment à Londres,se séparaient les Sex Pistols,annonçant le début de la New Wave qui allait tout balayer musicalement...Clo-Clo n’y aurait pas survécu et sa descente aurait été terrible...Au lieu de ça,il vend encore de sa musique 30 ans après quand ses contemporains ont tous disparus !

    Napoléon avait cherché son boulet à Waterloo...il ne l’a pas trouvé car il lui restait à dicter sa légende sur son caillou lointain... !!
    Adolph a échappé à tout les attentats possibles....On ne peut comprendre pareil destin qu’en survolant le monde d’aujourd’hui....l’atome a tout transformé,guerres et paix et vision du monde...L’Europe n’en avait plus et encore moins maintenant !
    Staline a été jusqu’au bout du possible avec l’URSS...un an de plus et s’en était fini...certains l’on pensé..purges,guerre mondiale,effondrement économique brutal....y’à un temps pour s’arrêter !!!

     

    • #1175351
      le 02/05/2015 par ANDROMAQUE
      Comment devenir éternel

      Je me suis dit cela souvent au sujet de Claude Francois : les annees 80 auraient été un calvaire pour lui. La gauche l’aurait soigneusement ringardisé, trop représentant du peuple français honni par cette caste. Cela dit le type était assez malin et il aurait peut être aussi était un des premiers bras droit de Jack Lang. On ne saura jamais....


    • #1175377
      le 02/05/2015 par seber
      Comment devenir éternel

      Cloclo ? Une synthèse. Il était très fort pour reprendre les codes américains et les adapter à la France.
      Et Johnny ? Sheila ?
      Un biais ignoré dans l’article est le critère universaliste de ces icônes. On retombe dans le tropisme américano-messianique, soit une célébrité souvent artificielle qui se base sur le plus petit dénominateur commun et sur le show-biz. Mauvais signes.
      On a eu Clovis et Galilée. Aujourd’hui des chanteurs camés pour midinettes. La décadence à l’état chimiquement pur. La postérité aussi est une obsolescence programmée.


  • #1175035
    le 01/05/2015 par Marie59
    Comment devenir éternel

    L’immortalité dans un monde limité n’est pas bien intéressante... Pauvres petits joueurs... !


  • #1175054
    le 01/05/2015 par mr M
    Comment devenir éternel

    Nirvana est le meilleur son rock de la terre, l’article ne mentionne pas Michael Jackson, c’est a cause de ses accusations ?

    Ce type est resté une legende, il avait du talent et de la créativité à revendre.


  • #1175145
    le 02/05/2015 par goy pride
    Comment devenir éternel

    Mmm...Passer du Christ à Kurt Cobain, Mitterrand, Bardot...y’a quand même une différence de nature entre ces personnages !


  • #1175166
    le 02/05/2015 par dav
    Comment devenir éternel

    je pense qu’a part jesus, personne ne se souviendra de tous les autres dans 100 ans...tout le monde est eternel mais seul jesus est memorable

     

    • #1175367
      le 02/05/2015 par fred89
      Comment devenir éternel

      Là-dessus, on ne peut pas vous donner tort.
      Plus de 2000 ans de notoriété, et sans même avoir sorti un seul tube...


    • #1175526
      le 02/05/2015 par david
      Comment devenir éternel

      Tu déconnes et le serment sur la Montagne c’est quoi ?

      Encore ces pharisiens et ou sionistes qui ont refusé de reconnaître Mike Brant comme leur messie, pourtant le mec est passé par la Gallilé, descendants de déportés, chanteurs à succès et à fait une dépression après être passé par Tsahal. Ils ne reconnaissent décidément que la monnaie ces gens la.


    • #1175862
      le 03/05/2015 par Idriss
      Comment devenir éternel

      @fred89
      je dis ça comme ça mais ce sont des juifs qui ont fait sa promo.
      Comme le dit si bien Gilad Atzmon, les juifs sont très fort en marketing.
      Malheureusement pour les judéens, le pantalon était celui à deux jambes. Trop tard l’affaire état conclue. les goyim pour une fois y on gagné au change. :)


    • #1176163
      le 03/05/2015 par Guillaume
      Comment devenir éternel

      Oui enfin Mike Brant n’était qu’un usurpateur, Moshé Brand de son vrai nom et qui chantait en phonétique a une gloire tout en carton si on regarde un peu derrière.


  • #1175205
    le 02/05/2015 par Ouioui
    Comment devenir éternel

    - La constante anthropologique de notre être, créé à l’image de Dieu, est de chercher l’absolu et l’éternité, donc l’Eternel.
    Là où ça pose problème, c’est lorsqu’on transpose cette quête d’absolu dans le monde matériel et visible (ce monde fini, passager et mortel), dans une passion quelconque ou un plaisir particulier bien terrestre ; ce qui revient à diviniser le provisoire. Les passions périssent et changent (c’est leur nature), là où Dieu est éternel et immuable (c’est sa nature). C’est l’hérésie.

    - Le monde consumériste et du progrès moral cherche en permanence à se renouveler par le culte de la nouveauté pour écarter la question de la souffrance, la foi en la nouveauté devant nous apporter le remède de la souffrance. Ce n’est pas un hasard, le faux-absolu passé étant dépassé, il faut créer un faux-absolu nouveau pour produire encore et toujours l’illusion rassurante de ce bonheur futur qu’on touche du doigt ; et ceci indéfiniment puisque la nouveauté finit par périr... la fuite en avant, soit le libéralisme. C’est la matrice.

    - La recherche d’immortalité dans ce monde est typique du monde moderne athée et amène à rechercher la gloire en ce monde plutôt que dans l’autre. Ce qui conduit inévitablement à vouloir plaire aux Hommes plutôt qu’à Dieu. L’humanisme anthropocentriste est satanique, il nous mène vers la décadence, le mensonge et l’Homme-Dieu, soit l’enfer (au sens propre). Ne veut-on pas aujourd’hui avec le transhumanisme faire de l’Homme un Dieu, en ayant enfin réussi grace à la technique et la science à le rendre immortel sur cette terre ?
    Ne pas accepter la mort, c’est ne pas accepter que Dieu est Dieu. Rendre à Dieu ce qui est à Dieu doit être primordial. C’est l’objectif.

    NB :



    Une triple coïncidence qui expliquera par la suite sa transformation de simple vedette religieuse locale – les types qui se prenaient pour un Messie cent fois annoncé foisonnaient – en fils de Dieu, tout simplement.




    Par souci d’intransigeance catholique je vous demande de bien vouloir nous épargner vos cours de théologie anti-chrétienne. Hélas sous un avatar traditionaliste chrétien vous distillez le poison pérennialiste gnostique.
    Le Christ n’est pas qu’un Homme parmi les Hommes qui aurait reçu un enseignement mystique puissant. Il est le messie qu’attendaient les juifs. Il est Dieu.



    La mort, cette intervention divine (...)




    Non, la mort n’est pas une chose voulue par Dieu et ne vient pas de Lui (Sagesse 1, 13).

     

    • #1175376
      le 02/05/2015 par Kross
      Comment devenir éternel

      - "Ne pas accepter la mort, c’est ne pas accepter que Dieu est Dieu. Rendre à Dieu ce qui est à Dieu doit être primordial. C’est l’objectif. // La mort n’est pas une chose voulue par Dieu et ne vient pas de Lui."

      Contradiction... La mort est le dernier bastion farouchement garde de la religion et ce bastion sera victorieusement pris d’assaut par la science tot ou tard, soyez-en certain, car c’est son but ultime et rien ne l’arretera ; tout ce que l’homme peut concevoir par elle, il peut le realiser par elle et il le realisera d’une maniere ou d’une autre. Ce jour la, qui n’est pas si loin, la religion sera morte et enterree avec les textes qui vont avec (Rael l’a bien compris, par exemple)... Voila pourquoi, l’esprit doit prevaloir sur la lettre, ce que le mental religieux psycho-rigide se refuse a admettre par souci d’intransigeance, au mieux, ce qui est aussi une heresie en soi, nous en avons la demonstration contemporaine flagrante avec certaines "religions a problemes"... Si de nos jours on se lamente que "les gens veulent leur religion sur-mesure", c’est aussi peut-etre que les tenants du dogme se revelent impuissants a etre en phase avec leur temps et a se remettre en question ; ils seront donc seuls responsables de ce qui adviendra et de l’echec ineluctable de leur mission. Mais si encore "le Christ’" a bel et bien vaincu le monde, mais aussi la mort, alors rien n’est encore perdu, mais tout est a venir...


    • #1175712
      le 02/05/2015 par Ouioui
      Comment devenir éternel

      Quand je dis que l’Homme ne veut pas accepter de mourir, c’est parce qu’il a perdu confiance en Dieu, il n’a plus la foi (= confiance) en Lui et in fine dans l’au delà. Du coup il en vient à chercher l’immortalité (il cherche à se mettre à la place du Créateur ici) sur cette terre par peur de retourner au néant. On peut très bien aussi avoir peur de mourir parce que notre âme n’est pas en paix...
      La mort est entrée dans le monde sans que Dieu le veuille, même s’il savait étant omniscient que ça allait se passer comme ça. Ce n’est en rien une contradiction.

      Concernant la suite de votre message, la Vérité est immuable, elle ne varie point, sinon ce n’est plus la Vérité. C’est pour ça que suivre "l’air de son temps" n’est pas une démarche valable, la mode étant de palier en palier simplement l’idéologie du progrès pourfendue sur ce site...
      Si son temps c’est objectivement de la merde, faut-il absolument vivre avec son temps ?
      Le but de l’Église est de sauver les âmes de l’enfer en enseignant les bonnes doctrines, pas d’être en accord avec l’esprit du monde (l’esprit de ce monde étant identifié comme venant du diable) en reniant tous ses principes et finalement semer l’hérésie. L’Église se doit d’être la Lumière du monde et le guide des justes.
      Vouloir sa religion sur mesure revient à diviniser son ego, c’est toujours ne pas accepter Dieu tel qu’il est. Par ailleurs, on remarquera que l’humanité reproduit le péché originel, vous serez comme des dieux...

      Dernière chose : les scientifiques n’auront pas le mot de la fin, Dieu veille, même si vous n’y croyez pas.


    • #1176492
      le 04/05/2015 par MGK
      Comment devenir éternel

      @Ouioui

      Vos deux interventions sont, en tout point, d’une grande justesse. Merci.


  • #1175239
    le 02/05/2015 par Clara Imbert
    Comment devenir éternel

    Article très intéressant, que j’ai lu et relu !!! Wouawwww...
    Je pense avoir reconnu la plume d’une certaine personne ! Mais je garde ça... pour moi !


  • #1175247
    le 02/05/2015 par paralapaz
    Comment devenir éternel

    Pour obtenir la vie éternelle, il faut croire en Jésus-Christ qui a dit "Je suis le chemin, la vérité et la vie" (Jean 14.6 du Nouveau Testament).


  • #1175267
    le 02/05/2015 par Trevor
    Comment devenir éternel

    Pour quelle raison dire que Jim Morrison est "artificiellement grandi" ? C’était sans doute un enfoiré mais un sacré poète tout de même... Non ? En quoi démérite t’il vis à vis de Kurt ou Brian Wilson ?


  • #1175325
    le 02/05/2015 par Ezio
    Comment devenir éternel

    Très bon article original.
    Attention quand même à ne pas tomber dans le cynisme gratuit : à propos du fils Dutronc, c’est un peu limite je trouve... Espérons que c’est pour plaisanter.

     

    • #1175709
      le 02/05/2015 par berla
      Comment devenir éternel

      Comment le patron a t-il pu laisser passer ça ? :-) ...que je partage entièrement : le fils Dutronc n’aura jamais le talent de son père et ne doit sa notoriété qu’à son nom.


  • #1175406
    le 02/05/2015 par guise
    Comment devenir éternel

    Vous devriez lire le très intéressant livre de Laurent Guyénot :"JFK/11 septembre, 50 ans de manipulations" votre appréciation de Kennedy changerait certainement.
    Il n’est pas uniquement celui que la propagande nous sert depuis des décennies, ( amateurs de femmes, amant de marilyn, fils et héritier d’un père mafieux) mais un personnage infiniment plus complexe.
    Guyénot en fait une figure quasiment christique, démonstration à l’appui.


  • #1175418
    le 02/05/2015 par Madame13
    Comment devenir éternel

    Toute les personnes cite ici mis à part Jésus ,n’arrive pas à la cheville deMichael Jackson il ne faudrait pas l’oublier.il a été connu dans le monde entier pour ses performances musicale.

     

    • #1175613
      le 02/05/2015 par seber
      Comment devenir éternel

      Euh…
      Il aurait fallu au minimum qu’il soit un musicien hors-pair pour soutenir la comparaison avec n’importe quel autre, qu’on parle de jazz, de rock ou autres mouvements musicaux. Jackson, que j’ai admiré longtemps en tant que jeune con du système était juste un très bon chanteur de variétés de l’industrie musicale, mais pur produit du mondialisme. Ca m’a coûté un peu de l’admettre mais on s’en fout. Il faut voir les choses en face.


    • #1175809
      le 03/05/2015 par milla
      Comment devenir éternel

      Jimmy Hendrix qui n’arrivrait pas à la cheville de M Jackson ?
      je ne nie pas le talent d’interprete et de "showman" du plus jeune des Jackson 5 mais bon, son plus grand talent c’etait surtout de s’etre entouré de vrai gros pros du son... Hendrix lui a réinventé une forme musicale, si on part du principe que la musique est un langage, il en a revolutionné l’usage.
      Pour Nirvana ça reste un groupe admirable, qui a sorti quantité de bonnes chansons (surtout sur "in utero" et "incesticide") mais il n’y a pas non plus de "baroque" au niveau musical, ils ont reussi un mélange parfait entre les Pixies et Sonic Youth, les 2 grands groupes des fins 80’/debut 90... La chose trés marquante chez Nirvana c’est la trajectoire de Cobain, le type qui voulait du succés mais en authentique punk, et qui n’a pas supporté d’incarner aussi bien une époque, que son ame trop pure savait merdique... Oui, y’a quelque chose de christique à se sacrifier pour laver les pechés du monde.


  • #1176920
    le 04/05/2015 par guillaume
    Comment devenir éternel

    Je me suis bidonné du début à la fin !

    mention spéciale

    << Pour Jacques, une noyade (forcément) mystérieuse au large des côtes corses en 1970 aurait été du meilleur effet.]...[ On imagine la manchette de France-Soir : Jacques aurait-il été trop loin ? >>

    c’est vachard, je pense qu’un Desproges n’aurait pas renié ça !


  • #1177756
    le 05/05/2015 par MrOliphant
    Comment devenir éternel

    Si Alain Soral et Dieudonné étaient morts début 2014 pendant l’affaire de la quenelle, au sommet de leur gloire, le poing levé sur les barricades, ils seraient rentrés dans l’Histoire ! Aux cotés de Jésus Christ, Mahomet, Jean Moulin, Che Guevara et Khomeini, leur courage aurait inspiré durant des siècles tous les résistants épris de liberté !

    Hélas, depuis un an, les complots ourdis par l’empire tels que les affaires Binti, de la FAPEC, et de l’Annanassurance ont gravement terni leur réputation. Heureusement les éveillés dont je fais partie, qui les suivent attentivement et avec ferveur, savent ce qu’ils valent réellement.


  • #1178086
    le 05/05/2015 par Dana
    Comment devenir éternel

    On peut salir, déshonorer, rabaisser, mais au final l’humain reste humain au yeux de Dieu. Si ces personnalités sont encore vivantes, c’est que leur mission n’est pas terminée sur terre. Brigitte Bardot (pour ne citer qu’elle) est importante pour les personnes qui sont employées chez elle, elle vit entourée de ces animaux pour qui elle est importante aussi... alors qui sommes nous pour juger qui a le droit de vie ou de mort en ce bas monde ?


Afficher les commentaires suivants