Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Géopolitique de l’eau : quels intérêts sert le mythe de la raréfaction ?

Par Aymeric Chauprade

Une conférence donnée à la Webster University (États-Unis) de Genève, le 8 février 2013, en introduction au Forum consacré au facteur de l’eau dans les relations internationales.

Quand Alexandre Vautravers m’a demandé de venir introduire ce colloque sur l’eau et la sécurité, j’avoue d’abord avoir eu une petite réticence, non parce que c’était Alexandre (c’est un esprit inclassable et libre), bien au contraire, mais parce qu’avec le temps j’ai appris à ne pas mettre d’eau dans mon vin, et donc pas d’eau… dans ma géopolitique !

Comme beaucoup, j’ai commencé avec les idées dominantes et à la mode sur ce thème, celles que l’on entend partout dans les colloques, les médias, et qui peuvent se résumer de manière simple : « La planète va manquer d’eau et les hommes se feront la guerre pour l’eau. » Mais vous savez comme le monde fonctionne : quand on ne sait pas grand-chose, on suit les idées dominantes, puis quand on travaille soi-même le sujet, on découvre des choses qui ne vont pas forcément dans le même sens. Parmi les nombreux livres que j’ai lus, il y a en un un que je vous recommande en particulier : Pour en finir avec les histoires d’eau, de Jean de Kervasdoué et Henri Voron.

Ce matin je vais encore nager à contre-courant et j’espère que mon intervention sera une introduction utile pour un colloque qui se veut exigeant, loin des modes, et libre dans ses conclusions. Mon but sera de rappeler quelques vérités hydrologiques qu’il faudra garder en tête durant cette journée.

Alors que l’on développe dans les opinions publiques cette idée que la raréfaction de l’eau sera le problème, il faut commencer par constater qu’aujourd’hui, et sans doute demain plus encore, c’est l’excès d’eau qui tue et tuera encore beaucoup plus que le manque d’eau.

La catastrophe écologique la plus meurtrière de ces 3 dernières années n’a pas été le tsunami de Fukushima, mais une inondation au Pakistan qui a tué plus de 20 000 personnes, en a déplacé des millions et noyé une surface représentant 40 % de la superficie de la France, soit 200 000 km².

Prenez le bassin versant de l’Indus qui mesure à lui seul 1 081 000 km² et qui a une longueur de 3 180 km. Son débit moyen annuel à l’embouchure est de 4000 m3/s soit 120 milliards de m3 par an. Le ruissellement intégral de 100 mm de pluies sur la moitié amont du bassin versant, à savoir 500 000 km², génère un volume d’eau de 50 milliards de m3 en quelques jours, soit la moitié de l’abondance brute annuelle moyenne. L’inondation catastrophique est inévitable et le débit de crue habituel au mois d’août peut alors être multiplié par 10 fois, de 4 000 m3/s à 40 000 m3/s. L’eau peut alors monter très haut et inonder des surfaces considérables.

Dans les gorges du Yangzi Jiang, l’ancien fleuve Bleu, en Chine, la hauteur des eaux a varié de plus de 60 m. Dans le Douro inférieur, au Portugal, en décembre 1909, les eaux ont monté de plus de 26 m au-dessus de l’étiage. En France, les niveaux records par rapport aux zéros des échelles officielles ont atteint, pour la Garonne 8,32 m à Toulouse et 11,70 à Agen, pour la Loire, 7,52 à Tours, pour la Seine 8,60 au pont d’Austerlitz à Paris, pour la Rhône, 8,3 à Avignon.

Mais cela est rien à côté du Mississipi qui, à l’aval de Cairo, a submergé en 1882, 9 millions d’ha soit plus que la surface de la Belgique et de la Hollande réunies.

Le Yangzi Jiang s’est répandu sur des étendues comparables en 1931 et 1954 et, en ces circonstances, aurait détruit les habitations de plus de 20 millions de personnes. Pour la seule crue de 1931, on aurait déploré plus de 100 000 morts.

L’eau est une ressource menaçante et il est en réalité plus facile de lutter contre la sécheresse que contre les inondations. Les crues sont soudaines et violentes et la sécheresse est lente et progressive. Les crues détruisent les habitations, les réserves de grain et de paille, les hommes et le bétail, alors qu’au pire la sécheresse les déplace.

Maintenant que j’ai rappelé cette réalité qui risque même de s’aggraver d’après les hydrologues, je voudrais maintenant donner quelques chiffres, là encore pour casser quelques mythes trop répandus.

Il y a trois grands réservoirs d’eau sur terre : la mer, la terre et l’air (l’atmosphère).

La mer est le réservoir de loin le plus volumineux : 1 338 millions de milliards de m3 (ou de tonnes d’eau). Cette mer qui est donc la principale source d’évaporation et donc de pluies.

Et puis il y a la terre, qui représente 48 millions de milliards de m3 ce qui représente 3,5 % de la masse de l’eau de mer.

Tordons ici le coup à quelques mythes à propos de la fonte de certains glaciers.

Il y a 33 millions de milliards de m3 immobilisés sous forme de glace sur Terre et gardez bien à l’esprit que sur ces 33, il y en a déjà 32,6 qui sont l’Antarctique et le Groenland et qui ne sont pas de la glace mais que l’on peut considérer comme une forme de roche en place depuis 15 millions d’années, dont la température moyenne est de - 70 °C et qui est très différente de la glace des glaciers alpins et Himalaya, lesquels ne représentent que 600 000 milliards de m3.

Oui ces glaciers continentaux reculent pour certains, du fait du réchauffement climatique observé depuis 1850 ; mais, pour autant, l’erreur souvent faite par le grand public est de croire que parce que certains glaciers reculent alors le volume d’eau disponible dans les fleuves à l’aval de ces glaciers baisse. C’est faux. Dans le cas du Rhône par exemple : on n’a observé aucune réduction du débit moyen depuis 150 ans.

Il est important d’avoir en tête que le stockage provisoire de l’eau dans un lac ou sous la forme d’un glacier ne change rien au cycle de l’eau.

Avec ou sans glacier, les montagnes du monde sont des châteaux d’eau. Même sans glaciers, toutes les montagnes stockent de l’eau pendant les périodes humides pour la restituer en périodes plus sèches. Il n’y a pas de glacier pour alimenter l’Amazone, le fleuve le plus puissant du monde, pas plus que l’Orénoque ou le Rio de la Plata en Argentine ; c’est aussi le cas du Nil, le fleuve le plus long du monde, du Congo, du Zambèze, des grandes fleuves sibériens, du Mississipi et du Saint-Laurent.

Donc revenons à nos 48 millions de milliards de m3 d’eau douce sur lesquels on retirera nos 33 de glace et il nous reste quand même 15 vrais millions de milliards de m3 d’eau douce (lacs, rivières, fleuves, nappes phréatiques, sols humides) ce qui fait quand même, pour 7 milliards d’être humains, un stock d’eau douce personnel de 2 millions de m3, sachant qu’un Français consomme en moyenne chaque année 100 m3, même s’il vit 100 ans, cela représente 10 000 m3 de consommation sur un potentiel de 2 millions, soit 0,5 %.

Il est important de rappeler ces chiffres car même si nous savons que les choses sont plus compliquées, cela nous amène à relativiser la trace humaine dans le cycle de l’eau, au niveau global (planétaire) et surtout à bien différencier le soi-disant problème global de l’eau des problèmes locaux liés à l’eau, problèmes que je ne veux surtout pas minorer.

Pour résumer ma philosophie sur le problème de l’eau : les problèmes sont locaux mais le mensonge est global.

Je continue sur les réservoirs. J’ai parlé de la mer, de la terre, n’oubliez pas le troisième réservoir, l’atmosphère, qui est le moins doté des trois réservoirs, 17 000 milliards de m3 sous forme de vapeur, de fines gouttelettes d’eau et de glace et qui forment les nuages.

Je passe les détails, mais le jeu entre ces trois réservoirs est ce que l’on appelle le cycle de l’eau, il est équilibré évidemment, ce qui fait que le niveau de la mer est constant.

Quant on a fait tous les calculs, en prenant en compte l’eau qui tombe, celle qui s’évapore, celle qui retourne à la mer par les fleuves, on arrive à ce que l’on appelle l’abondance brute mondiale, c’est-à-dire finalement la disponibilité pour l’Humanité, et elle est de 47 000 milliards de m3 par an, soit 6 700 m3 par an pour chacun des 7 milliards d’êtres humains. Ces 6 700 m3 sont une moyenne car pour un Français, la disponibilité est de 2 800 m3 par habitant et si je vous dis que ce que ce Français (c’est-à-dire lui-même mais aussi, ses industries, ses services…) consomme, c’est seulement 100 m3 par an sur ces 2 800 m3.

Là encore revenons aux réalités et tordons le cou aux fausses idées véhiculées par l’idéologie médiatique.

Il faut avoir en tête que les ménages, l’industrie, les services, les villes de toutes tailles rendent au milieu naturel pratiquement 100 % de l’eau qu’ils utilisent. L’eau ne fait que passer ; elle est retraitée ; donc ce qui est consommé ce n’est pas l’eau mais un service de distribution d’eau potable. Il ne faut pas confondre l’eau et le service de l’eau. Ce n’est pas la même chose.

La seule vraie consommation d’eau, celle qui ne retourne pas à la mer, c’est l’irrigation, car dans ce cas l’eau est alors évaporée et ne se retrouve pas à l’état liquide dans son bassin versant. Or tout le monde sait que l’irrigation constitue aujourd’hui une petite part dans l’agriculture mondiale.

Pourtant des contre-vérités sont sans cesse colportées. Prenons cette affirmation de Claude Allègre :

« Si tous les hommes de la planète consommaient autant d’eau des fleuves que les Européens, ce prélèvement constituerait la moitié du débit des fleuves en moyenne. Si en outre, la population mondiale augmentait de 50 %, passant à 9 milliards, et que le niveau de vie s’améliorait partout pour se mettre à niveau des Européens, alors l’homme prélèverait 80 % de l’eau des fleuves. »

De ces propos transparaissent, outre la sempiternelle culpabilisation de l’Européen, et l’idéologie malthusienne selon laquelle la croissance démographique est nécessairement un fléau, plusieurs erreurs scientifiques. Ils laissent d’abord croire que les fleuves sont les seules ressources en eau, ce qui n’est pas exact puisque 60 % de l’eau des continents tient aux nappes phréatiques. Ensuite, ces propos laissent penser que toute agriculture est irriguée, que l’élevage n’existe pas, que la hausse des niveaux de vie s’accompagne nécessairement d’une hausse parallèle des consommations d’eau. Or les consommations dans les fleuves français, sont faibles par rapport à leur débit (3 %) et ces prélèvements n’augmenteront pas car l’irrigation ne se développera que très marginalement. D’ailleurs, depuis une vingtaine d’années, les prélèvements domestiques d’eau baissent en France alors que le niveau de vie a doublé. Là encore je vous renvoie aux analyses remarquables de Jean de Kervasdoué et Henri Voron.

Il est absolument impossible que l’humanité consomme 80 % de l’eau de ses fleuves et évapore 47 000 milliards de m3 d’eau par an. Pour cela il faudrait irriguer 4 milliards d’ha supplémentaires, soit 80 fois la surface de la France sur une base de consommation en eau de 10 000 m3 par ha. On pourrait y récolter 20 milliards de tonnes de céréales supplémentaires alors que l’humanité ne produit et consomme aujourd’hui que 2,5 milliards de tonnes. Par ailleurs, les terres arables ne couvrent que 1,4 milliards d’ha à ce jour soit environ 10 % des terres émergées. On ne voit pas comment les multiplier par 2,5.

Les continents ne sont pas assez grands pour accueillir plus de 5,4 milliards de terres arables !

Donc si nous voulons aborder les problèmes géopolitiques de l’eau, que je ne nie pas évidemment, il faut commencer par ne pas massacrer la vérité scientifique (hydrologique en la matière) et même par se méfier de cette pensée globalisante qui n’a d’autre but, que de mettre dans la tête des gens « qu’à problème global il faut gouvernement global ».

Globalement, l’accès à l’eau n’est pas un problème et ne le sera pas, même avec la tension démographique. Je le répète, le problème à venir sera davantage la crue que la sécheresse. Quant à la fonte de certains glaciers, elle ne menace en rien le cycle de l’eau. Le BRGM nous dit que le volume des nappes phréatiques mondiales est de 10 millions de milliards de m3, soit 1,5 million de m3 dans les nappes pour chaque habitant. Ces eaux souterraines constituent 60 % des eaux continentales et les nappes les plus profondes à faible capacité de renouvellement sont là depuis 70 000 ans.

Une autre imposture du traitement du problème de l’eau est celui du barrage, que l’on présente comme un problème, une source de conflits entre États amont et État aval. Là encore, le poids de l’idéologie joue : le barrage, c’est comme la frontière, c’est un mur, et l’on n’aime pas les murs de nos jours ; l’idéologie dominante n’aime que la circulation sans contrainte, la circulation des hommes, la circulation des biens, la circulation des eaux, même quand il s’agit d’eaux en crues… Plus que la circulation, l’idéologie ambiante ne rêve que de métissage.

Or contrairement à ce qui est souvent affirmé, le barrage hydroélectrique ne consomme pas d’eau. Il est traversé par la totalité du volume d’eau qui transite soit par les turbines, soit par l’évacuateur de crues. Les pertes par évaporation sur le plan d’eau de ce type de barrages sont faibles, voire nulles, car il fait froid en altitude, même en zones tropicales.

Non seulement les barrages ne consomment pas d’eau mais ils récupèrent son énergie et luttent contre l’érosion. Ils participent à la maîtrise des crues. Le barrage ne barre pas l’eau, il la retient provisoirement.

Pourtant, les États en aval ne supportent pas que les États en amont fassent des barrages, tels l’Égypte et le Soudan qui veulent empêcher l’Éthiopie de construire des barrages sur le Nil bleu, tels le Laos, le Cambodge et la Thaïlande qui s’inquiètent des projets chinois sur le Mékong. Comme encore l’Ouzbékistan qui se fâche contre le Tadjikistan.

Le vrai sujet de ces querelles ce n’est pas l’eau, c’est l’électricité, l’État en aval n’ayant pas envie de voir l’État en amont produire sa propre électricité, qu’il devra payer lui au prix du marché. C’est une jalousie classique de voisin.

Alors il est de bon ton de tomber sur le dos de la Chine et de la critiquer pour son barrage des Trois-Gorges.

On oublie ce qu’est le fleuve Yangzi Jiang, plus long fleuve d’Asie et sans doute le fleuve le plus dangereux du monde. La vérité c’est que le barrage des Trois Gorges a amélioré la situation, sans avoir supprimé le risque de crues catastrophiques. Sa capacité est malheureusement insuffisante pour être efficace à 100 %. Il ne stocke que 34 milliards de m3, soit moins de 4 % de l’eau charriée à l’embouchure chaque année. Les débits peuvent encore dépasser 100 000 m3/s et atteindre en aval une côte de 17 m au dessus du niveau de la plaine. En septembre 1998, avant la construction du barrage, la côte de 29 m a été atteinte au centre de Wuhan, causant la mort de milliers de personnes. Mais il régule les crues moyennes et c’est déjà beaucoup et il a produit 85 milliards de kWh, l’équivalent de 20 tranches de centrales nucléaires ou de 50 millions de tonnes de charbon par an.

Il faudra un jour que les bobos d’Occident, installés dans leur confort après deux siècles de domestication des fleuves et de progrès en matière de retraitement des eaux, autorisent enfin les peuples émergents d’Asie, d’Amérique latine et même d’Afrique à procéder aux mêmes améliorations. Ces bobos d’Europe qui campent sur des positions dogmatiques dans presque tous les domaines scientifiques, qu’il s’agisse du gaz de schiste, des OGM ou de toute autre possibilité que la science des ingénieurs nous apporte et qui ont fait la puissance de l’Occident et sa supériorité sur les autres civilisations depuis le XVIe siècle. Bizarrement, les seuls progrès scientifiques que souhaitent ces gens sont ceux qui permettraient de détruire le statut de la famille comme socle de notre civilisation.

Il y a quelques années, comme beaucoup de géopolitologues, j’ai été sensible au thème de l’eau. J’aime la Nature comme nous tous, et je me suis dit qu’il y avait peut-être un vrai problème écologique de ce côté-là. Mais il faut refaire de l’hydrologie avant de faire de l’hydropolitique, comme il faut refaire de la climatologie avant de s’engager tête baissée dans l’idéologie du réchauffisme d’origine anthropique. En 2009, à la frontière séparant la République dominicaine et Haïti, dans les bananeraies inondées du lac salin Enriquillo (qui fait frontière entre les deux pays voisins), j’ai découvert qu’il n’y avait pas que des mers fermées en voie de rétraction comme la mer d’Aral, dont on parle tout le temps, mais que ce lac immense, lui, s’étendait chaque jour davantage. Comme pour les glaciers donc. Certains rétrécissent, pendant que d’autres s’étendent. Pourtant, à mes enfants on ne parle que des premiers.

Le professeur Aaron Wolf cité par Bjorn Lomborg faisait remarquer, après avoir analysé les crises mondiales du XXe siècle, que sur 412 conflits répertoriés entre 1918 et 1994, seulement 7 eurent l’eau comme cause partielle et que dans 3 cas sur 7, aucun coup de feu ne fut même tiré. Cela fait quand même léger pour nous annoncer « la guerre de l’eau » à venir.

Alors bien sûr, l’eau est une source de litige géopolitique et il faudra s’interroger aujourd’hui sur la place de l’eau dans le conflit israélo-palestinien, sur les relations Turquie/Syrie/Irak, sur l’eau en Asie centrale, sur le Nil bleu et le Nil blanc et tant d’autres cas, mais à partir du moment où vous vous penchez sur les problèmes hydrologiques, vous comprenez que pratiquement tous les cas considérés ont des solutions scientifiques et qu’une guerre coûtera toujours beaucoup plus cher que plusieurs usines de dessalement.

Poussons la réflexion plus loin. Pourquoi fait-on croire aux opinions publiques que quelque chose d’essentiel à leur vie (quoi de plus essentiel que l’eau ?), d’incontournable, qui peut susciter des réactions violentes de survie, va se raréfier alors que c’est faux ?

Je crois que c’est là que la question de l’eau en tant que « problème global », rejoint celle du terrorisme comme « problème global », et de tous les problèmes globaux.

D’un côté on pousse des peuples voisins à la guerre en leur faisant croire qu’ils ont un problème géopolitique alors qu’objectivement (scientifiquement) ils n’en ont pas, de l’autre on leur explique que la solution est globale, qu’il faut donc une puissance globale, un pouvoir mondial, pour éteindre ce conflit.

D’un côté on pousse à la guerre, de l’autre on pousse à l’extinction de la souveraineté étatique.

Qui aurait donc intérêt à créer ainsi du désordre pour mieux installer son nouvel ordre global ? Qui donc a intérêt à déstabiliser les émergents, à barrer la route à la multipolarité qui se met en place, à gêner ceux qui veulent emprunter le chemin du progrès scientifique et de la domestication des forces de la Nature que l’Occident commença à emprunter il y a trois siècles ?

Aymeric Chauprade

Pour aller plus loin, avec Kontre Kulture :

Pour boire à toutes les sources, bien s’équiper avec Instinct de Survie :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La raréfaction est le problème que l’Education Nationale et la mass-média nous montrent.

    Je m’inquiète deux fois plus de la pollution des eaux, par le mercure, les médicaments, les déchets radioactifs.

    En divaguant un peu, on peut aussi concevoir les réserves d’eaux comme des armes de guerre (( dans l’Histoire, plusieurs faits parlent de contamination de l’eau par des cadavres, quoi de mieux pour une guerre tribale ))


  • Le premier article que je lis allant dans le sens de ce que j’avais identifié comme une escroquerie du même ordre que le réchauffement climatique d’origine anthropique !
    A moins de s’échapper dans l’univers infini l’eau ne peut pas se raréfier sur Terre tant que notre atmosphère fonctionne normalement. L’eau utilisée reste de l’eau et retourne dans le cycle. Ceci étant dit l’eau est de plus en plus polluée et il est vrai que certaines régions peuvent s’assécher notamment en raison de pratiques agricoles inadaptées...mais globalement l’eau ne se raréfie pas ! De même que la plupart des déserts connaissent en réalité des évènements pluvieux réguliers suffisant pour subvenir au besoins des populations locales. Le problème est qu’en raison de la déforestation et des pratiques agricoles nocives l’eau de pluie ruisselle au lieu de s’infiltrer en profondeur dans le sol...dans les régions où ces problèmes ont été résolues on peut réétablir des forêts avec des essences d’arbres appropriées là où était un désert, on parvient même à faire ressurgir des ruisseaux là où l’eau ne coulait plus depuis des décennies !
    Le canular de l’eau qui manque justifie l’appropriation des ressources aquifères à travers le monde "pour notre bien", par des transnationales qui ensuite nous revendent cette eau à prix d’or...cette rareté de l’eau justifie aussi des lois qui dans certains états américains interdit aux citoyens de récupérer l’eau de pluie ! Même récupérer de l’eau qui tombe du ciel avec un seau laissé dehors est illégal ! En France on parle déjà de taxer les citernes de récupération des eaux pluviales, les puits...prochaine étape une taxe sur l’oxygène que l’on consomme quand on respire !


  • Il est utile de démonter ces "vérités" imposées à tous par l’Empire, cependant, il faut rester rigoureux, si la quantité d’eau disponible n’est en rien un obstacle, la qualité et la distribution de celle-ci est plus problématique. Les grandeurs physiques, toujours elles, devraient, en étant connues de tous, permettre la compréhension de notre monde. Ecrire qu’un mètre cube d’eau de mer correspond à une masse d’une tonne semble être une erreur anecdotique mais il n’en est rien, impossible après d’aller plus loin dans le raisonnement puisque les paramètres de départ sont faux. Comment expliquer le rôle des courants océaniques si l’hypothèse de départ nous indique que eau douce et eau salée ont la même densité ? De grâce donc, gardons à l’esprit que le mieux est l’ennemi du bien !
    La même approche prévaut pour les "complotistes" du 11 Septembre, beaucoup pointent une part de la vérité mais se discréditent en se satisfaisant de leur analyse alors qu’il faut réaliser la synthèse des conclusions de tous pour reconstituer le puzzle. C’est tout le mérite d’Alain Soral, être un incroyable catalyseur dans les multiples disciplines qui sont les siennes pour nous livrer une pensée structurée sans être un expert dans chacune. Appliquez ce principe aux sciences dures, et vous serez vraiment des indvidus éclairés...


  • "Bizarrement, les seuls progrès scientifiques que souhaitent (les bobos d’occident) sont ceux qui permettraient de détruire le statut de la famille comme socle de notre civilisation.


  • S’il est un domaine scientifique très à propos du sujet évoqué ici, c’est bien la géologie et tous ses avatars - hydrogéologie, hydrologie, océanographie notamment -. Or j’ai côtoyé quand j’étais étudiant en géologie un certain nombre des spécialistes les plus en vue du pays - dont un certain qui était en plus associé à la carte géologique de la France.
    Eh bien tous furent unanimes : "il y aura pénurie d’eau, il y aura même des guerres de l’eau".
    Mais pourtant : "Le bilan du cycle de l’eau est nul". C’est le prof, il corrige les exams, et donc tous les étudiants sont contaminés.

    Ceci me fait penser au lac Nyos, au Cameroun, en son temps, lac de cratère volcanique qui en Août 1986, si mes souvenirs sont exacts, dégagea une énorme quantité de gaz carbonique dans les vallées rayonnantes, asphyxiant 1800 personnes. La thèse retenue fut celle du "retournement limnique", c’est-à-dire un retournement saisonnier du lac en hiver du fait de l’accroissement de la densité des eaux de surface quand la température de l’air diminue et qui, de ce fait, plongent au fond, oxygénant l’ensemble et évacuant le gaz carbonique. Or, qui dit saison dit alternance été/hiver et donc certainement pas un climat équatorial comme le Cameroun, où la température est constante tout le temps, excluant la possibilité d’un tel retournement. Et puis dans l’hémisphère Nord (Cameroun), l’hiver c’est pas en Août...
    Cette théorie contre nature a cependant été avalisée et donc reprise par les universitaires cités plus haut dans leurs cours d’hydrogéologie, sans aucune once de critique scientifique, surtout pas devant des étudiants, diable !, alors que l’invocation du climat équatorial s’imposait, ce que d’ailleurs je fis et m’entendis répondre "vous avez raison mais" je campe(!) - ce sont des choses que l’on apprend normalement en... sixième, au début du collège ! j’ai découvert entre-temps que c’était une théorie américaine que les Américains avaient imposée à grands coups de $$$, et que l’appât des $$$ a tourné la tête même à des volcanologues islandais de très grand renom genre Thorarinsson si je me souviens bien, une des plus grosses pointures mondiales et aussi grand diffuseur de ladite théorie.

    Que dire quand on sait qu’il s’agit d’un ensemble volcanique, qu’une éruption à venir s’accompagne d’abord d’une hausse des émanations de gaz carbonique, suite à réalimentation de la chambre magmatique et que le mont Cameroun tout proche est entré en éruption - basaltique - en Avril 1999 ?

    Hervé

     

    • Mais d’après vous qu, est ce qui mena à cette catastrophe ? Sur wikipedia on dirait que aucun scientifique n est d’accord. Et le dégazage est t il vraiment efficace ?


    • Il faut savoir que ce que je viens de raconter a effectivement fait polémique. La théorie de l’origine volcanique du gaz a été défendue notamment par Haroun Tazieff. Je vois d’ailleurs dans Wikipédia que cette origine n’est aujourd’hui plus du tout discutée. Là où Wikipédia se trompe, c’est que le ou les auteur(s) omet(tent) de préciser que Tazieff était opposé à l’origine climatique du phénomène, chose qui se disait à l’époque - et à laquelle je ne comprenais pas encore grand chose, j’avais tout juste 9 ans, je rentrais en CE2 en septembre de la même année. La thèse d’un petit séisme - à laquelle j’avais d’emblée pensé en écrivant hier, un truc qui aurait secoué une eau très chargée en gaz -, ou la chute d’un pan de falaise comme semblerait le montrer une enquête du National Geographic me paraît plus appropriée qu’une origine climatique.
      Le lac Nyos faisant 210m de profondeur, à cette profondeur là on dissout 15 litres de gaz carbonique par litre d’eau, contre un seul litre à la pression atmosphérique. C’est justement parce que le retournement limnique ne se fait pas cause climat qu’une telle quantité de gaz s’est accumulée, saturant localement l’eau au fond, puis s’est violemment échappée, avec de très grosses vagues, comme de l’eau gazeuse en bouteille que l’on aurait secouée - séisme, etc.

      On voit pour conclure que tous ces problèmes sont plutôt dus... à un excès d’eau associé à un environnement volcanique ! :)

      Hervé


  • Ces escrocs profitent de l’ignorance des masses pour les escroquer et les dominer, toujours les mêmes à foutre le désordre sur terre toujours pour s’enrichir un peu plus, ils ne sont pas encore assez riches avec les milliards en banque alors que des populations entières crèvent de faims et de soif


  • "ce qui n’est pas exact puisque 60 % de l’eau des continents tient aux nappes phréatiques."
    Vous mettez le doigt sur un truc.
    En France le niveau des nappes phréatiques est en moyenne, toutes nappes cumulées, à 30% de remplissage et ce niveau est en baisse constante puisque que nous consommons plus que ce qui est reconstitué naturellement (20 ans pour que l’eau de surface atteigne la nappe, c’est une eau fossile). Quand les nappes phréatiques ne cracheront plus que de la boue dans notre pays, comme si coca-cola, le tarrisseur de ruisseaux, était passé partout, il faudra développer d’énormes systèmes d’irrigation et taper dans le débit des fleuves extrèmement pollués sans pour autant arriver à conserver nos rendements agricoles faramineux qui dégagent les 2eme excédents du monde.
    En Allemagne et dans le reste de l’Europe du nord-est, bassin de 140 millions d’habitants, c’est encore pire, on est entré en stress hydrique, on est en train de se convertir partout à une agriculture biologique beaucoup plus économique en flotte des nappes phréatiques en sacrifiant les rendements. Ce qui n’empéchera pas les belges et les hollandais d’etre inondés par la fonte des glaciers arctiques et du permafrost sibérien.
    Citez moi un seul exemple de glaciers qui avancent. Je ne pense pas que ce soit possible et certainement pas dans les Alpes.
    Les inondations d’eau douce ont 3 facteurs principaux : l’urbanisation qui s’accentue, l’appauvrissement de sol qui s’accentue aussi avec le développement de l’agriculture intensive dans le tiers-monde et surtout la modification de la nature des précipitations avec baisse de la régularité et hausse de l’intensité qui a en prime pour conséquence probable de faire diminuer les capacités de rechargement des nappes phréatiques.
    La où je vous rejoint par contre c’est pour le mythe des barrages tueurs des débits des fleuves et toute la bobologie démagogique qui a été faite sur le sujet.


  • Si je puis me permettre, et si Chauprade m’entendra, faites des recherches sur ce que sont les aquifères transfrontaliers. Le problème n’est effectivement pas la raréfaction, personne n’osera dire le contraire, mais la gestion à l’accès à l’eau potable. Le saviez-vous ? Feu Kadhafi projetait de créer un tunnel aquifère artificiel juste avant l’invasion de la Libye. Il y a certainement des enjeux géopolitiques autour de la gestion de l’eau, il faut creuser la question, et vous saurez.

     

    • Techniquement, l’accès à l’eau pour toutes les populations de la planète est possible. Les Romains savaient déjà canaliser l’eau de l’Atlas sur des centaines de kilomètres pour alimenter les villes côtières !
      Nous savons pulser des hydrocarbures dans des pipelines de plusieurs milliers de kilomètres alors que ces produits n’ont pas la fluidité de l’eau... Où résiderait la difficulté de faire partir ces mêmes ouvrages depuis la partie centrale humide de l’Afrique et de les faire rayonner sur tout le continent ?
      Au passage, ce type de cohésion entre les peuples d’Afrique résoudrait les famines endémiques, le climat aidant, des sols bien irrigués seraient très productifs sans recourir aux phytosanitaires mortels... Il semble donc que certaines logiques de développement posent problème à l’Empire.


  • Chauprade fait une erreur de raisonnement lorsqu’il contredit Allègre à propos des fleuves, en arguant de ce qui est fourni par les nappes phréatiques.

    Toute l’eau qui servira à reconstituer la nappe phréatique, c’est de l’eau qui aurait sinon alimenté le fleuve.

    Autrement dit, à moyen terme, pomper la nappe phréatrique a le même effet que pomper dans le fleuve.


  • J’apprécie les analyses de Chauprade que j’ai découvert il y a peu de temps, mais je crois que sur ce sujet de l’eau on passe d’un raisonnement généralement alarmiste au sien qui semble relativement simpliste et complaisant, car si en effet l’eau consommé demeure toujours présente sur terre, sa qualité elle s’en trouve considérablement modifié sauf à dire que l’eau potable est égale à de l’eau non potable et alors que dire de l’eau carrément pollué, de même en ce qui concerne les nappes phréatique dont l’épuisement se produit lorsque l’emploi est supérieur à sa reconstitution, avec parfois des conséquences désastreuses pour certaines nappes proche du littorale dont les caractéristiques permettent un effet de vase communiquant qui remplace l’eau douce par l’eau de mer et ses conséquences pour l’écosystème.
    Pour finir les déclarations suivantes m’ont fait sourire : contrairement à ce qui est souvent affirmé, le barrage hydroélectrique ne consomme pas d’eau. et Le barrage ne barre pas l’eau, il la retient provisoirement.
    En effet le barrage ne consomme pas d’eau, mais en revanche c’est son débit qui est consommé et prétendre que ce n’est pas une cause de conflit me parait maladroit et en tout cas énoncé par une personne qui n’a jamais connu certains pays avec des restrictions d’eau à la maison, alimenté un jour sur deux dans le meilleur des cas.
    Deux trois pays alimentés par le même cours d’eau en amont duquel un barrage hydroélectrique serait construit, est semblable à une copropriété alimenté en sous pression avec au rez-de-chaussée une famille nombreuse dont les besoins en machines à laver, douches et stockages de réserves d’eau ne permettrait que partiellement au 1er étage pour ce couple avec deux enfants d’être fournit en eau en nombreuses interruptions et rien au robinet du 2ème pour ce célibataire... hormis peut-être de nuit. Il va sans dire que le voisinage deviendra vite conflictuel.


  • Il faut étudier, observer comprendre et pratiquer la nature avec l’aide de la permaculture.
    Il y’a 6000ans, le sahara et le pourtout méditeranéen étaient de gigantesques forêts tropicales (une forêt ne se limite pas, comme on le considère aujourd’hui, à un niveau au dessus des herbacées ; à fontainebleau on peut observer au maximum 3 strates/étagements. Une véritable forêt atteint les 7 strates. En martinique il reste des reliquats de forêt primaire, il y’a aussi des forêts nourricières multi-étagées en indonésie ; La forêt crée sa propre pluie, relance le cycle de l’eau, la filtre, la transporte ;
    Le but d’un design permaculture est que chaque photon de lumière, chaque goutte d’eau arrivée au sol, soit fonctionnel, utilisé le plus directement et rapidement possible.
    Il faut comprendre que l’agriculture(ager= le champ=céréales/graminées qui représente le 1er niveau d’un biotope) est un désert biologique ; alors de là à déforester massivement pour créer des monocultures de céréales..
    En permaculture on cultive un volume(m3), pas une surface(m2), la 3eme dimension, l’arbe est important.
    Dans un bon design, toute l’eau qui y passe, se voit utilisée, optimisée, filtrée/épurée.
    Le but est que chaque élément remplisse plusieurs fonctions, et que chaque fonction soit remplit par plusieurs éléments.

    Nous pouvons lier à celà la décroissance, qui tend à optimiser notre utilisation d’eau,d’énergie,d’éffort, et à rendre minimes nos besoin ;
    Le tout réside dans la transition, c’est le plus important, dans chaque cas/design, il faut établir un triangle de priorités, pour avoir un juste milieu entre chaque point : vite, bien, faible coût/input.


  • Analyse indispensable car justement à contre-courant (!), mais, car il y a un mais, si l’eau reste abondante, la vie qu’elle abrite dépérit, sa consommation justement devient TRES coûteuse et fragile car de plus impropre à la vie. Cycle de l’eau=cycle de vie, ou cycle de mort.
    Deuxio, et c’est loin d’être anecdotique, la domestication de l’eau n’a été (très) partiellement possible à l’époque moderne que grâce à notre cher ami le pétrole.
    Face à un climat instable, quelles qu’en soient les causes, guerres de l’eau il y aura, seulement, effectivement par à cause d’une soi-disant et simpliste pénurie.
    Et puis dans le genre "les OGM vont nous sauver"... Il faut arrêter avec ce scientisme débile. C’est apparemment le point faible de Chauprade.


  • #496333
    le 19/08/2013 par L’environnement la nouvelle production du capital
    Géopolitique de l’eau : quels intérêts sert le mythe de la raréfaction (...)

    En REALITE Ils préparent une commercialisation sans merci de cette ressource naturelle vitale sur un plan mondial , mais tout cela dans le cadre de l’environnement , meme chose pour l’Air, les sol , le climat , les reserves naturelles ... TOut cela passera à un moment par la caisse de l’Empire bien organisé et très prévoyant .


  • Sacrés bobos malthusiens ! Toujours fourrés dans les mauvais coups !
    Le simple fait que des pays émergents souhaitent à leur tour profiter des bienfaits de la Science et du Progrès n’est évidemment pas du ressort d’une quelconque pensée dominante originaire du continent des bobos-bien-pensants... !
    Non bien sûr, l’idée dominante c’est la décroissance et le malthusianisme ! Voilà d’ailleurs comment nous vivons en Europe et outre-atlantique ! Ne pas trop consommer, réguler nos besoin en eau, utiliser parcimonieusement nos ressources naturelles, voilà bien l’idéologie qui nous a engendrés.
    Ce que nous ne comprenons pas c’est que d’autres cultures ne pensent pas comme nous. Nous, nous sommes des héritiers de la sagesse antique et chrétienne : nous n’acceptons ni l’usure, ni l’exces de richesses, ni la dépendance matérielle ; nous trouvons notre liberté dans l’autonomie et la mesure, sans succomber aux sirènes du pouvoir et de la technique. Nous pensons, tel Maltus, qu’il faut régler nos problèmes avec de la raison et de la maitrise de soi. Qu’est-ce qu’on est barbant !
    Heureusement pour la diversité culturelle les autres civilisations ont su résister au dictat stoicien de notre mode de vie monacal. Des poches de résistance sociétales se sont formées un peu partout : développement technique, croissance économique, humanisme, démocratie, voilà bien ce que notre ethnocentrisme occidental ne parvient pas à saisir. Maitriser la nature, marcher sur la lune, contrôler les semences et construire des barrages géants pour entrainer le commerce et la production de biens, c’est sûr qu’on se sent bousculé dans nos préconçus culturels.
    Et l’eau dans tout ça ? Bein y’en a plein on vous dit... De la propre ? De la potable ? De la disponible au bon endroit ?... Faut pas pousser non plus ! Non, effectivement, la bonne chose à faire c’est d’observer les indigènes avec leurs trucs de vaudous comme le productivisme et le progrès pour s’enrichir de leur diversité. Et arrêter de penser qu’il faut vivre heureux en mangeant du pain alors qu’on peut détourner un fleuve pour s’offrir des bigmacs, à l’instar des peuplades sauvages non contaminées par notre bien pensance.


  • Aymeric, la planète ne va pas manquer d’eau, mais, fait gravissime, d’eau potable.
    les analyses d’eau potable sont alarmantes.
    note : les champs ne sont pas arrosés avec de l’eau potable.


Afficher les commentaires suivants