Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le plus grand mythe de la politique américaine ?

Traduction E&R

Il s’agit probablement du plus grand mythe de la politique américaine, répété ad nauseam par les candidats à l’élection présidentielle durant leur campagne électorale. Le président Barack Obama a déclaré que les États-Unis bénéficient d’une relation spéciale avec Israël, contrairement à ses relations avec tout les autre pays. Il a appelé cette amitié « inébranlable », « durable » et « unique », ancrée « par nos intérêts communs et des valeurs profondément prisées ».

Mitt Romney, son rival républicain, est allé encore plus loin en affirmant qu’il n’y a pas « une once de différence entre nous et notre allié Israël ». Une récente publicité de Romney pour son élection, soulignant sa visite en Israël de cet été, prônait une « relation profonde et chère ».

Mais, alors que de telles déclarations constituent la base d’un apparent consensus de Washington, la réalité est que cette amitié chérie n’est rien de plus qu’un conte de fée qui a été propagé par les politiciens pour masquer les soupçons – ainsi que d’abondants cas de duplicité et de trahison – qui ont marqué cette relation depuis la fondation d’Israël.

Les politiciens préfèrent exprimer un amour éternel pour Israël, en cédant des milliards de dollars par an en aide, mais les classes dirigeantes de la sécurité américaine ont – au moins en privé – toujours considéré Israël comme un partenaire infidèle.

La méfiance a été particulièrement difficile à cacher en ce qui concerne l’Iran. Israël a fait pression sans relâche sur Washington, apparemment dans l’espoir que ces derniers appuient ou même se joignent à une attaque contre Téhéran pour arrêter ce qu’Israël affirme être un effort iranien pour construire une bombe nucléaire dissimulée sous son programme d’énergie civile.

Bien que la couverture médiatique mette l’accent sur l’animosité personnelle entre Obama et Benjamin Netanyahu, la vérité est que les responsables américains sont généralement profondément en désaccord avec Israël sur cette question.

Le conflit éclata au grand jour ce mois-ci avec la parution de rapports précisant que le Pentagone avait revu à la baisse l’exercice militaire du mois prochain avec l’armée israélienne, du nom de « Austere Challenge », qui avait été présenté comme le plus grand et le plus important dans l’histoire des deux pays.

Le but de l’exercice était de tester l’état de préparation des boucliers antimissiles d’Israël en cas de représailles iraniennes – peut-être la plus grande crainte d’Israël qui pour le moment la retient de faire cavalier seul. Le principal avantage du Pentagone sur Israël est son radar à bande X, en poste en Israël, mais étant exploité exclusivement par une équipe américaine, qui fournirait à Israël les premiers avertissements des missiles iraniens.

Un haut responsable militaire israélien a déclaré au Time magazine quel message la reconsidération du Pentagone avait communiqué : « Simplement, ce que les Américains disent est "Nous n’avons pas confiance en vous." »

Mais la discorde entre les deux « alliés inébranlables » ne se limite pas à l’Iran. L’antipathie a été la norme depuis des décennies. Durant l’été, des anciens agents de la CIA ainsi que d’autres toujours en activité ont admis que l’establishment de la sécurité américaine a toujours considéré Israël comme sa première menace de contre-espionnage au Moyen-Orient.

L’espion le plus tristement célèbre travaillant pour le compte d’Israël était Jonathan Pollard, un officier de renseignement de la marine qui a passé des milliers de documents secrets à Israël dans les années 1980. Les demandes répétées d’Israël pour sa libération ont été une véritable plaie pour le Pentagone, notamment parce que les responsables de la défense considèrent les promesses d’Israël de ne plus jamais laisser opérer d’espions sur le sol américain comme peu sincères.

Au moins deux espions supplémentaires ont été identifiés au cours de ces dernières années. En 2008, Ben-Ami Kadish, un ancien ingénieur de l’armée, a admis qu’il avait permis à des agents israéliens de photographier des documents secrets sur des avions de combat américains et des armes nucléaires dans les années 1980. Et en 2006, Lawrence Franklin, un responsable américain de la défense, a été reconnu coupable de passer des documents classifiés à Israël concernant l’Iran.

En fait, ces trahisons ont été supposées par Washington depuis le début de la relation. Dans les premières années d’Israël, une base américaine à Chypre surveillait les activités israéliennes ; aujourd’hui, les communications israéliennes sont interceptées par une équipe de linguistes en hébreu stationnée à Fort Meade, dans le Maryland.

Les documents publiés ce mois-ci par les archives de l’armée de l’air israélienne révèlent qu’Israël avait finalement identifié les mystérieux avions à haute altitude qui survolaient son territoire tout au long des années 1950 comme étant des avions américains d’espionnage U-2.

Un signe de prudence des Américains : Israël n’a pas été inclus dans la clique des pays avec lesquels Washington partage des renseignements sensibles. Les membres du groupe « Five Eyes », composé des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Australie, du Canada et de la Nouvelle-Zélande, ont promis de ne pas s’espionner les uns les autres – une condition qu’Israël aurait régulièrement bafouée s’il en avait été membre.

D’ailleurs, Israël a même volé les identités de ressortissants de ces pays pour faciliter les opérations du Mossad. Le plus notoire étant les passeports falsifiés d’Israël pour faire entrer clandestinement des agents israéliens à Dubaï en 2010 pour assassiner le dirigeant du Hamas, Mahmoud Al Mabhouh.

Israël est loin d’être un allié de confiance dans la « guerre contre le terrorisme » des États-Unis. Un ancien responsable du renseignement a dit a l’Associated Press en juillet qu’Israël avait été classé plus bas que la Libye dans la liste des pays contribuant à lutter contre le terrorisme établie par l’administration Bush après le 11 Septembre 2001.

Alors, pourquoi tous ces discours sur ce lien particulier, si cette relation est caractérisée par une telle profonde méfiance ?

Une partie de la réponse réside dans les tactiques d’intimidation du redoutable lobby pro-israélien à Washington. Thomas Friedman, du New York Times, a parlé d’un nombre croissant d’observateurs l’année dernière quand il a écrit que le Congrès américain a effectivement été « acheté et payé » par les lobbyistes d’Israël.

Ce pouvoir était trop évident la semaine dernière lorsque la « Democratic National Convention » a adopté une politique amendée désignant Jérusalem comme capitale d’Israël, en opposition à la fois avec le droit international et les souhaits des délégués.

Mais il y a une autre raison, dont on parle moins. Francis Perrin, directeur de l’Agence française atomique dans les années 1950 et 1960, lorsque la France aidait Israël à développer une arme nucléaire contre la volonté des États-Unis, avait déjà constaté que la bombe israélienne avait été vraiment « dirigée contre les Américains ».

Non pas parce qu’Israël voulait attaquer les États-Unis, mais parce qu’Israël s’est rendu compte que – une fois qu’elle posséderait le seul arsenal nucléaire du Moyen-Orient – les États-Unis iraient rarement au travers de son chemin, même si ses politiques vont à l’encontre des intérêts américains.

Pour cette raison, et aucune autre, Israël est déterminé à empêcher tout concurrent, y compris l’Iran, d’obtenir une arme nucléaire qui mettrait fin à son monopole.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #223483

    Depuis que Soral a publiquement dit "ad hitlerum", les déchets s’instruisent sur les sophismes. Un producteur de rap l’autre jour chez taddei dit "ad nauseam" et c’est parti, voilà les journaleux qui répètent en choeur.

    C’est pas comme si cet argumentum ad nauseam n’était pas utilisé en permanence depuis plus de 100 ans par le Système, noooon.

     

  • #223508
    le 17/09/2012 par Loup Espiègle
    Le plus grand mythe de la politique américaine ?

    Pour cette raison, et aucune autre, Israël est déterminé à empêcher tout concurrent, y compris l’Iran, d’obtenir une arme nucléaire qui mettrait fin à son monopole.




    Voici une conclusion très pertinente. Ils veulent garder leur position de "top dog".


  • #223559
    le 17/09/2012 par matrix le gaulois
    Le plus grand mythe de la politique américaine ?

    l’exercice militaire du mois prochain avec l’armée israélienne, du nom de « Austere Challenge »

    Austérité, c’est vraiment le mot à la mode en 2012.


  • Même si les US se désistent au dernier moment, Israël va tout faire pour les forcer à employer la force, et ce, par la peau du cul s’il le faut, comme l’explique si bien l’humoriste Rav Ron Chaya dans sa métaphore avec les coqs.


  • #223619

    Aprés mes lectures sur ER, si j’ai bien compris le monde est divisé shématiquement en 3 blocs :

    - L’Empire :
    Alliance entre le complexe militaro-industriel sataniste Anglo-Saxon et le systéme mediatico-financier cosmopolite talmudiste ( avec Israel comme centre de gravité).

    - Le Contre-Empire :
    Vieille grande civilisation non-anglosaxonne sur le retour ( Chine, Russie, Inde )

    - Les "Loups Solitares"
    Axe Iran-Syrie-Hezbollah, Axe Venuzela-Bolivie , Algérie, Asie Centrale
    Plus ou moins Indépendant grace à leurs réserves pétroliéres.

    + divers groupes
    Les perdants de la seconde Guerre Mondiale (Japon et Allemagne)
    Les organisations Sunnites ( Frére musulmans + alQaida )

     

    • #223689

      Oui c est a peu pres cela sauf que tout bouge en permanence en fonction des interets particuliers des uns et des autres. Les alliés dans un domaine (l energie par ex) se retrouve adversaire (terres rares par ex) ou simplement concurent/neutre (zone halieutique par ex)... Donc rien n est figé tout le monde "se cherche"... A plus les petits loups.


    • #223710
      le 17/09/2012 par D-A-FdesCharniers
      Le plus grand mythe de la politique américaine ?

      La France aussi faut la mettre chez les perdants de la seconde guerre mondiale


    • L’inde n’a rien d’un contre-empire. Rien que sa "coopération" avec Israel déjà...


  • #223633

    Oui, il semble que le mythe du "meilleur ami des Etats-Unis" soit en train de voler en éclat.
    De mémoire, Counterpunch, la source de cette traduction, assez critique ici, n’a pourtant jamais remis en cause la VO du 11/9. Cet article faisant état de fortes dissensions entre les US et Israël est un gros progrès.

    Même Time Magazine était très critique la semaine dernière envers Netanyahu :
    http://swampland.time.com/2012/09/1...
    Lire au moins la conclusion... Incroyable pour un merdia de masse. On croirait presque du E&R !

    Même Alex Jones parlait hier pour la première fois de l’implication d’Israël dans le 11/9 dans cet interview de Steve Pieczeni :
    http://www.youtube.com/watch?v=u1Td...
    Points forts : 130 agents israéliens arrêtés et renvoyés au pays après le 11/9, Israël derrière le récent assassinat de l’ambassadeur US en Libye, Netanyahu est le nouvel Hitler, risque de génocide des juifs à cause de Netanyahu.
    A noter que Steve Pieczenik est juif.C’est lui qui a inspiré le personnage principal du film Patriot Games.

    Sans parler de Veterans Today, journal en ligne des anciens combattants US, avec d’innombrables articles sur la réalité du sionisme, d’Israël, de l’infiltration dans les sphères du pouvoir US d’agents sionistes, néo-cons et autres. Entre autres des articles de Gilad Atzmon.
    http://www.veteranstoday.com/

    Il semble que l’armée US prenne conscience qu’elle est est manipulée et utilisée par Israël pour faire ses guerres.

    On commence à voir la sortie du tunnel.

    Mais en tenant la finance, les sionistes tiennent les US (et le reste de l’occident...) par les coui**es...

     

    • #223863

      Qwerty,

      Merci beaucoup beaucoup pour ces liens très pertinents. J’ai été surtout fasciné par l’article du Time expliquant à quel point les intérêts de l’entité sioniste étaient antinomiques avec ceux des Etats-Unis et à quel point ces derniers étaient noyautés par le régime de Tell-Aviv. Le contenu n’apprend rien aux habitués d’E&R, mais il est symptomatique car le Time est un journal "officiel" et l’auteur de l’article est cachère si on en se fie à son patronyme. Les lignes seraient’elles en train de bouger, même aux Etats-Unis et malgré le lobbyisme sioniste frénétique ?

      Je garderai à l’esprit la comparaison très pertinente entre Israël voulant entraîner la superpuissance américaine dans une guerre contre l’Iran pour régler un compte personnel, avec l’idée que la Grande-Bretagne soucieuse d’avancer ses pions dans l’affaire des Malouines/Falklands pousserait Washington à attaquer l’Argentine.



    • Mais en tenant la finance, les sionistes tiennent les US (et le reste de l’occident...) par les coui**es...



      Oh tu sais quand on veut vraiment... il y a des exemples dans l’histoire où des dirigeants forts ont réduit leur chantage (car ils ont toujours utilisé le chantage pour se rendre intouchable) à néant, très rapidement et très efficacement.


    • Les types de http://www.veteranstoday.com écrivent les mêmes choses que Soral ou que les membres de E&R. Les auteurs d’articles n’ont pas la langue de bois, ni ceux qui les commentent (on voit leurs profils facebook, ce sont bien des vétérans). En fait, ils vont même plus loin.

      Comme quoi les types de l’armée US sont beaucoup moins bêtes qu’on pourrait le croire (= à cause du fait qu’ils font les guerres d’Israël depuis 70 ans pour le plus grand malheur de ceux qu’ils attaquent, mais aussi du leur).

      Le problème c’est qu’ils sont le jouet des forces politiques, elles mêmes le jouet de la grande finance (système de financement politique US oblige), ils y vont donc à contrecœur, et pour des patriotes, ça les humilie pas mal d’être ainsi les larbins d’une telle minorité, et quelle minorité ! Les pires ordures de toute l’histoire.
      Mais c’est une bonne leçon : ça démontre que le modèle de séparation des pouvoirs de Locke & Montesquieu ne fonctionne pas. À méditer.

      Mais en fait, ce n’est pas nouveau. Pour ceux qui ne connaissent pas cette histoire, allez voir ce que pensait Patton à la toute fin de la seconde guerre mondiale, comment il s’est opposé aux projets démoniaques des élites talmudiques qui dirigeaient déjà les US (en l’espèce, le plan Morgenthau, qui était censé soit diviser l’Allemagne en trois pays distincts sous totale domination étrangère, soit transformer, pour l’éternité, l’Allemagne en un pays sous-développé, désindustrialisé et moyen-âgeux) et enfin, comment il est mort dans un "accident"... qui s’est révélé être un assassinat dans les années 70 : un séfarade, ex-agent de la CIA, s’est vanté de lui avoir donné l’injection léthale pour $5000 (un accident organisé a envoyé patton à la clinique, mais ne l’a pas tué directement, comme il était prévu).

      Pour en revenir à VT, je cite un de leurs messages, ça se passe de commentaires :

      « Terry Baca · Top Commenter · University of Northern Colorado
      Wow. Apologize ? The greatest liars in the history of the world ? The hoarders of all the gold of the entire planet ? The very people that have sent billions into destitution so their own opulence can be held on high ? These are the creators of government. They are behind every shadowy filthy fraudulent political murderous system since time was recorded, and made sure that they had a book claiming their dominance and innocence since. There is no accurate record of history released since these devils have had a lock on it for centuries. »


  • #223712
    le 17/09/2012 par Gardon pierre
    Le plus grand mythe de la politique américaine ?

    Alain, un nouveau concept, l’israélistfucking. enfin, nouveau, ca se discute.


  • #223716

    Ils lances même des Clips sur les Chaines Americaines (Nethan Yioude) ,pour mobiliser
    les Americains à faire pression sur L’administration Obama ,à fin d’attaquer le programme Iranien , et bien si l’ont d’où à Tirer les conclusions des années Obama
    ont pourra Quand même le Féliciter de cette Merveilleuse contradiction je parle bien sur des Relations médiocre Israelo-Americaine

     

    • #223927

      L’amitié « inébranlable », « durable » et « unique », ancrée « par nos intérêts communs et des valeurs profondément prisées » .... en dehors de la très grande population juive aux États-Unis , qu’elle est-elle ?


  • Connaissant les retournements dont l’Histoire a le secret, elle pourrait bien nous servir dans un avenir pas si lointain une guerre Israël-USA. Envoyez les violons et le pianiste du saloon et dansez maintenant...Poy poy !


  • #224082

    Cet article ne fait qu’éffleurer le fond du problème.
    La dégradation des relations israelo-américaines (surtout entre l’administration actuelle et Netanyahu) dont l’annulation de l’entretien en marge de l’onu entre les deux dirigeants est un symptome, porte sur le fait que le premier ministre israelien veut à tout prix l’élection de son ami mitt romney.
    Amis depuis plus de trente ans (ils ont travaillé ensemble au BCG), Romney, inculte en "foreign policy" se fera dicter (de bon gré car il adhère à la théorie du grand israel dont le but ultime est la conquête des ressources pétrolières du golfe et la domination mondiale à partir de Jerusalem) sa conduite au moyen orient par Netanyahu.

    Pour favoriser cela, un feu d’artifice va avoir lieu en octobre. La flambée de violence anti américaine et l’assassinat de l’ambassadeur en Lybie n’est que la première salve. Le but : carteriser l’administration actuelle pour porter Romney au pouvoir.
    Dans les semaines à venir, les services israeliens qui ont organisé tout cela vont faire monter la pression.

    Assisterons nous à une prise d’otage type Iran, à une fausse attaque chimique en syrie qui va précipiter une déflagration, ou à une frappe israelienne sur l’Iran ?

    Je ne sais pas mais ça va swinger.

    Stay tuned !!


  • #224155

    "Francis Perrin, directeur de l’Agence française atomique dans les années 1950 et 1960, lorsque la France aidait Israël à développer une arme nucléaire contre la volonté des États-Unis..."

    Francis Perrin... Si on met des têtes à claques à des postes de hautes responsabilités aussi, faut pas s’étonner !

    Bon sinon faut pas oublier l’attaque ultra agressive des avions israéliens contre le USS Liberty en 1967, ils se sont acharnés alors que le navire était parfaitement identifiable. Le genre de petits faits qu’il faudrait rappeler au peuple américain, au cas où il n’aurait pas encore compris à qui il donne son pognon.


  • #224539

    Petit hors sujet mais tout de même dans le sujet. Qu’est ce que vous dites de cela : le Parlement Europeen est sur le point d’adopter la résolution visant à reconnaitre les origines "judéo chrétiennes" de l’Europe :

    http://www.europarl.europa.eu/sides...


  • #227382
    le 24/09/2012 par le petit nouveau
    Le plus grand mythe de la politique américaine ?

    Ce que je trouve étonnant dans ces commentaires c’est la supposée affiliation des Etats Unis à Israel.

    Je ne le voit pas comme ca, les américains ont besoin d’Israel au moyen Orient mais il pourrait les lâcher en cas d’intérêt divergeant. Bon peut être pas les lâcher totalement car il y a une forte représentation d’allié d’Israel dans les élites américaine, mais on le voit clairement sur l’iran les EU ne veulent pas y aller et il le font savoir. D’ailleurs je pense que le premier pas de la Palestine à l’ONU en est une conséquence (un pas certes modeste mais il faut en avoir sous la pédale pour des pressions ultérieures)

    Et rapellons nous aussi des commentaires très acerbes d’Obama ( à Sarkozy iirc) sur Netanyaou :

    "Je ne peux plus le voir, c’est un menteur", a lancé le président français. "Tu en as marre de lui, mais moi, je dois traiter avec lui tous les jours !", a rétorqué son homologue américain, selon le site spécialisé dans l’analyse des médias, qui rapporte leurs propos sans préciser s’il existe un enregistrement sonore de ces déclarations.

    Bref, à mon sens (et je peux me tromper) l’empire est américano-américain et fluctue au grès de leurs intérêts (par ce qu’il faut quand même rappeler que les EU dirige le monde antérieurement à la création d’Israel

    Petit PS, premier message sur E/R, merci de votre "didactisme" en cas de désaccord majeur :)


Afficher les commentaires suivants