Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Il était une fois #14 – Herbie Hancock

Note de la rédaction

ERFM vous propose d’aider au développement de la radio d’E&R en nous envoyant des interludes via l’adresse interludes@erfm.fr. Si un passage audio vous paraît drôle, significatif ou fait référence à l’univers de la dissidence, vous pouvez nous envoyer un lien YouTube avec le minutage du passage et il sera diffusé sur ERFM après vérification. Merci à vous !

Il était une fois est l’une des nombreuses émissions d’ERFM. Cette petite émission musicale vous conte une histoire à sa manière. Matériel requis : enceintes haute fidélité, lumière tamisée, fauteuil club et verre de whisky. Bonne écoute !

 

Pour ce quatorzième épisode, nous partons à la redécouverte du pianiste, claviériste et compositeur de jazz Herbie Hancock.

 

Pour écouter et télécharger l’émission en podcast,
rendez-vous sur le site d’ERFM !

 

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2235557
    le 09/07/2019 par Humanyze
    Il était une fois #14 – Herbie Hancock

    Mon passage préféré de Herbie Hancock en live :
    A partir de 8 min 50 dans la vidéo


  • #2235792

    Herbie Hancock m’a fascinée, il est incroyablement talentueux. Je l’avais découvert d’abord au clavier en collaboration sur un morceau génial de Stevie Wonder, ’’AS’’ dans l’album "Songs in the key of life".
    S’il a été si influent, c’est justement parce qu’il ne croit pas en la "pureté" du jazz et qu’il l’a mélangé à la soul, au funk (album Sunlight), et d’autres genres encore. En cela, il est l’inverse du trompettiste Wynton Marsalis qui en veut aux modernistes d’avoir "vendu le jazz aux blancs" et qui n’a de cesse d’en appeler à un retour aux sources.
    Herbie Hancock, lui, est très proche de la nouvelle génération du jazz, du pianiste Robert Glasper, lui-même signé chez Blue Note et qui fusionne souvent avec la soul et le hiphop, ils ont même joué ensemble pour l’anniversaire du plus jeune : https://www.youtube.com/watch?v=ZV7...

    Et pour les amateurs qui aiment le live, je crois qu’une tournée européenne d’Herbie Hancock est prévue pour la rentrée. Il faut checker les dates, il doit y en avoir une sur Paris.

     

  • #2235942

    Je possède tous les morceaux que vous avez selectionnés,je n’ai jamais été influencé par les critiques ou la tendance. C’est vrai que je suis d’une génération qui a été plutôt vernie question musique. Je ne connecte pas avec ce qui se fait actuellement ce n’est pas une critique ,j’ai vieilli avec mon épouse et je la vois toujours avec mes yeux de notre rencontre un peu comme quand j’écoute la musique de Herbie..


  • #2235978

    Un réel plaisir de le réécouter merci !
    Un petit bonus si vous permettez : https://youtu.be/h9MWbYfP-qo


  • #2237842
    le 12/07/2019 par Douve Opaque
    Il était une fois #14 – Herbie Hancock

    Une bouteille à la mer près d’un continent de plastique :

    Si un amateur de musique qui ne connaît pas vraiment le jazz se risque à lire ces commentaires, ce que j’aurais à lui dire sur Herbie Hancock est qu’il fait partie des "passeurs" qui m’y ont intéressé :

    Il y a 10 ans j’écoutais surtout du rock 70’s (tous les classiques comme Pink Floyd ou Led Zeppelin, mais surtout du très bon prog comme Magma, King Crimson, ...) et Herbie Hancock avec son HEADHUNTERS électrique ultra-funky au foisonnement multiclore et fluorescent ne m’a demandé aucun effort d’écoute, plaisir immédiat.

    https://www.youtube.com/watch?v=3m3...

    Le premier morceau de l’émission qui, lui, date du début des années 60, c’est du "soul jazz", c’est déjà presque que du rock.

    Encore un petit pas pour franchir le seuil !

     

    • #2238170
      le 13/07/2019 par mondialisto-sceptique
      Il était une fois #14 – Herbie Hancock

      Aux transfuges d’autres courants musicaux (comme moi avec le métal à l’époque), je conseillerais également Thrust, le premier album d’Herbie Hancock que j’ai acheté.


  • #2238976
    le 14/07/2019 par paramesh
    Il était une fois #14 – Herbie Hancock

    un seul album d’Herbie Hancock pour tout résumer ? : Man-child, définitivement, comme il y a Kind of blue pour Miles Davis :


  • #2240366

    Camarades de E&R

    Herbie Hancock est également un des précurseurs de ce qu’on appelle la musique électronique ( faite avec des machines)

    Vous pouvez le voir ici avec un autre monstre Quincy Jones dans un laboratoire musicale avec le premier ordinateur conçu pour la musique.

    https://www.youtube.com/watch?v=iRE...

    Des pionniers géniaux !
    https://www.youtube.com/watch?v=iRE...

     

    • #2240802

      Excellente vidéo avec Quincy Jones.

      Elle a juste le malheur de me rappeler qu’on vit quand même dans une époque immonde. Aujourd’hui on nous vend plus que de la merde.

      Quincy Jones c’est quand même le type qui se cache derrière les plus grosses ventes de M Jackson.

      Comme quoi y’a encore trente ans, on pouvait avoir du talent, et faire vendre des millions d’albums.


    • #2245352

      @ Lavrov
      Merci pour le lien, malheureusement très peu visionné même sur YouTube.

      @ Cléon
      Je rentre justement de Montreux ou j’ai pu voir le monstre en question, à 86 ans, boitant mais souriant, orchestrer Let the Good Times roll, pas plus tard que la semaine dernière. Emouvant !

      Et justement, il ne faut pas réduire Quincy Jones "au type qui se cache derrière les plus grosses ventes de M.Jackson". S’il est vrai qu’il a été son producteur (Off The wall, Thriller et Bad) et qu’ils ont écrit une page de l’Histoire de la musique tous les deux, il n’en reste pas moins que Quincy Jones avait déjà plus de 20 ans de carrière et plus rien à prouver quand il fait la rencontre de Michael. Il aurait très bien pu s’arrêter là, la liste des artistes pour lesquels Quincy avait composé, arrangé ou produit des titres suffisait déjà à faire de lui un génie de producteur dont la postérité était assurée. Je balance quelques noms juste comme ça : Frank Sinatra, Duke Ellington, Ray Charles... et en France : Brel, Aznavour, Salvador, rien que ça ! (Liste non exhaustive donc). Il a aussi composé la musique d’au moins 40 films dont "dans la chaleur de la nuit" avec Ray Charles, la couleur pourpre (Spielberg... oui, bon...) mais faut écouter "Miss Celie’s Blues".

      Bref, Quincy Jones est un monument et je conseille de lire sa bio "Q". C’est très mal traduit, mal écrit dans la forme mais les anecdotes de sa vie et de ses rencontres artistiques sont passionnantes, notamment sa rencontre avec Lionel Hampton, sa tournée en tant que trompettiste dans les états ségrégationnistes lorsqu’il était tout jeune (et oui, Quincy Jones est né en 1933, il a traversé le XX siècle), son amitié avec Ray Charles qu’il admirait parcequ’il savait faire plus de choses que lui alors qu’il était aveugle, les enregistrements studios avec Michael Jackson et bien d’autres encore...

      En fait, la carrière de Quincy Jones AVANT Michael Jackson pourrait être une des prochaines émissions Il était une fois...