Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Courrier des lecteurs

Le témoignage du père d’un enfant abandonné par sa mère homosexuelle

Ceci est la première opportunité qui m’est faite de témoigner sur un média de la situation de mon enfant. Celle-ci, à mon sens, relève d’un état d’esprit ambiant, que je n’avais jusqu’alors pas réussi à déterminer, mais qui au vu des évènements auxquels la majorité de concitoyens assistent en ce moment, sans être consultés, mérite d’être portée à la connaissance d’un grand nombre. Je remercie le président d’Égalité & Réconciliation de m’avoir encouragé à partager mon expérience.

À à peine trois ans, mon enfant E., est amené à encore devoir subir une énième reconstruction de son environnement familial, affectif. Né fin 2009 pendant la fameuse « menace épidémique » de grippe A, celui-ci à subi énormément de perturbations dès le début de son existence. Il ne connaîtra pas, comme de nombreux enfants, sa grand-mère paternelle, décédée un an et demi auparavant de ce fléau qui touche toutes les familles, le Cancer. C’est lors de ce drame, si courant, que j’ai fait la connaissance de la mère de mon enfant, O. Un amour sincère est apparu alors, dans cette adversité, pourtant rien ne m’aurait laissé présager auparavant que celle-ci, que je connaissais pour faire preuve de ce besoin immodéré de faire la démonstration de son appartenance à la cause lesbienne, aurait à ce point conquis l’être en dépression que j’étais. Nous nous sommes installés peu de temps après.

À ce moment-là, j’étais en formation pour me diriger vers les métiers du secteur social, j’étais donc régulièrement sensibilisé à la sociologie, discipline que je n’abordais alors qu’en surface, de par mon activité précédente de Barman dans un café de Village.

Comme beaucoup de personnes de ma génération, j’ai toujours perçu la sexualité comme étant une notion floue, non-figée, je me suis même à plusieurs reprises confronté à l’interrogation de ma propre orientation sexuelle. En somme j’étais le pur produit de mon époque.

Au cours des cinq premiers mois de vie de notre fils, les rapports entre nous se sont grandement dégradés, avec pour cause un état de dépression de ma part lié à un contexte familial difficile mais pourtant pas insurmontable. C’est au retour d’un extra en restauration qu’à ma grande surprise elle avait pris mon fils avec elle, vidé la maison de ses effets pour partir chez ses parents. J’étais séparé de mon enfant, ma colère était grande.

J’ai pris la décision de fuir, et d’aller me perdre en Inde pour finalement prendre conscience, face à la misère omniprésente, qu’il fallait relativiser et que ma vie n’était pas dissociable de celle de mon enfant.

Ayant abandonné mon cursus de formation, pourtant validé par les examens que j’ai passés, devant rembourser seul les divers crédits contractés à deux pour établir un foyer, j’ai dû me résoudre à mon retour de reprendre au bas de l’échelle divers postes d’intérimaire au sein d’industries diverses (abattoirs, métallurgie…) durant deux années. Je n’avais à ce moment là la possibilité de ne voir mon fils qu’à peine deux jours par mois, quand l’attitude de mon ex-compagne le permettait.

Puis elle s’est éloignée avec mon enfant, ayant trouvé un travail à une centaine de kilomètres de mon domicile. C’est à ce moment là que j’ai pu observer lors de l’alternance de nos gardes, que son entourage redevenait à l’image de ce que j’avais connu quand j’ai commencé à la fréquenter. Nos rapports s’en sont grandement dégradés, car les personnes qui la côtoyaient régulièrement à ce moment-là me jugeaient et affichaient un mépris insupportable à mon encontre.

Les choses se sont poursuivies ainsi jusqu’à ce que je prenne contact avec une association de défense des droits paternels. Très vite, j’ai pris conscience de mon ignorance concernant mes droits, étant donné qu’aucune procédure auprès d’un juge aux affaires familiales n’avait été lancée. Je disposais donc de l’égalité qui est de mise lors d’un accord amiable.

J’ai donc fait part à mon ex-compagne de mes démarches, tout en lui précisant que le fait qu’elle habite depuis près d’un an avec mon fils une adresse qui m’est inconnue pouvait me donner le droit de considérer ceci comme un rapt. Puisqu’elle habitait alors avec deux de ses amies, elle à préféré reprendre une conciliation à l’amiable, me donnant ainsi son adresse et donc le droit de visite. Les choses se sont alors calmées, nous avions renoué le dialogue. Elle me fit part de ses difficultés pour arriver à concilier sa vie professionnelle et la charge quotidienne de notre enfant ; je lui proposai alors de me rapprocher du lieu de son domicile afin de pouvoir mieux l’aider. J’ai entrepris d’ailleurs dans la foulée de trouver un nouvel emploi et un nouveau logement.

À peine deux mois plus tard, j’avais l’occasion de recevoir mon fils pendant 5 jours lors des vacances. Nous profitâmes même du moment où elle me l’amena à mon domicile pour prendre notre premier repas tous les trois, je sentais donc que les choses finiraient par s’arranger.

Le 1er novembre 2012, jour ou elle était censée récupérer E., je reçois une lettre d’adieu de sa part, contenant les clés d’un garde-meuble où étaient entreposées les affaires de mon fils. La nature très inquiétante du courrier m’a poussé à prendre contact avec ses parents et avec la gendarmerie, car le caractère désabusé du ton qu’elle utilisait pouvait laisser penser à un suicide imminent. Je réalisai peu à peu qu’elle venait d’abandonner notre enfant.

Depuis près de trois mois que j’ai récupéré ma place de père, j’ai retrouvé le sens de mon existence, pourtant j’éprouve une grande peine de voir mon fils évoluer sans sa maman. Afin de prévenir de troubles qui auraient pu être provoqués par tant d’instabilité, je me suis mis en contact avec les services sociaux pour mettre en place un suivi psychologique mesuré. Actuellement je m’organise juridiquement pour accéder à l’autorité parentale exclusive. La mère de mon enfant s’étant finalement expatriée en Australie (elle avait préparé son coup) avec sa compagne actuelle, je redoute tout de même qu’elle puisse en réclamer l’autorité et par cela encore bouleverser l’environnement affectif d’E. Étant débordé par les diverses démarches administratives j’ai fait appel aux grands parents maternels d’E. qui se sentent trahis par leur fille, dévastés par l’abandon de leur petit fils qu’ils aiment tant.

Depuis, nous tentons de reconstruire un semblant de cadre pour mon fils, qui vient de rentrer à l’école et qui semble malgré tout disposer de grandes ressources pour surmonter cette épreuve.

Si je vous ai adressé ce témoignage, ce n’est pas pour me faire plaindre, c’est pour attester qu’il existe actuellement une vraie manipulation de l’opinion publique concernant le mariage et l’adoption pour tous. Les procédés utilisés pour faire admettre au plus grand nombre que la légitimité de leurs questions n’est au fond que la preuve de leur intolérance sont absolument indignes. J’ai pu au cours de ces dernières années, voir sous mes yeux de nombreuses familles exploser en réaction aux exigences de leur propres enfants se déclarant homos, qui jusque-là dans l’ensemble étaient assez bien acceptés par celles-ci.

En effet, on accuse l’ensemble des gens qui se prononcent contre ces lois d’être sans cœur, on use de sentimentalisme exacerbé, de reductio ad hitlerum et toutes sortes d’insultes à l’intelligence de nos compatriotes, alors que pour les ultra-minorités qui exigent ces lois, aucune justification n’est demandée quand ceux-ci forcent volontairement le trait de la provocation. Mme Fourest et M. Bergé sont des agents provocateurs, ils agissent pour pousser la majorité jusque-là pacifique à céder face à leurs insultes.

Pour avoir très largement fréquenté le milieu homo quand j’exerçais dans la restauration et le milieu de la nuit, on ne me fera pas croire que ces personnes représentent un exemple de tolérance pour tous, bien au contraire, je n’ai jamais assisté à autant de veulerie, de racisme, de bêtise, d’auto-satisfaction, de vulgarité, d’inconséquence qu’en compagnie de la plupart de ces personnes. L’affirmation de leur différence se manifeste principalement par la démonstration du mépris de l’autre. Comme la plupart des Français, j’en ai marre de devoir subir les injonctions de personnes qui en plus m’accusent d’une intolérance qu’ils arborent sans que personne dans les médias ne leur fasse remarquer.

Loin de moi l’idée d’essentialiser la « communauté » homo, qui n’en est d’ailleurs pas une ; je tiens à dire qu’une majorité de ceux-ci se moquent éperdument de ces fameuses lois si chères aux lobbies divers, qui ne représentent qu’eux-mêmes. Le jeune Xavier Bongibault a raison, son action au sein de la « Manif pour Tous » est tout à fait louable et honnête, preuve en sont les insultes qu’il subit des représentants de sa soi-disant communauté.

Pour en revenir à l’avenir de mon enfant, malgré le choix de vie qu’a fait sa mère, je souhaite la voir revenir vers lui, car rien ne justifie après avoir été élevé pendant trois ans par elle qu’il doive subir son absence. Par la démarche de compréhension du contexte qu’il l’a amené à faire ces multiples revirements de personnalité, je me suis détaché de toute velléité à son encontre.

J’ai compris que ce choix de vie pouvait être aussi la conséquence d’une véritable absence de but dans la vie, d’absence d’intérêt pour des choses simples qui jusque-là constituaient le ciment de nos sociétés. La plupart des jeunes et moins jeunes qui font ce choix et qui reprochent ensuite à leurs parents de ne pas être suffisamment modernes dans leur acceptation de leurs mœurs, psychologiquement modelés pour être de serviles consommateurs, n’ont aucun doute sur la légitimité et l’urgence de leur action. Dans le même temps, les guerres, commanditées par ceux-là même qui promettent l’égalité sans combattre une seconde l’injustice sociale, ne les émeuvent pas une seconde. Tout cela me fait honte.

Adrien L.

Rebondir sur le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi :

15 juin
Courrier des lecteurs
Un artisan contre l’injustice fiscale
8
18 mai
Courrier des lecteurs
À propos d’Alain Soral et de l’anti-électoralisme
38
3 mai
Courrier des lecteurs
Comme un navire au milieu de la tempête, restez ce capitaine imperturbable
7
12 avril
Courrier des lecteurs
Le salut de la France
24
6 avril
Courrier des lecteurs
Je vous écris d’Algérie...
37
17 mars
Courriers des lecteurs
46
5 mars
Courriers des lecteurs
Certains hommes sont de la race des lions
8
Novembre 2018
Courriers des lecteurs
"Grâce à vous je suis certain de ne pas mourir idiot"
32
Octobre 2018
Courrier des lecteurs
27
Octobre 2018
Courrier des lecteurs
Monsieur Soral, vous êtes l’un des derniers résistants français, qui se bat contre le véritable ennemi !
17
Septembre 2018
Courrier des lecteurs
30
Septembre 2018
Courrier des lecteurs
J’ai été antifasciste mais ce temps est révolu
15
Août 2018
Courrier des lecteurs
Alain, vous êtes un penseur, eux ne sont que des youtubeurs
12
Juillet 2018
Courrier des lecteurs
Vous m’avez rendu ma liberté de penser
16
Juin 2018
Courrier des lecteurs
Des contes yiddish pour des écoliers français
44
Mai 2018
Courrier des lecteurs
7
Avril 2018
Courrier des lecteurs
Vous êtes un pare-feu indispensable contre l’injustice
2
Février 2018
Courrier des lecteurs
38
Janvier 2018
Courrier des lecteurs
Le courage contre la tyrannie mondialiste
4
Décembre 2017
Courrier des lecteurs
Ne lâchez surtout rien, le peuple vous soutient
17
Décembre 2017
Courrier des lecteurs
Unir en soi gauche du travail et droite des valeurs
54
Novembre 2017
Courrier des lecteurs
"Elle vit où Marine Le Pen ? À Neuilly, Auteuil, Passy ?"
23
Novembre 2017
Courrier des lecteurs
Un jeune homme en colère contre le néoféminisme
10
Novembre 2017
Courriers des lecteurs
Poursuivez votre œuvre et votre combat aussi nobles que dangereux
3
Septembre 2017
Courrier des lecteurs
Égypte – Une enfance dans la rue
10
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #328250
    le 11/02/2013 par Thémistoclès
    Courrier des lecteurs

    Ce témoignage témoigne à la fois d’une grande élévation d’esprit et d’un renoncement à certaines choses de ce monde. Ceci mérite un profond respect.
    C’est tout le contraire des déclarations aussi convenues que puériles d’un Bergé ou d’une Fourest.
    Evidemment, il n’est pas raisonnable de généraliser, mais dans l’égoïsme du "jouir à tout prix et sans entraves", il n’est pas possible d’envisager une éducation "normale" pour des enfants ; il est même certain que la pré-adolescence en sera longuement saccagée.


  • #328269
    le 11/02/2013 par you
    Courrier des lecteurs

    Perso, avec tout le respect que je dois à Adrien L. pour son témoignage, je ne vois pas en quoi cette histoire vient renforcer les arguments contre le mariage pour tous.

    C’est une situation familiale qu’il aurait pu vivre même si son ex-compagne n’avait pas été lesbienne mais que tout simplement elle s’était remise avec un ancien petit-ami ou fiancé qu’elle n’aurait pas vraiment oublié et avec qui elle se serait promis quelques temps auparavant de s’enfuir en Australie. L’enfant en aurait été tout autant malmené, et les grands-parents se seraient sentis tout autant trahis par leur fille. Une mère qui abandonne son enfant pour fuir avec un ex et espérer vivre l’aventure, malheureusement ça existe dans tous les types de couples, et ça existe bien plus qu’on ne le pense.

    La démonstration n’est pas viable.

    Par contre, ouvrir le mariage et l’adption plenière à tous, s’en suivant la PMA et la GPA avec les dérives d’achat/vente d’enfants et autres dérives pédophiles qui seront démultipliées. Déjà quand on découvre avec horreur des parents qui vendent le corps de leurs enfants et en abusent eux-mêmes, qu’en sera-t-il quand des adultes auront à leur disposition des enfants qu’ils n’ont pas eux-mêmes mis au monde ?

    Ou bien, j’ai une idée. On ouvre le mariage et tout ce qui s’en suit pour tous. Par contre, on rétablit la peine de mort pour les pédophiles. Et dès qu’on attrape un pédophile homme/femme qu’il soit hétéro ou homo, on lui coupe la tête. Pas touche aux enfants !!!

     

    • #328335
      le 11/02/2013 par nananana
      Courrier des lecteurs

      Ce que cet homme met en avant c’est l’égoïsme dont font preuve les homos dans leurs choix de vie. Voir ca dans un couple hétéro semble plus rare. Bien entendu il ne faut pas généraliser, pourtant j’ai connu une fille qui a fait un gosse avec son copain, puis elle l’a largué pour une nana et a décidé de reprendre ses etudes. Elle a donc tout naturellement laissé le père s’en occuper pendant 3 ans et un beau jour elle a décidé de reprendre son fils et d’aller vivre à 400 km du papa. Ca se passerait aussi chez les heteros certes, mais cet enfant (qui a 5 ans maintenant) qui ne voit son père que pendant les vacances à fondu en larmes quand il a appris qu’il ne pourrait jamais mettre de robe rose. Hé oui , à force de vivre avec des nanas uniquement, ca aide pas a se construire !!


    • #328422
      le 11/02/2013 par ojomvas
      Courrier des lecteurs

      Tout à fait d’accord.
      J’ajouterai que le problème pointé ici est plus profond.C’est l’égoisme exacerbé, et l’immaturité totale ainsi qu’un mal être profond qui est en cause ici, et la source de tout ceci a déjà à voir avec l’éducation.

      Or les moeurs en matière d’éducation en France c’est devenu n’importe quoi, la faute à notre environnement, nos médias, qui nous façonnent à être ’tolérant’ y compris vis à vis des enfants, et à les considérer comme égaux.
      Et un enfant par définition n’a pas la capacité à la responsabilité, à se discipliner, à être raisonnable, il doit être guidé intelligemment par ses parents. Faute de quoi il resterai à jamais incapable de se contraindre, de faire des choix, de prendre une direction, et restera irresponsable sans principe sinon les messages médiatiques répétées sataniques, du je fais ce que je veux quand je veux.
      A ce niveau il est vrai que le la communauté ’gay’ ou ce qu’elle représente est en pointe dans la jouissance immédiate. Mais c’est un fer de lance pour un mal qui touche toutes les couches de la société. Et c’est ensuite un cercle vicieux, les enfants mal éduqués feront des irresponsables, qui eux-même n’éduqueront pas leurs enfants, et ainsi de suite. Peu à peu c’est notre société que nous tuons, puisque ces gosses là finiront par être antisociaux, ou se suicider.

      Je finirais en disant que si nous partageons tous ici sur ce site une compréhension sérieuse du monde, et s’il arrive que nous nous sentions impuissant et désemparé vis à vis de ce qu’il s’y passe, il est un acte indispensable et éminemment subversif qui est à notre portée, c’est celui d’éduquer nos enfants, de leurs donner des valeurs, repères, de leur apprendre que leurs actes ont des conséquences, de leur apprendre la responsabilité et d’en faire plus tard des adultes sains biens dans leur peau et sages, dignes et responsables.


    • #328553
      le 12/02/2013 par nanouchka
      Courrier des lecteurs

      A mon humble avis, ces fameux problemes de vivre vite, d’etre égocentrique et irresponsable est plus une question de génération que d’orientation sexuelle, meme si je vous l’accord cela joue. Je connais d’ailleurs un gay, extrêmement égocentrique, qui méprise un peu tout le monde, et qui se sent très très mal dans sa peau.

      M’enfin, pour en revenir au début. Je connais nombre de famille dirigé par des parents véritablement irresponsables et égocentriques, et ils sont tous de la même tranche d’age, de la même génération post 68. Ils ont tous entre 40 et 50 ans maintenant. Ils recherchent la jeunesse éternelle, evite les responsabilités quel qu’elles soient, ont des enfants mais ne les éduquent pas, leur enfants sont d’ailleurs pour la plupart en échec scolaire, parfois délinquant et souvent insolent et tout aussi égocentrique que leur parents, en total manque d’attention. Je dis bien pour la plupart car j’en connais quand meme 2 qui arrive malgres tout a garder la tete hors de l’eau..

      Enfin tout ca pour dire que je pense que c’est surtout une des nombreuses conséquences néfastes de mai 68 sur les générations qui ont suivies. L’égocentrisme, la jeunesse "éternelle" (par jeunesse j’entend insouciance, plaisir de l’instant, oublie du futur) et donc l’irresponsabilité qui va avec. Si je me permet de mettre mon grain de sel c’est parce que moi aussi j’ai vécu une situation similaire, sans aucun rapport avec des homosexuels.


    • #328844
      le 12/02/2013 par Mimile
      Courrier des lecteurs

      L égoïsme dont il est question concerne celui de pouvoir jouir sans entrave de sa propre carcasse indépendamment du fait qu’elle est avant tout destinée à servir de cadre pour faire perdurer le genre humain. L’impatience générée par le désir de jouissance narcissique est la porte ouverte aux actes les plus irresponsables envers les siens .


    • #329113
      le 12/02/2013 par Atome
      Courrier des lecteurs

      D’accord avec le poste initial. L’orientation sexuelle n’y est pour rien dans cette situation.


  • #328280
    le 11/02/2013 par pandanlagl
    Courrier des lecteurs

    Magnifique témoignage qui confirme mes sentiments profonds à l’égard de ces communautaristes extrémistes.
    Il est temps de procéder à la défourestation de nos vies !
    Cette femme et ses amis bon teint sont dangereux pour la société française.
    Pascal Boniface avait vu juste à son sujet.


  • #328378
    le 11/02/2013 par MagnaVeritas
    Courrier des lecteurs

    Morale de l’histoire : ne pas faire d’enfant avec une gouine.

     

    • #328442
      le 11/02/2013 par Matthieu01
      Courrier des lecteurs

      L’éternel retour du concret, comme disait l’autre !


  • #328458
    le 11/02/2013 par Barry Mills
    Courrier des lecteurs

    Vu aujourd’hui à Paris rue La Fayette, vers Gare du Nord, ce graffiti :
    "Chacun pour soi, c’est le diable pour tous".
    Et je remarque de plus en plus de caprices de gamins... il m’arrive même parfois de me moquer d’eux ouvertement, les parents sont alors gênés, ou encore plus dépassés.
    Et toujours cet infantilisation de tout le monde à travers la pub...
    D’accord sur le milieu homo, milieu de la nuit, etc... J’ai un copain homo qui a 46 ans et pas d’argent sur Paris, c’est mal barré pour lui.


  • #328477
    le 11/02/2013 par kafrine
    Courrier des lecteurs

    Je confirme, je connais quelques gays, et je peux affirmer, en toute objectivité, qu’ils mènent une vie de bâton de chaise. Les trois-quarts sont dépravés ou tordus d’esprit et je ne leur confierai jamais un enfant.

     

    • #333192
      le 17/02/2013 par freaks
      Courrier des lecteurs

      Et moi je peux vous répliquer qu’aucun des "gays" que je connais ne vont partouzer en boîte ou se tiennent mal ou sont intolérants... La plupart vivent une banale vie de couple avec ses aléas. Ce genre d’argument peut se décliner et se contrer à l’infini. C’est l’impact de l’homoparentalité (assurément négatif à tous les niveaux) sur la société qui doit être discuté car c’est sur ce terrain qu’on clouera le bec à ceux qui nous enfument.


  • #328496
    le 11/02/2013 par yael
    Courrier des lecteurs

    c’est une situation banale aujourd’hui : tout le monde fait des gosses ; un enfant est un accessoire pour beaucoup de parents et objet de narcissisme : quand c’est petit c’est mignon et après ????
    triste société...
    pourquoi les enfants des divorcés et des familles monoparentales réclament le mariage pour tous ? C’est un affront à leurs parents qui ne se sont pas occupés d’eux et les défient en leur disant : on va faire mieux que vous..voilà pourquoi on en arrive là ...

     

    • #328989
      le 12/02/2013 par Xx
      Courrier des lecteurs

      Votre message est tout ce qu’il y a de plus stupide.
      Je pense ne pas être le seul contre le mariage pour "tous", tout en étant enfant de parents hétérosexuels divorcés.
      La sociologie de comptoir, tout comme les amalgames n’ont pas leur place dans un débat comme celui.


    • #329398
      le 12/02/2013 par yael
      Courrier des lecteurs

      à XX,
      écoutez ceux qui défendent le mariage et l’adoption pour tous, comme Caroline Fourest et CO, ils disent précisément ce que j’ai écrit, c’est pour cela que j’ai repris cet argument car dans leur esprit, c’est l’opération qu’ils font : les enfants de couples hétéros ne sont pas mieux élevés et se confrontent à pas mal de dégâts : divorces, etc. donc nous homos, c’est réfléchi, voulu donc on s’en occupera mieux...

      Pour comprendre le débat, il faut oser entendre les arguments d’en face..
      et votre cas n’est pas une généralité de pensée, on est beaucoup à être enfants de divorcés !
      ce qui est intéressant pour tout débat, c’est ce qu’ils inventent comme argument pour défendre leur cause ...
      à bon entendeur


  • #328512
    le 11/02/2013 par Rik
    Courrier des lecteurs

    Merci pour ce témoignage.
    Il est clair que la communauté homo est particulièrement festive, mais trop impliquée dans les toxicomanies.
    Facile de banaliser les troubles psychologiques et d’affirmer un égalitarisme inconséquent.


  • #328564
    le 12/02/2013 par goy pride
    Courrier des lecteurs

    Je crois que c’est assez emblématique de cette époque ces raclures ne ressentant aucun attachement pour leur progéniture. J’irai même jusqu’à affirmer que c’est le signe d’une pathologie mentale, une aberration comportementale signe de cette époque dont le mot d’ordre est la jouissance sans entraves. Mais quelle jouissance ? Tout ces gens sont dépressifs, aigris, agressifs, drogués... !
    Pauvre gosse !

     

    • #330835
      le 13/02/2013 par Sky25
      Courrier des lecteurs

      Allons, allons... Ne désespérons pas ! Certes, de nos jours, on essaie de nous faire croire (ou de nous vendre, littéralement ?) que la liberté complète des mœurs est l’avenir du monde !

      "Libérez-vous de toute entrave et célébrez l’avènement des pulsions animales qui sommeillaient en vous !"

      Mais il y a des gens comme vous et moi. Des gens qui ont des valeurs, qui aiment leur descendance, leur sang, leur famille. Des gens qui aiment la vie, les bonnes mœurs et l’intelligence sociale. Des gens qui savent quels dons précieux la vie "contraignante" qu’on veut nous obliger à "libérer" peut nous offrir, tout simplement. Le sourire d’un enfant, son premier rire, ses petits pas sur le sol, son regard si plein d’amour quand il vous voit venir à lui... Et ce n’est que le début ! D’autres plaisirs mille fois plus puissants et beaux que la jouissance sexuelle suivent l’évolution des enfants...

      Ceux qui ne sont pas conscients de ça, qui sont capables de se faire avorter parce que "c’est pas le moment", que c’est "une contrainte matérielle, ben oui, faut l’élever le gosse après !", ceux qui sont capables de laisser leurs gosses (sauf cas extrêmes des gamins laissés à l’orphelinat parce que vraiment pas d’autre choix), ces personnes-là sont à peine humaines : elles ont vendu leurs âmes, sans le savoir, à la société de consommation et du "moi je".

      Alors ne nous indignons pas, petit peuple de France. Agissons de notre côté. Inculquons les vraies valeurs à nos enfants. Signons des pétitions pour obtenir enfin un référendum et l’écoute de nos voix. Qu’enfin la majorité silencieuse, sans colère, sans haine, sans violence, se fasse entendre. C’est le meilleur avenir que l’on puisse souhaiter, pour tous ces gosses brisés, emportés par la spirale infernale du changement...

      Au passage, chose qui n’a rien à voir, "goy pride", j’adore !


    • #331451
      le 14/02/2013 par lecridupeuple
      Courrier des lecteurs

      @Sky25

      Je retrouve l’esprit et la verve de Marion Sigaut dans vos écrits. Je soupçonnerais presque le pseudo.


  • #328627
    le 12/02/2013 par brumel
    Courrier des lecteurs

    Tres bons article.
    Le plus curieux dans toute cette mascarade concernant le mariage homo et l’adoption d’enfant qui va avec...c’est que l’on nous a jamais montrer le témoignage de personnes adultes minimum trentenaire ou quadra avec un petit peu de recul sur leur vie pour nous raconter leur ressenti et comment ils ont vécus le fait d’avoir étaient élever par des parents
    homo.
    les défenseurs du mariage homo seraient surpris
    je connais trois personnes dans ce cas la et croyez moi ils ont de gros problème de relationnel (dépression, drogue , incapable d’avoir une stabilité émotionnel)
    Et surtout ils savent très bien d’où vient leurs traumatismes
    Mais ces gens la ont les invites pas sur les plateaux TV
    Sinon 100 % des français serait contre....mais surtout les plus grands escro, sont les thérapeutes témoignant de la non incidence de trouble chez les enfants élever par les couples homos...

     

    • #332810
      le 16/02/2013 par Tzeensh
      Courrier des lecteurs

      Curieux dites-vous ? Je ne vois pas ce qu’il y a de curieux.
      Mariage homo=Gauche
      Médias=Gauche
      Médias=Mariage homo


  • #328664
    le 12/02/2013 par icounil
    Courrier des lecteurs

    Cette "absence d’intérêt pour des choses simples qui jusque-là constituaient le ciment de nos sociétés."
    Tout est dit !
    Ceux qui veulent des enfants doivent pouvoir se stabiliser dans une vie simple et stable, dans un effort soutenu et durable pour construire leur famille. Et ils doivent évidemment y trouver du plaisir, il ne s’agit pas de jouer les aventuriers ou de se payer des petit "délires sur un coup de tête", comme peuvent le faire ceux qui ont décidé de vivre sans attache.
    Et en ce moment j’en sais quelque chose :-D


  • #328692
    le 12/02/2013 par wolvie
    Courrier des lecteurs

    Effectivement,il ne faut pas être de mauvaise foi:l’irresponsabilité n’est pas l’apanage des homos.
    Elle fait partie de la dotation humaine.
    Ce témoignage reprend à mes yeux la banderole qui disait,de mémoire"je veux des droits,pas ton avis" au sujet du mariage pour homos et de la pseudo filiation qu’il engendre,dans la mesure où,par sa tournure, elle affiche du mépris capricieux.
    Salutations de la part d’un père à un père qui place le bien être de son enfant avant tout.C’est là l’illustration de la prise en compte de la dimension sacrée de la vie et de l’innocence.
    Toute cette agitation -agaçante à la longue-autour du "mariage pour tous" a au moins le mérite de mettre en lumière la connaissance des besoins d’un enfant et les conséquences à y répondre,tant que faire ce peut,ou non.


  • #328780
    le 12/02/2013 par tout à fait thierry
    Courrier des lecteurs

    qu’il y ai ce genre de témoignages ou pas
    ça changera pas au fait que pour créer la vie il faut un mâle et une femelle
    l’anus c’est l’endroit de la défection rien ne se crée la dedans comme dirai le patron
    bref que de la merde au propre ou au figuré donc les homo en mal de paternité faudra peut être revoir comment l’humanité à survécu jusque la

    les homo représente pour moi la fin du monde plus il y en a et moins il y aurai de vie
    mais grâce au pourri de la médecine bingo les mère porteuse
    on monnaye la vie ou est l’éthique la dedans

    j’en profite au passage pour remercier tout ceux qui ont voté hollande et en particulier

    mes coreligionnaire ( musulman ) assumez vos actes et ne l’ouvrez pas ceux qui ont voté

     

    • #330872
      le 13/02/2013 par Sky25
      Courrier des lecteurs

      Je suis chrétienne et tiens à préciser qu’à mon humble avis, un peu toutes les religions ont voté pour Flamby, alors ne vous auto-flagellez pas, les médias s’en chargeront pour vous. De plus, qui nous dit que les votes ne sont pas manipulés (genre "tiens, 666 millions de votes pour 30 millions de votants ! Tout à fait normal ! Mais la loi Gayssot nous empêche de vérifier les chiffres !") ?

      Pour en revenir au sujet, quelqu’un de très proche de moi me dit souvent, ironiquement : "Il y a que les vrais hommes qui se font encu**r", ou "l’homosexualité est une maladie, il faut l’éradiquer" (pour le coup, un peu moins ironiquement !!). Sans être aussi radicale (on est femme ou on ne l’est pas !), je dirai qu’effectivement, l’apologie de l’homosexualité comme comportement normal est une déviance sociétale qu’il faut empêcher ! Un retour en arrière est préconisé, il faut agir, c’est urgent ! D’autant que pédophiles et autres maux se glissent dans la faille homosexuelle pour demander des droits ! A terme, sans pour autant détruire l’humanité (j’ai bon espoir que la nature, guidée par Dieu, ou Allah, peu importe son nom, reprenne ses droits), je crains que laisser l’homosexualité se répandre de cette façon (dans la sphère privée, laissons-les vivre tranquilles) est malsain et destructeur.

      Je ne sais pas si vous avez une formule spécifique, mais nous autres chrétiens, pendant la messe, nous avons un moment ou nous nous transmettons la "Paix du Christ", par une accolade, une poignée de main, un bisou, toujours accompagnés d’un sourire et d’un "la Paix du Christ" en réponse. Une façon de montrer que dans le partage de nos convictions, de notre Foi, nous sommes tous frères et sœurs.
      Je vous explique cette "tradition", si je puis dire, parce que j’aimerai vous tendre la main, selon cette formule.

      Frère musulman, dans la charité du Christ, donnons-nous un geste de Paix...

      ... Et unissons-nous contre les fléaux qui tentent d’abattre notre Nation.


  • #328816
    le 12/02/2013 par Shnek
    Courrier des lecteurs

    "Si je vous ai adressé ce témoignage, ce n’est pas pour me faire plaindre, c’est pour attester qu’il existe actuellement une vraie manipulation de l’opinion publique concernant le mariage et l’adoption pour tous. Les procédés utilisés pour faire admettre au plus grand nombre que la légitimité de leurs questions n’est au fond que la preuve de leur intolérance sont absolument indignes. J’ai pu au cours de ces dernières années, voir sous mes yeux de nombreuses familles exploser en réaction aux exigences de leur propres enfants se déclarant homos, qui jusque-là dans l’ensemble étaient assez bien acceptés par celles-ci."

    Aucun lien, hors-sujet...Je ne vois pas en quoi son histoire personnelle est liée à la question du mariage pour tous. Se positionner, ok, user de corrélations fumeuses qui vont à l’encontre de tout esprit critique, faut pas pousser.

     

    • #330846
      le 13/02/2013 par Sky25
      Courrier des lecteurs

      Permettez-moi de vous contredire, je trouve au contraire le lien très clairement établi, par l’auteur lui-même. Ce qu’il entendait par là, ce sont deux choses :

      - son cas n’est pas isolé, il a fréquenté visiblement pas mal le milieu
      - son histoire n’est que l’illustration de tout ce qu’on nous cache, tout ce qu’on trouve RÉELLEMENT dans la vie de tous les jours, et pas dans le monde des bisounours trash version médias.

      Je pense que cette personne introduit son témoignage de cette façon parce que c’est son indignation face aux arguments fallacieux (type "non mais un couple homo peut aussi bien élever son enfant qu’un couple hétéro, même mieux, regardez ceux qui battent leurs enfants ! c’est pas des parents indignes, ça ?") qui l’a poussé à écrire. Le rapport est très clair, et au contraire, je trouve qu’il n’est absolument pas hors-sujet. Je vous laisse en décider par vous-même...


  • #328869
    le 12/02/2013 par Yannick
    Courrier des lecteurs

    Ce que je retiens, surtout, de ce témoignage, c’est qu’il interroge sur le rapport que peuvent avoir des adultes sur des enfants qui, bien qu’étant désigné constitutionnellement comme les leurs, ne sont pas les fruits de rapports naturels de conception.
    Très certainement, si l’enfant en question avait été une fille, sa mère lesbienne ne l’aurait pas abandonné car elle se serait plus identifié à sa fille, et sa compagne aurait pu avoir le même reflex. Ici, le garçon ne la ramenait pas à elle mais au père qu’elle n’aimait pas. Je suppose que cette attitude chez un parent homo doit être plus ou moins marqué en fonction du mépris éprouvé envers les hétéros, quand il y en a.
    Cela me fait aussi penser à tous ces gens qui décident de prendre un animal domestique et qui ensuite se rendent compte des contraintes que cela engendrent et l’abandonnent ou bien finissent par le maltraiter.
    Evidemment, il s’agit pas de penser que toutes les personnes homosexuelles ne pourraient pas faire des parents aimants mais dans l’ensemble, quelle serait la conséquence sur la société si ce droit, cette nouvelle règle, entrait dans les moeurs ? Quel regard sur l’enfant ? Et quel regard l’enfant puis l’adulte aura sur ses congénères et sur la société ?
    Sur le long terme, ces nouvelles règles auraient aussi des conséquences sur le regard que portent aussi les couples hétéros sur leurs enfants.


  • #329480
    le 12/02/2013 par numanumaye
    Courrier des lecteurs

    C’est toujours riche un témoignage ; entrevoir l’universel par le particulier...


  • #331370
    le 14/02/2013 par Les épitres de saint Pierre
    Courrier des lecteurs

    Bonjour.Heureusement que toutes les mères ne sont pas toutes comme cette mère indigne.Ce monsieur devrait demander à Jésus-Christ de lui trouver une bonne épouse normale pour l’aider à élever son enfant.Salut !


  • #331401
    le 14/02/2013 par Les épitres de saint Pierre
    Courrier des lecteurs

    Les députés français veulent changer les lois de la nature,mais la nature est plus forte qu’eux et que tout. Un couple c’est un homme avec une femme,s’ils sont mariés ils forment un seul être,c’est Dieu qui l’a dit dans le Nouveau Testament notre livre sacré et saint. Mais les impies ne croient pas en Dieu, donc ils pensent que ce sont eux les dieux qui décident de tout, pour tout le monde, et qui imposent leur volonté mauvaise et leurs lois immondes à tous,ce sont des tyrans.Mais je me moque de leurs lois scélérates de jeunes et de vieux pervers libidineux,ils mourront et ils iront en enfer,et leurs lois abominables et intolérables,seront détruites aussi.Une paire d’homosexuels ce n’est pas un couple,ce sont deux hommes perdus,ils veulent nous faire croire que c’est un couple normal homme-femme,mais c’est faux, ce sont des menteurs. Deux gouines qui sont ensemble,si une est enceinte,l’autre n’est pas le père,et elle ne sera jamais le père,car elle ne produira jamais de spermatozoïde.La nature est vraie et elle aime la vérité.Elles ne seront pas deux mamans non plus, car une seule sera enceinte,et portera ce bébé,et pas l’autre. Donc il faut faire taire ces homosexuels et leurs amis menteurs diaboliques qui mentent pour cacher la merde,pour enjoliver ce qui est sordide et moche.Les politiciens pourris ne sont pas immortels,ils pourriront dans leurs tombes un jour,on ne se souviendra plus d’eux,qui se soucie de Caligula en 2013 ? Salut


  • #332135
    le 15/02/2013 par Diji17
    Courrier des lecteurs

    Trois premières années auprès de sa mère, il me semble que c’est la période au bout de laquelle un petit spartiate était éloigné de sa génitrice pour recevoir son éducation de futur guerrier.

    Courage camarade, la Providence veut peut-être se former un général (un vrai, n’est-ce pas président !) !

    Merci pour ton témoignage.


  • #335221
    le 19/02/2013 par gérald
    Courrier des lecteurs

    Ce que nous apprenons avec cet article :

    - Tous les humains sont faillibles (hétéro, bi ou homo)
    - Tous les parents peuvent fuir un moment ou à un autre leurs responsabilités (hétéro, bi ou homo)
    - L’intolérance est partout

    Bref, rien de nouveau sous le soleil, nous sommes tous uniques et tous les mêmes.


  • #335324
    le 19/02/2013 par amélie
    Courrier des lecteurs

    Cette histoire est très triste mais il faut garder son calme.
    C’est scandaleux d’écrire, par exemple :



    bien au contraire, je n’ai jamais assisté à autant de veulerie, de racisme, de bêtise, d’auto-satisfaction, de vulgarité, d’inconséquence qu’en compagnie de la plupart de ces personnes. L’affirmation de leur différence se manifeste principalement par la démonstration du mépris de l’autre.



    Il y a des cons partout et ces défauts ne viennent pas avec l’attirance pour quelqu’un du même sexe dans la panoplie du parfait homosexuel.
    Je fréquente moi-même un certain milieu gay (je suis une femme hétérosexuelle) depuis de nombreuses années et ce sont des gens tout ce qu’il y a de plus normal. Ils sont curieux, drôles, intéressants et cultivés et parfois moins drôles, cons, intolérants et stupides.
    Ils se fichent du mariage pour tous tout comme de plus en plus de couples hétéros se voient très bien passer leur vie ensemble sans nécessairement passer par cette union.
    Bref, je pense que ces assertions ne vous rendent pas service, c’est intellectuellement peu honnête.


Afficher les commentaires suivants