Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un mois de juillet très politique

La victoire des bleus au Mondial de foot n’a pas eu d’impact positif sur la popularité de l’exécutif. 10 jours avant la finale, la cote de popularité d’Emmanuel Macron mesurée par un sondage Elabe pour Les Échos s’établissait à 36%, soit seulement trois points de plus que celle de François Hollande à la même période. Et selon le tout récent baromètre Ifop/JDD ,enquête réalisée en deux temps, les 18 et 19 juillet et entre le 25 et le 27 juillet, le taux de satisfaction de l’action du chef de l’État s’établirait en moyenne à 39% ; « il bat ainsi ses scores les plus bas, mesurés à 40% en juin dernier et en août 2017. »

 

Chacun l’aura compris, l’Affaire Benalla (sa gestion calamiteuse par les grands communicants de l’Élysée, Bruno Roger-Petit en tête) et les violences, les pillages qui se sont déroulés à Paris et dans certaines villes de province les 13, 14 et 15 juillet ont accentué le malaise de nos compatriotes. Comme l’a dit l’universitaire Édouard Husson, interrogé par Atlantico, avec un sens certain de la litote, de l’euphémisme, voire un certain humour (noir ?) certainement involontaire, « l’après- Coupe du monde a montré comme il est difficile de canaliser l’énergie de la jeunesse des banlieues… »
Ce même M. Husson estimait dernièrement, en prenant beaucoup moins de précautions sémantiques, que « certaines composantes du rassemblement (des partis européens alliés au FN au parlement européen, NDLR) » avaient « un caractère peu recommandable. » Il utilisait pour en juger des arguments très faiblards et capillotractés pour quelqu’un qui est présenté comme un spécialiste des questions européennes.

L’histoire dira si Édouard Husson est plus lucide dans son jugement sur le devenir de ce quinquennat et de l’Europe bruxelloise tel qu’il le formulait en mai 2017 au lendemain de la victoire de l’ex-ministre de François Hollande :

« Emmanuel Macron connaîtra le même sort que ses prédécesseurs : au bout de quelques mois, les dures réalités de l’ordre occidental post-nixonien, cet euro-atlantisme dont la France ne peut desserrer l’étau, s’imposeront à lui. Les inégalités sociales continueront à croître. La France continuera à connaître une croissance molle, sans véritables créations d’emplois dans les secteurs de l’avenir ni sans marge de manœuvre pour investir dans le secteur-clé, l’éducation. Il aura le choix entre la fuite en avant vers plus d’Europe et un immobilisme qui le minera à petit feu comme il a détruit le quinquennat de François Hollande. »

« La seule différence avec ses prédécesseurs tient sans doute à ce que l’euro éclatera durant son quinquennat. La monnaie européenne tient, contre tout réalisme économique, pour deux raisons : son insertion dans les réseaux financiers transatlantiques ; et l’autorité de l’Allemagne. Or, ces deux piliers sont en train de vaciller. Confronté à une crise du dollar, Trump choisira de favoriser les facteurs centrifuges de l’union économique et monétaire pour accorder un répit, le dernier, à l’ordre post-nixonien ; quant à l’Allemagne, de plus en plus minée elle-même par les inégalités sociales et de plus en plus détestée en Europe orientale et méridionale, elle aura de moins en de possibilité d’exercer un leadership en Europe. Or la France divisée politiquement et socialement qui apparaît de plus en plus clairement aux yeux du monde dans sa réalité ravagée ne sera plus d’aucun appui pour elle. »

Un euromondialisme qui continue en tout cas de jouer contre les intérêts bien compris des nations européennes et des européens. Député du groupe Europe des Nations et des Libertés (ENL), Christelle Lechevalier a dénoncé à bon droit le 27 juillet le vœu des instances de l’UE, révélé par Donald Trump, « d’acheter de grandes quantités de GNL (Gaz Naturel Liquéfié) » ce qui aura notamment pour effet « d’accentuer notre dépendance commerciale vis-à-vis des Américains. »

Co-président du groupe ENL, Nicolas Bay a jugé tout aussi sévèrement deux jours auparavant les résultats du déplacement assez chaotique à Washington du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

« Terrifiés à l’idée de droits de douane qui mettraient à mal leurs rêves de marché commun à l’échelle mondiale, les eurocrates se sont empressés d’envoyer leur chef, sans mandat des nations européennes, pour négocier une porte de sortie (…) Jean-Claude Juncker présente l’accord dégagé comme une victoire. Pourtant, il n’a fait que courber l’échine et accepter de laisser les États-Unis inonder notre marché de leur surplus de graines de soja, devenus invendables en Chine… pour cause de tarifs douaniers. De même, il a accepté d’importer massivement du gaz naturel liquéfié américain, ressource pourtant plus facile d’accès et moins chère en Russie (…). »

Philippe de Villiers l’a rappelé lors de son allocution prononcée à l’occasion de la toute récente université d’été de Renaissance Catholique,

« nos hommes politiques sont les gardes champêtres du terrain de Bruxelles ! (…). » Le traité de Maastricht fut « un traité contre les nations. Il installa une gouvernance acéphale et l’Europe manqua tous les rendez vous d’après la chute du mur. 2007 : traité de Lisbonne : moment principal où l’Europe passe à l’État de droit. Pour l’État de droit, la nation n’est pas une terre et un peuple mais un ensemble de valeurs. Et pourtant ! Nous vivons aujourd’hui un réveil des peuples qui va mettre en échec cette idéologie. L’Angleterre, la Hongrie, la Pologne, l’Italie… nous montrent que les peuples refusent leur arrachement à leurs continuités et leurs attachements charnels. Les peuples refusent aussi la société hédoniste. Ils réclament leur droit à la continuité historique. Ils savent que l’Europe ne lutte pas contre l’immigration, mais l’organise. Ils l’organisent notamment grâce à l’avortement. L’immigration de masse est la réponse à l’avortement de masse ! »

Un article d’Olivier Bault dans Présent relayé par le Salon beige souligne comme nous l’avons fait déjà ici à de nombreuses reprises qu’il est possible d’agir, qu’il n’y a pas de fatalité à l’immigration-invasion, à la submersion, ni même aux morts des malheureux immigrés pendant leur traversée :

« Si l’Europe voulait vraiment mettre fin aux noyades en Méditerranée, elle prendrait les mêmes mesures que l’Australie. Depuis 2013, l’Australie interne systématiquement les immigrants clandestins repêchés en mer ou interceptés à leur arrivée sur les côtes australiennes dans des centres de détention gérés sur d’autres îles avec lesquelles l’Australie a signé des accords (…) Depuis 2013, il n’y a plus eu aucune noyade puisque le flot d’embarcations transportant des immigrants clandestins s’est subitement arrêté. On nous dit que les immigrants clandestins sont maltraités en Libye, mais le jour où tous seront systématiquement refoulés, ils ne se rendront tout simplement plus en Libye, ce qui épargnera aussi des vies dans le désert. »

Et le journaliste de rappeler que notre camarade Matteo Salvini, ministre italien de l’Intérieur,

« ne cache pas que son but ultime est d’arrêter toute immigration clandestine et non pas de répartir les arrivées dans toute l’Europe (…). (Il) se félicitait d’ailleurs d’une opération de sauvetage menée par les garde-côtes italiens à la suite de laquelle les quarante immigrants clandestins récupérés en mer avaient été ramenés à bon port en Libye. Mais pour mettre fin à ce que le ministre italien de l’Intérieur appelle le sale business de l’immigration clandestine, il faudra sans doute encore attendre une victoire des droites populistes ou au moins de leurs idées en France et en Allemagne. »

Lire l’article entier sur gollnisch.com

Prolonger les analyses de Bruno Gollnisch
avec Kontre Kulture

 

Retrouvez Bruno Gollnisch, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2018413
    le 04/08/2018 par matador
    Un mois de juillet très politique

    J ai quand même beaucoup de mal à comprendre comment on va redresser la barre de ce foutoir qu est devenu la France...

     

    • #2018463
      le 04/08/2018 par bertin
      Un mois de juillet très politique

      A Marador,

      L’Angleterre est dans le même état .
      L"Allemagne risque d’exploser et la Prusse
      et la Bavière se séparer .
      Seule l’Italie a un peuple qui réagit,du Nord au Sud.
      L’Italie et l’Europe centrale ,peuvent s’allier avec la Russie.
      La France risque de disparaître .certaines régions se détacheront .
      Le cloaque parisien est incurable .


    • #2018471
      le 04/08/2018 par fajs
      Un mois de juillet très politique

      Macron aussi certainement !
      Il a emmené ses cahiers de vacances au Fort de Brégançon ce mois d’aout .
      La dirigeante britannique est la première hôte de marque accueillie par le chef de l’Etat au fort de Brégançon ( officiellement ! ) .
      Nous verrons qui accepte ses invitations pour déceler peut-etre, ce qu’il prépare pour sa rentrée !
      _


    • #2018483
      le 04/08/2018 par JL
      Un mois de juillet très politique

      En apprenant à écrire pour commencer !… :)


    • #2018487
      le 04/08/2018 par Auri
      Un mois de juillet très politique

      Deux choses :

      - Doubler le budget de l’armée et de la justice et le financer (en parti au moins) en supprimant la plupart des agences gouvernementales qui ne servent à rien et les fonctionnaires qui vont avec. Supprimer aussi le moitié des parlementaires serait pas mal. Bref faire simplement disparaitre les parasites et tout ce qui crée du désordre.

      - Avoir un chef d’état qui fasse son boulot de défendre les français et juste ça. Pas de délires de conquête du monde, ordre mondial et compagnie...

      Remigrer massivement serait un plus évidemment mais pour moi ça fait juste parti du premier point.

      Ça fait vraiment peu de choses vous penserez surement et pourtant vous seriez surpris si on mettait en œuvre ce simple programme je pense.


    • #2018607
      le 05/08/2018 par Ceslaoui
      Un mois de juillet très politique

      @Matador
      Je ne vois qu’un réveil des consciences en bonne intelligence, par le peuple et pour le peuple, pour nous tirer d’affaires. Par le bas (peuple) et par le haut (élévation).


  • #2018445
    le 04/08/2018 par MSL
    Un mois de juillet très politique

    Très beau texte, tout ça est vraiment très juste, une bonne analyse.
    Mais sinon, c’est quand qu’on dit officiellement qu’on doit sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN monsieur Gollnisch ?

    Vous avez un constat excellent, et au moment d’appeler au Frexit, vous bloquez. Pourquoi donc ?
    C’est pourtant la bonne solution non, puisque l’UE est une monstre autobloquant (l’article 48 impose des décisions pour, changer d’Europe comme vous dîtes, à l’unanimité. Il est donc impossible de changer un mot qui nous déplait des traités. Donc on sort, normalement...) inventé par les américains afin de détruire les nations européennes ?

    Il y a une bonne critique de l’euro dans le texte que vous citez. Mais vous n’appelez pas à en sortir.
    Votre parti ne le fait pas non plus.
    Pourtant, vous êtes la personne la plus intelligente (universitaire, culture classique, côté vrai homme vieux jeu non LGBT avec humour grinçant et classe que j’aime bien) du parti ou plutôt la seule. Car Bay, Chenu, ou encore l’agent Collard... c’est pas top niveau.

    Mais il est vrai que si l’UE n’existe plus, les postes de député européen non plus...

    Vous citez De Villiers, ce type qui copine avec Macron n’a plus aucun crédit à mes yeux.


  • #2018507
    le 04/08/2018 par VIVACHAVEZ
    Un mois de juillet très politique

    Plus personne ne peut blairer les clandos (mis à part les gauchistes indécrottables). Et je suis d’accord avec le patron où, dans une de ses anciennes vidéos, il déclare que les gros fouteurs de merde en banlieue sont majoritairement des bandes originaires de l’Afrique subsaharienne.

     

  • #2018585
    le 05/08/2018 par bertin
    Un mois de juillet très politique

    Gollnish tisse des liens,

    Avec beaucoup de patience et d’humilité,
    Gollnish tente une synthèse historique ,
    des nationaux sur une base civilisationnelle .
    Gollnish a compris que Soral était incontournable.
    Et De Villiers accepte-t-il de fréquenter Soral ?
    Il faut pourtant passer aux travaux pratiques
    et le temps presse .
    Sinon ,il ne s’agit que de brillantes élucubrations .


  • #2018719
    le 05/08/2018 par Domino
    Un mois de juillet très politique

    On a oublié qu’avant 2012 avec un arrêt de la très mondialiste CEDH, la reconduite des bateaux d’illégaux en Afrique du nord était la règle.