Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Heure la plus sombre n°64 – Émission du 30 janvier 2017

Invités : Faits & Documents et Alain Soral

Pour ce 64ème numéro de L’Heure la plus sombre, Vincent donne la parole à Xavier, de la revue Faits & Documents, avant de commenter l’actualité en compagnie d’Alain Soral.

 

Au sommaire :

Introduction
01’10 : La destruction du PS pilotée depuis l’Élysée
04’45 : Le paradoxe Macron
09’00 : Henri de Castries, au centre des réseaux d’influence
13’00 : le « PénélopeGate » malgré la Téchouva de Fillon
16’15 : Macron, protégé par le Système
18’20 : Benoît Hamon et le revenu universel
20’00 : Mélenchon et Marine Le Pen
22’20 : La confirmation de Glucksmann
25’15 : François Hollande, un homme de la Quatrième République
26’30 : Les réseaux derrière Macron
27’50 : À quand le parti « progressiste » ?
29’15 : L’ascension des énarques de la promotion Senghor
32’00 : De la centralité de l’élection française
34’10 : Trump, Fillon, et la Chine
38’40 : Alain Soral nous rejoint !
41’20 : La communauté de lumière lâche ses soutiens grillés
43’40 : Hamon, que fait-il là ? Quel est son électorat ?
46’40 : Mélenchon, le seul candidat sérieux avec le FN
48’00 : Sur le revenu universel
50’20 : Fillon, gagne-petit
53’20 : Prendre la suite de Valls...
55’00 : L’antisémitisme selon Jakubowicz
56’00 : Forces et faiblesses de Mélenchon et du FN
1’04’00 : Les cartes sont rebattues
1’07’00 : Les traitements d’exception contre Marine
1’09’30 : Les élections, Internet et E&R
1’17’47 : Philippe Guêpe, « Le Retour du roi », album Le Retour du roi, Kontre Kulture Musique

 

Écouter l’émission :

 

L’émission en format audio :

 

 

Voir aussi :

23 octobre
L’Heure la plus sombre n°88 – Émission du 23 octobre 2017
Invité : Jean-Noël
10
9 octobre
L’Heure la plus sombre n°87 – Émission du 9 octobre 2017
Invité : Francis Cousin
80
24 août
L’Heure la plus sombre n°86 – Émission du 20 juillet 2017
Invité : Alain Soral
111
19 juillet
Retour de Corée du Nord – Alain Soral en exclusivité sur ERFM
38
10 juillet
L’Heure la plus sombre n°85 – Émission du 3 juillet 2017
Invité : le Pr Henri Joyeux
39
3 juillet
L’Heure la plus sombre n°84 – Émission du 26 juin 2017
Invité : Jérôme Halzan
101
26 juin
L’Heure la plus sombre n°83 – Émission du 19 juin 2017
Invité : Jean-Michel Vernochet
12
19 juin
L’Heure la plus sombre n°82 – Émission du 12 juin 2017
Invités : Alain Soral et Pierre Jovanovic
48
12 juin
L’Heure la plus sombre n°81 – Émission du 5 juin 2017
Revue de presse (avec Faits & Documents)
11
5 juin
L’Heure la plus sombre n°80 – Émission du 29 mai 2017
Invités : Bluj’ et Mister Mayo
5
29 mai
L’Heure la plus sombre n°79 – Émission du 22 mai 2017
Invité : Damien Viguier
24
22 mai
L’Heure la plus sombre n°78 – Émission du 15 mai 2017
Invitée : Ayssar Midani
9
8 mai
L’Heure la plus sombre n°77 – Émission du 7 mai 2017
Émission spéciale : soirée électorale 2
37
24 avril
L’Heure la plus sombre n°76 – Émission du 24 avril 2017
Émission spéciale : soirée électorale
47
17 avril
L’Heure la plus sombre n°75 – Émission du 17 avril 2017
Invité : Stéphane Blet
21
10 avril
L’Heure la plus sombre n°74 – Émission du 10 avril 2017
Invités : Alain Soral et Youssef Hindi
53
3 avril
L’Heure la plus sombre n°73 – Émission du 3 avril 2017
Tour anniversaire E&R – Perpignan
6
27 mars
L’Heure la plus sombre n°72 – Émission du 27 mars 2017
Invitée : Marion Sigaut
20 mars
L’Heure la plus sombre n°71 – Émission du 20 mars 2017
Invité : Youssef Hindi
26
13 mars
L’Heure la plus sombre n°70 – Émission du 13 mars 2017
Invité : Laurent Guyénot
29
6 mars
L’Heure la plus sombre n°69 – Émission du 6 mars 2017
Invité : Roger Holeindre
33
27 février
L’Heure la plus sombre n°68 – Émission du 27 février 2017
Invités : Stéphane Blet et Philippe Guêpe
11
20 février
L’Heure la plus sombre n°67 – Émission du 20 février 2017
Invité : Patrick Mbeko
19
13 février
L’Heure la plus sombre n°66 – Émission du 13 février 2017
Invité : Charles Robin
75
7 février
L’Heure la plus sombre n°65 – Émission du 6 février 2017
Invité : Toussaint Jouanneau
24

Pour tout savoir des élites qui dirigent la France,
s’abonner à la revue Faits & Documents via Kontre Kulture :

Comprendre les véritables enjeux des élections de 2017,
avec Alain Soral et Kontre Kulture :

Se procurer chez Kontre Kulture Musique
le morceau entendu en fin d’émission :

 

Pour soutenir ERFM :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

66 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1654812

    Passionnant !


  • #1654832

    Je ne suis pas concerné, à titre personnel, par la mise en place éventuelle d’un revenu d’existence, mais je ne comprends la position de principe prônée par notre camarade, Alain Soral, tendant à témoigner d’une franche hostilité à l’endroit même de l’idée de permettre aux plus démunis de pouvoir bénéficier d’un revenu existentiel de solidarité leur assurant de vivre décemment et en toute dignité.

    Je n’ai lu ou entendu jusqu’à présent aucun argument concret de nature à discuter la pertinence ou non d’un tel revenu.

    J’attends que les camarades qui contestent la légitimité d’une telle mesure exposent leurs arguments en la développant de manière à éclairer la philosophie qui en résulte en y explicitant aussi les inconvénients ou conséquences qu’elle pourrait engendrer.

    Merci à ceux qui entendent nous faire partager leur point de vue.

     

    • Déjà "revenu universel" , quand il y a le mot "universel" c’est comme "communauté international" , ça pue.

      Pour ce qui est des arguments concrets , je t’envoie sur la vidéo de Julien Rochedy ’Le revenu universel, salut du capitalisme ?’ qui explique bien en quoi ce revenu est mauvais.

      permettre aux plus démunis de pouvoir bénéficier leur assurant de vivre décemment et en toute dignité

      Justement , ce n’est pas en donnant tout qu’on assure une dignité.
      Je suis contre tout don d’argent aux plus démunis. Par contre je suis tout à fait pour leur donner de la nourriture , vêtements et cetera. Comme ça on est sûr que c’est utile et nécessaire.

      Le lien pour la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=Cyx...


    • Le Revenu Universel est non-finance dans leur programme. Mise de la France sous-tutelle des banques mondialistes pour engraisser le tiers-monde et les fumeurs de joints, non merci !.


    • J’ai vu le passage de J.Rochedy à ce sujet, qui est très intéressant et rejoint l’analyse de Soral en y ajoutant un parallèle ainsi qu’un épilogue aussi pertinents que plausibles, une perspective pas réjouissante du tout mais tout à fait logique. Enfin je m’étonne, sauf évidemment à vouloir continuer de nourrir aveuglement son propre déni, que l’on demande des arguments dont le principal est exprimé dans cette émission même. Bref, cette émission est une bombe qui nous promet, grâce à E&R, une sacrée campagne électorale. Merci à vous les gars. Au retour de la couille ! Et non, ce n’est pas le prochain Star Wars ! :-)


    • C’est l’entreprise qui donne un revenu ,la valeur travail ,c’est la ou il faut se battre ,sans être payé à n’importe quel prix .Mais le revenu universel est un leurre électoraliste. Je vous donne sans contre partie un revenu ,de quoi fumer et je m’occupe du reste. Un piège.


    • #1654986

      @ Gaulois

      Merci pour le lien et pour avoir objecté ton point de vue.

      D’abord, les arguments téléologiques et par association d’idées souffrent d’une limitation contextualisée qui ne sied pas à la perspective argumentaire.

      L’emploi du terme "universel", selon la conception que tu as de l’usage du vocabulaire français, serait suspect et si mal connoté que le simple fait de l’employer constituerait une cause disqualification automatique insusceptible de révision ou d’appel.

      Les interjections, locution ou substantifs comme merde, zut, crotte de bique et puant ne sont pas considérés comme des éléments d’une argumentation, a fortiori s’ils ne sont accompagnés d’aucune idée maîtresse.

      Le revenu d’existence ne représente pas une totalité susceptible de combler et de satisfaire l’existence humaine.

      Rappelons l’expression sensée de Talleyrand : "tout ce qui est exagéré est insignifiant."

      Sur la vidéo par laquelle Julien Rochedy développe une argumentation s’opposant à l’idée du revenu universel comme concept économique et social répondant à une problématique donnée.

      J’ai écouté activement le raisonnement sur lequel s’appuie, à la façon d’un corps retranché, l’ensemble architecturale composant l’ossature de son discours, à savoir les éléments décisifs expliquant la chute de l’empire romain.

      Je ne partage absolument pas, dans un premier temps, la présentation qu’il fait des causes de l’effondrement du grand empire romain.

      Dans un second temps, à la manière d’un obiter dictum, il glisse incidemment ou opportunément sur un autre terrain (celui des français musulmans) pour des motifs vraisemblablement personnels et à l’égard duquel il entend régler des comptes : il présente d’un côté le premier poignard représentant les faiblesses structurelles qui ont facilité la fin de l’empire romain, et de l’autre le second poignard représentant les musulmans de France qui, profitant de la dégénérescence des institutions françaises, prendraient les règnes du pouvoir pour gouverner en imposant une sorte de pax arabica.

      Je rappelle que sous la monarchie, y compris féodale, seule les ’laboratores’ travaillaient.

      A Rome, que ce soit sous la république ou l’empire, l’esclavage était une donnée économique et sociale qui n’a pas attendu la fin de règne pour exister. Elle était prégnante dés la première heure de la gloire romaine.

      La thèse soutenue par Julien Rochedy manque de rigueur et de réalisme et ne balaye nullement la problématique du revenu d’existence.


    • #1655003

      La mise en coupe réglée des institutions françaises et des français n’est pas subordonnée à l’élaboration d’un revenu existentiel. Le pouvoir bancaire et économique est omniprésent et tout ce qui procède de la république émane et dépend de lui.

      Les millions de citoyens qui vivent sous le seuil de pauvreté et dans un état d’indigence et de désolation qui fait honte à nous-mêmes qui avions naguère une autre idée de la grandeur de la France (je n’ose évoquer les anciens qui se retourneraient dans leur tombe), ne sont pas tous, loin s’en faut, des fumeurs de hachich ou des parasites.

      La réalité sociale et économique du pays exige en l’état de prendre en considération la souffrance de la multitude, en contrepartie d’une participation obligatoire à la vie de la cité (à évaluer) et dans l’attente de temps meilleurs (retour de la souveraineté, de l’indépendance nationale et des frontières ainsi que d’une législation adaptée aux besoins de la société et axée sur l’intérêt public et la vie humaine.


    • Effectivement le "Revenu universel" est une arnaque du système (si le PS le propose inutile d’aller chercher plus loin).
      En revanche il y a une pression populaire énorme de ne pas vouloir aller se prostituer, comme la majorité actuellement, dans du travail non pas inutile mais nuisible, maléfique, délétère... comme les professions des médias, des sondages, de la pub, des lobbys, des ogm, du nucléaire, du terrorisme (les services secrets et leurs pantins), du business de la politique, de la déportation, de l’antiracisme, de l’humanitaire, etc.
      D’autant plus que ce sont ces travaux de tapins qui rapportent le plus car il permettent aux banques de faire bouffer de la merde aux autres professions utiles. Donc le travail rend libre… ça dépend.

      Il y a une demande énorme d’une redistribution moins déséquilibrée des 1% vers les 99% et qu’avec une possibilité de ne pas devoir participer à toute ces saloperies il deviendrait moins nécessaire, comme moyens de survie, d’aller devoir bourrer les boîtes aux lettres de tonnes de cochonneries, de remplir les étalages des temples de la consommation de tas de conneries et d’écrans plats destinés à se taper en boucle les merdes de la société du spectacle, etc.
      On pourrait par exemple remplacer ces temps et énergies perdues, sauf pour les banques, à s’intéresser plus aux personnages relayés par E&R.

      Mais si le "Revenu universel" est mis en avant c’est qu’il sert surtout à masquer d’autres propositions comme celles de Bernard Friot qui sont le Revenu de Base, la question du Salaire à vie ou revenu inconditionnel ?

      Bernard Friot dans ce domaine tout comme Etienne Chouard dans d’autres (et Asselineau pour ses conférences) soulèvent des problèmes importants.

      Mais en suivant à fond Francis Cousin...


    • #1655032

      @ Eric

      La présente intervention d’Alain Soral sur le revenu universel évoque surtout les conséquences en termes d’inconvénients, mais n’aborde nullement le cœur du sujet, c’est-à-dire, le but poursuivi par une telle mesure, les faits sociaux nouveaux marquant aussi une évolution désastreuse de l’emploi, la précarisation généralisée du travail salarial et l’extension massive et durable du chômage, l’euro et l’UE qui ont pressurisé la monnaie tirée du revenu salarial et réduit considérablement le pouvoir d’achat tandis, qu’à l’opposé, le prix moyen du panier de la ménagère augmentait à la manière d’une érosion monétaire, sans compter l’inflation des loyers et charges, des fournitures d’électricité et de gaz, des taxes y afférentes et sans nommer les fausses statistiques de l’INSEE et des autres acteurs gouvernementaux.

      Il n’est que trop facile, par un simple revers de main, de rejeter une mesure qui gagnerait à être testée et mesurée et qui pourtant agirait, à l’instar d’une bouée de sauvetage ou d’une grande bouffée d’oxygène, et de jeter l’opprobre sur les laissés pour compte.

      Le revenu d’existence tire sa légitimité de la réalité sociale et économique des français qui vivent de plus en plus nombreux dans une insécurité grave et vitale.

      Le revenu d’existence n’est pas une fin en soi, mais une mesure de sauvegarde humanitaire.

      C’est un regard erroné que de considérer que le revenu universel inciterait ses bénéficiaires à l’avachissement moral et leur ôterait toute velléité révolutionnaire.


    • Il faut peut-être juste vous dire que la manière dont vous percevez les choses et l’état d’esprit ainsi que les objectifs dans lesquels ce projet a été pensé par ses initiateurs ne sont pas du tout les mêmes, voire aux antipodes.


    • #1655079

      @ Gaulois

      Merci pour le lien et pour avoir objecté ton point de vue.

      D’abord, les arguments téléologiques et par association d’idées souffrent d’une limitation contextualisée qui ne sied pas à la perspective argumentaire.

      L’emploi du terme "universel", selon la conception que tu as de l’usage du vocabulaire français, serait suspect et si mal connoté que le simple fait de l’employer constituerait une cause disqualification automatique insusceptible de révision ou d’appel.

      Les interjections, locution ou substantifs comme merde, zut, crotte de bique et puant ne sont pas considérés comme des éléments d’une argumentation, a fortiori s’ils ne sont accompagnés d’aucune idée maîtresse.

      Le revenu d’existence ne représente pas une totalité susceptible de combler et de satisfaire l’existence humaine.

      Rappelons l’expression sensée de Talleyrand : tout ce qui est exagéré est insignifiant.

      Sur la vidéo par laquelle Julien Rochedy développe une argumentation s’opposant à l’idée du revenu universel comme concept économique et social répondant à une problématique donnée.

      J’ai écouté activement le raisonnement sur lequel s’appuie, à la façon d’un corps retranché, l’ensemble architectural composant l’ossature de son discours, à savoir les éléments décisifs expliquant la chute de l’empire romain.

      Je ne partage absolument pas, dans un premier temps, la présentation qu’il fait des causes de l’effondrement du grand empire romain.

      Dans un second temps, à la manière d’un obiter dictum, il glisse incidemment ou opportunément sur un autre terrain (celui des français musulmans) pour des motifs vraisemblablement personnels et à l’égard duquel il entend régler des comptes : il présente d’un côté le premier poignard représentant les faiblesses structurelles qui ont facilité la fin de l’empire romain, et de l’autre le second poignard représentant les musulmans de France qui, profitant de la dégénérescence des institutions françaises, prendraient les règnes du pouvoir pour gouverner en imposant une sorte de pax arabica.

      Je rappelle que sous la monarchie, y compris féodale, seule les ’laboratores’ travaillaient.

      A Rome, que ce soit sous la république ou l’empire, l’esclavage était une donnée économique et sociale qui n’a pas attendu la fin de règne pour exister. Elle était prégnante dès la première heure de la gloire romaine.

      La thèse soutenue par Julien Rochedy manque de rigueur et de réalisme et ne balaye nullement la problématique du revenu d’existence.


    • #1655129

      Complètement d’accord avec Aymard sur le revenu d’existence.
      Car en plus de sortir d’une précarité insupportable un certain nombre de gens, il est évident que ça permettrait de développer des activités, d’équiper et de fabriquer suivant le mode "faites le vous même" étant donné l’évolution de la technologie (micro robotique). La faculté de produire à petite échelle en fonction de personnalisation légère dans un cadre général bien compris, de faire de la production agricole locale, entre autre projet.
      Quand à cette histoire de cannabis, il est évident que l’étendue de son usage n’est plus à nier, alors comment dans ces conditions continuer à pratiquer la prohibition par principe, avec son cortège de dérives (mafia, mauvaise qualité, violence) ?

      émission très intéressante, bravo et merci.


    • Hahaha, c’est effectivement injuste (et débile) de taper dans le pot commun (nos impôts...) et taxer les PME pour soutenir ce projet. Ce n’est pas aux contribuables ou aux petits entrepreneurs (productifs) de financer un éventuel revenu de solidarité. Mais par contre il serait justifié de taxer les transactions financières (improductives) ou les multinationales qui délocalisent pour rééquilibrer la balance !


    • #1655716

      Parler de pot commun de nos impôts pour évoquer la dépense publique est une manière quelque peu déformée de voir les choses. Donc, si je prends au pied de la lettre ta perception de la contribution du peuple aux affaires publiques du pays, les 100 000 000 € consacrés au budget de la DILCRA est un choix consenti et légal, tout comme les subventions annuelles accordées aux média mainstream, aux associations pro-israélienne et autres officines de l’anti-France, les financement des partis politiques de pouvoirs et de leurs relais et satellites, les crédits d’impôt et diverses contributions offertes aux multinationales et aux banques sont aussi un choix consenti.

      En revanche, lorsqu’il s’agit de redistribution en direction des sans-dents, la thèse du complot mondialiste et les attitudes de rejets font flores, y compris parmi les catholiques et les dissansdents.


    • Hahaha, @Aymard de Chartres : je veux bien rectifier en pot sensé être commun. C’est à dire servir la communauté (la Nation). Et non rétribuer des associations en tout genre uniquement pour des causes électoralistes, financer des intérêts privés et journaux qui renverront l’ascenseur, ou faire bosser les amis ou la famille aux frais de l’Etat...


  • #1654843

    EX-CEL-LEN-TIS-SIME emission ! la tete qui tourne. je reecoute demain.
    Xavier et ses dossiers a sorti du lourd. Soral qui déboule et lève encore le niveau.
    Super les concepts de Soral répond et Soral vite.
    Je suis sur qu’ER va avoir un impact sur ces elections. Je relaie sur mon Facebook de suite.

    Merci encore.

     

    • Je vous rejoins complètement sur ce point Aymard de Chartres...

      Effectivement il y’a 3 millions de chômeurs en France dont des jeunes, une population qui vit au minimum du RSA ( et Encore tous n’y ont pas droit ) des sdf et une monnaie ( l’euro ) qui ruine chaque jour un peu plus les classe défavorisée...

      Moi j’ai la chance de travailler à mon compte et il m’arrive souvent de croiser des gens qui font la manche (qui sont souvent français de souches ) les échanges de courtoisie se font régulièrement mais au fond de Moi je suis peinée et choquée de voir qu’en 2017 dans une france qui est tout de même 5eme puissance mondiale qui incarne les droits de l’homme de l’égalité et fraternité , on constate une telle pauvreté et des inégalités déconcertantes...

      Pour Beaucoup Ils peuvent compter sur les restos du cœur pour bouffer ou bien Emmaus Mais concrètement qu’est ce que les politiques ont prévus ou bien proposent en matière de pleine emploi lorsque le taux de chômage ne cesse de s’élever que la crise économique est de plus en plus dévastatrice et que les entreprises soit elles ferment soit elle délocalisent. ?!

      Il fait arrêter de se voiler la face Il n’y a plus de boulot et les économistes ou les politiciens le savent très bien c’est pour ça qu’ils tournent tous quasiment autour des faits de société (immigration, islam, attentas et réfugiés )

      Le problème c’est que l’argent ne manque pas, c’est la manière dont Il est redistribué qui n’est pas clair... Aymard l’explique très bien notamment sur le gâchis inutile dont certaines officines voir associations bénéficient.. ( sans parler des détournements de fonds dont font usage abusivement nos politiques et les affaires sur certains en ce moment même le démontre )

      Je pense qu’il y’a possibilité de redistribué inteligeament l’argent Mais comme ce sont des corrompus qui le gère on peut s’attendre à un déséquilibre néfaste entre ceux qui sont trop bien payés et ceux qui vivent du minima. !

      Je ne cautionne pas l’assistant, loin de là.. Mais je trouve étonnant que certains martèlent ici même que donner l’argent à "des jeunes feneants pour qu’ils fument du hachich" est très réducteur voir insultant envers une jeunesse très mal représentée voir stigmatisée alors qu’elle est l’avenir de notre pays. !

      La question est que faisons nous des 3 millions de chômeurs, lorsqu’il n’y a plus de boulot et qu’il est impossible de retrouver le plein-emploi à l’heure de la délocalisation et de la crise économique. ?!


    • #1656372

      @ SerenA

      J’ai eu plaisir à lire votre intervention circonstanciée s’ouvrant par un état des lieux sommairement empirique par lequel vous produisez le constat pessimiste et inquiétant d’une désolation froide, prégnante et proliférante absorbant lentement dans un processus de dégradation inexorablement mortifère le socle sur lequel est assis le pacte fondateur agrégeant l’ensemble des composantes de la société civile d’où procède la nation, la patrie et l’état qui en sont le ferment consubstantiel.

      La société divisée en classe tripartite qui a longtemps été le modèle social émergeant de la nature et de la spécificité des groupes humains dans la civilisation européenne sous empire monarchique, a été recomposée sous la république en une catégorie abstraite identifiée sous le vocable de citoyen.

      Je vous épargne les passages des guerres incessantes au cœur desquelles la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne (à grand trait puisque l’Allemagne n’est apparu sous sa forme actuelle qu’après la défaite française de 1871) se disputaient l’hégémonie européenne, voire mondiale, le traités de Westphalie qui a débouché sur un ordre international où le régime politique de l’état-nation et de la souveraineté constituent l’élément central des relations internationales, et donc du droit international, et ce, en dépit des tentatives de remodelage tendant à en effriter les bases en y introduisant, par exemple, le droit d’ingérence humanitaire qui est une notion vague et un moyen de pression utilisé par l’empire et ses vassaux.

      Pour en revenir au sujet, le revenu d’existence tire sa légitimité philosophique et morale dans le fait que tout être vivant humain doit être en mesure de pouvoir satisfaire ses besoins vitaux et essentiels et couvrir sa dignité dans le cadre d’une vie décente, et ce, d’autant plus que l’organisation de la société limite de manière drastique la possibilité pour les indigents de s’installer dans des zones non-habitées, de cultiver dans les terres délaissées ou de planter pour en tirer le fruit de la vie et que la seule manière de survivre réside dans l’acte de consommation passant par le règne omnipotent de la monnaie.

      Tout ce qui se situe en dehors de la sphère privée appartient au domaine public, donc le misérable, d’office marginalisé, ne dispose aucun des moyens complémentaires de survie, qui jadis étaient disponibles et gratuits (pêche, chasse, cueillette, lopin de terre cultivé et habitable en zone domaniale,..)

      Suite...


  • Quand Soral critique le revenu universel il a entièrement raison , ce projet sur le moyen et à long terme c’est un piège à con pourquoi ? Pour mieux endormir le corps et l’esprit du troupeau , c’est ce qui est pratiqué en général la veille avant d’amener le bétail à l’abattoir.
    Le peace and love des années 60-70 est un exemple , une fois le troupeau endormie ils ont put imposé sous forme de lois ,un ensemble contre-nature du social : (kinsey) à l’économie (Giscard- Rothschild).


  • Un revenu doit être la contrepartie d’un travail. Aussi ne faut-il pas confondre emploi et travail.
    Une confusion à laquelle il faut vraiment prendre garde.

    En effet, on parle de valeur du travail et pas valeur de l’emploi. L’emploi n’est qu’une institution liant un salaire au travail. Or l’emploi est une institution capitaliste dans le sens où il rémunère un travail au service de l’intérêt d’un investisseur privé (ce qui est de l’usure au sens biblique du terme).

    De ce fait, l’emploi s’oppose à la valeur du travail :

    1) Lorsque le travail n’apporte pas d’intérêt pour un investisseur privé. Dans ce cas l’emploi ne rémunère pas le travail
    2) Lorsque le travail est toxique. Le choix « pute ou chômeur » n’existe pas que pour les journalistes.

    Ce qu’il manque c’est une autre institution permettant de rémunérer le travail et qui n’a pas ces défauts. Le grade (celui des militaires) est un autre exemple d’institution qui lie le salaire au travail. Il faudrait imaginer d’autres systèmes palliant les défauts de l’emploi (des pairs ou des corporations qui évaluent le travail) en vue de valoriser le travail.

    Bref, il faut réclamer le droit à un travail à vie avec un salaire à vie. Le salaire doit aussi correspondre à la valeur économique du travail. C’est le travail du médecin et du cordonnier qui doit être la contrepartie de leurs salaires, pas une ponction de la valeur créée par des robots ou des employés faisant des costumes de carnaval pour grand-mères asiatiques…

     

    • #1655112

      Vous pensez sincèrement que "le revenu de base" (bonjour l’ambition) ou "le revenu universel et galactique" va changer quoi que se soit à ces notions ?
      Et je lis chez les mêmes des déclarations pour nous faire croire que le le problème ce n’est pas l’argent ?
      Un vrai vide-grenier votre concept.


    • à The médiavenfers

      Il ne s’agit pas de déclarer ou de croire. Dites-moi ce qui est faux et pourquoi c’est faux dans ce que j’ai écrit. Ce sera plus constructif pour moi.


    • #1655872

      @ Bromélia

      Je vais te faire l’insigne honneur de répondre à ta requête en lieu et place de The médiavengers.

      La distinction ainsi opérée entre le travail et l’emploi est juste, mais il faut aussi préciser que cette distinction est opérante dans un système fonctionnel à l’image de celui englobé dans le droit de la fonction publique.

      Dans le monde salarial, la distinction doit-être tempérée ou nuancée dans la mesure où des différences patentes existent entre le fonctionnariat et le salariat. Le travail est à la source de la rémunération qui en est la contrepartie. Cela est exact dans le monde salarial, bien que dans l’univers des transnationales des exceptions concernant le très haut du panier contredisent le principe. Les PDG, outre leur salaire pharaonique, perçoivent des bonus, titres de société, une retraite chapeau considérable et bénéficient de ce que l’on a coutume d’appeler un parachute doré, en cas de cessation de contrat. Cet argent immérité qui tombe dans leur escarcelle ne se rattache pas à la valeur travail. C’est de la pure prédation. Les salariés en sont pour leurs frais, car pendant qu’ils s’épuisent et se tuent, le haut du panier se régale.

      Dans la fonction publique, c’est l’activité du fonctionnaire qui déclenche la rémunération. Toutefois, il existe des situations qui contredisent ce principe ou le contournent. Par exemple, si l’administration n’est pas en mesure d’intégrer ou de réintégrer le fonctionnaire (détaché), ce dernier recevra néanmoins son traitement. Les cas de contournement sont assez fréquents et concernent souvent l’activiste politique ou syndical. A titre d’exemple, Lionel Jospin à continuer de percevoir durant plusieurs années son traitement qui lui a été versé par le corps administratif auquel il se rattachait, et ce, alors qu’il dirigeait à la même période le parti socialiste. Il en a été de même pour Luc Ferry, universitaire et politicien, qui continuât de percevoir son traitement alors qu’il ne dispensait aucun cours depuis plusieurs mois.

      Seul le travail peut être associé à une valeur alors que le cadre d’emploi, le poste, la fonction, le grade, l’échelon ne symbolisent que des places sous un statut déterminé par le régime juridique du corps administratif d’appartenance.

      Pour le reste, je n’’ai vraiment plus le temps. Débrouille-toi, camarade.


    • Merci Aymard de Chartres

      Je suis conforté de n’avoir rien écrit de faux.


    • #1656979

      Proverbe chinois : "si quelqu’un a faim, ne lui donne pas un poisson, apprends lui à pêcher."
      Corollaire libéral à rajouter : "si t’achètes la rivière et que tu lui interdis de pêcher, il va crever"

      Restitution des terres volées et des rivières plutôt que d’accepter les miettes.
      Au lieu du revenu universel ou je ne sais quoi, je souhaiterais des bois communaux, des terres qui appartiennent au peuple et le savoir pour en tirer survie. Cela implique que la privatocrassouille restitue les terres volées : qui possède les terres en France ? rotschild et la reine d’Angletterre en détiennent beaucoup. Qui les possédait ? Quelle politique autre que le vol spéculatif a remplacé l’apanage ? Cette ripoublique censée garantir la possession des choses publiques pour le peuple a tout détourné au profit de quelques-uns. La justice et la restitution, c’est tout ce que le peuple demande et il n’a pas besoin de miettes jetées par ses affameurs.


  • Excellente émission. Merci Vincent, Xavier & Alain. La chanson de Philippe Guêpe est excellente !!!


  • Comment ca se fait que même pour Soral Asselineau n’existe pas ?

     

    • Évidemment qu’il existe, quelle question ! S’il n’en parle pas plus que ça, c’est à mon avis parce qu’il a déjà dit ce qu’il y avait à en dire et qu’il considère que c’est quelqu’un d’utile et qui a fait le boulot concernant l’U.E mais qu’il se trompe en voulant se positionner sur le terrain de la politique traditionnelle, c’est-à-dire celle des partis, terrain où il n’a pas la moindre chance de parvenir, ceci aggravé par le fait que cela ajoute de la " division " là où il n’y en a déjà que trop. Il serait bien plus pertinent d’abandonner cette lubie sans lendemain pour se concentrer sur le méta-politique où il serait bien plus utile. À l’égal d’un Sapir qui lui aussi fait le boulot, c’est le moins que l’on puisse dire, mais en se fixant des objectifs raisonnables au regard d’une situation donnée. Si vous vous intéressez à l’UPR, vous connaissez ses scores, donc vous avez la réponse à vos questions quant à l’importance qu’il faut lui accorder sur le terrain où il a choisi d’évoluer. Je ne parle pas au plan qualitatif mais quantitatif, l’UPR étant sur le fond parfaitement estimable.


    • #1655108

      Est-ce que pour Asselineau, Soral existe ?
      A force de se faire cracher à la gueule de tous les côtés, il vaut mieux peut-être s’ignorer.


    • parce que c’est la réalité ?


    • M.Asselineau en tant que force politique il ne représente rien.
      C’est un fait.

      Après il a beaucoup de qualités, ses discours et interventions présentent souvent de l’intérêt,(malgré les désaccords des uns et des autres)
      Mais cela ne suffit pas à faire de lui ni un leader d’opinion, ni un leader politique .
      A moins de démontrer le contraire, mais pour le moment...c(est comme ça.


  • Merci à ER pour ces informations.

    Quoi que l’on puisse extrapoler, la tendance politique mondiale indique aujourd’hui clairement que « les peuples », dotés maintenant d’une conscience politique, ne veulent plus de la communauté organisée dans les affaires de l’État.

    Le candidat qui gagnera les prochaines élections présidentielles en France sera donc celui (ou celle) qui se démarquera le plus de cette communauté organisée, devenue pour le peuple un enjeu de sécurité nationale.

    « Reprendre le pouvoir à cette communauté », et remettre les services publics et l’armée au service du peuple, plutôt qu’au seul profit des lobbys et des compagnies transnationales, c’est précisément ce qu’est en train de faire Trump aux États-Unis.


  • Très très bon !
    Merci ER pour la fraîcheur politique !


  • Une analyse de pointe, merci E&R..


  • Sur les différences Hamon-Mélenchon, il me semble que Mélenchon attire aussi beaucoup de jeunes, et pas que des vieux profs.


  • #1655024

    Ne voyez-vous pas venir un candidat inconnu au bataillon ?

     

  • Les dernières sorties du Président Soral sont incontournables pour comprendre la situation actuelle. (je recommande la dernière conférence-dédicace à la Main d’or et la conférence avec A. Escada).

    Par contre, pour la première fois depuis 9 ans, je me suis permis de mettre la lecture sur 0,75 x lors de certains passages. Mea culpa pour ce crimen maiestatum, Alain.

    Je ne sais pas si je vieillis trop vite (dans ce cas, une cure d’antioxydants est à prévoir via Au Bon Sens) ou si Alain était dopé par la gifle électorale de manu, mais ça fuse à 200 à l’heure. C’est bon signe je crois.

    Continuez, vos émissions sont des perles.


  • Le Revenue Universel c’est la concretisation du NOM. Tout le monde en welfare avec une petite classe de dirigeants richissimes que nous ne pouvons nommee. Le Jaffe Memo 1969 decrit tres bien le plan de control et notamment la preference des allogenes sur les nationaux.


  • Personne peut vivre avec 750 euros par mois, pourquoi il dit 1400 ? Et ce ne sera pas avant des années, quand le coût de la vie aura encore augmenté. En effet, dans un monde où les petits n’ont pas la moindre chance, cette mesure d’Hamon va faire mouche.


  • Bonjour à tous..

    quelqu’un pourrait m’expliquer" peuple russe, armée de réserve du mondialisme durant la seconde guerre mondiale" ?

    Je crois comprendre que "IGB farben", filiale germano-américaine soutenait Hitler, que ce dernier fut lâché car trop électron libre..comme pour daesh peut-être ou les talibans, le docteur Frankenstein ne savait plus gérer sa bête..à discuter bien sûr.

    D’après Sutton, les bolchéviques sont une invention de wallstreet...pour promouvoir le capitalisme d’état enrichissant toujours les mêmes...1 %.

    Donc l’armée rouge était utile au capitale sur cette séquence historique de 43-45 ?

    Merci pour vos réponses.
    Camarade Olivier.

     

  • #1655324

    Ca sera une devise a inscrire sur les futurs billets de banque : "in couilles, we trust".


  • Je voudrais rebondir sur le commentaire du président sur l’attitude soumise de Marine Le Pen vis à vis de certains, et son train de retard par rapport à l’air du temps. En visionnant cet interview de Dupont Aignan,

    https://www.youtube.com/watch?v=9jR...

    je le trouvais bien offensif et me demandais si lui-même n’avait pas justement saisi que le temps était à l’affirmation, la revendication et l’évitement des compromis moraux et tactiques, à la Trump, toutes proportions gardées...


  • #1655355

    Très très bonne analyse,merci M.Soral merci ER.


  • Alain Soral, c’est comme une kalachnikov, si on le met dans la boue, il se relève, et son phrasé mitraille.


  • #1655402

    vers 1:10:00, quand AS parle de conversano et mancini.
    Le pire dans cette histoire c’est que je suis sûr que contrairement à conversano, mancini ne touche pas un rond pour ce qu’il dit.
    Sauf son respect, il n’a pas l’air très malin et plutot naïf.


  • Merci pour cette émission de démontage des manipulations à l’œuvre en prévision de la mascarade présidentielle.
    Le système aux abois va être très agressif et encore plus manipulateur pour mettre en place son nouveau poulain. Ça va envoyer du lourd.
    Prévoyez-vous un travail de fond, genre "le vrai visage de..." pour démonter Maquereau le nouveau poulain ?
    Encore merci pour cette émission que j’écoute chaque semaine.


  • Mélenchon - Le pen au 2e tour : Cela aurait de la gueule, vous ne trouvez pas ! Pourquoi ne pas voter Mélenchon au 1e tour pour se retrouver dans ce cas de figure vu que Marine est sure de se qualifier ?

     

    • Je ne suis pas d’accord du tout avec les propos d’Alain Soral sur Mélenchon, il n’est pas plus sérieux que Hamon et de loin. Mélenchon souhaite arranger la situation de la classe moyenne tout en restant dans l’union européenne, ce n’est pas possible. Mélenchon est l’un des plus gros menteurs de notre classe politique aujourd’hui.


    • Bien sûr que si, son programme est largement plus étoffé que le truc à la va-vite de Hamon, ce qui en même temps est logique vu qu’il y travaille depuis bien plus longtemps. Ce qui n’ôte rien par ailleurs au fait qu’il ait des points faibles et des travers psychologiques et humains pas vraiment rassurants en cas d’accession au pouvoir.


    • Il-y-a peu Alain Soral qualifiait Mélenchon de "la plus grande salope de l’échiquier politique".


    • De toute façon, même dans le cas très hautement improbable d’une victoire de Mélenchon, les premiers cocus seraient ses électeurs car avec ce faux courageux mais vrai traitre sauce Tsipras (on devait voir, on a vu !), on se retrouverait très certainement avec une sorte de gauche plurielle à l’envers. On reprend les mêmes, on change la distribution, un coup de touillette et c’est reparti ! Ce serait un vrai sketch ! Mais dans cette hypothèse de deuxième tour, je crois que toute personne " de gauche " et à peu près normalement cortiquée se devrait de voter FN :-)


  • Alain Soral toujours aussi pertinent : merci Monsieur pour votre courage !


  • À écouter et à réécouter !
    Merci Mr Alain Soral
    Merci à toute l’équipe d’ER

     

    • #1655888

      C’est ce que je fais aussi depuis hier soir.
      Alain Soral est au top niveau, les adversaires le savent sinon ils ne chercheraient pas à l’abattre.

      Il me permet de me intéresser à un domaine en ruines : la politique !

      Bravo à Alain Soral, vous avez même réussi à me faire rire avec le "retour de la couille" !!


  • Absolument passionnant. La France entière devrait entendre cette émission.
    "Il faudrait faire une émission toutes les semaines". Bordel, je dis 3 fois oui.
    Alain qui admet qu’il se trompe ça en remettra certains à leurs places.
    Par contre Mélenchon qui pourrait être président, ça fait froid dans le dos.


  • je dois faire mes compliments à Xavier qui relève très bien la revue "faits & documents"
    cela va peut être choquer mais je le trouve déjà bien meilleur que feu Ratier, que je connaissais un peu personnellement, on doit bien sûr rendre hommage au journaliste et écrivain courageux et intègre que fut Emmanuel, qui a souvent eu raison avant les autres et a ouvert à peu près seul des fenêtres de prospection et de réflexion avant que n’existe Internet, mais honnêtement sur la fin je le comprenais de moins en moins quand je l’écoutais (surtout sur Radio courtoisie), ses explications par exemple à propos des attentats étaient d’un embrouillamini très embarrassant pour ses interlocuteurs et il était impossible de comprendre où il voulait en venir
    en comparaison Xavier est clair, concis, convaincant, sur ce plan, rien à dire


  • Peut être que la divine réponse revient clairement vers la fin de cet interview ... ?!


  • Quel est cette double vie de Maqueron que tout le monde connait à Paris ??

     

    • À mon avis il parle de sa relation avec le dispendieux PDG de Radio France Matthieu Gallet, dont le bruit a à mon avis entraîné la campagne de médiatisation de sa relation avec son épouse, alias " La maman de Stifler " :-)


  • Bravo à vous tous !
    Superbe moment.
    " Tous des ectoplasmes... !!! "
    Alors pour qui voter ???


  • Bonjour, je poste pour la première fois car il me semble que cette émission articule tout. Après l’écoute il me vient une chose : le pire du pire, c’est Macron. C’est la continuité, la suite de la logique de destruction. Ensuite je dois dire que je suis un peu perdu en ce qui concerne les questions Mélenchon / Le Pen. Le discours d’Alain Soral à un peu évolué non ? Je reste sur les premières analyses du personnage, Mélenchon est un apparachik socialiste, qui a pris la place vide du révolutionnaire laissée vacante par l’effondrement du PC/LCR/NPA... Il n’est pas attaqué car, comme vous dîtes : "il en est". Quant au FN et Marine Le Pen, c’est vrai que ça manque de couille, de parlé vrai et de petites phrases bien senties et un peu provoquantes. On s’ennuie un peu, c’est rentré dans le rang au niveau communication. Il n’empêche que ce qu’elle compte faire, me semble possible et dans le sens du vrai changement. J’ai abandonné l’idée d’un retour aux valeurs morales chrétiennes, la GPA, la théorie du genre, l’école qui tombe en ruine, on y va tout droit !! Bonne continuation à tous.

     

    • Marine reste pour le moment en retrait de la campagne : les 2 primaires ont occupé tous les médias (et esprits), puis maintenant c’est l’ascension (provisoire) de Macron et le bombardement quotidien de Fillon au phosphore blanc.
      Marine a mille fois raison d’attendre la toute dernière ligne droite (mars-avril) pour décocher enfin ses flèches que l’on espère bien acérées. Mais elle sera bien attaquée d’ici-là, le combat sera rude, et partir trop tôt ne peut que desservir


  • #1656907

    Bonjour.
    Je vous rappelle un FAIT concernant Mélenchon :
    il a participé à la campagne en faveur du NON au TCE en 2005.
    Le TCE reprenait tous les traités précédents.
    Il a reconnu s’être trompé en votant pour Maastricht.


Commentaires suivants