Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Disparition de Gibert Jeune

Faire-part de décès

 

Rien ne symbolise mieux l’horreur de la dictature militaire, travestie en sanitaire, que la destruction provoquée de Gibert Jeune. Les larmes me sont montées aux yeux, sans jamais réussir à rafraîchir la haine qui me brûlait.
Jeune, Gibert l’était aussi de ma propre jeunesse, un peu de moi-même meurt, j’ai hanté les librairies Gibert comme un esprit curieux hante un vieux manoir, et sa ruine définitive effiloche mon âme en lambeaux.

Après l’incendie statocratique et nanothermique de Notre-Dame, la ruine provoquée de Gibert Jeune achève la hideuse métamorphose du Quartier latin en un quartier...disons pas latin, pas catholique, si vous voulez.
Son visage encore un peu souriant de Cinquième prend celui définitif de Quatrième, une gueule de cauchemar avec un masque de chirurgien, comme celle qui hante sa mairie. Le Boul-Mich déjà salement amoché par Saint-Germain des Prêt-à-porter est maintenant totalement anéanti par les bombardements amazoniens sous les commandements en ligne !

Félix Niesche

 

Retrouvez les textes de Félix Niesche sur E&R !

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2674756
    le 25/02/2021 par pmls
    Disparition de Gibert Jeune

    Boulinier : 2020.


  • #2674761
    le 25/02/2021 par le gaulois
    Disparition de Gibert Jeune

    Quelle tristesse !
    J’en ai lâché des pépettes dans cette boutique.
    Quartier qui était une de mes destinations de prédilecton quand j’habitais encore en banlieue parisienne.J’étais comme un gamin affamé et ravi devant un trésor une fois repartant par le RER avec mes trouvailles d’occasions
    Ce n’était pas que des livres ,c’était aussi une ambiance..
    Je suis d’accord:aurait-il pu résister sur le long terme aux nouvelles facilités d’accès et de système d’achat/vente en ligne où chaque clic est devenu la marque d’une perte d’emploi ?
    Internet est devenu le "au bonheur des dames " de Zola bouffant tout sur son passage !


  • #2674764
    le 25/02/2021 par masque de chair
    Disparition de Gibert Jeune

    Merci Félix pour ce billet que - style en moins - j’aurais pu signer, ayant moi aussi "hanté" Gibert depuis mon arrivée de provincial (et même pire) à Paris...
    En quelques phrases, tu résumes la métamorphose du quartier Latin, qui fut le centre de la culture française (que ceux qui en doutent regardent sur les vieilles cartes le nombre d’écoles et de "collèges" qui s’y concurrençaient depuis le Moyen-Âge), et qui devient celui du cosmopolitisme inculte et déguenillé.

     

    • #2674798
      le 25/02/2021 par Snayche
      Disparition de Gibert Jeune

      Oui, merci à Félix pour cette news importante finement commentée


    • #2674815
      le 25/02/2021 par Mister Mayo
      Disparition de Gibert Jeune

      Idem pour moi, c’est un pan de ma vie parisienne qui disparaît. Qui l’eût cru ? Et pourtant... Ah, la Seine, le jardin du Luxembourg à 5 minutes de marche, le quartier latin et Gibert Jeune où l’on se réfugiait en attendant une femme (en retard) à la Fontaine Saint-Michel... Nostalgie, nostalgie !!


    • #2674843
      le 25/02/2021 par Nadia
      Disparition de Gibert Jeune

      Déprimant. Et rageant. Comme l écrit Félix Niesche qui sait si bien traduire en mots la colère.


  • #2674776
    le 25/02/2021 par listener
    Disparition de Gibert Jeune

    Fureter dans les vieux livres est un plaisir d’esthète de l’antiquité. Athénée de Naucratis, l’auteur des "Deipnosophistes", a passé ainsi son existence au milieu des rouleaux de la bibliothèque d’Alexandrie. C’est donc la fin d’un monde, celui de la civilisation. L’amérique frappe à la porte. On doit replier ses Tacite et sa princesse de Clèves.

    Et il y a pire pour bientôt. La bétonisation du marché aux fleurs sur l’Ile de la Cité ! Rien ne les arrête ! Il vont foutre en l’air le marché aux fleurs ! Pourtant la reine d’Angleterre qui l’a visité à deux reprises lors de ses deux visites officielles en France, était tombé sous son charme et avait déclaré que c’était le plus joli lieu de Paris. Et on le croyait sacré. Hé bien non ! Rien n’arrête les promoteurs.

    Paris devient aussi vide et laide qu’une ville américaine. La "bullshitt culture"


  • #2674780
    le 25/02/2021 par P
    Disparition de Gibert Jeune

    C’est vraiment regrettable. Album (un des deux) en 2018, Boulinier en 2020, Gibert Jeune en 2021... C’est déprimant.
    Les étudiants en sciences humaines pouvaient s’y perdre des heures. L’exemplaire de Vers la féminisation ? qui se trouve dans ma bibliothèque a une petite étiquette jaune sur laquelle on peut lire "Gibert Jeune". Présenter un tel livre à la caisse en lançant un agréable mais taquin "Bonjour monsieur/madame", ça quelque chose de marrant.

     

    • #2675827
      le 27/02/2021 par Ivan Durak
      Disparition de Gibert Jeune

      J’y avais acheté "La Sociologie du Dragueur" il me semble. Et deux ou trois ouvrages de Guénon. Le regard en coin mais complice du vendeur était un plus.
      Pour "Comprendre l’Empire", je suis allé exprès à la FNAC St Lazare, repère de gauchistes. J’ai demandé au vendeur ou était l’exemplaire. Le livre était en rayon mais caché. Alors j’ai pris "Le Camp des Saints" également.


  • #2674787
    le 25/02/2021 par chantage à l’usure
    Disparition de Gibert Jeune

    Il faut remercier Bruno Le Maire pour cette énième fermeture, lequel nous dit constamment de ne pas nous inquiéter, ainsi que tout ce gouvernement mondialiste et son prétexte sanitaire pour couler le pays !

    Cela dit il reste encore les murs, on pourra la rouvrir cette librairie ! Bien qu’il soit possible qu’après ce cauchemar nous ayons du mal à retrouver nos repères.

     

    • #2674894
      le 25/02/2021 par PL
      Disparition de Gibert Jeune

      Il n’y aura certainement pas de librairie,
      c’est un emplacement d’angle pour un café ou une brasserie,
      il y aura donc un MacDo ou un Starbuck qui ne paiera aucun impôt en France.


  • #2674789
    le 25/02/2021 par jean zerien
    Disparition de Gibert Jeune

    Effectivement ce lieu me parle aussi, j’y ai travaillé juste après mon bac, au rayon livres scolaire puis à la librairie "religion, ésotérisme" qu’on voit sur la photo. Je me souviens y avoir vu, un peu plus loin, sur le même quai de Seine, Jean Jankélévitch qui fouillait dans une pile de partition musicale...Le patron de notre librairie était un passionné de vieux films ...c’était au début des années 80, beaucoup d’illusions liées à notre jeunesse mais aussi à l’époque complètement aveugle .

     

    • #2675583
      le 26/02/2021 par Depassage
      Disparition de Gibert Jeune

      Jean Jankéliévitch ?
      Ce n’est pas plutôt Vladimir Jankélévitch ... ou alors on parle pas du même (pourtant les partitions de musique ça colle !)


  • #2674790
    le 25/02/2021 par normand
    Disparition de Gibert Jeune

    La derniere fois que je suis venu en France (avant l’occupation Luciferienne donc) je suis alle au musee Cluny. En sortant je suis alle a GJ faire un tour.
    Quel plaisir.
    En meme temps (il y a 1 an donc) je me suis dit : tiens ca va pas durer longtemps tout cela. Je ne suis pas devin. Mais aux USA il ne rest quasi plus de libraires.
    Et paf.
    Puis je suis alle dans ma Normandie natale et suis alle a la librairie du centre ville. Meme experience, un romantisme qu’on sent bien a l’agonie.
    Des que les proprios auront pris leur retraite ce sera fini.
    En meme temps l’essentiel des livres est de la gauche degoulinante et manque d’interet.


  • #2674793
    le 25/02/2021 par agri
    Disparition de Gibert Jeune

    dans les 40 ans qui viennent, ce ne sont pas des milliers, mais des centaines de milliers d’emplois qui vont disparaitre sur l’ensemble de la région parisienne .

    Il n’y a aucune raison, pour que les services ne connaissent pas la même restructuration que ce qu’à connu l’industrie au cours de ces 60 dernières années .
    Sans même parler des délocalisations vers les pays à bas salaires, d’un simple clic de souris


  • #2674794
    le 25/02/2021 par Caroline
    Disparition de Gibert Jeune

    Oh ça va !

    Pas d’inquiétude !

    Il faut voir le bon côté des choses !

    À la place, on va avoir un MCDO (pour les touristes), en face un BURGER KING (pour les "gastronomes du "Burger"), à côté un STARBUCKS (pour les Bobos), sans oublier un KFC (pour les noirs en particulier et la "diversité" en général).

    Ainsi, le patrimoine gastronomique de la Capitale de la France sera préservé !


  • #2674804
    le 25/02/2021 par Pamfli
    Disparition de Gibert Jeune

    « Jeune, Gibert l’était aussi de ma propre jeunesse, un peu de moi-même meurt, » avec les plus beaux quartiers de Paris pour y faire ses études et vivre, juste à côté de la boutique Jeux Descartes, et derrière Gibert Jeune, après mon cours dans l’amphi Cuvier, visite du disquaire New Rose proposant des vinyles tout fraichement arrivés d’Angleterre chaque lundi matin, des morceaux de musique que j’écoutais à la Loco et au sous-sol du Menphis, la vache dur ! très dur !
    Ex douce France,...


  • #2674813
    le 25/02/2021 par JL29
    Disparition de Gibert Jeune

    Gibert Jeune qui disparait, c’est une grande partie du Quartier Latin qui disparait.
    Quand j’avais vingt ans, j’habitais une chambre dite "de bonne" qui jouxtait la grande Cathédrale de Paris qui me réveillait doucement tous les matins par son carillon apaisant et insistant à la fois.
    La jeunesse est une époque magique dans la vie et au tout début des années 1980, habiter à proximité de la place Saint-Michel et des quais, c’était une véritable bénédiction.
    J’étais à la fois insouciant, écervelé et enthousiaste, Paris ça voulait encore dire quelque chose, je passais beaucoup plus de temps à arpenter les quais des bouquinistes qu’à suivre mes études de médecine, puis d’infirmier puis de glandeur puis de chômeur professionnel.
    J’allais souvent chez Gibert Jeune, je montais tout en haut au rayon livres de poche et j’en achetais souvent, quand je n’avais pas de quoi payer, je les volais avec la trouille au ventre car il fallait descendre trois étages avant de sortir du magasin.
    Cette époque est pour moi bénie, c’était une autre vie que nous ne connaitrons plus jamais, c’était la vie d’avant.
    Que Dieu vous bénisse.

     

    • #2675906
      le 27/02/2021 par Sedetiam
      Disparition de Gibert Jeune

      Vous l’avez écrit vous-même : c’était la jeunesse, votre jeunesse, pas la vie d’avant. Les jeunes d’aujourd’hui, comme tous ceux de leurs propres époques, ressentent, pour la majorité d’entre eux, la même exaltation dans les lieux qu’ils investissent et versent presque tous une larme sur cette époque bénie, lorsqu’ils y repensent : plus ou moins selon que l’on ait gardé l’insouciance, l’espérance, l’imaginaire, l’humour et quelques projets à l’esprit : pour ouvrir sans cesse quelques portes à l’avenir, en vivant intensément le présent... ou, s’arrêtant un moment, le quittant pour méditer et le réinvestir différemment.
      J’ai bien connu Gibert Jeune, acheté mon premier matériel de ski au Vieux Campeur, non loin, cinq fois dégusté « mon » canard au sang à la Tour d’Argent(*) pour me faire surprendre, à la finale, par un comté de 44 mois d’affinage : à crever de délice. L’un de mes étoilés préféré après Bocuse, bien que les héritiers gastronomiques du gaillard fassent livrer des genres de hamburgers estampillés par la Maison, en patinette électrique. “The times they are a changin’”, chantait l’homme au chapeau. Nous étions donc avertis : de quoi laisser l’un des deux, empreint de mélancolie, cependant que l’autre de nous-même s’imprègnerait de tous les présents, offrant à son âme une éternelle jeunesse cependant que s’usent les os...
      J’ai fait ce pari-là : mais il m’aura fallu quitter ma propre génération : pour fréquenter les plus vieux afin de leur voler les fruits de l’expérience, comme enseigné par mon grand-père et vivre avec les plus jeunes pour se trouver perpétuellement transcendé par la fougue qui les anime : car qui sait mieux qu’eux ce que c’est que d’avoir vingt ans au présent : celui de quarante ans ? Le trentenaire, le quinqua ? Et ainsi de suite au fil de la pyramide des âges.

      Comme de m’être retrouvé seul, exprès, sur le parking de l’Auberge du Pont de Collonges, cet hiver, pour prendre la dimension du passage viral dans notre temps, j’étais revenu spécifiquement à la Tour d’Argent pour contempler la catastrophe du toit de Notre-Drame : croyons bien que c’est autre chose que la disparition de Gibert Jeune, la contemplation étant ici un euphémisme permettant de prendre la dimension des choses dans l’espace temps ; par dessus le marché, la météo étant aux averses incessantes, sale temps d’avril 2019, pour un deuil.
      Car c’est aussi de cela dont il s’agirait lorsque l’impossibilité se prête à l’esprit de conjuguer le présent à sa juste valeur.


  • #2674825
    le 25/02/2021 par Glacier
    Disparition de Gibert Jeune

    C’est bien l’intention de Macron de ravager l’économie du pays sous des prétextes sanitaires. Une intention n’est pas une erreur.


  • #2674828
    le 25/02/2021 par marcaugier
    Disparition de Gibert Jeune

    D’accord avec Felix pour la tristesse de la disparition de Gilbert. Pour certains c’est Soral qui ,les a amenés à la lecture, moi c’est Gilbert. Ils vendaient les Livres de Poche d’occasion à des prix que je pouvais souscrire. Un système de petit adhésif de couleur sur la tranche indiquait le prix. Cela était du principalement à l’épaisseur du livre dans les éditions Livres de Poche, comme la côte d’un tableau, mais je ne l’avais pas compris à l’époque.

    J’ai ainsi acheté des livres très jeune, 14/15ans et j’ai découvert "Notre Prison est un royaume" de Gilbert Cesbron. Je n’avais aucune idée de l’auteur et je ne suis toujours pas un vrai croyant. Ce livre reste encore aujourd’hui, un des livres qui m’a créé le plus d’émotion.

    On allait aussi acheter nos bouquins de classe à des prix raisonnables. Merci d’avoir pensé à Gilbert.


  • #2674835
    le 25/02/2021 par Patmos51
    Disparition de Gibert Jeune

    Je me rapelle lorsqu’on ramenenait une tonne de livres scolaires et qu’on repartait avec trop fois rien en poche.. lol mais c’était quand même unique cette ambiance bon enfant chez GJ.
    Pauvre quartier..j’espère qu’ils ne toucheront pas à la fontaine St Michel pour y mettre une débilité bien à la mode.


  • #2674881
    le 25/02/2021 par skywalker
    Disparition de Gibert Jeune

    J’y étais aussi, c’était mon époque Aurobindo, ma chambre de bonne et puis une carte pour Mauritanie, seul a 18 ans.


  • #2674884
    le 25/02/2021 par Canis aureus
    Disparition de Gibert Jeune

    Comme un air de Fahrenheit 451.
    Tout doit disparaître, surtout les lieux de culture.
    Que de souvenirs chez GJ ! Célibataire et plus tard avec mes enfants. Une page épaisse à tourner.


  • #2674915
    le 25/02/2021 par aex
    Disparition de Gibert Jeune

    Gibert Jeune
    Gilet Jaune


  • #2674921
    le 25/02/2021 par Enjolras
    Disparition de Gibert Jeune

    Dans les années 60 tous les étudiants fauchés allaient chouraver leurs livres d’étude chez Gibert Jeune ! On devrait se cotiser pour lui élever une statue ! " A Gibert Jeune les étudiants chapardeurs reconnaissants " . Et puis GJ a décidé d’installer des portiques aux sorties : c’était le commencement de la fin .

     

    • #2675319
      le 26/02/2021 par paramesh
      Disparition de Gibert Jeune

      les portiques efficaces ?
      si tu savais......
      il y avait un groupe d’employés qui préparaient les "commandes" au sous sol de Gibert Jeune et Ils nous passait les cartons par un soupirail qui donnait sur la ruelle de derrière qui elle même donnait sur la rue de la Huchette. (cela permettait normalement d’évacuer directement les emballages vides sans passer par le magasin). hommage à Bibiche l’organisateur de ce "réseau d’entraide étudiante", mort depuis, Dieu ait son âme.
      Ce petit manège a duré bien des années car on gonflait les inventaires en conséquence et les comptables n’ont découvert la fraude que bien après. (le passage a été condamné et construit depuis).
      Personnellement je préférais Joseph Gibert, un peu plus haut, qui faisait les livres d’occasion (une vraie mine d’or qui a remplit une bonne partie de ma bibliothèque.
      la mort de Gibert c’est la mort des livres (les vrais). RIP


  • #2674924
    le 25/02/2021 par goy pride
    Disparition de Gibert Jeune

    Le Covid a probablement été pour ce groupe une opportunité pour mettre la clé sous la porte. Cette PME devrait avoir les reins assez solides pour pouvoir encaisser 1 an de galère. Disons que le Covid a été la goutte ayant fait déborder le vase dans un contexte financier probablement déjà précaire en raison de la concurrence des grands groupes, en particuliers des concurrents en ligne comme Amazon, ainsi que les changements d’habitude culturels (on passe de plus en plus de temps sur internet plutôt que de bouquiner des bouquins que l’on a acheté !). C’est pour cette raison que je vous supplie de faire vos achats dans les commerces physiques où si par internet directement auprès des petits commerçants offrant un service de vente en ligne, mais ne surtout pas passer par les Amazon et compagnies...et surtout achetons des livres et lisons !


  • #2674971
    le 26/02/2021 par Medusaraft
    Disparition de Gibert Jeune

    Je ne compte pas les achats que j’ y ai faits lors de ma période estudiantine au début des années 80, en livres de poche à des prix dérisoires. J’ en avais les poches de ma veste en velours gonflées, c’ est ainsi que je dévorais les romans de Faulkner, Steinbeck, Remarque et j’ en oublie. Entre cette librairie et les petites salles de cinéma du quartier, je sillonnais les rues des alentours.
    C’ est triste. A l’ époque il y avait partout des librairies dans le quartier. Qui ont été remplacées par de la restauration rapide grecque ou turque. Mais elle, elle resistait, on pouvait la croire eternellement présente. Eh non ! Qu’ est-ce qui va prendre la place ? Je crains le pire.


  • #2674985
    le 26/02/2021 par Aymard de Chartres
    Disparition de Gibert Jeune

    Les librairies Gibert Jeune étaient les boutiques les plus animées de la vie estudiantine parisienne et j’ai, depuis le lycée jusqu’à encore assez récemment, non sans avoir passé la quasi totalité des mes achats de livres dans ces lieux rugissants de curiosités riches de savoirs et de connaissances, eu grand plaisir de pouvoir satisfaire mes besoins insatiables d’interroger l’immensité en arpentant les rayonnages des bibliothèques inépuisables du côté de chez Gibert Jeune.


  • #2674996
    le 26/02/2021 par dav
    Disparition de Gibert Jeune

    en meme temps c’etait un repaire de prof alignés et un stock de propagande a pas piquer des hanetons

     

    • #2675002
      le 26/02/2021 par René F.
      Disparition de Gibert Jeune

      Tout à fait. Le Gibert de ces dernières années n’était plus celui d’autrefois. Donc, je pleure moins sa disparition.

      On parle beaucoup de la concurrence d’Amazon, qui est réelle, mais qui aurait pu être contrée par un site en ligne correct. C’est une défaite de l’informatique française.

      Un autre responsable, dont on parle trop peu, est les couloirs de bus, qui ont augmenté les bouchons et enlevé les places de stationnement.


    • #2675592
      le 26/02/2021 par JC
      Disparition de Gibert Jeune

      https://www.leslibraires.fr/ n’est pas un site français correct ?

      Amazon a surtout tout ravagé en vendant à perte, avec ses frais de ports offerts, son évasion fiscale, ses employés-esclaves robotisés...


  • #2675015
    le 26/02/2021 par Non j’déconne
    Disparition de Gibert Jeune

    Putain mais arrêtez de chialer, y’a Amazon, avec un migrant UberLivre qui te livre
    Faut vivre avec son temps 
    Merde quand même
    Non j’déconne


  • #2675017
    le 26/02/2021 par Mâle blanc
    Disparition de Gibert Jeune

    Et la bonne époque de Danielle Gibert vous vous souvenez ? Et Guy Luce ? Et les onze y trônent ! Un seul nous reste : Michel Truqueur !

     

  • #2675088
    le 26/02/2021 par Hercule Poivrot
    Disparition de Gibert Jeune

    Ouais, c’est l’époque du gauchisme triomphant, avec con bandit vantant ses exploits pédophiles chez Bernard pivot ! L’époque où Le Pen était le diable en personne ! Tous les ferments de la décrépitude actuelle étaient là !


  • #2675223
    le 26/02/2021 par listener
    Disparition de Gibert Jeune

    Le célère Dr Petiot s’était fait épingler dans les année 30 pour avoir tenté de voler un livre devant la librairie de Gibert. Curieusement, alors qu’il était "primo délinquant", il avait fait l’objet d’une expertise psychiatrique sérieuse. Cette expertise avait conclu qu’il était en effet très dangereux, voire complètement amoral. Bien vu.

    Le nombre de petites anecdotes qui sont situées dans le quartier ... Tout va disparaître.


  • #2675285
    le 26/02/2021 par Gérard Lambert
    Disparition de Gibert Jeune

    Et les petits 10/18, Payot, Maspéro à vil prix du dernier étage... Exeunt Marcuse, L. Richard, Reich, Mao... Bûcher des vanités gauchistes.


  • #2675358
    le 26/02/2021 par Marde
    Disparition de Gibert Jeune

    Allez ! Moi aussi je pleure avec vous !
    Faites jouer, la sono à fond, le Requiem KV 626 !


  • #2675513
    le 26/02/2021 par Antigauchiasse
    Disparition de Gibert Jeune

    Ce n’est qu’un distributeur principalement devenu un nid de la gauchiasserie survivante des années 70. Pour tout le reste dans mon domaine c’était Eyrolles et tous les autres sérieux pour les sciences dures. Le chevelu puant la sueur en veste de velours toujours à la recherche de la dernière merde imprimée à compte d’auteur ou par une maison d’édition crypto marxiste ira ailleurs. De toutes façons le livre papier devient un objet fétichiste d’une pseudo culture parisianiste défunte. RIP et encore.


  • #2675585
    le 26/02/2021 par etoileDneige
    Disparition de Gibert Jeune

    "La civilisation s’effondre sous nos yeux de parisiens hébétés.. Notre Dame et la culture incendiées, la population et les statues remplacées dans un genre indescriptible..Ils ont fait du bon boulot, et le front Al-Nostra n’y est pour rien..


  • #2675618
    le 27/02/2021 par Sedetiam
    Disparition de Gibert Jeune

    Arrêtons de chouiner des disparitions du passé tant que nous ne sommes pas les acteurs de la structure : certes, réside le brin de mélancolie, mais aujourd’hui, demeure la Fnac, française, qui tient la dragée haute à l’américain Âme à zone, en terme de prix, sur le neuf, il y a KK sur le dissident et l’Histoire au long cours, la librairie Facta pour le brûlant et Momox le cousin germain pour l’occasion : sans parler des bibliothèques de combat en pdf ; celles québécoises qui refilent de sacrées Quenelles, au parfum de Gadelmaléjade.
    Quenelles qui renvoient au Lyonnais Decitre qui tient encore la route avec sa liseuse française, ses bouquins numériques autant que papier, jusqu’aux livres audio.
    Maintenant, quid du Gibert Jeune du quartier de la philosophie péripatéticienne ? C’est toute l’enseigne qui part en vrille ou seulement l’institution du Quartier latin ?
    En tout cas, par le chez moi des origines, résiste encre la Librairie locale, sous la même enseigne familiale : mes parents l’ayant connue dans leur prime jeunesse, voilà bien 70 piges que dure le bazar, mué en mini Cultura du cru au fil des ans...


  • #2675703
    le 27/02/2021 par François
    Disparition de Gibert Jeune

    Ça me rappelle mes années (75-83) collège, lycée Romain Rolland d’Ivry, à chaque début d’année, pour nous c’était la "sortie rituel". Une fois la liste communiquer, avec les copains on débouler en métro, à "St Mich" chez "Gibert", après les fournitures dans nos "cartables", 30 mètres plus loin, on se taper un "gréc coca" chez le tunisien ....
    Merci Félix, au fait quand est ce qu’on te revois en conférence ?


  • #2676386
    le 28/02/2021 par François Desvignes
    Disparition de Gibert Jeune

    Avant l(installation de GJ au bas du boulevard saint Michel, il y avait un crémier et un marchand de charbon et de vin.

    Quand on les a supprimés, pour y mettre GJ qui offrait un meilleur loyer, tout le quartier a pleuré : on leur retirait "leur vie".

    La crémière et le marchand de charbon, pragmatiques,et discrets, eux, n’avaient rien dit : ils avaient encaissé l’indemnité d’éviction et s’étaient installés au bord de la mer qu’ils n’avaient jamais vue.

    C’est-à- dire m’ssieurs dames, quand on change de siècle.... faut s’adapter....

    Et nous sommes déjà en 2021 !
    21 ans de rab !

    Ce que vous pleurez c’est votre jeunesse.

    Mais pourquoi pleurer votre jeunesse puisque vous n’en avez rien fait ?
    Au moins, de leurs fonds, le crémier et le marchand de piquette en ont vécu.

    Mais vous les vieux soixantehuitards, à part être pour la sodomie du gosse du voisin, qu’est-ce que vous avez fait ?

    Vous avez démonté le boulevard en mai 68.
    15 jours de taff.
    Vous avez fait peur à vos vieux qui avaient pourtant voté Pétain et surtout Laval.
    30 ans de sadisme.
    Vous les avez lourdés de leurs sinécures pour vous y mettre.
    Et ils en sont morts, innconsolables.

    Et le siècle, qui est juste, vous lourde à son tour.

    Quoi de plus logique ?

    Voilà :

    GJ est votre faire part de décès.
    Car la vie est juste.
    Vous avez largement dépassé vote date de péremption
    Depuis que vous êtes nés.


Commentaires suivants