Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Courrier des lecteurs

Soutien d’un Français libre

Cher Monsieur Soral,

Des tomates farcies délicieuses (préparées par ma femme), du roquefort, une belle soirée d’été et les quelques verres de rouge de mon beau-père sembleraient m’inspirer et me pousser à vous écrire.

Ceci est un modeste témoignage ainsi qu’un remerciement.

Je viens de fêter mes 34 ans. Je suis un simple Goy blanc (la majuscule car j’en suis fier), un quidam. Je suis le croisement de deux familles totalement opposées. D’un côté, des militaires, de l’autre, des paysans.

Enfant, j’ai donc fait face à la rigueur de l’armée et à la douceur de la campagne, le tout dans des principes catholiques, et j’admirais profondément mes deux origines.

Adolescent, mes parents me rêvaient dans une carrière « à l’international », parlant plusieurs langues, voyageant sans arrêt, pour eux, pour leur génération (je ne peux leur en vouloir), l’avenir était là. Cependant, au fond de moi, j’étais perdu. Je ne comprenais pas ce qu’ils essayaient de m’inculquer. Voyager ? C’est un travail ? Parler plusieurs langues ? C’est un travail ? Ça ne correspondait pas du tout à l’idée que je me faisais de l’avenir, de la vie d’une manière générale.

J’ai 18 ans, Jean-Marie Le Pen est au second tour des élections présidentielles, je regarde mon lycée, les infos, le monde autour de moi me paraît fou, les élèves sèchent les cours pour organiser des « sittings », des débats à ciel ouvert, des manifs... Ma réflexion d’alors : « Des gens ont voté pour ce mec, bordel, vous avez le droit de ne pas être d’accord avec lui, mais arrêtez de réagir comme des connards ! C’est le principe de cette démocratie ! Merde, quand même ! » Inutile de préciser que je n’ai participé à aucun de leurs attroupements. Au fond de moi, je sentais que quelque chose ne tournait pas rond.

Jeune adulte, je ne parle pas suffisamment de langues et j’ai peur de l’avion. Les sorties et le besoin de conquérir des femmes me poussent à démarrer une petite carrière dans le tertiaire (je gagne des ronds et ça paraît bien en société, mes parents sont rassurés), au milieu d’un tas de poules, j’étais le plus beau coq, je chérissais tous les gadgets de la société moderne, j’ai joui plus qu’à mon tour, je me suis endetté plus qu’à ma mesure. Un beau jour, un nouveau chef arrive dans le service : une vilaine connasse quadragénaire mal baisée. Ma grande gueule de grand coq ne lui revenait pas, ou peut-être aurais-je dû coucher... Mais sauter un boudin pour garder ma petite place ne m’inspirait guère, d’autant que j’arrivais au bout d’un cycle, je jouissais de moins en moins, je me lassais de cette vie, sans savoir pour autant quoi faire d’autre.

2008. Chômage. Quel bonheur de ne plus avoir à se réveiller tous les jours à la même heure... Je lis, je glande, je fréquente les bistrots moins chics, je recroise un de mes meilleurs amis d’enfance, ensemble, nous écrivons, nous nous lançons dans de sérieux projets artistiques (qui n’aboutiront pas après plusieurs années de travail et de démarches, nous sommes arrivés très près, mais nous avons alors compris qui, comment, pourquoi), je paye mes dettes, je rencontre ma femme, je gagne mon procès aux prud’hommes. Et je vous rencontre, vous. La vidéo où vous réglez son compte à la factrice à bajoues, l’invitant sur un ring. J’ai ensuite dévoré vos vidéos, j’ai lu. Grâce à vous j’ai découvert Piero San Giorgio, Thierry Casasnovas, Étienne Chouard, Marion Sigaut... et tant d’autres... Et j’ai finalement retrouvé le sens.

Voilà maintenant un an que je vis dans un petit village, à la campagne, ma femme et moi avons investi une vieille ferme familiale dont personne ne voulait plus s’occuper. Je suis une sorte de « mix » entre Piero San Giorgio (pour la rigueur) et Étienne Chouard (pour la douceur)... Un paysan éveillé en somme. Nous faisons pousser nos légumes (les tomates de l’intro, je les ai fait naître), nous tuons nos propres volailles et lapins, des après-midi à lire, à bricoler, couper du bois, préparer la terre, aider le voisin, pêcher, préparer les conserves pour l’hiver, les confitures... Dans peu de temps mon ami (évoqué plus haut) s’installe dans une autre ferme du village avec sa compagne.

Je vis aussi libre que la France d’aujourd’hui me le permet. Je suis un Homme debout, droit dans mes bottes, fier de ses origines, j’ai une carabine et un potager, finalement l’enfant que j’étais ne cracherait sûrement pas au visage de l’adulte que je suis devenu.

Monsieur Soral, je pense que vous avez quelques vilains défauts, je ne vous vénère pas, je ne suis pas un « soralien ». Cependant, je vous dis Merci, vous m’avez remis sur la voie, au plaisir de vous croiser « là haut » pour discuter, car ici-bas nous avons vous et moi d’autres chats à fouetter. En attendant, portez-vous bien, gardez le cap, vous faites partie de l’Histoire.

Amicalement,

I.

Voir aussi :

11 novembre
Courrier des lecteurs
Un jeune homme en colère contre le néoféminisme
10
2 novembre
Courriers des lecteurs
Poursuivez votre œuvre et votre combat aussi nobles que dangereux
3
30 septembre
Courrier des lecteurs
Égypte – Une enfance dans la rue
10
16 septembre
Courrier des lecteurs
De la théorie soralienne à la pratique quotidienne
10
28 août
Courrier des lecteurs
Soutien d’un handicapé
8
12 août
Courrier des lecteurs
Vous êtes un rebelle
11
29 juillet
Courrier des lecteurs
Le Socrate de notre génération
6
30 juin
Courrier des lecteurs
Après les jeux vidéo, la lecture
8
28 mai
Courrier des lecteurs
Soutien d’un "gitan français"
7
19 mai
Courrier des lecteurs
"La France tombera très bas mais se relèvera très haut"
7
10 mai
Courrier des lecteurs
Soral Président !
9
8 mai
Courrier des lecteurs
Un musulman : "J’ai voté pour Marine au premier tour, pas au second"
162
5 mai
Courrier des lecteurs
Soutien d’un juif du quotidien à Alain Soral et Marine Le Pen
17
2 mai
Courrier des lecteurs
Je suis français musulman et je vote Marine
9
29 avril
Courrier des lecteurs
"Je préfère une France proche de Le Pen et Mélenchon qu’une France où l’argent est roi"
24
27 avril
Courrier des lecteurs
"Marine Le Pen doit tendre la main aux musulmans"
116
22 avril
Courrier des lecteurs
Les catholiques avec Alain Soral
11
14 avril
Courrier des lecteurs
Soutiens de France et de Navarre !
4
24 mars
Courrier des lecteurs
Lettre d’un "éloigné du piège SOS Racisme"
5
16 mars
Courrier des lecteurs
Trois remerciements complémentaires
11
10 mars
Courrier des lecteurs
Le Théâtre de la Main d’Or, épicentre de la résistance française
8
3 mars
Courrier des lecteurs
Lettre d’un Corse né en Corse de parents corses
15
25 février
Courrier des lecteurs
Un soutien franc et enthousiaste
16
21 février
Courrier des lecteurs
Lettre d’un éducateur belge
7
1er février
Courrier des lecteurs
Quand Facebook désactive certains comptes...
13

Comprendre et se libérer, avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1787708
    le 21/08/2017 par Mort de rire
    Courrier des lecteurs

    Personnellement les réactions au second tour de 2002 m’avaient beaucoup étonnées, j’étais encore un enfant à l’époque et je ne comprenais pas pourquoi il y avait eu un tel cinéma à cause de la candidature d’une personne à des élections...

    Rétrospectivement c’est assez drôle de se rappeler de ces manifestations "contre la haine" où l’on aperçoit des foules haineuses beuglant je ne sais quoi pour des raisons obscures.


  • #1787823
    le 21/08/2017 par Phil29
    Courrier des lecteurs

    Très très beau témoignage ! Perdu dans la consommation, et peu à peu, un retour aux saines valeurs : la fidélité, la pierre, et la terre.
    Et c’est marrant de constater à quel point la présidentielle de 2002, et son cirque à l’issu du premier tour, a été un élément déclencheur pour bon nombre d’entre nous ; trop gros pour nous faire croire encore un peu à cette pseudo démocratie... Je n’étais pas allé voeré au second tour ; je n’ai jamais voté depuis.
    Moi aussi je dis merci au Président pour ses vidéos qui m’ont fait comprendre ce que je commençais à percevoir depuis quelques temps, et grâce à Kontre Kulture, fait découvrir des auteurs qui permettent de lire autre chose que la propagande de l’Empire.
    Merci du fond du cœur à ER et tous ses membres !!!


  • #1788046
    le 22/08/2017 par ohaitieaqui
    Courrier des lecteurs

    A l’élection de 2002, je n’avais pas voté Le Pen au premier tour, voyant le battage médiatique et les manifestations, je suis allé voter pour lui, entre parenthèses entre 2002 et 2017 , à tout point de vue le pays a périclité.


  • #1788055
    le 22/08/2017 par René Lundi
    Courrier des lecteurs

    Nous avons investi une vieille ferme familiale dont personne ne voulait plus...

    Cela veut dire quoi ?

    Occupation illégale de la propriété d’autrui ou héritage familial avec les terres attenantes incluses ?

    Merci de répondre, parce que dans le premier cas je sais faire, mais bon, il y a des chances de voir se rappliquer la maréchaussée...
    ... Et dans le second cas, je ne sais pas comment on pratique, vous pourriez m’expliquer ? Merci !

    R.L

     

    • #1788202
      le 22/08/2017 par l’auteur de la lettre
      Courrier des lecteurs

      à René Lundi :

      "A l’ancienne" : hébergement à titre gracieux avec promesse d’héritage sous condition d’entretien de la maison. Cela se passait (tacitement) comme ça dans nos campagnes catholiques pendant des centaines d’années : pas de contrat, pas d’assurance, pas d’histoire d’argent (laissons ça aux marchands du temple). Juste le respect et la confiance en la parole donnée.
      C’est évidemment plus simple lorsque cela se passe en famille. Nous savons notre chance et faisons le maximum pour ne pas gâcher, par respect pour ceux qui n’ont pas la même.
      Cela dit, un petit tour sur "leboncoin" et l’on trouve des tas d’annonces de baraques perdues dans la campagne à acheter pour une bouchée de pain. Et pour un terrain à cultiver, les petits arrangements entre locaux existent (encore heureusement) de nos jours, quelques poulets à l’année en échange d’un hectare inutilisé par exemple.
      "comment on pratique" ? je ne comprends pas votre question.

      Cordialement


    • #1788245
      le 22/08/2017 par René Lundi
      Courrier des lecteurs

      Merci pour la réponse... et pour le tuyau.
      Cordialement
      RL


  • #1788062
    le 22/08/2017 par Giustizia
    Courrier des lecteurs

    Ce témoignage démontre une fois de plus que quelles que soient les origines, l’éducation, l’instruction, à chaque fois qu’on découvre Alain Soral et tous ceux décrits par ce témoin, la personne se recentre sur l’essentiel, s’instruit et devient plus simple, amenant son entourage proche à la suivre dans cette voie de la vraie vie. Donc oui, merci Alain Soral.


  • #1788129
    le 22/08/2017 par Christophe
    Courrier des lecteurs

    Ahhh la gueule de Jean Marie LE PEN au second tour en 2002, jouissif après coup, perso j’étais en cinquième au Collège et j’avais déjà l’intuition que nous vivons dans une dictature molle, malgré une éducation anti raciste et pro migrants...


  • #1788358
    le 23/08/2017 par amejidonc
    Courrier des lecteurs

    Cette plume est remarquable ! Qu’attendez-vous pour contourner le qui, le comment et le pourquoi ? Ah oui, occupé à vivre maintenant du coup ? Vos travaux passés interesseront peut-être Kontre Kulture ? En tout cas merci !


  • #1789596
    le 25/08/2017 par Ben
    Courrier des lecteurs

    Je viens de passer mes vacances au Maroc, c’est sympa, j’ai traversé l’Espagne, c’est beau. Mais dès que l’on entre en France, bon sang qu’est ce que nous avons un pays magnifique, les paysages, les villages, de l’eau partout.
    En arrivant chez ma mère qui vit dans un village mercredi 23 en pleine nuit, les candélabres sont éteint, nous avons eu le droit en plus à cette chose magnifique qui est la voie lactée, visible seulement dans ces contrées oubliées, un bonheur.


  • #1789613
    le 25/08/2017 par anonyme
    Courrier des lecteurs

    C’est admirablement bien écrit. ..Merci.