Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Le Système veut nous dissoudre"

Entretien avec Lucien Cerise – Propos recueillis par Alain de Benoist

Le chaos n’est plus l’ennemi des classes dirigeantes. Le chaos est devenu la stratégie privilégiée du Système. C’est la thèse développée par Lucien Cerise, essayiste venu de l’extrême gauche et auteur remarqué d’un essai, Gouverner par le chaos, qui décrit l’orchestration rationnelle et méthodique de cette guerre de tous contre tous.

 

Alain de Benoist : Après des études dans le domaine des sciences sociales, en particulier la communication et la sémiotique, vous avez publié en 2010, chez Max Milo, un livre qui ne comportait aucune signature : Gouverner par le chaos (dont une nouvelle édition doit paraître ces jours-ci). Il était pour l’essentiel consacré à la mise en œuvre de toute une série de techniques relevant de l’« ingénierie sociale ». Qu’entendez-vous par là ? La gouvernance par le chaos est-elle le nouveau nom du Système ? Quelle différence par rapport aux anciennes théories de la surveillance, de Jeremy Bentham à Michel Foucault ?

Lucien Cerise : Tout d’abord, je précise que je n’ai rien inventé. La notion de social engineering apparaît au XXème siècle sous la plume de chercheurs anglo-saxons versés dans les sciences de la gestion (management, marketing, cybernétique, systémique, psychologie comportementale) pour désigner une approche mécaniste et constructiviste de la société, et surtout orientée vers la transformation d’un donné, comme dans le génie génétique, le bâtiment ou la finance. Puis, l’ingénierie sociale connaît un second souffle venu des milieux du piratage informatique en 2002 quand le célèbre hacker Kevin Mitnick lui consacre un livre, en modifiant un peu la notion par l’insistance sur la furtivité, soit l’invisibilité. J’arrive en troisième position pour faire la synthèse des deux vagues qui m’ont précédé, expliciter la continuité de l’une à l’autre et unifier le concept.

Je propose donc la définition suivante : l’ingénierie sociale est la modification planifiée, durable et furtive du comportement. Il s’agit de transformer définitivement la nature d’un être social, individu ou groupe, et pas seulement de le manipuler ponctuellement. Pour y parvenir, il faut la plupart du temps pirater l’être social en question, c’est-à-dire le modifier sans son consentement éclairé, de manière subliminale, furtive, de sorte qu’il reste inconscient de la transformation. En effet, la plupart des êtres sociaux sont adaptés à leur environnement à la suite d’une évolution lente et naturelle. Ils n’éprouvent donc aucun besoin de voir leurs pratiques et leurs valeurs modifiées artificiellement et définitivement de l’extérieur par une ingérence étrangère. Dès qu’il sent qu’on veut le faire changer de force et contre sa nature, l’être social se met sur la défensive et son niveau de vigilance augmente ; pour contourner ces mécanismes d’auto-défense et les tromper, il faut passer par la porte de derrière, prendre une backdoor, ou alors lancer un hameçon, faire du phishing dans le jargon informatique du piratage. Dans tous les cas, le pirate ne doit pas être vu. La base du hacking est donc la dissociation du couple « voir » et « être vu ». Pirater un cerveau, réaliser une infiltration cognitive, signifie que je vois les idées à modifier mais sans être vu moi-même pendant que je les vois. Cette structure asymétrique de la perception et du recueil d’information est celle du Panoptique étudié par Bentham et Foucault, dont les théories de la surveillance peuvent être considérées comme des proto-théories du piratage social. Ces auteurs ont bien exposé cette nouvelle forme de contrôle social exercé par une instance qui voit tout, mais que l’on ne voit pas, si bien qu’on ne sait même pas qu’elle existe. Cette invisibilité du pouvoir contemporain le distingue de la figure traditionnelle du pouvoir patriarcal et phallique qui, lui, n’existe a contrario que dans la visibilité totale et la symétrie « voir » et « être vu ».

En outre, l’ingénierie sociale n’en reste pas à la surveillance furtive et au vol de contenus, mais procède aussi à la transformation furtive de la nature de ce qu’elle surveille. Or, on constate à l’usage que cette transformation est le plus souvent hostile à l’être social piraté et vise sa destruction. Comment détruire furtivement ? En faisant monter les contradictions internes du système cible, donc en triangulant un conflit entre au moins deux de ses parties. C’est l’orchestration rationnelle et méthodique de la guerre de tous contre tous, la gouvernance par le chaos, expression que j’ai trouvée pour qualifier l’ambiance générale du Système.

 

Le capitalisme mondialisé est au centre de votre propos. Depuis le XVIIIème siècle, dites-vous, il fonctionne dans le registre de la « destruction créatrice » et de la « démolition contrôlée ». Il est aujourd’hui le principal bénéficiaire des manipulations de l’opinion visant à obtenir le consentement total des masses. Pour aller où ?

Ce qui anime le capitalisme, c’est une vision du monde kabbalistique et numérologique, la gématrie, où la totalité de l’existence peut se réduire à des chiffres. Ici, la substance du monde est quantitative, les mathématiques sont le langage de Dieu et les valeurs numériques surpassent les valeurs éthiques. C’est le grand marché cosmique, où tout se vend et s’achète, et où vous êtes entièrement réductible à votre compte en banque. Les milieux kabbalistes new-yorkais de Wall Street, que Darren Aronofsky met en scène dans son premier film intitulé Pi (du nombre 3,14), ces milieux voient une continuité parfaite entre leur mystique et le capitalisme financier le plus immonde. Pour eux, la spéculation boursière est une sorte de prière. Le PDG de Goldman Sachs a même déclaré un jour que les banquiers accomplissaient le travail de Dieu. Quant à Christine Lagarde, directrice du Fonds monétaire international (FMI), elle se livre à des « compressions numérologiques » et parle de « Magic 7 » dans des conférences publiques et sur des plateaux de télé où elle évoque également un « reset » de l’économie mondiale, une réinitialisation, un redémarrage à zéro. Cette association de l’ésotérisme et de la robotique apparaît également chez Norbert Wiener, le mathématicien fondateur de la cybernétique, qui publiait en 1964 God & Golem, Inc., avec pour sous-titre « Un commentaire de certains points où la cybernétique empiète sur la religion ».

L’oligarchie capitaliste a besoin d’un supplément d’âme, qu’elle va chercher dans ce spiritualisme numérique qui abolit les différences qualitatives pour ne laisser subsister que les différences quantitatives. La kabbale consiste à adopter le point de vue de Dieu, c’est-à-dire situé avant les différences. Réaliser ce point de vue divin dans le monde consiste à détruire le monde donné et ses différences naturelles pour revenir à la « soupe primordiale » indifférenciée, le chaos informe et primitif, qui est une pâte à modeler plastique constituée de chiffres. Il est alors loisible de reconstruire le monde sur de nouvelles bases et de nouvelles différenciations. Cette combinatoire techno-scientifique infinie imposée au forceps, c’est ce que Heidegger appela le Gestell, auquel Peter Sloterdijk a opposé le Gewächs, concept illustré par la croissance des plantes, processus lent et discret mais naturel et équilibré.

Dans le monde du Gestell, les formes solides sont liquéfiées, de sorte à mélanger leurs substances, et ensuite re-solidifiées selon de nouvelles synthèses et un nouveau plan. La maxime hermétique « Dissoudre et coaguler » résume bien ce vaste travail d’ingénierie globale : redémarrer la Création, faire un reset ontologique global, recommencer tout à zéro. Cette destruction créatrice du monde suppose une démolition contrôlée et rationnelle, afin de ne pas être détruit soi-même dans le processus. Il faut trouver la bonne distance. Quand on dynamite les fondations d’un bâtiment, on prend soin de ne pas être dynamité soi-même, principe du test de choc en retour et du calcul du contrecoup (effet de recul en balistique). Pourquoi la kabbale poursuit-elle ce programme de table rase globale ? Parce que l’argent n’est pas à l’origine du monde. Il faut donc détruire ce monde dont l’origine ne doit rien au Capital pour le remplacer par un monde qui devra son origine au Capital. L’argent doit devenir l’origine du monde. En temps normal, le sommet du Capital n’est pas le sommet de la Création, car il doit encore se soumettre au Réel, ou à Dieu. Mais après le redémarrage global, une nouvelle hiérarchie émerge. Le Nouvel Ordre mondial, c’est quand l’argent décide de tout, car il est devenu à l’origine de tout, après avoir détruit le monde donné naturellement. D’un monde donné, on passe à un monde produit. Produit par qui ? Par le sommet de la pyramide du Capital, qui devient alors le sommet de la pyramide de la Création. Le propriétaire du Capital devient divin, il est le producteur démiurgique du monde. L’argent qui mène le monde ne suffit pas, il doit « faire » le monde carrément, le créer, le produire dès l’origine, donc en définir la substance, l’essence, la nature. Quand on s’imprègne de cette pensée pour la comprendre de l’intérieur, on ressent que l’énergie qui l’anime est la haine. Inutile de préciser qu’il s’agit de l’idéologie la plus dangereuse de tous les temps.

 

Quel est le type d’homme que l’on veut promouvoir lorsque l’on cherche à modifier les comportements humains en produisant intentionnellement du flou identitaire ? Psychiatrie et psychanalyse ont-elles quelque chose à nous dire là-dessus ?

En fait, on ne cherche pas à promouvoir un type d’homme. Ce qui est visé, c’est la fin de l’humain, donc le post-humain, le transhumain, etc. Le flou identitaire vient de ce que les différences sont attaquées au bénéfice d’un mélangisme généralisé, sorte d’hyper-métissage kabbalistique qui dépasse de loin les races et les cultures. Plus aucune différence ne doit subsister, comme le stipule la théorie du genre pour les sexes, et encore au-delà l’anti-spécisme et le véganisme, qui dénient une différence substantielle entre l’humain et les autres espèces pour nous préparer au métissage entre humains et animaux, les « chimères » génétiques qui sortiront bientôt des laboratoires. Un pas plus loin, ce sont les juristes et les avocats (Alain Bensoussan, Anthony Bem) qui travaillent sur le droit des robots, de sorte à accorder une personnalité juridique aux machines et à abolir ainsi la distinction entre vivant et non-vivant. Les identitaires ne comprennent pas toujours que le Grand Remplacement n’est pas celui d’une race ou d’une culture par une autre, mais celui des humains par les machines. Par exemple, j’ai vu sur une page Facebook s’exprimer en ces termes un partisan de l’écologie profonde (deep ecology), branche de l’ultragauche sponsorisée par des fondations américaines : « L’humain est tellement mauvais pour la nature qu’il vaudrait peut-être mieux confier la gestion des ressources terrestres à une intelligence artificielle. » Raisonnement qui reproduit « la voix de son maître », celle de la cybernétique sociale de Wiener qui voulait confier l’organisation des sociétés humaines à des ordinateurs, ou du Club de Rome et ses programmes de décroissance démographique.

À ce stade, on largue les amarres du principe de réalité pour entrer dans un état où toutes les limites sont tombées, induisant une interpénétration de l’intérieur et de l’extérieur, une confusion entre Moi et l’Autre et un flou identitaire global où les formes fixes disparaissent au bénéfice de flux numériques en recomposition constante. Cliniquement, on parlera d’un trouble psychotique qui s’installe, une bouffée délirante chronique. En effet, la psychiatrie et la psychanalyse montrent que la santé mentale nécessite d’avoir une perception stable des limites identitaires, avec une démarcation claire de l’intérieur, Moi, et de l’extérieur, l’Autre. La fluidité, l’état liquide, voire gazeux, ne sont pas viables quand il s’agit de définir une identité vivante, qui échappe à la dissolution, à la précarité et au chaos. Chacun a besoin de savoir qui il est, tout simplement, ce qui requiert une certaine permanence et fixité. Si je suis un homme, je ne suis pas une femme, si je suis le parent, je ne suis pas l’enfant, et vice versa. Ce schéma à quatre places distinctes articulées par les connecteurs booléens et/ou, c’est le complexe d’Œdipe de Freud et Lacan, soit la matrice identitaire universelle imposée par le logos, le quadrillage logique, politique, légaliste et langagier du Père, qui nous arrache à l’ethnos, le monde charnel, pré-politique, fusionnel et changeant de la Mère.

 

Peut-on dire que droite libérale et gauche libertaire aspirent l’une et l’autre à promouvoir l’entropie ? Qu’est-ce qui les rapproche fondamentalement ?

Ce qui identifie carrément la droite libérale et la gauche libertaire, c’est qu’elles travaillent toutes deux à ouvrir les systèmes au maximum jusqu’à leur dissolution entropique et ce que mort s’ensuive. Pour bien comprendre la politique, on peut la traduire en termes de cybernétique et de systémique. Le clivage fondateur dans ces disciplines se situe entre système ouvert et système fermé. Pour maintenir sa structure dans le temps, un système a besoin d’échanger de l’information avec son environnement, donc d’être ouvert, mais il a également besoin de fermeture, sinon il se dissout dans cet environnement. L’ouverture alimente, la fermeture protège. Ce sont la fermeture totale et l’ouverture totale qui augmentent l’entropie des systèmes. À l’opposé, le bon équilibre entre une semi-ouverture et une semi-fermeture augmente la néguentropie et l’organisation, ce qui est le principe des « structures dissipatives » observées par Prigogine déjà dans la matière inanimée. Ce juste milieu dans le contrôle et la sélection des flux entrants et sortants est la condition d’une bonne tenue énergétique et informationnelle. C’est ainsi qu’un système conserve sa structure, son identité, sa forme typique et qu’il perdure. En géopolitique, cela s’appelle les frontières et les principes westphaliens. En biologie, c’est la peau, la membrane épidermique, nécessaire à l’intégrité de l’être vivant. En psychologie ou en écologie, on parle des limites identitaires et comportementales à intérioriser pour ne pas développer de pathologie. Il faut donc relancer l’idée d’une « fermeture positive », ce qui fera hurler tous les libéraux-libertaires qui ne jurent que par l’ouverture complète à tous les vents et nous ordonnent de nous ouvrir toujours plus au monde, à l’Autre, aux Roms, aux minorités, aux capitaux étrangers, à la concurrence… Leur tactique est maligne, car il est plus facile de détruire un système en l’ouvrant totalement qu’en le fermant totalement. L’ouverture lève les défenses du système mais possède une connotation positive qui parvient à rendre cet affaiblissement attractif, la fermeture étant plus difficile à justifier moralement. Mais il faut se décomplexer sur ces questions et savoir attaquer l’impératif morbide d’ouverture totale de la droite libérale et de la gauche libertaire, car il n’y a pas de vie sans fermeture et protectionnisme à un moment ou à un autre.

 

Que représente à vos yeux Internet ? Un nouvel espace de liberté ou une nouvelle méthode de flicage ?

À une époque, j’étais complètement réfractaire à Internet, arc-bouté sur une position néo-luddite un peu primaire. Aujourd’hui, je pense que c’est salvateur. Le Pentagone considère Internet comme faisant partie du champ de la guerre (war domain). C’est ainsi qu’il faut le voir. En effet, c’est un outil de flicage, mais dans les deux sens. Les services de renseignement peuvent nous espionner, mais nous pouvons le faire également en retour, et sans besoin d’être des as de l’informatique. En fait, avec une connexion Internet et une bonne méthode de recherche par mots-clés, n’importe qui peut être mieux informé qu’un chef d’État. Le nombre d’informations aujourd’hui en sources ouvertes est hallucinant, il suffit de savoir chercher. Des opérations clandestines importantes, comme des attentats terroristes sous faux drapeau ou des coups d’État déguisés en révolution populaire (Libye, Syrie, Ukraine), qui naguère mystifiaient tout le monde, sont aujourd’hui démontées en direct. Par exemple, un mémo de la CIA fuité par Wikileaks a montré que le président d’Ukraine issu du putsch, Petro Porochenko, travaillait pour les USA depuis au moins 2006 (qualifié d’insider). Internet est donc bien un espace de liberté et de démocratie, car il rétablit la symétrie de l’information entre le pouvoir et le peuple.

 

Il ne serait pas difficile de faire une interprétation complotiste de vos observations. Cela pose le problème de l’efficacité réelle de l’ingénierie sociale, et aussi de ses limites. Qu’est-ce qu’on peut avec certitude lui attribuer ? Qu’est-ce qui lui échappe ?

Les complots qui émaillent l’Histoire mondiale obéissent tous aux méthodes du Renseignement professionnel, qui se résument ainsi : dissociation du couple voir/être vu et asymétrie de la perception et de l’information. Ces méthodes sont appliquées dans la sécurité des systèmes (surveillance, piratage), l’Intelligence économique, la guerre cognitive, les techniques d’influence, le soft power, le conseil managérial, le marketing, les médias, la politique, etc. Mon slogan est « Démocratiser la culture du renseignement », car dès qu’on se familiarise avec cette grille de lecture et ses méthodes de travail, celles-ci apparaissent en relief dans la vie quotidienne et nous sautent aux yeux. On peut alors distinguer ce qui est piraté de ce qui ne l’est pas et se protéger contre les tentatives d’infiltration cognitive (neuro-piratage).

Deux universitaires américains, Cass R. Sunstein et Adrian Vermeule, ont publié en 2008 un article intitulé Conspiracy Theories : Causes and Cures pour recommander de travailler à l’infiltration cognitive des milieux « conspirationnistes » afin de les neutraliser. Les anti-conspirationnistes conspirent donc eux-mêmes, et parfois au grand jour, comme le titrait H.G. Wells pour son ouvrage The Open Conspiracy : Blueprints for a World Revolution (« La conspiration au grand jour. Plans détaillés pour une révolution mondiale »). Les opérations d’infiltration cognitive de masse les mieux documentées sont celles qui utilisent la sensibilité identitaire. Depuis des décennies, les grands services de renseignement anglo-saxons embauchent des anthropologues, des ethnologues, des sociologues, des psychologues, des historiens pour élaborer des hameçons narratifs adaptés aux mythologies identitaires culturelles des peuples qu’ils veulent pirater et contrôler. L’ingénierie sociale est en quelque sorte la méthodologie racine du renseignement, qui expose comment pirater un être social (Ukraine, Islam) après en avoir dessiné le modèle détaillé, le blueprint, la maquette 2D. On peut donc attribuer à cette méthode les phénomènes de piratage comportemental, qui sont légions à notre époque mais qu’on ne peut discerner qu’au cas par cas, ainsi que les effets sociétaux de chosification induits par le travail de modélisation schématique des comportements à pirater. Ce qui échappe à l’ingénierie sociale c’est donc d’y être formé. Sans cela, on prend pour spontanés des phénomènes et des événements qui ont été en fait orchestrés, mis en scène, provoqués, façonnés, « ingénieurés » de manière complètement artificielle : crises économiques, guerres, coups d’État maquillés en révolutions… Camille Desmoulins ne parlait-il pas dès 1793 des « machinistes » de la Révolution ?

 

Le Système, avez-vous déclaré, « c’est tout ce qui fait monter le désordre, l’anomie, l’entropie. Le Système cherche à nous dissoudre et à nous déstructurer. Résister signifie donc coaguler, restructurer, réordonner ». Peut-il y avoir une ingénierie sociale positive ?

Je cogite en ce moment sur une ingénierie sociale positive, que j’abrège en IS+, pour la distinguer d’une IS-. En termes de systémique, c’est le combat de l’homéostasie contre le déséquilibre. Si les maîtres mots de l’IS- sont désordre, anomie, entropie, déstabilisation et production de chaos contrôlé, alors ceux de l’IS+ seront ordre, régulation, néguentropie et stabilité. La néguentropie en politique, l’IS+, se résume en deux mots : « prendre soin ». Ici, je me laisse volontiers inspirer par la théorie du Care, de l’anglais to take care, fondée par Carol Gilligan. À mon avis, tout est là en politique, dans le « prendre soin », notamment du pays où l’on vit, ce qui s’appelle aussi du nationalisme, du souverainisme, du patriotisme. De fait, l’individu est une abstraction sur le plan politique, seuls les collectifs, les réseaux, les organisations peuvent quelque chose. L’individu n’existe que dans des relations, des liens. L’IS- est un travail entropique du lien social pour le dissoudre. L’IS+ est un travail néguentropique du lien social pour le coaguler. Or, quelle est la bonne échelle de coagulation du lien social ? Sans aucun doute, celle de l’État-nation, qui est aujourd’hui la forme optimale de l’organisation collective anticapitaliste.

 

Entretien publié initialement dans la revue Éléments n°153 (octobre-décembre 2014).

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Retrouvez Alain de Benoist chez Kontre Kulture :

 
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

46 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1101739
    le 25/01/2015 par Soldat du Christ...
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Toujours une belle analyse ce Lucien Cerise !!
    Il nous permet, à nous simple lecteur, de comprendre des sujets aussi complexes que l’ingénierie sociale, et toutes les dérives qui découlent de cette nouvelle (quoi que pas si nouvelle que ça ) façon de nous contrôler !!
    Mille mercis monsieur L.Cerise, pour vos écrits ainsi que vos vidéos sur le net !!


  • #1101742
    le 25/01/2015 par la pythie
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Intéressant et terrifiant à la fois ! détruire le monde pour le reconstruire...à partir du Dieu- argent, il fallait y penser. Une telle idée ne peut germer que dans un esprit malade...
    conclusion : le moyen-âge est devant nous !

     

    • #1101746
      le 25/01/2015 par Titus
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Le "moyen-âge", c’est l’antidote.


    • #1101843
      le 25/01/2015 par J’vous le dirais pas
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Le monde de demain est à inventer.. et cette créativité peut en effrayer certains.. Quels seront les acteurs du changement ?


    • #1105006
      le 28/01/2015 par david
      "Le Système veut nous dissoudre"

      En IS-, Tikkoun olam, très cher, il faut réparer le monde, depuis la chute rien ne va plus. En plus soah et tout ça, ben faut tout casser pour tout rebâtir à la mode de la Kabbale, certains disent de l’antéchrist.

      En IS+, vous êtes méchant avec le moyen-age, à cette époque y avait surement plus de gens bien intentionnés pour le bon Royaume de Dieu que maintenant, le règne du Christ sauveur.

      Son avis sur le grand remplacement est gentil je trouve, même si à long terme ça sent les chimères et les robots, la destruction se fait par étapes et avant le robotboom il y a (nous y sommes déja) il y aura un alien(ou xéno étranger)boom.


  • #1101744
    le 25/01/2015 par Igor Meiev
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Le système est une bouche carnassière, anthropophage, homicide, sans pitié : elle a faim d’hommes, femmes et enfants ; désireuse de les engloutir -toute l’humanité !- afin que, dissous dans son estomac par ses acides idéologiques, ils soient plus assimilables au monde nouveau qu’elle leur prépare.

    Un monde diabolique dont le maître est le maître de l’arnaque, celui de faire croire qu’il se préoccupe de l’Homme tandis qu’en vérité il travaille à sa perte.


  • #1101764
    le 25/01/2015 par estoc
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Oh putain, je viens de me prendre une énorme claque à la lecture de cet article, là.

    Fantastique, bravo, absolument génial.


  • #1101781
    le 25/01/2015 par Jérôme2709
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Tout à fait d’accord avec les concepts de "semi-ouverture", "semi-fermeture" et "fermeture positive". Sinon l’on parle de cancer. Ne serait-ce qu’à l’échelle d’un couple, lorsque la codépendance s’installe à la place d’une saine interdépendance, un jour ou l’autre les deux protagonistes sont obligés de se séparer pour que chacun retrouve ses esprits. Le système fait et va encore faire mal à beaucoup de monde mais il va se casser la gueule. La pyramide en grandissant fabrique plus de mécontents que d’élus.

     

    • #1103199
      le 27/01/2015 par Féthi
      "Le Système veut nous dissoudre"

      @Jérôme Salut camarade...c’est intéressant ce que tu dis sur le couple parce-que là se cache précisément un piège de la modernité dans lequel on est pratiquement tous tombés...que l’amour "charnel" s’émousse avec le temps,c’est dans l’ordre des choses,c’est normal ; c’est précisément à ce moment-là que le couple doit transcender tout ça en faisant un enfant,on "bifurque" sur un autre type d’amour peut-être encore plus solide que lorsqu’on restait collé à sa compagne sous la couette (le coup du porno et du sex-shop pour "revigorer" des couples de trente ans qui ont cinq gosses,c’est pathétique en vérité...regarder un film porno alors que ta chérie est à côté,je trouve cette situation plus déprimante qu’une boîte de valium ;quant à s’intéresser aux films pornos seul alors que tu as dépassé l’âge boutonneux,je préfère encore jouer avec une seringue de sidaique)...en vérité,un couple sans enfant n’a aucun sens,malheureusement pour moi,j’ai compris ceci après avoir accompagné mon ex-compagne au "planning familial"...si seulement je m’étais cassé une jambe ce jour-là,j’aurais pu réfléchir à tout ça et éviter de faire une méga-connerie inter-galactique,les filles comme elle ça court pas les rues et elle voulait vraiment fabriquer un bambino avec moi...aujourd’hui je suis seul et c’est bien fait pour ma gueule,je me croyais malin mais le seul fait d’avoir accompagné une fille qui m’aimait au planning d’extermination familiale montre qu’à ce moment-là,j’aurais pu concourir au titre de roi des cons de la modernité (drôles d’endroits que ces "planning familial",ça sent vraiment la mort,avec toutes ces filles qui pleurent...et les hommes y sont très mal vus,j’étais le seul mec dans le bâtiment,ces espèces de gouinasses refoulées qui constituent le personnel me regardaient comme de la m.rde)...depuis,quand je vois des couples qui se battent pour avoir un enfant mais que la nature malheureusement ne leur accorde pas,ça me fend vraiment le coeur pour eux,surtout lorsque toi tu as accompagné tranquillement ta chérie à l’aspirateur d’extermination familiale...on se rend pas compte à quel point on est tombé bas à l’ère "moderne",j’en ai le vertige personnellement d’avoir fait une connerie comme-ça...bien à toi camarade (modérateur,s’il te plaît,ne me censure pas pour deux gros mots)...Féthi


  • #1101784
    le 25/01/2015 par Drwoo
    "Le Système veut nous dissoudre"

    D’où à mon humble avis, si 3ème guerre mondiale il y a, amènerait à la destruction de plusieurs états, diminution de population (donc ce dont beaucoup de personnalités riches ont tendance à aborder un double langage comme bill gates sur le "nous avons un vaccin qui permettrait de réduire de moitié la population").
    Après avoir appliqué cette phase là, ils peuvent continuer un processus de factorisation en rassemblant des peuples sous un même et unique drapeau, "l’europe" donc.
    Vous ne seriez plus italien, français ou autre, vous serez européen, après avoir entamé un processus de déracinement des cultures et histoire des pays en europe (donc dissolution), on opère à une phase 2 qui serait la coagulation.
    Une manipulation qui opère lentement à une échelle plus historique (je dirais) que humaine, la transition ainsi que les micros traumatismes intégrer au peuple de masse serait beaucoup plus efficace et difficile à faire disparaître, car ce sont des stratégies de manipulation qui opèrent à une autre échelle et moins perceptible par l’ensemble des personnes.

    Cela aurait le même effet qu’à apprendre à un enfant l’immoralité comme morale au final. Sauf que pour un adulte il faut opéré différemment en rapport à ce qu’il a apprit.
    C’est en fait comme une éducation des masses en cassant l’éthique, la logique et le morale de tout être, d’où les nombreux contradictions dont font preuve certaines personnes dans des débats.

    Très intéressant l’analyse Lucien Cerise, bien qu’un peu trop technique à mon goût et exposé dans un cadre systémique (chose que moi même j’ai tendance des fois à faire), je pense surtout que l’on peut expliquer certaines choses en trouvant un bon équilibre entre algorithme littéraire et algorithme mathématique. Si non on risque de perdre plusieurs lecteurs lol.


  • #1101810
    le 25/01/2015 par Pamfli
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Lucien Cerise est un type visionnaire qui décode des phénomènes macros complexes : ses thèses sont vérifiables dans le système notamment celui de l’entreprise, nous sommes alors dotés d’un sixième sens « car dès qu’on se familiarise avec cette grille de lecture et ses méthodes de travail, celles-ci apparaissent en relief dans la vie quotidienne et nous sautent aux yeux. ». Par exemple la technologie du big data appliquée aux données enregistrées via les réseaux sociaux : imaginez le social profiling obtenu au niveau mondial.
    Concernant L’IS+, pour l’instant, il est préférable de les laisser croire à leur invisibilité et “à la dissociation du couple « voir » et « être vu »”, afin de mener la véritable guérilla au quotidien, dans l’invisibilité, c’est fatiguant mais notre sixième sens s’affûte… Quand à la coagulation du lien social, aujourd’hui seuls ceux qui se cultivent massivement peuvent coaguler et résister : ne rêvons pas ces méthodes de communications sont très bien élaborées, et la crédulité, le conformisme, les peurs des « Je suis Charlie » reste leur meilleur atout.

     

    • #1101859
      le 25/01/2015 par Pamfli
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Communication sans "s" et "..restent leur meilleur atout". Désolé.


    • #1102821
      le 26/01/2015 par laferrailleuse
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Excellent commentaire. Les techniques dites des "méthodes agiles" collent comme un gant aux agissements incompréhensibles des USA et de l’Europe. Décomposition d’une société existante pour en tirer un bilan structurel puis, démantèlement par un chaos contrôlé, méthode de la ré-utilisabilité, méthode scrum, etc.

      Se familiariser avec cette ingénierie complexe nous permet d’appréhender ce qui nous attend et surtout nous fait intégrer le fait que l’individu est passé au rang de "data". L’homme est devenu objet informatique qu’on peut intégrer ou désintégrer dans un système de projets dont le but est la domination sans partage par un petit groupe qu’on devra vénérer comme des dieux.

      J’ai de la peine pour nos pauvres enfants.

      Les "je suis Charlie" n’ont pas encore senti la quenelle épaulée que les oligarques leurs réservent.


  • #1101816
    le 25/01/2015 par pandanlagl
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Monsieur Cerise, nous attendons avec impatience la suite d’Oliganarchy.

     

    • #1103094
      le 27/01/2015 par Lucien Cerise
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Merci pour votre lecture.
      En attendant la suite, vous pouvez voir le "prequel" : "Photographies d’un hamburger", publié chez Stéphane Million.


    • #1103739
      le 27/01/2015 par Soldat du Christ...
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Nous lisons vos livres trop vite ils sont d’une qualité que l’on ne trouve que si rarement merci !!
      Monsieur
      Lucien Cerise


  • #1101826
    le 25/01/2015 par Julien
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Le "véganisme qui dénient une différence substantielle entre l’humain et les autres espèces" ?
    Je trouve ça tiré par les cheveux et vraiment douteux.
    La différence "substantielle entre l’humain et les autres espèces" ne nous autorise pas à exploiter et torturer les animaux sans raison, de la même manière que s’il y avait une différence génétique "substantielle" entre différentes sortes d’être humains.

    "Si" on est plus fort et plus puissant, c’est pour protéger les plus faibles d’entre nous et non pas en profiter de toute les manières possibles comme le fait le système actuel.

     

    • #1101999
      le 26/01/2015 par seber
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Qui t’a mis ces raisonnements dans la tête ? That is the question posée...


    • #1102314
      le 26/01/2015 par L’équilibre est la clé
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Qui t’as mis quel raisonnement dans quelle tête ? Qu’est-ce qui, toi, te pousse à répondre ainsi, qu’elle idée, idéologie et ingénierie cognitive te pousse donc à répondre comme tu le fait ? Penses-tu qu’un article, à mon sens brillant, n’est pas lui même propagandiste à l’endroit de l’ante-idée qu’il incrimine ?

      La souffrance d’un animal tu la ressent dans son regard, via ton intuition, ta sensibilité. Quand j’observe mon chien avec une grille de lecture non spéciste...ma communication avec cet être de chair et de conscience se fait de manière tellement naturelle que je défie quiconque de me dire que les animaux ne sont pas conscient (à un niveau différent, certe).

      Prenez un animal. Observez le et notez son comportement en milieu naturel. Enfermez le avec vous dans une cave. Battez le violemment et de manière répétée. Libérez-le et observez son comportement une fois qu’il aura reprit ses marques : Pouvez-vous jurez qu’il n’y aura aucune modification de conscience et donc d’expression, de comportement ?

      Quand l’auteur de l’article vous parle d’un système basé sur l’équilibre du On-Off , du 1/0, de l’ouvert et du fermé, cela ne vous saute t-il pas aux yeux ? Ne voyez vous le "1" que vous mettez sur le spécisme et "0" sur l’intuition naturelle de votre rapport au vivant ?

      Ne comprenez vous pas que la source du nouveau système va puiser ses bases dans celui de l’ancien ? Pour le meilleur ou pour le pire dépendant de ce que nous déciderons de faire. Ce dont vous pouvez être sur, c’est que le système que vous défendez est déjà mort...et obsolète...mais ça ne veut pas dire que vous ne pouvez pas changer la donne pour celui à venir. La mutation et la métamorphose font partie intégrante de la vie. Cette dernière n’est pas statique, elle n’est pas complétement "off" ni complètement "on" sinon rien ne subsisterait jamais vraiment et tout ne serait que Chaos (cf. l’article).

      Ne pas vouloir un monde infernal est une chose tout à fait saine et louable mais se retenir à un vieux monde par peur du nouveau n’est pas viable non plus.Un peu comme si la chenille refusait sa chrysalide de peur des conséquences de sa transformation. A nous de trouver les juste ingrédients du monde que nous voulons afin que l’alchimie se passe le mieux du monde et d’éviter de nous faire déposséder de notre destinée et de notre volonté dans le processus !

      Par contre je vous affirme une chose : l’empire catholique est mort. Et sur les cendres de sa crémation se nourriront les vers de soie.


    • #1102361
      le 26/01/2015 par Colapsnux
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Très juste.


    • #1102468
      le 26/01/2015 par Colapsnux
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Je disais ’Très juste’ pour ce que tu disais @Julien



      "Si" on est plus fort et plus puissant, c’est pour protéger les plus faibles d’entre nous et non pas en profiter de toute les manières possibles comme le fait le système actuel.



      Si tout le monde pouvait concevoir cette vision de la vie ainsi le monde serait tellement meilleurs.
      Quel gâchis.


    • #1102543
      le 26/01/2015 par Lucien Cerise
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Le "spécisme" n’existe pas. Pas plus que le "sexisme" (dans un registre analogue).
      Ce qui existe, c’est le fait de savoir que je suis d’une espèce et pas d’une autre, de même que je sais que je suis d’un sexe et pas d’un autre.
      L’anti-spécisme ou l’anti-sexisme n’ont donc pas d’objets réels, ce sont des combats fantasmatiques contre des fictions faites de mots.
      L’utilité de l’anti-spécisme ou de l’anti-sexisme réside donc ailleurs que dans leurs objectifs officiels : il s’agit de vous persuader qu’il n’y a pas de différence entre vous et du plancton marin, ou qu’il n’y a pas de différence entre un homme et une femme, ceci pour fabriquer votre consentement à disparaître en tant qu’espèce, ou en tant qu’homme, ou en tant que femme.


    • #1105027
      le 28/01/2015 par dede
      "Le Système veut nous dissoudre"

      @équilibre

      évidement je suis de ceux qui essaye de respecter la "création" au "mieux" mais faut pas en faire une manie bizarre, à quel escient sinon ?

      y a nature et nature, tu prends l’exemple du chien et y a qu’a regarder Caesar Milan pour comprendre que cet animal est spécial, déjà il est hyper-sélectionné depuis 10 000 ans et il "raisonne" par meute et tu es sensé être son chef et tu le ressent il le ressent, évidement qu’il y a une connexion rapproché.
      vulgairement on dit "tel chien tel maitre", c’est pas un hasard si les racailles adorent les pits enragés déstructurés.

      par contre je peux te dire qu’une caille (l’oiseau) c’est pas ça, la y a du sauvage et le sauvage fait parti de la création de la nature un "collaboration" avec la culture


  • #1101828
    le 25/01/2015 par Retour
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Retour a l’Aleph de Borges, quand le persoonage principal longe les murs de la ville des immortels. Decouverte puis perte de la source de jouvence. Lieu depuis lequel tout peut etre vu. Donc relire cette oeuvre de Borges. Et penser que la dissolution provient du deracinement qui est la guerre de la gesellschaft contre la gemeinschaft, de l’esprit liberal du contrat contre celui de la communaute. La defense consiste a retrouver l’atavisme gaulois, la fraicheur de l’humus, la police des grains, l’entraide, a creer des paysans intellectuels enracines et en reseaux paralleles. Et sortir de la myopie temporelle du materialisme pour retrouver au coeur l’eternite des anciens et celle du ciel. Et poser une dignite silencieuse comme socle du comportement a tenir contre les dislocateurs de notre unite. Ne pas leur repondre, les regarder sans rien leur dire, rien. Nous avons droit au silence. Quand, situation onirique, toutes les teles seront eteintes, ils pourront s’agiter. La grace et les anges sont bien plus efficaces que les portables.


  • #1101935
    le 25/01/2015 par mistouko
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Merci ER de m’avoir fait decouvrir Lucien Cerise !
    C’est trés interessant d’expliquer les choses de cette manière.
    Associer la théorie du genre et le véganisme , c’est une vraie claque pour moi !
    Bel esprit d’analyse !

     

    • #1102053
      le 26/01/2015 par le corbeau
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Exact surtout que son analyse est parfaite car il fait des connexions indénombrables en y joignant le capitalisme le plus perfide avec la question identitaire par exemple ce que de très nombreux sociologue,écrivain,essayiste ne font presque jamais notamment les plus médiatique suivez mon regard...


  • #1101956
    le 25/01/2015 par David
    "Le Système veut nous dissoudre"

    C’est pas mal...
    Mais, vous faîtes, Monsieur, d’avantage de politique que de sociologie.
    Le "capitalisme" je vous écris est un processus de consommation des ressources. Hors, dans un monde ou les ressources sont limitées et ou le système capitaliste de consommation, le genre de mécanisme se maintient, celles-ci doivent être réinventées.
    Autrement dit, c’est comme le corps humain sans nutrition extérieure, il se bouffe lui-même, il mange ses propres organes.
    Pour le Care, je suis content de vos mots. Il faut mettre cette notion en avant le plus possible car elle est simplement le reflet de la compassion, de l’égard, de l’entente, du vivre avec etc...
    Quand à l’état-nation, Monsieur, ce n’est pas si évident. Je pense parfois en effet qu’à l’ère de la grande mondialisation, c’est à dire aujourd’hui ou tout est si proche, l’état-nation freine le processus de singularisation. Cependant, le capitalisme, selon les théories au sujet du système-monde, dépend de l’état-nation...
    Je dirai le capitalisme existe avec l’état-nation et en ce moment celle-ci le freine presque autant mais ne l’arrête en aucuns cas...Le Care dès lors il est vrai consiste effectivement à sauvegarder l’état-nation mais la construction de l’état-nation provient du capitalisme elle aussi...évidemment....

     

    • #1104238
      le 28/01/2015 par Lucien Cerise
      "Le Système veut nous dissoudre"

      "Mais, vous faîtes, Monsieur, d’avantage de politique que de sociologie."
      - Avant tout, j’ai répondu à des questions dans le cadre d’un entretien avec un nombre limité de caractères. ;-)

      "Cependant, le capitalisme, selon les théories au sujet du système-monde, dépend de l’état-nation..."
      - C’est plus simple : il suffit de placer une valeur au-dessus du Capital pour sortir du capitalisme. En France, en 2015, l’Etat-nation est la forme d’organisation collective la plus immédiatement accessible pour représenter cette valeur supérieure au capital. Dans d’autres contextes, cela peut être autre chose.


  • #1101990
    le 26/01/2015 par goy pride
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Entretien exceptionnelle ! A relire !


  • #1102051
    le 26/01/2015 par le corbeau
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Lucien Cerise exploite les lettres à la perfection et sans gaspillage ,par l’ intermédiaire des mots il pirate la base du système ,de ce faite je peux dire que le capitalisme est l’ essence et l’ ingénierie social le moteur de la bête immonde.Son analyse est complémentaire de la ré-information et de la ligne éditorialiste d’ ER c’est pour cela qu’il nous donne logiquement raison.


  • #1102055
    le 26/01/2015 par André
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Je sais qu’il arrive à Lucien Cerise de venir ici lire les commentaires ; j’aimerais, pour illustrer ses propos, parler du phénomène (majoritairement américain) des "furries". On pourrait prendre ce sujet à la rigolade, au mieux, mais j’ai l’impression que bien que très minoritaire ce phénomène est bien ancré dans la durée, voire même relayé dans les médias de masse par le biais, par exemple, de certains spots publicitaires pour la boisson "orangina". Disons que ce phénomène des "furries" est un cocktail explosif de tout ce que Lucien Cerise décrit : dissolution de l’homme dans l’animal et de l’animal dans l’homme, position de "la victime", et confusion-fusion entre "moi" et "l’autre". Une extension délirante, finalement, du militantisme LGBT qui dissout quasi définitivement le sexe dans la consommation et l’objet dans l’humain.

     

    • #1103093
      le 27/01/2015 par Lucien Cerise
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Tout à fait.
      La fin du processus est d’abolir la différence ultime, celle entre vivant et non-vivant.
      D’où le projet nourri par des juristes d’accorder des droits à des objets.


  • #1102073
    le 26/01/2015 par Un cendy
    "Le Système veut nous dissoudre"

    « L’ouverture lève les défenses du système mais possède une connotation positive »

    Connotation positive elle-même fruit du modelage de l’ être social. Dans les sociétés traditionnelles l’ouverture n’est pas la norme.
    Autant il paraitrait incongru d’intégrer une baie vitrée dans un décor rustique autant c’est la norme dans toutes les villas modernes. Ce qui induit inévitablement un comportement et par suite une vision du monde, adaptée. Même s’il est souvent préférable de ne pas voir ce qui se passe chez le voisin.


  • #1102296
    le 26/01/2015 par Simone Choule
    "Le Système veut nous dissoudre"

    J’ai eu une érection intellectuelle...vivement le prochain ouvrage du sieur Cerise !


  • #1103010
    le 27/01/2015 par océania
    "Le Système veut nous dissoudre"

    La souffrance d’un animal tu la ressent dans son regard, via ton intuition, ta sensibilité. Quand j’observe mon chien...

    Vous croyez que lui ressentirait la nôtre ??
    Le médiateur entre vous et l’animal, qu’il s’agisse de votre intuition ou d’une aptitude de l’âme humaine à comprendre le principe de vie, favorise un genre de communication appréciable mais définitivement asymétrique. En tout cas je noous le souhaite.


  • #1103459
    le 27/01/2015 par bourdieusien
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Comme toujours, du tres tres lourd, avec en plus une reference a l’hermetisme : là c’est du très haut vol.

    Une remarque au passage : "L’individu n’existe que dans des relations".
    Y a eu un sociologue qui symboliquement aura lutté toute sa vie pour rappeler à cette réalité, alors que d’autres (la majorité) s’acharnaient à la dissimuler, à la nier... mais c’est un autre sujet.

    Concernant le "sans aucun doute" final ... c’est un peu leger et expeditif, c’est une assertion qui mériterait une démonstration. C’est la conclusion de Soral qui s’appuie sur une analyse de l’histoire de France.

    Une autre option pour lutter contre l’Empire ca serait un autre Empire (objectivement la Chine est un empire depuis 2400 ans environ et la Federation Russe a tout les atrributs d’un empire).


  • #1104212
    le 28/01/2015 par sempervirens
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Excellente analyse , étude d’un processus qui n’est pas s’en rappeler, chenille et imago, dans la première tous les organes se liquéfient en un magma recréateur passant par le stade de la chrysalide , du chaos a la beauté ,
    Ce qui nous est proposé par les kabbalistes , serait d’avantage du chaos à l’entropie. Destruction de l’Homme possédant le libre arbitre par son alter esclave de modes pléthoriques ,étourdissantes ,basées sur les plaisirs mercantiles ,surgissant du plus profond de son être , du moins suppose -t-il les vivre ainsi, en réalité induites.
    Encore merci, pour cette clarté !


  • #1104658
    le 28/01/2015 par David
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Lucien Cerise me semble offrir une des analyses les plus pertinentes, définitivement. Livrer une réflexion "pragmatique" (pour dire vite) sur les conditions de possibilité de la formation d’un corps social et de son maintien dans le divers des échanges humains doit être, à mon avis, regardé comme une nécessité préalable à tout débat sur les formes politiques et économiques à privilégier.

    Je serais très curieux de lire son opinion concernant l’approche de Gramsci sur la lutte culturelle ; elle m’apparaît être proche de l’idée d’ingénierie sociale positive. Par ailleurs, cette même idée soulève une question que les opposants au système doivent certainement se poser, à savoir à quel point la résistance peut se permettre de demeurer à l’écart des mêmes procédés employés par nos adversaires. Dans le contexte actuel, où l’on assiste à une sorte d’atomisation du tissu social par la multiplication incessante de champs sémantiques distincts (ce que Mr Cerise appelle "hyper-hétérogénéisation sémantique"), quels sont les véritables moyens de la lutte ? J’entend, pour qu’elle offre une alternative avertie et durable, véritablement nuisible au système ?

    J’ignore tout de ce qu’est vivre le quotidien français ; je suis québécois. Toutefois, si la situation de la communication effective est aussi dégradée en France qu’au Québec, les propositions de Mr Cerise me semblent devoir absolument être prises en considération. À ce titre, je lui lance une autre question au cas où il lirait ce commentaire : votre inquiétude générale quant à la démultiplication des codes pourrait-elle être rapprochée de celle de Habermas au sujet de la communication ? J’en pousse encore une dernière : êtes-vous familier avec les vues de Hartmut Rosa sur l’accélération (et l’aliénation) ? Pour quiconque est intéressé par ces préoccupations, il est à lire absolument.

    Au plaisir de vous lire à nouveau...


  • #1104671
    le 28/01/2015 par David
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Questions pour Mr Cerise (que je félicite d’emblée pour la rigueur exemplaire de sa démarche) :

    - Peut-on rapprocher votre proposition pour une ingénierie sociale positive - enfin quelqu’un qui a l’audace de le dire - de la lutte culturelle de Gramsci ?

    - Votre inquiétude au sujet de ce vous nommer l’"hyper-hétérogénéisation sémantique" (dans un autre article) peut-elle être comparée à celle entourant la communication chez Habermas ?

    - Que pensez-vous de l’analyse de Hartmut Rosa quant à l’accélération et à l’aliénation temporelle qu’elle rend possible ? Il me semble en effet que l’accélération appartienne au règne de la quantité sacralisée par le capitalisme...

    Je vous pose ces questions dans le but que vous développiez certains détails potentiellement éclairant de votre réflexion, laquelle est par ailleurs parmi les plus pertinentes pour la compréhension structurelle du système en place...

    Au plaisir de vous lire...

     

    • #1106946
      le 30/01/2015 par Lucien Cerise
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Peut-on rapprocher votre proposition pour une ingénierie sociale positive - enfin quelqu’un qui a l’audace de le dire - de la lutte culturelle de Gramsci ?
      - Tout à fait.

      Votre inquiétude au sujet de ce vous nommer l’"hyper-hétérogénéisation sémantique" (dans un autre article) peut-elle être comparée à celle entourant la communication chez Habermas ?
      - D’une manière très générale, tout est question de communication.

      Que pensez-vous de l’analyse de Hartmut Rosa quant à l’accélération et à l’aliénation temporelle qu’elle rend possible ? Il me semble en effet que l’accélération appartienne au règne de la quantité sacralisée par le capitalisme...
      - Je ne connaissais pas Hartmut Rosa, mais après avoir regardé rapidement pour vous répondre au plus vite, j’ai l’impression qu’il va dans le même sens de gens comme Bernard Stiegler ou Paul Virilio.


  • #1105323
    le 29/01/2015 par Richy
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Article à soumettre à Rav ran chaia ainsi qu’ à sheik Ibrahim Hosein
    juste pour voir


  • #1106553
    le 30/01/2015 par babifoot
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Pour avoir écouter Monsieur Cerise sur MZ (pour les connaisseurs) et Meridien Zéro pour les autres, je suis resté scotché devant autant de pertinence et de cohérence dans les propos. Monsieur, je dois vous le dire, vous êtes pour moi une pointure à mettre aux côtés de P. Hillard et de A. Soral. Vous avez mis des mots justes sur ce que j’avais compris.
    Le constat est aussi limpide qu’effrayant !
    Merci de nous éclairer de vos lumières.


  • #1110107
    le 03/02/2015 par Spinoza
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Un texte pour corroborer la notion de "social ingeenering" dont parle Cerise, écrit par Le philosophe Günther Anders dans son livre "L’obsolescence de l’homme" publié en 1956 et récemment traduit :

    " Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. (…) Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif (…) On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur (qu’il faudra entretenir) sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur. L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels (on dirait du Saint Crick).

     

    • #1110811
      le 04/02/2015 par Lowik
      "Le Système veut nous dissoudre"

      Très bon article, un peu compliqué et donc de prime abord pas très accessible.

      En faisant quelques recherches, l’ingénierie sociale n’est pas apparue pour la première fois au XXème siècle sous la plume de chercheurs anglo-saxons, mais en France dès le XIXème. Je renvoie à Frédéric Le Play (1806 - 1882), le précurseur.


  • #1112638
    le 06/02/2015 par Frédérick
    "Le Système veut nous dissoudre"

    Comme d’habitude, des analyses de haute volée qui laissent entrevoir une dimension métaphysique à notre condition.

    Juste un petit apport de ma part sur un sujet similaire à ceux abordés : la gay-isation.

    Voici un programme en six points tel qu’il est décrit par les activistes gays Marshall Kirk et Hunter Madsen dans leur livre de 1989 After the Ball : How America Will Conquer Its Fear and Hatred of Gays in the 90’s. ("Après le bal : comment l’Amérique vaincra sa peur et sa haine des gays dans les années 90". Les traductions sont miennes) :

    « 
    - Parlez des gays et de la gay-itude aussi fort et aussi souvent que possible.
    - Représentez les gays comme des victimes et non comme d’agressifs révolutionnaires.
    - Donnez aux protecteurs des homosexuels une cause juste.
    - Donnez une bonne image aux gays.
    - Donnez une mauvaise image de leurs oppresseurs.
    - Obtenez des fonds de l’Amérique corporative. »

    On voit que leur plan a fait son chemin.
    On voit aussi que ce plan est un excellent dissolvant...


  • #1113990
    le 08/02/2015 par Capitaine
    "Le Système veut nous dissoudre"

    L’objectif de la résistance concrète est donc de vider de leur fausse substance et de leurs effectifs les structures collectives du Système, tels les syndicats "autorisés" et les partis de l’oligarchie.
    Puis de regrouper par transfert leurs membres avec ceux du peuple qui comprennent que, seuls, ils ne sont rien.
    Un combat intelligent contre l’individualisme forcené et destructeur, cet excès d’individualisme qui, comme tous les excès, est mal pur.
    Comprendre enfin que, tous, nous n’existons qu’au travers du peuple et de la nation qui nous a fait parvenir à la vie et nous nourrit spirituellement et matériellement.
    Le petit trouduc qui croit être par lui même doit comprendre que sa part de liberté n’est qu’un accessoire dont il peut user de temps à autre mais que l’essentiel du temps, il est en prise avec un ensemble organisé complexe d’autres humains, peuple et nation.
    Ce lien fut longtemps matérialisé par la religion, nécessairement d’état, et nous devons refermer la parenthèse maçonnique, destructrice et nihiliste, pour redevenir ce que nos ancêtres firent de cette belle nation.
    C’est possible.
    Maintenant plus que jamais.
    Lucien Cerise devra entrer au Panthéon de la France retrouvée.


Afficher les commentaires suivants