Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

E&R 13 s’immisce dans le débat sur la privatisation de la Poste

Petite et jolie commune du Rove (13) Salle Eugène Lantéri

Il est 18h30, le débat sur la privatisation de La Poste commence. Les syndicats sont présents ainsi que des membres des partis de gauche. Manque à l’appel les opposants. Les sièges d’un membre du MEDEF 13, d’un représentant de l’UMP et d’un haut responsable de la Poste des Bouches-du-Rhône sont vides. Démonstration, une fois de plus, d’un mépris total. Le débats aura donc lieu entre partisans du non.

Dans la salle pleine, un grand nombre de postiers, mais aussi d’usagers. Signe que le sujet suscite l’intérêt. Le débat est passionné, bien qu’un peu mou. Le parterre entier est contre la privatisation. Mais on traite les conséquences et non les causes. Je profite donc que le micro arrive enfin devant moi pour interpeller les débattants.

"Bonsoir, je suis Nicolas, postier et je représente l’association Egalité & Réconciliation qui est contre la privatisation. Je souhaite mettre deux points en avant.
- Il faut se poser la bonne question : Pourquoi privatiser les entreprises qui marchent, qui gagnent de l’argent alors que l’on pourrait réinvestir cette argent sur d’autres projets pour la France ? Et pourquoi toujours nationaliser les entreprises en déficits ?
- Ensuite, j’aimerai qu’on parle du rôle de l’Europe. L’UE qui impose la privatisation*. L’UE c’est la libre circulation des capitaux, des marchandises et des travailleurs en fonction du marché. L’UE est l’arme ultime du libéralisme. Vu que nous avons un membre du Parti Socialiste, et que le PS a appelé à voter oui, j’aimerai avoir votre position là dessus, merci."

Les applaudissements fusent, on me félicite avec de grands sourires et la gentille dame qui m’a tendu le micro fait la grimace. L’élu PS tourne alors la tête pour ne pas me regarder et s’adresse au public.

"Je ne souhaite pas entrer dans ce débat”.

A partir de ce moment, ses interventions seront beaucoup moins applaudies... D’autres intervenants vont appuyer sur l’UE et l’élu PS ne tente même pas de se défendre. Ce sont les autres débattants qui prennent sa défense en soulignant qu’ils sont tous ensemble contre la privatisation, même s’il faut reconnaître quelques erreurs passées chez certains...

Beaucoup de postiers se plaignent des conditions de travail. De l’abandon de la fonction sociale du facteur pour faire plus de profits. Du fait que l’on trouve du foie gras en vente dans les bureaux de Poste, si on arrive encore à trouver un bureau...

Le représentant du PS annonce alors son départ anticipé car il a “d’autres obligations”. Il descend l’estrade et est obligé de croiser mon regard. Il me tend le main, je la lui serre franchement, regard narquois :

"Enchanté” lui dis je.

Un bref sourire et il s’en va sans un mot.

Une dernière personne s’empare du micro. Un homme d’un certain âge qui nous raconte une histoire burlesque typiquement marseillaise et enchaîne :

"Nous avons compris ce qu’est l’Europe, les élections européennes arrivent, il ne faudra pas nous tromper la prochaine fois !”.

Je n’aurais pas dit mieux !

Nicolas - ER13 (erprovence@free.fr)

*La Commission de Bruxelles a confirmé en début de semaine sa volonté de voir tous les services postaux privatisés d’ici trois ans. En France, les gouvernements successifs ont imposé cette voie au service public du courrier depuis 1990, en procédant par étapes pour éviter de vives oppositions. Et la Poste a largement entamé cette privatisation. Le Monde Diplomatique (12 octobre 2006).