Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les gens du Monde, le documentaire qui vire à la nécro du quotidien

Le documentaire d’Yves Jeuland sur la rédaction politique du journal Le Monde est sorti en 2014, mais il couvre la période 2011-2012 de la campagne de François Hollande. On y suit le travail quotidien et les doutes de la prestigieuse rédaction, qui s’interroge sur le soutien éventuel à apporter au candidat socialiste. Ce qui ressort derrière ces images somme toute filtrées – on n’a pas accès aux injonctions des actionnaires par exemple –, c’est le lent mais sûr naufrage d’une presse qui a cru pouvoir changer la forme sans le fond.

Pourtant, des efforts sont faits, Le Monde change, et on le voit : la rédaction du numérique s’étoffe, des jeunes entrent dans le saint des saints, y apportant les technologies modernes, des réunions se tiennent sur la ligne éditoriale. Plus de jeunes, plus de « couvs » sensationnelles (la consommation de cocaïne en France), plus de réseaux sociaux, plus de tweets, plus de réunions… Mais rien n’y fait. Si le journal se place en tête des vues pour ce qui est de sa version en ligne, les ventes du papier, elles, baissent de jour en jour. Le Monde a perdu sa couronne.
Quelle malédiction a donc touché le grand quotidien du soir (et des marchés) ?

 

 

En fait, il ne s’agit pas de la malédiction de la modernité. Le Canard enchaîné, même s’il connaît une érosion commerciale, se vend toujours très bien, à 400 000 exemplaires par semaine, en moyenne. Et il rapporte beaucoup d’argent. Le Monde, lui, vend de moins en moins, malgré tous les efforts précités, et le nombre de points de vente diminue lui aussi : les kiosques ferment par centaines, chaque année. Une simple courbe montrerait que sa version papier est condamnée, tandis que la version en ligne ne rapporte pas encore suffisamment. Le modèle économique tangue, et ses dirigeants avec. Érik Izraelewicz, alors aux commandes du paquebot en 2011-2012, semble déjà ailleurs. Il décédera le 27 novembre 2012, à 58 ans, et le film lui sera dédié. Pris entre les puissants actionnaires issus du CAC40 et les nouvelles habitudes de consommation de l’information, on sent qu’il peine à trouver la clé. Et la multiplication des réunions de rédaction n’y change rien : on y voit juste la vieille garde face à la jeune garde, chacune avec ses convictions.

Les changements de forme n’y feront rien non plus : on le sait, le mal est plus profond. Il réside dans l’idéologie sous-jacente du glorieux titre, qui a abandonné son pilier principal, l’indépendance, contre une survie économique hasardeuse. Si le mot indépendance revient comme un mantra dans la bouche des journalistes, c’est bien qu’elle est en danger. D’ailleurs, les journalistes honnêtes ne l’ignorent pas. La rédaction politique peut s’émouvoir d’une couverture jugée trop « populiste », ce n’est pas ce qui met en péril l’indépendance du journal, mais bien sa structure, c’est-à-dire son actionnariat, basé sur les grands groupes économiques, et ses relations étroites avec le milieu politique, FN mis à part.

 

JPEG - 65.1 ko
François Hollande, alors en campagne, donne son avis au journaliste en charge du candidat socialiste

 

Car ce qui saute aux yeux, dans ce film, c’est l’extrême collusion des journalistes avec le milieu politique. Certes, il faut être dans l’action pour la raconter, mais l’impression donnée est celle d’un système médiatico-politique qui fonctionne en vase clos, sans les gens. Illustration parfaite avec un plan large sur une sortie de Hollande en banlieue, où l’on suit le candidat entouré d’une meute de gardes du corps et de journalistes, et d’une poignée d’habitants seulement, dont quelques enfants. La démonstration de la défiance du politique… couplée à la défiance du médiatique, puisque ces habitants absents n’achètent évidemment pas Le Monde. Que pourraient-ils trouver d’intéressant et de pertinent dans la gazette des élites ?

Il ne suffirait même pas de faire des unes à la Parisien, c’est-à-dire putassières, pour récupérer le « vote » populaire. Même parmi les intellectuels, Le Monde n’est plus un journal de référence. Et Arnaud Leparmentier le dit bien, en déclarant qu’il n’y a plus d’intellectuels – de « normaliens » – au journal, uniquement des diplômés « d’écoles de journalisme et de Sciences Po ». Unique source de renouvellement du journal, le vivier bien-pensant des écoles de cadres du régime démocratique. Vous avez dit Union soviétique ? Des clones sans pensée originale, appliquant sagement le modèle dominant, dont on voit le résultat désastreux, en termes d’image, de crédibilité, de ventes.

Jean-Baptiste, très jeune journaliste : « Dans ma génération personne n’achète plus Le Monde »

Clin d’œil du réalisateur, le seul « étranger » du journal, enfin, de la rédaction bien blanche (comme celle de Mediapart, qui avait malheureusement critiqué le « racisme » des rédactions françaises), est ce vieux travailleur immigré, avec sa chéchia blanche, qui vide les poubelles, le soir, accompagné d’une petite musique… Un contrepoint facile, mais qui fait jaillir violemment la consanguinité ethno-idéologique qui imprègne ce journal. Il n’y a plus de pluralité des idées, tout est normalisé, conforme, bien-pensant… Un étouffoir pour l’esprit. Il est vrai qu’avec une Josyane Savigneau en prêtresse, ou la paire Monnot-Mestre en suiveurs du FN…

 

JPEG - 81.4 ko
Caroline Monnot, madame anti-FN, au travail

 

Le reportage s’attarde beaucoup sur les rapports du journal avec le nationalisme français, incarné par le Front national et ses représentants. Du côté du Monde, les deux employés en « charge » de ce problème – car c’en est un pour eux – sont Abel Mestre et Caroline Monnot. Tout l’inverse de l’impartialité et de l’honnêteté journalistiques. Ils sont anti-FN, cela se voit, s’entend, et s’écrit. Ils sont ouvertement et platement antinationalistes, antiracistes, antifascistes, ce qui dénote un niveau de culture politique très faible. Ils en ont d’ailleurs le look, jurant avec le sérieux de l’accoutrement des journalistes qui suivent le PS ou l’UMP. On pourrait même dire que leur tenue décontractée, voire négligente, indique qu’ils n’accordent pas beaucoup de respect à leur « cible ». La paire fonctionne principalement sur le mode ironique à propos des patriotes français.

 

JPEG - 60.9 ko
Abel Mestre a le droit de lire la presse interdite, car il a pour mission d’en parler (en mal)

 

Mestre et Monnot ne sont pas anecdotiques, dans le reportage et dans le destin du journal : ils incarnent l’incompréhension du titre pour la nouvelle résistance à l’oligarchie et à ses relais. Le Monde en fait partie, sans en avoir bien conscience, car la plupart des journalistes pensent faire leur travail correctement, en toute indépendance, malgré quelques frictions avec la direction, incarnée par le très énergique Didier Pourquery (un sciences-potard féru de marketing ayant travaillé pour de nombreux titres de presse). Une indépendance qui n’a plus de sens, quand on sait l’idéologie libérale-libertaire qui tient lieu de cahier des charges... non-écrit.

Un journaliste l’admet, avec une pointe d’humour. Il s’agit d’Arnaud Leparmentier, qui se dit seul homme « de droite » dans la rédac, mais aussi « libéral », et unique libéral. Or Leparmentier est trop modeste : il incarne au contraire la nouvelle ligne libérale de gauche [1], celle-là même qui a été initiée 20 ans auparavant par Jean-Marie Colombani, à la tête du journal de 1994 à 2007. Au grand dam des lecteurs intelligents ou scrupuleux, et au grand bénéfice des groupes économiques dont le journal est devenu l’objet, le vecteur publicitaire. Publicité pour les grandes marques, pour le régime, et pour l’idéologie dominante. Tout se tient.

 

Le journaliste en chemise rouge : « Les gens continuent à nous lire parce qu’on est les meilleurs »

Depuis la survenue du trio BNP (Bergé, Niel, Pigasse), la messe est dite. Il n’y a plus de discussion sur la ligne, le contenu, car l’idéologie libérale (Niel-Pigasse) libertaire (Bergé) est devenue officielle. Certes, des journalistes peuvent la contester en interne, mais le mal est fait, le cap est pris. L’indépendance s’est retirée dans des petits coins, dans la forme, dans le style. Bacqué et Chemin, Raphaëlle et Ariane, incarnent cette tendance du journal à focaliser sur les hommes plutôt que sur les idées. C’est une peopolisation politique, certes brillante et informée, mais une peopolisation malgré tout. Du Closer haut de gamme.

Et les journalistes ont beau considérer leur titre comme un journal d’élite (mais pas DE l’élite), comme le meilleur (Izraelewicz rabaisse Le Figaro en conférence de rédaction !), ils ont beau juger Le Parisien trop populiste ou Libé trop compromis avec Hollande, ils ont abandonné les idées pour les hommes. Il n’y a plus d’idée dans ce journal, qui était encore, dans les années 70, un réservoir intellectuel. Le Monde était alors le creuset du débat de haut niveau, jusqu’à ce que BHL fasse son apparition avec ses reportages bidon et ses lettres interminables.

 

JPEG - 58.4 ko
Arnaud Leparmentier, libéral-libertaire, l’homme qui incarne le mieux la nouvelle ligne du journal

 

Des idées, il en manque logiquement pour sortir le journal de la mouise, dans laquelle ses directions successives l’ont fourré : Florence Aubenas propose d’organiser un concours pour faire entrer des 18-25 ans sans diplôme à la rédaction, ce qui hérisse le poil des « diplômés », Arnaud Leparmentier voulant au contraire monter en gamme, on starise Thomas Wieder, le jeune qui monte, sorte de Justin Bieber du journalisme à la papa mais avec les outils du jour, quelques courageux font de la provo dans les réunions (filmées) pour électriser un corps – la rédaction politique – qui manque d’énergie, qui fatigue, on essaye de se débarrasser de l’accusation de « collusion » avec la gauche, mais on n’arrive pas à dézinguer Hollande (seul Nabil Wakim osera dire dès son élection en mai 2012 que le futur président n’est qu’un apparatchik creux), tandis qu’une journaliste déclare trouver ça très bien que le New York Times ait appelé à voter « pour Obama »…

 

Le trotskisme libéral se meurt (et le peuple s’en fiche)

La chose monstrueuse qui se dessine dans Les gens du Monde, c’est la schizophrénie du pouvoir médiatico-politique bicéphale. Un seul corps pour deux têtes, donc pas d’indépendance possible, pour ceux qui appartiennent de fait à l’élite, et qui s’en réclament. Les déboires du Monde ont l’avantage de montrer toute la différence entre l’élite intellectuelle et l’élite oligarchique. Quand les deux sont mêlées, il n’y a plus d’élite intellectuelle, juste une inféodation au pouvoir et à ses besoins.

Quand les deux sont séparées, alors l’élite intellectuelle a un sens. Et c’est le cas avec la nouvelle élite venue du Net, ou réfugiée sur le Net depuis une décennie. Il est normal que l’élite résiduelle qui a perdu sa couronne tire à boulets rouges sur la nouvelle, qui l’a remplacée, de fait, dans les esprits et dans les cœurs. Il suffit de voir les sondages populaires désolants sur la crédibilité des journalistes et des intellectuels officiels, qui font évidemment tous partie du Système.

Le Monde ne redeviendra Le Monde que s’il comprend que son problème n’est pas un problème de format (grand ou petit), de forme (unes sobres ou populistes) ou de support (papier ou Internet), mais d’attachement et de soumission au pouvoir économico-politique.
Les gens du Monde aurait pu s’appeler Les prisonniers du Monde.

 

Notes

[1] ex-chef du bureau européen à Bruxelles, pro-TAFTA, suiveur de Sarkozy pendant sa présidence, directeur éditorial depuis 2012, des jetons de présence sur Europe 1, Arte et France Inter, soit la crème de la propagandasphère

Analyser l’idéologie de la presse de pouvoir avec Kontre Kulture

 

La propagande un peu trop visible du Monde, voir sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Sur la photo derrière Israelewicz on peut distinguer un cartel Louis XV qui doit valoir entre 5 000 et 10 000 euros . "Restons près du peuple" .


  • Franchement je ne sais pas si je vais regarder le documentaire... ça me fait de plus en plus de mal d’entendre les journalistes mainstream "intellectuels" qui ne voient rien venir, qui s’aveuglent pour se vendre aux plus offrants et qui se sabordent eux-mêmes et sabordent la France.... l’époque me rend malade... les tartuffes me rendent malade...

     

    • En tout cas, dans leurs longues tergiversations, le peuple, voire populace insipide, n’existe qu’en tant que potentiel acheteur ; l’informer, aller à sa rencontre, l’écouter dans ce qu’il vit au quotidien sous le joug de la "Haute Autorité Républicaine", cela ne leur effleure aucunement l’esprit ; aucune sensibilité


  • Je suis sans voix et content de préparer Noël sans ce bruit de fond !

     

  • Quel sérieux ils attachent à leur petit job de merde ! Hallucination collective !

    Vous avez déjà vu un jeune lire "Le Monde" (çà fait pas pédant comme titre déjà) ? Çà n’arrive jamais !

    Profitons que nous ayons encore le web à disposition, car le jour où ils nous coupent le robinet, nous devrons produire notre propre journal papier, et là, nous n’aurons pas les mêmes moyens que "Le Monde" ! Les journaleux reprendront la main !


  • EXPLOSIF !

    Pour ceux qui ignorent ce milieu. MERCI à E&R pour ENFIN dénoncer l’état de déliquescence et de propagande des médias français, car Le Monde n’est pas le seul dans cet état (sans jeu de mot !).


  • Ne faisons pas des gorgées chaudes des 400 000 exemplaires par semaine du canard enchaîné. Ce journal est faussement subversif et sert à "calmer" les gens, mais ceux qui ont des yeux voient bien que le canard, en dernière instance, défendra toujours le système si ce dernier est attaqué. Je ne le lis plus depuis des années et je ne me sens pas moins bien renseigné pour autant........


  • #1626136
    le 18/12/2016 par Ainsi font, font, font les petites marionnettes
    Les gens du Monde, le documentaire qui vire à la nécro du quotidien

    On s’en fout de la forme ou du fond, ceux qui comptent sont les fonds.


  • Si j’étais journaliste au monde j’aurais à coup sûr un gros coup de déprime à la lecture de cet article. Une déprime métaphysique.


  • Fini le temps ou l’éditorial était lu et relu par les futurs bacheliers parce que présentant "une rédaction de haut niveau". Aujourd’hui, à part l’auto-satisfaction, et la méthode Coué... Déjà, il faudrait changer le NOM, Un truc du"genre" : Le Monde devient le Mondialiste, çà ferait vendre, enfin un peu...


  • On crie beaucoup sur les journalistes, mais sans se poser les bonnes questions. La réponse est à la minute 45 quand un des responsables se demandent pourquoi le recrutement des normaliens, version rue d´Ulm, a été remplacé par des étudiants d´école de journalistes.
    Sans rentrer dans l´injure, et sans exagérer, c´est comme remplacer des Formule 1 par de R 5.

    La question est pourquoi est-ce comme cela aujourd´hui ?


  • Le Monde est un gros journal de propagande bien anti-français.

     

  • De vrais tronches de transgenres fantomatiques

     

  • Le problème avec tous ces journalistes , presse écrite , médias , c ’ est qu ils sont communautaires ; communautaires avant d ’ être journalistes ,communautaires avant d ’ être français : la vérité c ’est ce qui est bon pour . . .


  • #1626365

    Mais alors, c’est bientôt la fin du Monde, dis ?

     

  • Une usine à médiocrité. Ils font tout pour faire coller le réel à une orthodoxie mal définie.

     

  • Dans leur bureau étriqué du tertiaire, où il n’y a pas un cuicui d’oiseau pour masquer le bruit d’un pet, les journalopes ne voient pas les chemtrails ou, du moins, n’en parlent pas. Cela démontre leur inaptitude à relayer des faits. La messe est dite, le Coran lu et le rouleau plié : leur parasitisme vire à la méchanceté et même si les journalopes sont aussi des cobayes-victimes, ils ont placé une bonne part de leur libre arbitre du côté des forces du mal : pas autant de compassion que l’auteur de l’article (Serait ce le camarade Dimitri ? Salutations à toute l’équipe) pour ces raclures. Que la propagande nocive des marchands d’armes et des banquiers cesse et que les journalopes demandent pardon et essayent de réparer en dévoilant la vérité de leur métier. Tant que cela n’est pas fait, il y a combat entre eux et les peuples.
    L’exclusivité ou l’absence de média 100% étatique est anti-peuple. Le problème est donc le média de la voix de l’état : il n’existe pas ou plus...C’est vers l’année 1990, que le dogme du média privé a été érigé comme garant de la démocratie. C’est faux, tout le monde le sait mais peu rappelle le corollaire immédiat : la création d’un média d’état. L’absence d’un média 100% étatique démontre accessoirement que les attachés de presse de l’Elysée sont des emplois fictifs.

     

    • En 1990 la messe était dite. Non, la vraie rupture c’est 1974. VGE, le véritable ancêtre de tout les libéraux libertaires, casse le formidable outil qu’était l’ORTF ! Ca n’a pas commencé par la presse papier, mais bien par les médias électroniques de l’époque. l’Office de la Radio Télévision Française, fait place à une myriade de sociétés publiques dont les statuts sont fondés sur celui des S.A. Puis vient, 1984, irruption d’une chaîne privée à péage, fille de la mitterrandie : le secteur publique vacille. Et enfin, 1987, l’Etat français se défait de sa première chaîne, pour la somme dérisoire de 3 milliards de francs de l’époque : une obole ! Entre temps Seydoux et Berlusconi ont fait irruption sur le "marché" français. L’Etat français s’est volontairement désarmé, au profit du secteur marchand privé libéral libertaire et du "mieux disant culturel"... La presse papier elle, a encaissé les coups, mais le lectorat avait déjà foutu le camps depuis longtemps, voire la fin de l’Aurore ou Paris-Presse !


  • #1626816
    le 19/12/2016 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Les gens du Monde, le documentaire qui vire à la nécro du quotidien

    Avez-vous vu la statuette de Pinocchio dans le bureau de Caroline ?
    Vous savez, ce personnage dont l’appendice nasal s’allonge à mesure qu’il ment...
    Quoi de mieux pour symboliser l’action de ces agents du système ?


  • ils sont tout simplement pathetiques... pas rases, pas coiffes, avachis, language ordurier... quelle decadence chez ces bobos. S’en rendent-ils compte seulement ? On a l’impression de voir disparaitre un monde, le Titanic du journalisme.


  • Le monde est un journal assez peu objectif et archi orienté politiquement. On comprend qu’il ne soit acheté que par ceux qui portent les mêmes oeillères...


Commentaires suivants