Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Soral a (presque toujours) raison – Hors-série de rentrée

Disponible pour tous en vidéo à la demande !

Pour la rentrée 2019-2020, ERTV vous propose un épisode hors-série de Soral a (presque toujours) raison !

 

Enregistré fin août 2019 à l’université d’été d’E&R dans les Pyrénées-Orientales et enrichi de post-production, cet épisode hors-série de Soral a (presque toujours) raison est désormais disponible en vidéo à la demande, c’est-à-dire accessible en paiement direct par carte bleue.

Rappel : les abonnés au financement participatif d’Alain Soral à partir de 20€/mois ont pu accéder en avant-première à cet épisode.

 

Au sommaire de cet épisode :

01’57 - Le marxisme est un moralisme

12’06 - La Shoah pour cacher la Torah

20’16 - Pourquoi le dieu du Capital est Satan (pour comprendre l’affaire Epstein)

38’45 - L’école à désapprendre

49’58 - E&R... et après ? - Question / réponse 1

54’45 - Impuissance de l’individualisme face à l’être collectif de longue durée - Question / réponse 2

 

Premier extrait gratuit de ce #SAPTR – Hors-série : « Pourquoi le dieu du Capital est Satan (pour comprendre l’affaire Epstein) »

 

Second extrait gratuit de ce #SAPTR – Hors-série : « L’école à désapprendre »

 

Comment visionner l’émission ?

 

Pour visionner cet épisode de Soral a (presque toujours) raison et soutenir l’association d’insoumission française E&R, trois possibilités s’offrent à vous :

 

Rendez-vous sur la page de paiement direct (à partir de 3 €) !
(cliquez sur l’image)

Après votre achat, cliquez sur « Mon compte » en haut à droite du site Kontre Kulture puis sélectionnez l’onglet « Mes VOD ».

Ou

Procurez-vous J’apprends mieux à la maison chez Kontre Kulture :

Pour tout achat de J’apprends mieux à la maison, cet épisode de Soral a (presque toujours) raison vous est automatiquement offert !

Ou

 

Contribuez au financement participatif d’Alain Soral !
(émissions en exclusivité et nombreux bonus accessibles à partir de 20 €/mois
)
(cliquer sur l’image)

 

Soral a (presque toujours) raison !

 

Rendez-vous sur kontrekulture.com
pour découvrir l’intégralité de l’œuvre d’Alain Soral
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

87 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Merci pour cette analyse du patron, qui éclaircit notre vision


  • Merci de ne pas lâcher sur l’affaire Epstein...


  • #2285295

    The wire, Buzzcocks... la bande son de SAPTR est toujours un sans faute.
    bravo et merci et respect pour tout le reste...

     

  • Quelle est le nom de la musique SVP ?
    Merci d’avance

     

  • J’irais plus loin et dirais que la technologie est la route qui mène aux enfers. Le capitalisme à la papa qui n’était pas piloté par des machines restait humain.

    Le capitalisme piloté par des machines devient satanique. On y sacrifie des vies humaines sur l’autel de l’argent, sans que personne n’en soit directement responsable.

     

    • #2285866

      Avec l’intelligence artificielle on peut créer une économie qui n’a plus besoin des gens.



    • J’irais plus loin et dirais que la technologie est la route qui mène aux enfers. Le capitalisme à la papa qui n’était pas piloté par des machines restait humain.

      Le capitalisme piloté par des machines devient satanique. On y sacrifie des vies humaines sur l’autel de l’argent, sans que personne n’en soit directement responsable.



      Derrière chaque machine ou systèmes et quelque soit les époques il y a des groupes d’humain aux commandes.

      En clair la machine/le système fait exactement ce qu’on lui demande, par conséquent si elle n’est qu’une extension déléguée du véritable cerveau, alors la technologie n’a rien de satanique elle n’est qu’un simple outil.

      Le fait de confondre l’ennemi et l’outil est potentiellement grave car il y erreur sur la cible : la racine du mal.

      A court terme et entre de bonnes mains la technologies peut offrir un monde à 80/20 respectueux, juste et utile alors que c’est l’inverse qui passe en ce moment, mais pas à cause de la technologie mais à cause de notre élite dont la nature des cerveaux est un danger mortel pour l’humanité.

      J’ajoute que la technologie est un objet et sans objet un humain ne developpe pas son esprit, bref c’est le néant, nous devons respecter notre nature, équilibrer nos relations et nos ressources mais pour cela il va falloir nous rééduquer profondement.


  • Tout est religieux, n’en déplaise aux laÏcards forcenés qui prennent les catholiques pour des idiots ou des fanatiques,Les juifs eux l’ont bien compris !
    Sans retour au catholicisme la france et les français disparaitront ainsi que l’église catholique.


  • Le trading à haute fréquence, ou THF, est un système de compromis, concrètement, c’est un garde fou à un effondrement systémique, si un scenario défavorable est détecté, la réactivité à la nanoseconde empêche théoriquement l’implosion, ce qui n’était pas le cas avec l’intervention uniquement humaine.
    On me fera remarquer qu’il n’a pas empêché la crise de 2008, certes, mais cette dernière était la suite logique de celle des subprimes et surtout, n’était pas uniquement une crise financière, elle était également bancaire.

    Le gilet jaune évoquant la différence de nature entre le marché primaire et secondaire a parfaitement raison, le second est protégé par le THF, le premier est sacrifié par la politique pro bancaire de Macron, concrètement, là aussi, il devient plus difficile d’investir dans l’économie dite réelle, pour faire simple, investir dans les entreprises (PME, ETI etc...).
    Le tropisme Macronien oblige peu ou prou le dépositaire ou l’investisseur à prendre des risques sur le marché secondaire, bien aidé par les taux négatifs et la politique de la Fed en tant que causes, Generali, d’ailleurs, vient d’annoncer qu’il refuserait tout dépôt qui n’obéirait pas à la logique des 60% à risque.

    On rentre donc de plein pied dans l’ère du tout spéculatif et contrôlé par Big Brother, le THF.

    Et le THF est lui-même contrôlé, pour l’instant, par les véritables maitres du monde, ceux que Soral assimile à Satan.
    Mais un scenario à la Terminator, avec une prise d’indépendance du THF, IA oblige, n’est pas à exclure, ce qui plongerait le monde dans le chaos, mais également redistribuait les cartes, avec la résistance des humains contre les machines.

    Fin de la digression.

     

  • Comment s’appelle-t-il déjà le p’tit jeune qui dit que Soral n’a pas assez réfléchi ? Branqui... Branco.

     

  • La musique d’accompagnement colle au sujet : horriblement satanique !

     

  • Merci Alain !

    Le vent commence a tourner !

    On y arrive, on y arrive !

    Grâce soit rendue aux infatigables dissidents !


  • Bonjour,

    Je réagis sur l’extrait proposé.
    Je comprends le processus économique capitaliste qui par essence est voué a rendre l’humain obsolète ou réduit a l’état de marchandise (destruction de l’humanité dans Terminator, l’humain pile combustible dans Matrix, humain soleil vert etc.).
    Je comprends également l’usage de la pédophilie et des sacrifices comme moyen de chantage, comme "entretien" de l’immoralité pour prendre des décisions impliquant la mort par milliers (spéculations boursière) accompagné des programmes MK ultra.

    Ce qui m’interroge c’est la notion idéologique dans tout ça.
    Puisque l’humain est doué du symbolisme, je comprends l’usage de symbole en tout genre issus des cultes historiques et réutilisés dans différents réseaux, pyramide, le troisième oeil, crâne etc.
    Destinés à séduire et intriguer les masses comme les adhérents d’un certains niveaux.

    C’est le haut du haut du gratin qui m’interroge.
    Pensez vous vraiment qu’ils croient en Satan ? Ou est ce destinés aux grades inférieurs même élevés ?

    Sont ils vraiment empreints d’une idéologie ou ont ils compris la force des symboles et du pouvoir matérialiste qu’ils utilisent comme moyen de contrôle ?

    C’est peut être un peu naïf mais je me dis que si ils ont tué Dieu pour en vénérer l’antithèse, autant tuer l’antithèse et devenir Dieu

     

    • Le Gotha mondialiste est un mélange qui n’est pas monolithique mais globalement il y a d’une part la frange consciemment sataniste qui s’oppose à Dieu en considérant que Dieu est un obstacle à leur pouvoir... et prend Lucifer pour le courageux révolutionnaire défenseur de l’Humanité ; il y a aussi la frange qui ne souhaite d’autre Maître qu’eux même.

      Bien entendu ceux ne vouant un culte qu’à leur ego sont en réalité aussi soumis au Démon, car qui n’est pas humble et de bonne volonté n’est pas de Dieu et qui n’est pas de Dieu est nécessairement du Diable.

      Il n’y a pas de juste milieu.


    • Devenir Dieu, c’est ce qu’ils pensent pouvoir faire ,suivant leur maitre Satan qui ne doute pas de la légitimité de sa rébellion contre le Père et de la faisabilité de son projet.
      Les maitres du monde qui vendent l’athéisme aux grades inférieurs et aux profanes ne sont pas athées eux-mêmes. Ils savent Qui est Dieu, qui est celui qui s’est rebellé contre Lui ,le prince de ce monde ayant essayé en vain de faire chuter Jésus-Christ. Les maitres du monde savent à qui demander le pouvoir terrestre , et soit ils connaissent le prix de ce pouvoir à payer dans l’au-delà, soit ils pensent par orgueil échapper à la colère de Dieu.
      En dernier ressort,l’histoire est biblique.


    • #2285865
      le 27/09/2019 par Que Toute Chair Fasse Silence
      Soral a (presque toujours) raison – Hors-série de rentrée

      Lucifer est le porteur de lumière (étymologie). Celui qui détient la connaissance et surtout la lucidité.
      C’est l’idée que la connaissance n’est pas du côté de Dieu mais du diable. Dieu regroupant non pas les connaissants mais les croyants, c’est à dire ceux qui s’illusionnent, qui croient sans voir.
      Lucifer est donc pour eux la connaissance. Alors que Dieu n’est rien d autre que l’idole des ignorants.
      C’est la même idée sue développent les scientifiques quand ils disent que plus la science évoluera plus Dieu déclinera.
      Souvenez-vous de la parole du Christ sur les pauvres d’esprit.
      En résulte chez les adeptes de lucifer, l’idée de leur supériorité par la connaissance sur ces masses méprisables de croyants â l’endroit desquels il serait vain d’avoir de l’empathie.


    • Que Toute Chair Fasse Silence,

      Lucifer -> astre Vénus (aube) -> déesse Vénus <- Aphrodite <- reine de Saba <- Lilith <-Serpent du jardin d’Eden <- Satan.

      Vous avez l’explication du pourquoi Lucifer est Satan selon certaines interprétations kabbalistiques alors qu’au départ, ce ne fut pas forcément le cas.

      Pour le reste, votre intervention est très éclairante, sans mauvais jeu de mot.


    • Ces gens de la haute sphère financière, politique ou industrielle, voire militaire ne croient ni en Dieu, ni en Satan. C’est notre analyse de leurs faits et gestes des quels nous en déduisons leurs croyances sataniques, car ils effacent toute compassion envers leurs semblables pour des destructions de toutes ordres. La meilleure ruse de Satan c’est de nous faire croire qu’il n’existe pas. Nous croyants attendons le jugement, eux s’auto jugent dans ce bas monde par la réussite et la domination. Ils ne gagneront pas pour deux raisons, ce n’est plus aussi simple d’envoyer guerroyer les gens pour leurs intérêts comme pendants certaines guerres, la deuxième quoi qu’ils fassent ils auront toujours des requins plus requins qu’eux pour s’entre dévorer. Grâce à Dieu, ces tensions nous les paierons de moins en moins, les gens sont un peu plus éveillés sur ces salopards.


    • @Que Toute Chair Fasse Silence
      Je ne pense pas que la séparation soit entre les connaissants et les croyants. Vos connaissants sont plutôt des croyants, des perroquets. La différence se fait entre une élite isolée (vos connaissants), fourvoyée par des concepts spirites hermétiques fumeux, qui veut les imposer à l’humanité pour former un homme nouveau à l’insu de son plein gré. Racialisme et eugénisme caché, qui nous rappellent les heures les moins illuminées ; Et d’un autre coté des civilisations (vos croyants) qui reçoivent des messages divins et qui possèdent une structure traditionnelle faite de pôles multiples s’entraidant pour améliorer, purifier et préparer des populations à l’au-delà.


    • ’C’est peut être un peu naïf mais je me dis que si ils ont tué Dieu pour en vénérer l’antithèse, autant tuer l’antithèse et devenir Dieu’
      C’est exactement ça le satanisme, l’expression de l’opposition au Dieu unique, l’expression du blasphème et le but est en effet de prendre sa place via le pouvoir magique de son nom tenu secret.
      J’aimerai pouvoir répondre à ta question précédente ’idéologie ou compréhension de la force des symboles ?’, mais pour être sûr il faudrait demander son avis à Dieu lui-même.


  • respect total.

    Alain Soral nous mâche le boulot.

    facile à comprendre du coup ; mais pour ça il faut le courage d’écouter sans préjuger ( à cause de la désinformation manipulatrice ) et l’honnêteté d’entendre ( recevoir l’information de manière neutre ) et là logiquement ça fait tilt !


  • Notre Alain a un beau petit polo Lacoste.
    Un petit cabriolet BMW intérieur cuir peut-être...
    Je déconne bien sûr. Bon j’enregistre la vidéos, je vais visionner ça ce soir. Merci Alain pour tes analyses éclairées.

     

    • Certes, mais la grande différence avec BMW c’est que Lacoste est fabriqué en France, quand même !


    • #2285561
      le 26/09/2019 par LaBanlieueS’habille
      Soral a (presque toujours) raison – Hors-série de rentrée

      Comme Soral, et depuis plus de quatre décennies (moi aussi), je suis resté fidèle au « Lacoste », classe et classique. Mais, où sont les Lacostes « épais » qui duraient. La densité du tissu (terme peut-être impropre) à été divisée par 2. Et, ça rétrécit dorénavant.
      Tout une époque fout le camp. Mais comme ce n’est pas mieux chez les autres.
      Bon, comme dit mon pseudo et par ailleurs...


  • #2285412

    La consommation de masse sans elle ils crèveront ,tous les sataniques .En fait nous créons notre propre soumission .


  • le capital de la haute speculation qu’il denonce n’est il pas le fils du petit capital entreprenarial ? Je pense impossible d’eradiquer l’un et pas l’autre.
    Admettons qu’on revienne au capital entreprenarial (par decret allez). Dialectiquement le pognon va se reconcentrer sur des poles et va peser sur le politique pour rehabiliter la finance.
    Il n’y a pas de bon ou de mauvais capital, le capital c’est de la merde

     

    • Je n‘aurai pas dit mieux, je pense que la plus grande difficulté que la plupart des gens ont du mal à saisir, c’est que le capitalisme n’a pas dévié, il a simplement poursuivi son expansion logique, c’est comme pointer du doigt l’usure sans oser remettre en cause l’argent. Il y a comme une brisure dans l’analyse qui partirait du principe qu’à un certain moment, sortant de nul part, une volonté de dévier naîtrait, alors qu’il ne peut pas y avoir autre chose que du déterminisme.


    • Alex, C’est la thèse d’un Badiou également.

      Le néo libéralisme, qui est le faux-nez du capitalisme financier dont le THF en est la carricature la plus spectaculaire et inquiétante, n’est qu’une évolution déjà programmée dans le code ADN du capitalisme.

      Son expansion prédatrice, que l’on pourrait comparer à un organisme vivant cherchant à croitre par divisions cellulaires, n’est que la conséquence de sa supériorité, puisqu’il faut bien le dire, l’Homme n’a pas trouvé mieux pour le remplacer, sinon l’humanité l’aurait déjà effectué.
      Donc faire le constat de la spéculation croissante, c’est aussi reconnaitre l’échec de la concurrence systémique, à commencer par le communisme, ce que ne nie pas Badiou.

      Je diffère en revanche quant à cette affirmation : c’est comme pointer du doigt l’usure sans oser remettre en cause l’argent
      L’argent n’est qu’un moyen, c’est l’Homme qui doit être montré du doigt dans son exploitation usurière.
      Et d’innombrables exemples montreraient que sans argent, l’exploitation de l’Homme par l’Homme existerait quand même, sous une autre forme, certes.
      Dès que le peuple a transféré son pouvoir et une partie de sa souveraineté à un groupe sensé le représenter, il a signé le véritable début du capitalisme.

      Se pose ici donc une analyse sur l’état, la démocratie et la République et ses rapports avec le système marchand.
      Réécouter Lucien Cerise sur ces sujets.

      Se pose également la question de la morale sous constat de la diminution instrumentalisée de la foi dans les sociétés libérales.


    • Vous pensez réellement que l’argent n’est qu’un moyen ? N’est ce pas plutôt un rapport social d’aliénation ? Quand on dit « ce
      n’est l‘argent le problème, c’est l’utilisation que l’homme en fait » mais qu’est ce qui fait l’homme ? L’homme n’est pas une pure subjectivité flottant dans l’air comme ça sans aucune intrication avec toutes les forces productives et sociales qui l’enveloppe. Même ce que je vous écris ici n’est pas né de ma pure « volonté », mon acte n’est pas autonome, toutes les conditions qui m’échappent ont déterminé ce moment où je vous écris ce message. Les hommes ne sont pas autonomes, ils réagissent à ce qui les conditionne. Pour reprendre une citation de Marx : « Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. »


    • Alex7340 , C’est un vaste débat.
      En fait et dans un monde idéal, ce serait la conscience des Hommes qui devrait déterminer leur existence (sociale ou pas) et non l’inverse.

      Je pense donc je suis.

      Dans la réalité, effectivement, c’est l’argent qui sert de déterminant social, d’ou cette aliénation dont vous vous faites l’écho.
      Et par réalité, bien entendu, je parle du système capitaliste dominant le monde.
      Lorsque j’évoque l’argent comme un moyen, je dis juste que si ce n’était pas lui à système constant, alors l’aliénation des rapports sociaux passerait par un autre moyen.
      Ce qui sous tend la thèse que c’est bien l’Homme qui, pour parvenir à ses fins, exploite l’Homme, peu importe les moyens, seule justifie la fin.

      "L’Homme est un loup pour l’Homme" clame Hobbes, au point qu’il convoqua son Leviathan comme médiateur des rapports sociaux, d’abord, prélude à une autorité supérieure et politique, ensuite.
      Ce n’est pas l’argent qui est responsable du Léviathan de Hobbes, c’est la nature humaine.


    • L’Argent est une aliénation de l’Être. L’Avoir, c’est l’anti Être, car antithèse de l’Amour.

      Hors du don gratuit, l’Amour n’est plus, car ce qui n’est pas gratuit exige toujours sa livre de chair.


    • Meiev, oui L’Avoir, c’est l’anti Être.
      Et l’argent n’est qu’un moyen de l’Avoir.

      Je ne dis pas autre chose.

      L’esprit de votre commentaire, j’y souscrivais déjà un peu plus haut en posant la question de la morale sous constat de la diminution instrumentalisée de la foi dans les sociétés libérales.
      Il est évident que la foi est l’ultime rempart à l’Avoir, c’est pour cela qu’elle est combattue par les maitres de l’Avoir.


    • Pour mettre tout le monde d’accord :
      Bientôt (je pense même que c’est déjà le cas) avec l’alliance de la robotique et de l’intelligence artificielle... le "capital" (ou plutôt ceux qui le détiennent et qui le dirigent) n’aura plus besoin du prolétariat humain.
      Le robot pourra fabriqué des robots (la science fiction n’est en fait jamais de la science fiction mais simplement de l’anticipation par des "initiés") avec, en prime, aucune obligation de rémunération...
      Donc, sous cet angle, l’argent ne sera plus le nerf de la guerre...
      Les projets de réduction drastique de la population humaine (entre 500 millions et 1 milliard suivant les estimations) sont en rapport direct avec cette vision (il faut bien des"animaux" dans les zoos)...
      Donc, la disparition du prolétariat aura bien lieu... mais pas comme Marx le disait !


    • Goyband, je sais que nous sommes d’accord ; ce n’était pas un commentaire de débat ou de critique de ma part, juste une formulation à ma façon rien de plus.


    • #2287769
      le 30/09/2019 par alderic-dit-le-microbe
      Soral a (presque toujours) raison – Hors-série de rentrée

      N’importe quoi . . .

      " l’Homme n’a pas trouvé mieux pour le remplacer, sinon l’humanité l’aurait déjà effectué.". Mais l’humanité l’a déjà effectué ce remplacement. Et à plusieurs reprises. Et elle voudrait à nouveau le faire, mais elle se voit faucher par la mitraille dès qu’elle souhaite s’émanciper. L’hypocrisie dont vous faites preuve signe votre classe sociale, en tant que parasite profitant du système actuel.

      L’argent n’est pas QUE un moyen. C’est une promesse avant tout, un contrat entre deux parties.
      Et l’argent, c’est l’outil de la mafia qui tel un pied de biche, s’insère vicieusement dans les relations contractuelles, et même jusque dans les relations sociales et intimes. C’est un monopole, c’est un acide fort, c’est un moyen de masquer la néo-noblesse bouffie de privilèges, et c’est LE moyen d’asservissement suprême, le parfait proxy, légitimé par une narrative culpabilisante, complexe, et aliénante.

      Un monopole est toujours une chose à abattre. Que fait la commissaire européenne ? Elle qui est toujours si prompte à casser les monopoles d’habitude ?

      Quand nous aurons tous le droit de battre monnaie, donc de nous affranchir de la mafia bancaire, nous tiendrons peut-être le même langage que vous, à savoir que l’argent est un moyen qui sert les échanges. Aujourd’hui, force est de constater que l’argent ne sert plus ce but. C’est devenu le moyen de tout autre chose. C’est le paravent de la dictature, des crimes et des délits. L’argent, c’est le proxy des parasites et des branleurs, ceux qui ont la bouche agile, mais les doigts en vacances toutes l’année.

      L’argent est devenu pire qu’une moisissure ou qu’un nid de bactéries. Le temps est venu de sortir les désinfectants. Tournée de Javel pour tous, c’est moi qui régale !

      La monnaie est d’abord et avant tout un outil privé. Privé. Pas public. C’est une reconnaissance de dette(s) entre personnes consentantes.

      L’argent, c’est la version socialiste de la monnaie, celle qui fait peser sur tous les dettes de quelques-uns, comme ils ont fait peser la mort du petit José sur nos ancêtres, et comme ils font peser de nos jours sur nous tous, la mort des fantômes dans les chambres à air durant la dernière grande guerre.

      L’argent, c’est un passe-partout qui permet de détrousser le monde entier. Au nom de quoi ce truc viendrait-il interférer dans mes échanges quand je peux fort bien m’en passer ?

      Droit de battre monnaie pour TOUS ! Sinon, c’est homophobe . . .


  • Tout est là !
    Mais cela fait peur tellement c’est cohérent, tellement le monde de la bien-pensance s’écroule dès que l’on goûte à la vérité. Pour beaucoup c’est le refus en bloc ; sans doute pour se préserver, pour se dire encore que l’institution judiciaire est juste, que nos élus se battent pour le bien commun, et que les journalistes nous informent ; pour continuer à dormir tranquillement tout en se levant chaque jour afin d’aller bosser pour pouvoir encore payer le crédit sur l’appartement.
    Du coup, je passe pour un cinglé auprès de ma famille, au point que plus personne ne me parle ; c’est cela le plus dur. Mais je ne lâche rien. De toute façon c’est trop tard ; je suis catalogué entre fou et nazi.
    Au final, les vidéos brillantes et courageuses de Monsieur Soral m’aident à tenir dans ma relative solitude. Le partage ; c’est ce qui me maintient debout.

     

    • #2285812
      le 26/09/2019 par fachonazihomophobesexiste
      Soral a (presque toujours) raison – Hors-série de rentrée

      courage mec, on est beaucoup ici à avoir vécu ça.


    • Rejoignez les sections ER, vous verrez, vous n’êtes pas seul !


    • Courage en effet,

      Un des moyens pour tenir le coup, c’est la foi dans le catholicisme.
      Il y a un bouquin qui m’aide personnellement plus que tous ceux que j’ai pu lire avant sur le sujet, il s’agit de celui de Julienne de Norwich.
      Les premieres pages, chapitres sont pas evidents et meme arrive a la fin du livre, des questions et incomprehensions demeurent, cependant, elle la quelques missiles qui a eux seuls en valent la peine.
      Par exemple, elle explique (elle relate ce que Jesus lui dit) que plus on en chie sur terre, plus dans l ’autre monde, on en sera recompensé éternellement.

      La souffrance est un mystere qui purifie, et c’est pourquoi dans les evangiles, Jesus dit : "Heureux ceux qui ont soifs de justice"


    • Phil29
      Bienvenue au club.
      Pour ma part, je n’ai jamais été aussi tranquille que depuis que ma famille ne me parle plus. Ou plutôt pour dire la vérité depuis que je ne leur parle plus.
      J’ai remarqué que plus on vieillit et plus on s’éloigne naturellement de sa famille.


    • Lisez Guénon !
      Et Evola même si j’en connais seulement ce passage : https://www.youtube.com/watch?v=coQ...

      Un bol d’air frais !


    • Le mystère de la souffrance est extrêmement simple.

      Nous existons pour avoir à prouver que nous savons aimer. Hors aimer dans la facilité, le confort est simple ; il ne se prouve alors que dans la difficulté, tout comme l’athlète n’est méritant que face au plus haut obstacle.

      Ainsi ceux ayant souffert mais ayant persévéré dans l’amour de Dieu, et ayant ainsi prouvé qu’ils l’aiment vraiment, recevront leur récompense.

      Courage mes amis.


    • @ Thierry : ah la famille, vaste débat, et oui c’est difficile de dire tout haut ce qu’on a découvert à la famille, car si elle n’est pas d’accord, soit on fait un effort des 2 côtés pour garder le contact, soit on va au clash. Dans les 2 cas ce ne sera plus jamais comme avant !


    • Salut , Un peu dans la meme situation que toi. Si le 29 correspond à ton département nous ne sommes visiblement pas très éloignés l’un de l’autre . Faire quelques bornes et pouvoir discuter tout en buvant un café ou une bonne bière bretonne pas de soucis.


    • @ Pat
      En cherchant un peu sur ce site tu trouveras l’organigramme des sections locales avec une adresse de courriel te menant à son responsable. Il existe une section Finistère/Côtes d’Armor et nous aimons bien la bière.


    • Phil 29
      Difficile de "rallier" ,tout au moins convaincre ,des gens qui dorment..
      J’ai essayé pour ma part,prudemment, en essayant d’étayer par des faits(bon exercice au passage )pour ne pas passer pour délirant ou celui "qui cherche trop loin la ptite bête".
      Mais quand bien même les arguments seraient irréfutables,le "déclic" ne peut venir que d’une façon individuelle.
      Reste toujours alors -et c’est le principal de ma fenêtre-les efforts personnels à fournir pour soi pour continuer à enrichir ses propres connaissances et compréhensions.
      Et si les "ressources" de compréhensions -au sens d’acceptation de soi- ne sont plus à espérer dans l’entourage immédiat,alors c’est qu’elles se trouvent ailleurs !
      Salutations


    • J’ai connu moi aussi, j’en ai retiré ceci :
      Chercher à convaincre, à débattre, n’est pas forcément une bonne chose. L’exemple fonctionne mieux.
      La coupure avec la famille, je ne la conseille pas non plus. Le repli vers l’extérieur ne remplace pas la famille, ne devrait pas, aussi sympathiques soient les sections E&R (et aussi con soit la famille). La division et l’éclatement sont la victoire et le but de qui vous savez. Un peu à l’image de ce que dit Igor, le défis est moins valorisant de s’entendre entre gens du même bord et même niveau. C’est ce que j’ai observé d’un autre "camp", celui de jeunes (ou pas) à sensibilité d’extrême gauche : ils se coupent de leurs proches, de leurs amis, rient tendrement aux larmes avec vous et en complète empathie et connivence, vous aiment visiblement bcp, jusqu’au jour où ils vous découvrent, par exemple, électeur FN.. Sur la minute tous les ponts sont coupés. C’est con, très con pour eux. Et d’ailleurs, ça ne dure pas dur dur, si vous leur laissez le temps et la liberté de digérer...
      Rester au contraire discret, faire valoir son droit à la différence, sur les choix personnels (regarder ou pas la télé, croire ou pas telle news et en parler ou pas, consommer ou pas telle chose, avoir ou pas une CB ou un portable, s’engager dans telle chose..), mais de fait accompli, pas revendicativement. Les bienfaits qu’immanquablement on finira par tirer de ses choix, s’ils sont sincères et personnels, se remarqueront, consciemment, inconsciemment encore plus. La libération de la dissonance cognitive, c’est beaucoup.. Les gens agissent par imitation, envie, copie. Si ce que tu crois et fais marche pour toi, ça finira, tu en seras surpris, par faire miroir, tu remarqueras des copies, imparfaites mais gratifiantes déjà. A défaut de rallier, on arrive à recoller, et en partant de loin ! C’est très long et ça marche quand on ne l’attend pas, avec un décalage.
      L’effort n’a pas forcément besoin d’être bilatéral : S’ils sont cons, "prends soin d’eux", discrètement, et avec la distance qui permet de conserver ton univers mental intact.
      Bon, c’est bien modestement que je permets, hein, j’en ai sué, des années, et foiré et je foire encore ! =)


  • Un jour un homme est venu voir l’imam Ali que la paix soit sur lui,en lui demandant de l’aider pour la construction de sa maison,et l’imam lui répondit "as tu pensé à la construction de ta maison dans l’autre monde ?" On demanda à Abu houreira si il préférait la présence de Muhawiya gouverneur de Syrie ou la présence de l’imam Ali quatrième Calife,il répondit avec le premier on mange beaucoup tandis qu’avec le second c’est la nourriture spirituelle !!
    Hussein


  • #2285686

    juste une question comment et par qui ceux qui sont responsables de tout cela peuvent perdurer dans leurs actions ?
    comprenez ceux qui représentent cet "ultima ratio" sans lesquels tout resterait dans l’ordre du possible
    la question est dérangeante mais mérite d’être posée

     

    • Pour durer, il est une seule règle, immuable, offerte par la nature : être le plus fort et se reproduire.
      Ici, la matrilinéarité de la transmission fait office de premier point quel que soit le mâle qui féconde, la pensée dynastique fait l’autre. Une fois que vous détenez les leviers de la finance et de la guerre en disposant de pareille structure initiale, Sun Tzu n’y suffit pas pour vous déloger...


    • #2287177

      Sun Tsu n’a rien à voir. Le point clé, crucial, primordial, l’essentiel, l’Alpha, se joue avant la naissance.

      Ensuite vient l’occultisme qui permet de passer entre les gouttes, et qui s’appuie notamment sur la polarisation ( droite vs gauche, capitalisme vs communisme ) grâce à des oppositions fabriquées et/ou entretenues, dans le but de semer la confusion dans les perceptions.

      La compartimentation au sein des loges et églises sert surtout à ce but. Elle sert aussi à manipuler les masses et les initiés qui se trouvent sous leur influence. Ne sachant pas ce que font les autres, ils ne savent pas s’ils œuvrent ou non contre leurs propres intérêts. Mettre en mouvements des milliards d’individus sur un chemin qui nuit à leur existence requiert mensonges, tromperies, fourberies, enveloppés dans un cocon de douceur qui tient lieu de baume au cœur. C’est la raison d’être de l’expression : l’enfer est pavé de bonnes intentions.

      Ils agissent sur les perceptions dans un but précis : modeler des émotions.

      C’est là le point faible, et c’est la raison pour laquelle dès l’adolescence, ils bombardent les jeunes cerveaux avec de la moraline pour que les futurs adultes écoutent leurs émotions plutôt que leur raison. Le cinéma, les médias, la culture, sont là en première ligne.

      Prendre conscience de ses émotions, se poser la question de leur existence, de leur conception, de leurs conséquences, c’est déjà faire un pas vers l’émancipation, et c’est déjà briser l’envoutement qui permet à ces immortels de dominer, de déluge en déluge.

      Le capitalisme entrepreneurial est le père du capitalisme financier, comme le "mariage pour tous" est le père de la PMA et de la GPA.

      Pas d’entourloupes ... Pas de segmentation, ni de nuance, pour masquer des liens indéfectibles et inévitables. La spéculation existe depuis le capitalisme. Elle est consubstantielle au capitalisme qui lui fait des ponts d’or. Elle est même inhérente à la vie au même titre que le meurtre. Ce qui manque, c’est sa criminalisation, et les châtiments qui devraient tomber sur ceux qui s’en rendent coupables, si l’on souhaite vivre dans une société saine.

      Vous le savez comment ils perdurent. Ils brisent les corps et les esprits par le terrorisme, puis viennent consoler les victimes en les aliénant, ce qui leur permet d’endosser le "beau rôle". L’état ne fait pas autre chose que cela, et avant lui, c’est l’église qui tenait ce rôle de consolateur.


  • Le bon résumé avec les forces en présence ,les acteurs du bordel ambiant et les bons concepts. Sous les apparences d’une histoire purement matérialiste, la lutte de l’Ancienne Alliance contre la Nouvelle Alliance.


  • Ils ont l’air de géants seulement parce que nous sommes a genoux


  • #2285887

    c’est quoi la musique a l’intro ??!!

     

  • #2285967

    Bravo Alain ! Force et honneur pour la suite du combat !


  • Excellent, merci beaucoup pour cette conférence.


  • Il faut absolument lire René Guénon, toute son Oeuvre.


  • Intéressant par contre ce qui est dit au début est complètement faux, la valeur travail explique réellement la valeur des marchandises, c’est scientifique et l’exemple qu’a pris Charles Gave prouve qu’il n’a pas lu Marx car pour qu’un objet soit vendu, il lui faut de la valeur d’échange (quantum de travail) mais aussi de la valeur d’usage (utilité), Marx l’explique très bien et ridiculise le minable Gave qui croit lui être supérieurement intelligent... Et je rajouterai que la division entre valeur d’usage et valeur d’échange que Marx opère est conforme aux lois hégéliennes, je tenais juste à le rappeler, et c’est pour ça que sa théorie est scientifique (mais pas au sens moderne la science aujourd’hui n’est que l’instrument du capital mais bon là je digresse)


  • à un moment, on montre un entretien posthume de faurisson, quelqu’un a le lien ?


  • #2287081

    Merci Alain !


  • Merci monsieur


  • #2287170
    le 29/09/2019 par Nouveau monde Nouveau paradigme
    Soral a (presque toujours) raison – Hors-série de rentrée

    Ce monde part en vrille puissance dix milles , toutes ces saloperies mènent (réseaux sociaux, internet) a des âneries , mais aussi a des inepties, Soral a raison sur certain tradis, c’est une évidence, quand on voit l’autre Adrien Abauzit vouloir rechristianiser la France ,alors qu’ il fait des pubs pour du rappeurs identitaires, et qu’il surfe sur la mouvance de Lesquen, Conversano , ce monsieur nous parle de longue sur l’infaillibilité pontificale ,du péché originel, des valeurs d’antan, quelle fumisterie, je suis papa de plusieurs enfants et je me dis comment ces sales types, peuvent promouvoir des fumeurs de shit, qui chantent du rap, au prés de jeunes catholiques, tout frais sortis d’écoles hors-contrat, des scouts et après venir faire la morale en crachant sans cesse sur Soral ou les militant E&R
    Faire dans la même emission la pub pour les Edition Saint Rémi, le Collectif Saint Robert Bellarmin et a coté oser faire la pub pour Kro Blanc et Christophe Bzh et venir critiquer Soral c’est l’hopital qui se moque de la charité
    Force et Honneur a Mr Soral d’un papa de la tradition
    (cette tradition qui part vraiment en sucette entre le rap, la promotion de Zemmour sur la porte latine avec dédicace et autre cas-soces de conversanistes de Deus Vult ou de tradis supportant Electre une actrice porno nationaliste, on est dans le non-sens, qu’en penserait Mgr Lefebvre du cheminement de sa FSSPX et je n’imagine même pas Saint Pie X son saint patron, je préfère de loin Mr Soral)

     

    • #2287449

      Et n’oublions pas Maximilien Krah, malheureusement tout est attaqué par le modernisme, le libéralisme et toutes les dérives de notre société, les infiltrations sont monnaie courante et cela partout (AF, Librairie française, FSSPX, nationalisme, etc....)
      Prions pour la tradition, la France et tous les militants E&R et Soral
      Force & Honneur


  • Je n’ai pas encore visionné, seulement lu le sommaire ou en quelques mots ; "Impuissance de l’individualisme face à l’être collectif de longue durée", tout est dit, enfin presque...ER est le Reader’s Digest de la pensée...


  • Entièrement d’accord avec ce qui est dit dans cette vidéo ! Très bon résumé de la situation par Alain Soral !


  • #2287534
    le 30/09/2019 par C’est ,Ça ou Rien
    Soral a (presque toujours) raison – Hors-série de rentrée

    Au-secours Soral !!


  • Le nom de la musique d’intro funk de la Video d’une heure svp ?

     

  • #2288097

    Cher Alain Soral,

    Je suis certain que vous avez l’aura et l’autorité nécessaire pour vous adresser à un auditoire de "racailles de banlieue" et que ces derniers vous écouteront avec la plus grande attention.
    Néanmoins, il ne faut pas oublier qu’ils assistent à votre conférence de leur plein gré alors que 95% des lycéens d’aujourd’hui vont à l’école contraints et forcés....il ne faut donc pas s’étonner si leur degré de motivation n’est pas exactement le même....
    Je partage cependant en grande partie votre vision de l’Education nationale. De nombreux profs sont ultraconformistes et très dociles envers leur hiérarchie. Faire preuve d’autorité est souvent mal vu. Certains inspecteurs font des reproches à ceux qui exigent silence, travail, discipline et qui continuent à faire des cours de bon niveau....ils freinent l’avancement de ceux qui n’appliquent pas au doigt et à l’oeil les délires pédagogistes qui ruinent l’enseignement secondaire depuis 1975 pour le collège (loi Haby) et 1989 pour le lycée (loi Jospin-Allègre)
    Très souvent, ces mêmes inspecteurs félicitent ceux qui transforment leur salle de classe en centre aéré....conformément aux injonctions des pédagogistes du style Meirieu ou Dubet....
    Les profs qui persistent à maintenir un haut niveau d’exigence et qui font preuve d’autorité sont parfois même la cible des proviseurs qui leur demandent de réviser leur façon de noter et qui ne les soutiennent pas lorsqu’il s’agit de punir un élève qui le mérite....le maître mot des chefs d’établissement est : "pas de vagues" car le moindre incident pourrait leur valoir des remontrances du rectorat...et nuire à leur avancement....
    Le niveau des examens n’a cessé de baisser depuis 30 ans, et les taux de réussite au Brevet des collèges ou au Bac ne sont obtenus qu’au prix de tripatouillages indignes et de consignes de correction démagogiques....
    C’est pourquoi il ne faut pas s’étonner du désastre que connaît le système éducatif français...
    Certains profs dociles et malléables sont certes en grande partie responsables de cette situation, avant tout par conformisme idéologique. Beaucoup appartiennent à la fausse gôche sociétale et bien pensante...avouer que l’on est de droite, que l’on a de la sympathie pour Poutine et Trump, ou que l’on est pour le Frexit, revient à signer son arrêt de mort sociale dans une salle des profs...
    Pour revenir à un enseignement alliant discipline et exigence, des mesures de salut public sont nécessaires.
    Qui osera les prendre ???


  • Excellente production ! Merci beaucoup !


  • Merci Monsieur Soral,

    votre combat pour éclairer vos semblables est effectivement héroïque.

    Que Dieu vous garde.


  • Très éclairant ! Merci président et... bon anniversaire !


  • A envoyer en masse à toutes nos connaissances socialo-communistes.
    Et dire que les journalopes le présente comme un "essayiste d ’ extrême droite".
    Ces sophistes joueurs de flûte ensorcelée font passer un humaniste pour un nazi, et une secte démoniaque preverse, suprémasiste, dominatrice pour des victimes quand se sont les bourreaux.
    Ils enfement l’ opinion dans une lecture binaire : gentis et/ou méchants, a la Walt Disney hollywoodienne : gentils cow-boy, méchants indiens.
    Voila pourquoi la flamme de la souffrance éternelle ne doit pas s’ éteindre. Car on ne peut soupsonner une victime d etre un coupable. Et celui qui accuse une victime est automatiquenent un anti-victime donc un pro-bourreau, donc un nazi. Ce qui les rend inattaquable s.
    Jusqu’ à quand cette équation tronquée va t’ elle tenir ?
    Ça a marché du tonnerre avec l" immigration :
    Être contre l’ immigration = être contre les immigrés= être raciste= être un facho/nazi, ils ont pu baillonner Jean-Marie pendant 30 ans avec cette équation débile et empêcher tout débat de fond. Encore merci A.S pour désarticuler les arnaques et pour construire depuis 20 ans ce puzzle de vérité.


  • Bonjour E & R, j’aurais bien aimé poser une question, peut-être que les lecteurs d’E& R me renseigneront, voilà ; je note que le terme "anti-islam" semble être un terme nouvellement arrivé, je dirais depuis quelques années seulement, et je me dis que ce terme est un terme exporté ! Est-ce que je me trompe ou pas ? je n’avais jamais entendu des Français dire être anti-islam et je m’étonne que ce terme soit employé maintenant dans le langage courant !


  • Penser que Marx introduit de la morale dans la théorie de la valeur, c’est de l’analyse psychologisante.
    Marx introduit la valeur travail comme un fait incontestable et produit tous les raisonnements économiques du Capital à partir de celle-ci. Si vos concepts de départ sont faux, tout ce qui en découle l’est aussi.

    Il n’y a pas de stocks et d’épargne dans la théorie classique (ni néo-classique d’ailleurs) qui ignore les principes de la comptabilité. Détruire un stock est impensable, on doit tout faire pour les vendre à vil prix. Cela abaisse les prix à un niveau insoutenable, ce que Marx appelle une "crise de surproduction" (en 2019 on l’attend toujours).
    Comme c’est le travail humain qui fournit la valeur, mécaniser la production entraîne aussi une baisse des prix et une "baisse tendancielle du taux de profit".

    C’est ce qui fait que des générations de communistes ont fantasmé un sens historique de l’histoire qui aménerait immanquablement le capitalisme à "s’effondrer sous le poids de ses contradictions". De pauvres gens croyaient encore qu’ils se formaient intellectuellement en se rendant aux universités d’Attac du gourou Harribey, qui essayait d’adapter Marx aux gifles du réel, en inventant qu’il existerait une valeur qui serait différente du prix, mais que celui-ci à moyen terme convergeait vers la valeur marxiste...

    Les concepts, on peut en produire à la pelle, mais une explication qui colle au réel c’est une autre paire de manches. Oubliez les "théories économiques", regardez de très près le système tel qu’il fonctionne réellement. La finance, la comptabilité d’entreprise, ça n’a jamais obéi aux théories.

    Ou alors ER ça deviendra Attac. Et ça serait bien naze.

     

    • #2292063

      "Penser que Marx introduit de la morale dans la théorie de la valeur, c’est de l’analyse psychologisante."
      Oui, et alors ? La motivation initiale du marxisme a toujours été morale : défendre l’injustice faite aux travailleurs. La théorie est venue après ce constat parfaitement émotionnel, pour lui donner sa dimension "scientifique". Et ce fut le piège !
      Désolé de ne pas y tomber.
      Le reste c’est du baratin...
      AS.


  • du super Soral. Merci.


  • Bonjour à tous et bonjour Alain Soral, vous aviez, me semble-t-il, dit, et à plusieurs reprises, que vous aimeriez vous reposer ! Et, je pense avoir compris que, vous aimeriez vous mettre enfin en retrait et profiter d’être un peu tranquille ! Mais, avez-vous déjà pensé à faire une retraite de quelques jours, ou de quelques semaines dans un monastère ? (beaucoup le proposent en France , il y a des endroits magnifiques), je dis ça aussi pour les lecteurs d’E&R, si ça intéresse les lecteurs ! Il s’agit ici de prendre du recul et de pouvoir se mettre en retrait du monde de fous dans lequel nous nous trouvons tous, "et à peu de Frais" si je peux me permettre, et si cela peut aider nos monastères en France après-tout, pourquoi pas ! C’est une idée qui me vient, car vers cette période automnale ou hivernale, je regarde souvent des vidéos de la vie dans les monastères, alors je me suis dit, tiens ! je vais en parler sur E&R et pour les lecteurs !


  • M. Soral dans l’extrait sur : "l’école à désapprendre" ai-je bien entendu que vous avez parlé du catholicisme comme une forme d’abrutissement (3’15") que la bourgeoisie a remplacé par du laïcisme ? Je suis "peiné" de vous entendre parler du catholicisme ainsi, de ses "scories" !!! (de ses saints et gnin gnin gnin) à 1’51".


  • Pas la peine de remonter aux grecs, juste à Karl Marx dans son matérialisme historique : Il y a l’économique, le politique et l’idéologie.
    Au Moyen Age : Les marchands, l’aristocratie et l’Eglise...
    Voila !
    Notre temps est la domination du capital dans les trois secteurs.


Commentaires suivants