Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Congo : les nouveaux regrettables "regrets" du roi des Belges

Le mardi 30 juin 2020, pliant à son tour sous l’air du temps, le roi des Belges avait présenté « ses plus profonds regrets pour les blessures infligées lors de la période coloniale belge au Congo ».

 

Le mercredi 8 juin 2022, en visite officielle à Kinshasa, le roi Philippe a une nouvelle fois fait repentance pour « les blessures infligées au Congo durant la période coloniale ». Une repentance qui n’a pas lieu d’être. Pour trois raisons principales :

1) En 1885, quand fut internationalement reconnu l’État indépendant du Congo (EIC), les esclavagistes musulmans venus de Zanzibar avaient franchi le fleuve Congo, dépeuplant les régions de la Lualaba, de l’Uélé, du bassin de la Lomami, et ils avançaient vers la rivière Mongala. À cette époque, les Africains étaient enlevés par dizaines de milliers pour être vendus sur le littoral de l’océan indien ou sur le marché aux esclaves de Zanzibar. De 1890 à 1896, de courageux belges menèrent alors ce qui fut à l’époque baptisé de « campagne anti-esclavagiste » ou « campagne arabe ».

À la place de ces injustifiables et répétitifs « regrets », c’est donc tout au contraire la mémoire de ces hommes généreux que le roi des Belges devrait célébrer. Parmi eux, les capitaines Francis Dhanis, Oscar Michaux, Guillaume-François van Kerckhoven, Pierre Ponthier, Alphonse Jacques, Cyriaque Gillain, Louis Napoléon Chaltin, Nicolas Tobback et bien d’autres.

Pour avoir voulu arracher les malheureux noirs aux esclavagistes, Arthur Hodister et ses compagnons ainsi que le lieutenant Joseph Lippens et le sergent Henri De Bruyne furent massacrés. Les deux derniers eurent, alors qu’ils étaient encore vivants, les mains et les pieds coupés par les esclavagistes.
Certains fanatiques demandent que leurs statues soient déboulonnées. Cela se fera probablement tant, outre-Quiévrain comme partout ailleurs en Europe, l’ethno-masochisme est désormais sans limites.

2) La Belgique n’a pas pillé le Congo. Et pourtant, cette colonie fut une de celles dans lesquelles les profits privés et ceux des consortiums furent les plus importants. L’originalité du Congo belge était qu’il subvenait à ses besoins, le plan de développement décennal ainsi que les investissements étant financés par l’impôt des grandes sociétés qui était payé et investi sur place. La colonie s’autofinançait donc, un cas à peu près unique dans l’histoire coloniale de l’Afrique qui contredit à lui seul le postulat culpabilisateur.

Mais, pour mettre en valeur cet immense territoire, il fallut commencer par y créer des voies de communication et notamment une voie ferrée reliant l’estuaire du Congo (Matadi), à la partie navigable du fleuve. En 1898, au bout de neuf années d’efforts surhumains, les 390 kilomètres de la ligne Matadi-Léopoldville furent achevés, mais 1 800 travailleurs noirs et 132 cadres et contremaîtres blancs étaient morts durant les travaux. Rapportées aux effectifs engagés, les pertes des Blancs étaient 10 fois supérieures à celles des Noirs.

En 1908, le Congo, propriété personnelle du roi Léopold II, fut repris par la Belgique. De 1908 à 1950, les dépenses engagées par Bruxelles dans sa colonie furent de 259 millions de francs-or et durant la même période, le Congo rapporta 24 millions de francs-or à l’État belge [1]. La Belgique n’a donc pas bâti sa richesse sur le Congo, même si des Belges y ont fait fortune, et parfois de colossales fortunes, mais ce n’est pas la même chose.

3) Parmi toutes les puissances coloniales, la Belgique fut la seule à avoir défini un plan cohérent de développement en partant d’une réalité qui était que tout devait être fait à partir du néant. En matière d’éducation, la France et la Grande Bretagne saupoudrèrent leurs colonies d’Afrique sud-saharienne tandis que la Belgique choisit de procéder par étapes et de commencer par bien développer le primaire, puis le secondaire et enfin seulement le supérieur. Mais, pour que ce plan puisse être efficace, il lui fallait une certaine durée. Or, il fut interrompu par une indépendance précipitée et alors qu’il fallait à la Belgique au moins encore deux décennies pour le mener à son terme. Si le roi des Belges doit exprimer des « regrets », c’est donc d’avoir décolonisé trop tôt, trop vite, précipitamment, sous la pression de l’émotionnel … comme aujourd’hui !!!

Alors, certes, et il serait historiquement mensonger de le nier, il y eut effectivement une période sombre au Congo avec une authentique politique d’exploitation fondée sur le travail forcé dénoncée dès 1899 par Joseph Conrad dans son livre Au cœur des ténèbres. Ce fut l’époque de la Fondation de la Couronne à laquelle le roi Léopold attribua environ 1/10 de la superficie de tout le Congo et qui perçut les revenus domaniaux des concessions. Mais ce ne fut qu’une parenthèse de quelques années qui, de plus, ne concerna que le 1/10 de l’immense Congo. À partir de 1908, le Congo rentra en effet dans l’État de droit et ses ressources ne servirent plus qu’à sa mise en valeur.

Voilà pourquoi les « regrets » du roi des Belges, qui sont aussi injustifiés qu’injustifiables, sont d’abord et avant tout une véritable insulte à l’Histoire. Mais également une insulte à la mémoire de ceux qui donnèrent leur vie pour combattre les esclavagistes. À la mémoire de ces fonctionnaires et de ces colons qui firent que dans le Congo belge les populations mangeaient à leur faim, étaient soignées et connaissaient la paix… À l’époque, les habitants du Kivu et de l’Ituri n’étaient ainsi pas massacrés comme aujourd’hui par des bandes armées… Une insulte à la mémoire de ceux qui firent que les services publics fonctionnaient, que les voies de communication créées à partir du néant, tant pour ce qui était de la navigation fluviale, que des voies ferrées, des aérodromes ou des ports étaient entretenues. Quant au réseau routier, il était exceptionnellement dense, des pistes permettant de traverser le pays d’ouest en est et du nord au sud en toutes saisons. Après l’indépendance, ces voies de communication disparurent, littéralement « mangées » par la brousse ou par la forêt.

Bernard Lugan

 

Notes

[1] Stengers, J., (1957) « Combien le Congo a- t-il coûté à la Belgique ? » Académie Royale des Sciences Coloniales, T.XI, fasc 1, 1957, 354 pages.

Voir aussi, sur E&R :

 
 






Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2975180
    Le 13 juin à 23:04 par Patrie Haute
    Congo : les nouveaux regrettables "regrets" du roi des Belges

    Aussi sûrement que les arbres de l’écologie et du féminisme cachent les forêts de l’exploitation des ressources et des femmes par les industries, quand le roi des belges fait ses excuses au Congo, c’est qu’une opération probablement vaste de spoliation du pays est en cours d’exécution.

     

    Répondre à ce message

    • #2975279
      Le 14 juin à 08:27 par Refenestré
      Congo : les nouveaux regrettables "regrets" du roi des Belges

      Je préfèrerais ça, très franchement, et de loin. Mais non c’est simplement un acte de soumission idéologique totale et d’auto-dépréciation ethnomasochiste. Comme ton com d’ailleurs.

       
    • #2975567

      C’est pas la Belgique qui exploite la RDC, c’est le diamentaire israelien dan gertler et sa société glencore...
      Après avoir fait fortune avec les diamants de sang en afrique de l’Ouest, il est allé corrompre kabila avec un peu de pognon, et a ensuite servit d’intermédiaire avec Israël pour la fourniture d’armement...
      A ce jour, Dan Gertler est propriétaire des mines d’état et a le monopole sur le commerce des diamants..
      Et sa société a oublié de verser 1 milliard de dollars de royalties au gouvernement de la RDC...

       
  • #2975189

    Le karma individuel et collectif des nations, comme justice divine à long terme, se chargera peu à peu de rééquilibrer tout ça.

     

    Répondre à ce message

  • #2975201

    Et bien mon salaud va te faire couper le bras, si tu ramène pas 8 litre de latex (de caoutchouc)et cela pendant des décennies,et tu saura peut être ce qu’est la décence ! Ne me dis pas que le barbu qui se nommait Léopold II fut un bienfait pour le Congo,lui et ces sbires qui on réussi à faire d’un pays une boucherie à ciel ouvert digne d’un hitler mai lui fut dans la discrétion,c’est pour dire ...Et j’en passe des menteur qui pense et pensait que civiliser les soit disant population dite non civilisée doit devais se faire dans la douleur...

     

    Répondre à ce message

    • #2975363

      Très étonné aussi de ne rien lire sur le sujet.
      On trouve quantité d’images d’époque montrant ces joyeusetés.

      Alors, légende ou réalité ?

       
    • #2975577

      Il suffit de taper "colonisation congo" sur google image pour s’apercevoir que les sbires de Léopold sont noirs...
      Et oui, le congo c’est 80 fois la superficie de la belgique et on ne colonise pas un territoire aussi vaste avec des soldats belges..

      On fait comme les collègues, on embauche des prostituées congoides, aussi appelées "tirailleurs sénégalais " par chez nous...

      Le Congo a été colonisé sur ordre de Léopold contre l’avis général, une poignée de belges sont allés recruter des collabos, et ça a pas été compliqué d’en trouver, tu propose un pantalon, une paire de godasses et un flingue (imagines un peu le luxe, c’etait encore la guerre du feu là bas, la dernière innovation avait été de remplacer les pointes de flèches en silex contre de la ferraille de mauvaise qualité ), avec la promesse de pouvoir massacrer les tribues ennemies, violer leur femelles et brûler les cases en branches...

      Ils étaient pas très raffinés les congolais, il a même fallut leur interdire la pratique du cannibalisme...

      Et comme les blancs étaient ultra minoritaires, les munitions des collabos étaient données au compte goutte, afin d’éviter que les prostituées congoides ne les stockent pour s’en servir contre les colons... il fallait alors justifier chaque balle utilisée avec une main coupée sur le cadavre de la victime...
      Du coup les collabos se sont mis à mutiler les membres des ethnies ennemies pour avoir des cartouches...

       
  • #2975204

    Il y a d’autres versions de l’histoire de ce pays, sur la période 1885-1908 du moins. On parle d’un meurtre de masse de 10 millions de personnes et de mutilations sur les esclaves de la part de l’administration de Léopold II.
    On peut lire le livre de M.Wiltz " Il pleut des mains sur le congo" consacré à ce sujet : https://information.tv5monde.com/af...

     

    Répondre à ce message

    • #2975268

      Merci de le rappeler. Il y a tellement d’incultes sur ces questions.

       
    • #2975494
      Le 14 juin à 14:17 par Jean-Marc (un belge)
      Congo : les nouveaux regrettables "regrets" du roi des Belges

      Tout ces faits sont probablement vrais et certainement prouvés mais en quoi le pauvre quidam belge comme moi devrait s’en sentir responsable ?
      N’oubliez pas que concomitamment durant cette période, de pauvres belges bien blancs remontaient des puits de mines et ils en remontaient bien noirs eux aussi !!! C’était évidemment aussi de l’esclavage !
      J’en ai marre de me sentir affligé et responsable de ce que nos ELITES de l’époque ont pu commettre. Ce qu’ils ont pu faire au Congo m’est ETERNELLEMENT repproché et maintenant nous, peuple belge, devont plier l’échine et mettre genoux à terre !!!
      Alors, non, je ne plierai pas comme notre ROITELET de merde. Il est temps de nommer les vrais responsables financiers (sans doute de communauté bien connue, Anvers en est leur bastion du diamant)
      Car comme les bénéfices sont privatisés et les dettes communautarisées, je ne veux pas que les exactions soient aussi communautarisées. Elles ont été commises au nom de gens qui s’en mettaient plein les fouilles ... et je peux vous dire que ma famille n’ a jamais bénéficié du moindre sou du Congo, JAMAIS.
      A bon entendeur !!!

       
    • #2975539

      @ jean Marc
      Justement, il est question de la période où le Congo était propriété personnelle de Léopold ll, pas de la Belgique. Le Roi de Belgique actuel et sa famille ont , eux , bénéficiè des bonnes affaires faites par leur aïeul là bas.

       
    • #2975576

      Bonsoir Jean Marc, parfaitement en accord avec vous....et si je peux me permettre : expliquez à vos compatriotes qu’il en est de même pour le peuple Français et ses soi disant élites. J’ai vécu 10 ans en Belgique et que n’ai je entendu sur les Français : le fameux "French Baching". Sinon, oui, il y a du potentiel en matière de conneries chez nous...mais vous n’êtes pas épargné non plus. Coucou à tous mes ami(e)s Wallon et Bonsoir à vous. Nous subissons tous les mêmes.

       
  • #2975366

    Combien nous coûteront ses regrets ?

     

    Répondre à ce message

  • #2975434

    Dans ce pays pourri, les étrangers n’ont pas le droit d’acheter un terrain et les nationaux ont le droit d’acheter un bail relatif à un terrain au gouvernement de ce pays.

    La RDC ? Non merci !

     

    Répondre à ce message

    • #2975552

      Voilà qui est pas mal et rappelle la Thaïlande. Par ailleurs, où que vous soyez dans le monde, croyez bien que le droit à la propriété vous échappe dès lors que l’État en a décidé ainsi : à n’importe quel moment...

       
  • #2975449

    donc c’est comme pour la France coloniale : l’état en a été de sa poche (mais ce sont les privés qui se sont goinfré comme d’habitude mutualisation des pertes, privatisation du profit). j’attends donc toujours une justification convainquante du colonialisme
    Quant aux guerres contre les esclavagistes musulmans c’est après 1885 donc à lépoque coloniale, les belges ne voulaient pas se faire voler leur main d’oeuvre pour les plantations et les mines (conditions de travail abominables qui valaient bien l’esclavage).
    non il n’y a rien qui tient debout question arguments, même en nous prenant aux sentiments.

     

    Répondre à ce message

  • #2975568

    Alors, certes, et il serait historiquement mensonger de le nier, il y eut effectivement une période sombre au Congo avec une authentique politique d’exploitation fondée sur le travail forcé dénoncée dès 1899 par Joseph Conrad dans son livre Au cœur des ténèbres



    C’est justement ce sur quoi ces excuses portent !!

     

    Répondre à ce message

  • #2975580

    je me demande quels regrettables dossiers il y a derrière pour faire cela sans aucun sens ni historique ni moral ni de dignité

     

    Répondre à ce message

  • #2975673
    Le 14 juin à 21:08 par Roland de Roncevaux
    Congo : les nouveaux regrettables "regrets" du roi des Belges

    merci à E&R de m’avoir fait connaître Bernard Lugan... Depuis je suis allé lire plusieurs de ses travaux.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents