Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La bulle immobilière chinoise est d’une ampleur jamais vue dans l’histoire du monde moderne, et elle est sur le point d’éclater

« Le système bancaire occulte chinois a échappé à tout contrôle et il est soumis à une pression croissante des investisseurs qui ont de plus en plus de mal à refinancer leurs dettes de court terme », a avertit l’agence de notation Fitch, dont les conclusions ont été rapportées par Ambrose Evans-Pritchard du Daily Telegraph.

Selon l’agence, L’ampleur des prêts consentis en Chine est si extrême que le pays ne réussira plus à se sortir de ses excès comme il l’avait fait par le passé.

« Le modèle de croissance basé sur le crédit est clairement en train de voler en éclats. Cela pourrait alimenter une crise massive de sur-capacités, et potentiellement à une déflation de style japonais », a indiqué Charlene Chu de Fitch. Elle précise que le système bancaire souterrain chinois n’offre aucune transparence. « Nous ne savons pas qui emprunte l’argent, qui sont les prêteurs, et quelle est la qualité des actifs, et cela sape la crédibilité des signaux », a-t-elle dit au Daily Telegraph.

Les défaillances de prêts du pays ne représentent guère qu’un pourcent mais cela n’est pas significatif, dans la mesure où ce ne sont pas les banques, mais de nombreux autres types d’organismes financiers tels que des fonds de placement, des trusts, et des établissements financiers opaques qui ont accordé plus de la moitié des prêts récents. « Une grande partie de l’exposition des banques à l’immobilier n’est pas enregistrée comme de l’immobilier », explique Chu.

Les inquiétudes montent depuis que l’on a commencé à enregistrer quelques incidents de paiements liés à des trusts. La banque Everbright a fait défaut il y a une dizaine de jours sur un prêt interbancaire dans un contexte de forte hausse du taux d’intérêt Shibor, indiquant que les liquidités commencent à se tarir.

Depuis l’effondrement de la banque Lehman Brothers, le crédit est passé de 9 000 à 23 000 milliards de dollars. « Le pays a dupliqué la totalité du système bancaire commercial américain en cinq ans », commente Chu. En 2009, la Chine a décidé d’injecter l’équivalent de 12% du PIB pour tenter de tenir la crise mondiale à distance. Cela a alimenté une bulle spéculative immobilière assortie d’une énorme dette envers les autorités locales. Le ratio du crédit par rapport au PIB est passé de 75% à 200% au cours des cinq dernières années. Par comparaison, ce ratio n’avait progressé que de 40% au cours des cinq années qui avaient précédé la crise des subprimes aux États-Unis. « C’est bien pire que tout ce que nous avons pu connaitre auparavant dans une économie majeure. Nous ne savons pas ce qui va se passer. Les six prochains mois seront cruciaux », estime Chu.

En Avril, Fitch a déjà décidé pour la première fois en 14 ans de dégrader la note de long terme de la devise chinoise de A+ à AA-. Toutefois, elle considère toujours que le gouvernement chinois aurait les moyens de faire face à une crise financière, quelle que soit son ampleur.

Celui-ci a mis fin à ses incitations dans le domaine du crédit immobilier, en restreignant l’offre de crédit, et en obligeant les banques à respecter des ratios de détention de réserves plus importants pour stopper la spéculation immobilière. Mais le système bancaire souterrain a pris le relai.

Un autre problème provient de la baisse de l’efficacité de ces prêts pour générer de la croissance supplémentaire pour la Chine. En 4 ans, le PIB supplémentaire généré par chaque yuan de prêt supplémentaire est passé de 0,85% à 0,15%, signalant l’épuisement du système.

Selon Wei Yao de la Société Générale, le ratio d’endettement des entreprises chinoises a atteint le seuil critique de 30% du PIB, qui correspond au seuil typique des crises financières. De nombreuses entreprises ne parviendront pas à rembourser le principal, ni à servir les intérêts de ces prêts. Selon elle, le pays se raproche d’un « Minsky Moment », c’est-à-dire du moment où la pyramide de la dette s’effondre sous son propre poids. « La boule de neige de la dette devient de plus en plus grosse, sans contribuer à l’activité économique réelle », avertit-elle.

Rebondir sur le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • j’espère bien qu’elle va éclater cette bulle, depuis le temps qu’on entend crier "au loup !". Ou une autre. Mais pour en attendre quoi ? Un vrai feuilleton de série télé ces histoires de bulles. Pour un peu qu’elles soient pleines de CO2, le réchauffement climatique va encore empirer. Oh là là, j’ai peur !

     

    • Hélas, le Co² ne participe nullement à l’effet de serre, le temps passe mais les mensonges ont la dent dure. ^_^

      Le pire c’est que l’effet de serre bloque en plus les rayons du soleil, donc participe à la limitation naturelle et cyclique de la monté en température, comme c’est le cas lors d’une erruption volcanique.

      Enfin bref, concernant la Chine, il faudrait se demander pourquoi un pays qui avait y’a pas si longtemps, presque 10% de croissance par an c’est mis tout d’un coup à fouttre en l’air son avenir en faisant comme les autres, c’est à dire, fabriquer des bulles, par-ci par-là, mon cerveau conspirationniste ce dit qu’ils auraient pas mieux fait pour participer à la chute" mondiale" du système, et en ayant une place V.I.P, et oui mondial, est le nouvel ordre, qu’on se le dise.


  • le coran est explicite pour ces derives :

    276. Allah anéantit l’intérêt usuraire et fait fructifier les aumônes. Et
    Allah n’aime pas le mécréant pécheur.

    277. Ceux qui ont la foi, ont fait de bonnes ouvres, accompli la Salat(priere) et
    acquitté la Zakat (aumône), auront certes leur récompense auprès de leur Seigneur.
    Pas de crainte pour eux, et ils ne seront point affligés.

    278-279. ô les croyants ! Craignez Allah et renoncez au reliquat de l’
    intérêt usuraire, si vous êtes croyants. Et si vous ne le faites pas, alors
    recevez l’ annonce d’ une guerre de la part d’ Allah et de Son messager. Et
    si vous vous repentez, vous aurez vos capitaux. Vous ne léserez personne, et
    vous ne serez point lésés.

    Ce systeme est voué à l’effondrement total ....

     

    • Je me permet de rappeler à toute fin utile que parmi les enseignement de l’Islam, il y en à un à ne pas négliger avant d’émettre un avis, il consiste à vérifier toute information avant de prononcer un jugement ou d’engendrer une quelconque réaction, or de qui nous vient l’information en question ??? Fitch... une agence de notation américaine au service même de la finance usurière, je m’interroge donc sur la validité de l’info, surtout quand on sait que la Chine est une des première créancieres des états-unis.
      D’autre part, bien d’autres infos que prétend révéler cet article poussent à s’interroger, notamment quand il insiste sur l’opacité financière chinoise et de qui sont les réels bénéficiaires de ces fameux prêts.... honnêtement, combien de banques connaissez vous qui :
      - acceptent de vous procurer des prêts sans être au courant du projet que vous comptez financer avec ???
      - acceptent de financer des prêts sans connaitre qui en sont les destinataires réels (ne serais-ce que pour savoir contre qui se retourner en cas d’impayé) ???
      Non franchement, je ne pense pas que cette pseudo information peut être jugée comme fiable et je pense qu’elle doit être prise pour ce qu’elle est, une tentative de déstabilisation et d’infiltration de la finance chinoise.
      Si la Chine manquait réellement de capitaux, je pense qu’au lieu d’emprunter à des taux qui ont dut exploser vu la dégradation de sa note (de A+ à AA-) elle aurait tout simplement réclamé aux états-unis le rapatriement de ses capitaux, qui, si je ne m’abuse représentent 13/14% du "porte-feuille américain" (ce qui représente un beau paquet d’argent)
      Donc avant de s’empresser à juger de l’état de santé de la finance chinoise, je pense qu’il serait plus pertinent de savoir qui représente Fitch, quels sont ses réels intérêts et dans quel but à été lancé cette rumeur.

      Evidemment je ne remet pas du tout en question les enseignements coranique sur l’usure cités ci dessus, bien au contraire, je dit simplement qu’avant de dire que tel ou tel pays en est coupable, il faut savoir qui l’en accuse et pourquoi quand on sait que les états unis (Fitch y compris) en sont les champions du monde^^


    • @sulayman :

      Je m’apprêtais à poster à peu près exactement le même commentaire, presque au mot près. La première chose à laquelle j’ai pensé en lisant l’article c’est, comme toi, que Fitch faisant ce genre de reproche, c’est l’hôpital qui se fout de la charité.

      Il ne faut jamais oublier que la Chine est en guerre avec les USA, tout comme la Russie, les BRICS quoi, particulièrement le Groupe de Coopération de Shanghaï.
      Par conséquent, toutes ces infos destinées à faire perdre la confiance envers ces pays ne sont qu’autant de "tirs de missiles" dans le cadre de cette guerre qui ne dit pas son nom.


    • @suleyman...bien vu..... :-) :-)


  • çà en fait des bubulles, j’espère qu’elles ne vont pas toutes éclater en même temps :x


  • "une bulle ca ne se degonfle pas , ca finit toiujours par eclater...(Olivier Delamarche) . Voir Video de ce jour


  • Oui il y a une bulle, et au moins 50% de la richesse produite en Chine est venue du boom de l’immobilier (ce sont pas les salaires dérisoires qui ont fait émerger une classe moyenne en Chine et tout le monde n’est pas entrepreneur...).

    Mais ce qu’on oublie de dire c’est :

    - la Chine est un pays très peuplé, elle avait et a encore aujourd’hui besoin de logements et d’infrastructures modernes, comme en Europe de l’est, il faut voir d’où ils viennent...il y a encore de la marge.
    - la Chine connaît encore un exode rural d’une ampleur incroyable, cf modernisation de l’agriculture, droit de se déplacer, attrait des grandes villes et villes côtières, donc des nouveaux arrivants pour soutenir le marche’ de l’immobilier il y en a...attention tout de même a la surchauffe
    - le gvt n’as aucune intérêt a faire éclater la bulle, et il a des moyens financiers important. il a déjà mis en place des mesures pour freiner la hausse (due a une spéculation effréné des promoteurs et de la classe moyenne sup.)

    Maintenant quand on voit les prix a Pékin, shanghai ou Canton qui rattrapent ceux de paris, le revenu moyen, la qualité de vie...mm ça laisse songeur...

    Mais on compare ici des choses qui se sont pas equivalente.

    P.


  • Il est absolument certain que l’économie chinoise n’est pas viable, et condamnée à court-terme, puisqu’avant-même la sortie du présent article, la démonstration de cette triste vérité a été produite, avec moultes arguments sérieux, par d’éminents économistes, au rythme implacable d’une fois par an, depuis 1980.


  • Le problème dans cette nouvelle c’est justement Fitch.
    Le troupeau, où plus précisement l’auto-proclamé Triumvirat que sont Standard &Poor, Fitch, Moody se sont imposés comme réference en matière économique.
    Pourtant à y voir de prés voilà ce qu’avait pensé cette bande de trois sur les situation économique :
    - Quelques mois avant l’explosion des subprime, la bande des trois avait donné AAA aux subprimes. Inutile d’en dire plus vous connaissez la suite.
    - Bien entendu, il n’a jamais été question de crise imminente, alors que tous les indicateurs étaient au rouge. Pour eux, avant 2008, aucune chance de crise.
    - Aprés 2009, l’économie mondiale et en particulier ceux des USA et leurs deux flotteurs Japon, et Royaume Uni allaient repartir aprés les Tarp et aux autres Bail Out.
    - Ils ont abaissé les notes de bon nombres de pays sauf bien entendu les USA.

    Inutile d’aller plus loin, vous pouvez trouvez un résumé assez bien fait sur Leap2020.eu
    Le mega choc, la mega crise qui arrive va avant tout frapper les USA, la Grande Bretagne, parce que leur bulle immobilière est intenable. Il faut savoir que le PIB des USA est surevalué d’au moins 30%, oui trente pour cent. La correction qui s’annonce va faire trés mal.
    Certes la Chine est aussi en recession, parce que c’est le modèle néo-liberal qui se crash partout. Cependant les finances de la Chine sont largement moins pire que les USA et la GRande Bretagne, et dés cette année c’est le PIB chinois qui dépasse celui des USA, faisant de ce l’empire du milieu la première super puissance au monde.
    On le voit chaque jour dans les actualités économiques
    http://www.zdnet.fr/actualites/supe...
    sans compter l’arrivée d’un nouveau bombardier furtif. Oui le modéle capitaliste rétrograde chinois est sans doute en crise, mais celui des USA est pire état.
    Et la crédibilité des agences de notation n’existe plus depuis fort longtemps, à fortiori grace aux médiocres previsions des de ces trois agences financés par Goldman Sachs, Jp Morgan, Soros, etc...rien que du beau monde pour nous enfumer.


  • plus on est de fous et moins on va rire. Le monde descend au niveau de la morale du p’tit porteur sodomite. C’est marx enclouant freud travestit en einstein. Ca n’a aucun intérêt et aucun avenir civilisationnel, de quelque manière qu’on le pousse ou le tire. Le monde arrive à sa fin par défaut de véracité et de confiance.