Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’UE renouvelle pour cinq ans la licence d’exploitation du glyphosate

Merkel fait basculer le vote, en dépit des jérémiades de Hulot

C’était le vote de la dernière chance. Ce lundi 27 novembre, les États membres de l’UE ont autorisé le renouvellement de la licence du glyphosate pour cinq ans, après deux ans de discussions sur le sort de cet herbicide, dont le caractère cancérogène fait débat.

 

Dix-huit États ont voté pour ce renouvellement, ce qui a permis d’atteindre la majorité qualifiée, acquise à partir de 16 états, représentants 65 % de la population de l’UE. Un pays s’est abstenu et neuf autres, dont la France, le Luxembourg, la Grèce et Chypre ont voté contre. Sur Twitter, la ministre luxembourgeoise de l’environnement a d’ailleurs affirmé que « la lutte devait continuer ».

Lors de la précédente réunion du 9 novembre, les états membres n’étaient pas parvenus à trouver un accord. Toutefois, le détail des votes avait montré qu’une « majorité » des suffrages étaient en faveur d’un renouvellement.

Mais c’est le vote de l’Allemagne qui a véritablement permis de faire pencher la balance. Après s’être abstenue lors de la réunion de novembre, le pays a finalement voté pour, après avoir demandé des modifications au texte proposé en lien avec des restrictions sur l’usage privé du glyphosate et le respect de la biodiversité, selon une source proche du dossier.

Le commissaire européen à la Santé Vytenis Andriukaitis s’est réjoui que l’UE soit finalement parvenue à une entente. « Le vote d’aujourd’hui montre que quand nous voulons, nous pouvons partager et accepter notre responsabilité collective dans la prise de décision », a-t-il réagi sur Twitter.

Lire la suite de l’article sur huffingtonpost.fr

Voir aussi, sur E&R :

À lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1850065

    J’imagine les dialogues des 27 avant le vote :
    - Bon ! Il suffit de 14 votes Pour, donc on autorise 13 pays à voter Contre ou Nul.
    - Qui cela arrange t-il de voter Contre ?
    - Moi ! la France !
    - OK, quels sont les autres pays qui veulent à peu de frais se donner une image de Sauveur de la planète ?

    Thémistoclès

     

    Répondre à ce message

  • #1850085

    Mangeons uniquement BIO !

     

    Répondre à ce message

  • #1850090

    Les abeilles font des "pattes d’honneur" à la Merkel... quand on sait qu’une abeille à 6 pattes... ça va en faire des quenelles.... !

     

    Répondre à ce message

  • #1850111

    Ca fait 20 ans que le glyphosate est dans le domaine public, en grande majorité il est fabriqué en Chine, je pense que Monsanto à tout intérêt à le faire interdire en europe où il pourra vendre d’autres herbicides sous licence, et continuer de l’utiliser sur ses ogm "pour on" qui sont surtout produit hors ue.
    Que nos gouvernants votent contre les intérêts d’une multinationale est juste impensable.

     

    Répondre à ce message

  • #1850162

    Ne vous trompez pas de cible !

    Le glyphosate est tombé dans le domaine public il y peu de temps et n’importe qui peut le fabriquer et le vendre à prix cassé.
    Donc c’est tout benef pour Monsanto que le glyphosate pas cher soit interdit pour qu’il puisse mieux vendre le nouveau produit à forte marge bénéficiaire qui va le remplacer

    Le glyphosate est classé depuis le 20 mars 2015 comme « probablement cancérogène » par le Centre international de recherche sur le cancer. Le CIRC précise que c’est une estimation du danger mais que l’estimation du risque pour la population générale est du ressort des agences de sécurité sanitaire.
    Pour bien cerner ce que ça veut dire le même organisme (CIRC) classe aussi comme étant "probablement cancérigéne"... la viande rouge !

     

    Répondre à ce message

  • #1850180

    Tout d’abord je tiens à preciser que je suis loin de défendre Monsanto mais cette histoire sur le glyphosate est simplement de mise pour lui nuire !
    Ce qu’il faut déjà se dire c’est que c’est la dose qui fait le poison ! Alors de là à boire du glyphosate no comment.... c’est une molécule qui a plus de 40ans de vécu et sur laquelle énormément d’études ont été faites.... certe à une époque avec l’essor de la chimie industrielle on l’a balancé à tout va en se disant que c’était génial alors qu’il doit être utilisé à des doses strictes ! Interdire cette molécule revient à complètement tuer notre agriculture parce qu’on va la remplacer par une autre moins connue et bcp plus chère !! Sur de grandes exploitations, la non utilisation du glyphosate reviendrait à mettre la clé sous la porte car cela engendrerai un surcout de production...... il s’agit donc de réfléchir et de raisonner son utilisation et de s’en passer si la situation le permet !

     

    Répondre à ce message

  • #1850219

    Certains paysans pratiquant le semis direct sous couvert végétal défendent l’usage du glyphosate qu’ils utilisent en micro doses afin de contrôler les herbes indésirables quand elles émergent et qui persisteraient dans leurs champs (c’est vrai quand on passe au semis direct au début les mauvaises herbes sont un souci...) Ils pensent que sans l’aide du glyphosate ils ne pourraient pas continuer le semis direct sous couvert végétal. Or cette pratique agricole de semis direct sous couvert végétal permet de restaurer l’activité biologique des sols, de faire revenir les insectes bénéfiques et toute une faune...même quand le glyphosate est utilisé (à petite dose), donc ces agriculteurs jugent que le rapport bénéfice risque est positif. Il paraîtrait aussi que le glyphosate étant une molécule qui étant tombée dans le domaine public est bon marché et que certains acteurs de la chimie voudraient la faire interdire non pas pour des raisons sanitaires mais pour permettre d’introduire de nouvelles molécules brevetées et donc plus chères...

    Une question me turlupine sur le sujet : ces micro doses d’herbicides qui sembleraient indispensables notamment lors de la phase initiale de conversion d’une terre en semis direct sous couvert végétal ne pourraient-elles pas être remplacées par un substitut moins toxique ? Par exemple de l’acide acétique avec un surfactant ne pourrait-il pas faire le boulot ? Comme l’acide acétique contrairement au glyphosate n’a pas d’effet systémique cela nécessiterait probablement plusieurs passages, il est aussi en soi probablement plus cher qu’un herbicide... est-ce que cela serait un surcoût économiquement insupportable, ou est-ce que cela ne marche tout simplement pas dans le cadre du contrôle des herbes indésirables sur une grande surface en semis direct ?
    Il paraîtrait que des gars en semis direct n’utiliseraient pas d’herbicide, mensonge ? Qu’en est-il exactement dans cette affaire ?!

     

    Répondre à ce message

    • #1850324

      Salut Goy pride, j’ai vu passer l’info il y a déjà pas mal de temps sur une société bretonne qui est capable de produire un désherbant bio totalement biodégradable dont les essais par des collectivités locales avaient été très bon, c’est toujours en attente d’autorisation de mise sur le marché...

       
    • #1850329
      Le 29 novembre à 09:56 par Emilien Chaussure
      L’UE renouvelle pour cinq ans la licence d’exploitation du glyphosate

      Ca fait des milliers d’années que l’agriculture se développe sans herbicides, insecticides, pesticides, fongicides... Comment ne pas comprendre qu’il y a incompatibilité radicale entre agriculture et industrie ? entre processus du vivant et biocides ?
      En quelques dizaines d’années l’agro-industrie a considérablement appauvri les sols, fait dégénérer plantes, animaux et humains. Ce n’est pas moins de poison qu’il faut mais plus aucun poison : renouer avec les pratiques culturales des anciens. L’agro-industrie est une conséquence du progressisme.

       
    • #1850399

      Emilien Chaussure,

      Oui pendant des millénaires l’homme s’est passé de pesticides...le problème c’est que le mode de production naturelle permettant de se passer de la chimie est complètement différent du mode de production de l’agriculture productiviste : l’agriculture paysanne traditionnelle fait de la polyculture associée à de l’élevage et de la gestion forestière (agrosylvopastoralisme.) et de nombreuse rotation de culture...L’agriculture moderne fait essentiellement de la monoculture sur d’énorme superficie...pour retourner au système agrosylvopastorale il faudrait un bouleversement important des structures économiques, de distributions, transformation...cela dépasse ce que peuvent faire les agriculteurs en tant qu’individus, cela nécessiterait une intervention méthodique, planifiée de l’ensemble de la communauté nationale, le tout encadré par la puissance de l’état..mais en attendant que faire ? Que proposer à un céréalier qui souhaite travailler plus sainement mais qui ne peut pas non plus transformer du jour au lendemain son exploitation en ferme écologique... ? D’où l’importance dans les phases de transition de trouver des alternatives aux pesticides peut être pas complètement "bio" mais toutefois moins toxiques que ce qu’il est utilisé habituellement...

       
    • #1850542
      Le 29 novembre à 16:05 par Emilien Chaussure
      L’UE renouvelle pour cinq ans la licence d’exploitation du glyphosate

      @goy pride
      C’est pourquoi, sur ce sujet comme sur tous les autres, aucune solution locale, partielle n’est envisageable : c’est toute notre "civilisation" moderne qui doit être abattue. La solution est politique, pas technique. Prendre le pouvoir, restaurer la société traditionnelle : je ne vois pas d’autres solutions.

       
    • #1850662

      @Emilien, je suis d’accord.

       
  • #1850302

    Dossier très complexe, d’un point de vu cancérogène strict le glyphosate seul ne l’est pas. L’association Roundup le concentre et il le devient à la pulvérisation (et oui la dose fait le poison) mais il ne reste pas longtemps dans les sols et il ne serait pas cancérigène à la consommation.
    Par contre il serait perturbateur endocrinien chez l’homme (c’est même son mécanisme d’action chez la plante, d’inhiber l’aromatase). L’aromatase est impliquée dant tout ce qui est fabrication de stéroïdes, et donc il inhiberait entre autres la synthèse de testostérone.

    En tous cas le glyphosate ne donne pas le cancer aux consommateurs ! Plein d’études sérieuses dessus et le résultat est très net !

     

    Répondre à ce message

  • Le BIO, c’est de la foutaise intégrale.

    Les avions d’épandage (chemtrails) nous arrosent la tronche sans distinction, les agriculteurs peuvent bien se suicider, leur salut viendra seulement le jour ou ils bloqueront les aéroports.

    Arrêter de faire l’autruche et levez les yeux au ciel, Dieu n’est pas (encore) enterré.

     

    Répondre à ce message

  • #1850479

    Mais que font les bobos écolos ???....interdiction de fumer dans les lieux publics o.k !...mais bouffer du pain au blé "glyphosaté"... pas de problème avec le crabe ?! ...hum ?!...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents