Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Guerre au Yémen : la délicate position du Hamas

La position du Hamas sur la guerre au Yémen, qui le rapproche de l’axe dit sunnite, va peut-être redessiner la carte de ses alliances politiques dans la région.

Avec la poursuite de l’opération Tempête décisive que la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite mène au Yémen contre les Houthis, depuis le 26 mars, les prises de position - certaines pour et d’autres contre – sur l’opération se multiplient, ce qui redessine la carte des alliances dans la région.

Le Hamas a annoncé sa position sur la guerre le 30 mars, dans un bref communiqué en soulignant son attachement à la légitimité politique au Yémen, et au droit du peuple yéménite à choisir démocratiquement son leader. Le communiqué a souligné que le Hamas souhaite que l’unité et la sécurité règnent au Yémen et que le dialogue et le consensus entre ses habitants soient favorisés. Le communiqué dit aussi que le mouvement soutient tout ce qui favorise la sécurité et la stabilité de toute la région arabe et rejette tout ce qui nuit à sa sécurité et à sa stabilité.

C’est probablement la crainte du coût politique élevé d’une prise de position pour ou contre la guerre contre les Houthis - en soulevant la colère de l’Arabie saoudite qui dirige la coalition, ou de l’Iran qui soutient les Houthis qui explique que la seule déclaration publiée par le Hamas sur le Yémen ait été rédigée avec tant de prudence et de réserve.

Pour le Hamas, le communiqué officiel annonçant sa position sur le Yémen est aussi sensible que l’avait été celui qui avait suivi le déclenchement de la révolution syrienne, le 2 avril 2011.

À l’époque, la Syrie et l’Iran avaient estimé que la déclaration du Hamas signifiait qu’il soutenait les rebelles contre le régime. Cela avait causé une rupture historique entre le Hamas et ce qu’on appelait alors "l’axe de la résistance et de l’opposition" et le fossé n’a pas été comblé à ce jour. C’est pourquoi, le Hamas a tenu des consultations internes pendant plusieurs jours avant de donner sa position sur la guerre au Yémen, en utilisant des expressions dont l’interprétation peut évoluer en fonction des changements éventuels et qui sont en mesure de satisfaire la plupart des parties impliqués dans la crise yéménite.

Ce qui est étrange, c’est que le Hamas et le Fatah sont d’accord avec la guerre au Yémen. Le président du Fatah, Mahmoud Abbas, a dit, le 5 avril qu’il y avait un consensus arabe sur la guerre et que les Palestiniens adhéraient au consensus.

C’est d’avec ses alliés de la résistance palestinienne que le Hamas diffère sur la guerre au Yémen. Le Jihad islamique a dit le 29 mars que la guerre au Yémen ne servait pas la cause palestinienne et que ceux qui en tiraient le plus de profit étaient Israël et les Etats-Unis.

Le même jour, le Front Populaire pour la Libération de la Palestine a condamné ce qu’il considérait comme une agression soutenue par les Américains contre le Yémen, et a condamné toute ingérence dans les affaires étrangères du pays.

La déclaration officielle du Hamas sur le Yémen ne prend pas clairement position pour l’un ou l’autre camp du conflit, mais quand on lit entre les lignes on s’aperçoit que le Hamas maintient son soutien tacite au président démocratiquement élu, Abed Rabbo Mansour Hadi, qui bénéficie de la reconnaissante internationale et régionale.

S’exprimant le 30 mars lors d’une conférence politique dans la bande de Gaza où Al-Monitor était présent, le directeur adjoint du bureau politique du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a déclaré : "Les Arabes vivent aujourd’hui une période difficile de l’histoire de la région. Il y a des menaces, des conflits et des polarisations ; et ils ont le droit de protéger leurs pays".

Dire que les États arabes ont le droit de sécuriser leurs propres pays, équivaut à une approbation tacite de l’opération militaire en cours contre les Houthis au Yémen. La déclaration d’Haniyeh est sur la même ligne que les accusations de Riyad contre les Houthis qui menaceraient la sécurité du Yémen et les frontières des pays voisins du Golfe.

Cette position a été clarifiée par Ahmed Youssef, un ancien conseiller de Haniyeh, qui a dit à Al-Monitor : "L’Arabie Saoudite s’efforce de se concilier le Hamas. La région du Golfe craint la propagation chiite dans la région, ce qui incite le roi Salman [n bin Abdul-Aziz Al Saoud] à [essayer] d’unifier les sunnites contre les chiites. Les pays du Golfe ont le droit de défendre leurs intérêts à Bab al-Mandeb et dans la mer Rouge".

Mais Mahmoud al-Zahar, membre du bureau politique du Hamas qui dirige un courant important du Hamas en faveur d’un rapprochement avec l’Iran, a annoncé plus clairement le 29 mars que le Hamas ne soutenait ni ne s’opposait à l’opération Tempête décisive, en spécifiant que le Hamas appelait à l’unité du Yémen dans le cadre du droit.

Bien que l’Iran n’ait pas réagi à l’annonce de la position du Hamas sur la guerre au Yémen, des sources médiatiques proches du Hezbollah ont critiqué la déclaration du Hamas. Selon Al-Akhbar le 30 mars, le soutien implicite du Hamas envers l’Arabie Saoudite est le signe d’un profond différend entre les ailes politique et militaire du mouvement en ce qui concerne l’opération au Yémen, mais il n’a offert aucune preuve à l’appui de cette allégation.

Pourtant, un ancien membre du Conseil de la Choura iranien a déclaré, sous couvert d’anonymat, à Al-Monitor : "Le Hamas n’a pas tiré d’enseignement de sa précédente prise de position sur la Syrie. Bien que sa déclaration sur le Yémen n’ait pas eu pour objet de provoquer l’Iran, il est clair qu’elle manifeste un parti-pris en faveur de l’Arabie Saoudite, ce qui signifie que le Hamas tourne - pour la deuxième fois - le dos à celui qui l’a soutenu en lui donnant de l’argent et des armes."

Le 30 mars, le site officiel du Hamas a publié une analyse de la déclaration du mouvement, affirmant que sa position était équilibrée, et a adopté la logique de l’Arabie Saoudite en soutenant la légitimité du président yéménite. Il semble, selon l’analyse, que le Hamas cherche à prendre sa place dans l’appareil arabe officiel et, à cette étape délicate, accepte la direction de Salman, la préférant à d’autres alliances. L’analyse souligne, toutefois, que le Hamas ne veut mécontenter aucun des camps impliqués dans le conflit, car il a aussi des relations avec des puissances internationales et régionales comme la Russie et l’Iran.

Ces derniers jours, il y a eu, en Palestine sur les réseaux sociaux, de vifs débats politiques sur la position du Hamas sur la crise yéménite. Certains ont appelé le mouvement à garder le silence et à ne pas commenter la guerre en cours afin d’éviter une réédition de la crise avec la Syrie et l’Iran. Cependant, d’autres pensaient nécessaire que le Hamas annonce sa position du fait des tensions confessionnelles dans la région, pour ne pas rester simple spectateur de l’expansion régionale de l’Iran au détriment des pays arabes.

Mohammed Nazzal, un membre du bureau politique du Hamas, a déclaré à Al-Monitor : "Le Hamas s’engage à suivre une politique de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres états, mais parfois des événements de grande importance s’imposent sur la scène politique de la région et ont un impact significatif sur la cause palestinienne. Il était donc nécessaire de clarifier notre position, pour éviter toute confusion ou malentendu".

Peut-être le soutien des Frères musulmans à la guerre au Yémen, annoncé le 2 Avril, a-t-il joué un rôle dans la position du Hamas sur cette crise, car le mouvement se considère comme faisant partie des Frères musulmans.

Enfin, la position du Hamas sur la guerre au Yémen redessine la carte de ses alliances politiques dans la région, puisque cela le rapproche de l’axe dit sunnite, qui est dirigé par l’Arabie Saoudite et qui comprend la plupart des pays du Golfe, l’Égypte et la Turquie. Toutefois, la déclaration du Hamas laisse la porte ouverte à un rapprochement avec l’Iran et ne coupe pas les liens avec ce pays, puisque le Hamas a évité de mentionner l’opération Tempête décisive par son nom dans sa déclaration.

Le nouvel alignement du Hamas aux côtés de l’Arabie Saoudite s’explique peut-être par le fait que les tentatives de rapprochement du mouvement avec l’Iran de ces derniers mois ne se sont pas traduites par une totale normalisation des relations qui aurait assuré au Hamas le renouvellement du soutien financier et militaire iranien. L’Iran continue de vouloir imposer des conditions impossibles au Hamas et ses offres de "flirt" n’ont pas eu l’effet escompté, comme le montre un article d’Al-Monitor sur ce thème.

Voir aussi sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1161887

    Hamas(aile politique),traître tu as été,traître tu es,traître tu seras pour la vie.

     

  • #1161892

    Nous assistons à l’agonie du sunnisme orthodoxe qui aura tout de même vécu plus de 1000 ans !
    Le sunnisme orthodoxe a démontré qu’il n’était pas adapté a la modernité.
    Dans le monde moderne, la sexualité libre, la liberté religieuse et le multiculturalisme sont inévitable !
    Je ne dis pas que c’est bien ou que c’est mal, c’est un fait !
    La seule solution pour sauver le sunnisme orthodoxe serait une solution de type "amish" mais aller expliquer a un salafiste qu’il doit renoncer aux Iphone et au Nike...
    Le sunnisme orthodoxe sera remplacé par le sunnisme soufi car le soufisme est une mystique qui pourra adapté la pratique du dogme aux évolutions sociales.

     

    • #1162328

      vous faites fausse route mon ami,des rectificatifs me semble nécessaires historiquement parlant le sunisme ne veut rien dire sauf quant on parle du shiisme qui était au départ l’aile politique qui a soutenu l’imam ali contre mouaouia l’usurpateur du pouvoir,ainsi donc on parle de sunisme par opposition au shiisme, qui par la suite et par dépit adopta des pratiques religieuses trés lointaines de l’orthodoxie de l’islam dont la tradition du prophète(sunna)et le coran sont les deux sources de législation, le shiisme par contre marque une déviation nette par apport à la tradition prophétique.

      salutations


  • #1162433
    le 13/04/2015 par farid algerie
    Guerre au Yémen : la délicate position du Hamas

    On ne peux nier la position hypocrite des leaders du mouvement Hamas dans les conflits qui ravagent le monde arabo-musulman, particulièrement en Syrie où la tension s’est haussée d’un cran depuis la dernière invasion de Daech du camp Yarmouk. Cette incursion dénoncée par d’autres factions palestiniennes, était avec la complaisance de Hamas qui agit sous la bananière du groupuscule "linceul blanc" et dont les presstituées essayent de nous présenter comme un groupe antiterroriste.

    Poursuive le même élan au Yémen n’a rien d’étonnant. Le Hamas comme la majorité des entités d’obédience sunnite soutiennent l’agression des monarchies réactionnaires, et cela pour la simple raison idéologique. Le sunnisme est une idéologie politique "fabriquée" de toutes pièces par les tyrannies islamiques qui se sont succédées depuis l’avènement de l’Islam. Le fondamental dans la religion sunnite est la soumission sacrées sans équivoques aux dirigeants (Représentants Divin) et l’usage légitime de l’extrême répression pour mater les hérétiques ou l’opposition (politique) qu’elle soit individuelle ou collective. Pernicieusement, Il ne suffisait pour les tyrans soutenus par des érudits, vénérés par les masses, que de justifier l’hérésie d’un groupe pour les massacrer légitimement. L’histoire du monde musulman retient des exemples macabres, et comme pour le sionisme, le révisionnisme est aussi interdit chez les sunnites. Il est interdit de mettre en cause les actes des prédécesseurs fondateurs de la Foi sunnite.

    Actuellement, l’histoire se répète et le monde sunnite dont le Hamas se trouve devant un paradoxe qu’ils n’arrivent pas a élucider ; Se rebeller contre l’arbitraire ideologique ou se rebeller contre l’axe de la résistance ? Certains, aux risques d’indigestion, préfèrent manger à tous les râteliers.

    Certes, beaucoup de sunnites arrivent a se distancer du conflit inter-musulman et cela par rapport aux acteurs du conflit grâce a l’information libre qui a mis a nu les Saouds. Mais dans leurs fonds culturels et idéologiques, ce paradoxe persistera toujours, et c’est aussi pour cela que le milieu sunnite restera un terreau fertile pour recruter des nouveaux extrémistes.

    Les sionistes arrivent a jouer avec cette fausse note et ils arrivent a concrétiser l’inimaginaire en détruisant le monde arabo-musulman avec juste l’attisement d’un feu ancestrale entre deux frères pour les voire périr et se détruire dans une guerre fratricide.


  • Le silence est d’or. Le hamas aurait du rester à coté des conflits inter-arabe . La leçon syrienne ne leur a rien appris.

    Se souvenir que le Hamas est une création des Israeliens pour casser l’OLP et la gauche palestinienne.

    Se souvenir aussi que le wahabisme est un islam sectaire qui est devenue l’orthodoxie en islam et donc le"sunnisme" officiel grâce aux pétrodollars des monarchies du Golfe.