Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Surmonter la crise de confiance

L’Europe, dans son sens le plus large est traversée par une crise de confiance sans précédant. Elle est aujourd’hui confrontée à l’une de ses périodes les plus tendues, et même dramatiques, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, et bien entendu depuis la fin de la Guerre Froide.

Nous avons fêté le 25ème anniversaire de ce dernier événement dans un état d’esprit de profonde déception. Ceci n’est nullement étonnant. Un grand nombre d’opportunités ont été gaspillé depuis 1989 et ceci se reflète évidemment dans les sentiments d’une grande partie de la population des pays européens. Rappelons-nous qu’en 1990 nous rêvions d’un continent européen réunifié où chaque personne pourrait librement organiser sa vie hors des contraintes dictées par la géopolitique. Bien sûr, certaines de ces idées étaient des rêves et d’autres étaient simplement prématurées. Mais nous devons nous poser la question de ce que nous avons faits de tous ces rêves et que faire du présent sentiment de mécontentement.

Ceci constitue un problème extrêmement sérieux et qui pourrait décider de la paix ou de la guerre pour le continent. Nous devons examiner de près ce qui a provoqué cette situation et comment nous pouvons y faire face.

La crise en Europe, l’Union européenne et la périphérie dangereuse.

Ce que l’on a appelé la « transition », soit la fin du système de type soviétique en Europe de l’Est, s’est terminé par le processus d’élargissement de l’Union européenne. En tant que tel ceci a suscité une vive approbation. Pour de très nombreuses personnes c’était la plus logique des solutions. En réalité, le processus d’élargissement fut largement lié par les espoirs qu’il provoquerait une rapide hausse du niveau de vie moyen. Mais, les résultats de ce point de vue ont été décevants. Si une telle hausse a bien été observée dans certains pays, comme la Pologne, l’écart entre « anciens » et « nouveaux » membres de l’UE subsiste toujours. La ligne de partage de l’Europe qui s’est constituée à la fin du XVIIIème et au XIXème siècle, et qui est le produit de la Révolution Industrielle n’a pas été abolie. De fait, sauf pour deux pays (la Pologne et la Slovaquie) la croissance est restée inférieure à 1,5% dans le long terme (graphique1).

Il est frappant de voir que la différence de revenus entre l’Allemagne, la France et les Pays-Bas d’un côté et des pays comme la Roumanie, la Bulgarie, et même la Hongrie, est la même à présent qu’elle n’était en 1938. L’agrandissement de l’Europe n’a pas enclenché de processus d’égalisation des revenus, voire de rattrapage (graphique 2), sauf dans le cas de la Pologne, de la Slovaquie et peut-être des Pays Baltes. Lorsque la crise de 2007-2008 a frappé, tous ces déséquilibres ont été soudainement révélés.

Lire l’intégralité de l’article sur russeurope.hypotheses.org

À voir aussi sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1041530
    le 27/11/2014 par listener
    Surmonter la crise de confiance

    Halte à l’américanisation de l’Europe ! La recherche des origines de la crise de confiance de l’Europe ne serait-elle pas mal orientée ? Si nous nous laissons imposer avant toute chose une vision américaine des problèmes avant d’entamer cette recherche, nous allons à l’impasse. Est-ce que le problème ne serait pas beaucoup plus juridique qu’économique ? Est-ce que l’américanisation de l’Europe ne serait pas à l’origine de ses souffrances et de son mal-être, dans la mesure où la vision du monde américaine lui est profondément étrangère et même antagoniste ? Au fond, ne faut-il pas comprendre que l’Amérique est entrée dans une sphère méta-économique incompréhensible et qu’elle force l’Europe à oublier la primauté du droit sur l’économie ? Or le droit est primordial et les deux droits, américain et européen, sont en conflit irréductible et sont inconciliables. C’est cela le problème. Il y a "conflit de droits". Il n’est nullement économique puisque chacun sait bien que les américains sont, sur ce plan, des pirates, et c’est tout. Même Poutine a compris cela et s’est rendu compte de l’invraisemblable esprit américain, habité de "mégalomanie messianique" (et d’arrogance).

    Et si, après tout, les pays d’Europe (et non l’Europe) étaient beaucoup plus modernes et novateurs sur ce plan que l’Amérique ? Et si ces pays avaient des droits à être fiers d’eux-mêmes sur ce plan précis ? Et si l’Amérique n’était, sur le plan du droit, qu’un pays archaïque et figé, vide et sans intérêt ? Si imiter l’Amérique ne revient pas à une régression infantile pour nous ? Tout européen sensible aux questions de droit fondamental voit bien que l’Europe n’a pas d’existence réelle et qu’il s’agit d’une construction méta-étatique fondée sur un pseudo-droit sans base constitutionnelle et sans langue commune et sans peuple qui n’a aucun avenir, la seule bonne question étant de savoir quand cela va-t-il apparaître, se dévoiler, et s’écrouler et quand sa propagande apparaîtra comme telle, une propagande, et quand aurons-nous le courage d’être nous-mêmes, divisés ou pas divisés, peu importe, et de dominer franchement l’Amérique sur tous les plans, sauf pour la production de pop-corn (car nous sommes condamnés à le faire sinon nous sommes foutus) et ne pas nous laisser dominer par elle ? D’abord ; arrêtons de la singer et déjà, cela ira mieux : ces singes ne nous prendront plus pour des singes.


  • #1041542
    le 27/11/2014 par jeanlinna
    Surmonter la crise de confiance

    Il faut trouver une solution pour que les états retrouvent une indépendance.. L’idée de construire l’Europe n’a jamais été batir une cage ! Les états disparaissent, gouvernés par des fonctionnaires de l’UE, non élus, et subis par les peuples...et qui sont ces nantis surdiplômés, quel pourcentages d’enfants des classes pauvres ou moyennes ? Quelle classe sociale a les moyens de financer des études longues à sa progéniture ?...merci la révolution française qui baise le peuple sans lubrifiant....


  • #1041598
    le 27/11/2014 par Tom
    Surmonter la crise de confiance

    Urgence première : sortir de l’OTAN au plus vite.

    Signifier au gouvernement des Etats-Unis que ses mensonges sautent aux yeux, qu’ ils sont criminels et qu’ils mettent le Monde en danger. La politique "néo-cons", qui n’a cessée depuis le "911", est une vassalisation de l’Europe, pour la mener au désastre.

    La transgression Américaine, début 2014, contre le gouvernement légal de Kiev ne peut pas être acceptée par les peuples Européens. Elle conduit à une guerre endémique en Ukraine ou pourquoi pas à une guerre violente et brutale une fois de plus chez nous (grosse impression de déjà vu).
    On sait ce que cela veut dire de mettre au pouvoir des nazis et de les financer !

    Les états Européens doivent profiter de cette machination criminelle pour la dénoncer et sortir au plus vite de cette tutelle, à grande échelle, insupportable, qui est celle d’une mafia, parrainée par ces criminels néo-cons.