Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

11 Septembre : quinzième anniversaire des attentats

Le 11 septembre 2016 correspond au quinzième anniversaire du plus grand attentat terroriste de l’Histoire. Des fleuves d’encre ont coulé depuis à ce sujet : qui l’a fait ? Quels objectifs politiques poursuivaient ses organisateurs ?

 

Nous ne reprendrons pas cette discussion ici. L’auteur de ces lignes a depuis toujours soutenu que les 19 « pirates de l’air » emmenés par Ben Laden n’auraient en aucun cas pu réaliser un tel plan. Il existe une foule de preuves montrant l’implication dans cette opération de puissantes forces liées à différents services secrets, à commencer par certaines branches de la CIA et du FBI, de l’ISI pakistanaise, des services secrets saoudiens et ceux, très certainement impliqués, du Mossad israélien.

 

Binary Data - 6.6 ko
Giulietto Chiesa

 

Le travail de la « Commission sur le 11/09 » (aussi appelé « version officielle ») ne résiste pas à une innombrable quantité d’objections… faites par des chercheurs ou des journalistes indépendants dans le monde entier. Ceux que cela intéresse peuvent se référer au site www.consensus911.org où un certain nombre de ces remarques et de ces incohérences ont été rassemblées ces dernières années par un groupe de spécialistes dont je fais également partie.

La « Commission sur le 11/09 » – comme nous l’avons appris officiellement après les révélations de l’ex-sénateur démocrate Bob Graham (qui fut président de la Commission du Congrès, la première à avoir enquêté sur les attentats du 11/09) et de nombreux sénateurs et députés américains – cette Commission donc, refusa d’examiner des documents et des éléments de preuve concernant les mystérieuses manœuvres [militaires] qui précédèrent les attentats. Les 28 pages du premier rapport, récemment divulguées – après être restées au secret pendant quinze ans, nous apprennent sans aucun doute possible, documents à l’appui, que le gouvernement saoudien a aidé et financé les « boucs émissaires » [les 19 pirates de l’air – NdT] lors de leur installation aux États-Unis. Et ce seul fait (sans compter que le FBI et la CIA étaient – et tout cela est prouvé – au courant de la préparation des attentats), montre que la Commission sur le 11/09 a livré une version mensongère de toute cette affaire, afin de couvrir les vrais responsables.

À ces falsifications – déjà établies – viennent s’en ajouter quelques dizaines d’autres. Suffisamment pour conclure qu’il s’est trouvé, le 11 septembre 2001, de puissants intérêts au sein même de l’élite américaine et des cercles dirigeants occidentaux désireux de couvrir les vrais protagonistes de ces attentats. Savez-vous par exemple que le Procureur émérite de la Cour de cassation italienne, Ferdinando Imposimato, a déclaré et a même écrit à diverses occasions, qu’il existe désormais des preuves plus que suffisantes pour accuser l’administration américaine de George W. Bush et Dick Cheney de « participation à un massacre », et pour les trainer devant un tribunal international. Le problème est que ce tribunal international, même s’il existe [La Haye – NdT] n’est pas habilité à juger l’administration américaine.

Reste le fait, et cela constitue un élément important, que l’ensemble des grands médias occidentaux ont invariablement défendu, durant ces quinze dernières années, une version officielle désormais totalement fausse, se couvrant de ridicule, dans le seul but d’empêcher l’émergence de la vérité. Les concepteurs et les protagonistes de ces attentats, leurs amis ou complices, avaient et ont toujours le contrôle quasi total sur les moyens de communication mondiaux, et ont ainsi pu profiter de l’ignorance totale des faits dans laquelle des centaines de millions de personnes sont restées plongées.

Le problème relève donc à la fois du niveau politique et de celui de la communication. Et il est vital de trouver une solution avant qu’il ne soit trop tard. Non seulement les organisateurs du 11 Septembre ont encore les mains libres, mais ils sont désormais en mesure de créer des dommages irréparables à la paix dans le monde. Rappelons-nous qu’ils ont gagné la partie : la portée de leur action a considérablement changé le cours de l’histoire de la planète. On a vu après le 11 Septembre toute une série de guerres sanguinaires (Afghanistan, Irak, Libye, Syrie) et de modifications du système des règles internationales : autant de changements motivés par la nécessité de combattre le « nouvel ennemi » de l’Occident, à savoir, l’islam fondamentaliste.

 

 

La guerre au terrorisme international, qui a débuté ce jour-là, se poursuit depuis maintenant 15 ans. Mais paradoxalement, au lieu de produire des résultats tangibles, elle semble au contraire étendre le chaos et le désordre dans à peu près toutes les directions. À première vue, la situation actuelle semble être la preuve que l’Empire américain – la plus puissante armée du monde, à laquelle s’ajoutent les autres armées occidentales réunies sous l’égide de l’OTAN – n’est pas capable d’arrêter son nouvel ennemi, celui fabriqué artificiellement [le 11/09] au travers du plus grand spectacle [terroriste] de tous les temps, auquel assistèrent en direct à la télévision près de 3 milliards de personnes.

Je ne pense pas que cette impression d’impuissance de l’Empire soit correcte. Les développements auxquels nous assistons semblent plutôt dessiner les lignes d’un chaos global qui correspond clairement aux intérêts des inventeurs de cette « guerre globale au terrorisme ». Il s’agit d’un chaos organisé, dont le principal objectif est de cacher aux peuples occidentaux, qui vivent désormais dans la « terreur », le fait que l’origine de la crise mondiale est totalement interne à l’Occident. Elle dérive directement du fait que le système bancaire mondial, créé par la globalisation et qui, à son tour, a porté à encore plus de globalisation, n’est plus en mesure de résister longtemps sans exploser en une crise mondiale cent fois supérieure en intensité à celle qui mena à la crise de 1929.

Le « terrorisme islamique » qui est en train de se transformer jour après jour en une « guerre asymétrique » diffuse (selon la définition qu’en a donné Vladimir Poutine) équivaut à une gigantesque « distraction de masse », dont le but est de désorienter l’opinion publique mondiale, mais aussi de tirer bénéfice de terroristes et de groupe extrémistes ou radicalisés dans la poursuite d’intérêts particuliers. La preuve éclatante en est donnée par la théorie – inventée pour l’occasion par les sources officielles occidentales afin de dissimuler leur soutien aux terroristes dans la guerre contre la Syrie – des « terroristes modérés », opposés aux « méchants terroristes ». Une théorie qui a poussé à considérer comme potentiels alliés des groupes affiliés à al-Qaïda, dans le but d’abattre le régime de Bachar el-Assad. Comme par hasard, cette même al-Qaïda à laquelle a été attribuée voilà quinze ans la paternité des mégas attentats contre le World Trade Center et le Pentagone.

Après la crise de 2008 provoquée par la faillite de Lehman Brothers, aucune des recettes des centres du pouvoir financier global n’a été en mesure de remettre en marche la machine financière mondiale. La masse d’argent a pourtant été démultipliée de façon vertigineuse, à travers le mécanisme du « Quantitative Easing » pratiqué par toutes les banques centrales occidentales. Mais la machine globale n’a pas réussi à repartir. Au contraire, toutes les prévisions (savamment cachées aux yeux du grand public des investisseurs) indiquent que d’ici à 2020-2025, la croissante du PIB global s’approchera du point zéro, signant ainsi la fin de toutes les illusions sur la croissance économique si largement diffusées au cours de ces dix dernières années, même si les faits montraient tout le contraire.

Le problème appelle une solution politique rapide, puisque les solutions politico-économiques sont pour l’instant inatteignables. L’explosion systémique se produira dans un délai indéterminé, relativement élastique, mais qui ne sera pas supérieur à dix ans. C’est ce qui explique la hâte (et aussi les signes de panique) avec laquelle l’Occident cherche à brouiller les cartes et à déstabiliser le monde en faisant table rase de toutes les règles qui avaient résisté pendant la Guerre froide.

Se répète ainsi le scénario qui précéda le 11 septembre 2001. Quelques années auparavant, en 1998, le groupe de néoconservateurs emmené par Paul Wolfowiz avait produit un document intitulé Projet pour un nouveau siècle américain (PNAC, Project for the New American Century). Le titre était déjà révélateur de la folie de ses auteurs : suggérer d’imposer au monde un autre siècle à domination américaine, sur une planète abritant plus de 7 milliards d’habitants, et où existent désormais des géants comme la Chine et l’Inde, équivalait à une déclaration de guerre contre le reste du monde. Les auteurs néo-cons avaient parfaitement conscience de la violence qu’un tel projet nécessitait pour se réaliser. Ils savaient – ils l’ont écrit – que la Chine, en 2017, serait devenue le concurrent objectif et non contrôlable dont il faudrait tenir compte. Inversant les rôles, ils qualifièrent la Chine de « menace pour la sécurité nationale des États-Unis ». Et ils se préparèrent à renforcer un différentiel militaire stratégique destiné à devenir toujours plus impossible à combler, pour toujours, pour n’importe quel État ou groupe d’États qui aurait eu des velléités de seulement s’approcher de la puissance de l’Empire.

Ces gens-là avaient déjà, à l’époque, connaissance de l’immense escroquerie financière sur laquelle reposait le dollar. Et de fait, les premiers signes de récession apparurent précisément en 2001. Il s’agissait alors d’imposer un changement psychologique dans la population américaine (et dans les populations occidentales en général, Europe incluse), laquelle étant parfaitement ignorante de tout cela et attirée par la carotte consumériste que lui présentaient les médias, n’était pas vraiment prête à se laisser embarquer dans une aventure guerrière. Il fallait donc provoquer quelque chose d’extraordinaire, de terrible ; quelque chose de « semblable à un nouveau Pearl Harbor », de façon à ce que les masses populaires perçoivent un danger immense et surtout imminent, à même de détruire leur sécurité et de mettre fin à leur bien-être.

Un tel danger n’existait plus à la fin du siècle dernier. La Russie – ainsi le pensaient-ils, et cela fut leur plus grande erreur – avait déjà été mise hors-jeu, conquise, colonisée culturellement et politiquement. Elle n’incarnait plus « l’ennemi rouge » qui avait tant tourmenté l’élite américaine au cours de la Guerre froide. La Russie ne pouvait plus être considérée comme un concurrent potentiel. Le Mur de Berlin était tombé. Comme l’écrivait Gore Vial, « quand les Russes nous ont frappés dans le dos en abandonnant leur empire en 1991, nous sommes restés sur de fausses idées sur nous-mêmes, et surtout, bien plus grave, sur le reste du monde ».

 

 

Il fallut donc créer la menace de manière parfaitement artificielle. Et ainsi fut-il fait. Cela peut sembler étrange, mais ils le déclarèrent ouvertement. Rappelons-nous des paroles de Zbignew Brzezinski prononcées en 1997 : « Il faut prendre en considération le fait que l’Amérique est en train de se transformer toujours plus en une société multiculturelle, et en tant que telle, il peut devenir de plus en plus difficile de créer le consensus sur des questions de politique étrangère, à moins d’une menace ennemie énorme, perçue directement au niveau des masses ». La prévision d’une Chine hors de contrôle était la bonne. Mais il fallait un ennemi tout de suite, sur-le-champ. L’islam fut servi sur l’autel de toutes les nations comme cet « ennemi ». George W. Bush et son ministre de la Défense Donald Rumsfeld clamèrent devant les micros et les caméras de tous les grands médias que « venait de commencer une guerre qui allait durer toute une génération » (Rumsfeld parla même de « cinquante ans »).

Les premières quinze années de ces cinquante ans viennent de passer. Et personne ne peut nier que la situation mondiale est en train de dégénérer. Mais l’Occident se refuse à prendre acte des changements dans les rapports de force planétaires. Ce qui est le plus insupportable pour les cercles de pouvoir américains, c’est de voir réapparaitre la Russie comme protagoniste sur la scène internationale. Dans les prévisions – erronées – des néo-cons, la Russie avait été mise définitivement hors-jeu. Et cette erreur de calcul a rendu problématique le reste de leurs plans. Ils pensaient qu’une fois la Russie écartée, il y aurait eu assez de temps pour s’occuper de la Chine et en faire le nouvel « Empire du Mal », à la place de la Russie. Tout aussi fausse fut leur hypothèse selon laquelle après ce « nouveau Pearl Harbor », les sept milliards d’habitants de la planète se seraient rangés en file indienne pour acheter tout ce qui pouvait être achetés dans les supermarchés créés pour eux. Et tout aussi fausse fut l’idée qu’il suffisait de fabriquer de l’argent de toute pièce pour résoudre le problème.

La somme de ces succès, et de ces erreurs, permit à l’Empire – entre une guerre et l’autre – de dominer sept ans de plus. La septième année fut 2008, et il fallut 13 000 milliards de dollars inventés de toute urgence par la Federal Reserve d’Allan Greenspan, pour sauver de la faillite les banques occidentales. Et comme nous l’avons déjà rappelé, les dernières huit années ont vu s’établir le règne du chaos.

Voilà pourquoi l’Empire se trouve à nouveau devant la nécessité de compacter son système d’alliances, exactement comme il le fit à travers les attentats terroristes de 2001. En 2008, le stratagème consista à déstabiliser les « petits ennemis » et fut confié à Barack Obama, qui le réalisa à travers la multiplication des « révolutions colorées » et surtout, l’usage des « printemps arabes » destinés à faire place nette de tous ces régimes devenus inutiles ou gênants au Moyen-Orient. Et il faut bien reconnaitre que cette opération stratégique a fonctionné, mais uniquement dans le sens d’encore plus de déstabilisation globale.

La présence de la Russie, redevenue puissance mondiale, a cependant contraint les néo-cons à changer de stratégie, et à revenir sur le lieu du crime. C’est de nouveau la peur qui a prévalu. La crise fait rage, et à l’Est on voit poindre deux « ennemis », la Russie et maintenant la Chine, le grand « pays du milieu ». C’est ainsi que s’explique le coup d’État en Ukraine, la destitution de Janukovic par les groupes nazis et ultranationalistes russophobes depuis longtemps formés et entrainés avec l’aide de la Pologne et des républiques baltiques. Le piège, fort bien préparé, devait obliger la Russie à intervenir directement pour soutenir les Russes d’Ukraine, soumis à une véritable purification ethnique d’un nouveau genre. Vladimir Poutine n’est pas tombé dans le piège et les Russes d’Ukraine – pas tous, mais une bonne partie – ont trouvé la force pour se défendre. La Crimée a choisi de « revenir au pays ».

Toujours est-il que l’objectif a été en grande partie atteint par l’Empire. L’Europe s’est rangée aux côtés des États-Unis, des sanctions ont été prises [contre la Russie], la vague russophobe s’est propagée dans tout l’Occident et l’a compacté autour de Washington. La Russie et Poutine sont les véritables « ennemis à abattre ». Comment ? Ce sera à Hillary Clinton de résoudre le problème. La confrontation directe est en cours de préparation. Mais tous à Washington ne sont assez pas assez suicidaires pour la déclencher. Ils se préparent à la guerre, et pensent pouvoir mettre à genoux la Russie de Poutine, comme ils le firent avec l’URSS de Gorbatchev. C’est un pari qu’ils pourraient bien perdre. Et l’Europe est en pleine ébullition, au point qu’elle pourrait bien exploser avant. L’Empire lui-même est profondément divisé. Donald Trump a très peu de chances de gagner les élections, mais sa présence montre à quel point le peuple américain n’a plus aucune confiance dans ses élites. On pourrait appliquer à l’Amérique le dicton latin « omne regnum in se ipse divisum desolabitur » (« tout règne, lorsqu’il est divisé en son sein, finit par s’écrouler  »).

Giulietto Chiesa – Août 2016

 


 

Revoir l’entretien « Israël et le 11 Septembre » avec Laurent Guyénot,
auteur de JFK/11 Septembre – 50 ans de manipulations :

 

Dans cet entretien, Laurent Guyénot revient sur l’influence politique d’Israël aux États-Unis et dévoile les éléments sérieux qui permettent de suspecter l’implication profonde d’Israël dans les attentats du 11 septembre 2001.

 

 

Comprendre l’Empire avec Kontre Kulture :

Autour du 11 Septembre, voir sur E&R :

 
 






Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1554019
    Le 11 septembre à 14:06 par JUL
    11 Septembre : quinzième anniversaire des attentats

    Je crois surtout que le 11 septembre est le false flag le plus raté de l’Histoire, provoquant sans le vouloir le début de l’éveil des populations.

    Sans la maladresse du Mossad, on serait encore devant nos télés.

     

    Répondre à ce message

  • #1554020
    Le 11 septembre à 14:08 par dixi
    11 Septembre : quinzième anniversaire des attentats

    Ça c’est comme l’histoire du révisionnisme ,on ne revient pas dessus ou alors c’est du complotisme ,c’est bien connu .

     

    Répondre à ce message

  • #1554058
    Le 11 septembre à 14:51 par Scania
    11 Septembre : quinzième anniversaire des attentats

    Et moi le 5 septembre 2001, a l’aéroport de Pittsburg, avec un petit coran dans mon sac (que je bouquinais en vol en venant de L.A), et un canif que je trimballais sur moi "au cas où" dans ce pays de fou !
    L’agent des douanes - une black corpulente- a mesuré la lame avec sa paume de main, reposé le coran dans mon sac, sans même peut être savoir ce que c’était à l’époque et " have a nice flight" comme on dit !
    Une semaine plus tard j’aurais eu droit aux bracelets et au costard orange de chez Luigi Guantanamo !!!

     

    Répondre à ce message

  • #1554190
    Le 11 septembre à 18:18 par Grégoire
    11 Septembre : quinzième anniversaire des attentats

    Entendu ce matin à la radio, (France info) 40% des victimes ne sont toujours pas identifiées !! 40% !? 15 ans après !

     

    Répondre à ce message

  • #1554252
    Le 11 septembre à 19:39 par Bananonyme
    11 Septembre : quinzième anniversaire des attentats

    Je me suis intéressé à cette histoire il y a quelques années, un peu par hasard, un peu par intuition. Ça a été l’élément déclencheur.
    J’ai étudié longuement le dossier pendant plusieurs mois, et je me suis alors posé cette question : "s’ils ont fait ça, que peuvent-ils faire d’autre ?".

    C’est alors qu’il est nécessaire, si l’on ne veut pas se mentir à soi-même, de revoir toute notre compréhension du monde moderne : les médias complices, les guerres fabriqués, des millions et des millions de personnes dans l’illusion d’être menacés par des "la barbarie" et protégés par les chevaliers de la Liberté (Freedom©®™), etc. C’est un exercice très ardu qui nécessite de remettre en cause toute l’histoire de la géopolitique du XXIè siècle, et par extension toute l’histoire de l’Occident et même du monde.
    De fils en aiguilles, par les intuitions et la logique, on en arrive à recomposer la véritable essence du mouvement de l’histoire, à travers des gens comme M. Soral, M. Cousin, feu M. Ratier, M. Hillard, et toute cette constellation de penseurs anti-dogmatiques de contre-culture.

    J’en suis persuadé, la vérité finira par éclater au grand jour.
    La question, c’est : quand et comment.

    Merci à E&R, merci aux kamarades.

     

    Répondre à ce message

    • #1554503
      Le 11 septembre à 23:38 par Giustizia
      11 Septembre : quinzième anniversaire des attentats

      Je viens d’entendre le Patron, que ça fait du bien, tout est remis à sa place, et il est de plus en plus persécuté. Que c’est long d’attendre le vent tourner.

       
  • #1554532
    Le 12 septembre à 00:21 par A.
    11 Septembre : quinzième anniversaire des attentats

    C’est bien beau de parler de 2 tours qui s’effondrent, mais si je me souviens bien un immeuble de plus est tombé comme un château de cartes ! A savoir un bâtiment gouvernemental, les bureaux de la CIA. Je me rappelle ce jour, ou je me suis dit... Attends c’est quoi ce bordel ? Ya un truc qui cloche cet immeuble est à plus de 500 mètres... et à partir de là j’ai y est jamais cru.

    Merci à Laurent Guyénot pour son très bon livre "JFK" !

    Ya un film qui est sortie en 1996, "Opération Espadon" on peut y voir John travolta... ce film tourne sur une attaque des 2 tours, on peut y voir aussi comme scène, le vol de l’or qui est "planqué" sous les 2 tours. Le pire c’est quand réalité, l’or (une très très grosse quantité), en est sortie avant l’effondrement réelle.

     

    Répondre à ce message

  • #1554568
    Le 12 septembre à 02:19 par fodda
    11 Septembre : quinzième anniversaire des attentats

    L’indignation sélective d’une certaine presse du monde dit libre.
    L’Amerique se souvient-elle du Coup d’État qu’elle avait fomenté au Chili un certain 11 septembre 1973 contre le pouvoir légitime chilien et qui avait fait 3500 victimes ?

     

    Répondre à ce message

  • #1555162
    Le 12 septembre à 17:53 par jérome
    11 Septembre : quinzième anniversaire des attentats

    Quinze après ces attentats, il est intéressant d’établir un parallèle avec le terrorisme récent en France :

    le ministère de l’intérieur a envoyé une missive pour réclamer à la ville de Nice de détruire les images de la vidéosurveillance.

    Suite au 11/09, les poutres d’acier constituant la structure ont été découpées puis vendu comme de la ferraille, expédiées sur un bateau en Chine. Au moins six contrôleurs aériens qui géraient les vols détournés avaient procédé à des enregistrements de vol ; ceux ci ont été détruits par un manager de la FAA.

    Après l’attaque du Pentagone, toutes les images tournées par des caméras de sécurité de commerce ou business aux alentours furent confisquées par les fédéraux.
    Suite à l’attaque sur Charlie Hebdo, le gouvernement français s’est précipité pour retirer du web certaines vidéos.

    April Gallop, une employée du Pentagone, s’est retrouvée à l’hôpital et a reçu la visite
    d’hommes en costume qui lui donné des conseils sur ce qu’il fallait dire. Ils lui répétaient sans cesse qu’un avion s’était écrasé sur le Pentagone ce qui allait contre son expérience. En France, nombre de témoins ont vu un troisième homme lors de l’assault des frères Kouachi et aussi des blancs très musclés lors de l’assault du Bataclan. Certains policiers ne voulaient pas de leur témoignage.

    le 11/09, il y avait des dizaines d’exercices d’entrainement dont la simulation du crash
    d’un avion en panne dans le Quartier général du NRO, ainsi qu’une simulation de plusieurs détournements d’avions . Selon le webmaster du site Panamza, il y eut une simulation d’attaque terroriste quasi identique à celle qui survint à Nice. et une simulation d’attaque quasi identique à l’incident du Thalys.

    la firme Zim American shipping co qui louait deux étages au WTC a cédé la location de ses locaux deux semaines avant le 11/09. on a vu que le propriétaire du Bataclan
    a revendu les locaux peu avant l’attaque. il y a aussi Larry Silverstein qui avait contracté deux assurances sur les Tours et qui toucha le pactole.

    lors du vote du Patriot Act, les parlementaires ont été mis sous pression avec des alertes à la bombe, des évacuations notamment et étaient priés de voter le texte même sans l’avoir lu. Lors du vote sur la loi du renseignement, le ministre Cazeneuve a mis sous pression les députés en leur disant que s’ils ne la votaient pas, il y aurait de nouveau attentats en France.

     

    Répondre à ce message

  • #1555644
    Le 13 septembre à 04:52 par Jean-Philippe
    11 Septembre : quinzième anniversaire des attentats

    Triste à dire, mais le tragique attentat du 11 septembre aura au mois permis de séparer les fumistes (Noam Chomsky, Amy Goodman, George Galloway, Abby Martin) des honnêtes intellectuels (David Duke, James Traficant, Hervé Ryssen, Alain Soral, Jean-Marie Le Pen, David Icke ..)

     

    Répondre à ce message

  • #1558127
    Le 15 septembre à 19:43 par noel
    11 Septembre : quinzième anniversaire des attentats

    Énorme : Une revue scientifique du prestigieux European Physical Society démolit la version officielle du 911.

    Dans un silence assourdissant des médias (pas un média francophone n’en a parlé), le magazine scientifique Europhysics News a fait paraître il y a 3 semaines une étude confirmant que les 3 tours du World Trade Center ont bien fait l’objet d’une démolition contrôlée.

    http://fawkes-news.blogspot.fr/2016...

     

    Répondre à ce message

    • #1558474
      Le 16 septembre à 09:22 par rectificateur
      11 Septembre : quinzième anniversaire des attentats

      Tout à fait !

      Donnons directement le lien vers la revue puisqu’elle est en accès libre "bien que" sérieuse :

      http://www.europhysicsnews.org/

      Et le lien vers le numéro en question (le dernier) au format PDF :

      http://www.europhysicsnews.org/arti...

      Pour situer un peu, Europhysics News est la revue de la Société de Physique Européenne, l’organe tout à fait officiel des physiciens professionnels européens. C’est un peu comme si l’American Chemical Society publiait un article sur la présence confirmée d’explosifs dans les restes du WTC...

      Cela dit l’article en lui-même n’a rien de révolutionnaire, et l’un des auteurs au moins (Jones) est à mon avis suspect ; il fait partie de ceux qui rejettent avec force (mais sans argument scientifique) et l’absence d’avions dans les tours et leur démolition nucléaire.

      Mais ne boudons pas notre plaisir, ça reste un événement sociologiquement intéressant. Comme dirait Coluche : "on s’autorise à penser dans les milieux autorisés..."

       
Afficher les commentaires précédents