Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le féminisme a gagné… le chaos

En s’attaquant à la symbolique du pouvoir masculin, le féminisme croit avoir gagné, mais il n’a rien fait gagner à la femme, et encore moins à l’homme. En réalité, comme Trierweiler avec Hollande, la femme a juste effleuré le pouvoir, sans l’obtenir. Sinon le très provisoire et limité pouvoir de la courtisane. L’homme, lui, a perdu de sa superbe, et de tout cela, il ne reste que chaos dans la relation homme/femme. Croyant qu’il était la source des problèmes des femmes, les féministes ont cherché à déposséder l’homme de son pouvoir. C’est pourtant l’homme qui, bien involontairement, a libéré la femme.

 

JPEG - 75.6 ko
Et les femmes ont libéré Moulinex

 

40 ans après l’émancipation (1975), il ne reste du féminisme aucun acquis sérieux (le travail des femmes, sous la pression de la nécessité économique, a plus fait en termes d’avancée sociale, le féminisme des gouines ou des revanchardes pesant peu au regard de ces forces de l’Histoire), sinon le chaos : l’hystérie des Femen violeuses, le confusionnisme du genre, la pédagogie pédophile des ABCD de l’égalité, la surreprésentation des LGBT (comme horizon humain, ils repasseront), et leur cohorte de déviants intouchables… Dans cette guerre homme/femme, ou plutôt hommes/féministes, tout le monde a perdu. Seul le capitalisme a gagné !

Les féministes sincères se sont fait avoir, elles ont fait le sale boulot préparatoire pour le libéralisme : en parlant d’égalité salariale et de terreur raciste (arguments opposés à Elisabeth Lévy dans Causeur), en désignant le FN comme ennemi du genre humain et du progrès, en dénonçant la violence des hommes sans toucher à celle du système, elles montrent leur compatibilité et leur soumission à l’idéologie dominante.

Si le vieux modèle de domination homme/femme est en miettes, les nouvelles dominations des ex-minorités opprimées ne valent pas mieux. Anne Hidalgo et la cogestion homo-sioniste à la Mairie de Paris, c’est Delanoë puissance deux quant au dévoiement de la chose publique. Plus dramatique pour l’armée des femmes, Hidalgo n’est qu’une guignole : ce sont les marionnettistes, gays ou pas gays, qui décident.

 

L’inégalité salariale est un prétexte

 

JPEG - 86.5 ko
Schéma qui prouve simplement que les femmes négocient mal leur salaire (provocation machiste primaire)

 

Personne ne nie que les femmes sont payées moins que les hommes à charge égale ; cependant, elles savent moins réclamer, car elles n’ont pas encore suffisamment confiance en elles. Nature ou culture, le débat n’est pas clos. Les hommes, nantis d’une agressivité supérieure, défendent mieux leur steak. C’est pourquoi les filles, qui travaillent globalement mieux que les garçons à l’école, gagnent un peu moins à l’arrivée. Il faut ajouter qu’elles sont peu nombreuses à se battre pour les postes de pouvoir, qui demandent de prendre des coups… et d’en donner. Une vie de guerre qui n’est pas forcément dans la nature féminine, plus craintive, plus conciliante, et plus respectueuse de la vie… des autres.

Aujourd’hui, après les livres sur la féminisation de Soral en 1996 et 1999 (Sociologie du dragueur et Vers la féminisation ?), d’Abiker en 2005 (Le Fabuleux déclin de l’empire masculin), puis de Zemmour en 2006 (Le Premier sexe), dans l’ordre de copie, il est facile de botter les arguments des féministes ultra en touche, la différenciation hommes/femmes arrangeant un système qui préfère ne pas entendre parler de différenciation riches/pauvres.

 

JPEG - 104.9 ko
Une équipe de chirurgiens français réussira-t-elle à créer un homme qui a ses règles ?

 

La domination sociale est évidemment plus grave que la domination sexuelle qui, reconnaissons-le, ne s’exerce plus aujourd’hui que dans les alcôves (on opposera au harcèlement sexuel que subissent les femmes au travail le harcèlement moral que subissent les hommes dans le couple !). À ce propos, la plupart des femmes (hétérosexuelles) sont plus ou moins consciemment demandeuses d’un homme dominant, ou dominateur, en tous les cas sécurisant, physiquement et socialement. Dominant ayant une connotation sociale ; dominateur, une connotation plus intime. Quelle que soit l’avancée sociale des femmes, qui est réelle depuis un siècle (les suffragettes de 1903 ont surfé sur le mouvement général de féminisation du travail déclenché par le premier conflit mondial), l’égalité salariale est un leurre : les hommes eux-mêmes, à fonction équivalente, ne touchent pas la même chose ! Et puis, sans trop entrer dans la biochimie endocrinienne des êtres, l’agressivité prédatrice masculine trouve mieux à s’épanouir (ou s’évaporer) dans le social, c’est-à-dire le monde du travail (on met de côté le monde associatif, moins marqué par la prédation), que l’agressivité féminine, peut-être plus inhibée, mais sûrement moins dirigée vers les autres. Même si les rivalités féminines existent, les combats de poules font moins de dégâts que les combats de coqs, qui peuvent dégénérer en guerres interpersonnelles, guerres de familles (Corse), de clans (Gitans), de tribus (Afrique), jusqu’aux guerres entre nations ou groupes de nations.

Si l’agressivité masculine, dite aussi « les hormones mâles », sont à l’origine de la plupart des conflits (pour la possession et la jouissance des territoires symboliques ou réels, des richesses et… des femmes), les femmes n’en deviennent pas des prix de vertu pour autant. Jalousie féroce, cruauté mentale, domination psychologique, art de la dissimulation, manipulation amoureuse, perversion inouïe… dans ces domaines, la femme peut largement en remontrer à l’homme.

 

JPEG - 74.4 ko
La fonction de l’emmerdeuse est de foutre le souk entre les hommes

 

Grâce à son ascendant musculaire et hormonal, malgré une féminisation partielle de la gente masculine, et une masculinisation partielle de la gente féminine, l’homme possède toujours le pouvoir économique, que ce soit dans la famille, les grandes entreprises, ou l’État. C’est peut-être une question de dosage endocrinien, mais c’est un fait. Vécu par les féministes comme une injustice, par les biologistes comme la conséquence logique, ni amorale ni morale, d’une différence structurelle.

Les femmes qui sortent du lot, aujourd’hui, sont de deux types : celles qui ont fait leur trou dans un monde d’hommes (la politique, les médias), mais qui n’ont pas forcément oublié d’utiliser leur charme, ou leurs charmes ; et celles qui ne contestent pas le pouvoir masculin, mais qui dominent… les autres femmes. Par leur séduction, et leur soumission affichée aux hommes de pouvoir. Considérées comme des traîtresses par les féministes, ces bimbos sont la preuve des limites objectives d’une politique de genre… ou la preuve d’une survivance préhistorique ! La plupart des femmes ne veulent pas entrer en conflit avec les hommes. Ce qui ne les empêche pas de faire la guerre aux autres femmes, considérées comme des rivales, avec leurs armes que sont le corps, la beauté, la jeunesse, la sensualité…

 

JPEG - 121.5 ko
Pouf power

 

Les Chiennes de Garde, les Osez le féminisme, les lesbiennes LGBT, les Femen, les La Barbe, les Ni Putes ni Soumises, malgré leurs piqûres de rappel quasi-quotidiennes dans les médias, qui sont d’ailleurs très complaisants envers leurs exigences ou leurs délires, n’ont pas vraiment contaminé le corps social des 33,93 millions de Françaises. Contre 31,89 millions d’hommes, qui sont donc minoritaires dans le pays. Ce qui ne les empêche pas de toujours gagner les élections présidentielles ! Cette plaisanterie honteusement machiste mise à part, on doit reconnaître que la féminisation des hommes, encore une fois due plus à un bouleversement social global (tertiarisation du travail) qu’aux oukases féministes, qui ne touchent pas la Française de base, occupée à réussir son couple, sa vie de famille et sa vie professionnelle, et qui n’a pas besoin d’un conflit artificiel avec « les hommes », n’a pas donné le pouvoir aux femmes. Qui ne l’auront sans doute jamais.

Le nombre d’homosexuels a augmenté, c’est un fait, depuis les années de libération sexuelle. Mais pas parce que c’est autorisé : la dislocation de la structure familiale classique, avec la remise en question du patriarcat, a conduit beaucoup de femmes à élever seules leurs enfants, garçons compris, à qui manque une figure paternelle classique. On ne va pas refaire les schémas œdipiens de base, pour cela, reportez-vous à l’ouvrage rigolo et intelligent de Soral, Vers la féminisation.

Une chose est sûre : si quelques femmes sont apparues aux postes de pouvoir, les homos, eux, n’ont pas perdu le nord, et tout féminisés qu’ils peuvent être, ont arraché un pouvoir réel dans la société ! Un pourcentage minuscule de la population a profité du féminisme et de la féminisation pour prendre des postes, et des gros ! Faire la liste des homosexuels ministres, Premiers ministres, patrons du CAC40 ou des grands médias, serait considéré comme de la diffamation ou du coming-out forcé. On laissera donc ce travail aux homophobes, ou aux homos qui mettent la pression sur leurs « coreligionaires » un peu trop timides dans le prosélytisme.

 

JPEG - 55.9 ko
Richard et l’homme invisible

 

Résumé : même féminisés, 1,5% des hommes ont conquis en moins de deux décennies un pouvoir que les 51% de la population n’ont pas su ou voulu prendre après 40 ans de luttes féministes. Conclusion ? La femme ne semble pas adaptée au pouvoir hiérarchique, à l’agressivité qui en est à l’origine, et à l’agressivité nécessaire à sa conservation. Tout le reste, c’est du discours. Alors, pour mettre tout le monde d’accord, Elisabeth Lévy comme ses ennemies du jour, les associations féministes vociférantes, on dira, sans risque de trop se tromper, que les avancées égalitaires de la société viendront encore de mouvements supérieurs, qui n’auront rien à voir avec les cris d’orfraie de nos sympathiques poules.

Ce ne sont pas les féministes qui ont décidé que les femmes travailleraient, c’est la société, le capitalisme, le patronat. Pour des raisons pas forcément égalitaires, et encore moins humanistes. Ford a mieux payé ses ouvriers uniquement pour qu’ils puissent s’offrir ses voitures, faisant ainsi croître son bénéfice. Du capitalisme consumériste intelligent…

On rappelle que dans les années 1970, une petite famille de quatre personnes pouvait vivre – chichement, mais vivre – avec un seul salaire, et au Smic. Aujourd’hui, il faut deux Smic pour faire un salaire moyen de 2000 euros, qui permet tout juste de s’en sortir, avec les allocations familiales, les aides au logement. Et pas ou peu de vacances, un véhicule et non pas deux, la nourriture en hyperdiscount… Si l’on était cyniques, ou réducteurs, on dirait que le libéralisme a déclenché ou permis le féminisme. Que le féminisme est donc un des avatars de la version actuelle du capitalisme.

Une question survient : y a-t-il des féministes anticapitalistes ? Oui, les femmes encore communistes, en voie de disparition aujourd’hui. Le féminisme des communistes étant inféodé à la lutte des classes, ce n’était donc pas un féminisme, puisque la lutte des genres était considérée comme un piège du système capitaliste. Après l’homme prolétaire esclave du travail (ou du patronat), au tour de la femme prolétaire de s’enchaîner au boulot ! La solidarité de classe primait donc sur la différenciation sexuelle. Casser cette différenciation, par le biais du discours féministe libéral égalitaire, permit donc d’évacuer la lutte des classes, de pérenniser le système de domination de l’homme par l’homme, en lui substituant la domination secondaire de la femme par l’homme. Et le tour était joué.

La connivence féminisme/libéralisme n’est plus à démontrer : les magazines féminins tartinés de féminisme n’entrent jamais en conflit avec les principes de base de la société capitaliste avancée.

 

JPEG - 48.6 ko
Toutes les associations féministes insistent sur la violence des hommes… mais pas du système

 

Ce ne sont pas les suffragettes qui ont mis les femmes au travail dans les usines (elles travaillaient déjà, et gratuitement, dans les champs en 1900), c’est la distorsion de la pyramide des âges pendant la saignée de 14-18 ; ce se sont pas les penseuses féministes, du type Simone de Beauvoir, qui ont déclenché la révolution sexuelle et la réappropriation par les femmes de leur corps, mais bien les scientifiques (masculins) qui ont créé la pilule contraceptive ; et ce ne sont pas les féministes qui ont obtenu la parité, mais bien la tertiarisation de la société qui a mis sur un pied d’équivalence les employées et les employés de bureau. Le discours féministe n’a fait qu’entériner a posteriori ces évolutions. Discours autojustificatif, mais discours leurre. Les femmes ont obtenu un statut social au milieu du XXe siècle (travail et droit de vote), se sont réapproprié leurs corps dans les années 70 grâce à la pilule, ont profité du progrès technologique pour se désenchaîner du travail domestique millénaire, acquérant une quasi-parité dans les faits avec leurs collègues masculins. Ni les hurlements féministes, ni les vannes machistes n’y changeront quoi que ce soit : un processus historique est enclenché, devant lequel l’individu – homme ou femme, macho ou féministe, gay ou gouine – ne pèse rien.

Les Françaises sont les femmes les plus libres du monde, à part peut-être les Scandinaves, dont les sociétés sont allées très loin dans la tolérance : les femmes y ont bien dévirilisé les hommes, et les enfants ont profité du recul du pouvoir parental. La femme d’ajourd’hui n’a pas besoin d’être défendue par les féministes, qui ne résoudront pas ses problèmes de boulot, de fins de mois, de mecs et de gosses. Cette discrimination positive qu’est la parité ne peut effacer les différences chimico-physiques qui séparent les hommes des femmes (mais qui créent aussi ce besoin de rapprochement qu’on appelle amour), et qui reprennent vite le dessus dans les entreprises. Peut-être qu’il faudra du temps, peut-être que le temps n’y changera rien. En attendant, la petite coiffeuse de province a plus de courage que la féministe parisienne, qui désigne un ennemi imaginaire certes imparfait (parfois violent, lourd et limité), mais qui n’a rien à envier à la femme imparfaite, parfois chiante et conne, éternelle insatisfaite qui reproche tout à son jules. Il a bon dos, le « pouvoir » !

Si le pouvoir est indéniablement une question de sexe, l’intelligence, elle, comme l’ignorance, est très bien partagée entre ces frères et sœurs en humanité. Là aussi, n’en déplaise aux féministes qui entretiennent une inféconde guerre des sexes, une réconciliation nationale serait la bienvenue.
Et pas seulement sur l’oreiller.
Ah, c’est lourd !

 

JPEG - 100.6 ko
Bigard, sors de ce corps de texte !

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

57 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1229000
    le 15/07/2015 par Pascal
    Le féminisme a gagné… le chaos

    "Personne ne nie que les femmes sont payées moins que les hommes"
    Ben moi je le nie formellement et par un simple constat de bon sens :

    Chez les fonctionnaires, c’est réglé par la grille salariale et dans le privé, quel gérant de Macdo pourrait payer moins une femme qu’un homme ? (sans compter que c’est le smic horaire pour tous !).
    S’il y avait une discrimination prouvable (donc enregistrable par l’Insee, -30% quand même !), ce serait direct les prud’hommes voir le JT de 20H et toutes les émissions des hystéros de D8...
    Puis pour le réel, pas la peine de lire les infographies du Figaro, connaissez vous beaucoup de femmes qui gagnent 1400€ alors que les collègues masculin 2000€ ?
    Pourtant -30% c’est la moyenne pour TOUTES les femmes. Or comme c’est réglé pour le public, ça fait plutôt dans les -60% pour toutes les femmes du privé...

     

    • #1229088
      le 15/07/2015 par vapincum
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Le revenu moyen dépend du temps de travail. Ce que ne disent pas les statistiques, c’est que les femmes travaillent, pour beaucoup, à temps partiel. Et ce, pour des raisons familiales (ce sont elles qui sont prêtes à sacrifier leur carrière pour s’occuper des enfants). Si l’on prenait le temps de regarder le salaire horaire, on remarquerait que les différences hommes/femmes sont nettement moins importantes que ce que peuvent dire les médias du système.


    • #1229109
      le 15/07/2015 par chinaski30
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Bonjour Pascal,
      je suis d’accord avec vous, un grade définit un niveau de salaire commun.
      Cependant je ne pense pas que la différence soit calculée de manière si exacte.
      je pense plutôt qu’ils font des moyennes sur des groupes d’âges : ie les femmes de 30-35 ans gagnent X% de moins que les hommes de 30-35 ans dans tel ou telle corporation.
      c’est à dire à age équivalent, les femmes gagnent moins que les hommes. pourtant les femmes font des études qualifiées comme les hommes.
      comment expliquez vous alors cette différence de salaire ?
      Évolution plus rapide ? Meilleurs diplômes ?


    • #1229159
      le 15/07/2015 par JUL
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Plus simplement dit, si une entreprises pouvait faire effectuer a une femme exactement le meme travail qu’un homme a salaire moindre AUCUNE entreprise n’engagerait JAMAIS aucun homme.


    • #1229220
      le 15/07/2015 par le corbeau
      Le féminisme a gagné… le chaos

      La femme sur le marché du travail c’est déjà une énorme anomalie et c’est probablement ce qui coïncide avec ce Chaos parfaitement visible dans notre société, je parle des pires idéologies, concepts, réformes libérales que nous pouvons constater. C’est le fruit d’une certaine évolution qui s’ étend sur plus d’un siècle, à partir du moment où la femme a commencé à prendre le pouvoir . Si l’ homme travail comme il l’a fait depuis des siècles, c’est à dire pour chasser et nourrir sa famille car la femme, elle, ne peut pas chasser comme l’ homme, elle n’a pas les mêmes aptitudes et encore moins le même potentiel physique et musculaire, qui s’ occupera du foyer familial et des enfants ainsi que de leur éducation ? On me dira le travail a changé, c’est exact mais la liaison homme et femme permet d’assurer l’avenir, la filiation, des progénitures futures raisonnées car éduquées, celle-ci est toujours la même car immuable. Un père, une mère, garçons et filles. Le féminisme c’est l’ implantation de la femme dans le monde du travail avec toutes les conséquences qui en découlent, ce qui permet aux républicains de récupérer les enfants des pères et mères qui labourent dur, ils retournent les cerveaux des enfants, pire maintenant ils les agressent sexuellement. Et puis ça donne ça " Les enfants n’ appartiennent pas aux parents mais à l’ État." Ces enfants de l’ État totalement hypnotisés, manipulés, dénudés dans les rues de Paris et implorant l’ Union Européenne quand ils vont mal. Le féminisme a permis l’ implantation de la femme dans le monde du travail, ce qui a engendré le chaos et le dérèglement total de la société, ainsi que l’ inversion des valeurs, les nouvelles générations quantifiées ne savent plus ce qui est juste et ce qui est mauvais, en plus d’être également féminisées à leur tour. L’ éducation est morte, sans oublier les harcèlements sexuelles dans le monde du travail que subissent toutes ces femmes, les divorces qui explosent, des enfants détruits car leur famille détruite. C’est la banque qui a créé le féminisme pour affaiblir les sociétés et produire des victimes.


    • #1229243
      le 15/07/2015 par le corbeau
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Les femmes se sont battues pour pouvoir accéder aux mondes du travail, je suis sûr qu’elles seraient plus heureuses à la maison en s’occupant de leurs enfants comme il y’a plus d’un siècle, je dis ça car elles font toutes la gueule le matin dans les transports, ça se voit qu’ elles sont malheureuses . En plus à cause du travail elles ne veulent même plus avoir d’ enfants et fonder une famille, c’est pour cette raison qu’ on fait appel à des Sambas pour combler la démographie défaillante du pays .


    • #1229497
      le 15/07/2015 par kasiar
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Eh oui on peut faire tout dire aux statistiques
      @le corbeau

      Ouais même que selon une statistique féministe (encore une !) 100% des femmes se seraient fait harcelèes dans les transports en commun
      http://www.lexpress.fr/actualite/so...


    • #1229514
      le 15/07/2015 par fred89
      Le féminisme a gagné… le chaos

      @le corbeau

      Les femmes ne se sont pas battues pour pouvoir accéder au monde du travail, ça c’est la version propagandiste à laquelle mêmes elles ont fini par adhérer.
      Dans la réalité, elles n’ont eu que ce moyen pour ne plus être pieds et poings liés sous la coupe de leur époux via le salaire ou la retraite.
      Mais c’est bien la société de consommation qui les a fichu au travail pour élever le niveau de vie des ménages moyens et modestes et donc la consommation au profit du capitalisme.
      Si on avait instauré à la place de toutes les allocations existantes un salaire nominatif familiale avec cotisations de retraite pour les femmes qui élevaient leurs enfants, elles ne se seraient plus senties dépendantes du mari et n’auraient pas eu besoin d’aller bosser à l’extérieur. Les familles n’auraient sûrement pas éclatées dans les mêmes proportions qu’aujourd’hui..

      .


  • #1229008
    le 15/07/2015 par Sheitanyahou
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Je suis, pour ma part, un partisan de la sélection naturelle : les sociétés "modernes" ne font plus d’enfants (entendre par modernes : celles où la femme est libérée que ce soit par la pilule, l’idéologie ou le travail (le travail rend libre, c’est bien connu), les travailleurs masculins tertiarisés, etc. ...) et les sociétés "archaïques-rétrogrades-primitives", elles, en font encore.

    La nature est bien faite.

    En occident, les seuls gens qui font encore des enfants, ce sont les ressortissants qui viennent de ces sociétés pour s’installer ici (légalement ou illégalement) croyant faire fortune (relire Michèle Tribalat).

    Le Taliban aura des descendants encore vivants dans 1000 ans.
    La féministe suédoise, par contre : c’est pas sûr.

    Et que l’on ne me parle pas des "usines à bébé" pour combler le manque : si le but est transformer en business lucratif l’adoption ou l’enfantement, alors, comme l’occident est en situation de paupérisation avancée et que seuls les riches auraient le droit à une descendance : ça va pas relancer la natalité.

    Et lorsqu’il n’y aura plus dans le monde que quelques millier de progressistes éclairés face à des milliards de réactionnaires...on verra bien qui fera la morale à l’autre.

     

    • #1229151
      le 15/07/2015 par preskel
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Sheitanyahou
      Et lorsqu’il n’y aura plus dans le monde que quelques millier de progressistes éclairés face à des milliards de réactionnaires...on verra bien qui fera la morale à l’autre




      Ca n’arrivera pas ! Vous sous-estimez l’extraordinaire pouvoir de séduction qu’exerce le modèle libéral consumériste occidental sur la jeunesse du monde entier. Regardez par exemple la jeunesse iranienne ! Elle en marre du conservatisme moyenâgeux des mollahs qui l’empêche d’épouser pleinement le style de vie occidental. L’ascétisme des sociétés traditionnelles ne peut pas gagner sur le long terme contre un modèle qui vous promet le confort matériel et la jouissance sans entraves. C’est Daniel Cohn Bendit qui a gagné il ne faut pas se leurrer.


    • #1229256
      le 15/07/2015 par le corbeau
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Vous avez tous les deux raison mais l’ Orient sera encore debout quand l’ Occident n’ aura plus d’hommes et femmes !


    • #1229425
      le 15/07/2015 par Omar Ali
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Je pense aussi que le modèle de société dit occidental a un énorme attrait dans le monde entier et qu’il pourra peut être convertir l’ensemble de l’humanité avant de s’effondrer de l’intérieur, une fois qu’il n’y aura plus de figure antagoniste caricaturiste en face. Je pense qu’on ne mesure pas assez l’importance du salafiste wahhabite dans la survie du modèle de société occidental en occident même.


    • #1229628
      le 15/07/2015 par Sheitanyahou
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Vous avez en partie raison Preskel, mais vous oubliez un point de détail dans cette histoire : le modèle occidental est efficace également parce qu’il se base sur le consumérisme et la richesse.
      Les plus "occidentalisés" dans nos sociétés, les plus progressistes, ce sont les plus riches. Quand vous êtes un travailleur pauvre (ou, pire encore, un chômeur), vous n’intéressez pas la société de consommation. La France entière n’est pas comme Paris, mais comme on est un pays encore suffisamment riche (ou pas encore trop pauvre) la bourgeoisie a plus d’échos pour ses revendications sociétales.
      Ce que j’entends par là, c’est que pour avoir une société progressiste-moralisatrice, il est nécessaire que cette société soit riche et il n’est pas dit que l’occident sera toujours inféodé au dogme du progressisme quand il sera globalement sinistré.
      Ou comme je l’ai dit au-dessus, vous aurez 1% de la population qui fera la morale sur le politiquement correct au reste qui essaie de survivre.

      Quant à la jeunesse iranienne dont vous parlez, je crois savoir de qui il s’agit : les jeunes bobo de Téhéran. Le même genre de gentils idiots utiles potentiels dont se sert l’empire pour activer des révolutions colorées. Ce sont les mêmes qui sont utilisés pour menacer le pouvoir au Venezuela, en Ukraine, en Syrie, etc.

      Mais en dehors de ces coups d’éclat, on ne les entends plus parler. En Égypte, les bobo ont manifesté contre Moubarak, est-ce qu’on les entend encore la ramener aujourd’hui ? Pareil en Tunisie.


  • #1229017
    le 15/07/2015 par Hydro
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Vos article sont comme des flèches décochées, faisant mouche, en plein centre de la cible, bravo E&R.
    Vive les femmes !!


  • #1229018
    le 15/07/2015 par anony
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Ouf ! enfin un bon résumé sur la toile de ce que pensent pas mal d’hommes...ça manquait.
    Et oui, les ravages d’un féminisme mal compris (hystérique, plus calqué sur le modèle us), a crée cette sorte de guerres des sexes stérile et déletère pour les deux côtés ; résultat : un monde puritain dû à ce clivage, ou la rencontre hommes/femmes est maintenant vécue dans la méfiance et la culpabilité, chacun fonctionnant par petit segment de marché ; ("qu’est ce que l’autre va me prendre ?").
    Le système libéral, lui, tirera toujours les marrons du feu ; mais la théorie du genre est un tonneau des danaides ; vouloir gommer les différences biologiques, objectif inatteignable, dans un contexte ou tout le monde sera malheureux.
    Les femmes travaillaient depuis toujours (aux champs naguère), et je pense que certaines regrettent le type ventura/gabin (sensibles, malgré tout).
    Pour ma part, la working-girl à l’américaine me rebute au plus haut point ;....ou est l’évolution ?

     

    • #1229113
      le 15/07/2015 par Tero
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Ce que pensent pas mal de femmes également.

      Il ne faut pas croire qu’elles soient toutes revanchardes et complexées par le système.
      Pour l’heure, il semblerait que les lesbiennes soient détentrices du magistère exemplaire et pédagogique. Ce féminisme orienté et militant ne peut se prévaloir de la féminité au sens plein du terme.
      Une hétéro


    • #1229265
      le 15/07/2015 par le corbeau
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Dans les champs elles travaillent exclusivement avec des femmes et surtout dans la plupart des cas, les champs sont proches de leur habitation. Bref c’est juste incomparable sachant qu’ elles travaillent en plus de ça pour la communauté du village ou de la tribu et non pas pour Rothschild.


  • #1229029
    le 15/07/2015 par Clara Imbert
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Excellent article qui reflète notre société.
    Les féministes sont le poison de notre société, elles mènent un faux combat et ont pour la plupart du temps étaient manipulées.

    Je termine avec cette citation : Une femme qui se croit intelligente réclame les mêmes droits que l’homme. Une femme intelligente y renonce.
    Colette


  • #1229140
    le 15/07/2015 par Alex
    Le féminisme a gagné… le chaos

    "Croyant qu’il était la source des problèmes des femmes, les féministes ont cherché à déposséder l’homme de son pouvoir."

    Laurent Obertone en parle dans sa "France Big Brother" et démonte scientifiquement l’imposture du féminisme, c’est jouissif !


  • #1229168
    le 15/07/2015 par lordkraen
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Richard et l’homme invisible : il m’a fallu un temps...
    ... vous êtes des grands malades les gars !

     

  • #1229210
    le 15/07/2015 par thihen42
    Le féminisme a gagné… le chaos

    "Richard et l’homme invisible" ... excellent
    Il m’a fallu 5 min pour m’en remettre


  • #1229222
    le 15/07/2015 par Gerard John Schaefer
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Une bonne fessée, c’est pas donné à tout le monde...


  • #1229279
    le 15/07/2015 par SC31
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Cet article est-il fondé sur du vent ? Combien de féministes en France ? Autant que de "racistes", d’"homophobes" ou d’"antisémites", et à ranger dans la même catégorie d’ennemi imaginaire ? Les femmes n’ont pas de problèmes avec les hommes, elles en acceptent la virilité et la prise de pouvoir dans leur ensemble, fait qui n’est pas incompatible avec le travail de la femme à ne pas percevoir comme une compétition économique mais une garantie d’autonomie et d’épanouissement. A moins que la vie d’éternelle femme au foyer (couches, popotte, lessives, ménage) dépendante du portefeuille du pater familias ne comble beaucoup d’épouses. Les Femen, mouvement artificiel qui ne correspond à aucune revendication populaire ressemble plus à un mouvement anticlérical ou anti-fasciste que féministe en réalité. Ce féminisme créé de toutes pièces n’est condamnable que pour la parité et la politique des quotas que cela suppose (aussi stupide que la discrimination positive), et semble surtout représenter un problème chez les hommes qui ne trouvent plus leur place dans cette société, se sentent dévirilisés. Penser que s’en prendre à la coquille vide du féminisme leur rendra leur virilité est un faux problème et une impasse. C’est aux hommes de trouver leur virilité ailleurs. Peut être dans le combat patriote et la défense de leur épouse et descendance ?

     

    • #1229509
      le 15/07/2015 par kasiar
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Peut-être, mais il faut quand même être aveugle pour nier que le féminisme a créé bien des dégâts chez l’homme, même si il ne fait pas l’ombre d’un doute de la complicité évidente des médias, de la justice, de l’éducation nationale ... étrangement des domaines où les femmes sont majoritaires.

      Sinon +1 pour "retrouver sa virilité ailleurs", mais avant de retrouver sa virilité ailleurs, l’étape initiale et presque obligatoire passe par la lutte contre ce féminisme.


    • #1230430
      le 17/07/2015 par noname
      Le féminisme a gagné… le chaos

      C’est sur que si on commence à compter le nombre de féministes, tu dois pas en avoir des masses, sauf que c’est surtout le concept et sa sémantique biaisée qui sont utilisés. Techniquement, personne n’est "contre l’égalité" ou alors très peu de gens, du coup bah on fait véhiculer cette idée que tout doit être féminisé pour le bien de la femme mais aussi pour l’homme, ce que dit cet article. Ça se traduit par une infiltration en politique, une infiltration médiatique, une infiltration dans les écoles (qui ont depuis repris le relais dans l’éducation des enfants) qui permettent des lois liberticides qu’elles soient sociétale ou économique.

      De la suppression du service militaire à l’enseignement de la théorie du genre, tout ça permet une dévirilisation en douceur de la population. Note qu’il n’y a pas si longtemps des hommes mettaient des jupes en soie pour "montrer leur soutien aux filles qui en mettent"...Donc je sais pas, quand tu me dis que la virilité est à trouver ailleurs, je pose une question : ou ?

      Les féministes ne sont pas dangereuse mais le féminisme est un outil de propagande du type "je suis charlie" qui est déployé depuis plus de 40 ans maintenant, si tu veux aller voir les guignols qui s’occupent de détruire le pays, tu peux être certain que ton voisin de palier sera face à toi pour t’empêcher de sauve ton pays parce qu’a ses yeux, quelqu’un qui n’est pas féministe est automatiquement un anti-femme fasciste et j’en passe. Donc le mieux c’est bien d’informer la population et on est très nombreux à le faire pour qu’on soit tous sur la même longueur d’onde, une fois que c’est fait, on pourra demander des comptes.

      Et même si on peut être d’accord sur le fait que malgré tout, les femmes acceptent globalement de vivre avec les règles "naturelle" on a quand même un groupe qui jouent selon "les nouvelles règles" féministe et plus le temps passe et plus ce sera compliquer pour les mecs dans le futur.

      Sinon j’aime bien le coup de la femme au foyer, c’était quoi son problème la pauvre, elle n’était pas consommatrice ? Elle ne payait pas d’impôt ? ;)


  • #1229344
    le 15/07/2015 par Lovyves
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Bonsoir,
    "Toutes les associations féministes insistent sur la violence des hommes… mais pas du système"
    Et si l’on ne s’occupait que d’une chose à la fois ; c’est souvent mieux.
    Ce qui n’exclut pas les autres problèmes.

     

  • #1229381
    le 15/07/2015 par Drago
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Est-ce que finalement l’intrigue n’aura pas été d’élever la femme au niveau de l’homme... mais d’abaisser le niveau de l’homme à celui de la femme ?

     

    • #1229787
      le 16/07/2015 par Decee
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Elever la femme, abaisser l homme, que voici une conception moderniste et perverse des sociétés humaines. Je rappellerai ici le texte du philosophe Lanza del Vasto, (qui, au passage plairait sans doute beaucoup à notre ami Francis Cousin) :

      "L’égalité n’existe pas dans la tribu, non plus que l’inégalité. Chacun y a sa place marquée par sa naissance, ce qui ne prête à nulle discussion, prétention ou jalousie, ce qui assure l’insertion organique de chacun dans le tout, et la circulation de la vie ou échange de services entre membres non interchangeables. Là où l’on ne cherche pas à se mesurer, on n’a que faire d’égalité ou d’inégalité. Réussir, c’est remplir sa place, c’est croître en son ETRE, non changer de situation."

      L homme-chasseur ne regardait nullement de haut sa compagne "mère-cueilleuse-gardienne du feu", lui-meme et sa compagne s’admiraient mutuellement dans l’accomplissement de leur role non interchangeable.

      Il ne saurait donc y avoir à l origine de fonction supérieure, l une élevée et l autre basse, de l homme ou de la femme.
      La tertiarisation a brouillé les cartes, mais c est un autre débat qui se poursuit ici meme.
      L inégalité est bien le fondement le l humanité mais elle est ailleurs que dans l aspect exclusif des sexes.


    • #1229959
      le 16/07/2015 par marc schmit
      Le féminisme a gagné… le chaos

      @Decee, ton message est intéressant mais pas pour autant véridique, ce n’est pas LA vérité.

      Quid de l’orphelin, sans éducation et analphabète, faisant une rencontre lui faisant découvrir un puissant potentiel d’intelligence, de maitrise du logos, et modifiant son destin. Il pourrait de part les faits, et non spécialement par sa volonté d’élévation, évoluer avec le temps, changer totalement sa place social dans la société.

      Donc non seulement on peut changer radicalement de place dans la société, sans même en avoir la volonté, mais en plus la notion d’inégalité n’est absolument pas dénuer de sens, et est une réalité, et peut prendre plein de formes diverses en dehors même de la place social : la santé, le physique, la beauté, les diverses intelligences. Il n’y asinégalité entre la personne recalée pour devenir pilote uniquement parce que sa vision est mauvaises, et celui apte de part son excellente vision.

      Bref l’inégalité existe, mais n’est pas forcément à combattre....au contraire.

      merci quand même pour ce beau passage de lecture, bien que je garde ma vision


    • #1229966
      le 16/07/2015 par Sheitanyahou
      Le féminisme a gagné… le chaos

      On pourrait dire plutôt que hommes et femmes ont été mutuellement rabaissés au niveau du/de la salarié(e), de l’esclave moderne qui a troqué les chaînes en acier pour les chaînes du salaire et du pouvoir d’achat.


    • #1230411
      le 17/07/2015 par Decee
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Réponse à Marc Smitt,
      Camarade, qui ici détient LA vérité ? un fragment de parcelle peut-etre pour certains ...
      Nous pensons toutefois la meme chose je crois. La formule finale de ma citation "changer de situation" est sans doute trompeuse, il s agit ici de "changer le role défini par le sexe" et non pas, bien entendu de rester figé et immobile quant à l’ état de ses connaisances, d’évolution personnelle, spirituelle etc ... Il peut s’agir d’une question de traduction, LdV étant parfait polyglotte, je n’ai pu déterminer la langue d’origine du texte en question.
      Parlons de l’inégalité maintenant (qui est la règle de la nature), puisque ce texte t’a plu, voici la suite :

      "C’est le fondement de la Tribu ou société naturelle, le véritable "état de nature" qui a toujours existé et qui existera toujours sous quelque forme. Ici l’inégalité est d’origine, car on en peut dire d’aucun membre d’une même famille qu’il est l’égal des autres. Car ni la mère n’est l’égal du père, ni les fils de ses parents, ne le cadet de l’aîné. Et c’est un premier jeu d’indélébiles inégalités. Ni l’apprenti n’est l’égal du maître, ni le guerrier l’égal de son chef, ni le dévot l’égal du prêtre, ni le disciple l’égal du sage. Et c’est un second jeu d’inégalités - qui parfois coïncide avec le premier quand le père est en même temps maître, prêtre et sage."
      On notera que bon nombre des formules ci-dessus peuvent s’appliquer de la meme facon pour les femmes (l’écolière n est pas l égale de la poètesse, ni la vestale l’égale de la Pythie, laquelle, tels les grand Maitres, demeurent longtemps sans successeurs ...)
      Bien à toi.


    • #1230448
      le 17/07/2015 par Sauve qui peut
      Le féminisme a gagné… le chaos

      @decee : ce que vous décrivez à l’aide des écrits de Lanza del vasto , n’est il pas " la loi naturelle" reprise par les catholiques ?


    • #1230921
      le 17/07/2015 par kasiar
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Excellent ton dernier poste @Décee. Surtout ton second paragraphe il a tout dit.
      D’ailleurs puisque l’on parle de féminisme, la parité (=égalité poussée au paroxysme de la débilité) qui a instauré un nombre croissant de femmes dans des secteurs où effectivement le chef n’est pas égal à son subordonné, a complètement bouleversé cette configuration. Un homme qui donne des ordres à une femme est un "harceleur" dans l’inconscient des féministes et autres femmes "émancipées" et/ou "libérées", tant et si bien qu’il est impossible pour un homme de faire respecter l’autorité au sein de son entreprise. Je ne suis pas en train de dire que les femmes qui veulent faire technicienne ou ingénieure sont dans leur tort, mais pourquoi insiste t on sur les secteurs où l’homme est encore à ce jour majoritaire ? Car en conjuguant le harcèlement à la parité, on veut tuer dans l’oeuf toute révolte masculine, car quoiqu’on en dise les hommes sont les premiers à pouvoir se révolter contre une société qui les haït. Pourquoi n’y a t il pas de mouvement incitant les hommes à devenir masculin et à développer leur testostérone à l’instar du féminisme et ses divers magazines féminins ? Eh bien la parité est là pour combler ce manque ! Le chef de la société a été progressivement mis à mort. Le "patriarcat" n’est autre que les lois de l’homme -Le fameux Logos si cher à Platon- certes pas parfait, mais plus efficace que le Big Mother qui nous sert de gouvernance.
      D’ailleurs @Décee comme vous semblez être catholique, vous saviez que désormais, il y a une certaine pression pour avoir des femmes prêtres au sein de l’Eglise ? (c’est d’ailleurs le cas aussi en Islam et dans le judaïsme et même le bouddhisme où les femmes commencent à entrer dans les temples)C’est que là aussi le "patriarcat" (rationalisme religieux ou traditions) doit être mis à mort.
      Sans parler de l’argent où les véritables maîtres de l’économie et du monde du travail ne sont plus les patrons depuis bien longtemps, mais les PDG à qui justement les patrons doivent des comptes, et les traders qui font mumuse avec l’argent du monde entier.
      Je pense que ce sont tous ces économistes ont besoin de détruire le pouvoir du patron, du chef, du père, du sage, de l’évêque, de l’imam, du rabbin, pour prendre en main ceux qui leur sont subordonnés afin de les manipuler économiquement, mais aussi en détruisant leur descendance à travers l’éducation nationale via la théorie du genre.


  • #1229503
    le 15/07/2015 par lucas
    Le féminisme a gagné… le chaos

    j’ai pas compris ce que venait faire bigard dans cet article. Si qq peut m’expliquer...


  • #1229527
    le 15/07/2015 par noname
    Le féminisme a gagné… le chaos

    En voyant le tableau, je me suis merde, encore un truc bidon...puis j’ai lu "secteur privée", du coup je suis rassuré parce qu’au dernière nouvelle le salaire est basé sur un smic horaire obligatoire, peu de chance qu’il y est un écart salariale.

    Mais comme c’est du privée, je me rends compte comment ce délire persiste, on prend ce secteur minoritaire ou grosso modo c’est une lutte de compétence, d’expérience et de négociations qui prime sur le reste et on en fait un combat nationale alors que le gros des métiers ont tous des salaires paritaires.

    La réalité c’est qu’il n’y a pas d’injustice au sens stricte du terme ’les femmes sont moins payées que les hommes’ mais juste un billet à gratter pour des femmes qui n’ont pas les compétences nécessaires ou qui ne savent tout simplement pas négocier un salaire. (parce que je doute quand même que les femmes en questions militent elles mêmes pour ça).


  • #1229595
    le 15/07/2015 par kasiar
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Je me permets de rajouter une couche sur la liste des livres mettant au pilori les féministes.
    Un bouquin que je suis en train de dévorer tyrannie de la faiblesse de l’identitaire et non moins brillant Paoli Jean-François. Mais aussi confusion des sexes de Schneider Michel. Vous pouvez les trouver dans les bibliothèques en Ile de France en libre service.

    Sinon il ne faut pas oublier que ce qui joue dans l’ "écart salarial" est également l’indisponibilité (les femmes se mettent plus souvent en arrêt maladie que les hommes), les bambins à s’occuper (allaiter, lorsqu’ils sont malades, aller chercher les gosses à la crèche ou à l’école ...) dans un pays où fort heureusement ce n’est pas encore rare que la femme prenne son rôle maternelle à coeur.
    Eh oui, la constitution physique de la femme la rend moins apte lorsqu’elle commence à fonder une famille, à se rendre disponible à l’instant t à leurs employeurs. Quelque soit les simagrés et les artifices dont la société a recours.

    Moi ce n’est pas tant le féminisme qui m’inquiète, que l’accroissement monstrueux des vecteurs de propagande dont il bénéficie : les ONG ces chevaliers de la libération des femmes, l’ONU et sa répression envers les violences faites aux femmes, Hollywood et les séries américaines et ses super héroïnes et les quenelles féministes glissés dans le scénario, les jeux vidéos et les personnages de plus en plus féminins (20 ans après le phénomène Lara Croft), sans parler des peoples et des stars qui en font un buzz. Je ne parle même pas du monde de l’éducation nationale, de la justice, des politiques, des médias et des services sociaux, infestés de ces pétasses qui tueraient un homme à l’agonie.
    Oui aujourd’hui le féminisme est partout, c’est celà qui inquiète, surtout pour la génération future, et contrairement à ce qu’affirment certains, il faut le combattre fermement. Tolérance zéro contre ce castrat social.

     

    • #1231486
      le 18/07/2015 par skds
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Peut être que la promotion des super femmes est abusive mais il faut savoir que rien n’est absolu et des "Jeanne d’arc" cela a toujours existé finalement, on les mettait pas en avant c’est tout. Evidemment entre lara croft et Jeanne il y a un monde mais c’est la même graine des femmes charismatique ça fait du bien de temps en temps aussi. Il faut dénoncer les abus d’une idéologie surtout pas s’attaquer aux personnes lambda il faut le préciser en tout cas je pense ainsi sinon on tombe dans l’hostilité primaire, ça entretient le climat de méfiance entre les sexes, il faut combattre cela aussi, on est tous dans la même merde.


    • #1231663
      le 18/07/2015 par kasiar
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Je suis parfaitement en accord avec toi, mais au fond Lara Croft j’avais trouvé celà sympa à l’époque. Entre les petits vicieux qui mataient le derrière de l’héroïne, les filles fières de voir un personnage féminin... Il est vrai que celà changeait des super-marios, sonics, et autres personnages badasse des jeux d’arcades de l’époque. En tout cas, je me souviens qu’à l’époque moi-même et bien d’autres avions trouvé cela juste amusant et drôle mais de façon sympathique. Mais depuis que je me suis penché sur la problématique féministe, je me suis dit que Lara Croft symbolise le féminisme innocent des militantes pour le droit de vote et de l’IVG, sans que personne ne s’aperçoive de l’objectif funeste de cette démarche. En continuant dans cette "logique", nous avons fini par avoir des personnages de jeux-vidéos, films/séries et Bandes-dessinées infestés de Lara Croft et de Jeanne d’Arc.
      La propagande féministe est devenue progressivement présente, pratiquement totalement au sein du domaine des jeux, des films et des bandes-dessinées. Ironiquement les féministes trouvent que le CSA est un organisme trop "machiste". Et aujourd’hui ce domaine culturel adopte de plus en plus une certaine thématique féministe et gender studies.
      Vous dites " Il faut dénoncer les abus d’une idéologie surtout pas s’attaquer aux personnes lambda il faut le préciser en tout cas je pense ainsi sinon on tombe dans l’hostilité primaire", mais où ai-je attaqué les personnes lambda ? dans quelle partie de mon message ? Car si vous lisez bien mon message, j’attaque justement l’idéologie à travers leurs représentants.
      Des garçons et des filles manqué(e)s, des homosexuels, des transsexuels il y en a toujours eu ... Où l’ai-je nié ?


    • #1231705
      le 19/07/2015 par skds
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Stop stop mon message était un ajout au tien dont je suis totalement d’accord donc non tu n’a rien nié c’est juste une précision à dire car on le dit jamais assez. Parce que avec toute cette propagande il est facile de perdre le nord et devenir fou.... Ils sont partout il est facile d’être parano et d’oublier l’essentiel la dedans c’est que tout le monde est victime du féminisme.
      Surtout les femmes qui peuvent angoissé d’être femme a cause de ces injonctions d’être des super femme tandis que la plupart trouve bien plus sympa d’être femme au foyer et s’occuper de leur enfants par exemple.

      J’ajoute que les féministe détestent les femmes et les hommes, tu peux en avoir le coeur net avec des critiques acides de certaines qui méprisent autant les poufs que les mecs viriles, c’est une idéologie antihumanité en vérité.
      Les hommes virile et les femmes féminine en grand nombre pour eux c’est une anomalie qui faut corriger absolument , ce sont des gens dangereux.... Ils veulent remplacer un "déterminisme" naturelle par un déterminisme par l’état, ils veulent un bon chiffre de 50/50, ils veulent contrôler les gens même dans leur identité, ce n’est pas libertaire mais liberticide.

      Donc c’est quelque chose qui nous monte les uns contre les autres, c’est pour cela que je voulais ajouter à ton commentaire que ce n’est pas tant lara croft le problème mais la raison de son existence dans les jeux vidéo qui fallait combattre si c’était clair et bah voilà je ne fais que répéter ce que tu dis ce n’est pas une perte ^^


  • #1229648
    le 15/07/2015 par Vaslet
    Le féminisme a gagné… le chaos

    "Domination" ... "steak" ... "Pouvoir" ... Les premiers paragraphes suffisent.


  • #1229768
    le 16/07/2015 par lilarre
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Toutes les associations féministes insistent sur la violence des hommes… mais pas du système

    la rigueur intellectuelle commande de remonter aux causes réelles de la normalisation actuelle de la violences dans les rapports humains. Ne pas voir le spectre du système derrière le recours abusif à la force physique c’est s’arrêter aux conséquences sans chercher à comprendre les causes.


  • #1229798
    le 16/07/2015 par Marie59
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Très bon article ! Cruel, mais lucide...

    En résumé : n’empiétons pas sur le pouvoir de l’autre. À chacun son pouvoir, laissons aux hommes le leur, nous avons le nôtre, et il ne se résume pas uniquement à la seule séduction... D’ailleurs ceux qui essayent se fourvoient. La femme féminine est supérieure et a plus de pouvoirs qu’un homme efféminé, et l’inverse est aussi valable. C’est les féministes qui se sont battues, tout d’abord, pour la non discrimination des sexes, lutte qui a abouti à ce mélange des genres dommageable pour tout le monde... Il y a des discriminations positives, par exemple, un handicapé ne pourra pas disputer un 100 mètres (quoique, maintenant, ce n’est plus le cas...)
    Petite parenthèse qui m’a bien fait rire : en Belgique, il existe maintenant des WC pour genre neutre, ils sont avec le sigle handicapé ! Il y a donc les toilettes hommes, femmes et les trans en même temps que les handicapés. Bien vu... !


  • #1229885
    le 16/07/2015 par Al Kacil
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Il ne faut pas oublier un point fondamental. Homo sapiens sapiens (l’humain d’aujourd’hui) est le résultat de l’évolution. Par exemple : La plus grande violence des hommes (qui se traduit notamment par une plus grande délinquance et criminalité) est la conséquence de la sélection naturelle OPEREE PAR LES FEMMES ; dit simplement, il est bien connu que les femmes préfèrent les "durs", les "voyous", que les "doux" (statistiquement - voir l’Evopsy).

     

    • #1229949
      le 16/07/2015 par Sheitanyahou
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Tout à fait, combien de mecs gentils, attentionnés, qui feraient des conjoints merveilleux, qui n’iraient jamais voir ailleurs, qui ne seraient pas violents ou vulgaires, qui feraient le ménage, se retrouvent mis sur le côté et condamnés à être des célibataires parce que "ils n’ont pas compris comment les femmes fonctionnent" ou plutôt parce qu’ils n’ont pas une situation suffisante et combien vous avez de femmes qui se disputent de parfaits salauds, le genre qui les méprisent, qui n’hésitent pas à les tromper et à les traiter comme de la merde.

      Pour vivre une histoire à peu près longue avec une femme aujourd’hui, il n’y a pas de mystère : soit vous avez une situation professionnelle stable, avec du revenu et donc de quoi entretenir madame. Soit vous êtes un "méchant" le genre qu’elles disent détester mais qu’elles aiment en secret, un macho, donc.

      Le problème c’est que l’on est à la fois dans une société féminisée ou se comporter comme un macho est toujours très délicat et périlleux (et peut vite sonner très faux si on est pas un macho dans l’âme), et de plus comme l’avenir professionnel actuellement est un peu bouché, on aboutit à une société qui va avoir tendance à se stériliser car il est hors de question pour les femmes de changer leur mode de sélection des mâles qu’elles ont utilisé pendant si longtemps. Mieux vaut terminer vieille fille plutôt que de risquer de vivre en couple avec un homme "qu’elle n’aime pas" (entendre : qui ne gagne pas assez ou qui n’est pas assez "mâle").

      On nous dit que le harcèlement sexuel dans les transports en commun est un vrai fléau actuellement et que les femmes en souffrent, c’est faux. Beaucoup de femmes rêvent inconsciemment de se faire agresser sexuellement par DSK ou n’importe quel autre mâle alpha (comprendre : milliardaire) en revanche, l’idée de se faire toucher les fesses par un RMIste est un vrai cauchemar pour elles.

      C’est un peu comme ces paysannes du moyen-âge qui couchaient avec le seigneur du coin pour être sûr de tomber enceinte et de pouvoir demander des droits en plus.

      C’est pour cette raison que je maintiens qu’en plus d’avoir à court terme tous les problèmes mentaux que le célibat forcé pose (hausse des suicides, de la consommation d’antidépresseurs, de la perversion sexuelle, du tourisme sexuel) sur le long terme, on aboutit à une société globalement stérilisée (dans tous les sens du terme), où l’on a, à la fois, coupé les choses des hommes et surtout où on ne fait plus d’enfants.


    • #1230507
      le 17/07/2015 par ami
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Evolution ?
      La création ne s’est pas faite par évolution.
      La création a été un geste d’amour accompli dans le temps en dehors du temps. Elle a été faite pour l’homme ; tout ce qui a été créé est au service de l’homme, pour sa vie matérielle qui prépare l’esprit.
      Au commencement il y avait le néant, ensuite le Verbe a créé à partir du néant les arbres, les eaux, les animaux et les éléments et enfin l’homme.
      L’homme, étincelle divine à Notre image.
      L’homme, exemple du divin ; l’homme a en lui les sentiments, le cœur, le raisonnement. L’homme est et sera éternellement.
      Son premier pas est la vie terrestre. Ensuite l’envol. Il n’y a pas eu d’évolution en l’homme sur le plan physique.
      Selon les études de grands savants, divers squelettes existeraient, semblables au squelette humain. Ce sont des animaux d’espèces disparues, non des hommes.
      L’homme a été le premier, Adam, puis Eve et d’eux est née l’humanité.
      Au début il y avait le néant, ensuite il y a eu le Verbe.
      Quand Dieu le Père a créé le premier homme et que l’Esprit d’Amour lui a insufflé l’esprit qui habite en chaque homme, alors l’homme a existé.
      L’univers est pour l’homme après la vie terrestre, la terre est pour lui tant qu’il est corps.
      Après, l’Infini lui appartient.


  • #1230060
    le 16/07/2015 par BAB
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Il faut souligner que le feminisme militant et aggressif n’est pas le fait du hasard mais qu’il est organisé et soutenu par les tenants du systeme qui nous trompe et qui nous exploite , dans le but de nuire au christianisme et à la famille chrétienne, comme c’est également le cas pour "gay pride". Ceux qui dirigent derrière la scène savent tres bien ce qu’ils font.


  • #1230265
    le 16/07/2015 par ArteMiss
    Le féminisme a gagné… le chaos

    1975, année de l’émancipation des femmes (? !) ; je pensais plutôt que c’était celle de la libération de la pornographie.
    Pour ma part, j’ai trouver l’article plutôt confus, mélangeant sur un même plan différents niveaux de compréhension ou d’inteterrogation, jusqu’au passage où la prise du pouvoir (d’un certain niveau de pouvoir) par les invertis est constatée, ramenant à sa juste proportion l’intrumentalisation ’féministe’ ; mais Soral, notamment, a déjà tout dit, et bien, sur ce thème.

     

    • #1230345
      le 16/07/2015 par Lucette
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Regarde ce qui a été voté en 1975...


    • #1230950
      le 17/07/2015 par kasiar
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Alors à toi de creuser le sujet dans sa confusion, de relever les éventuelles ambiguïtés, de donner ton opinion ou tes opinions.

      Le débat est ouvert tant que celà reste dans un contexte légitime, c’est à dire sans insulte, sans mauvaise foi, sans indignation imbécile ... un débat d’idées.
      Je ne dis pas celà contre vous, mais je vise les divers trolls qui par le passé ont cracher leurs venins sur ce site envers les hommes et je suis prêt à mettre ma main au feu que ces gens-là nous lisent.
      Oui, j’ai le pif pour détecter ce genre de personnes au bout de quelques commentaires.


  • #1230565

    féminisme // machisme .

    Un argument que les extremistes anti-hommes auront du mal à combattre dans leur propres têtes.


  • #1230733
    le 17/07/2015 par rivolta
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Bon article dans l’ensemble. J’y adhère, même si j’aurais personnellement été encore plus cinglant à l’égard de ce cancer qu’est le féminisme.

    Par contre je pense que tout le monde, même cet article, sous-estime les dégâts que fait le féminisme dans les relations intimes H/F, dans les couples et les familles. Enfin pas le féminisme en lui-même, mais sa propagation par ceux qui l’utilisent comme part de l’idéologie dominante.

    Je m’explique.

    Beaucoup de femmes modernes (pas toutes hein), sans être des féministes militantes et assumées, ont assimilé le système de pensée consistant à croire qu’il faut s’émanciper de l’homme, faire passer son désir égoïste avant tout, etc. Que le dévouement pour sa famille et son époux c’est ringard.

    Maintenant, si les femmes quittent et divorcent de plus en plus pour des détails, si elles vont de plus en plus voir ailleurs au premier problème, c’est pas seulement à cause de leur entrée massive dans le monde du travail, mais aussi à cause de cette individualisation de l’esprit féminin, car pour moi le féminisme c’est avant tout la promotion du narcissisme féminin. Le slogan "mon corps mon choix" en dit long.

    Et je ne parle même pas de la défiance des femmes envers les hommes... Bref, ça a engendré le chaos dans les rapports humains, pour toujours plus de divisions, d’égoïsme, d’irrespect, de narcissisme.

    Le patriarcat traditionnel n’était pas parfait mais au moins les rôles étaient bien définis, et chaque sexe avait des devoirs complémentaires adaptés à ses qualités naturelles. L’homme devait être prêt au sacrifice, à la défense de sa patrie / famille, à bosser pour nourrir sa famille. La femme quant à elle devait être dévouée à l’éducation de ses enfants, à la gestion du foyer et à son rôle d’épouse. L’homme gérait le domaine public quand la femme gérait le privé. Ils étaient interdépendants et complémentaires. C’est aussi ce qui faisait la stabilité sociale / familiale et la beauté des relations entre les deux sexes...

    Aujourd’hui, l’ "égalité" ne profite à personne, les tensions et incompréhensions n’ont jamais été aussi fortes, tout comme l’égoïsme et la superficialité des rapports. Tous et toutes consommateurs/trices égoïstes, voilà notre monde.

     

    • #1230967
      le 17/07/2015 par mana2
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Je suis bien d’accord, je rajouterai que la femme dans certains cas sont des muses et aussi des soigneuses.
      L’homme est protecteur et non dominateur. en ce moment des hommes et femmes confondent virilite avec dominateur.
      Etre viril c’est simplement d’étre protecteur.
      La femme n’est pas soumise mais soutiens et soignent ses proches.
      Le feminisme manque de feminité, étre feminin ce n’est pas la soumission, mais creatrice d’intimité, pour le bien de toute la famille. Les femmes reunissent la famille et quand elles viens a disparaitre, c’est une autre femme de la famille qui reprends le flambeau.
      Les examples ne manquent pas, il n’y as rien a inventer, il suffit de comprendre la loi naturelle, et chercher la complementarites entre les femmes et les hommes. le but : L’harmonie.
      Se resourcer, se reposer, se renforcer et étre en paix, c’est le foyer familliale.
      Pas de conflits, il y en a assez dans le monde,
      Les qualites des femmes et des hommes sont tres bien comprises dans les ethnies et civilisations non dominateurs.
      Actuellement nous sommes dans un monde de dominateurs, et le retour des hommes protectuers saurai tarder,,
      Vivie les hommes et les femmes complementaires !


  • #1232460
    le 20/07/2015 par Ouioui
    Le féminisme a gagné… le chaos

    La bible a déjà tout dit sur ce que doit être les relations homme/femme.
    Je n’aime pas la publicité faite à la pilule dans cet article. La contraception a fait beaucoup plus que le féminisme pour détériorer les relations homme/femme.

     

    • #1243872
      le 09/08/2015 par Amélie
      Le féminisme a gagné… le chaos

      Entièrement d’accord avec vous. Le coup des femmes qui se sont "réapproprié leur corps" (? ?) "grâce" à la pilule m’a dérangée aussi. La pilule a surtout été une source incroyable de profit pour les laboratoires pharmaceutiques qui ont vendu aux femmes qu’elles seraient ainsi "libérées" (ben oui, les enfants, quelle barbe). Elle est dangereuse pour la santé. Elle a surtout incité les hommes à considérer les femmes comme des objets à utiliser pour leur propre plaisir. Il faut savoir que les premières féministes, les "vraies" (un peu comme il y a eu de vrais contestataires en mai 68, qui s’attaquaient au consumérisme, et qui ont été mis de côté par les libertaires style Cohn Bendit), étaient contre la pilule et la contraception en général : elles prévoyaient que cela contribuerait à dégrader la femme. C’est ce que disait aussi Gandhi : la contraception déconnecte la sexualité de la procréation, elle permet à l’homme (et à la femme) de laisser libre cours à ses instincts, sans aucune retenue. On voit le résultat aujourd’hui. Si on regrette que les jeunes filles aimantes et les épouses dévouées se fassent rares, alors il est ridicule de faire l’apologie de la pilule.


  • #1233786
    le 22/07/2015 par imus
    Le féminisme a gagné… le chaos

    Pour toutes ces femmes qui "réussissent" star du petit écran, de la politique, du showbiz...

    Combien y’en t-il seules sous xanax dans leur petit studio qui à 30/35 ans se mettent à flipper car leur horloge biologique leur dit : "il serait temps de t’y mettre ma cocotte" ou "quand ma mère avait l’âge que j’ai aujourd’hui, moi j’avais déjà 10 ans" !

    Combien y’en a t-il qui n’ont pas pas pu devenir actrice, chanteuse ou docteur et qui, malgré tous les "sex friend" n’ont pas su retenir un homme pour fonder un foyer ?

    Parmi elles, combien y’en a t-il qui malgré ce constat glacial sont incapables de remise en question et croient encore dur comme fer qu’elles doivent jouer les redresseuses de torts envers les mecs parce qu’on leur a dit que les hommes sont à l’origine de tous leur problèmes ?

    Le féminisme est anti-femmes.

    Sans doute une invention d’homosexuel :D


Afficher les commentaires suivants