Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Irlande : un ministre préfère perdre son poste plutôt que de voter l’avortement

Elle s’appelle Lucinda Creighton, elle a 33 ans, elle est irlandaise, elle est ministre et étoile montante de son parti, le Fine Gael. Ou plutôt, elle l’était. Car elle a préféré démissionner plutôt que de voter, comme l’y obligeait son statut de ministre aux Affaires européennnes, pour la loi sur l’avortement défendue par le gouvernement auquel elle participe.

Cela s’est passé jeudi soir [10 juillet 2013, ndlr] : les membres du Dail en étaient à l’amendement 56 rendant l’avortement légal pour les femmes enceintes menaçant de se suicider en cas de poursuite de la grossesse.

Lucinda Creighton, membre du Fine Gael depuis ses 18 ans, savait exactement ce qu’elle avait à faire et elle en avait mesuré les conséquences. En votant contre l’avortement soutenu par le gouvernement auquel elle participe, elle savait qu’elle serait automatiquement exclue et qu’elle n’aurait plus qu’à démissionner du poste ministériel qu’elle occupait depuis plus de deux ans.

Souriante et calme, elle s’est jointe au 23 autres élus qui ont osé voter contre (130 élus ont voté pour), après avoir expliqué longuement et posément qu’elle n’était pas une militante pro-vie, mais qu’elle était absolument opposée à l’adoption d’une loi que le parti s’était solennellement engagé à ne pas adopter au cours de sa campagne électorale.

À peine son vote émis, Lucinda Creighton est allée parler au Premier ministre Kenny, restant assise quelques minutes sur la marche à côté de son fauteuil. Ayant serré les mains de quelques-uns de ses anciens collègues, tout aussi calmement, elle a quitté les lieux, non sans être félicitée chaleureusement par certains.

« Je ne ressens ni rancœur ni amertume, ni rien de tel. Je suis très triste, mais je souhaite tout ce qu’il y a de mieux à Enda Kenny et à tout le gouvernement. Je suis très triste. J’aime vraiment mon travail. J’ai eu le très grand privilège d’accomplir mes fonctions et mes devoirs de ministre aux Affaires européennes au cours de ces deux dernières années et même un peu davantage, et c’est triste pour moi que cela soit fini. Mais je savais les conséquences lorsque j’ai voté. »

Son avenir politique est désormais incertain, puisqu’elle est exclue également du Fine Gael.

Dans une déclaration à l’Irish Independent, elle a déclaré :

« C’est très décevant et j’aimerais bien ne pas en être là. Pour moi, il s’agit d’une loi très importante, une loi qui est contraire à un engagement que nous avons pris aux dernières élections : une promesse avait été faite, une promesse très fondamentale, sur l’avortement. J’ai simplement pensé que nous ne pouvions pas nous écarter de cette promesse. »

Et pourquoi n’avait-elle pas accepté de faire un compromis sur une affaire relevant des négociations au sein de la coalition de partis de gouvernement ? Réponse claire au journaliste :

« Eh bien, je pense que le compromis est essentiel à n’importe quelle coalition. Je pense que nous avons su trouver des compromis sur des questions économiques, la politique sociale, etc. Mais quand il s’agit d’une affaire de vie et de mort – et en tout cas pour moi ça l’est – je pense qu’il n’est pas vraiment possible de chercher un compromis. »

Le courage de Mme Creighton est particulièrement remarquable dans la mesure où elle a été elle-même favorable à l’avortement alors qu’elle était plus jeune : elle a expliqué au Dail, avant le vote, qu’elle comprenait très bien la position de ceux qui sont pour parce qu’ils pensent que le fœtus n’est pas un être humain : « J’ai moi-même pensé la même chose. »

Mais elle a expliqué que l’expérience de proches et de connaissances lui a fait comprendre que l’avortement est un « outil pour l’oppression des femmes » et que les termes de la loi permettent de « sacraliser la menace de suicide dans les livres de loi pour la première fois ».

Elle a également expliqué que sa prise de position n’avait rien à voir avec des « vues rétrogrades » imposées par l’Église catholique, comme le disent les partisans de l’avortement.

Michael Cook rapporte ses propos dans BioEdge :

« Un consensus croît en Irlande selon lequel l’idée d’avoir un sens moral aurait quelque chose à voir avec l’Église catholique. On suppose automatiquement que si vous consultez votre conscience, vous êtes au fond en train de consulter Rome. Cela est profondément inquiétant. C’est une manière paresseuse de tenter de miner la valeur d’un argument sans aller jusqu’à s’attaquer à sa substance. Il ne s’agit pas ici d’un problème catholique, pas plus qu’il n’est protestant ou musulman. Il ne s’agit pas d’une question religieuse. Il s’agit d’un question de droits humains… Nous avons tous droit à l’objection de conscience. Elle est sacralisée par l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies. »

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • c’est toujours respectable quand quelqu’un va au bout de ses convictions.

    bien que personnellement je sois a priori en faveur du droit à l’avortement.

    puisque je pense qu’interdire l’avortement ne fait que masquer le problème, pas le résoudre, certaines femmes se piquent elles mêmes clandestinement et risquent des hémorragies mortelles, c’est pour ça qu’il faut confier l’avortement à des professionnels de la santé, qui le font légalement.



  • les termes de la loi permettent de « sacraliser la menace de suicide dans les livres de loi pour la première fois ».



    elle a compris et parfaitement résumé l’entourloupe pilpoulesque du projet, bravo !





    Un consensus croît en Irlande selon lequel l’idée d’avoir un sens moral aurait quelque chose à voir avec l’Église catholique. On suppose automatiquement que si vous consultez votre conscience, vous êtes au fond en train de consulter Rome.



    et les francs maçons avorteurs ils consultent bien londres.


  • Vous pouvez remercier cette dame d’honneur par mail à l’adresse suivante : lucinda.creighton@oir.ie

    Merci pour elle


  • C’est bien de rappeller le cout de l’integrité pour un ministre...


  • Alors là, je dis bravo !

    Lucinda Creighton ; retenez-bien son nom ! Elle nous prouve que les femmes qui font de la politique peuvent être, parfois, bien plus que de simples faire-valoir sociétaux et même avoir plus de coui.... (au sens symbolique du terme) que leurs homologues masculins.


  • enfin , il y’a quand même des sursauts de raison !!et des femmes comprennent que c’est pas en avortant qu’elles se libèrent, moi qui suis une mère je sais que ma guerre je l’ai réussi et j’ai plus besoin de me libérer en plus de ça.


  • Cela nous change de la France avec toute ces merdes qui s’aplatissent pour de minables petits calculs politiques !
    Cet amendement est l’archétype de ces propositions qui servent de cheval de troie à des abominations. Dorénavant n’importe quelle connasse pour avorter en prétendant vouloir se suicider. Soyez bien assurés que nous aurons ce genre d’amendements avec l’euthanasie, la pédophilie...


  • Une ministre héroïque en Irlande, une autre en Finlande ! Deux petites lumières dans les ténèbres !


  • Elles veulent se suicider, qu’elles crêvent !!!

    http://www.youtube.com/watch?v=b8fM...


  • « Un consensus croît en Irlande selon lequel l’idée d’avoir un sens moral aurait quelque chose à voir avec l’Église catholique. On suppose automatiquement que si vous consultez votre conscience, vous êtes au fond en train de consulter Rome. Cela est profondément inquiétant. C’est une manière paresseuse de tenter de miner la valeur d’un argument sans aller jusqu’à s’attaquer à sa substance. Il ne s’agit pas ici d’un problème catholique, pas plus qu’il n’est protestant ou musulman. Il ne s’agit pas d’une question religieuse. Il s’agit d’un question de droits humains… Nous avons tous droit à l’objection de conscience. Elle est sacralisée par l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies. »

    Très grand ! Bravo ! Voilà une femme debout seule contre tous ! Cela me fait penser à l’étudiant seul face aux chars de la place Tian An Men... Le monde a plus que jamais besoin d’hommes et de femmes libres et courageux faisant de la résistance ! Tout comme les veilleurs debout... Merci Madame Craigthon !


  • je n’aime pas cette femme mais je respecte son choix : au moins elle va jusque au bout de ses idées... elle n’est pas contente ? elle dégage !


  • Dieu vous le rendra !


  • Finalement le féminisme se réduit à des concepts d’en dessous de la ceinture... Là on se rend vraiment compte de l’élévation spirituelle et morale des femmes...

    Si elles savaient réfléchir, les femmes sauraient que la meilleure contraception, c’est être en couple un vrai mec sérieux et virile, l’homme qui respecte et protège sa conjointe... pourquoi vouloir s’embêter à brûler au sel un enfant ?



  • Elle a également expliqué que sa prise de position n’avait rien à voir avec des « vues rétrogrades » imposées par l’Église catholique, comme le disent les partisans de l’avortement.




    En venir à se démarquer de l’Eglise catholique, dans un pays encore très largement catholique où plus de 80% de la population se réclame du catholicisme est révélateur de l’évolution que la verte Erin a connue. Il est probable que madame Creighton ne soit pas une grenouille de bénitier et qu’elle ne pratique qu’occasionnellement ce qui doit être sa religion d’origine. Mais ce souci de vérité, qui l’a amené à reconsidérer la valeur de toute vie humaine dès sa conception, ainsi que son souci de probité, qui l’a amené à refuser la trahison des électeurs du Fine Gael, vient du Saint Esprit, c’est à dire de l’esprit de Dieu. Et ce Saint Esprit a pu la toucher parce qu’elle est baptisée (même q’il est évident que le Saint Esprit peut atteindre le coeur et l’intelligence de toute personne, qu’elle soit catholique, musulmane, protestante, athée ou juive). Parce que sur ces questions de vie ou de mort, comme elle le dit si bien, il est clair que ceux qui sont éclairés par Dieu choisiront toujours la vie, et les autre la mort.



    Il ne s’agit pas ici d’un problème catholique, pas plus qu’il n’est protestant ou musulman.




    100 % d’accord avec elle. C’est avant tout un problème humain.



    Il ne s’agit pas d’une question religieuse.




    100% en désaccord avec elle. Les questions morales consistent à faire la distinction entre le Bien et le Mal. C’est Dieu seul qui éclaire les consciences pour faire cette distinction. Et les religions, c’est à dire ces institutions qui cherchent à relier l’homme à Dieu, ne peuvent qu’être utiles à une humanité qui a bien souvent du mal à s’y retrouver par elle-même.Si la République d’Irlande a pu, jusqu’à présent, s’opposer à l’avortement de masse, c’est bien parce que l’Eglise catholique y est encore puissante. Quand les Irlandais seront aussi détachés de la religion que les Français, alors rien ne s’opposera à ce que plus du quart des enfants conçus soient physiquement éliminés.


  • Et voila pourquoi j’aime tant ce pays, peuplé d’insoumis !!!
    Dommage qu’ils soient si dépendants des capitaux US (grande famine oblige - merci les anglais).
    Action courageuse de cette Mme Lucinda Creighton.


  • La Démocratie, quel beau système...pour baiser tout le monde !


  • le debat irlandais sur l’avortement est un faux debat. le gouvernement irlandais encourage les femmes a quitter l’ile afin de ne pas faire face a la realite’ Ils font ca sur plusieurs questions : les gens du voyage (et ouais ca existe a la sauce irlandaise), le chomage massif etc. Je ne comprends pas pourquoi les etrangers s’exalte devant une branche du grand arbre Anglophone (peut-etre parce qu’ils sont catholiques et majoritairement blancs ?)


  • Haha les Irlandais ne sont pas des Anglais ils ont leur propres valeurs,culture,langue et d’ailleur les Anglais les traitent souvent de"tetes de mule"car ils ne sont jamais d’accord avec ce que les English veulent leur imposer.


  • je veux la nationalite irlandaise


Afficher les commentaires suivants