Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les habitants de sept États américains veulent faire sécession

Selon la législation américaine, il faut recueillir au moins 25 000 signatures pour soumettre une pétition au gouvernement : une démarche suivie récemment par sept États américains, plus particulièrement les habitants de régions traditionnellement républicaines, qui souhaitent quitter l’Union – le Texas, la Louisiane, la Caroline du Nord, l’Alabama, la Géorgie et le Tennessee. Ils ont été rejoints par la Floride, traditionnellement démocrate.

En tête de liste des « séparatistes » on retrouve le Texas, où plus de 106 000 personnes se sont prononcées en faveur de l’autonomie. Cet État dispose du « droit moral » de devenir un pays indépendant car contrairement à d’autres, il fut une république indépendante pendant 10 ans, entre 1836 et 1846. « Comme le Texas a un budget équilibré et représente la 15ème plus grande économie du monde, sa sortie de l’Union pourrait être mise en pratique », déclare la requête présentée, avec la demande d’autres États, sur le site internet de la Maison blanche dans la rubriques « Nous, le peuple ».

Quels sont les arguments des séparatistes ?

Outre l’argument économique, le Texas se réfère à la « violation flagrante de ses droits » par divers services fédéraux, y compris par l’Agence nationale américaine de sécurité dans les transports (TSA), dont le personnel fouille les passagers dans les aéroports.

Mais si, dans leur pétition pour la division des USA, les habitants du Texas ont donné des arguments concrets, les Louisianais ont exprimé leur souhait de « quitter pacifiquement les Etats-Unis d’Amérique pour créer leur propre gouvernement », s’appuyant sur la Déclaration d’indépendance de 1776.

En vertu des canons de la démocratie américaine prescrits par les pères-fondateurs, « chaque fois qu’une forme de gouvernement devient destructive, le peuple a le droit de la changer ou de l’abolir pour en établir une nouvelle ». La pétition de Louisiane a recueilli 34 723 signatures.

Enfin, 31 550 habitants de Floride « constatent que le gouvernement fédéral est incapable de diriger honorablement le pays dans le monde contemporain ». C’est pourquoi ils souhaitent également accéder à l’autonomie, pour instaurer un nouveau gouvernement. Les pétitions d’autres États convoquent des arguments similaires.

Va-t-on les laisser partir ?

Toutes les pétitions affichées sur le site de la Maison blanche et réunissant plus de 25 000 signatures nécessitent une réponse officielle. Selon les experts, les chances que le président étudie sérieusement ces demandes sont nulles.

Cependant cette démarche, résultant de la confrontation politique accrue aux États-Unis et de la division, au sein de la société, sur l’évolution du pays, nécessitera davantage d’attention de la part de l’administration.

Quels sont les précédents ?

C’est au XIXème siècle que pour la dernière fois, les USA ont traversé des épisodes séparatistes. Onze États avaient quitté l’Union entre 1860 et 1861, après l’élection d’Abraham Lincoln, pour créer une confédération indépendante. Un épisode qui avait entraîné la guerre de Sécession, à l’issue de laquelle l’Union était rétablie en 1865. Ce conflit a été le plus sanglant de toute l’histoire américaine.

En dépit de l’issue affligeante de cette guerre de quatre ans, les tendances séparatistes des États américains ont demeuré. Le Texas est allé plus loin : il est le seul État autorisé à hisser son drapeau au niveau de l’étendard américain. Ceux des autres États sont hissés sur des mâts moins élevés.

En 2005-2007, un mouvement politique est apparu à Vermont visant à diviser les USA au nom de la préservation de la démocratie. Le principal argument des séparatistes était la transformation du pays en un empire incontrôlable – trop grand, corrompu et ne représentant plus les intérêts de ses concitoyens.

À la fin des années 1990, près de 150 activistes de quatre États – la Floride, la Géorgie, le Texas et la Virginie – ont proclamé à leur congrès la formation du Parti du sud et ont annoncé leur programme de séparation pacifique des USA. Aux élections de 2000, ils avaient l’intention d’avancer leurs candidats dans au moins 16 États pour des postes au congrès mais aussi de gouverneurs, de maires et de députés de tout niveau.

Le séparatisme, particularité de la démocratie américaine ?

La liste des manifestations séparatistes dans la société américaine est loin d’être complète. Traditionnellement, les États américains sont plutôt autonomes. Ils disposent de leurs propres parlements, de leurs lois qui ne ressemblent pas à celles des autres États, de leur police, de leur type de permis de conduire et de plaques d’immatriculation spécifiques. La Californie possède même sa propre douane. L’élection du gouverneur, à l’échelle d’un État, se déroule parfois de façon plus dramatique que l’élection présidentielle.

Dans ce contexte, le séparatisme ressemble à un mouvement tout à fait démocratique. En effet pourquoi, s’il existe le principe d’inviolabilité du domicile, ne pas faire du Texas – ou, disons, du Vermont – un État indépendant ?

Est-ce une gêne pour le pays ? Indiscutablement, le séparatisme n’est jamais le phénomène le plus agréable. Il peut d’ailleurs devenir extrêmement sanglant. Il en existe de nombreux exemples : les Kurdes en Irak et en Turquie, la séparation du Soudan du Sud et du Timor oriental, le problème du Sahara occidental.

Cependant, le séparatisme américain peut être perçu comme un phénomène à part. Il est constitué, dans l’ensemble, de gens pacifiques, qui toutefois oublient périodiquement de déclarer qu’ils possèdent un train blindé. Même le Texas « extrêmement autonome », ne rechigne pas à demander de l’aide au centre fédéral en cas de catastrophe. Et le gouvernement de Washington n’engagera jamais aucune action qui puisse être néfaste pour les habitants d’un État « insurgé » – pour parer les sentiments séparatistes.

Conformément à la législation américaine, si le président américain proclame un État « zone de catastrophe », cela permet automatiquement à ce dernier de bénéficier d’une assistance du budget fédéral, chose dont profite régulièrement le Texas, souvent frappé par des ouragans tropicaux et des incendies de grande ampleur.

Et ce n’est qu’un exemple des avantages apportés par le gouvernement central, malgré toutes les allégations séparatistes prônant la sortie des USA.

Pour approfondir avec Kontre Kulture :

 






Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #263016
    Le 16 novembre 2012 à 16:40 par Liloume
    Les habitants de sept États américains veulent faire sécession

    "En tête de liste des « séparatistes » on retrouve le Texas, où plus de 106 000 personnes se sont prononcées en faveur de l’autonomie"

    Un Etat qui compte plus de 25 145 561 d’habitants. Donc grosso modo 1 personne sur 237. Ce ne me parait pas etre une menace très sérieuse.. Et le fait qu’il existe des sépartistes dans les pays du Sud n’est pas très surprenant. Sur des populations aussi nombreuses il y a de tout.

    "La pétition de Louisiane a recueilli 34 723 signatures."
    Louisiane : 4 533 372d’ habitants

    "Enfin, 31 550 habitants de Floride"
    Floride : 18 801 310 d’habitants.

    Juste pour vous faire une idée.

     

    Répondre à ce message

    • #263419
      Le Novembre 2012 à 00:24 par goy pride
      Les habitants de sept États américains veulent faire sécession

      Croire qu’un changement politique majeur est le fait des masses est l’un des mythes de la démocratie. En réalité c’est toujours une minorité qui est à l’origine de tout changement politique d’envergure et même de tout renversement de paradigme. Les masses populaires sont la plupart du temps inertes jusqu’au moment où la minorité agissante parvient à instrumentaliser une fraction de ses éléments afin d’atteindre un objectif.
      Ce quelques dizaines de milliers de signataires sont potentiellement dangereux car une partie importante d’entre eux est composée de gens cultivés, déterminés et parfois haut placés dans la hiérarchie du pouvoir. De plus si ces signataire sont effectivement minoritaire il reflètent toutefois un ras le bol généralisé bien réel. La communauté universelle des petites gens honnête des USA commence à en avoir plein le cul, si leur condition de vie continuent à se dégrader de 30000 pétitionnaires on pourrait passer à 300000 !

       
    • #263512

      oui c’est très mince, comme tu dis il y a de tout dans des Etats qui compte des millions de gens, c’est comme si en France 30.000 personne signez une pétition pour un retour à la monarchie.

       
    • #263562

      c’est ce que je voulais écrire : une goutte d’eau , un non événement

       
  • #263029
    Le 16 novembre 2012 à 16:48 par le bleuet
    Les habitants de sept États américains veulent faire sécession

    "Va-t-on les laisser partir ?

    Toutes les pétitions affichées sur le site de la Maison blanche et réunissant plus de 25 000 signatures nécessitent une réponse officielle. Selon les experts, les chances que le président étudie sérieusement ces demandes sont nulles.

    Cependant cette démarche, résultant de la confrontation politique accrue aux États-Unis et de la division, au sein de la société, sur l’évolution du pays, nécessitera davantage d’attention de la part de l’administration."

    euh là c’est plus que grave si le président refuse de respecter les propres lois de son pays, surtout si les habitants des états en question suivent de près l’affaire c’est un coup a déclencher une nouvelle guerre de sécession... quand on pense que qu’au Texas ils ont la gâchette facile...

     

    Répondre à ce message

  • #263034
    Le 16 novembre 2012 à 16:54 par Messio
    Les habitants de sept États américains veulent faire sécession

    Je l’ai su il y a quelques jours sur une télévision étrangère ! C’est invraisemblable !

     

    Répondre à ce message

  • #263139
    Le 16 novembre 2012 à 18:57 par Ludvik44
    Les habitants de sept États américains veulent faire sécession

    Mort de rire ! Propagande anti-sioniste !

    Une nouvelle guerre de sécession aux states, quelle bonne nouvelle ...attention le congrès va bientôt voter la loi martiale ...

     

    Répondre à ce message

  • #263386
    Le 16 novembre 2012 à 23:40 par Enguerrand Dubh
    Les habitants de sept États américains veulent faire sécession

    Sur la question du fédéralisme de division et du fédéralisme d’assosiation

    http://www.egaliteetreconciliation....

     

    Répondre à ce message

  • #263411
    Le 17 novembre 2012 à 00:16 par Bollyvar
    Les habitants de sept États américains veulent faire sécession

    Ça n’est déjà plus seulement le Vieux Sud...

    A présent, le phénomène des pétitions demandant la sécession touche l’ensemble des 50 États de l’Union !
    http://www.huffingtonpost.com/2012/...
    Peu importe le nombre de signataires, peu importe ce qu’en fera Washington.
    Ce qui importe, c’est une défiance croissante de nombreux citoyens envers l’État Fédéral.

     

    Répondre à ce message

  • #263514
    Le 17 novembre 2012 à 07:03 par Heizen
    Les habitants de sept États américains veulent faire sécession

    J’avais lu que si la Californie était un pays, il serait au 5ème rang mondiale, devant la France...

    Dans les classement des pays ont oubli toujours de penser que les Etats-Unis sont rééllement un Etat-Fédéral, comme pourrait l’être l’Union Européenne (même si nos pays ont 10x fois plus d’histoire et que du coup ça ne se fera jamais, dieu merci), les habitants américains eux se définissent vraiment comme une Union d’Etats, pas comme un pays seul, dans notre vision française des USA les gens le conçoivent mal. Dans leur classement mondiale il devrait incorporer chaque Etats américains pour voir, on se rendrait compte a quel point les USA sont puissants.

     

    Répondre à ce message

  • #263535
    Le 17 novembre 2012 à 09:02 par Didier
    Les habitants de sept États américains veulent faire sécession

    Dans le même genre on pourras lire :

    Les habitants des 7 provinces du Pays-Basque veulent faire sécession vis - vis de l’Europe !

    Pour quelle raison ? C’est un pays catholique, qui à encore de l’honneur, à qui l’on ne reproche pas la shoa, qui à une vrai histoire avec un grand H, (un des premier peuple du continent européen, l’une des langue la plus vielle du continent européen ).

    A titre personnel je pourrais dire aussi : l’indépendance pour sauver les meubles de ce qui reste d’humain et de divin au Pays-Basque, car les mots, liberté, égalité "devant la grâce de Dieu", et fraternité, veulent dirent quelque chose...
    Le Pays-Basque ? Une vielle carte postale de ce que fut jadis le royaume de France ?!
    OUI !

     

    Répondre à ce message

  • #264058
    Le 18 novembre 2012 à 10:34 par Korbak
    Les habitants de sept États américains veulent faire sécession

    Quand on voit la répartition des votes par États on peut comprendre une certaine exaspération des vrais américains, les red necks des états du centre et du sud.. Parce que n’en déplaise aux journaleux je ne suis pas sur que l’Amérique des côtes représente la vraie Amérique. Bien au contraire.

     

    Répondre à ce message

  • #278241
    Le 7 décembre 2012 à 18:44 par carnutes
    Les habitants de sept États américains veulent faire sécession

    Il faut noter en complément 2 choses :

    1- Les cicatrices de la Guerre de Sécession (eux appelle ce conflit "Civil War") ne sont pas refermées, même si cette guerre a eu lieu il y a 150 ans. Le fait est qu’il y a eu près de 600.000 morts pour un pays qui comptait de mémoire 30 millions d’habitants alors, en proportion c’est plus que les pertes françaises en 14-18. Avec des batailles particulièrement meurtrières comme Antietam ou Gettysburg (53.000 morts, le tournant de la guerre).
    Le Sud a été complètement dévasté, il y a toujours un fort ressenti d’injustice vis à vis du Nord (à l’époque l’ouest n’existe quasiment pas). Même des blacks revendiquent maintenant l’héritage sudiste ("heritage not hate").
    L’élection de Lincoln n’est que le déclencheur, il y a avait déjà un très lourd contentieux depuis les années 1830-40. L’esclavage n’est pas le coeur de ce conflit, c’est devenu un élément important vers 1863, mais une conception des Etats-Unis différentes selon les états, grosso modo industrie et banque au Nord, agriculture et traditionalisme au Sud. C’est bien plus complexe que ça, pour approfondir dans le détail, lire "La guerre de Sécession" de James Mc Pherson, ouvrage d’histoire synthétique passionnant et très pédagogique, qui permet de mieux comprendre ce pays qui a une histoire relativement courte mais très intéressante.

    2- L’ouragan Katrina en 2005 a démontré la faillite du fédéralisme. Certaines zones n’ont été secourues qu’un mois après la catastrophe, certains lieux sont toujours complètement à l’abandon 7 ans après. Les habitants du Sud ont pour beaucoup eu le ressenti que l’état fédéral les avaient laissé tomber, et qu’en amont tout n’avait pas été fait pour éviter ce genre de drame. Cela rejoint le ressenti ambiant en 1861, lorsque les états confédérés proclament leur indépendance (un Sud sous-développé par rapport au Nord, en terme d’infrastructure, un Sud méprisé par le Nord comme étant arriéré. Tout cela n’a que peu changé).

    Comme précisé dans l’article, les Etats-Unis sont une fédération, les états ont rejoint l’Union, ils n’ont pas été englobés automatiquement. Personnellement je pense que dans le futur ce pays se retrouvera morcelé en états indépendants. C’est le destin des nations plus ou moins artificielles, l’ex-Yougoslavie en est un exemple flagrant (n’en déplaise à Mr Soral, ce pays n’a jamais eu de réel existence si ce n’est durant les années folles et après 1945, ce qui fait peu finalement.)

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents