Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La France va-t-elle continuer à faire tuer ses soldats pour défendre des pays qui les insultent ?

Au Sahel, alors que des soldats français tombent pour la défense de pays menacés par le djihadisme, des manifestations désormais quasi quotidiennes accusent la France de « néocolonialisme » et exigent le départ de l’armée française… Une telle indécence a conduit le président Macron à « convier » les chefs des cinq États du G5 Sahel à une réunion d’ « éclaircissement » qui se tiendra le 16 décembre à Pau, base du 5e régiment d’hélicoptères de combat, unité qui vient de subir de lourdes pertes au Mali.

 

Lors de ce sommet de la dernière chance, trois points devront être abordés :

1) Les accusations de « néocolonialisme » portées contre la France doivent cesser car :

- L’armée française ne combat pas au Sahel pour des intérêts économiques, puisque la région totalise moins de 0,25 % du commerce extérieur de la France. Elle ne combat pas davantage pour son uranium. Sur les 63 000 tonnes extraites de par le monde, le Sahel n’en produit en effet que 2900... Quant à l’or du Burkina Faso et du Mali, il est extrait par des sociétés canadiennes, australiennes et turques. Au point de vue économique, le Sahel est donc inexistant pour la France.
- La France consacre 0,43 % de son PIB à l’APD (Aide publique au développement), soit un peu plus de 12 milliards d’euros en 2018 (7,8 mds de dons et 4,3 de prêts dont tout le monde sait qu’ils ne seront jamais remboursés…). Les trois-quarts le sont à destination du Sahel, soit 9 milliards d’euros directement pris dans la poche des contribuables français. Soit le prix de trois porte-avions. Employée en France, cette somme colossale aurait permis de régler définitivement la question du financement des hôpitaux et de la Justice, tout en effaçant la dette de la SNCF… Cependant, paraissant davantage préoccupé par le sort des habitants du Zambèze que par celui de ses compatriotes de la Corrèze, le gouvernement vient de décider, par oukase, de porter cette APD à 0,55 % du PIB de la France d’ici 2022… Les Restos du cœur n’auront donc qu’à s’adresser à la générosité publique… cependant que les « porteurs de valises » continueront à parler de « néocolonialisme » !!!

2) L’armée française n’a pas pour vocation de combattre à la place des Africains. C’est ainsi que des dizaines de milliers de Maliens en âge de porter les armes vivent en France, notamment à Montreuil, « deuxième ville du Mali ». Touchant des subventions et percevant des allocations généreusement versées par le « néocolonialisme » français, ils laissent nos soldats se faire tuer pour eux… et à leur place. Le comble est qu’au sein de cette diaspora, des blogs très suivis déversent quotidiennement des tombereaux de haine sur la France et son armée.
S’il veut être crédible, le président Macron devra donc annoncer que les animateurs de ces blogs, ainsi que leurs contributeurs les plus virulents seront expulsés de France et remis à l’armée malienne pour incorporation éventuelle.

3) Trois questions devront ensuite être posées aux chefs des États du G5 Sahel, plus particulièrement à ceux du Mali et du Burkina Faso, le cas du Tchad étant différent car l’armée tchadienne a loyalement et efficacement combattu aux côtés de nos forces :

- Combattons-nous le même ennemi ? Si oui, vous devez en fournir rapidement la preuve.
- Désirez-vous le maintien d’une présence militaire qui coûte à la France plus d’un million d’euros par jour ? Si oui, il n’est plus question de tolérer les indécentes manifestations antifrançaises qui se déroulent à Bamako et à Ouagadougou.
- Quels sont vos buts de guerre ? S’il s’agit du retour à l’état antérieur, quand, adossés à l’ethno-mathématique électorale, vous exploitiez vos minorités ethniques (Touareg et Peul), ce qui a provoqué la guerre actuelle, alors, votre combat n’est pas le nôtre.

Les guerres du Sahel ont en effet des causes historiques, politiques et anthropologiques. Quant à l’actuel islamisme, il est d’abord la surinfection de plaies ethno-raciales que les responsables politiques des pays du Sahel refusent de fermer. Barkhane ne peut évidemment le faire à leur place, sa présence n’ayant qu’un but : éviter la désintégration régionale.

Bernard Lugan

 


 

Treize morts pour la France  ?

 

Treize morts pour la France au Mali  ?  En août 2014, Barkhane prend la suite de l’Opération Serval lancée le 11 janvier 2013 par le président Hollande. Aujourd’hui Barkhane mobilise quelque 4500 personnels de nos armées, en principe pour lutter contre AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique), mais aussi contre l’irrédentisme targui, les filières d’immigration clandestine et le narcotrafic destiné à approvisionner nos classes dirigeantes et nos beautiful people en cocaïne colombienne via les Antilles. Des militaires de carrière tragiquement morts au champ d’honneur mais dans lesquels certains voient avec tristesse des hommes participant comme « de vulgaires mercenaires à toutes les guerres du mondialisme  »… Ce qui, hélas, n’est pas totalement faux [1]. Déployés dans la bande sahélienne sur un territoire dont la surface est approximativement celle de l’Europe, leur action s’étend démesurément à cinq pays  : Burkina Faso, Mauritanie, Mali, Niger, Tchad.

 

Au cours de ces six années, ce sont quelque 41 soldats qui auront trouvé la mort dans ces steppes ingrates frappées par la sécheresse et vouées à l’affrontement entre sédentaires et nomades se disputant l’eau et des terres de pâture de plus en plus stériles. Parmi ces 41 disparus engloutis par l’immensité du désert, treize auront donc perdu la vie au Mali le soir du 15 novembre 2019, dans la collision accidentelle de deux hélicoptères. L’un des plus lourds bilans humains, dit-on, depuis l’attentat du Drakkar à Beyrouth (au cours de la guerre civile libanaise), qui avait fait 58 morts le 23 octobre 1983 (simultanément 241 marines américains), drame qui avait conduit au retrait presque immédiat de la Force multinationale de sécurité (FMS) laquelle sera d’ailleurs dissoute en mars 1984.

Ce terrible exemple d’impuissance géopolitique devrait sans doute inspirer à nos actuels prestigieux décideurs, le choix de quitter un théâtre d’opération quasi impossible à tenir avec des moyens dérisoires au regard de l’ampleur de la mission qui sont ceux de nos armées. Des moyens au demeurant de plus en plus restreints par les coupes budgétaires (l’armée étant devenue une variable d’ajustement dans le cadre de politiques d’austérité et d’ajustements structurels qui ne disent pas leur nom), des matériels dont la maintenance est terriblement déficiente [2] et sans aide véritable de la part de nos partenaires européens. Alors se pose crûment la question  : le Mali est-il désormais un champ de bataille où la guerre contre le terrorisme puisse être durablement remportée  ? Ne vaudrait-il pas mieux redéployer nos forces sur le front intérieur tout aussi brûlant en dépit de la silencieuse et terrible complicité des médias et des autorités publiques conspirant à cacher la cruelle vérité… celle d’une guerre terroriste à bas bruit sur le sol européen dont l’ampleur devient extrêmement alarmante  ?

 

Un lourd tribut au Mali pour une paix très improbable

Pourquoi là-bas, alors qu’ici, en Europe, les actes terroristes low cost se multiplient, que ce soit dernièrement à Londres et à La Haye où le Black Friday du 29 novembre aura bien mérité son nom… Ceci pour mieux nous rappeler la folle multiplication de ce type d’actes à travers toute l’Europe, notamment en France et en Allemagne. Pour mémoire récente, pensons à Villeurbanne : le 31  août, un jeune homme de dix-neuf ans est mort de ses blessures et huit autres personnes blessées dont trois grièvement par un migrant clandestin afghan âgé de trente-trois ans. Lui aussi avait entendu une voix lui enjoindre, comme l’accrédité secret défense Michael Harpon, le charcutier halal de la préfecture de Paris, le 3 octobre dernier, de passer à l’acte… Il aurait selon le procureur de la République « entendu des voix insulter le Très haut et lui donner l’ordre de tuer   ». À Cannes, le 6 novembre, un passant d’une soixantaine d’années était frappé à la gorge et au thorax en pleine rue  ! Dans ce dernier cas, comme à Villeurbanne et dans ce type de circonstances, la qualification d’acte terroriste sera très rarement retenue. Toutefois, la liste n’en finit plus de s’allonger  : le 12 mai 2018 à Paris, un dénommé Khamzat Azimov un Tchéchène fiché S, né en 1997 et naturalisé français en 2010, surinait un passant et en blessait gravement quatre autres avant d’être abattu comme le tueur du Pont de Londres. Une ultime mention, relative aux deux jeunes femmes tuées au couteau le 1er octobre 2017 devant la gare Saint-Charles à Marseille… «  Le suspect (quelle circonlocution et quel euphémisme imbéciles !), connu pour des faits de droit commun a été abattu dimanche. La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie, mais le ministre de l’Intérieur se refuse à parler d’attentat » [3]… En dépit d’une revendication circonstanciée émanant d’un organe de propagande de l’État islamique. Une telle volonté à peine dissimulée de falsification des faits par le biais d’un flagrant déni d’évidence, laisse pantois. Où sont les vrais assassins  ? Ceux qui commettent des crimes de sang ou ceux qui le couvrent par un silence de facto complice  ? Assurément, le pays légal est entré en guerre civile sourde contre le pays réel c’est-à-dire la France des petites gens  ! «  Nous ne sommes pas dans le même camp  » lançait Didier Lallement, préfet de police de Paris, le 17 novembre, au lendemain du 53e Acte des Gilets Jaunes, place d’Italie, à une manifestante. Cela se confirme en effet et avec éclat, jour après jour  : l’État Moloch dévore par la répression, la pression fiscale, par son mépris affiché et l’immigration potentiellement terroriste, ceux qu’il devrait préserver et défendre.

 

Les éventreurs de Londres

À Londres, dans la nuit du 31 décembre 2017 au 1er janvier 2018 quatre jeunes gens étaient assassinés au couteau dans diverses agressions au couteau. Des faits-divers qui témoignent de la recrudescence des attaques à l’arme blanche dans la capitale britannique. Une épidémie qui s’aggrave d’années en années : de juin  2017 à juin  2018, la police londonienne aura enregistré 14 769  agressions à l’arme blanche (le journal Libération du 19 déc. 2018 parle d’incidents). En  2017, 123  personnes avaient ainsi été tuées à  Londres… Déjà sur la Pont de Londres où le 3 juin 2017 un véhicule utilitaire balayait les promeneurs et que ses trois cooccupants ne poignardent des consommateurs aux terrasses voisines faisant huit morts et 48 blessés quatre jours avant un scrutin législatif anticipé… un vendredi à l’instar du vendredi 13 novembre 2015 au Bataclan  !  Auparavant, le 22 mars, à proximité du parlement, un individu avait percuté cinq personnes et le 22 mai un attentat suicide à la sortie d’un concert avait causé la mort de 23 personnes…

L’État islamique (EI) a bien évidemment revendiqué l’attaque du 29 novembre dans un communiqué de l’Agence Amak, toujours à la pointe de l’événement  !… Notons qu’Usman Khan, l’assaillant [sic], de nationalité britannique, est un homme  de 28 ans  condamné en 2012 à seize ans de privation de liberté pour des infractions [sic] terroristes et remis en liberté conditionnelle six ans plus tard. Il est évidemment du dernier grotesque de dire qu’il «  purgeait une peine de seize ans d’incarcération pour son appartenance à un groupe ayant eu l’intention de commettre des attentats à la bombe  » puisqu’au Royaume-Uni les remises de peine sont automatiques. Toujours le cynique mensonge institutionnel à l’intention des jobards qui parlent de perpétuité pour des peines ne dépassant pas le vingt années. L’individu, la belle affaire, portait, paraît-il, un bracelet électronique…

Sinistre ironie du destin, les deux victimes du Pont de Londres, Jack Merritt (25 ans), et Saskia Jones (23 ans) travaillaient ensemble – «  Jack comme coordonnateur croyant fermement à la rédemption, et Saskia comme volontaire   » – sur le programme de l’université de  Cambridge Learning Together  (Apprenons ensemble) visant à rapprocher étudiants et criminels dans le but de participer à leur réhabilitation. Qu’en penserait Jean-Jacques Rousseau  ? L’angélisme béat ne connaît-il pas de limites  ? Ou n’est-ce pas une sorte de maladie mentale qui conduit à se faire négationniste fanatique du réel  ? Incroyable faiblesse ou coupable naïveté des démocraties européennes face aux terroristes islamistes, sont des mots trop faibles pour exprimer l’impotence crasse de nos gouvernants à réagir et à prendre les bonnes décisions qui certes n’auraient rien à voir avec la correction politique et la conduite éthique des affaires publiques. Gageons que nos dirigeants sont en fait incarcérés dans une prison mentale, qu’ils sont prisonniers d’une mystique idéologique leur interdisant d’accepter et d’appréhender la diversité des cultures, la diversité ethnique et des architectures neuronales qui font que si les hommes se ressemblent (deux bras, deux jambes, un nez, deux oreilles, deux yeux…) leur univers mental et leur représentation du monde peuvent différer du tout au tout. Mais n’est-il pas interdit d’imaginer un seul instant que les races puissent exister et parfois dans leur radicale hétérogénéité  ? De même que la «  théorie du genre n’existe pas  »… Ce que nous assenait froidement au palais Bourbon, les yeux dans les yeux, Mme Belkacem, à l’instar de M . Cahuzac qui lui, pour sa bonne part, n’avait aucun compte caché.

Toujours est-il qu’il existe ici et maintenant une urgence terroriste. Pour ne prendre que le seul exemple du Royaume-Uni – emblématique de la politique communautariste chère aux Anglo-saxons et que ceux-ci nous ont exporté dans la boîte à malices de l’américanisation (et de la tiers-mondisation subséquente de l’Europe continentale) – l’épidémie d’attaques de rue à l’arme blanche (couteau, machette, hache) compte 43 516 agressions au cours de la dernière année (Bureau britannique de la statistique nationale – ONS), un chiffre vertigineux. Chaque année ce sont des centaines de morts, un toute les 14 minutes, 300 en 2018, principalement de jeunes adultes ou des adolescents [4]. En outre, et il faudra y revenir, le terrorisme extra-européen est aussi sociétal  : la drogue, instrument aux mains de gangs notamment pakistanais, sert au Royaume-Uni à suborner des milliers – oui des milliers – de mineures, à dévoyer des préadolescentes recrutées à la sortie des écoles par ce que les anglais appellent le grooming – la drague sympa et branchée – pour ensuite les prostituer. Une forme discrète de guerre interethnique conduite sous le manteau et sous couvert de libéralisation des mœurs [5]…

 

Rochdale sex gromming gang

 

Retour sur Barkhane  : le vrai front est ici et maintenant

Au regard de ce déferlement de violence, le plus souvent, terroriste (les déséquilibrés chroniques ont beau dos), il faut d’urgence s’interroger sur l’opportunité et la nécessité d’expatrier nos forces de combat dans les déserts nord-sahariens alors que l’urgence est indéniablement ici. À quand la reprise du contrôle des territoires interdits de la République par nos forces armées  ? C’est ici qu’il faut tarir la demande en stupéfiants, ces nouveaux Épices, qui font le régal des nantis du nouveau monde liquide de M. Macron, n’ayant aucun scrupule à envoyer nos engagés mourir sur les sables arides des confins sahariens. Bien sûr, nos militaires sont des aventuriers, mais quelle gloire espèrent-il récolter dans des guerres menées au profit évidemment exclusif de l’Empire messianique de la finance, des narcotiques et des armes  ?

En quoi la sécurité extérieure de la France se trouve-t-elle réellement engagée aux confins du Sahara où des bandes de pouilleux – naguère de fiers arpenteurs du désert, les Imajaghen, ces Hommes libres qui donnèrent tant de fil à retordre à nos méharistes – font régner la terreur islamique au sein d’États faillis dirigés par des bourgeoisies corrompues et dormant apparemment sur le lit moelleux de gros gisements aurifères… Tout comme les Nigériens couvent de considérables ressources en pétrole, or, uranium et tutti quanti, toutes richesses susceptibles, soixante ans après les indépendances, d’arracher à l’enlisement du sous-développement des populations pour l’heure sans avenir… si ce n’est d’embrasser l’ordre mortifère de la charia wahhabite  ! Une idéologie d’importation, un internationalisme confessionnel (confondu avec l’Oumma, la Communauté des croyants) et une forme de néocolonialisme issue de l’Algérie des années de braises, au cours des années 90, et des boucheries perpétrées par le Groupe islamique armé (GIA) qui deviendra le Groupe salafiste pour la prédication et le combat et ultérieurement l’AQMI… Que nous devons affronter ici, chez nous et non ailleurs, parce qu’à présent la maison brûle. Il serait temps de s’en apercevoir et de prendre les dispositions qui s’imposent avant qu’il ne soit trop tard.

 

Les criminelles errances de la politique arabe de la France

Le GSPC est né de l’annulation – avec l’aval de Paris – du second tour des élections législatives du 26 décembre 1991… puis du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) apparu en 1998 et dont les membres pourchassés passeront en Libye pour y former la putride poche de pus que MM. Sarkozy, Kouchner et Lévy – avec les encouragements et l’assistance de l’OTAN et de M. Obama – s’empressèrent de crever en 2011, sous couvert d’ingérence humanitaire  ! S’ensuivit un bain de sang démocratique et politiquement correct, non encore tari, lequel a abondamment alimenté depuis l’éclosion des mille fleurs de sang des printemps arabes, tout autant le brasier syrien que pourri le Sahel… et par contrecoup l’Europe transformée en Camp des saints sous une poussée migratoire qu’avait jusque là contenu le Guide de la Jamahiriya libyenne, alias l’homme fort Mouammar Kadhafi… Pour cause d’assassinat sous les balles téléguidées d’un agent couleur locale appartenant vraisemblablement à la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), soit une authentique exécution extrajudiciaire destinée putativement à effacer une dette électorale du chef de l’État français, un scandale qui couve toujours depuis 2007 et à satisfaire des appétits pétroliers jamais assouvis [6].

Un rappel utile si l’on veut un peu savoir dans quel contexte s’est développée la crise malienne, son origine et, en fin de parcours, les raisons bonnes et surtout mauvaises de la présence de soldats au Sud-Sahara… en espérant que nos soldats ne s’y enlisent pas totalement  ! Au final toutes ces péripéties en disent long sur les méandres et les circonvolutions de la politique méditerranéenne de la France moderne. Cela n’est guère brillant et ne vaut pas la peine que l’on meure pour de telles misérables causes. Morts pour la France  alors ? Encore cela suppose-t-il que l’entité dite France existât encore, ailleurs que verbalement par une sorte d’habitude d’usage convenu dans le discours politique… Bref, une notion vidée de son sens, exsangue mais encore prisée dans et pour les envolées lyriques destinées à faire vibrer ce qui reste de la fibre patriotique, dernier avatar de l’héritage ancestral de la tribu gauloise à la nation en passant par le village, le pays et le royaume.

Mais ce sera bientôt terminé  : micro fermé, caméras éteintes, le vocable « patrie » fait ricaner  ; c’est un mot creux, ringard, frisant le ridicule. Or ce constat est vrai depuis le 11 mai 1981 et l’arrivée aux affaires de la nouvelle vague des gauchistes reconvertis dans le big bizness (exemple la Fnac), les services, le showbiz et la com’. Quand et où la France est-elle morte  ? À Verdun  ? Lors de l’offensive allemande de 1940  ? En 1945 à l’occasion des grands massacres génocidaires des élites héritières de l’ancienne France  ? En 1962 quand De Gaulle trahit l’Algérie et l’abandonne au couteau des tueurs du FLN, fils et petits fils des bandits d’AQMI   ? En vérité, la France n’a pas cessé d’agoniser depuis 1962, jour de grande honte… À partir de là, la France s’est enfoncée toujours plus loin dans la torpeur précédant une mort devenue patente… La France ou l’Hexagone, le terme est plus approprié, est en état de mort cérébrale (plus encore que l’OTAN selon M. Macron) et dirigée par des zombies malfaisants ayant à leur tête une clique d’incapables prétendument en Marche. Vers quoi  ? L’abîme  ?

Source : geopolintel.fr

 

Notes

[1] P.P. d’Assac « Charles De Gaulle – De la légende à la réalité » juin 2019 p.288

[2] D’après le général Dominique Delawarde : « Les troupes envoyées en OPEX en particulier au Sahel n’ont plus le niveau d’entraînement suffisant depuis le début des années 2000, ce qui augmente considérablement le risque de mortalité en opération. En outre, les matériels majeurs utilisés en opération n’ont plus un niveau de DTO (Disponibilité technique opérationnelle) suffisant. Le rapport d’information (non classifié) de la commission parlementaire de la défense et des forcesaArmées du 9 décembre 2015 est déjà effarant quant aux conséquences liées au rythme soutenu des opérations extérieures (OPEX) et au maintien en condition opérationnelle des dits matériels. Il confirmait l’état de déliquescence des matériels majeurs des armées françaises. Le parc hélico était particulièrement visé par ce rapport ». Le chef d’état-major des armées (Cema), François Lecointre ne disait pas autre chose le 17 juillet 2018 devant la commission de la défense de l’Assemblée nationale, en soulignant que « l’armée française est éreintée, sous-équipée, sous-dotée, sous-entraînée ». Fichtre !

[3] La section antiterroriste du parquet de Paris ayant été saisie, les enquêteurs déclaraient vouloir rester « prudents », certains éléments devant être encore éclaircis. Comme si les faits dans leur atroce brutalité ne se suffisaient pas en soi. L’agence de propagande Amak et relayée par le centre américain de surveillance des sites djihadistes, a pourtant aussitôt revendiqué l’acte et le tueur comme un « soldat encarté de l’EI ».

[4] Témoignage daté 25 novembre 2019 - www.youtube.com/watch ?v=4-jz...

[5] À voir : « La vérité sur les viols de Telford et Rotherham : Les Grooming Gangs » https://youtu.be/FM94ISWoN_8

[6] Mouammar Kadhafi ayant été localisé à Syrte par les forces américaines, Nicolas Sarkozy aurait personnellement chargé son chef d’état-major particulier le général Benoît Puga (catholique traditionaliste, auparavant patron de la DRM, la Direction du renseignement militaire, il poursuivra sa mission de cabinet auprès du président Hollande) de superviser la chasse à l’homme. Celui-ci sera finalement abattu d’une balle dans la tête le 20 octobre 2012 après avoir été débusqué. Le 28 septembre 2011 Mahmoud Jibril, ex-président du Conseil national de transition libyen (CNT), confessait à la chaîne égyptienne DreamTV qu’un membre d’« un service de renseignements étranger infiltré au sein des Brigades révolutionnaires » aurait abattu le raïs… « Ces services voulaient que Kadhafi se taise à jamais. Il était en possession de certains secrets et détenait des documents ».

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

59 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Personnellement ce genre de larbins peut crever par paquets de 1000, je m’en branle ! Enfin ça me fait pas bander ce genre de soumises pleureuses... question de goût... mdrrrr

     

  • Ces jeunes hommes africains qui encombrent les rues des villes d’Europe, armés de leur portable et plus parfois, doivent revenir chez eux, dans leur continent, servir leur pays et leur famille ou leur ethnie, leur village, leur grand-père. Que font leurs filles, mères, femmes et sœurs dans ces endroits dangereux, sans protection masculine ? À leur avis ?
    Soyons féministes, compatissants, tiers-mondistes, africanistes, et pour la paix dans les ménages et harems : renvoyons ces inutiles là où ils épanouiront leurs qualités traditionnelles et leur virilité combative.
    Payer les retraites ? Nos vieux éléveront des poules et des agneaux s’il le faut, ils feront sans vous ; d’ailleurs les Africains détestent les vieux blancs et les Européens en général, quelle idée de leur faire payer leurs retraites ?


  • " ... Quand et où la France est-elle morte  ? ..." Depuis le départ du Général De Gaulle.

    Mais la France est toujours là, juste le verrou de 1789 à faire sauter dans la tête des français. Avoir tué son roi, pour que en prendre plein la figure depuis, si les français comprenaient.

     

  • Et alors...
    Faut bien protéger la boutique.
    Et en contrôlant les frontières nord sud et ouest la terre d’abondance du Niger est protégée.
    Enfin presque.


  • Le pays est occupé comme l’outre-Manche, il fait là où on lui dit. Ici il est depuis 1958 fasciné par l’autodestruction, lente mais inéluctable. Il obéit aux ordres. Qui sont anglo-saxons depuis au moins 1815.

     

  • Qui sait ? Un jour peut-être, le Français lambda se mettra lui aussi, à entendre des voix. À en juger par l’urgence incontestable, le plus tôt serait sans doute le mieux. Et puis ça occuperait de manière tangible, les gredins gouvernementaux...

    À toute chose, malheur est bon !


  • Ils les insultent moins quand il s’agit d’obtenir des papiers Français.


  • Ben oui, faut bien défendre les intérêts privés des oligarques


  • "des centaines de morts, un toute les 14 minutes, 300 en 2018"
    C’est que je suis pas réveillé ou y’a une coquille dans les chiffres ?
    Très intéressant du reste !


  • S’il voulait être totalement honnête, il ne parlerait pas de l’APD (Aide publique au développement). En effet, cet argent ne quitte pas la France. Elle est une subvention aux transnationales françaises.


  • "accusent la France de « néocolonialisme » et exigent le départ de l’armée française…"

    Accusations lues souvent ici... tenues par de la racaille ingrate, qui semblent regretter l’époque bénie des torchis en bouses...

     

    • Ah donc c’est faux ?
      Non parceque c’est bien de vomir son mépris c’est mieux de donner des explications..et les gens comme vous n’en ont pas.

      Néocolonialisme et prédations économique y’a quelque chose que vous ne comprenez pas dans ces concepts ?
      Problème cognitif ou bien ?


    • Archimède même si la France pillait l’Afrique, avec tout ce que nous coûtent les immigrés sur notre sol, nous serions encore déficitaires, et les Africains bénéficiaires au final, sur notre sol. Donc oui sur l’ardoise de la Françafrique, les seuls bénéficiaires sont les africains, ne vous en déplaise.
      Rien que les "mineurs isolés", qui, comme on le sait, ne sont pas vénézuéliens, coûte 2 milliards d’euros par ans aux colons. Donc remballez vos jérémiades...


    • ""Donc oui sur l’ardoise de la Françafrique, les seuls bénéficiaires sont les africains, ne vous en déplaise""

      Décidément on rigole bien ici !
      La mauvaise foi teintée d’ignorance est la chose la mieux partagée dans ce pays, surtout en ce qui concerne l’Afrique..

      C’est ca oui la France sans le franc cfa sans l’uranium qui fait tourner ses centrales sans le cobalt sans l’or c’est le paradis !
      Vous seriez comme la Roumanie sans l’Afrique.

      Écoutez vos présidents qui eux ne prennent pas de gants pour dire la réalité. .Chirac et Sarkozy .
      Google est votre ami.


    • "Google est votre ami"...

      Non, il est l’ennemi. Cessez de propager leurs slogans svp, vous serez plus crédible.

      Effectivement, on se marre bien ici.


    • ""Cessez de propager leurs slogans svp,""

      Slogans ? Pourquoi c’est dérangeant ? Mal intentionné ?
      Non c’est simplement la vérité.
      Cessez d’intervenir sur des sujets que vous ne maîtrisez pas..ca vous évitera l’indigence..relisez vous


    • Archimède ce sont les Français qui ont fait et font la France, c’est à dire une des plus grandes nations de l’Histoire et pas l’or ou l’uranium de votre continent que nous payons bien trop cher.
      La France sans les ressources modernes dont vous parlez, ça donne la France de Louis XIV, ce qui est toujours mieux que n’importe quel pays d’Afrique actuel.
      Le vérité est dure à entendre n’est-ce pas ?


    • Archimède : Il faut vraiment être d’une grande crédulité pour prendre les déclarations de Chirac et Sarkozy au sérieux. Ou malhonnête, au choix...


    • Joseph @"La France sans les ressources modernes dont vous parlez, ça donne la France de Louis XIV, ce qui est toujours mieux que n’importe quel pays d’Afrique actuel"".

      Donc vous confirmez c’est bien..
      Oui l’Afrique actuelle ne fait pas rêver (encore que on ne parle que de l’Afrique francophone ) mais pourquoi ce mépris quasi maladif ? Vous pouvez pas admettre de simple faits c’est fascinant cette mauvaise foi.

      Quant à Chirac et Sarkozy je ne vois pas en quoi leur déclaration (non officielle) serait à mettre de côté, contrairement aux "thèses" de Lugan et autres africanistes lobbyistes.


    • Les Français finiront tôt ou tard par payer leur ignorance et leur arrogance crasse vis à vis de l’Afrique. Quand je lis certains commentaires sur ce site, je me dis que la chute sera brutale pour beaucoup.


  • Si l’armée française se retire, les pays du Sahel vont tomber aux mains des islamistes et des centaines de milliers d’africains vont demander l’asile en France, après avoir insulté ses soldats .

     

  • defendre ? rien que le titre est déjà faux ... il défendent rien du tout ils pillent ...


  • Il faut reflechir tactique

    beaucoup de gens de ces pays font des calculs stratégiques pour pouvoir émigrer en France...Une partie de la population veut que le conflit s’étende pour pouvoir ensuite venir en France et demander l’asile politique qui leur sera donné automatiquement pour cause de guerre...Déjà bcq de camerounais au Maroc avec femme et enfants au feux rouges faisant la manche veulent passer en France et arguent du fait d’une pseudo guerre en casamance pour demander l’asile politique en France...Le discours est bien rodé, on utilise les nourrissons nés sur la route pour attendrir la population marocaine et petit à petit cts après cts pouvoir payer le passeur...La situation dure depuis 3 ans au Maroc, et à chaque fois dans la ville que je connais pour mes vacances, ce n’est plus les mêmes personnes, pour avoir parlé à plusieurs d’entre eux, ils sont déterminés, et tous les moyens sont bons pour arriver à leurs fins, nous ne sommes qu’au début de la submersion migratoire, ...Le bateau France va finir par couler si on arrive pas en tant que société à dépasser nos limites humanistes, les limites que eux migrants se sont déjà attribués entre eux...

     

  • Morts pour la France ? Ah bon ? C’est le pays qui est en guerre ? Pour quels intérêts ? Et pour qui ?


  • " Treize morts pour la France  ?"

    Non, non, non et non. Ils ne sont pas morts pour la France, mais morts pour la RÉPUBLIQUE.
    Ces cerbères républicains sont au Sahel pour rabattre les migrants vers les côtes afin que l’Aquarius puisse les prendre en charge. L’armée est le premier maillon de l’immigration. C’est elle qui met en branle le "troupeau". Les ONG humano-nympho-subventionnées prennant ensuite le relai pour le transport maritime et l’acceuil à destination.
    La république maçonnique voulant exclusivement du "mâle non-blanc en âge de procrer", l’armée est aussi chargée de faire discrètement le tri au départ.
    L’incantatoire "lutte contre le terrorisme" est une illusion destinée à endormir la vigilance du mougeon autochtone. Et cette illusion marche encore très bien vu que les Français continus de voter et de chérir le drapeau tricolore de la république.


  • Le comic il faut l’arrêter !!!
    La France ne défend que ces propres intérêts et ceux des ses maîtres : les lobbys !

     

    • Ne pas confondre les intérêts de la France avec ceux d’une poignée de multinationales "française" qui instrumentalisent les corps constitués de la nation française pour leur propres intérêts privés. Certes il peut y avoir une convergence de ces intérêts privés avec ceux collectifs des Français quand il s’agit par exemple d’exploiter des matières premières (uranium...) qui serviront à satisfaire les besoins nationaux. Toutefois je doute que le rapport bénéfices coûts soit à l’avantage de la nation française quand on sait ce que coûte aux contribuables le déploiement de troupes à l’étranger ! C’est colossal en terme financier !


    • @goy pride
      Certes il peut y avoir une convergence de ces intérêts privés avec ceux collectifs des Français quand il s’agit par exemple d’exploiter des matières premières (uranium...) qui serviront à satisfaire les besoins nationaux.

      Oui justement ! Ceci n’est pas négligeable. Sans cela, la France chute de plusieurs places, mais vraiment de plusieurs places sur la liste des pays les plus riches.
      Ce dont bénéficient les migrants en France est du pipi de chat par rapport à ce dont les Français bénéficient de la part de l’Afrique. On doit se le dire.


  • Tout migrant mâle devrait être enrôlé de force dans un corps expéditionnaire de légion étrangère pour aller combattre le soi-disant terrorisme au Mali ou ailleurs ! Plus un seul français de souche ne devrait tomber en opex quand on a des milliers de parasites au droit d’asile, entretenus à nos frais !


  • Non seulement ils nous insultent mais pire cela sera notre Afghanistan/ Vietnam, lire les pentagons papers sur l’Afghanistan, le cout humain et financier pour rien car Mali et Afghanistan sont des régions tribales qui ne connaissent pas un état centralisé. C’est tout bon pour les marchands de canon ces interventions, c’est eux les bénéficiaires Trump essaie bien de s’opposer mais tous les " démocrates " sont pour.
    Isolationnisme , fermeture des Frontières et ré-migration.

     

    • Entièrement d’accord..Vos solutions ne sont pas stupides à court terme.

      1- Remigration surtout de toutes les multinationales mondialistes Total Areva etc..qui pillent ce qui ne leur appartient pas.

      2- Visa obligatoire pour tout les ressortissants Francais en Afrique francophone, question de réciprocité.

      3- Retrait immédiat de toutes les troupes armées Françaises.

      Vous serez crédible lorsque vous proposez à minima ces 3 mesures fortes..sinon vous pouvez continuer à vous plaindre des méchants migrants envahisseurs qui vous prennent 3 points de PIB (ironie bien sûr )


  • Le "terrorisme islamiste" a bon dos. Il est l’instrument privilégié de l’Empire, pour diviser et mieux régner. En un jour, ce terrorisme fait plus de victimes dans les pays musulmans que dans les pays non-musulmans ... Dans l’Empire, il y a de nombreux intérêts musulmans (les monarchies du Golfe et les dirigeants francs-maçons des pays musulmans). Cessons d’ostraciser les musulmans et concentrons-nous sur notre réel adversaire : la finance, le capital, l’usure !


  • Conclusion de Bernard Lugan : "Les guerres du Sahel ont en effet des causes historiques, politiques et anthropologiques. Quant à l’actuel islamisme, il est d’abord la surinfection de plaies ethno-raciales que les responsables politiques des pays du Sahel refusent de fermer. Barkhane ne peut évidemment le faire à leur place, sa présence n’ayant qu’un but : éviter la désintégration régionale".
    Les soldats de l’armée française sont donc des serviteurs de la paix et de l’union ? N’est-ce pas précisément le rôle de l’ONU et de ses casques bleus ?


  • Effectivement Mr Lugan il y a une forme d’indécence dans ces accusations que vous avez raison de souligner mais n’oubliez pas non plus de rappeler que cette situation découle avant tout de l’intervention de la France Sarkozyienne en Lybie...

     

  • L’élite de l’armée française est envoyée à la mort, pendant que des centaines de milliers de maliens en âge de combattre viennent clandestinement en France pour siphonner la CAF. Officiellement l’immigration coûte plus de 25 milliards d’euros par an. Des études indépendantes parlent de 75 milliards d’euros par an...

    Des millards d’euros cramés pour rien, alors qu’il n’y a plus de fric pour les retraites, que les hôpitaux sont au bord de la faillite, que la France rurale et ses petits villages sont en train de crever à petit feu ! C’est complètement délirant...

     

  • Morts pour des confettis d’empire,pour l’orgueil d’une nation qui se prétend "grande puissance",pour la françafrique,morts pour rien !!!


  • N’y aurait il pas des israéliens dans le secteur du sahel , arrivés depuis peu ?

     

  • Que la France quitte l’Afrique. Que fait-elle la-bas ?


  • Je suis effectivement du même avis que B. Lugan concernant la nécessité de la présence militaire française au Sahel. Ces États (si on peut les appeler ainsi) d’Afrique de l’ouest sont pathétiques. Voilà déjà à plus de 60 ans d’indépendance vous avez à faire à des structures bancales, fragiles, des non-Etats gouvernés par des bandes d’incapables ! Des "armées" mal formées, sous équipées, et dont la principale mission consiste le plus souvent à aller tabasser des opposants politiques dans des manifestations et détourner les budgets destinés à l’acquisition d’équipements militaires. Si la France n’avait pas été au Sahel, je parie que le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Sénégal, le Benin et même le Nigeria pour ne citer que ces cas là, n’existeraient plus ; il y a longtemps que les narco trafiquants et les djihadistes touaregs leurs auraient déjà réglés leur compte !
    Le Tchad fort heureusement n’est pas ainsi. Ce n’est pas une démocratie, loin de là, mais on a vu la valeur de leurs soldats dans la lutte contre Boko Haram, pareil pour le Cameroun, une vraie dictature qui a toutefois décimé ce groupe terroriste dans le Lac Tchad. Il existe certes en Afrique des pays comptant des structures de défense solides et fiables, mais ils sont peu nombreux, très peu. L’Afrique de l’ouest en matière militaire, c’est du vrai n’importe quoi.
    Mais je veux rappeler tout de même que l’armée française a joué un rôle calamiteux dans la crise ivoirienne depuis 2003 jusqu’à la chute de Laurent Gbagbo. Il ne faut pas l’oublier. Donc, les accusations de néocolonialisme dont elle fait l’objet aujourd’hui ne sont certes pas justifiées, mais ont quand-même une certaine origine. La France est incapable d’expliquer raisonnablement sa présence jusqu’à ce jour en Côte d’Ivoire. L’on ne saurait également oublier le rôle effroyable de la France dans la guerre secessionniste au Biafra, où elle avait supplié en vain l’ex président du Cameroun Ahidjo, en vue d’utiliser ce pays comme base arrière pour mieux attaquer et démanteler le Nigeria. Parfois il est nécessaire d’affronter la vérité en face. La France n’a t-elle vraiment rien de rien à se reprocher dans la conduite de ses Opex ?


  • Si les têtes dirigeantes de l’armée n’étaient pas franc-maçonnes, nos frères et sœurs qui nous protègent a l’extérieur du pays auraient sûrement remis de l’ordre à l’intérieur. Honneur, Force et Bravoure.


  • Qui peut croire que la "France" est dans les pays du Sahel pour protéger ces habitants quand on voit avec quelle violence la "France" maltraite, tabasse, gaze et mutile, les gilets jaunes en France ?


  • il me semble qu’il faut bien distinguer les 2 articles, celui de M. Lugan, toujours très clair, et celui de geopolintel.fr.
    Ce deuxième article est beaucoup plus tendancieux en ce sens qu’il tend à nous faire prendre des vessies pour des lanternes : c.à.d. "des déséquilibrés à couteaux" pour "de dangereuses organisations terroristes" . Le terrorisme islamiste est une création occidentale bien utile aux pouvoirs. Agiter la peur c’est le servir.
    et puis la mortalité par crime en Europe occidentale c’est "pinuts", qu’on arrête de nous faire chier avec ça (ou je vais commettre un fémininocide de femme de genre féminin),( ou le contraire...)


  • « Des aéronefs non identifiés survolent nos bases et zones d’opération. (…) Désormais, des instructions ont été données aux unités déployées pour qu’ils soient considérés comme ennemis et traités comme tel », a écrit le chef d’état-major général des armées du Burkina Faso, le général de brigade Moïse Miningou, dans un courrier adressé le 15 novembre à l’attaché de défense de l’ambassade de France à Ouagadougou.

    « Par conséquent, nous vous prions de bien vouloir nous informer 48 heures à l’avance, de tout déplacement de vos aéronefs dans ces zones et en coordination avec l’Armée de l’Air et l’État major général des armées », assène le général. Le texte, qui a fuité sur les réseaux sociaux, a enflammé la toile burkinabè, sur fond de montée d’un sentiment anti-français dans un Sahel où la situation sécuritaire s’aggrave.


  • Niger=uranium=areva=France
    Côte d’ivoire=coup d’état formente par Sarkozy pour maintenir les droits de bollore et bhl...
    Khadafi à voulu créer une monnaie indexée sur l’or pour sortir les pays africains du franc cfa,imprimee
    Par la france et qui coûte Plusieurs milliards d’euros aux pays africains...
    L’ immigration qu’est ce que l’immigration...
    Une main d’œuvre bon marché pour le patronat


Commentaires suivants